Fascisme dur, fascisme mou

Les noms d’oiseaux volent bas depuis quelques jours. Voter MLP, ce serait donc voter fasciste. Ou mieux : nazi. À point Godwin, point Godwin et demi. Et voter blanc c’est tout pareil — un demi-point de mieux !
Claude Rochet, qui a fait une brillante carrière dans le privé et dans le public, professeur des universités et vieux spécialiste du fascisme français, a beau expliquer dans une tribune rigoureuse ce qu’est le fascisme, et comment le vrai fascisme a toujours été du côté des puissances économiques, c’est sur Marine Le Pen que l’on s’acharne. Et mieux que cela : sur tous ceux qui n’appellent pas à voter pour son adversaire. Mélenchon, tu n’as pas honte d’être fasciste ?
Pourtant, comme le souligne mon ami Jacques Sapir analysant le programme de MLP, « la décence devrait obliger cette même meute de reconnaître qu’il n’y a rien de « fasciste » ni dans son programme ni dans le comportement de son mouvement. Où sont donc les milices armées qui tiendraient les rues ? Depuis des années, elles viennent d’une toute autre mouvance que le FN. A prétendre que le FN est « antirépublicain » on s’expose de plus à une contradiction évidente : si ce mouvement fait courir un danger à la République, il devrait être interdit et ses responsables emprisonnés. Si tel n’est pas le cas, c’est que ce parti n’est pas un danger pour la République. A vouloir se draper dans l’Histoire, cette meute journalistique et écrivassière se prend les pieds dans le tapis. Le programme défendu par Mme Marine le Pen est un programme populiste, avec ses bons mais aussi ses mauvais côtés. C’est un programme souverainiste, même s’il n’est pas exempt de dérapages, comme sur la question du droit du sol et de la protection sociale. On peut le contester, on peut même le réprouver. Mais, en faire un épouvantail est d’un ridicule achevé. Non, nous ne sommes pas dans l’Allemagne de 1933. Nous ne sommes même plus dans la France de 2002. Les choses ont profondément changé, sauf peut-être l’inconscience crasse de cette meute bavante qui nous rejoue la même partition qu’elle nous avait jouée lors du référendum de 2005. Et, il faut le souligner, elle avait été battue à l’époque ! »
Je suis loin d’approuver moi-même tout le programme de Marine Le Pen. Par exemple, ne pas vouloir scolariser aux frais de la République les enfants de migrants est une grosse bourde : il faut les sur-scolariser, et deux fois plutôt qu’une, et leur apprendre la langue française qui sera leur vraie patrie, et à travers eux scolariser leurs parents. Mais ce sera facile, dans les classes dédoublées que nous promet Macron.

Que je sache, ce ne sont pas les fascistes qui, le 1er mai, tentent de faire brûler les policiers — et s’en réjouissent. C’est une section CGT — désavouée par Martinez, légèrement débordé par ses troupes. À noter que Hollande ne s’est pas rendu au chevet du policier le plus gravement atteint — il a trop à faire à exhorter ses troupes à voter Macron. Le marionnettiste est sorti de son cagibi élyséen.Oui, le vrai fascisme a toujours été du côté des puissants — il n’est populiste que dans ses moyens. Aude Lancelin a dressé un état enfin lucide de la presse française, sidérée, chère âme, de ce que la quasi-totalité des médias soutienne Toufriquet. Ce qui met la France, au palmarès de Reporters sans frontières, au 45ème rang, « quelque part entre le Botswana et la Roumanie », ajoute la journaliste. Et de préciser: « Le tout à cause, contentons-nous de citer l’organisme international sur ce point, « d’une poignée d’hommes d’affaires ayant des intérêts extérieurs au champ des médias qui ont fini par posséder la grande majorité des médias privés à vocation nationale. » Jamais une situation pareille de mainmise quasi totale sur la presse ne s’était vue en France depuis 1945. »
Oui, le vrai fascisme n’est pas dans une résurgence d’Auschwitz — il faut toute la rhétorique échevelée d’Arno Klarsfeld pour oser le dire —, mais un enfant inavoué, quoique vigoureux, du néo-libéralisme qui a fait des médias son bac à sable préféré. Ceux qui ont célébré le mieux la première place de Macron au soir du 1er tour, ce sont les boursiers qui se sont rués dès le lendemain sur les actions des banques — entre + 8 et + 10% en moyenne.
Alors, si vous êtes banquier, ou grand industriel, ou gros propriétaire terrien ; si vous participez peu ou prou au dernier cercle du pouvoir — particulièrement du pouvoir bruxellois ; si vous êtes dans les petits papiers de Jacques Attali ou de Jean-Pierre Jouyet ; si vous complotez gaîment avec l’Institut Montaigne ou prenez vos ordres à l’Union des Organisations Islamiques de France — alors oui, votez Macron. Il est votre homme. Il est, comme le résume très bien Onfray, le paquet de lessive qui lavera plus blanc vos petits et vos grands bénéfices.
Mais dans tous les autres cas…
Et cela fait du monde.

La loi nous fait obligation de ne plus rien publier de politique à partir de vendredi 20 heures. Je vous prépare donc pour cette date un joli article sur l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites — ou quelque chose d’approchant. En attendant, bonne lecture — et pensez de temps en temps à moi, qui signe de mon nom ces chroniques du temps présent.

Jean-Paul Brighelli

158 réflexions au sujet de « Fascisme dur, fascisme mou »

  1. Vous avez nos bonnes pensées, vos mots nous permettent de savoir que nous ne sommes pas seuls à REFUSER d’être des DUPES. Pour nous, lucides face aux mensonges, aux errements de  » soit disant plus intelligents, plus puissants que nous », vous relevez le gant avec les mots, lettres noires sur feu blanc!
    Nous relevons votre courage,
    Et vous avez nos bonnes pensées.

      • Drôle d’époque: jamais mes enseignants, même les plus à gauche – et il y en avait! n’ont fait état de leur préférence électorale, que ce soit au lycée ou en fac (s).

        • Si vous savez qu’ils étaient à gauche, c’est qu’ils ont dû en faire état d’une façon ou d’une autre, à moins que vous soyez extralucide!
          Mais bon, je vous répond surtout pour signaler qu’il y a une différence entre les professeurs du secondaire, qui sont tenus au devoir de réserve, et ceux du supérieur qui ne le sont pas. Pour les producteurs de savoir, la liberté d’expression prime. (Ce qui ne veut pas dire qu’ils ont le devoir de s’exprimer…)

      • Pareil, j’ai même été choquée que le doyen de l’université de Dijon nous pousse voire nous oblige quasiment à voter pour Macron pour éviter de soit disant l’arrivée de hordes de fascistes ou paramilitaires décidés à en découdre avec la population.

