Les masques d’Emmanuel M.

« On avait fait, l’hiver précédent, plusieurs masques de cire de personnes de la cour, au naturel, qui les portaient sous d’autres masques, en sorte qu’en se démasquant on y était trompé en prenant le second masque pour le visage, et c’en était un véritable, tout différent, dessous ; on s’amusa fort à cette badinerie. » (Duc de Saint-Simon, Mémoires, , année 1704).Le bel Emmanuel regarda le miroir, qui réfléchit un court instant et choisit de lui renvoyer son image. Il était jeune, il était beau, il souriait avec désinvolture, il avait le verbe facile d’un télévangéliste américain.
Lentement, sans trop savoir ce qu’il faisait, Emmanuel porta la main à son menton, fouilla avec les ongles et arracha délicatement sa première peau.
Le miroir refléta ce qu’on lui proposait — l’image légèrement brouillée de Manuel Valls. La conscience d’Emmanuel, qui subsistait sous le masque, grimaça quelque peu — et le jeune homme se débarrassa prestement de l’apparence de l’ancien premier ministre…
… ce fut pour retrouver, successivement, le crâne chauve de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de Hollande, qui devint le crâne déplumé de Bernard Poignant, puis la bouche sans lèvres de Gérard Collomb, le maire PS de Lyon, puis le visage parcheminé de Bertrand Delanoë, puis les yeux fendus et la mèche en bataille de François Bayrou, puis…
Masque après masque, le jeune candidat n’en finissait plus d’arracher les multiples apparences qui lui avaient donné, au départ, une certaine densité. Peu à peu, ses traits s’affinaient, — bientôt il ne resterait qu’une ombre. Jacques Attali lui prêta un instant sa barbe mal taillée, Robert Hue son collier poivre et sel, Erik Orsenna sa moustache mélancolique, Pierre Bergé ses rides d’octogénaire — et toujours le PS tout entier défilait dans le miroir, chaque image laissant la place à une image toujours plus dérisoire. Pour certains, le masque n’était lui-même que le prête-nom d’un autre masque, dissimulé sus la dissimulation — ainsi Patrick Drahi feignait-il de s’appeler Bernard Mourad…
« Ciel, pensa Emmanuel, être François de Rugy — non, non ! Non, pas Douste-Blazy ! »

Quand enfin apparut le visage poupon de François H***, il sut que son calvaire d’écorché prenait fin. La marionnette laissait enfin apparaître le manipulateur…
… puis le manipulateur du manipulateur — et Emmanuel se désola quand même de porter les traits, un court instant, de Jean-Pierre Jouyet…
Mais le masque de Jouyet s’arracha à son tour. Dessous, ce furent les soutiens occultes, les grands argentiers, les manitous de Bruxelles, les visionnaires de la mondialisation, tout un collège de banquiers et d’industriels, d’hommes de médias,  vendeurs de peuples et de nations.
Et à la fin, à l’extrême fin, il n’y eut plus personne face au miroir — plus rien, et la grande glace se résigna à refléter un ectoplasme, une créature de fil de fer, un cintre susceptible de porter tant de masques…
… qui se rajoutèrent, les uns après les autres, jusqu’à reconstituer le bel Emmanuel, immobile et apeuré, et toujours souriant, face au miroir impavide. Mais il sentait ce creux en lui, cet ensemble vide occupé par tant d’apparences — les ectoplasmes de la rue de Solférino, où depuis 1983 se rencontrent tant de fantômes de ce qui fut jadis la Gauche et qui n’est plus que le néant. Las de partir eux-mêmes à la conquête du pouvoir, ils avaient décidé cette année de combattre par personne interposée : que personne ne s’en aperçût était désormais l’objet de leur stupéfaction réjouie.
Emmanuel essuya la buée qui était montée à son front.
La maquilleuse posa la dernière touche, en se demandant pourquoi son client s’était ainsi mis à transpirer pendant qu’elle le tartinait de fond de teint. Bah, il était jeune, il était beau, les caméras l’aimaient — c’était bien suffisant. « Voilà », dit-elle. Emmanuel se leva, et s’en alla retrouver les caméras. Le miroir se résigna facilement à ne plus refléter que le vide — ça ne le changeait guère.

Jean-Paul Brighelli

Nota. L’idée de cette chronique m’a été inspirée par un article plein d’intelligence de Natacha Polony dans le Figaro du 1er avril, où elle compare Emmanuel Macron à Dorian Gray, le personnage d’Oscar Wilde dont seul le portrait vieillit, tandis que l’original reste immuablement jeune. Grâces lui en soient rendues.

340 réflexions au sujet de « Les masques d’Emmanuel M. »

  1. Grâce soit rendue à l’immaculée conception !

    François Hollande souffrait le martyre dans sa tunique de Nessus de « travailleur détaché de l’internationalisme socialisme » ; par le biais d’une habile GPA et d’une PMA hors les murs le voici enfin devenu beau, jeune et fringant chevalier servant d’une maîtresse adorable, la France éternelle !

    • Citation à l’appui :

      « Le réactionnaire  FN Brighelli est une fabrique de contre sens, genre Zemmour et autre Foureste. Vous  faites trop d’honneur en citant ce crétin dont le salaire dépond des tombereaux de fumier et de saloperies qu’il déversent sur ses supérieurs en pensées et en probités. »

      Vous remarquerez que la contre-réforme orthographique n’est pas arrivée à son terme car on constate que certains mots sont encore orthographiés dans un français véritable !

      • « Citation à l’appui »…
        Précisons que ces phrases n’ont pas été écrites par Madame De Cock,mais par un commentateur,dont le pseudonyme est:
        TRABOULE ( message posté le 30/03/2017 à 15:08)

        Pierre Driout ne se guérit pas de ses sales manies,contractées à l’époque où il « trollait » pour Trump.

    • Regis Debray se disait très fier que Fillon ait repris son idée de commencer à l’école primaire par le roman national pour le déconstruire par la suite, au lycée, par le récit. Et de rappeler que tous les grands hommes de l’Histoire se sont construits sur des héros légendaires (de Gaulle / Cyrano de Bergerac – Clémenceau / Robespierre).
      Plutôt que Citron, une valeur sûre : « Allons aux faits » de Régis Debray. Gallimard – 18 euros.

      • Vous êtes bien aimable et je serais très heureux de vous lire.(sujet:poils pubiens.)

        J’espère que vous avez conservé votre message et que vous voudrez bien le reposter.

        (peut-être y a-t-il un mot que le robot ne digère pas:j’ai eu le problème avec p*rn*gr*phie-écrit en toutes lettres,il rendait impossible l’envoi.)

        Répondre ↓

      • Merci pour votre réponse,que j’ai pu lire à la suite de la chronique précédente.

        Cette réponse m’éclaire mais laisse subsister des zones d’ombre.

        Cependant, je ne voudrais pas abuser de votre patience et ne chercherais donc pas à remettre le sujet sur le tapis.

      • Et qui écrira ce fameux « roman national » ? Régis Debray a dévissé. On va dans le sens de Macron, puisque « l’identité narrative », elle vient de son professeur de philosophie, Paul Ricoeur. Faut-il revenir à la « Chanson de Roland » ou aux chroniqueurs flagorneurs ? A force de regarder dans le rétroviseur, on quitte la route !

    • Ils s’y mettent à 37.
      C’est beaucoup d’honneur, au delà de 3 ou 4 personnellement je commence à être flatté.
      Vous avez dû faire mouche.

      Tout cela ne me regarde pas, par contre je me souviens de son intervention sur France culture évoquée aussi dans les commentaires dans laquelle il était dit, en substance, que tout ce qui s’opposerait serait classé … (catégorisé en vilain, en affreux ou je ne sais plus quoi)

      De quoi prendre le maquis pour revenir entre chien et loup (ou avec les deux à la fois ; mais ça c’est une autre histoire)

    • J’ai lu l’intervention sur vous, dans le blog Médiapart : rien à redire. Tout ce qui est écrit renvoie à ce que vous ne voulez pas que l’on vous dise, mais que vous êtes bel et bien.
      Chapeau bas à mon tour, pour ce collectif qui est si lucide sur vous et les gens qui y séjournent ici.

        • Flo, merci pour votre « cadeau », mais je me demande bien ce qu’il vient faire ici. Et puis, je me demande bien ce que moi, je viens faire ici.

          • Avouez qu’elle est drôle, elle a la particularité de détendre. Et je vous trouve un tantinet tendu. Sachant, comme elle nous l’a fait savoir, que Sanseverina vous suit sur ce blog, j’ose espérer qu’elle en aura profité. Ne partagez-vous pas les mêmes points de vue politiques ? Ne venez-vous pas finalement, en prétextant une opposition à JPB, coller vos affiches ? Le fait même que vous me répondiez me donne raison. Vous ne le faites jamais habituellement.
            Donc, il y a de fortes chance pour qu’à chacun de vos passages, je vous dégote une perle pas piqué des vers sur votre candidat favori héritier de celui pour qui vous aviez voté. Vous êtes prévenu.

        • Cyrano, où est le groupe qui me soutient ici ?
          Je suis le seul à ne pas cracher sur la pédagogie, je suis le seul à m’en prendre à JP Brighelli de manière quasi systématique. Je suis le seul à avoir été à peu près content d’avoir Hollande comme président (et pourtant …). Je suis un des seuls à penser que MLP est quelqu’un de haïssable (il faut dire que je vis sous le règne de Ménard 1er ; je suis en train de donner).
          Je déteste être sur ce blog. Et pourtant je le lis tous les jours ! Un auteur « majeur » de la littérature a écrit « La part de l’autre ». Ce doit être cela.

          • Tout comme vous vous demandez ce que vient faire Macron sur ce fil, je me demande ce que vient y faire le Pen fille.
            Cette manie des autoproclamés bien-pensants de lepéniser (pour discréditer) tout contradicteur est en train de tuer le débat en France. En témoigne la consternante campagne électorale où nombre de candidats se dispensent de propositions et se contentent, pour tout programme, de psalmodier qu’ils sont contre le Pen.
            Et je ne crache pas sur la pédagogie mais sur le pédagogisme: la nuance est de taille.

          • La raison en est que, peut-être, les opinions autres que la votre peuvent être intéressantes?

          • @ sisyphe

            Charbonnel dit :
            je suis le seul à m’en prendre à JP Brighelli de manière quasi systématique.

            Il ne s’agit pas d’une opinion mais d’un trouble compulsif obsessionnel.

          • …le seul à ne pas cracher sur la pédagogie… le seul à avoir été à peu près content d’avoir Hollande comme président…

            « La classe mondiale… Peut-être même le champion du monde… »

      • « Ce que vous ne voulez pas que l’on vous dise » : mais je vous publie bien, mon cher Charbonnel !
        Alors que ces dames ne se risqueraient pas à me publier, moi ! Cherchez qui est démocrate, et qui est déjà en démocrature…
        Vous défendez l’indéfendable.

