Natacha Polony

Après l’arrêt de Polonium, sur Paris Première, je n’ai pas misé cher sur la peau de Polony à Europe 1. L’éviction de Thomas Sotto, dont elle s’était payé le luxe de dire du bien alors même qu’on lui avait collé au dos l’écriteau des bannis, était le prélude. La voici elle-même éjectée de la revue de presse qu’elle faisait trop bien, avec trop d’humour et trop d’audience pour que le nouveau maître de la tranche horaire, Patrick Cohen, n’en prenne pas ombrage avant même toute cohabitation.
Cela faisait une semaine qu’elle en parlait. Elle avait demandé que l’on restât discret, en attendant l’ultime round de négociations. Mais Arnaud Lagardère, que l’on sait si compétent dans la gestion de l’empire de papa, a joué au chef.
Que lui fait-on payer ? Peut-être pas ce qu’elle disait sur Europe, qui était de toute façon tributaire de l’actualité — sauf à penser que le pouvoir politique, qui l’amuse ou qui ne l’amuse pas, ou le pouvoir médiatique, dont elle égratignait parfois les belles plumes si rarement prétentieuses, ont décidé de se tenir par la main et de nettoyer tout ce qui ne « marche » pas à à l’uniçon, comme le « mur du çon » cher au Canard.
Résumons. Pujadas — pourquoi Pujadas, sinon parce que Delphine Ernotte, qui se sentait sur siège éjectable, voulait faire un sacrifice au nouveau pouvoir en espérant dévier la foudre jupitérienne — a été viré de France 2 alors que son Journal progressait nettement, et avait rattrapé celui de TF1. Polony, qui n’aura plus les divans de Paris Première pour y distiller un peu d’intelligence dans un monde de brutes. Moi-même, remercié par le Point.fr pour incompatibilité politique — alors même qu’ils affichaient depuis trois ans, sous mon nom, ma proximité avec NDA. Il y en aura d’autres. La démocratie est en marche. Mais si l’on tente d’éliminer tous les souverainistes de France, de NDA à Mélenchon, cela va faire du monde. Quant à prétendre qu’aimer la langue et la culture françaises c’est entrer dans le point Godwin…

Le plus drôle, c’est que l’on fait surtout payer à Polony les gentillesses qu’elle écrit hebdomadairement dans le Figaro. Billard indirect. Que voulez-vous, la bêtise n’est pas son fort, et par les temps qui courent, c’est un défaut capital : la preuve, on va chercher Patrick Cohen, l’homme qui sur France Inter tenait absolument à faire dire à NDA qu’il s’était fâché avec moi. Ou qui avait jadis reproché à Frédéric Taddeï, qui est un vrai homme de télé, lui, d’inviter des « cerveaux malades » — ce qui lui avait valu déjà il y a quatre ans d’être traité de « censeur des ondes officielles d’Etat ». Le même Patrick Cohen a tenté en 2015 de faire virer Yann Moix du Figaro, pour une chronique qui lui déplaisait. Petite pointure.
Mais voilà, au Figaro, pour le moment, ils la gardent — après tout, boulevard Haussmann, ils votaient plutôt Fillon, et ils ne se sont ralliés que du bout des dents à Napoléon IV. Elle aura encore pour quelque temps l’occasion de décrypter la politique. Ce qu’elle fait très bien, au passage, sur Polony.tv — l’essayer, c’est l’adopter. Certains ont les dents longues, elle, elle a la canine aiguisée.
Allez, ma chère, vous voici avec un peu de temps libre — pas trop, j’espère, il faut bien vivre, et de surcroît on a besoin de vous. Il ne vous reste plus qu’à user de votre talent pour écrire ce roman des médias qui sera le Bel-Ami du XXIème siècle, le genre qui se croit beau gosse irrésistible, qui a plus ou moins raté ses études, conquis la radio et la télé au prix de cabotinages ou de vulgarités satisfaites — les modèles sont si nombreux que l’embarras du choix vous guette.