        Je trouve même ce procédé absolument scandaleux. Ont-ils oublié que le vote est secret et que nul n’est censé interférer dans nos décisions ??

        Effarant….

        • Quand j’étais en hypokhâgne, un certain nombre de professeurs se présentaient aux élections: Robert Poujade pour le parti gaulliste, le prof de Philo pour le PCF, celui de Latin pour le PSU, celui de Grec pour le PS. On le savait de l’extérieur, Mais aucun d’eux ne nous a jamais seulement suggéré que son parti était plus recommandable que les autres.

        • Tout le monde a le droit de vous influencer, y compris par voie de presse. Et le vote reste secret: vous pouvez jurer la main sur le carnet de note que vous voterez X et voter Y le jour du scrutin sans que personne n’en sache rien. C’est d’ailleurs pour préserver ce secret que le passage dans l’isoloir est obligatoire.

    • Les présidents d’université se mettent à faire de la politique et de la propagande…
      Ce ne sont plus tout à fait des universitaires.

      Le cas ,plus ancien, de tel Inspecteur Général de l’Education Nationale , me semble encore plus scandaleux.
      Alain Bergounioux, né en 1950, et adhérent du Parti Socialiste depuis 1971 entre comme
      « chargé de mission » chez Rocard en 1988.

      En 1991, « départ » de Michel Rocard;il faut recaser le fidèle socialiste;par chance, Mitterrand a récemment introduit les nominations « au tour extérieur » pour certains corps,dont celui des Inspecteurs Généraux de l’Education.
      Et voilà notre ardent miltant nommé IG,malgré sa très brève « carrière » dans l’enseignement,au mépris de toute une tradition respectable.

      On pourrait aller jusqu’à dire que ce digne militant occupe un emploi fictif à l’Education Nationale;il est d’abord et avant tout un hiérarque du Parti Socialiste.

  2. Je signale à votre attention un article écrit par P. Muray en 2002 et repris par le journal Causeur en ligne aujourd’hui.

    Je ne trouve pas d’adresse sur votre blog (que je lis régulièrement) afin de prendre contact avec vous. Partager un verre au bar de la marine …

      • Arrêtez de donner vos horaires ou alors allez-y avec un Sarplaninac. Nous sommes allés voir des amis à Marseille il y a quelques mois avec notre chérie, ça me faisait penser à la réplique de Belmondo : « Quand un mec de 130 kg dit quelque chose, celui de 60 se tait ! » il n’y avait que les enfants et les vieilles dames qui voulaient la caresser, ah et un éducateur canin. Faites quand même un peu gaffe !
        .
        .

  3. Clair, et surtout courageux.
    Pour moi, je vois Macron traiter les ouvrières licenciées de Gad d’ »illettrées », je vois son maître Attali traiter Whirpool d’ »anecdote », et son autre maître Hollande traiter les pauvres de « sans dents »… C’est toujours le même mépris social, la même froide indifférence pour ceux que la mondialisation écrase. Il se passera du temps avant que je vote pour eux.
    Et, Jean-Paul Brighelli, ne cédez pas à la tentation de l’abandon devant la débâcle programmée de l’enseignement. Continuez à dire ce qui doit être dit, ce ne sera jamais « à vide, pour rien « , comme vous le craigniez dans une précédente chronique. Et puis, selon l’austère mais belle devise, « Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour perséverer ».

    • @JGaragnon
      « Macron traiter les ouvrières licenciées de Gad d’ »illettrées », »
      Et encore, cette seule affirmation pourrait passer pour l’expression claire d’un réaliste qui constate un obstacle à l’emploi des dites personnes.
      Mais quand le même affirme vouloir faire venir des personnes immigrées, certes respectables, mais illettrées en Français, et, le plus souvent, dans leur propre langue, on constate simplement l’incohérence.
      Ou plutôt la seule cohérence avec l’idéologie de la Bien Pensance, et pas avec les intérêts du pays qu’il va probablement diriger.

      • @Fixpir
        Je suis d’accord avec votre restriction: la remarque n’était pas aimable, mais elle pouvait refléter une (regrettable) réalité. Reste qu’un homme qui prétend diriger le destin du pays aurait alors dû pousser sa réflexion un peu plus loin, et se demander s’il n’y avait pas un problème avec un enseignement qui, 130 ans après Jules Ferry, produit des illettrés…

  4. Je prédis que le sobriquet inventé par Dugong et adopté avec enthousiasme par nombre de commentateurs du Maître va entrer dans la langue.

    Si Dugong faisait payer ses saillies,il serait vite très riche.

    • Dugong est maître-étalon : il ne fait pas payer ses saillies, mais on le naturalisera après sa mort (par haras / sement, probablement) au pavillon de Breteuil.

  5. « Si Dugong faisait payer ses saillies,il serait vite très riche. »
    Non! Pensez, à son âge, ce genre de sport…

    Rien à rajouter à l’article du Boss-Gourou-Supremo etc, si l’on a lu le premier lien proposé avant; reste une question qui hante mes nuits: si tant de personnes sensées et honnêtes sont contre le FN, est-ce :
    - parce qu’elles sont désinformées?
    - parce qu’elles ont des oeillères idéologiques?
    - parce qu’elles ont, sur le fond, raison?

  6. Franchement, Brighelli, si vous votez pour cette radasse qui n’ aucune proposition sérieuse à faire, qui ne connaît pas ses dossiers et qui attaque faute d’avoir quelque chose à présenter, vous êtes vraiment le dernier des imbéciles. On est à une demi-heure de débat et vous avez vu ce qu’elle a à dire ? RIEN ! C’est du vent votre Le Pen et elle pue.

    • Si votre seul argument c’est de dire « elle pue », c’est plutôt vous le dernier des imbéciles…
      1/ On a le choix entre un programme économique prétendument mal ficelé – mais qui sera de toute façon très difficile, pour ne pas dire impossible à mettre en oeuvre, et un programme sociétal explosif puisque flirtant sans sourciller avec l’islamisme tendance salaf et kalash qui lui sera mis en oeuvre sans problèmes : lequel est le plus dangereux ?
      2/ On a le choix entre une candidate qui n’aura sans doute pas de majorité à l’assemblée (donc cohabitation prévisible) et un candidat qui va agréger autour de lui tous les crevards de la politique qui cherchent un portefeuille ou un fauteuil confortable et ainsi obtenir probablement une majorité à l’assemblée (alors qu’il faudrait justement lui imposer une cohabitation…) : lequel est le plus dangereux ?
      Plutôt que de bêler avec les moutons, utilisez donc ce qui se trouve entre vos oreilles pour comprendre ce qu’elles captent, plutôt que de fixer l’écran de fumée qu’on vous jette devant les yeux.