        • Hmmm, peut-être, peut-être ! Mais enfin… Bon…. Quoique …

          Au fond, j’aime bien la sévérité, un brin de mauvaise foi. Mais j’aime aussi défendre ce qui est mal défendable ! Je suis le Vergès de ce blog.

          • Ouh la! Prétention…quoique pourri jusqu’aux os, laissons à feu Me Vergès un talent certain.

          • Non ! Jacques Vergés, que j’ai eu la chance de côtoyer, était extrêmement bien élevé, d’une morale intransigeante et d’une gentillesse étonnante de modestie…

    • Exercice : tenter le lire à haute voix cet extrait de l’article « nous accueillons nos pair.e.s, quel.les qu’ils.elles soient, où qu’ils.elles enseignent du moment qu’ils.elles apportent une contribution » sans donner l’impression qu’il y a des coupures sur le réseau*.

      * de neurones.

        • Ne leur demandez pas tant. Déjà, il leur a fallu deux neurones pour constituer le réseau, et ces deux neurones sont partagés entre les trente-sept.

      • Les Français se sont tellement américanisés qu’ils adoptent toutes les déviances et autres mimiques imbéciles venues des US… les « he or she », les « quote & quote » avec les 2×2 doigts en l’air, la main sur le cœur comme ce trou d’uc d’Hamon à la fin de ses discours, les « je vous aime » façon série B de Macron…
        Je vous assure, vue de Tokyo, la France est pathétique.
        Heureusement qu’il reste quelques grandes gueules intelligentes comme JPB pour nous rassurer un peu.

    • 37 pédagogistes qui s’offrent un petit lynchage contre JPB qu’elles ont dans le nez: on n’est pas loin des 100 de la Porte de Nesles…

      Sinon, deux remarques:
      1) Rien n’enrage davantage les pédagos que la critique de leurs ouvrages doctrinaires. N’oublions pas que le pédagogisme (appelé pompeusement « sciences de l’éducation ») n’est pas seulement une idéologie, c’est aussi un business lucratif qui fait vivre de nombreux parasites, notamment grâce aux commandes institutionnelles. On remarquera d’ailleurs que le collectif de lyncheurs se vante des ventes du dernier opus de Mme de Cock (sans fournir de preuves).
      2) Comme d’habitude l’auteur du crime de lèse-pédagogisme est lepénisé. Les pédagos n’argumentent en effet jamais puisque leurs idées sont des dogmes, par nature intangibles et non critiquables. Alors ils anathémisent et excommunient en assimilant systématiquement tout contradicteur à un vieux réac facho et macho. Recyclage de la bonne vieille attaque ad hominem de l’époque stalinienne. Logique pour des idéologues qui souhaitent créer « l’homme nouveau » cher aux régimes totalitaires.

      Les livres de JPB sont des antidotes contre le bacille de Cock.

    • Oh oh… une belle fessée que vous reçûtes!
      La réponse est bellement troussée.
      La nouvelle mode insupportable:  » nos pair.e.s, quel.les qu’ils.elles soient, où qu’ils.elles enseignent du moment qu’ils.elles apportent  » que sont ces points glissés dans les mots?!! Ridicule.

    • En lisant les commentaires, j’ai douté ; il ne s’agissait que de femmes (là, il y aurait eu un os …).
      Mais non, elles sont minoritaires.
      lls.elles sont majoritaires visiblement ; des professeurs et des professeures, des auteurs et des auteures, des docteurs et des docteures.

      D’ailleurs ce n’est pas Ils.elles c’est : Il.Elles ou ils.elles
      Sinon c’est discriminant.

  2. Au fond Laurence de Cock vous reproche que votre histoire de France soit littéraire ! Elle voudrait qu’elle soit savante et dépourvue d’images belles comme le jour telle la fameuse qu’elle citait « Le roi Saint-Louis rendait la justice sous un chêne » qui enchante les cœurs purs !
    Une histoire sans mot et sèche de cœur mais si pointilleuse, si vétilleuse …

  3. Je ne vois pas de misogynie dans les propos de Brighelli. Pourquoi se réfugier derrière son sexe dans un débat ? C’est pour ça que je suis très agacée des hommes qui déboulent en France avec une autre idée des femmes, car on était arrivés, petit à petit, à une relation intéressante où la force physique ne valait plus que pour porter un truc lourd, pas pour se faire tabasser, et qu’un homme pouvait tranquillement dire à une femme qu’elle était en train de dire une connerie, d’égal à égal. Et voilà que des pimbêches, embrouillent tout, acceptent les femmes voilées, et sortent immédiatement le parapluie de la misogynie pour masquer leur indigence intellectuelle ! Merde, merde, merde !

      • Rappelez-vous la photo de lui-même que le Maître posta naguère (très brièvement);nu à sa fenêtre,le sexe dressé comme un fusil à baïonnette,lors de la grande parade…

        Les commentatrices ne virent pour la plupart dans cette photographie que le sceptre majestueux- alors que le regard guerrier semblait dire: »Paraissez, Navarrais, Maures et Castillans… »

  4. « L’histoire de France » revue et réécrite par Bourbaki-de Cock :

    - Soit un groupe d’éléments humains auquel nous appliquerons une loi de composition, une loi associative et une loi de commutation.
    Nous étudierons l’action du groupe sur une fonction différentielle xdt ainsi définie : le petit x citoyen sera soumis à des tribulations diverses et variées jusqu’à ce qu’il perde le nord et à peu près toute figure humaine de manière à devenir pâte molle pour l’engendrement de la future race humaine multi-culturée et multi-usage ubérisée.

    • Avec un tel discours, vous serez sans nul doute coopté docteur en sciences de l’éducation. N’oubliez pas, toutefois, de citer Meirieu (loué soit son nom!). De préférence ses inoubliables logorrhées sur les qualités littéraires des modes d’emploi d’appareils électro-ménagers.

      • A noter que d’après l’article, L de Cock n’est plus docteur en sciences de l’éducation mais a été promue docteur en histoire .
         » Pour les deux autres femmes de lettres sur lesquelles l’auteur déverse sa rancœur – l’une agrégée et docteure en histoire, et l’autre auteure – « 

  5. Mme de Cock est vice-présidente du « Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire » (oui ça existe!) et elle publie dans Médiapart et le Monde diplomatique.
    Résumons: nous avons affaire à un commissaire politique pédago- trotskiste payé pour traquer et dénoncer les penseurs déviants.
    JPB ne va donc pas tarder à être traité de « vipère lubrique » par le comité de Vychinski etc, ce qui ne saurait lui déplaire (surtout « lubrique »).

  6. Vous imaginez que chez les Grecs l’Histoire était une déesse Clio celle qui chante et qui est fille de Mémoire, Mnémosyne ? Oublions ces fâcheux aèdes …

    Manifeste avant la publication des « Principia Logico-historisant » :
    Pour une histoire abstraite faite de diagrammes, d’histogrammes, de statistiques dûment googlisées desquelles seront bannies toute image tendancieuse, toute littérature verbale, toute manifestation bruyante d’enthousiasme et d’adhésion concrète.

  7. Maître,

    Ce collège qui se glorifie de « son horizontalité » vous rejoint sur un point:l’usage du subjonctif dans la locution « tout …que »; les auriez-vous corrompues malgré elles,lors d’une manoeuvre horizontale et habile ?

    « qu’un homme qui, quand il n’est pas occupé à alimenter son blog d’une logorrhée d’atrabilaire sur le déclin, dispense les lettres modernes en CPGE, tout compilateur de citations qu’il soit. »

  8. « Après la lecture du roman d’Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray, vous imaginerez un court récit d’invention dans lequel vous remplacerez le héros par un personnage de votre choix. Vous aurez soin de varier les procédés d’écriture et saurez maintenir un niveau de langue correct. »
    Eléments de corrigé. L’exemple photocopié ci-dessus n’est pas à la hauteur de ce qu’on attendrait d’une bonne copie de baccalauréat.
    En effet, dans une phrase comme celle-ci :  » La conscience d’Emmanuel, qui subsistait sous le masque, grimaça quelque peu », on perçoit la volonté de vouloir  » faire littéraire » de manière prétentieuse mais totalement inefficace. On note au passage des effets de style qui sont de vulgaires emprunts à des écrivains que le candidat, (s’il avait un peu d’honnêteté ) pourrait signaler comme tels ( voir » le miroir impavide » par exemple).
    Par ailleurs, l’indigence du contenu rend la lecture du devoir fastidieuse. En effet, le candidat, heureux d’avoir eu une idée, une seule, s’est contenté de la répéter à l’infini, multipliant les exemples de masques les uns après les autres dans une énumération lassante et stérile.
    La fin est un peu trop attendue. Le miroir qui reflète le vide, l’absence, le rien, le blanc est devenu un lieu commun, un poncif, un motif sans intérêt.
    On reconnaîtra une maîtrise de la langue correcte même si quelques boursoufflures, comme par exemple ( » que personne ne s’en aperçût était désormais l’objet de leur stupéfaction réjouie ») parfaitement inutiles, montrent la fatuité du candidat et la vacuité de son devoir et dirais-je même, de son esprit.

    • au correcteur:

      Je ne sais qui est l’auteur originel de l’expression  » » miroir impavide ».

      Je vous supplie d’avoir pour agréable de bien vouloir renseigner l’ignorant que je suis, Google m’ayant fourni quelques exemples assez récents (dont la chronique du Maître!) mais aucune citation assez ancienne ,ni d’écrivain suffisamment notoire pour que je puisse me convaincre qu’il s’agissait de l’original.
      Vous le savez, la langue anglaise,par exemple,s’est enrichie de nombre de créations de Shakespeare mais nul n’irait faire reproche à un Britannique d’en user sans reconnaître sa dette.
      Il y a quelques mois des juges se sont amusés à dire à propos d’une partie: »The lady protests too much »;ils n’avaient nul besoin de préciser qu’ils citaient Hamlet.

  9. à propos de la thèse de MMadame de Cock le Maître écrivait ceci:
    « …ce qui lui a tenu lieu de thèse de doctorat, les jurys sont bien bons, à moins qu’ils ne soient complices… »

    Une chose est certaine;la thèse n’a pas été relue très attentivement;voici un extrait de la page 500:

    « Malgré la création du CSP qui se voulait un retour à une administration dévolue aux réformes curriculaires et s’émanciper des pressions externes, le choix d’une importante imbrication avec le politique (parlementaires et ministère) et d’une ouverture à de nouveaux représentants de la société civile ne se contente allonge le réseau mais confère au pouvoir exécutif un arbitrage déterminant. « 

  10. Laurence de Cock rend comme ils se doit hommage aux modestes professeurs de lycée qui ont fait naître en elle sa passion pour l’histoire:

    « Malgré quelques incartades disciplinaires suivies de rappels à l’ordre, je n’ai été que très peu impactée consciemment par mon cursus scolaire dont je ne garde que peu de souvenirs de dessillements, notamment en histoire-géographie,matière scolaire pour laquelle j’ai toujours éprouvé un réel désintérêt et à laquelle je ne reconnais aucune participation dans mon intelligibilité du monde. Je serais donc bien en peine de décrire l’école comme l’origine de mon appétit pour l’histoire ou comme un tremplin vers mon devenir social.  » (extrait de l’introduction )

    « mon intelligibilité du monde ».
    Qu’est-ce que ce charabia ? Veut-elle dire « ma compréhension du monde »?

