Suivre Causeur :     

Les blogs Causeur : AntidoteAsile de blogBonnet d'âne

Visiter Causeur.fr →

Article

Quand un rappeur “dérape”

Parmi les sujets évoqués à Ce soir (ou jamais !) mardi 22 janvier, le “mariage pour tous”. “Encore ? ”, diront les ronchons. Mais tout est dans le casting, et j’ai déjà vanté ici le talent du “master-chef” Taddeï pour nous concocter des plateaux télé savoureux et originaux.
Sa trouvaille, ce soir-là : au milieu d’un aréopage de spécialistes et de personnalités engagées, il avait casé un véritable ovni en la personne du rappeur MC Jean Gab’1 (mais oui). Comme son nom et son CV l’indiquent, ce rappeur-là n’est pas banal. Élevé par la Ddass, il a d’abord exercé la profession de braqueur avant de se reconvertir dans la musique – qui, semble-t-il, n’a pas entièrement adouci ses moeurs.

En quelques années de carrière, avec son franc-parler et son tempérament bourru, le gaillard a déjà réussi à se brouiller avec la quasi-totalité de ses collègues rappeurs — qu’il prenait volontiers à parti, notamment dans une chanson explicitement intitulée J’t’emmerde.

Sur ce plateau, où il ne connaît visiblement personne, MC Jean Gab’1 est plus réservé, mais nullement intimidé. Malgré les explications des politologues, sociologues et autres parlologues, c’est bien simple : le mariage homo, il ne comprend toujours pas le concept. « Un mec et une femme qui se marient et qui font des enfants, c’est la famille normale que je connais ! Bon maintenant, si tu mets ensemble deux gus ou deux meufs, ça les regarde… Mais après, tu fais comment pour les enfants ? “C’est mes pères, c’est mes mères, c’est mes deux machins”… Y’en a qui vont péter une durite à un moment ! »

Bref, toute cette histoire, ça lui « passe par-dessus l’épaule » — ce qui ne l’empêche pas d’aggraver son cas en évoquant un certain lobby homo : « Dans le show-biz aujourd’hui, quand on veut réussir, il vaut mieux être gay friendly ! » Avec tous ces propos borderline au regard du prêt-à-penser en vogue, comment notre rappeur fou a-t-il pu échapper à l’accusation d’“homophobie” si en vogue aujourd’hui ? Mystère et boule de gomme ! A-t-il été protégé de cette infamie en raison de son appartenance à une autre minorité ? De fait, son profil ne correspond guère au cliché selon lequel l’hostilité au “mariage pour tous” serait l’exclusivité d’une « France blanche, catholique et de droite » (Nicolas Domenach, de Marianne). À moins que ses contradicteurs n’aient craint, tout simplement, que ce Gab’1-là leur administre un bourre-pif…

En tout cas, auparavant, le pauvre Henri Guaino n’avait pas eu droit aux mêmes ménagements. Pour des propos plutôt bénins sur les « droits des enfants », lui s’était bel et bien fait traiter d’« homophobe » par le romancier Dominique Fernandez.

Prenez garde, monsieur l’Académicien ! La pensée qui sous-tend cet amalgame breveté LGBT, c’est la “théorie du genre” et sa redoutable logique d’indifférenciation sexuelle — qui finira par détruire l’homosexualité elle-même !

Publié dans Valeurs Actuelles, le 30 janvier 2013

13 commentaires à “Quand un rappeur “dérape””

  1. Courouve
    31 Janvier 2013 à 9 h 52 min #

    Les parlementaires d’Outre-mer ne voteront pas le projet car leurs électeurs y sont très majoritairement hostiles.