  7. Pas besoin de Sapir pour parler du programme du FN. Pour ceux qui connaissent, le fonctionnement de la principauté de Monaco est en tout point similaire au programme du FN sur la plupart des points : notamment immigration, préférence nationale aux ressortissants et aux entreprises.
    Plein de fascistes à Monaco ? bah…

  8. Demandez le programme, demandez le programme, demandez le programme du FN ? Le quoi ?
    Ben, y ‘en a pas !
    Elle est nullissime.
    C’est quand même consternant de voir que l’on doive subir au deuxième tour une telle incurie chez une candidate. C’est de l’inconscience de voter pour une c… pareille.

  9. Hallucinant ! Les douaniers ( qui dépendent du ministère des finances et qui ont vocation à s’occuper des marchandises ) arrêteront les terroristes avec MLP. Ben, voyons !
    Non, mais ce n’est pas possible qu’on laisse le pouvoir à une incapable pareille !
    En tout cas, bel exemple de discours fascisant, de comportement fascisant, d’intolérance. C’est inouï.

  10. Historiquement, les régimes totalitaires (fasciste et nazi) ont été soutenus et financés par le grand capital.
    Aujourd’hui le grand capital ne soutient ni ne finance MLP, il soutient et finance Macron, par l’intermédiaire du quarteron de milliardaires des médias à l’origine d’une opération de propagande comme on n’en avait pas vu depuis…les régimes totalitaires (nazi et soviétique).
    Ce soutien du grand capital ne signifie pas que Macron est fasciste, c’est juste un fait, un fait corrélé par l’incroyable rebond boursier au soir du premier tour.
    A cette confusion s’en ajoute une autre pour l’électeur: MLP défend un programme économique étatiste et interventionniste (donc de gauche) assez largement copié sur celui de Mélenchon, tandis que Macron défend un programme ultralibéral (donc de droite) quasiment semblable à celui proposé par Fillon: un Marx et un Hayek n’y retrouveraient pas leurs petits!

  11. Dixit la brillante économiste MLP » On va se libérer de la monnaie commune pour adopter une monnaie commune qui est un panier de monnaies qui était l’euro déjà avant l’ECU  »
    Yeees !

    • Pour sûr, le passage à la monnaie unique était irréversible et toute tentative de retour à la situation antérieure signifierait avec lui celui de la peste bubonique, des éruptions volcaniques dans la chaîne des Puys, voire la réouverture du rift alsacien et la chute d’une astéroïde sur le Poitou.

      Apprenez que la Marine n’a rien inventé, des économistes très sérieux ont évoqué cette piste avant elle, et ils ont pour seule différence avec ceux de la télévision de ne pas être salariés d’une institution financière.

  12.  » On a effondré l’autorité du maître  » nous dit la grosse dame.
    Vous allez lui donner des cours de langue pour améliorer son français ?

    • Ne vous inquiétez pas, les médias et autres financiers veillent, MLP ne sera pas élue.
      Dormez en paix puisque cela semble vous traumatiser et vous causer des diarrhées lexicales sévères.
      Allez, dodo et rendez-vous dans quelques mois pour nous réjouir des réformes de Tonton Macron, le nouveau messie.

      • Pas besoin d’une aide extérieure, elle a montré toute seule son incurie et sa bêtise insondable. Soutenir ça, mon pauvre collègue. Tiens, ça me fait honte de savoir que vous êtes un collègue et que vous enseignez. Pauvres élèves de prépa. !

    • Les fascistes avaient un projet…
      Mais rendez-moi un service svp, définissez certains termes dont justement « fasciste ». Merci.

  13. Allez, je me permets un léger come back : putain, vous allez vraiment voter pour cette grognasse qui a le niveau d’un élève de 4e d’adaptation ?
    Je confirme, vous êtes, pour la plupart, consternants (pourquoi « ternants », d’ailleurs ?) !

    Sanseverina, fuyez, vous ne convaincrez personne ici.

    • Certes, mais en face il y a l’ultralibéralisme le plus cynique depuis Thatcher… Confier sa vie aux marchés financiers serait donc devenu le parangon de l’humanisme et de la solidarité: permettez qu’on en doute…
      La pêche, dimanche, est une alternative.

      • Tout à fait d’accord avec vous. J’avais en tête le niveau d’anciens débats et évidemment, les deux là ne sont pas des orateurs. Mais s’agit-il de cela ? Hélas, non !
        Et pitié pour les poissons, qui vont payer cher nos insuffisances !

  14. Je n’ai pas regardé le débat mais comme cela criait dans la rue j’ai pensé que c’était Macron et Le Pen qui finissaient de tailler la bavette !

  15. Le débat de hier est dans la ligne de toute ce qui a précédé.
    Un Macron d’une fatuité sans égal, le type qui ne dit rien, qui fait d’avantage penser, sans que ce soit péjoratif, à un représentant de commerce qu’à autre chose (il lui manquait le badge avec son nom au revers de sa veste).
    MLP s’est suicidée politiquement, c’est son problème, mais dans son naufrage, elle a entraîné par le fond une voix populiste, celle décrite par Christopher Lasch, elle porte l’immense responsabilité d’avoir fait passer pour des beaufs tous ceux qui la soutenaient avec conviction et elle a éloigné pour longtemps tous ceux qui auraient pu rejoindre un mouvement.
    Même Georges Marchais eu été meilleur hier soir face à Macron, c’est dire le recul en quelques années.
    L’avenir est radieux, une opposition droite gauche recomposée dans le même parti, officialisant une alternance d’opérette, un peuple totalement et durablement ringardisé.
    Les marchands de cannes à pèche ont de beaux jours devant eux, c’est la bonne nouvelle, la seule…
    Le clan des Onfray, le mien depuis Mitterrand, celui des abstentionnistes, vient de gagner quelques adhérents. Orwell, nous y sommes.

    • Et moi qui n’ai rien regardé de tout ça — ce que c’est que de ne pas avoir de télévision ! Il va falloir que je me mette à jour…

  16. Pour calmer les pisse-froid j’ai trouvé une solution ; plutôt qu’un vote blanc il suffit de glisser un bulletin en faveur de M. Le Pen et un en faveur d’ E. Macron dans l’envelloppe.
    Cela fait un vote nul il me semble.
    (j’ai commencé ma carrière d’électeur à 18 ans en participant au dépouillement dans le bureau de vote où j’étais électeur.
    Ca a peut-être évolué depuis.)

    Depuis les pays-bas (d’après l’IP) : la Hollandie :)

  17. Je ne regarde jamais ces combats intraspécifiques qui pimentent les plaisirs tristes des innombrables mimile et germaine qui votent comme ils grattent au tabac du coin.