Jean-Paul Brighelli

150 réflexions au sujet de « Natacha Polony »

  1. Bien évidemment sans rapport avec cette prose brighelienne ni même avec l’Éducation Nationale… une petite citation classique :

    « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

    Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes, 1958 (écrit, sauf erreur, un peu moins de 30 ans après le fameux Meilleur des mondes)

  2. Cohen, avec lui nous avons une idée de ce que peut être l’infini.
    Polony c’est l’électron libre, victime comme vous cher JP, bien d’autres, ainsi que moi à ma petite échelle, tenant un blog Facebook, dont il faut hélas dans ce monde préciser que jamais je n’ai agressé ni insulté quiconque, et qu’il fut fermé car jugé trop subversif ? D’explication je n’eus jamais.
    La citation de Arthur (15 Juin 2017 à 21 h 40 min) colle on ne peut mieux à la situation.
    Nous sommes nos propres geôliers, d’une prison de verre sur un monde ouvert comme il ne l’a jamais été et tout à la fois inaccessible, chasse gardée d’une bourgeoisie planétaire, club très fermé et inaccessible au communs des mortels que nous sommes, repoussés aux périphéries de ce monde, allocataires de revenus minimum comme la soupe que l’on laisse aux pauvres, non pour qu’ils se nourrissent, mais pour que le geste apaise les consciences desdits bourgeois.
    Cela fait des années que je répète à satiété que le progressisme est un totalitarisme, soft, comme dirait Polony, un système dans lequel il n’est absolument pas permis de penser différemment sous peine non pas de mise à l’écart, mais depuis peu de destruction, d’anéantissement.
    Polony ne peut être vaincu, l’autre camps a perdu la partie mais ils ne le savent pas encore, leur chute sera brutale, à l’instar de leur ascension.
    Macron est le pire des mondes, il n’a même plus besoin de donner des ordres, ses valets les anticipent.
    Que tout ceux-la profitent du délai qui leur est accordé, le revirement sera sans appel…
    PS : il faudra que je vous parle de votre roman.
    Bien à vous.

    • Et si vous en parliez ici ? Faites-en une page, et je la mets en ligne — sinon c’est moi qui vais en parler, ce qui est toujours un peu ridicule.

      • Terminé votre roman noir !
        Extraordinaire ! Pas un seul personnage sympathique, tous avec leurs tares diverses, oui, même le prof. C’est à prendre ou à laisser, ils naviguent dans la vie, avec leur idéologie mortifère ou leur comportement qui n’est qu’une prison, tous dans une petite cage, se cognant les uns aux autres, parfois durement, les os craquent, les intestins jaillissent !
        La seule humaine, c’est la du Barry ! JPB nous sauve du désespoir grâce à Fragonard et à la peinture en général, On lit ces passages avec avidité, pour reprendre des forces et affronter ce monde en perdition ! Sans amour, sans âme ! Rien que le fric et le sperme, mais pas le joyeux, l’autre, l’acide.
        Roman glacial, roman puissant ! Roman de fin de l’humanité !
        Bravo !

        ,

        ,

        • Vous ne voulez pas m’en faire une page entière ? Je le passe en chronique…
          Sinon je serai obligé de dire du bien de moi, et je n’ai pas l’habitude.

          • Je ne sais pas si c’est à moi que vous parlez, mais si c’est le cas, c’est deux, trois, quatre fois ce que j’ai écrit ?
            J’ai encore plein de choses à dire, et comme j’ai lu « Pur Porc » il y a trois semaines, j’ai noté une évolution.
            Bon, mais ce soir ma petite fille qui dort chez nous tous les samedis, est malade, enfin, c’est une fièvre que nous combattons toutes les deux, alors, si, encore une fois, c’est à moi que vous parliez, j’écrirai demain, à la fraîche, si ce n’est pas trop tard pour vous.

          • EN termes de signes Word, disons que 3000 signes c’est un minimum, et 5000 un maximum.

  3. Où est le problème ? Elle est prof, non ? Ah oui, c’est vrai : elle a fait comme tant d’autres. Elle a déserté pour donner des leçons de l’extérieur. Aucune sympathie envers cette personne.
    Ce qui me permet de me différencier des intervenants ici. Sinon, ce serait comme l’assemblée dimanche soir : trop monocolore.

    • Je ne vois pas le problème. Elle a parfaitement le droit de souhaiter changer de métier (bien d’autres l’ont fait pour devenir prof. ou à l’inverse), et cela ne l’empêche pas d’avoir un avis autorisé sur la question.
      Les retraités sont bien « retirés des affaires » sans être obligés de se taire.

      • Le problème, c’est qu’elle vient chouiner car on ne la veut plus ! C’est le système libéral, ma vieille, dans lequel tu as eu plaisir (et intérêt) à entrer. Heureusement pour toi, il y a le Collège Serge Gainsbourg de la banlieue de Grenoble qui a besoin de tes services !