  2. Christian DANIEL
    31 Janvier 2013 à 11 h 07 min #

    Nicolas Domenach a été, encore, plus précis « l’ouest de la France blanche, catholique et de droite » – comprendre de Versailles à la pointe du Raz en passant par Sablé et la Roche sur Yon.
    J’ai, éffectivement, vu l’émission de Taddeï, ce soir-là et il était savoureux de voir cet « histrion » semer la zizanie parmi les belles âmes en sachant très bien qu’il n’avait rien à craindre contrairement aux autres – « quand un type de 120 kg parle, généralement, ceux de 60 écoutent » somptueuse métaphore de Bernard Blier que l’on attribue, à tort, à Michel Audiard, un temps béni où on avait le bon sens des formules qui claquent. Un temps, hélas, révolu.
    A noter, aussi, les deux jeunes femmes « socio-machins » qui attendaient le sens du vent avant de s’exprimer, intimidées par Clément Rosset qui nous l’a joué Bukowski ( dommage ! ).
    Sinon, hier soir, sur France 2, je me suis obligé à suivre la série « Tiger lilly » pour « comptabiliser » les clichés – j’ai, très vite, lâché l’affaire, de comptabilité je veux dire, car je n’ai que dix doigts.
    Un moment d’anthologie ( enfin, par rapport au reste !) quand le petit noir ( forcément ), élevé par deux mères tellement symboliques de la France de 2013, réclame un père et ramène un gros bourrin, genre première ligne de rugby ou éléphant dans un magasin de porcelaire. Et en plus, il l’adore, ce petit con ! ( à vous dégoûter d’assiter aux petites saûteries de l’ami pierrot ).

  3. StChom
    31 Janvier 2013 à 12 h 11 min #

    Mais trop du LOL, quoi.

    Si le gangsta rap, le bling diamantaire des femmes objectivées sur des capots de voitures rouges, vient défiler derrière Frigide (mais vous ne leur ferez pas porter vos petits maillots roses), vous aurez enfin trouvé un soutient à la hauteur de vos réflexes paléo-corticaux.

    Je ne suis pas raciste : on peut être noir et bas du plafond, hein.

    Comme vous, mais lui disposant au moins de circonstances atténuantes, ne plus croire en l’humanité au point de ne plus penser « qu’à sa gueule ».

    Pasqua y’a pas de raison. ;)

    La gêne sur le plateau était effectivement palpable, le type y incarnait presque idéalement la posture réactionnaire : confusion des idées ressassés plutôt qu’articulées, et violence sourde.

    Un nervi dont vous ne relevez pas la saillie intrinsèquement homophobe, celle qui trahit le fond du fondement de la pensée, comme de celui de pas mal de vos amis, et autour duquel il tournait depuis le début de l’émission comme un boxeur hésitant à baisser sa garde : « l’homosexualité est une mode », et « il y en a quand-même beaucoup dans le show-biz »…

    Soudain, comme l’irruption d’une analyse anthropologique.

    D’une étoile à l’autre, godwinons de concert, j’aimerais entendre son opinion, comme celle de vos amis, sur « la mode des juifs dans la finance »…

    Là non plus, je n’attend pas de surprise.

  4. Christian DANIEL
    31 Janvier 2013 à 14 h 39 min #

    Vous irez lui dire en face, c’est plus courageux. Et dieu ( pardon Dieu ! ) sait qu’il va nous en falloir, du courage, pour affronter des tempêtes et des vagues autrement plus scélérates que le mariage pour tous. Demandez aux ouvriers de Florange, d’Aulnay, de Gemenos, de Châteaulin … ce qu’ils pensent de l’avenir, leur avenir face à un gouvernement qui feint de ne pas les entendre ( je vous conseille le livre de Bertrand Rothé « de l’abandon au mépris » ) … salauds de pauvres !.
    Quand à voir dans les propos, certes un peu cavaliers pour les arbitres des élégances littéraires, de MC Jean Gab1, l’irruption d’une analyse anthropologique ( avec tout le mépris, la suffisance et la condescendance dont vous êtes capable, hors de tout danger physique ) sur le Show Biz … il ne fait qu’enfoncer une porte de saloon déjà ouverte. Rien de nouveau sous le soleil !
    Vous connaissez la différence entre une nymphomane et prostituée : le première fait l’amour par plaisir et gratuitement, la seconde, jamais. C’est la raison pour laquelle vous ne verrez jamais un « artiste » français se compromettre sur les barricades de Gandrange ou de Pétroplus.

  5. Christian DANIEL
    31 Janvier 2013 à 14 h 41 min #

    …une nymphomane et UNE prostituée … désolé

  6. LeCapitaine
    31 Janvier 2013 à 16 h 07 min #

    Vous aviez usé tous les épisodes de SP pour devoir chercher du soutien chez des intellectuels de ce niveau?

  7. Fernand Naudin
    31 Janvier 2013 à 23 h 21 min #

    « De fait, son profil ne correspond guère au cliché selon lequel l’hostilité au “mariage pour tous” serait l’exclusivité d’une « France blanche, catholique et de droite » (Nicolas Domenach, de Marianne).  »

    Cher Basile, attendez un peu… oh pas longtemps, juste le printemps prochain, et venez nous rendre visite dans nos provinces islamisées à 30/40 %. Et vous allez pouvoir visualiser le bonheur in situ du « mariage pour tous ».