    Hypertrophie du Moi ?

    • Tous les enseignants débutants « projettent » sur ce qu’ils auraient aimé voir ou entendre (ou pas) dans leurs années de formation.

      En général, passées quelques années, ça devient moins prégnant et ça prend sa juste place dans un ensemble complexe mais structuré de contraintes.

      Sauf cas pathologiques, caractérisés par la permanence de sortes de menstrues * cérébrales qui leur prennent littéralement la tête.

      * ça n’épargne aucun genre

    • On comprend pourquoi elle a fait une « thèse » de « sciences » de l’éducation : elle a en dégoût la matière dont on la dit experte, et elle ne sait pas écrire autrement que dans un français confus et ampoulé.
      Les « sciences » de l’éducation sont la poubelle des médiocres revendiquant leur supériorité.

      • Oui.

        De plus, il est infiniment plus habile pour un médiocre faiseur de dégoter un poste de maître de conférences à la section 70 que, disons, à la section 34.

        Bien moindre exigence intellectuelle mais souplesse de l’échine requise ainsi qu’allégeance aux grands prêtres de chapelle qui savent récompenser leurs affidés par de belles sinécures.

        • Il me semble que le message implicite de Laurence de Cock est: »les cours d’histoire de mes professeurs ne m’intéressaient pas;
          C’est la preuve qu’il faut réformer l’enseignement de l’histoire-car je suis MOI la mesure de toutes choses. »

    • Vous êtes vraiment stressé, Flopelli. Il vous faut un petit peu de sauna pour vous détendre.
      L’usage de l’anaphore dans un discours politique est totalement banal depuis la nuit des temps. On ne peut pas s’arrêter à cela. Tous en font usage, sans exception.
      Macron a obtenu un beau succès hier à Marseille, au moins 7000 personnes, malgré la pluie et les frontistes qui empêchaient, en bons démocrates, les gens de se rendre au meeting, preuve que cette ville n’est pas totalement perdue.
      Mignon, Flopelli, n’est-ce pas ? C’est la musique qui nous reste dans les oreilles lorsqu’on lit vos articles : flop, flop, flop, flop.

      • Sanseverina,

        On marche sur la Lune. Vous êtes en pleine crise de délire, votre souffrance m’attriste sincèrement. Pan Bagnat, lilly et moi-même sommes 3 personnes distinctes.

        Ou sinon, puisque vous étiez à son meeting, il est beau Manu en vrai ?

        • Elle me fait penser à ces gens possédés, qui voyaient le Diable partout , se démultipliant à l’infini !

          Le blog de Brighelli est justement exactement l’inverse d’un blog « tous d’accord » ! Il y passe toutes sortes de gens, et pas que des professeurs. J’y apprend beaucoup de choses et on peut
          , maintenant, s’y promener à toutes heures sans se faire attaquer. Le patron est bienveillant, il n’a la dent dure que pour les salopards qui ne veulent pas sortir du fromage. Et puis, dire que Flo et Pan Bagnat sont une seule personne montre qu’on ne sait pas lire. Même par petites phrases, le style est complètement différent. Je vais m’amuser : je vois Flo sportive, yeux bleus porcelaine, cheveux bruns coupés assez courts, extrêmement bonne, sincèrement, mais saurait envoyer une baffe, si besoin, et ne supporte pas l’injustice, même la plus petite !

          Pan Bagnat, aime les faits nets, les mots justes, l’honnêteté, surtout celle qui ne se voit pas, il semble très calme, mesuré, je le vois en pantalon de velours et gros pull blanc cassé torsadé. Oui, ils pourraient être amis, comme nous tous ici, sauf peut-être…
          Tout, sauf Macron ! Les politiques qui le rejoignent, bon, c’est pour le fromage, mais le péquin moyen ?

          • @Allons bon,
            Bluffant, vous n’en êtes pas loin, à ceci près : mes cheveux ne sont ni courts ni bruns.

          • Je préfère vous dire : « Flo » est morte octogénaire en 1973…
            Ce blog est plein de revenants !

          • Vous avez raison sur bien des points mais vous êtes priée de me relooker ^^
            … Et comme mon pseudo ne l’indique pas, je suis une femme ;-)

          • « Et puis, dire que Flo et Pan Bagnat sont une seule personne montre qu’on ne sait pas lire. Même par petites phrases, le style est complètement différent. »

            Pardon,mais votre démonstration est loin d’être convaincante;

            Un nègre habile est capable d’adopter des styles très divers ..

        • « Jean-Paul » est mort en 1991, enfant, âgée de 4 ans, son meilleur ami m’apprenait à lever le point à la gloire de Mao.
          Qui est le revenant de qui ?

          • @ Lormier,

            Un nègre habile a sans doute autre chose à faire, à moins d’être schizophrène que de venir sous 3 pseudos échanger sur le blog ou donner une info. Sérieusement, le concept m’échappe. La seule personne sur ce blog à avoir porter ce genre d’accusation se trouve être Sanseverina.

            J’en profite pour signaler vous avoir répondu sur le fil de l’article précédent, sous votre dernière demande.

      • Ce n’est pas le recours à l’anaphore qui me heurte et je sais que l’exagération théâtrale fait partie du jeu, mais le personnage. J’aimerais le trouver sympathique ou crédible mais rien ne me paraît sincère en lui. Vraiment rien. Tout sonne faux.
        Pour finir, s’il vous plaît de croire que Flo, Lilly et moi ne sommes qu’une seule et même personne, je vous laisse avec vos certitudes de paranoïaque. Notre hôte détient la vérité absolue.

  11. Le petit Emmanuel a précisé à propos du FN : « je crains degun. » Dit avec l’accent cultivé du Nord-Picardie, c’est attendrissant de bêtise.

  12. Il est un pays où le pédagogisme est encore plus présent qu’en France (si cela est possible). Il s’agit du Pérou où 37% des étudiants choisissent les sciences de l’éducation pour leurs études universitaires, après le droit à presque 50% (tout un programme). C’est aussi le pays qui se situe en soixante-deuxième position au classement PISA 2016.
    Ceux qui y verraient une relation de cause à effet ne peuvent être que mal intentionnés.

  13. J’ai mon avis et je suis bien heureux de vous le faire partager ! Cette campagne est enfin à la hauteur de mes espérances, non seulement il nous est né un inépuisable auteur de bons mots politiques du cru du sud-ouest, Jean Lassalle, mais en plus elle ressemble à une course à l’oseille grâce à la participation bénévole du Pôle financier national, ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être.
    Foin de grands discours sur les idéaux, de la thune qui ruisselle, du népotisme en veux-tu en voilà !

  14. Vous savez que certains comme Ivan Illich (1926-2002) disent que l’école est contre-productive ? Que passée un certain seuil elle devient source d’ignorance … avec Laurence de Cock et son club de tricoteuses de l’histoire on parvient presque à la perfection du modèle !

  15. On pourrait de même dire que la perfection de la politique technocratique abolit l’idée même de politique partisane !

    Donc repensons nos modèles politiques !

  16. Selon François Bayrou la cuisine française n’est pas de la cuisine française – par contre la cuisine politique ça c’est bien français !

    Je vous laisse élucider les énigmes du penseur de Pau !

  17. Tout de suite, tout de suite, Pan Bagnat !
    Robes fluides en lin, bleu ou blanc, avec ceinture ajustée et…probité candide ! Les vêtements virevoltent autour de vous !
    Douce féminité, d’où mon erreur, et votre intelligence.

      • Mais non, sur ce site Meetic, on se décrit, on cherche quelqu.un , ici, ce n’est pas le cas ! C’est même exactement l’inverse. Je m’amuse à imaginer certaines qui commentent, que je ne rencontrerai jamais, ça repose un peu des élections, de tous ces gens qui hurlent, des conneries afférentes et des tragédies qui ne cessent pas ! Nous sommes piégés, cette fois, pour de bon ! J’essaie d’ouvrir ce fenestron coincé, mais il résiste ! Ah, c’est une fenêtre en trompe l’œil !
        Bon, et celui-là, qui est-ce ? Faible en apparence, avec des traits irréguliers, mais délicats et un nez aquilin, De grands yeux noirs,…

  18. Je suis membre du collectif « Pou Bonnet d’âne décodé » et je m’oppose au collectif « Pou déconné Bonnet d’âne » !
    Il faut décoloniser les histoires plurielles !

  19. Certains disent que Macron est un Obama qui a oublié d’être métis ! C’est vrai que s’il avait l’accent créole cela aurait davantage un air de fête … pour le moment c’est Bercy sans le carnaval.

  20. Jean Lassalle ne se prend pas pour un intellectuel, c’est tout son charme ! Il me fait vaguement penser au président américain Lyndon Johnson qui lui non plus n’avait rien d’un intello New-Yorkais et tout d’un fermier texan.

  21. Voici le type de sandwiches que vous propose chaque candidat selon leur conception de la finance et de l’économie.

    Le sandwiche selon J L Mélenchon = Un prometteur ticket de jambon gratuit entre 2 tickets de pain à livrer dans quelques jours.

    Le sandwiche selon B Hamon = Un ticket de revenu universel entre 2 tickets de pain en cours de fabrication à livrer dans quelques jours.

    Le sandwiche selon M LePen = Un ticket de jambon national entre 2 billets de francs lourds.

    Le sandwiche selon E Macron = Un ticket complet de jambon industriel entre 2 tranches de pain payable à crédit. Livraison indéterminée.

    Le sandwiche selon F Fillon = Une tranche de jambon de nos provinces entre 2 tranches de pain du boulanger du coin que vous paierez facilement à un prix raisonnable grâce à votre travail. Livrable immédiatement. Que du bonheur !!!!!

    Notre liberté de choix se nourrit naturellement de notre crédulité. Les menus proposés par certains ne pourront être les repas auxquels on aspire. Ils nous invitent seulement à nous contenter de ce qu’on a envie de croire.
    A chacun nos préférences. A bon entendeur… ©D-A

    *****

  22. J’espère que vous avez lu « Le portrait de Dorian Gray » jusqu’au bout, car ça se termine très ( très ! ) mal. Et vous pouvez aller en discuter avec Oscar Wilde au Père-Lachaise, ou il est un voisin de ma mère.

    • …En entrant, ils virent contre le mur un splendide portrait de leur maître, tel que la veille encore, ils l’avaient vu lui-même, dans tout l’éclat de sa jeunesse exquise et de sa merveilleuse beauté. Sur le parquet, un homme en habit de soirée gisait, un couteau dans le cœur. Son visage était flétri, ridé, repoussant. Ce ne fut qu’à l’examen de ses bagues qu’ils reconnurent ce mort.

      Remplacez  » couteau  » par  » échec électoral  » et  » ses bagues  » par  » sa montre cartier  »

      Heureusement qu’il est toujours possible de rêver.