      • J’aime bcp l’écouter, elle tient des propos très réfléchis, intelligents, C un plaisir de l’écouter.
        Evidemment les béotiens ne sont pas au niveau… Dommage pour eux…
        Encore une belle émission supprimée, mais à quoi pense le CSA ?

      • Rien à faire de votre sympathie. Je dis des choses. Ces choses ne plaisent pas. Et alors ? (air connu). Vous croyez que c’est facile d’évoluer en milieu hostile ? Il est dit ici des âneries sur Macron. Je ne me tairai pas?. Quant à ma prétendue vulgarité acariâtre, comment dire ? c’est celui qui le dit qui y est. J’ai bon, là .

        • Vous pourriez au moins saluer le fait que vous vous exprimlez ici en toute liberté. Il m’est arrivé de commenter les billets de tel ou tel de mes adversaires pédagogiques, qui n’ont jamais (jamais, vous m’entendez) cru bon de laisser une voix discordante subsister dans leur océan de bêtise. Voir Néoprofs, par exemple — ou Aggiornamento.
          Je constate d’ailleurs que les bonnes consciences de gauche me condamnent a priori, et qu’aucune (aucune, vraiment) de ces belles âmes n’a jamais fait, face à des autorités de droite, le dixième de ce que j’ai pu moi-même faire — non seulement dans la décennie 1968-1980, mais après. Ces petits marquis ont accumulé les prébendes pendant que je restais soutier en ZEP — et je ne sais pas trop quel avantage réel j’ai tiré de mon combat pour l’Ecole de la République, sinon un très long destin dans des établissements de misère, pendant que des imbéciles prétentieux se gobergeaient de titres ronflants.
          Le pire, c’est qu’ils se croient (et vous vous croyez) autorisés à me donner des leçons.

          • Mais je n’ai jamais contesté ce fait et je vous en sais gré. C’est bien pour cela que je me permets (parfois) d’ajouter un grain de sel qui ne plaît pas ici. Cela dit, vous m’accorderez que , contrairement à beaucoup ici, je ne m’en prends jamais aux intervenants (jamais ad hominem). Je me contente de m’opposer à telle ou telle idée. Vous remarquerez que la réciproque n’est pas forcément vraie. Bien à vous. C.C.

          • Pardon, je n’avais pas fini : je ne vous ai jamais donné de leçon. J’ai abondé dans votre sens quand vous parliez pédagogie. Je ne peux me taire quand on compare EM à une forme de fascisme mou.

        • Vous êtes la pierre de touche de la politique et soyez en remercié.
          Quelqu’un qui défend Macron, alors que personne ne sait qui il est vraiment, et que les reproches qui lui sont fait sont vrais, ne peut être qu’un gauchiste ou un syndicaliste honteux (les 2 ?).
          Grâce à vous le tri est aisé entre ce qui est bon pour le pays et ce qui est à éviter.
          J’admirerais votre opiniâtreté si ce n’était celle des sots.

          • Qui vous permet de me traiter de « sot » ? Qui êtes-vous pour proférer la moindre insulte à mon égard ? Où avez-vous vu que, pour ma part, j’insultais qui que ce soit ici ? Puisque c’est ainsi, je me maintiens sur le site. et je persévère. Ce qui n’a rien de forcément diabolique.

          • Je n’ai jamais été gauchiste, contrairement à certain ici… Ni syndicaliste, honteux ou non. Je suis volontiers pour le dialogue, chose qui semble difficile ici, sauf à abonder dans le sens de la meute.

        • En fait j’ai l’impression que vous n’avez pas du tout compris comment Macron est passé, grâce à ses sponsors, de parfait inconnu à tête de gondole… Pensez vous réellement que les puissances financières qui ont tellement investi ne vont pas (rapidement ?) exiger un retour sur investissement ? Le croire serait une preuve de naïveté puérile .

          • Charbonnel est ici lou ravi de la crèche.
            Il en faut un. Je le garde précieusement.

    • « Elle a déserté » : c’est exactement le langage des vieux militants du SNES qui ne militent que pour la « revalo » et des inepties comme l’exclusion définitive « avec sursis » (si, si, ça existe). Ces individus sont de bons petits soldats qui ne trouvent rien à redire à l’ignorance, la paresse et la violence qui gangrènent les établissements de l’Education nationale.

