De quelle tendance de l’UMP êtes-vous ?

1. Quand vous étiez petit :

◊ – Vous souhaitiez devenir comptable.

♣ – Vous vouliez devenir policier. Ou douanier.

♥ – N’importe quel métier, du moment qu’il y soit question de concorde nationale, d’union, et de lutte contre les ferments de la division.

♦ – Chef. De n’importe quoi, mais chef. Et célèbre aussi. Très célèbre.

ο – Fonctionnaire, pour servir l’Etat.

 

2. Chez vous, on trouve :

♦ – Tous les produits dérivés siglés UMP, et la photo officielle du Président trône dans votre salle à manger.

♥ – Les livres de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy. Alignés debout sur une étagère, à peu près 20 cm.

◊ – Une photo dédicacée de Jean-Michel Aphatie : « Contre la dette et les déficits, plaies de notre temps, amicalement, JMA ».

ο – Les bouquins de Zemmour.

♣ – L’intégrale des éditos d’Ivan Rioufol

 

3. Vous assistez au mariage de votre nièce. La cousine du marié arrive au bras d’une demoiselle.

♣ – Vous trouvez rapidement les parents de la cousine en question et leur glissez la carte d’une clinique américaine où l’on soigne et rééduque les individus pourvus de cette tare contre-nature.

ο – Vous vous en fichez.

♥ – Vous saluez le couple en leur rappelant les combats successifs de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy contre l’homophobie en particulier et tout ce qui divise les Français en général.

◊ – Vous allez leur dire mezzo voce que vous êtes de droite, certes, mais que les avancées sociétales ne vous font pas peur et que vous vous rendrez volontiers à leur mariage à elles aussi quand la gauche sera au pouvoir.

♦ – Vous allez d’abord plaindre les parents puis vous vous rendez auprès des deux filles pour leur vendre des cartes de l’UMP et leur promettre une investiture aux prochaines élections législatives afin de promouvoir leur communauté.

 

4. La délinquance routière

◊ – il faut lutter contre, multiplier le nombre de radars, enlever les panneaux annonçant ces derniers. Parce qu’elle coûte cher. Et que sa répression rapporte de quoi limiter légèrement les déficits.

♦ – Publiquement, vous dites votre horreur devant ses victimes. Mais vous écrivez à votre député pour le remercier d’avoir voté l’amendement limitant les retraits de points sur le permis de conduire.

ο – Il faut lutter contre elle, certes. Mais la politique du chiffre ne semble pas, ici comme sur les autres délinquances, porteuse de la meilleure efficacité.

♣ – Au lieu de lutter contre cette prétendue délinquance, la police serait mieux utilisée à  réprimer le grand banditisme et les voyous qui empoisonnent la vie des braves gens dans les quartiers populaires.

♥ – Vous vous félicitez que le Président de la République poursuive le combat initié par Jacques Chirac contre ce fléau.

 

5. Votre petite dernière vous annonce que son petit ami est musulman et qu’il vient dîner ce soir

♦ – Vous accusez le coup. Puis, au cours du dîner, vous promettez au jeune homme une investiture de l’UMP aux prochaines élections législatives afin de promouvoir sa communauté.

◊ – Vous l’accueillez, plein de gravité, et vous excusez de tout ce qu’ont pu raconter certains membres de l’UMP si peu fidèles aux valeurs auxquelles vous croyez.

♥ – Vous lui rappelez, entre la poire et le fromage, le grand combat de Jacques Chirac contre l’extrême-droite et lui assurez que Nicolas Sarkozy s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur.

♣ – L’air gourmand, vous vous hâtez de préparer l’apéritif. Vous servirez un Bourgogne accompagné de rondelles de saucisson de montagne.

ο – Qu’il soit musulman, catholique, mécréant ou écologiste, vous vous méfiez de tout ce qui approche votre fille.

 

6. Marine Le Pen :

◊ – Vous n’avez strictement rien à voir avec elle. Vous rappelez les heures les plus sombres de notre histoire et fustigez son programme économique absurde qui ne fera que creuser le déficit et augmenter la dette, déjà abyssale.

♣ – Cette gauchiste ?

♥ – Vous aimez rappeler le combat de Jacques Chirac et la digue qu’il avait édifiée face à l’extrême-droite. Vous avez toute confiance au Président de la République pour qu’il s’inscrive dans la continuité.

♦ – Vous tentez de la doubler sur la droite. En citant Eric Besson.

ο – Vous observez son discours économique qui vous rappelle Séguin de 1992 ou Pasqua de 1999. Et vous apercevez Gollnisch derrière elle… On passe à autre chose ?