  23. Merci M. Brighelli pour ce pamphlet que j’ai lu d’une traite.
    Je n’arrive pas à comprendre qu’il ait encore des électeurs pour voter pour Macron : pas de personnalité pour être président, pas de programme pour sérieusement redresser la France, pas de majorité pour la gouverner. Ceux-là doivent utiliser leur cerveau sinon ça épuise les autres inutilement…

  24. Je suis d’accord avec vous, Stéphanie, et je partage votre diagnostic sur la vacuité de ce candidat. Mais je ne comprends pas non plus qu’on puisse voter pour le parti de l’OAS, de la division Charlemagne, où trônent les ex-Gudards et les théoriciens du Grand Remplacement. Je comprends encore moins qu’on soit prêt à lui laisser le contrôle de la police et de l’armée. Je ne conçois pas plus comment on pourrait raisonnablement choisir un joueur de bonneteau, certes sympathique et éloquent, mais qui multiplie les milliards comme un vulgaire escamoteur de foire et ne nous offre comme seule perspective qu’une sortie de l’Euro. Passons sur le triste sire Fillon. Certes, l’honnêteté ne fait rien à l’affaire. Encore faut-il du talent et du charisme. N’ayant ni l’un ni l’autre, ce lointain héritier du Père Grandet ne peut non plus se targuer de sa constance et de sa volonté. Après 5 ans à avaler des couleuvres, il a depuis longtemps entamé sa métamorphose reptilienne. Je passe sur Hamon: un projet de décadence assumé. Son programme ressemble à un chapitre inédit de Candide: « où notre héros visite un royaume dans lequel l’abrutissement et la paresse règnent en maître ».Les « petits’ candidats ne nous offrent guère mieux: Lassalle, qui m’a l’air franchement cinglé, tout comme Cheminade, tout comme Asselineau; Poutou et Arthaud, estimables dans leurs luttes, mais sans fond. Je termine sur Super Dupont, ou son pathétique descendant. Si, comme l’écrivait Marx, l’histoire se répète, d’abord comme tragédie, ensuite comme farce, celle-ci a trouvé là son acteur fétiche, lamentable histrion télévisuel dont l’acte de rébellion suprême a consisté à quitter un plateau de JT. Bref, je ne sais pas très bien pour qui voter. Il me reste toutefois la possibilité de voter contre, ce dont je ne me priverai pas.

  25. Pauvre Fionfion, il n’arrive pas à boucler ses fins de mois. Cela laisse rêveur sur le train de vie de ce monsieur. Après, il y aura encore quelques imbéciles pour dire que ce monsieur n’aime pas l’argent. Il est vrai qu’il semble s’en débarrasser très vite. Allez, Flopelli, vite un fionfionthon. Un brunch de bienfaisance par exemple à l’Intercontinental de Marseille, il paraît que c’est très abordable.
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/train-de-vie-des-elus-fillon-lui-non-plus-n-arrive-pas-a-economiser_1895201.html

  26. Très bien, parlons aussi de votre choupinet qui a gagné près de 2 800 000€ entre 2010 et 2012 et qui déclare un patrimoine de moins de 160 000€ en 2014.

  27. Ça commencerait comme ça :
    En se réveillant un matin après des rêves agités, Emmanuel Macron
    se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux
    insecte…

    « Ah, mon Dieu », songea-t-il, « quel métier fatigant j’ai
    choisi ! Jour après jour en tournée. Les affaires vous énervent bien
    plus qu’au siège même de la firme, et par-dessus le marché je dois
    subir le tracas des déplacements, le souci des correspondances
    ferroviaires, les repas irréguliers et mauvais, et des contacts
    humains qui changent sans cesse, ne durent jamais, ne deviennent
    jamais cordiaux. Que le diable emporte tout cela ! »

    Ça pourrait très bien se terminer comme ça :
    … Venez un peu voir ça, il est crevé ; il est là-bas par terre, tout ce qu’il y a de plus crevé !

  28. De qui Toufriquet est-il le prête-nom ?

    Notre hôte évoque une litanie « d’identités », animation prosopopique un instant polluée par les frasques pédagoles de l’illuminée de la mise à jour hystérorique.

    Cette kyrielle d’emmanuels en longue séquelle, tous en lieu d’autre chose que lui-même, nous guide vers la bonne façon de penser le janus.

    Macron est un holon qui englobe même Mélenchon.

    • J’ai posté la réponse (12h02) par inadvertance dans le fil général du coup elle est incompréhensible !
      ——————————

      Kirie eleison !
      L’Emmanuel est parmi nous !

      Dugong zêtes agaçant j’ai été obligé de regarder pour « holon » (étrangement pas vu l’évocation des paradoxes de Russel et Cantor sur la page wiki du mot holon !).

      Très mauvais d’induire la baisse d’estime de soi chez ses interlocuteurs. Yzont tenté une fois de me faire une conf’ sur le thème …
      L’élève est ton sauveur !

  29. Grâce soit rendue à l’universelle déception ! Emmanuel celui qui vient pour faire plus de déçus que d’heureux et d’heureuses – pour parler le langage de la coterie de Cock.

  30. Bon, je ne sais si cela peut s’appliquer à Macron.
    A l’origine cela concerne le fondateur de la scientologie (et celle-ci par extension) et un peu J. Smith (à l’origine des mormons et ceux-ci par extension)
    voir ; Leader charismatique (cf. Weber)
    Tout cela est extensible à d’autres configurations.

    Le sujet c’est bien Macron ?

    http://www.erudit.org/fr/revues/crimino/2008-v41-n2-crimino2508/019435ar/
    Cela vient du Canada (Québec) je précise relativement au vocabulaire employé parfois.
    Le site devait être en maintenance ce matin ; visiblement ce n’est pas le cas.
    (au cas où le lien deviendrait inactif)

  31. Kirie eleison !
    L’Emmanuel est parmi nous !

    Dugong zêtes agaçant j’ai été obligé de regarder pour « holon » (étrangement pas vu l’évocation des paradoxes de Russel et Cantor sur la page wiki du mot holon !).

    Très mauvais d’induire la baisse d’estime de soi chez ses interlocuteurs. Yzont tenté une fois de me faire une conf’ sur le thème …
    L’élève est ton sauveur !

    • Et dire que Mélenchon tape la frime en s’holographiant à l’identique alors que Toufriquet en est déjà à tâter du holon protéiformidable…

      Puisqu’on vous dit que Macron est le candida favori des hellohim.her de la galaxie.

  32. Dupont-Aignan: « En 2012, j’étais un bébé. Aujourd’hui, j’incarne une offre de rupture crédible »
    Cherchez le mot de trop, crédible ?

    Si à 51 ans il était un bébé, aujourd’hui il perce ses dents de lait ?

  33. C’est Gombrowicz qui disait que nous abordions chaque nouvel âge en état d’immaturité … certains prolongent les délices de l’âge bêtifiant jusqu’aux limites du gâtisme !

    • C’est le décret Peillon-hamon qui va permettre tout cela…et macron,s’il est élu, se gardera bien de remercier Hamon.

      Apparemment, votre source est la FSU,syndicat qui a bien collaboré avec Peillon et Hamon.

      On ne cite pas suffisamment ,parmi les assassins de l’école, les directions syndicales.

  34. Et pendant ce temps-là…

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/brighelli-tarek-itineraire-d-un-enfant-perdu-03-04-2017-2116794_420.php

    Et comme c’est réservé aux abonnés…

    Tarek, une chance pour la France ?

    Jean-François Chemain, enseignant d’Histoire-Géographie, exerce dans un collège perdu où il est confronté » chaque jour à la réalité du communautarisme. Il en a tiré un livre ébouriffant.

    Tarek — que ce soit ou non son vrai nom — a subi Jean-François Chemain quatre ans durant, de la Sixième à la Troisième. Qu’en dire, sinon qu’il n’est pas plus mauvais qu’un autre, pas plus chahuteur, et qu’il aurait peut-être été bon élève, si les circonstances et les réformes successives ne l’avaient confiné dans son statut de semi-cancre ? En attendant, Français de naissance, il se sent fort peu hexagonal — sa vraie patrie n’est pas de l’autre côté de la Méditerranée, contrairement à ce qu’il peut parfois affirmer, les soirs de match Algérie-France, mais dans un ressenti d’éternelle victime. Tarek, ou la fin de l’illusion bleu-blanc-beur. La victoire de la France dans le mondial de foot, c’était en 1998, c’était il y a un siècle.

    Tarek n’est pas Charlie !

    Tout part de l’attentat contre Charlie Hebdo — et de la minute de silence imposée par le ministère. « Personne, absolument personne, n’était Charlie », témoigne Jean-Françoois Chemain. En fait, ajoute-t-il, l’opposition entre les « Français » (entendez : les bobos des centre-ville — et encore, pas toutes les villes) et les Musulmans des périphéries « est un avatar de la lutte des classes ». Il s’y est substitué — et en pratique, il aurait même tendance à la faire disparaître. À courte vue, le système pourrait trouver cela commode. Plus de revendications ouvrières, plus de syndicats — juste l’opposition des « Céfrans » et des bons Musulmans (pléonasme !). À plus long terme, ceux qui se réjouissent de voir les prolétaires soudain soumis à d’autres forces que celles du profit devraient y réfléchir à deux fois.
    Tarek, donc, se gave sur Internet de vidéos sanglantes — il a douze ans au début de l’essai —, il s’identifie aux terroristes, rêve de « faire le djihad » (je supplie le lecteur de considérer que ce sont des propos d’enfant répétant les bêtises des grands frères), mais ce qui est essentiel, c’est qu’il ne se voit pas en terroriste, mais en victime universelle. Démonstration.
    - Ouah, M’sieur, avec tous ces attentats, nous les musulmans, on est ml !
    - Oui, je comprends que ce ne soit pas simple à vivre pour vous !
    - Parce que tout le monde dit que l’islam est violent, alors que c’est une religion de paix… Moi, ça me dégoûte… Alors, je vais finir par partir le faire, le djihad ! »
    C’est l’exemple-type de ce que Jean-François Chemain appelle fort justement un « raisonnement circulaire ». Si Tarek et ses copains frappent un supposé « raciste » de douze ans, ce dernier finit par tenir des propos racistes, ce qui justifie la correction qu’on lui inflige. Tarek, lui, est victime — donc innocent.