    • D’accord pour ne pas favoriser le mono collorisme. Encore faudrait-il que le pouvoir ait une couleur ! Bon il semble grisâtre. Ce qui permet à nombre de laissés pour comptes de rallier pour tenter d’exister. C’est juste du vichysme. Et c’est vrai que un journaliste intelligent et de plus une femme, ça fait tache sur le grisâtre. Alors les obscures, les sans grade, relèvent la tête mais vite la rebaisse de peur d’être décapités.

      • Du vychisme ? Et on me taxe de vulgarité acariâtre ? Comment peut-on avoir une pensée (?) aussi sommaire, voire pervertie ? C’est, encore une fois, consternant !

        • Ce qui peut paraitre consternant aussi ,c’est vos commentaires .Pour la pensée pervertie ,
          vous n’êtes pas mal non plus ! Toujours la même histoire qui nous concerne tous ; la paille dans l’oeil du voisin ,et la poutre dans le notre … Natacha POLONY est une personne remarquable et Monsieur P.COHEN ,un petit
          monsieur qui m’a fait déserter FRANCE INTER le matin .

        • Les trolls d’En Marche sont en forme… comme lorsqu’ils attaquent les miltants FN ou LR…c’est beau la démocratie macronienne…

  4. Où il est peu question de pluralisme des média, et beaucoup de Natacha Polony… Puisque big media vous accorde tous deux du temps libre, faites nous des chroniques à quatre mains !

  5. Le roquet acaule se pousse du prépuce de façon ridicule et sautille en jutant précocement.

    Quel amant !

    En plus, il se prendra une branlée mémorable car, comme tous les crétins d’altitude, il néglige le Perico(loso).

  6. Notre Devoir immédiat est le boycott total des médias qui ne nous conviennent pas et des individus comme le sieur Cohen
    Je ne connaissais pas « POLONY TV », je l’ai mis dans mes favoris ainsi que votre blog……

  7. Natacha ma chérie, si tu me lis, ressaisis-toi cornecul ! Macronise-toi, sinon tu vas te perdre dans ce monde terra incognita, prends exemple sur la Strongneugneux!
    P.S. ta sortie de secours peut donner sur mon jardin intérieur…si tu le veux

  8. - Crotte, crotte, crotte !

    Ici le bureau des conseils inutiles ; Natacha Polony écoutez-moi bien, seul Cyril Hanouna peut vous donner des leçons de vulgarité bien-sonnante et trébuchante qui transforme un veau tout bête en veau d’or !

  9. Il ne reste plus à Natacha Polony qu’à se faire élire à l’Académie française où grâce à la magie de son maître-queue personnel elle sera accueillie comme la reine du sérail !

  10. Je suis choquée de ce qui se passe actuellement dans les médias devenus aussi neutres et objectifs qu’une communication d’entreprise.
    Choquée qu’on n’entende plus de voix dissonante mais brillante comme celle de Polony, qui a toute mon estime. Va-t-on aussi censurer les Zemmour, Finkielkraut et autres vents contraires? Ce dernier a bien compris le danger et retourne prestement sa veste en avouant avoir voter Macron et trouvant son gouvernement « pas si mal ». La diversité politique devrait s’imposer dans les médias, or il n’en est rien. Devant le battage médiatique autour de la récente BD de la femme de…., je reste atterrée, moi qui dans mon boulot reçoit des dessinateurs de BD peinant à vivre de leur talent. après des décennies de pratique.
    Où s’informer? Le Monde, Libération, le Figaro, la radio publique roulent tous clairement dans la même direction, insipide et sans saveur. La contradiction y a été effacée. Les sites complotistes, les chaines youtube parallèles ne sont pas mieux entre rumeurs, intox et délires paranoïaques. Médiapart, le canard Enchainé sont-ils un dernier recours? Même Marianne s’est totalement affadie, avec des postures de gauches répétées comme des évangiles sans interroger le réel.
    Sur Le Causeur restent des tribunes libres, j’espère….
    A défaut d’y être d’accord avec tout j’y puise de quoi remettre en question le prêt-à-penser de notre époque.

