Le plan B, c’est Larcher

Ne riez pas ! Il peut faire oublier Fillon !

Les dernières secousses de l’affaire Fillon fragilisent encore la position du candidat désigné par la primaire en novembre dernier. Bien sûr, on peut s’interroger sur l’inhabituelle diligence du Parquet, sur la seule foi d’un article du célèbre journal paraissant le mercredi. Bien sûr, on peut s’interroger sur la manière dont des fuites en direction de la presse sont savamment organisées afin de mettre la pression sur François Fillon. Il n’empêche que tous les communicants du monde ne peuvent réussir à rétablir une situation catastrophique sur le terrain. Déjà les militants renâclent à aller tracter sur les marchés « où ils vont en prendre plein la gueule », selon la formule habituelle dans ces cas-là. Déjà, on imagine un plan B au cas où Fillon devrait jeter l’éponge avant même la ligne rouge qu’il s’est lui-même fixée imprudemment, la mise en examen.

« Dans un débat, il écraserait Macron »

Vendredi, c’est-à-dire deux jours après le premier article du Canard Enchaîné, des noms circulaient au cas où. Juppé bien sûr, mais aussi Pécresse, Baroin, Wauquiez et Bertrand. Quand la question fut posée sur le réseau social twitter, nous nous sommes permis alors de signaler que c’est un autre qui pourrait bien, en ce cas, tirer les marrons du feu : Gérard Larcher. Compte tenu des délais qu’il faut pour organiser une nouvelle primaire, la solution du candidat désigné en conclave s’imposerait. Il est politiquement intenable de présenter un candidat battu à la primaire de novembre, ce qui en exclut tous les participants. Le maire de Bordeaux l’a bien compris en écartant publiquement sa candidature, lui qui avait été sèchement renvoyé dans sa ville avec seulement un tiers des voix au second tour. Pécresse et Bertrand avaient promis de se consacrer à leurs régions, et la première a vu son image brouillée par son jeu opportuniste entre Juppé et Fillon. Wauquiez est trop marqué idéologiquement et ne peut faire consensus. Reste François Baroin. Le président de l’association des maires de France pourrait à la limite apparaître comme ce candidat de compromis. Mais la jeune génération acceptera-t-elle de lui faire ce cadeau. Pécresse, Bertrand, Wauquiez et les autres laisseront-ils un concurrent générationnel emporter la mise aussi facilement ? Rien n’est moins sûr. C’est là qu’un habile manœuvrier de la génération d’avant peut mettre tout le monde d’accord, laissant aux quinquas la possibilité de ne favoriser aucun de leurs concurrents, et jouer 2022.

Disons-le à tous ceux qui se moquent de Gérard Larcher, et ne voient en lui que la caricature ultra-rabelaisienne qu’en fait Nicolas Canteloup, on ne grille pas deux fois Jean-Pierre Raffarin pour la présidence du Sénat sans être un personnage particulièrement doué politiquement. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il fait partie des favoris pour Matignon en cas de victoire de Fillon en mai prochain, hypothèse qui devient chaque jour moins probable. Le fait qu’il ait été l’un des plus proches soutiens de Fillon constitue un avantage : les électeurs de la primaire ne seraient pas floués dans la mesure où Larcher a participé à la rédaction du projet qui a été choisi en novembre. Et son statut de président du Sénat fait de lui, par nature, un homme de consensus. On nous dira que cela n’en fait pas pour autant un bon candidat pour une présidentielle. Là aussi, beaucoup de moqueurs d’aujourd’hui pourraient bien être surpris. Une universitaire de mes amies, me confiait qu’il était loin de correspondre à l’image soporifique qu’on veut absolument lui accoler. Elle a déjà pu observer ses qualités de tribun et sa faculté à secouer un auditoire, ajoutant : « dans un débat, il écraserait Macron ». Enfin, Gérard Larcher a la réputation de savoir arrondir les angles depuis qu’il a été ministre du Travail et en négociation permanente avec les syndicats. Il saurait sans doute être plus souple que François Fillon sur les thèmes sociaux. Pour faire court, il pourrait même être un meilleur candidat que le député de Paris.

Si vous avez quelques pièces à placer pour mai prochain auprès des bookmakers anglais, n’hésitez pas une seconde : misez-les sur Larcher ! Le plan B, c’est lui. Le vétérinaire de Rambouillet pourrait bien entrer à l’Elysée en mai prochain, au terme de la campagne électorale la plus folle de l’histoire de France.