    Tarek est victime des illuminati

    De qui est-il victime ? Je sais gré à Jean-François Chemain d’avoir expliqué les délires de ces enfants perdus sur les Illuminati qui les persécutent. Une secte protéiforme, qui partout dans le monde pourchasse les musulmans. La preuve ? Ils ont des signes de reconnaissance, et ils ont infiltré aussi bien le monde politique que celui des médias. Je sens que le lecteur doute : qu’il aille voir ici, fautes d’orthographes comprises.
    Tarek est aussi victime d’un complot français — car il ne se sent pas Français, cet honnête garçon né dans le Vaucluse. Et il n’est pas le seul. Le communautarisme a gangrené si fort la France périphérique que tous les élèves, quelle que soit leur origine en général lointaine, ont des prénoms « ethniques ». Le prénom français se fait rare, les enfants se reconnaissent par rapport à une communauté supposée. C’est dire à quel point, malgré les efforts de tous les Jean-François Chemain de l’Hexagone, l’intégration et l’assimilation sont désormais ratées. C’est au point, nous explique l’auteur, que pour son malheureux élève, « on ne peut être musulman et français ». Tarek — pour oublieux qu’il soit parfois des contraintes du ramadan — habite l’islam comme d’autres habitent la France — mais ces autres sont catholiques, d’après lui. Encore qu’ils soient en tout petit nombre. Jean-François Chemain raconte l’ébahissement de ses élèves, visitant un petit village, d’y trouver une croix au détour d’un chemin. Il y a donc encore autre chose que des musulmans dans ce pays ?
    Evidemment si l’on n’avait pas réalisé d’admirables ghettos scolaires au cœur des ghettos sociaux, on n’en serait pas là. Peut-être faudrait-il dispatcher tous les Tarek de France dans des milliers d’écoles rurales où l’on ne sait que par on-dit qu’il y a en France des Musulmans…

    Tarek est victime de l’école des pédagos

    Au programme de Quatrième, la décolonisation. Dans le manuel de Tarek (le « Nathan », m’a précisé Chemain), un texte de Tocqueville sur les accaparements de terres par les colons, puis un tableau statistique présentant les inégalités entre « Français » et « musulmans » d’Algérie, et enfin un récit de massacre de population par les paras. Rien sur l’immense travail de la France au Maghreb, rien sur les exactions du FLN, ou le massacre des harkis (250 000 civils exterminés par des résistants de la 11ème heure, un chiffre confondu habilement avec l’ensemble des morts), rien sur les tueries entre le MNA et le FLN. Comment voulez-vous que Tarek et Macron ne pensent pas que la colonisation était un crime contre l’humanité ?
    Et il faut bien de la vertu à Jean-François Chemain pour rétablir la balance. Car à l’IUFM qui l’a formé, la « formation » sur la colonisation s’intitulait « un passé qui ne passe pas ». SI les enseignants sont formés à la culpabilité et au sanglot de l’homme blanc, comment voulez-vous que Tarek, qui sait tout de même lire ce qu’il y a dans son manuel, ne se croie pas victime ? « Est-il raisonnable, feint de s’interroger l’auteur, en cette époque où le principe de précaution a été divinisé, de souffler sur les braises du ressentiment ? »

    Témoignage de terrain

    Jean-François Chemain est un prof réel, un praticien — pas l’un de ces « experts » auto-proclamés dont aiment s’entourer les ministres de l’Education, les uns après les autres. C’est à lui et à ses semblables, aux femmes et aux hommes de terrain, qu’il faut s’adresser pour repenser l’Education en France. Pas à des idéologues dont les convictions leur servent d’œillères.
    Le plus beau, c’est qu’un ancien élu communiste, André Gérin, a préfacé — fort intelligemment — l’essai de Jean-François Chemain. Et que dit-il, cet homme authentiquement de gauche ?
    « Quand les ghettos sociaux deviennent des ghettos ethniques, quand le quartier n’est plus bleu-blanc-beur, c’est parce que le communautarisme prédomine et la loi de la charia est devenue la norme.
    « Nous avons assisté à l’enfermement, à l’endoctrinement révélé par la dimension prégnante de l’islam, comme unique projet politique et dans de nombreux territoires de notre pays. Il faut bien le reconnaître, l’islam exerce une emprise culturelle et spirituelle et devient dominant. Or, il a longtemps été sous-estimé, voire incontestablement ignoré par l’Education nationale et par tous les décideurs politiques.
    « La France est gangrenée par l’islamisme qui pourrit la tête de nos gamins.
    « L’identité de la France est notre combat républicain d’aujourd’hui.
    « C’est notre combat vital. »
    Je ne saurais mieux dire. La question communautaire dérive salement depuis la première affaire de voiles, en 1989. « Et qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse, que la France s’islamise ? » aurait alors déclaré Lionel Jospin, Ministre de l’Education, à la journaliste Elisabeth Schemla (lire Islam, l’épreuve française, Plon, 2013). Les Saint-Jean-Bouche-d’or qui se présentent aujourd’hui à nos suffrages persistent, pour certains, à nier cette emprise, à récuser ces témoignages. Ils nous ont amenés à la catastrophe éducative et culturelle. Et ils persistent et signent. Il faut les dégager — et faire table rase de ces pédagogies qui ont pourri la tête de Tarek et de quelques millions de gosses.

    Jean-François Chemain, Tarek, une chance pour la France ?, Via Romana, 15€.

    • Pas neuf.
      Il y a 20 ans c’était pareil aux Cèdres, aux Lilas et aux Oliviers ( Marseillais, tu m’a compris); il fallait alors tenir ferme la barre en évitant les polémiques – en sciences, pas trop de problèmes.
      Il est donc, aujourd’hui, bien trop tard pour s’alarmer de cet état dans l’état. Il est né, il a cru et il s’épanouit par la faute de nos politiques de tous bords qui ont fait de ces gens des citoyens de nième zone dans le but d’en faire une force électorale.
      Soyons clair: l’éclairage orienté imposé en lettres, langues et histoire, sur la colonisation en général et sur le Maghreb en particulier, n’ a pour seul cause que la revanche d’idéologues passéistes et frustrés et n’aura pour seul résultat que l’approfondissement du fossé qui sépare deux civilisations antagonistes.
      Nous, enseignants, à quelques exceptions près, sommes tous des collabos qui vendent leur probité intellectuelle pour quelques euros.
      Restons en là pour l’instant. Presque 25 ans de lutte quotidienne finissent par m’épuiser le soir venu!

      • Il y a 20 c’était pareil dans les Yvelines (avec une prédilection pour Londres, à l’époque du GIA ; rendez vous compte ! En parler n’était pas envisageable, même si l’ostracisation ne tue pas) j’étais de passage et pas dans l’EN (qui avait pignon sur rue c’est le cas de le dire,avec un hôpital psychiatrique de la MGEN, pionnier de la psychiatrie hors des murs à la fin des années 1950)
        Personne n’a rien vu venir du pire qui a suivi ; 2001 …
        L’actualité c’était Khaled Kelkal, le RER C.
        Et déjà Londres, pourtant
        (j’ai déjà dit à qui de droit)

    • Les futures chemises noires de l’extrême-droite musulmane (pour reprendre l’expression de Charb) sont là. Les jeunes de la génération Merah n’attendent qu’un leader politico-religieux charismatique pour les soulever.

  35. En France l’administration judiciaire préfère s’attaquer à Pierre Cassen, Christine Tasin ou Pascal Hilout en pourfendeur de la laïcité de combat tout en se prenant pour des Concombres masqués tellement ils sont drôles nos justiciers à la barre !

    • C’est moins risqué que de s’en prendre aux islamistes.
      L’essentiel étant que nos impôts financent la salle de sport privée de Salah Abdeslam.

  36. « Macron a obtenu un beau succès hier à Marseille, au moins 7000 personnes, malgré la pluie et les frontistes qui empêchaient, »
    Eh, non Nicolas Flopelli, point du tout. Je n’ai jamais dit que son discours a été excellent !
    Vieille manie mao que de déformer les propos des autres ?

  37. Suite aux ébats lucarnoïdes d’hier soir, il paraît que des demi-sels en maraude ont dépouillé la caissière de son radicalisme de pacotille.

    Mémère découvre avec effroi que son infâme verroterie, qu’elle sait sans aucune valeur, fait les délices de petites frappes quand elle sort sans sa milice.

  38. Suite au débat télévisé, un sondage à chaud (show ?) auprès de 1004 personnes (il faut s’accrocher et bien lire), confirme ce dont je me doutais ; J. Cheminade aurait convaincu 0 % des personnes interrogées.

    Je ne regrette pas de n’en avoir rien suivi de ce débat.
    Je me contenterai de quelques fragments … (ou morceaux choisis)

  39. Emmanuel Macron nous a joué hier soir « Harold et Maude » ; lui c’est le jeune homme de bonne famille qui veut bien embarquer dans sa voiture rutilante la France, vieille dame indigne qui veut encore faire des galipettes à son âge !

    Faut pas pousser mémé dans les orties …

    • Je ne sais pas pourquoi, je repense à un sketch de Guy Bedos, inspiré par Edith Piaf et Théo Sarapo. De fait, je l’avais trouvé de mauvais goût déjà à l’époque.

  40. Ah ah l’anaphore reprochée à Macron ! Et celle de Fionfion ?
    « Qu’est-ce que c’est un président exemplaire ?
    Un président exemplaire, c’est… »
    On ne fera point des reproches frivoles …

  41. Holà los gringos !
    Je vous lis depuis le Mexique, avant de partir aujourd’hui au Guatemala, entièrement tourné vers des activités ludiques dont la futilité vous étonnerait, et sincèrement, je préfère être ici entouré de mexicains, qu’à Paris entouré de mecs si cons. Mais quel plaisir tout de même de lire avec 7 heures de décalage les propos de Tintin, cette larve humaniste asexuée. A distance, on se dit qu’il faudrait au moins un Jheronimus Bosch pour dépeindre ce/tte primitif/ve, égaré/e dans le bureau de vote avec à la main le bulletin dont l’encre du nom s’évapore peu à peu.
    Quel plaisir d’être loin de toutes ces lumières médiatiques ridiculement clignotantes qui vous aveuglent, projetant sur vos neurones vacillantes les ombres de ces ruines splendides à la pensée fossilisée depuis des décennies.
    La politique est une affaire exclusivement sexuelle mes petits chéris; voter, c’est donner à l’autre (en général une belle salope) sans contrepartie, attitude totalement ridicule !
    Alors, avant que votre cerveau s’arrête de fonctionner, allez consulter, vite, on partagera les frais…10/90..uhuhu !
    Allez, A12C4 !

  42. Pauvre Brighelli, cela fait un bout de temps que votre cerveau ne fonctionne plus très bien, brûlé qu’il est par l’aigreur, la jalousie, la perversité et pire encore. Vous n’êtes qu’un vieux libidineux qui a peur de vieillir, bavotant sur les photos de jeunettes qu’il ne peut s’offrir, un macho. infâme obsédé par son petit bout de chair. Vous n’écrivez même plus bien. Le loser intégral.
    A vomir.

    • A lire ce type de manifestation passionnelle je-ne-men-remets-pas, la principale et seule déviance qu’une femme un peu maline et affamée pourrait avoir vis à vis de JPB serait d’appréhender son noeud de cravate mal ajusté associé à un cheveux humide fraîchement sorti de la douche comme seule conclusion : la tenue est facilement débridable. (Il va falloir qu’il fasse attention).

      Respect

    • Vous n’aimez pas les vieux libidineux qui bavent sur les photos de jeunettes…
      Est-ce parce que vous préférez les jeunes ambitieux qui épousent des milfs?