    • A vous lire, ça me rappelle ce que je me suis dit hier, en regardant avec ennui BFM TV pour avoir « les dernières infos » : je me suis fait le constat, moi qui suis plutôt « accro à l’info », que, depuis la présidentielle déjà, et encore plus depuis les législatives, eh bien… je ne trouve plus grand-chose dans les émissions d’infos : un macroniste ici, un macroniste là, ils nous parlent tous de « confiance », de « dynamisme », de « sauver notre pays », de « ce que veulent les Français : changer la politique », etc., et c’est d’un ennui !!!
      A croire que la politique s’est arrêtée avec ces dernières élections, et que, du coup… le lecteur de presse risque bien, lui aussi, de disparaître bientôt. Je connais quelques grands médias qui vont avoir le réveil douloureux, quand ils auront ENFIN constaté que, à force de n’avoir plus rien à dire ou plus le droit de le dire, eh bien… ils auront fortement lassé leurs lecteurs ou téléspectateurs.
      Ne reste plus que la météo pour nous surprendre encore un peu, sinon c’est vraiment « Circulez, y a rien à voir » !
      A part quelques faits divers : un gamin enlevé ici, une tour qui brûle là… Mais où est donc passée la politique ? Où sont passées les idées politiques ? Quid du « débat » ???
      Tout cela fait un peu frémir…
      Et, pendant ce temps-là, du côté de L’Express, on commence à s’interroger, histoire de ne pas perdre de temps : il paraît que plus de 60 % des Français seraient pour la GPA… ? Ah ! ça couve, ça couve… et bientôt nous aurons donc droit à une « discussion » médiatique déjà connue d’avance. C’est, je pense, pour demain.
      Bon, pour le moment, d’autres sont occupés à défaire le Code du travail, il va bien falloir pouvoir donner aux opposants à cette destruction un peu de grain à moudre… Une loi autorisant la GPA, par exemple, à « débattre » quand tout le monde connaît déjà l’issue du débat, que L’Express, donc, commence déjà à dévoiler…

      La France macroniste me fait peur : pendant ce temps-là, l’islamisme intégriste (je prends les gants de la redondance, pardon) continue son chemin… Après la GPA, nous aurons sans doute la dépénalisation du cannabis… et toujours plus d’intégristes musulmans, jugeant toujours plus sévèrement la « dégénérescence » de notre société… devenue incapable de faire ses choix elle-même, mais si pressée qu’on les lui impose en lui faisant croire que c’est elle qui choisit !

  11. Le comportement de certains auteurs de commentaires de Bd me fait de plus en plus penser à la danse des mouches autour du papier collant. Les mouches normales évitent soigneusement ce papier collant, mais les commentateurs de Bd en raffolent semble-t-il…

      • Qu’est-ce-que vous racontez ? Le seul reproche que je peux faire à ce blog, c’est l’immense frustration sexuelle masculine qui conduit ceux qui la subissent à dire non solum des conneries sed etiam à tenir des propos tellement sales que si je n’avais pas un mari ad hoc, je renoncerais pour toujours aux délices de Capoue !
        Et l’andropause, vous connaissez ?
        Hervé, dont je salue le retour, s’amuse mais contrairement à vous, il peut dire ce qu’il veut, il n’est jamais répugnant ! Vous deviez nous expliquer la gravité et l’apesanteur, faites donc ça et foutez nous la paix !

  12. Napoléon IV, hein ?
    Quand on y réfléchit, qu’on réfléchit aux similitudes historiques ( globalisation à la canonnière, modernisation autoritaire ) , ça tombe quasiment sous le sens.
    C’est une évidence, mon cher Ouatte-Sonne !
    On pourrait d’ailleurs, tant qu’à faire, et pour embrouiller encore un peu plus la situation qui manque un peu de confusion, lancer une vaste pétition, sur change.org, par exemple, en suggérant à l’intéressé de ne plus se contenter du titre archaïque de Président, mais à se faire couronner, en bonne et due forme, d’un titre royal ou impérial un peu modernisé, et ce devant la pyramide du Louvre, ove-course !

  13. En gros on a le même syndrome chez NKM et chez Polony ; deux fonctionnaires, l’une du Génie rural et l’autre de l’Education nationale, qui ne veulent absolument pas affronter l’inutilité de leur emploi et l’obscurité de leur fonction !
    Elles préfèrent l’une et l’autre les plateaux télé …

  14. Cher M. Brighelli, si lepoint.fr vous a viré moi j’ai viré le point.fr en avril dernier (il ne restait plus que vos articles à lire et leur ligne éditorial pro-macron m’exaspérait) pour m’abonner à Atlantico. Et quand je veux lire un magazine j’achète Causeur, le point c’est un point final.

    • J’ai dans l’idée que vous n’êtes pas le seul. Ma popularité n’était pas en cause, mes billets marchaient très bien. C’est purement idéologique.