    La caissière est nulle, c’est avéré depuis longtemps. Je dirais même plus, c’est une bulle puante autoproclamée, alliée toxique des pouvoirs qui l’instrumentalisent périodiquement.

    Raison de plus pour ne pas plébisciter Toufriquet, dérisoire polichinelle que la réalité du pouvoir épuisera très vite. L’abstention massive est la seule attitude de stoïque sobriété des pauvres acculés * que nous sommes avant des législatives d’ores et déjà vendues à guichet fermé.

    https://www.lesechos.fr/elections/legislatives-2017/0212035461141-sondage-en-marche-donne-gagnant-des-legislatives-2084198.php

    * acculé : « En termes de blason, se dit du cheval et du lion quand ils sont cabrés, et de deux canons placés sur leurs affûts, et dont les culasses sont opposées l’une à l’autre. » (Littré).

    • Jugement lapidaire.
      Je garde toujours du respect pour les manipulés car dans un monde ou tout est mis en place pour que justement ils le reste (La fabrique du crétin, entre autre, du Maître de céans), il est même étonnant qu’il y ait encore une résistance.
      Je vous rejoins sur l’abstention qui est ce que je pratique depuis 1981, me déplaçant seulement pour les municipales, ayant l’infini bonheur de vivre dans un village à 15 minutes de la mer.
      Votre précision sur acculé est utile, eu égard à la situation qui certes n’est que la continuité dans le renouvellement, certains pourraient s’en gratter le fondement sans cela.

    • Juste une question Dugong, si tant est que vous acceptiez de répondre vraiment. Si le FN avait de fortes chances de passer, vous abstiendriez-vous ?

  18. Un VRP contre une poissonnière…
    Le niveau de la classe politique a considérablement baissé depuis le fameux débat Mitterrand/Giscard et ses répliques au rasoir.
    Je ne peux m’empêcher de penser que c’est en partie lié à la baisse du niveau scolaire.
    En 2022 le débat de l’entre-deux-tours opposera peut-être deux post-ados geeks qui s’affronteront par l’intermédiaire d’un jeu vidéo…

    • Après Homo sapiens vient l’actuel Homo Avecsespieds puis viendra Homo Hologrammus dont 2 clones se macront périodiquement avec toute l’apparence du réel à coups d’épais lasers dans les conapts où s’entasseront néo-Mimil.e et néo-Germain.e

    • Je crains que ce ne soit tout ce que nous méritons. Le débat d’hier soir — surtout vu en différé — était consternant.

  19. Fête du 7 mai:

    Choisir entre le Maquereau et Lapine, pour qu’ils aient ma peau comme celle d’un vulgaire maquereau mariné?
    Vous me prenez pour un de ces glands qui donnent leur voix à n’importe quel incompétent ?
    Qu’elles se débrouillent sans mon soutien, ces deux loques : j’ai ma fierté d’éminent petit patriote contribuable, tout le monde ne peut pas en dire autant. Nous partirons donc à la pêche le coeur joyeux au lieu de participer à ce simulacre mafieux.
    ABSTENTION !

    • Asticot blanc, rouge? Cuillère, leurre en plastique?
      Voici des choix bien plus intéressants que le choix politique qui nous est offert…

    • Moi, je l’ai, mais je n’ai pas regardé non plus. Aucun intérêt ! Nous savons tous à quoi nous en tenir. La seule chose qui vaille
      , c’est de savoir qui peut le mieux rétablir l’école et la laïcité à la place qu’elles n’auraient jamais dû quitter. Tout le reste en découle, y compris l’économie.

  20. Comme son maître Hollande, Macron est passé par la French-American Foundation et son programme « Young leaders ». Programme à travers lequel les Américains repèrent les jeunes Français prometteurs qui pourront un jour administrer leur colonie gauloise.
    Outre Hollande et Macron, ce programme de formation (ou de formatage?) a également recruté les actuels ou anciens ministres Vallaud-Belkacem, Montebourg, Marisol Touraine, Bruno Le Roux, Moscovici etc. ainsi que Colombani, Alain Minc etc., et d’ailleurs autant à droite, de Juppé à Wauquiez. Bref, rien que du beau linge. Et devinez pour quel candidat ils se prononcent tous.
    (Voir une liste plus complete dans Wikipedia, article « French-American Foundation)

  21.  
    Le fascisme ? En psychanalyse, on connaît bien le mécanisme de la « projection » : on attribue aux autres ce qu’on ne veut – ou qu’on ne peut – pas voir chez soi. Il n’est que de voir le comportement des « anti-fa », de certains syndicalistes, etc.
     
    Le point Godwin est malheureusement devenu l’argument ultime de ceux qui n’ont pas d’arguments.
     

  22. Le Pen/Macron: j’ai honte.
    Je ne devrais pas, je n’y suis pour rien, aucun des deux n’était, n’est ou ne sera mon candidat.
    Mais je n’y peux rien, je ne parviens pas à me départir de ce sentiment de honte.

    • Quasiment aucun. Le président Macron ne sera que le manager soumis à la technocratie bruxelloise, elle-même soumise à l’oligarchie financière dont il est l’émanation. La démocratie n’est plus qu’un leurre. Et à propos de leurres, je dois choisir ceux que je vais utiliser dimanche pour mes activités halieutiques.

  23. Comme d’habitude, gros gloubi boulga économique dans la tête de JPB et de celle de nombreux commentateurs, à base de fascisme et d’ultralibéralisme.
    Le fascisme historique est avant tout un totalitarisme étatique, construit en opposition au libéralisme, et effectivement soutenu par les grands groupes industriels, sur lesquels se sont appuyés Mussolini et Hitler, pour installer ce capitalisme de connivence qui est aujourd’hui la base de l’économie française et européenne.
    « Tout dans l’Etat, rien contre l’Etat, rien en dehors de l’Etat. », telle était la devise de l’état fasciste italien.
    Pas grand chose à voir avec le libéralisme, ou même avec la liberté.
    Ça me fait mal de le dire, car je me fais l’effet de hurler avec la meute, mais avec cette définition le FN est REdevenu un parti fasciste. En mettant sur la touche le libéralisme un peu vieillot du papa.
    Macreux est-il pour autant un chantre de l’ultra-néo-libéralisme ? Lui aussi est un défenseur du capitalisme de connivence, soutenu par « les coquins et les copains ». Il le vit juste à l’échelle européenne là où MLP veut le ratatiner à l’échelle nationale.
    Tout ça ne fera pas une grosse différence pour les moutons qui seront toujours tondus aussi ras en échange d’une hypothétique protection contre tout et n’importe quoi, mais pas contre le couteau du boucher.