      • Ou : Macron déchaine des passions
        - Il faudrait ajouter chez les passionné-e-s (j’espère que j’ai bien écris et n’éveillerai pas les soupçons d’une quelconque police de la pensée)
        - Certains vont peut-être refaire la passion du christ ou un avatar de Marie-Madeleine en Macronienne

        Les élections les plus intéressantes depuis longtemps, de loin.

  43. D’après « Les Centuries » de Nostradamus – que nous venons de consulter – vous devez à toute force éviter la péninsule du Yucatan où vous attend chaude-pisse !

    La péninsule du cul est tout autant dangereuse à toute heure du jour et de la nuit – il y règne aux mâts de misaine et d’artimon force vents à décoiffer les cocus.

  44. Finalement la politique c’est toujours un peu sale ! Comme disait le lyonnais Edouard Herriot c’est comme l’andouille, ça doit sentir la merde mais pas trop !

    On dit que la présidentielle française 2017 est polluée par les affaires – voire !
    Il semble que la présidentielle américaine de 2016 ne soit pas beaucoup plus nette et que Susan Rice conseillère directe d’Obama à la Maison Blanche ait fait écouter Trump et ses collaborateurs pour des raisons plus politiques que de sécurité nationale !

  45. Vous savez que Jean Lassalle a fait il y a quelques années un tour de France à pied – comme les compagnons du devoir – et voici ce qu’il déclarait à ce sujet hier soir : « Il y a des enfants de France qui veulent mettre un terme à notre civilisation ».

    Sa naïveté a été surprise : il pensait que peu ou prou tous les enfants élevés en France partageaient le même socle commun, l’humanisme pour le dire en un mot !

    • Je suis choqué de la condescendance avec laquelle nombre de politicards cyniques (et nombre de journaleux non moins cyniques) traitent Lassale, présenté au mieux comme un doux hurluberlu, au pire comme un débile. Cet homme respire l’honnêteté, la simplicité et l’authenticité.

  46. Pas mal, si Cédric Villani était à l’enseignement supérieur ! Une bonne raison de plus pour voter Macron ! Un peu d’intelligence au pouvoir plutôt que des professionnels rancis de la politique.
    Le public qu’on voit soutenir Fionfion a chaque meeting est à pleurer : entre la bourge à perles et le vieux blanchi, coincé dans son costume rigide. L’air arrogant qui va avec, évidemment, quand on a le fric et les certitudes.

    • Ni Villani,ni Lafforgue ne sont de purs algébristes.

      Et de toute façon,ils ont mieux à faire que d’administrer (administrer:du latin « minus »).

      Je crois que pour Lafforgue,l’école est de toute façon foutue;il peut subsister une activité d’enseignement (quasi clandestine) dans un petit nombre d’écoles hors contrat.

  47. Au contraire, ils ont tout à y faire.

    « (administrer:du latin « minus »). » : en plus vous radotez, celle-là, vous nous l’avez déjà faite, je ne sais combien de fois; ça doit être chiant pour les élèves.

  48. La différence entre les programmes économiques de Macron et Fillon, c’est que le premier porte un projet ultralibéral tandis que le second souhaite des réformes ultralibérales.

    • Dans les espe, le verbe se fait cher.

      Je me souviens de mon propre « stage » où les zintitutionnels passaient leur temps à nous foutre une paix royale.

    • C’est si vrai que ça en a l’air faux. Pathétique: rien n’a changé en trente ans.
      Foutons ces merdoillages à la baille: le métier s’apprends sur le terrain, avec un parrain expérimenté, et basta.

  49. Y’en a qui se déchirent pour savoir s’il vaut mieux Lafforgue que Villani ou l’inverse au Moloch d’après bac.

    Et si on y nommait le petit-fils Bourbaki ?

    En tous cas, il faudra éviter les physiciens qui se mettraient illico à vouloir construire un énergiseur * à la taille de l’orgueil national (il faudra résoudre le très difficile problème du cercle inscrit dans l’Hexagone (with de wind)).

    Et encore moins un babiologeux !

    Finalement, un bon vieux gestionnaire borné conviendra à tout le monde/
    * aux vitesses proches de celle de la lumière, on n’accélère plus, on énergise…

    • Si j’avais Villani en face de moi, je lui poserais cette question:maintenant que le Royaume Uni sort de « l’Europe »,allez-vous cesser de correspondre avec vos pairs de ce pays ?

    • Merci de nous faire lire le Courrier International;on y trouve aussi le point de vue d’un Russe-qui plagie sans vergogne la « Lettre à Brigitte » du Maître:

      « Maxime Sokolov, un éditorialiste conservateur connu, résume pour l’agence russe Ria Novosti la personnalité d’Emmanuel Macron en recourant au personnage de Bel-Ami, de Guy de Maupassant : “Leurs carrières sont assez semblables. Ce qui d’ailleurs élimine la question des idées et du programme. En effet, quelle pouvait bien être l’idéologie de [l’arriviste et opportuniste] Georges Duroy ?”

      « Sans doute a-t-il dévoré Bel-Ami,le grand roman de l’ambition satisfaite »
      JP Brighelli « Lettre à Brigitte » 13 février 2017

  50. Ceci dit il est facile de se gausser d’une apprentie docteur de l’université de Tunis qui ressuscite la Terre plate au nom du Saint-Coran, alors que nous avons comme candidate à la présidentielle une agrégée d’économie et de gestion Nathalie Arthaud incapable de soutenir aucun raisonnement !

  51. Ce qui est choquant chez Philippe Poutou ce n’est ni sa tenue, ni son caractère hirsute – après tout Gainsbourg aussi se présentait mal rasé à la télé – ni même qu’il converse avec son clan pendant les intermèdes mais qu’il conteste le référendum local sur l’aéroport Notre-Dame des Landes … la démocratie c’est quand ça l’arrange ?

    On comprend alors mieux pourquoi il n’aime pas les marchés – c’est à dire l’initiative individuelle et la liberté capitalistique.
    Un marché se trompe mais peut aussi se corriger – un parti unique ne se trompe jamais.
    On ne sort pas si facilement que cela de la dictature du prolétariat …

  52. Res abscondita:

    Le 1 Avril 2017 à 22 h 53 min, Tintin,décriant la prose du Maître, a dit :
    « On note au passage des effets de style qui sont de vulgaires emprunts à des écrivains que le candidat, (s’il avait un peu d’honnêteté ) pourrait signaler comme tels ( voir » le miroir impavide » par exemple). »

    J’avoue mon ignorance:qui est l’auteur originel de cette expression ?

    Tintin,qui prétend le savoir, ne répond pas.
    Quant au Maître,il dit avec un sourire: »je croyais que c’était moi. »
    Aurons-nous un jour le fin mot de cette histoire ?

  53. « Des taux hors normes de glyphosate dans les urines de personnalités » :

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/04/06/dans-toutes-les-urines-testees-le-glyphosate-repond-present_5106781_3244.html

    Pour mettre Monsanto au violon, tu peux toujours te l’arrondir et pisser dedans.

    Ceci dit, il est quand même très intrigant que Batho qui fut débarquée du sinistère des écolos, pisse hors norme. Lui a-t-on donné le bouillon aux herbes fanées ?

    • « Le niveau excède les seuils autorisés pour l’eau potable » : il est donc déconseillé de boire de la pisse.
      Au passage, on apprend dans cet article un fait largement ignoré, à savoir que les personnalités vont au petit coin comme vous et moi.

  54. Le marché c’est quoi ? Ce n’est pas le grand mistigri ni le septième sceau qui ouvre les portes du paradis.
    C’est un vendeur et un acheteur et au milieu un tiers qu’on appelle arbitre (l’arbitre peut être un individu ou une entité collective).

    Rien de plus simple au final ! Le mystère s’il y a est en plein jour et de pleine évidence.

    Vous me direz les acteurs de marché peuvent être de mauvaise foi et l’arbitre vendu ! Oui certes …

    • « Vous me direz les acteurs de marché peuvent être de mauvaise foi et l’arbitre vendu ! Oui certes … »
      Un commencement de réfleion.
      Poursuivez dans cette voie.

      • Ce n’est pas un réflexion c’est une observation !

        Ceci dit si vous voulez conserver vos plumes d’ange libre à vous de ne rien voir de la réalité humaine qui vous entoure !

        • « La réalité humaine qui nous entoure » c’est par exemple Uber qui vous fait croire qu’à tel moment,la demande de véhicules est très forte et que par exemple,le prix de la course est le double du prix moyen.

          Que savez-vous de la demande ?

  55. Ma mère faisait le commerce de chaussures et était d’une complète intégrité – elle n’aurait pas fait le tort d’un centime à qui ce soit – pourtant elle disait que dans le commerce on mentait toujours et on volait toujours un peu !

    Maintenant si vous pensez remplacer le marché et le commerce par le parti unique et sa pyramide politique sous prétexte de rendre les décisions plus justes …. vous aurez juste généralisé la corruption et le marché noir !

  56. Vous connaissez « Rue du Prolétaire rouge » ? Le livre-témoignage paru en 1978 de deux communistes français qui sont allés vivre dans le pays du communisme réel – qu’ont-ils découvert ? La corruption et le marché noir qui n’existait plus en France depuis la seconde guerre mondiale.

  57. « qui vous fait croire qu’à tel moment,la demande de véhicules est très forte et que par exemple,le prix de la course est le double du prix moyen. »

    C’est parce que vous n’avez pas une tête sympa.

      • En effet, personne ne résiste à ma houpette blonde, mon pantalon marron trop court et surtout mon adorable petit chien blanc. C’est simple, je ne paie jamais les taxis.

  58. https://fr.yahoo.com/m6info/affaire-fillon-le-parquet-national-financier-nenquetera-pas-sur-le-cabinet-noir-denonces-par-le-candidat-174645295.html

    Quelle surprise! Il est évidente que Mme Eliane Houlette, proche de Ségolène Royal et nommée par Christiane Taubira, est totalement impartiale.
    Avec le Parquet National Financier, institition judiciaire hémiplégique pusqu’elle ne juge que les politiques de droite, le PS version Hollande/Macron (c’est-à-dire le PS converti au mondialisme ultralibéral) a inventé une formidable machine à gagner les élections.
    Nous assistons pour la 1ère fois dans ce qu’il convient désormais d’appeler notre ex-République à un coup d’état judiciaire: le parti au pouvoir (le PS) impose son candidat (Macron) en disqualifiant les autres candidats dangereux (Fillon, le Pen). Ce coup d’état judiciaire est doublé d’un coup d’état médiatique avec un quarteron de milliardaire des médias qui soutient l’ex-banquier par une propagande inédite sous la Vème République.
    Le PS version libérale-libertaire ne lâchera plus jamais le pouvoir. Plus jamais.
    Et c’est ainsi que Macron est grand.