    Parce que le samedi après-midi, devant la maire de (sous préf’ quelconque), quand vous allez avoir l’un derrière l’autre (tss tss tss, aucune ironie !!) le mariage de Mohamed et Djamila avec les familles au grand complet. Dont un bon tiers de femmes voilées. Et ensuite (mieux !!), le mariage de Stéphane et thierry… ou mieux, le mariage d’Anne Charlotte et Audrey.

    Là vous aurez de la bonne ambiance. De l’amitié. Du vivre ensemble version hard core.

    • basiledekoch
      1 Février 2013 à 10 h 58 min #

      @ Fernand – Bien sûr que je connais aussi « nos provinces ». Mais nulle part l’islam, que je sache, n’est le vecteur du mariage-pour-tous. Difficile de lui reprocher à la fois de charrier la charia et son contraire !
      Battons plutôt notre coulpe sur notre poitrine ! Dans cette France acéphale et hydrocéphale plus encore qu’ailleurs, « le poisson pourrit par la tête ».

      • StChom
        1 Février 2013 à 13 h 36 min #

        Vous ne vous comprenez pas entre vous, les gars.

        Permet à un hydrocéphale, Basile, de t’expliquer ce que ton ami voulait te décrire :

        Loi de lui l’intention de faire des l’islam un vecteur d’homophilie acéphale.

        imagine plutôt, Basile, devant une mairie de sous préfecture, des couple de bicots faisant la queue pour se marier, avec dans la même queue, devant ou derrière (wink wink), des couple de pédés, ou encore mieux, nom de dieu, de gouines ! Ah Ah Ah ! On va bien rire, quand ces couples de terroristes vont s’en prendre à ces couples de tordus ! Ça va être hardcore ! Ah Ah Ah !

        Basile, je te présente Fernand, ton copain de blog.

        • Fernand Naudin
          1 Février 2013 à 14 h 43 min #

          Bizarre, vous n’arrivez pas plus à faire le « comique » qu’à faire le « savant ».

          En fait vous êtes une caricature du français moyen. La seule chose qui vous intérresse c’est ce qui se passe dans votre petite boite crânienne.

          Le vaste monde, qui commence à votre porte, vous irrite. Vous dérange.

          Vous avez beau le triturer dans tous les sens, jamais il ne vous permettra de valider vos théories bidon.

          La réalité c’est une saloperie !!

          Taper avec ses petits doigts boudinés sur son clavier, ça s’est confortable. Devant le petit gars là haut vous baisseriez les yeux tel le larbin moyen.

          Il ne vous viendrait pas à l’idée de le traiter de bas de plafond « en vrai ».

          La force de vos convictions s’arrête devant la comparaison de vos petits bras avec ceux de ce petit gars.

          Cruelle réalité…

          • StChom
            1 Février 2013 à 15 h 23 min #

            Oh oui, encore. :) ))

      • Fernand Naudin
        1 Février 2013 à 15 h 11 min #

        @ Basile : en démocratie, le poisson ne pourrit pas par la tête.

        Pendant 5 ans j’ai entendu les électeurs de Sarko m’expliquer qu’ils n’avaient pas élu Sarko.

        Là, il n’a pas fallu 3 mois avant que Normal devienne lui aussi un président sans électeurs.

        Une majorité de crétins ont voté AUSSI pour la proposition 31. Et bien ils l’auront leur mariage homo.

        Ah ils sont majoritairement contre ?!?! Et bien il fallait pas élire Normal.

        La Grande Boutique mondiale a des besoins. Nos politiciens sont là pour les satisfaire.

        La Boutique a besoin d’une vaste population de consommateurs uniformes : il faut supprimer les sexes, les religions, les opinions politiques.

        Du moment que tout le monde a son Iphone.

        Les idiots utiles, genre StChom, occupent l’espace médiatique. La machine avance.

        Vos enfants pourront plus tard se commander un bébé sur internet si monsieur ne veut pas prendre le risque de voir madame prendre deux tailles en plus.

        Des bébés triés génétiquement pour que le monde soit vraiment beau.

        La machine avance. Tout va bien.

  8. Borgo
    3 Février 2013 à 15 h 23 min #

    Pour Fernandez, c’est simple : le monde est divisé en deux catégories. 1/ les homosexuels (y compris ceux qui le sont en l’ignorant. 2/ les homophobes, c’est-à-dire tous les autres.

Réagir