    • « Tout ça ne fera pas une grosse différence pour les moutons qui seront toujours tondus aussi ras en échange d’une hypothétique protection contre tout et n’importe quoi, mais pas contre le couteau du boucher. »
      Exact, isoloir rime avec abattoir.

    • On peut voir cela comme vous le voyez: l’analyse en termes de « capitalisme de connivence » est intéressante et largement fondée.
      On peut aussi réfléchir sur la formidable capacité d’adaptation du capitalisme (dans sa version ultralibérale): tel un parasite ultime, il se greffe, il s’adapte et prospère sur n’importe quel régime ou système politique: du fascisme italien au nazisme en passant par les théocraties islamiques. Dans cette optique, l’alliance entre le fascisme étatique et l’ultralibéralisme n’est plus un paradoxe: la finance n’a pas d’idéologie, elle n’a qu’un but (le profit) et elle s’allie avec qui lui permet d’atteindre ce but, au gré des circonstances politiques.
      Hier, c’était Mussolini et Hitler que le capital avait choisi parce que le réarmement et les perspectives guerrières laissaient présager de gros bénéfices; aujourd’hui, c’est Macron parce que la dérégulation du marché de l’emploi et la mise en concurrence des salariés à un niveau européen et international (via une immigration relancée) laisse aussi envisager de sérieux profits; demain, ce pourrait être le Pen ou n’importe qui d’autre, du moment que la finance y trouverait son compte.

  24. Tous ceux qui voteront pour Macron, fût-ce avec les meilleures intentions du monde, devront avoir l’honnêteté d’en assumer les conséquences: chaque fois que se suicidera un chômeur désespéré, un paysan que Bruxelles étrangle, un travaileur épuisé par la course au rendement, qu’ils se disent qu’ils ont voulu cela.
    Et à côté de ces drames dont on parle (un peu…), il y a tous les drames invisibles causés par le chômage ou le déclassement dans une société malade du libéralisme: divorces, maltraitance, alcoolisme… Bref, l’envers du brillant décor de la société du CAC40.

      • La politique économique serait-elle aussi illusoire que la guérison des écrouelles ?

        Et la politique scolaire, n’a-t-elle aucune influence sur les conditions de travail des profs ? Il m’avait semblé comprendre que non.

    • Ce sera aussi de leur faute s’il neige en plein été. A partir de maintenant, c’est décidé, tout sera de leur faute. Déjà, tout ce qui s’est passé depuis 10 ans, c’est de la faute de Macron, alors!
      On se croirait dans une cour de récréation ! Et puis la faute, le vieux relent catho !

      • Curieusement, en écoutant et voyant Macron lors de ce débat, nous fûmes plusieurs à avoir l’impression de revoir Sarko, dans le phrasé, dans les gestes et dans sa défense de la finace et des marchés. De mauvais augure…
        Je me répète: pour une pure âme de gauche, le vote Macron doit être un vrai sepuku…assez comique. Mais vous y êtes tellement habitués que l’on se demande si ce n’est pas un choix!

  25. Oui ou non Emmanuel Macron a-t-il un compte Vahiné ?
    Je suis prêt à passer l’éponge s’il nous fait des aveux circonstanciés car enfin épouser sa maman à vingt ans cela explique qu’on rêve à des danseuses du ventre des tropiques.

  26. Eh oui, tout ceci est d’un grotesque ! Il n’y a jamais eu de fascisme en France , pas plus dans les années 1930 qu’aujourd’hui ! C’est René Rémond qui le dit, le meilleur historien de la vie politique du XXe siècle (Notre siècle, p.150, chap.  »Où est le fascisme en France? »,L.P.,Collection ‘Histoire de France ‘ ! Il y a ceux qui connaissent l’histoire et il y a ceux qui la manipulent !
    Tous ceux qui  »luttent contre le fascisme » (comme en 2002, ce qui avait rendu Jospin très ironique ! ) seraient bien incapables de donner une définition du Fascisme et du Nazisme et de dire en quoi ils diffèrent !
    Rappelons que pendant des décennies la gauche a traité De Gaulle de  »fasciste »!

  27. Il fut un temps où l’on demandait un front républicain contre l’extrême droite. Mais à bien y réfléchir le front républicain devrait plutôt se dresser contre M; Macron car au fond que propose-t-il sinon de finir de démanteler les services publics pour tout confier au privé ; ces services publics qui font l’essence de notre république. Rien qu’hier lors du déballage (on ne peut parler de débat vu la piètre qualité des échanges) il a dit qu’il allait financer l’assurance chômage en augmentant la CSG et que pour compenser cette hausse il réduirait les charges sociales des travailleurs dont celle sur la sécu et les retraites. d’après lui cela augmentera le pouvoir d’achat. A la différence que l’argent ainsi dégagé devra être versé à des fonds privés de retraite ou de santé si l’on souhaite un jour espérer toucher quelque pécule.
    Je ne suis pas frontiste mais je me désole de voir la gauche (enfin ce qui se dit de gauche) faire le lit du FN en abandonnant tout discours de gauche au parti nationaliste. En reniant son passé pour une modernité libérale, les socialistes laissent le chant sémantique à l’extrême droite. Patrick Buisson avait réussi à faire récupérer quelques symboles de la gauche à Nicolas Sarkozy ; cela fait des années que les têtes pensantes de l’extrême droite ont compris que mieux que les images, ce sont les discours qui leur faut reprendre. Depuis plusieurs années, les discours du FN ont remplacé dans les médias les manifestations syndicales. Et le peuple qui travaille est encore sensible à ce discours gauchisant qui leur parle plus que la macro-économie (macron économie en faisant un jeu de mot facile).
    Enfin, pour finir, je dirai que je vais voter blanc et que j’en suis fier car entre choisir la peste et le choléra… Certains veulent nous faire culpabiliser en nous disant que ne pas voter Macron c’est voter Le Pen. En y réfléchissant bien, on peut aussi dire qu’en n’ ayant pas voté Macron au premier tour, c’était alors aussi voter Le Pen ! Finalement il aurait mieux valu pour la démocratie que M. Macron obtienne un score de potentat africain.

    • « Les Français ont le choix: la guerre économique ou la guerre civile. Ils auront les deux. »

      Pfff…terminé tout ça!! Il n’y aura pas de guerre civile car il y a disproportion des forces en présence, à moins, pour les quelques vieux cons obtus et arthritiques, de rentrer dans l’asymétrisme conflictuel en prenant le maquis ( et leurs médocs)…ah ah ah.