  59. Je pense que c’est surtout LR qui a inventé la machine ultime à perdre les élections. Un algo à faire pâlir d’envie les géants de la tech californienne. Imparable. Le truc de génie. Le candidat rêvé : un type qui donne des leçons de morales façon diacre et en même temps pense qu’il a le droit en raison de ses grands mérites personnels de piocher dans la caisse, les autres sont là pour se serrer la ceinture et la remplir. Et qui en plus crie au scandale et au complot quand on le prend la main dans la caisse. Et bien sûr les autres sont pourris eux ;-)
    Un petit conseil tout de même pour les conseillers en comm et les relais minables sur les blogs: la stratégie n’a pas l’air de fonctionner: il y a toutes les chances que FF finisse derrière JLM au premier tour.

  60. Toufriquet a une vision niaiseuse des enseignants * qu’il drague avec une turlupine de compétition en vue des législatives :

    https://en-marche.fr/article/premiers-candidats-revolution-democratique

    Voyez le pédigrée dégoulinant de mémé Robert :

    « Dès l’âge de deux ans, Mireille Robert a suivi ses parents en Afrique, d’abord au Sénégal, puis à Madagascar. Après quelques années à Lyon, la famille repart et continue ses pérégrinations au Gabon et en Côte d’Ivoire. Mireille rentre en France, à Perpignan pour passer son Baccalauréat et poursuivre ses études. De son enfance, elle garde la passion des voyages et un réel amour pour l’Afrique, ses écrivains, ses paysages et son Art.
    Directrice d’école depuis 1992, elle est active et bienveillante, elle est très impliquée dans des associations culturelles et caritatives en particulier en faveur de personnes souffrant de handicap. Très souvent, comme conseillère municipale, elle aide à la rédaction de documents administratifs et les citoyens qui en ont besoin. Elle s’implique pour pouvoir donner à ses élèves la possibilité de voyager, leur transmettre l’amour de la Nature et les bons gestes écologiques.
    Elle s’engage auprès de mouvements citoyens pour trouver des solutions aux problèmes de chômage qui gangrènent la haute vallée de l’Aude. Trésorière des Bouchons d’Amour, une association qui reverse 5 000€ par an aux handicapés, elle s’est investie depuis 3 ans dans des mouvements citoyens. En tant que conseillère municipale de son village de 1000 habitants, elle rencontre des personnes solidaires, partageuses de bonnes idées, des experts en économie, des ouvriers,… »

    Comment résister à un tel tombereau de Bien ?

    * statistiquement, il n’a pas tort

  61. Un évêque limogé pour «attitudes pastorales inappropriées».

    Il ceignait ses ouailles dans le dos en les forçant à bêler : « Tu es mon berger, ô ceigneur »

  62. Tiens, en voilà un qui postule le futur ministère des allers-retours

    http://www.liberation.fr/debats/2017/04/06/si-emmanuel-macron-gagne-on-rentre_1560685

    « Aller d’un point A à un point B dans l’espoir d’une vie meilleure est sans doute la plus vieille activité humaine. Mais grâce aux compagnies aériennes low-cost, c’est aujourd’hui moins ardu et cher que cela ne l’a jamais été, et ce pour une part croissante de la jeunesse mondiale. N’en déplaise à Marine Le Pen, Donald Trump et consorts, les flux migratoires vont en augmentant et en s’accélérant, et c’est une bonne chose. Elon Musk entend nous faire partir pour Mars dans les dix prochaines années. Qui peut douter qu’à chaque voyage interplanétaire, la question de la nationalité de ceux embarqués à bord de nos vaisseaux spatiaux sera à chaque voyage moins conséquente. »

    Un Mars et ça repart.

  63. Rien à voir avec Macron.
    http://www.20minutes.fr/monde/syrie/2045455-20170407-direct-attaque-chimique-syrie-washington-tire-dizaines-missiles-tomahawk-contre-base-aerienne
    Une petit piqure de rappel, pour le régime Syrien ?
    pour l’Iran ?
    pour la Russie ?
    pour donner le change ?

    Si Obama étais encore président, j’en connais qui auraient hurlé des insanités.
    J’attends de les entendre ; vu que c’est Donald Trump le président des USA désormais (un coup comme celui-là ne peut se produire sans son aval ou plus) et que cela avait l’air de les ravir hier encore.
    Évidemment cela ne concerne pas vraiment ce blog.

  64. Brillant, Macron, hier soir ! Enfin de l’intelligence et de la courtoisie, ce qui ne gâche rien, et surtout de la nuance. C’est d’ailleurs très drôle de voir tous ces journalistes et le pitoyable, sbire de Fillon, taïaut, re-taïaut, qui veulent à tout prix le faire rentrer dans des cases. Ils sont perdus dès qu’on ne pense plus de manière tranchée.
    Il annonce qu’il remettra le troupeau des journalistes à leur place. Fort bien.
    Très bien aussi, l’accent mis sur une vraie formation à la différence du simulacre qu’on connaît de nos jours et l’idée de dire qu’il ne défend pas des postes mais des individus.

  65. Moi je l’ai trouvé complètement consensuel et tarte comme d’habitude. Il n’a pas d’expérience donc il mettra 5 ans à habiter la fonction comme papa Hollande. Il va nommer des ministres qui n’ont aucune expérience non plus (c’est lui qui le dit) qui mettront 5 ans également à habiter la fonction.
    Et puis pas un mot sur l’insécurité dans les villes du 93 ou autres (oui ça existe pour ces gens qui ne sortent jamais du 16ème), sur l’immigration, sur la place de la religion. Mais surtout ne pas contrarier M. Macron, il n’aime pas être contrarié sinon il devient tout rouge… Ca promet…..!
    Et c’est ainsi que Macron est grand….
    Macron ou Le Pen ou 2ème tour, mon choix est fait, sans aucun remord et sans aucun état d’âme. Quitte à nous prendre pour des imbéciles autant que ce soit jusqu’au bout et qu’on rigole un peu…

  66. Faudrait savoir, S. Flopelli. Vous n’avez pas encore fini d’explorer votre côté féminin ? Faut dire qu’à force, vous devez vous emmêler les pinceaux. Faudrait savoir, disais-je donc. Il serait tarte car il essaierait de trouver des consensus. Mais c’est le coeur de la politique : négocier. On n’ obtient rien sans négociation, et il a l’air redoutable dans la négo. Normal, le passage dans le privé l’a formé et lui a appris cela. Il est vrai que ce n’est pas dans l’EN qu’on apprend ça, cela ne risque donc pas de vous arriver. Vous feriez un piètre politique.
    Il n’aurait pas d’expérience; donc, tantôt il en a trop puisqu’on le rend responsable à lui tout seul de toute la politique du quinquennat, et le voilà pour le moins expérimenté, tantôt il ne sait plus rien faire. Faudrait choisir.
    Il met des personnes de la société civile dans son gouvernement ? Faudrait savoir, ( anaphore, bouh, très vilain ) on change ou on ne change pas ? Quelle nouvelle politique avec les vieux rancis de toujours qui ont fait de la politique leur profession? Vous appeliez de vos voeux un renouvellement, le voilà !
    Pas un mot sur l’immigration et l’insécurité dans les villes dites-vous. Mais ce sont les journalistes chers à votre coeur qui ont décidé des sujets. Eussent-ils abordé ces problèmes, il y eût répondu !
    Même votre Taïaut, au look de SS, n’a pas choisi d’en parler. Il ne tenait qu’à lui.
    Et il s’en est admirablement sorti avec quelque chose qui vous échappe totalement, Brighelli, c’est sa courtoisie qui va même jusqu’à une forme d’empathie avec les gens qu’il rencontre et ça, évidemment, cela vous est étranger, en brute épaisse et grossière que vous êtes, ( vous faites souvent injure à la culture à que vous avez ) dans la manière que vous avez eue de traiter certains des participants de votre blog, vous ne réalisez pas à quel point, on peut être séduit par ce qui vous fait ricaner vous et vos deux chiens de garde : la politesse, l’amabilité, la gentillesse, la mesure et la pondération.

    • Les débuts sont un peu difficiles en périodes de post-cure (insomnies, crises de larme inexpliquées), après quoi vous ressentirez sans doute encore certains troubles à la seule évocation de « 10% »… (manifestations d’hallucinations auditives et visuelles sous forme d’écho), il vous seulement commencer à vous y habituer. Il peut également s’agir d’un autre chiffe des dizaines relatif au score, en souhaitant qu’il ne s’agisse pas d’une unité – même à décimale, la pathologie serait plus sévère.
      Allons, allons, consolez-vous, sachez que ses comptes de campagnes lui seront remboursés. Vous voyez, tout n’est pas noir.

      • Il est vrai qu’avec ce jeu incessant de masques que vous portez, les troubles de la personnalité semblent commencer à s’installer durablement. A force de se regarder et de se photographier devant un miroir impavide … Et ce n’est pas la première fois que vous parlez de cure et de crise de larmes. Vous avez sûrement de bons amis psy. ?
        Mais comment peut-on encore vous confier des élèves, pardon, des étudiants ?
        Enfin, la retraite approche bientôt quand même.

          • Un peu de sauna, vous ferait le plus grand bien, cela détend. Je vous l’ai déjà conseillé. Un peu de Mozart.
            Le mieux serait d’en jouer. Mais je suppose que vous en êtes incapable. Dommage, c’est efficace.
            Non, et c’est tout le problème des pervers narcissiques, c’est qu’il ne consulte pas.

        •  » se photographier devant un miroir impavide  »

          encore le miroir impavide;critiquant le texte du Maître,vous nous avez dit que cette expression était un emprunt.

          J’avoue mon ignorance;auriez-vous la gentillesse de nous dire quel est l’auteur original de cette expression ?

  67. Qu’on en finisse ; qu’il soit élu ce Macron, sans majorité parlementaire (et sans groupe franchement majoritaire) ; que l’on puisse se payer sa tête et celle de ses commanditaires et de ses exécutants, pendant 5 ans.

    Si c’est quelqu’un d’autre cela risque aussi de finir comme ça.
    Comme ça il faudra inventer d’autres façons de gouverner (pas la peine de penser à la IVème République) ; des coalitions autour de grands projets, pas pseudos consensuels (ou quelque chose du genre)

    Au point où nous en sommes rendus ; je ne vois pas quel pourrait-être le risque.

      • Non ; juste des infusions de plantes médicinales de mes ancêtres Navajo et autres Sioux.
        La sociale démocratie à la Macron avec des grands projets néolibéraux derrière ça ne me dit rien qui vaille.
        Même si il est soutenu par des pauvres diables ubérisés mystifiés par le mythe de l’auto entreprenariat et autres soutiers de start-up appelées (les start-up) à disparaitre dans 90 % des cas (statistiques fiables)

        C’est peut-être le plus dangereux des 11 candidats ; malgré les apparences.
        Donc en cas de deuxième tour Macron-Le pen, personnellement je m’abstiendrai ; le vote utile ne passera plus jamais par moi (lorsque l’on voit ce que cela a donné depuis 2002, le vote utile ….)
        Les frontistes seront priés de poursuivre comme auparavant en ce qui me concerne, sous peine de graves déboires et il en ira de même pour les Macroniens (au fait c’est un ou deux  » m  » ?) ; dans l’hypothèse de l’élection de leur idole ; aux uns comme autres autres.
         » Le crépuscule des idoles  » ; cela a déjà été pris, c’est dommage j’arrive toujours trop tard.

