Suivre Causeur :     

Les blogs Causeur : AntidoteAsile de blogBonnet d'âne

Visiter Causeur.fr →

Article

Autocritique

On n’est jamais mieux lu que par soi-même

Le pire, quand on a écrit un bouquin, c’est  les questions débiles auxquelles il faut  répondre, genre : « Pourquoi avez-vous  écrit ce livre ? » ou, pire encore :   « Pourquoi ce livre ? Et pourquoi vous ? »

La première réponse qui me vienne à  l’esprit tient tout entière dans ce mot   d’Oscar Wilde : « Tout ce qui vous arrive  vous ressemble ! ». Et avec tout ce qui  m’est arrivé, sans me vanter, je pourrais en  remontrer à n’importe qui question  inculture générale.

Lorsque j’étais étudiant, il me fallait bien  gagner un peu d’argent ; et comme à  l’époque l’EPAD n’existait pas encore, eh  bien je donnais des cours particuliers.

Mais mes besoins financiers ne cessaient  d’augmenter, à tel point que j’ai  finalement été contraint d’enseigner aussi  des matières que je n’avais jamais  apprises, comme par exemple l’allemand.

Bien sûr, je m’étais fixé quelques règles  déontologiques de base. Je n’acceptais  comme élèves que des débutants de 6ème,  et jamais plus intelligents que moi.

Dans ces conditions, ça ne pouvait que marcher ; même les parents s’extasiaient sur cette pédagogie subtile : se mettre au niveau de l’élève, pour mieux l’accompagner dans sa découverte de la langue de Goethe et de Tokio Hotel.

Un peu plus tard, j’ai décroché mon premier vrai boulot : professeur d’histoire-géographie dans une école d’électronique.

L’histoire était pourtant la seule matière où je n’avais pas eu la moyenne au bac, et pour cause : j’avais fait l’impasse sur la Révolution française !

Mais il y a des grâces d’Etat : dans cette école d’électronique, l’histoire-géo ne comptait pas pour passer dans la classe supérieure, et mes élèves n’ont pas tardé à me le faire savoir par tous moyens. Bref, ils s’en foutaient, mais pas autant que moi – et sur ces bases on n’a pas eu trop de mal à s’entendre.

Et puis j’ai fait mes premières armes en tant que nègre d’hommes politiques avec le regretté Raymond Barre. En ce temps-là, Raymond était Premier ministre, et il devait prendre la parole dans, je cite, « un grand meeting des Jeunes Centristes ». J’ai tout de suite senti qu’il y avait un loup.

En fait, ces gens-là ne se faisaient guère d’illusion sur leurs capacités de mobilisation : dans toute la France, ils avaient affrété des cars pour faire monter des jeunes à Paris, en leur promettant un bon repas chaud et un concert gratuit de Chuck Berry !

Mais là encore, problème d’inculture : Raymond n’avait jamais entendu parler de Chuck ! On a eu beau essayer de le raisonner, rien à faire… Pas question pour lui de se produire en première partie : Raymond voulait la vedette !

Alors, ce qui devait arriver arriva. Après le set de Chuck Berry, les gradins se sont vidés en moins de temps qu’il ne faut pour chanter « Johnny B. Goode ». Et c’est devant une salle aux trois quarts vide que Barre a lancé son Appel à la jeunesse de France.

Puisque j’en suis aux révélations, allons-y ! Au fil de ma carrière, peu de gens le savent, j’ai aussi été amené à travailler, entre autres, pour un certain Charles P… au ministère de l’I…

Là-bas, il arrivait parfois qu’on me cherche – notamment le matin. Ma secrétaire avait alors pour consigne de répondre que j’étais à la bibliothèque de l’Assemblée nationale, en train de ciseler un discours pour le ministre. En fait bien sûr je dormais profondément, après une dure nuit de sociologie du nightclubbing.

C’est de cette riche expérience en matière d’inculture générale que j’ai souhaité faire profiter aujourd’hui mes contemporains. Une démarche humaniste au sens plein du terme, puisqu’elle n’a d’autre but que l’élévation de l’homme.

Elévation spirituelle bien sûr, comme l’ensemble de mon œuvre. Mais élévation sociale aussi : grâce à ce petit livre vert, plus jamais vous n’aurez l’air ridicule en société. « La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié », disait Édouard Herriot. Eh bien, avec moi, vous pourrez faire mine d’avoir oublié tout ce qu’en fait vous n’avez jamais su !

Paru sur Causeur.fr.

Un commentaire à “Autocritique”

  1. obligatoire
    12 Avril 2011 à 10 h 14 min #

    j’aurais aimé le lire mais j’ai besoin de nouvelles chaussures …

Réagir