  28. Le débat? J’ai tenu une heure. La Marine est très très loin d’arriver à la cheville du paternel. Avec le JM, on aurait eu du bon!
    Nul. MLP était bidon et Macron pas beaucoup mieux.
    On est bien…le blanc sera donc ma couleur Dimanche.
    Après, la petite galère courra sur son erre pour aller s’échouer ou couler Dieu sait où, m’en fouti! Trop tard.
    Les enfants iront bosser ailleurs, le monde est vaste…

  29. J’ai regardé le débat. Je ne partage pas l’unanimité des avis fustigeant MLP.
    Le débat à longtemps porte sur le point fort de Macron, l’économie. Sur les questions regaliennes, elle a été correcte

    • Certes, je n’ai pas tout vu mais d’autres si; « correcte », à ce niveau, ne pourrait suffire: il s’agissait de confronter deux candidats à la gouvernance d’une nation ( ou de ce qu’il en reste) et non deux roquets chefs de clan.

  30. http://www.lefigaro.fr/politique/2017/05/04/01002-20170504ARTFIG00202-au-crepuscule-de-son-mandat-les-confidences-de-hollande.php

    Les sanglots longs de l’hollande me bercent d’une rancoeur monotone. Pauvre, pauvre Président, si proche de ne pas être haï!
    Rassurons les français: après cinq ans de travail – hum- et comme ses prédécesseurs, le François pourra profiter, jeune encore, d’une retraite très confortable, tous frais payés par les sans-dents.
    Amen.

  31. Fichue tablette!
    je recommence: je ne partage pas la sévérité journalistique unanyme à l’encontre de MPL. Certes, sur les questions économiques qui ont pris bcp de temps, Macron fut à l’aise (norma!) … pour ce qui est des questions régaliennes elle a tout de même assuré.

    Mais très peu de temps fut accordé aux questions primordiales!! LE DEVENIR DE L’ECOLE et L’ISLAM POLITIQUE ET RELIGIEUX.

    Les soutiens de l’UOIF à MACRON, qu’il a niés tout benoitement , les 2 personnes de son entourage liées aux frères musulmans, ses mots sur la culture Française, et sur l’Algérie, tout cela méritait davantage encore
    d’être relevé, reproché et argumenté.

    Et puis cette marée béélante derrière lui, cette longue procession aux multiples masques derrière ses basques, cela ressemble à une furieuse et folle sarabande de mort!

  32. J’ai suivi le début et la fin du débat d’entre 2 tours et je me demande comment une personne normalement intelligente peut envisager de voter pour Marine Le Pen.Son père est est un escroc capteur d’héritages et le FN un ramassi de bras cassés avides de pouvoir et de pognon.
    Madame Le Pen est une « radasse ».

    • Les autres, non, bien sûr !
      Le radassier, sorte de divan où on s’allongeait pour faire la sieste, pour paresser, exercice évidemment mal vu d’où la dérive vers prostituée.

  33. pour qui alu le programme de M.Macron, voici un passage qui intéressera certains :

    Extrait du programme de M. Macron dans la rubrique « Fiscalité et prélèvements obligatoires », paragraphe « soutenir l’investissement » :

     » En outre, nous maintiendrons les grands principes de l’Assurance vie, produit aujourd’hui détenu par 1 ménage sur 3 :

    Les avantages liés aux successions seront maintenus, y compris les abattements de 30 500 € ou 152 500 € selon l’âge de versement des primes.

    · Les revenus (déjà accumulés ou futurs) des versements déjà effectués ne seront pas concernés par la réforme : le prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5% au bout de 8 ans et l’abattement de 4 600 € (9 200 € pour les couples) seront maintenus pour ces revenus.

    Les revenus perçus sur les sommes versées après la réforme et qui contribuent au développement de l’économie ne seront pas non plus concernés, sauf pour les encours supérieurs à 150 000 euros.
    La mise en place du PFU n’aura donc aucun impact sur l’immense majorité des Français qui détiennent un contrat d’Assurance Vie. »

    Pour mémoire :

    La directive BRRD est en application depuis le 1er janvier 2016, traduite en doit français par l’Ordonnance n° 2015-1024 du 20 août 2015 portant diverses dispositions d’adaptation de la législation au droit de l’Union européenne en matière financière autorise donc les banques en faillite aux prélèvements sur les comptes de particuliers. Cette disposition a été étendue en 2016 aux contrats d’assurances vie. Je n’ai pas retrouvé toutes les sources mais j’avais, en juin dernier, fait un mail à toutes mes connaissances pour les alerter sur ce risque, avec à l’appui les liens vers textes officiels.

    J’ai quand même gardé la version originale de l’ordonnance car la version en ligne sur légifrance est évidemment incompréhensible !

    Quelques liens :

    http://eric.et.le.pg.over-blog.fr/2016/02/ponctionner-les-comptes-bancaires-pour-sauver-les-banques-est-devenu-legal-depuis-aout-2015.html

    http://www.soregor.fr/nos-offres/creer-reprendre/actualites/faillite-bancaire-garantie-des-depots

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Desormais-une-banque-pour-se-renflouer-pourra-ponctionner-les-comptes-de-ses-clients-42403.html (cet article indique que le palier des 100 000 € est fictif…quelle surprise !)

    Ce que j’en déduis, c’est que M.MACRON, en confirmant son soutien à ce type de placements d’épargne, incite les particuliers à y placer leurs économies. Ce qui, en cas de faillite bancaire, sera tout bénéfice pour ses amis de la finance. Et les économies des particuliers…oups !

    D’autant qu’avec un gouvernement par ordonnance, il aura vite fait de changer les règles….

    Aller, bonne chance !

  34. Je ne comprends pas monsieur Brighelli de voir autant de brillante personne qui conspue Mlp alors qu’ils ne votent pas pour elle. Le débat est une péripétie dans cette campagne. On ne peut demander à Mlp de tout savoir surtout en matière où même les économistes ne sont pas d’accord entre eux. Elle a le droit de s’être plantée sur sa stratégie après des mois de pilonnages mediatiques contre elles. Face à un monstre froid sans âmes qui était en train de passer son oral de l’ENA elle a fait comme elle a pu mais ne la traitait pas d’incompétente cette patriote quoiqu’on en pense à amener son parti au sommet. Pour votre gouverne regardez son interview avec Bourdin vous changerez d’avis et je vous invité aussi à regarder le débat sur l’Euro avec Jean messiha sur public sénat du 2 mai. Elle a fait mouche puisqu’il bavait ce qui démontre son profil psychologique et pour finir en la traitant de parasite. Macron va mettre en oeuvre les directives européennes attendez vous à des lendemains qui déchantent.

    • Voir la réflexion pleine de sens de « à neuf mille kilomètres de là » : « le vrai fascisme n’est pas celui que l’on croit. » Macron représente un danger immense. Il sera élu, je n’ai aucun doute. Mais il est essentiel qu’il ne puisse se targuer, comme Chirac en 2002, du soutien de 80% des Français.
      Sinon, nous avons les politiciens que nous méritons.