        J’essaie de réfléchir seul, parfois ; cela limite au maximum les erreurs collectives.
        (on ne fait que des erreurs individuelles)
        Ça donne à rire ; je m’en moque.

        • Voilà ; je me suis confessé à la Fraternité St Macron.
          Serai-je puni si il est élu ?
          (généralement je m’en sors plutôt pas trop mal, dans les histoires de présidents fraichement élus)

    • Thierry,

      Serait-ce en effet de votre bonté que de bien vouloir ne pas citer le chiffre 10 dans le commentaire que vous vous apprêtez, peut-être, à formuler à l’attention de Tintin. (Le malheureux connaît le nombre d’intention de vote pour Macron suite au grand débat : 10%). Les effets de la sidération ne s’estompant qu’au bout de 72 heure et devant l’urgence sanitaire que représente ce patient par les symptômes qu’il manifeste, une nouvelle confrontation avec cet élément pathogène lui serait désastreux.

      Pas de 10 !

      amicalement

    • Lorsque le moindre accident de la route sert la propagande de la bête immonde, il est du devoir de tout honnête homme de réagir et de dénoncer ces relents nauséabonds, éructations rancies de ces extrêmistes qui
      Ah pardon! Je me croyais encore dans les 80′s.

    • Comme celui qui a defénestré une femme d’origine juive en pénétrant chez elle ! Je savais que j’étais environnée de connards mais pas d’autant de Philémon Ciclone !

  68. Une « consultation LCI » ( je n’avais même pas cliqué sur le lien ) n’est pas un sondage qui au moins est fait avec méthode. Quel manque de précision pour un prof !
    A part ça, des nouvelles de votre collègue dont vous faisiez l’éloge récemment : B. Lefebvre ? La charmante dame, pas coincée pour un sou et mentant comme une arracheuse de dent, osant soutenir qu’elle n’était pas soutien de Fionfion alors que son nom s’affiche partout à côté du sien et pleine de Sens commun. Digne soutien du menteur et voleur de la République. Décidément, de belles fréquentations !

  69. Lu sur Twitter. Je ne résiste pas à l’envie de le partager avec vous :

    - M. Macron, frites ou potatoes?
    - Les frites c’est bon mais en même temps je veux dire à chacune et chacun des potatoes que nous les aimons

    Ça résume bien le personnage.

    • à cyrano58
      petite remarque en passant

      A l’adresse où vous nous envoyez on peut lire :cette phrase de Macron:
      « Pour réussir à réindustrialiser l’économie, nous devons être attractifs, il nous faut attirer les talents. »
      C’est curieux, Villani,interrogé sur Macron, avait dit : »il sait attirer les talents » (sous-entendu:moi,par exemple.)

      En somme Macron a le talent d’attirer les talents.

      Pourquoi se gargarisent-ils avec cette phrase?
      C’est une mantra ?
      Ça peut rapporter gros ?

      Interrogée sur Macron-élève, Brigitte Trogneux avait dit: »c’était Mozart »;elle n’a pas dit Rimbaud,alors qu’elle enseignait les lettres.
      Et son patron chez Rothschild: « c’était Mozart »;

      • Mozart était un génie mais qui est mort ruiné…!
        Nous ce qu’on veut c’est que la dette diminue et qu’il y ait plus de boulot en France. Alors on n’a pas vraiment besoin de Mozart en tant que président… !

  70. Le Wolfgang Toufriquet veut nous jouer la première de son requiem le 23 avril.

    Allons-nous le laisser entrer au château avec sa vioque blonde et le gang de loups de la finance ?

  71. Philippe de Villiers était un artisan qui reconstituait le moyen-âge avec de petits moyens au Puy-du-Fou – Macron voit grand : il va faire venir des millions d’Africains musulmans pour que la reconstitution de ces temps primitifs soit parfaite. On s’y croira …

    • Après l’élimination des candidats dangereux par le Parquet National Financier et les médias, les socialistes convertis à la mondialisation ultralibérale envisagent de se maintenir à tout jamais au pouvoir en important des électeurs ayant-droits sociaux. Ce en quoi ils se trompent, c’est que lesdits électeurs ne voteront pas éternellement pour eux: à moyen terme l’émergence d’un parti politique islamique est inéluctable.

  72. http://www.lefigaro.fr/musique/2017/04/08/03006-20170408ARTFIG00078-seine-saint-denis-le-rappeur-fianso-bloque-l-autoroute-a3-pour-le-tournage-de-son-clip.php

    Voir la vidéo.
    C’est charmant, enfantin et primesautier. La créativité à l’état brut, loin des convenances bourgeoises, le cri primal lancé à la face racornie de l’establishment!
    Regrettons que nos candidats n’aient pu assister à cette démonstration vivifiente des nouveaux héros d’une société mutante; c’eût été l’occasion de faire connaissance avec la vraie France.

    • On voit maintenant ce qui nous attend si Toufriquet est élu.

      Plus de masque.

      Vous avez pensé à Napoléon;j’ai pensé plutôt à Mussolini et à son corporatisme (en italien: »corporativismo »);voir la définition par exemple ici:

      https://global.britannica.com/topic/corporatism

      Je cite l’entretien:
      « jdd:N’y a-t-il pas un risque de blocage par les syndicats?
      Macron:Non, car je leur redonne une très forte responsabilité dans la déclinaison de la réforme du droit du travail au niveau de la branche et de l’entreprise, et parce qu’on passe à un tripartisme entre Etat, syndicats et patronat. »

      Cette fois, c’est clair:le rôle des syndicats est d’être associés à l’Etat dans l’instauration des « réformes »:ils vont les « décliner »-quel joli mot!

      L’ensemble de l’entretien est terrifiant;Macron ne fera pas de quartier;il servira quoi qu’il advienne la classe qu’il représente;il est déterminé à mener à son terme la guerre contre les classes laborieuses.

      Rien ne manque,pas même la référence à 1945,au Conseil National de la Résistance-dont il veut liquider toute survivance.

      • Pour le conseil national de la résistance ; cela a toujours été clair. En 2007 le numéro 2 MEDEF d’alors, déclarait (à quelque mots près) ;
        - … il ne reste plus qu’à liquider ce qui reste du programme du conseil national de la résistance.;
        Macron était déjà né…

        L’histoire Macron c’est un peu comme un conte de fée écrit sous l’effet du LSD.
        Ça commence comme ça en plus ;
        - Le petit chaperon rouge ayant épousé sa grand-mère …

        • Vous avez raison.
          Cependant Denis Kessler n’a jamais été candidat à l’élection présidentielle.

          Deuxièmement,dans ce que j’ai pu lire de lui,je n’ai pas trouvé qu’il voulût que se mette en place un système fasciste.

          Avec Macron,c’est parfaitement clair:intégrer les syndicats à l’appareil d’Etat,c’est typiquement
          mussolinien:ça s’appelle « corporatisme. »

  73. Ceci n’a rien à voir avec Macron ! Il faut, poète, savoir un peu quitter le Macron …

    « Les célèbres « amants » de Pompéi étaient des hommes « On ne peut pas affirmer que les deux personnages étaient amants, mais compte tenu de leur position, on peut le supposer. Cependant, il est difficile de le déterminer avec certitude », explique Massimo Osanna, directeur des fouilles à Pompéi, au Corriere del Mezzogiorno. Bien que considérablement altéré, leur ADN prouve cependant qu’ils n’appartiennent pas à la même famille. « Il ne s’agirait cependant pas d’un père et de son fils», précise-t-il. « L’un est âgé de 18 ans, l’autre de 20 ans ».

  74. Lire Natacha Polony procure un bien fou, il est heureux que le Figaro fasse appel à ses services. L’ordre chronologique de la lecture parfaite pour la parution de ce WE : Edito et enchaînement immédiat avec Natacha pour vous assurer une attaque globale et sereine du journal. Elle a le privilège de vous faire oublier les 5 dernières lignes de votre première lecture.

  75. Philippe Poutou n’aime pas la démocratie bourgeoise – ceci dit il se prête au jeu des élections ce qui est pour le moins équivoque.
    On est donc enclin à croire qu’il y a une certaine fausseté dans ses arrière-pensées !
    ….

  76. Mais Benoît Hamon veut se donner la chemise du chevalier blanc à peu de frais en expliquant que le processus électoral français en 2017 doit s’interrompre car les enfants syriens meurent sous les bombes (au gaz) !
    Il est vrai qu’il est en train de perdre salement la partie – et que la bombe sale c’est tout simplement son parti socialiste qu’il défend mordicus !

  77. Qu’est-ce qu’il y a de plus corrompu qu’un parti politique sinon un parti unique ?

    Benoît Hamon dans ses œuvres : « Qu’est-ce qu’elle vaut, notre petite présidentielle, quand Bachar Al-Assad gaze des gosses ? (…) Rien. C’est notre humanité qui est mise en question quand on voit cela. Et c’est pour ça que moi, ce que je leur reproche, c’est de continuer à être ambigus vis-à-vis de Poutine, qui lui soutient ouvertement Bachar Al-Assad et qui dit que la solution en Syrie, c’est Bachar Al-Assad. Eh bien, moi, président de la république, il n’y a pas de solution en Syrie avec Bachar Al-Assad, parce que moi je n’accorderai aucun crédit à un homme qui a massacré au gaz des gamins. »

    • Je n’ai pas plus confiance en Bachar El Assad qu’en Saddam Hussein, mais la parole d’un Hamon ou même d’un président français ne représente aucune garantie.

      Si Hamon est courage, qu’il crie son indignation contre les attaques alliées au Yémen : 1.400 enfants tués, 2.000 écoles hors d’usage (Unicef)

  78. Franklin D. Roosevelt n’a pas interrompu le processus électoral parce que l’Amérique était en guerre contre les Nazis et l’empire japonais !

    Il n’a pas dit : Vous comprenez nos élections ne valent rien parce que les Nazis et les Japs exterminent les gens dans des camps !

    Roosevelt était un patricien – pas un jeanfoutre de dernière catégorie comme le petit Hamon.

  79. Ah, l’Islam! Que de crimes ne commet-on pas en ton nom, toi, message universel et divin!

    http://www.lefigaro.fr/international/2017/04/09/01003-20170409ARTFIG00084-deux-explosions-meurtrieres-frappent-des-eglises-coptes-en-egypte.php

    http://www.lefigaro.fr/international/2017/03/03/01003-20170303ARTFIG00252-egypte-dans-le-sinai-l-exode-des-chretiens-traques-par-l-etat-islamique.php

    Sans doute des réponses quelque peu disproportionnées, soyons honnêtes, aux éternelles provocations des fanatiques du poisson.

    • Il y a des jours où elle a des relents paternels nauséabonds…
      Roter son père… Beurk !

      Ça me rappelle que mon prochain roman (pour l’année prochaine, après celui qui sort fin mai et qui s’intitule Noirs dessins) commence justement par la rafle du Vel d’Hiv’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>