 

Vous avez une majorité de ◊

Votre obsession, des comptes équilibrés. Votre idole, Jean-Michel Aphatie dont vous vous régalez des éditoriaux fustigeant dette et déficits. Très orthodoxe d’un point de vue économique, vous vous sentez plus proche du point de vue sociétal de DSK hier ou de François Hollande aujourd’hui que de l’aile dure de l’UMP[4. Sauf en cas de débat sur les défilés militaires et les binationaux franco-norvégiens. Si vous faites ce test un 14 juillet, reportez-vous donc à ♣.]. Vos champions : François Fillon et Alain Juppé. Votre petite faiblesse : Roselyne Bachelot.

 

Vous avez une majorité de ♣

Vous aimez la France éternelle, votre bagnole, le pinard et le saucisson sec. Vous dénoncez la droite molle qui nous amène le socialisme, le laxisme et l’islamisme. Vos champions : les élus de la Droite populaire. Votre petite faiblesse : Christian Vanneste.

 

Vous avez une majorité de ♥

Vous avez été nourri au sein du chiraquisme et vous avez fini par vous donner au nouveau maître. Afin de vous convaincre vous-même de la continuité entre les deux chefs d’Etat, vous n’arrêtez pas de tenter d’en convaincre vos interlocuteurs. Vos champions : Bruno Lemaire et François Baroin. Votre petite faiblesse : NKM.

 

Vous avez une majorité de ♦

Vous n’avez aucune ligne idéologique. Vous faites passer cela pour du pragmatisme alors que ce n’est que de l’opportunisme mâtiné d’incohérence. Vos champions : Jean-François Copé et Xavier Bertrand[1. D’aucuns s’étonneront de ne voir aucune trace de Nicolas Sarkozy dans ce test. C’est fait exprès. C’est juste pour l’embêter. Des fois qu’il le lise.]. Votre petite faiblesse : Benjamin Lancar.

 

Vous avez une majorité de ο

Mais que diantre faites-vous donc à l’UMP ?

 

 

Titine ment et Jean-Mimi laisse passer !

Ce soir, c’était Martine Aubry au Grand Journal de Canal +. Il se passe toujours quelque chose chez Denisot. On passera sur le sourire de la soirée lorsque Ariane Massenet a attribué à Balzac la création du personnage Emma Bovary[1. Alors que c’est Chabrol, comme chacun sait !].

Attardons nous plutôt sur ce moment surréaliste où l’immense, la légende, l’homme qui ne laisse jamais rien passer, j’ai nommé Jean-Michel Aphatie, n’a pas cru bon intervenir lorsque la première secrétaire du PS a affirmé : «c’est la première fois en France qu’un parti républicain n’appelle pas à voter pour un autre parti républicain ». Quelques secondes après, elle récidivait :«c’est la première fois que cela arrive dans notre République ». Il s’agissait de commenter la décision de l’UMP de ne pas adopter la stratégie dite de « front républicain ».

Or, la ligne de conduite de l’UMP qui consiste à ne pas choisir entre FN et PS(ou un autre parti classé à gauche) lors d’un deuxième tour dont elle est absente, ne date pas d’hier soir, comme l’a affirmé à deux reprises Martine Aubry. C’est même précisément la stratégie adoptée depuis plus de vingt ans. Je le dis avec d’autant plus de tranquillité qu’il m’est arrivé, lors d’une autre vie, de regretter lors d’un comité départemental du RPR (ancêtre de l’UMP) que notre mouvement n’appelle pas à voter pour un candidat du MDC, parti chevènementiste dans les années 90, pour faire barrage au Front National[2. Mais aussi parce que j’aimais déjà, à l’époque, construire des ponts avec les amis de JPC, il faut bien le reconnaître.]. Cette ligne « ni accord avec le FN, ni front républicain » a été fixée par le tandem Chirac-Juppé à l’occasion des premiers faits d’armes du parti frontiste en scrutin majoritaire à deux tours[4. Réalisés par Marie-France Stirbois, qui fut d’ailleurs élue lors d’une législative partielle à Dreux.]. Quelques années plus tard, Alain Carignon fut même exclu du RPR par Chirac et Juppé pour avoir appelé à voter socialiste contre le FN dans une situation analogue. On remarque au passage que Jean-François Copé s’avère beaucoup plus coulant avec Valérie Pécresse ou NKM[3. On me dit dans l’oreillette que le Premier ministre aurait dit la même chose que ces dernières en marge du bureau national de l’UMP. Il est effectivement plus difficile de leur faire subir le sort de Carignon dans ces conditions…].

Que Martine Aubry raconte des menteries à la télé, cela arrive à beaucoup de personnalités politiques et cela nous ne étonne pas outre mesure : il s’agit précisément d’une des raisons principales de la montée de l’abstention et du vote FN.

Mais que Jean-Michel Aphatie laisse passer cela, je suis déçu. Vraiment déçu ! Il avait un trou de mémoire ou il a fait preuve de timidité ?