  35. Je suis expatrié depuis 13 ans en Asie. Je n’avais pas voté depuis 1997, trop écœuré par la politique. Je suis allé voter il y a deux semaines pour faire barrage à Macron et non pour faire barrage à Le Pen. Je devrais normalement voter Macron, j’ai le bon profil : marié à une femme étrangère, j’ai de bon revenus, j’ai été capable de m’adapter à la mondialisation, je vis dans une mégapole internationale… mais de coeur je suis toujours français et la France c’est autre chose. Je ne vais pas donner ma voix à une marionnette, une imposture. Oui, vous avez raison le vrai fascisme n’est pas celui que l’on croit.

  36. Le succès de Macron ne fait absolument plus aucun doute désormais; j’espère que le score ne sera pas mirobolant et attend beaucoup de l’abstention (qui minimise tout)
    Ensuite ce sont les législatives et les problèmes recommencent ; pas de majorité pour Macron serait l’idéal. Il y a la possibilité d’une majorité UMP ; échapper à Macron et à Le Pen pour se retrouver entre les pattes de Sarkozy via l’assemblé nationale n’a absolument rien d’enthousiasmant.
    Ce sont des élections globalement pas enthousiasmantes ; à aucun point de vue.

  37. Un taux de 25% d’abstentions prévu pour ce second tour.

    Encore un effort avec en ligne de mire les résultats de la présidentielle de 1969 (31% d’abstentions) où les électeurs se trouvaient devant le choix exaltant entre Pompidou et Poher.

    • Et si tu ajoutes les bulletins blancs ou nuls — j’en connais qui ont gardé précieusement un bulletin Mélenchon du premier tour et qui le glisseront dans l’enveloppe…

  38. C’est marrant tous ces pseudos nouveaux qui arrivent d’un coup d’un seul juste avant le silence obligatoire pour supplier les gens de s’abstenir ou de voter Le Pen. Vous n’êtes guère habile, Brighelli, de multiplier en fin de course des personnages fictifs qui ne reflètent que votre propre opinion. Personne ne s’y laissera prendre. Mais vous montrez que vous êtes un parfait frontiste avec les mêmes méthodes dégueulasses que votre championne.
    En attendant, je peux vous dire que la salle des profs hier bruissait des outrances et de la bêtise crasse de votre MLP. Jusqu’à présent, certains profs avec qui je parle hésitaient pour partie d’entre eux à voter Macron. Eh, bien je peux vous dire qu’après le débat, plus d’hésitation.  » On ne peut pas laisser passer quelqu’un d’aussi incompétent » ai-je entendu.  » « Quand, j’ai entendu ça, je me suis dit que je ne pouvais pas voter blanc  » etc etc…
    J’ai aussi entendu:  » Je ne pensais pas que Macron était aussi résistant, capable d’autant de sang-froid et aussi bon connaisseur des dossiers « . Eh, oui, qualités qu’on attend d’un chef de gouvernement.
     » Elle l’a agressé d’emblée avec des allusions sur sa vie personnelle, elle ressemble bien à son père « .  » En pire, a dit un collègue, elle est encore plus bête »
     » Elle se mélangeait les pinceaux sur les questions de l’euro et du franc et ne savait même pas ce que c’était que l’ecu. « Non seulement, elle est dangereuse dans son idéologie mais en plus elle est inapte à gouverner » et un autre de dire  » Elle ne peut qu’au mieux prétendre à un rôle dans l’opposition ».
    Et une jeune collègue fraîchement arrivée disait : « elle ricanait nerveusement comme les mauvais élèves qui affichent un rictus faute de pouvoir répondre à la question parce qu’ils ne savent rien » Et pourtant, elle avait des anti-sèches partout autour d’elle !

    • « La salle des profs hier bruissait des outrances et de la bêtise crasse de votre MLP. » (Sanseverina)

      Je crois, et vous serez bien d’accord, que le fait que tous les profs de votre salle des profs soient unanimes pour condamner MLP ne signifie pas une seule seconde qu’ils aient raison.
      On a constaté que les profs donnent souvent en troupeaux bêlants dans tous les panneaux ! Pardon pour l’image, car les panneaux sont des pièges à oiseaux ! Ce fut le cas pour la « séquence didactique », pour la condamnation du cours magistral, de la grammaire, de la pédagogie directive, du par coeur, de l’explication de texte linéaire, etc. Partout et toujours les profs en meutes se sont ingéniés – que voulez-vous? on est à gauche et comme le dit le chien de Jules Renard, « faut qu’aboie! faut qu’aboie! »! – à scier la branche sur laquelle ils étaient assis!
      Ce sont les mêmes qui ont cru que la loi Peillon était l’avenir ! On a vu quel genre d’avenir ! Aujourd’hui, les salles de profs de collège « bruissent » des lamentations, plaintes, gémissements et autres anathèmes contre la ministre – qui en simple exécutante de la politique éducative décidée à l’Elysée n’en peut mais – de ceux-là même qui ont voté PS en 2012 et acclamé Peillon !

      Quant au débat, toute question strictement politique mise à part, j’estime que, contrairement à ce que disent beaucoup de commentateurs, MLP a exposé clairement ses idées dans la mesure où son adversaire la laissait s’exprimer sans l’interrompre, ce qui était rare. Mais comme il semblerait, d’après les commentaires qu’on peut lire ici ou là, que cet adversaire ait beaucoup menti et avec aplomb, elle a souvent pris, il me semble, le seul parti raisnnable qui était celui de l’ironie ou du franc éclat de rire.
      Enfin, une remarque formelle : la violence dans l’expression voire sa vulgarité ( » méthodes dégueulasses », « bêtise grasse ») n’ont jamais servi la cause qu’on prétend défendre. On s’étourdit de sentences que l’ont croit assénées et définitives pour dissimuler en réalité la fragilité de sa position !

    • Selon vous, JPB a un don ubiquité : Il peut faire cours et dans le même temps, commenter sur son blog.
      Votre raisonnement me pousse à penser qu’il est parfaitement normal de votre part que vous votiez Macron.

    • « Vous n’êtes guère habile, Brighelli, de multiplier en fin de course des personnages fictifs qui ne reflètent que votre propre opinion. Personne ne s’y laissera prendre. »

      Vous êtes siphonnée. Je n’y ai jamais joué, je ne vois pas pourquoi je le ferais, et les gens (bien réels, et qui ne sont les doublures de personne) viennent d’eux-mêmes. La paranoïa serait-elle le fond de votre caractère ?

  39. Et après? chacun est quand même libre d’avoir des opinions même si elles paraissent stupides aux autres, non?
    Pour moi, le seul bon côté de Le Pen junior était l’espoir d’un coup de pied dans le nid de cloportes qu’est notre classe politique. J’aurais préféré Mélanchon dans le rôle, mais c’est comme la météo : on prend ce qui vient. Il s’est trouvé que son escarpin n’avait pas la pointure voulue pour le coup de pied. Il me semble plutôt satisfaisant qu’elle l’ait révélé avant d’être élue.
    Pour moi, comme pour bon nombre de gens ici, du moins je le suppose, un blog est une sorte de salon où l’on est invité à boire une gorgée d’infusion et à donner son avis sur le breuvage. Faut-il nécessairement cracher par terre et s’essuyer les pieds dans son crachat, voire uriner dans la théière? Il y avait dans ma jeunesse une chanson qui disait : si vous n’aimez pas ça, n’en dégoûtez pas les autres.
    Etrange conception de la liberté et de la tolérance que celle qui consiste à hurler contre ceux qui expriment une opinion différente de la vôtre.
    Et non, je n’aurais jamais voté Le Pen.

  40. « Pour moi, le seul bon côté de Le Pen junior était l’espoir d’un coup de pied dans le nid de cloportes qu’est notre classe politique. »

    Ne nous avez-vous pas dit à plusieurs reprises sur ce blog qui avait des allures de salon ( a long time ago ) mais qui est devenu à l’image de notre hôte, hélas, que, dame d’un certain âge, vous viviez en Suisse ? Je ne vais quand même refaire une recherche…J’ai mieux à faire.
    J’aime les gens qui sont prêts à laisser la m… s’installer chez les autres, qui poussent au crime quand ils n’ont rien à craindre et qu’ils sont bien à l’abri.
    Et dites-vous bien que les Le Pen font partie des cloportes, mot bien choisi en ce qui les concerne.
    Et que je sache, je n’empêche personne ici de donner son opinion contrairement à ce que vous dites.
    Notez que dans vos formules , vous avez tout de la frontiste , au front bas, prenons ce que vous venez d’écrire par exemple:  » Faut-il nécessairement cracher par terre et s’essuyer les pieds dans son crachat, voire uriner dans la théière? »
    Ce pourrait être de MLP ou de Brighelli.

  41. J’ai peut-être aussi gardé de la famille et des amis en France et peut-être que les désordres ne me réjouissent pas tant que ça. Je suis bien d’accord que les Le Pen font partie des cloportes, quand je dis classe politique, ils en font partie, ce me semble, mais je ne pense pas qu’ils auraient résisté longtemps à l’exercice du pouvoir. J’aimerais voir du neuf et je doute que Macron en apporte avec lui.
    Et pour quelqu’un qui se plaint sans cesse d’avoir été insultée (jamais par moi en tout cas), vous ne vous débrouillez pas mal non plus quand il s’agit d’insulter les autres.

    • PS: et effectivement ça ne vaut pas la peine de faire une recherche sur internet, je viens de le faire et je ne me suis pas trouvée. Probablement mon manque d’intérêt total pour les selfies (d’ailleurs à mon âge, on n’a pas tellement de plaisir à se voir en photo).

  42. Ce qui serait bien, c’est que quelqu’un dise à cette grognasse de Sanseverina, une bonne fois pour toutes et sans y aller par quatre chemins, de foutre la paix à Brighelli et qu’elle remette son humanisme dans sa gaine herniaire.
    Pendant que j’y pense, je connais un handicapé mental, manchot, unijambiste (*) qui lui irait comme un gant : à deux ils pourraient, peut être, comprendre ce qui se passe dans ce monde si difficile.

    (*) genre Charbonnel, mais en plus bel homme.

    • Je retire mon inepte requête ci-dessus.
      A l’évidence, le manque d’intelligence, de perspicacité, de courtoisie, du message du 5 Mai 2017 à 10 h 55 min témoigne d’une certitude éclatante : il s’agit d’une usurpatrice stupide, vulgaire, et discourtoise de notre délicieuse Sanseverina.

    • Elle a menacé de quitter ce blog deux fois et… est revenue ! Elle en veut à Brighelli comme une femme repoussée, sans se rendre compte du ridicule.

      • Non, une seule fois ! Vous confondez avec quelqu’un d’autre.
        C’est marrant. On trouve fâcheux que je m’en prenne à Brighelli mais personne n’a jamais sourcillé quand il m’a insultée gratuitement pendant des semaines via son pseudo Hervé.
        Quant à faire passer quelqu’un pour un dingue parce qu’il s’oppose à vous, ce sont de bonnes vieilles méthodes que vous avez dû apprendre quand vous étiez maoïste, n’est-ce pas ?

  43. gaiement et non pas gaîment.
    Tiens?! C’est la première fois que je relève une faute d’orthographe ici.

    En annonçant votre vote pour Marine Le Pen, même pour faire barrage à Macron, vous n’avez pas peur d’entrer dans un terrible isolement social,professionnel, familial?
    (on connaissait le vote pour faire barrage au FN, voilà le vote pour faire barrage à Macron.)

  44. Sanseverina une prof, voilà qui explique tout. Il doit y en des tonnes comme celle-là​ à l’EDnat pour que la France soit dans cet état. Quand on dit journaliste gauchiste c’est un pléonasme. Est-ce que l’on va bientôt dire qu’un prof de l’EDnat qui est pour le multiculturalisme ou l’abandon de souveraineté est un pléonasme ?

  45. Maraboutage en série, clonage en ligne et pseudopodes disséminées.
    On ne soulignera jamais assez les effets délétères de cette farce électorale ; voilà bonnet d’âne transformé en champ de bataille pour hackers russes pro FN avides de pseudonymes.

    Macron a réellement éveillé des passions semble t-il ; je vais finir par avoir honte de mon atonie face au jeune retraité du secteur bancaire .
    https://www.youtube.com/watch?v=iuNaiXd4jbs

  46. Merci monsieur Brighelli de nous aider à utiliser notre cerveau en lieu et place de vieux slogans.
    Oui MLP n’est pas fameuse et son nom fait s’évanouir les delicats mais E.M. n’est pas le garant d’une défense des libertés démocratiques. Le ralliement à sa précieuse personne de tous les média est un holding un de la liberté de la presse.

  47. A l’Institut Saint-Emilion-Bartabacs, un de nos membres vient encore de déraper plein pot en traitant Estrosi de « vulgaire motodidacte ». Trouvant cette insulte inadmissible et ignoble, nous l’avons immédiatement exclu en lui rappelant qu’il est bien plus difficile de négocier un virage serré sur une 750cm3 que de décrocher l’agrégation de philo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>