      • Je ne peux m’empêcher de penser que c’est le rapprochement NDA – Le Pen de l’entre deux tours , qui a scellé votre sort, par ricochet … Parce que comme nous le savons tous, le FN c’est très vilain mal ! NDA ayant contracté la peste, vous étiez nécessairement contaminé. Ce n’est que grâce à la fréquentation régulière de bien-penseurs comme BHL ou FOG que vous échappâtes à la mort !

      • J’ai également arrêté de lire le point sur le net. Dommage c’est là que j’avais découvert Brighelli. Mais normalement je ne devrais pas passer à côté d’auteurs d’articles pertinents maintenant…

    • Moi j’ai viré l’Express depuis son rachat par Drahi … Il est confondant qu’à chaque changement de propriétaire un journal ou un hebdomadaire propose une ligne éditoriale différente fort différente de la précédente.

      • « Le plus drôle, c’est que l’on fait surtout payer à Polony les gentillesses qu’elle écrit hebdomadairement dans le Figaro. Billard indirect. »

        Lire sa chronique cinglante écrite sur Jacques Attali ! Je pense que c’est lui « le billard indirect » – Il est coutumier de la manoeuvre (Fréféric Taddéï : émission ancienne où, en présence de Esther Benbassa et Christophe Alévèque qui le contestaient , il est sorti vexé avant la fin de l’émission. Il a dû faire supprimer la rediffusion habituelle de cette émission qui s’est avérée introuvable au contraire de toutes les autres…

        Référence :

        Natacha Polony: «Attali et Whirlpool, “l’anecdote” qui dit tout»

        Jacques Attali et Emmanuel Macron, fêtant la victoire du candidat d’En Marche! au premier tour, le 23 avril à La Rotonde à Paris.
        VOX Vox Politique

        Par Natacha Polony
        Mis à jour le 28/04/2017 à 17h34 | Publié le 28/04/2017 à 16h18
        CHRONIQUE – Le sort des ouvriers de Whirlpool a été qualifié «d’anecdote» par Jacques Attali. Tout un symbole pour celui qui inspire, depuis trente ans, les politiques économiques qui ont permis la puissance du Front national.
        Une «anecdote». En prononçant ce mot, Jacques Attali n’avait pas conscience de sa portée symbolique. «C’est en effet une anecdote dans un contexte plus large, c’est une anecdote, non pas au sens péjoratif du mot, mais cela s’inscrit dans un contexte de la mondialisation ou de la fermeture», a-t-il affirmé sur ce ton de prophète dont il a le secret pour faire taire le journaliste forcément ignorant. «Je ne voudrais pas que cette campagne se réduise à des anecdotes. La priorité pour moi, dans les dix jours qui viennent, c’est de voir les candidats avoir la chance de confronter leurs programmes.» Même en replaçant le mot dans son contexte, on perçoit la morgue de celui qui sait, et qui balaie d’un revers de la main les misérables objections. Une anecdote, comme d’autres diraient un point de détail.

        «Car l’essentiel, ce n’est pas le réel, la détresse ou l’exploitation des malheureux, ici et là-bas ; l’essentiel, mais enfin réveillez-vous, c’est la lutte contre le mal»

        L’équipe d’Emmanuel Macron a eu beau renier l’encombrant gourou, le mot a fait mouche, venant coiffer cet épisode de la campagne, comme un retour du refoulé pour ceux qui, sûrs de gagner, s’épargnent les précautions langagières. Une multinationale américaine, qui fait 20 milliards de chiffre d’affaires, augmente les dividendes de ses actionnaires de 10% et délocalise une usine en Pologne pour profiter de salariés sous-payés alors que les lave-linge qu’elle produit devront faire mille kilomètres pour revenir sur leur marché de destination, la France. Alors que Whirlpool sacrifie pour cela 286 salariés, plus soixante emplois chez un sous-traitant qu’elle avait fait installer là et des centaines d’intérimaires, Attali, sur un ton d’évidence désinvolte, dit tout haut ce que pensent tout bas ceux qui considèrent la situation comme normale. S’en émouvoir, n’est-ce pas être du côté «du repli et de la fermeture», donc du mal? Car l’essentiel, ce n’est pas le réel, la détresse ou l’exploitation des malheureux, ici et là-bas ; l’essentiel, mais enfin réveillez-vous, c’est la lutte contre le mal.

        «Nous n’avons pas besoin de racines, nous ne sommes pas des radis»
        Jacques Attali

        Qu’importent les racines de ce mal. Qu’importe que les options politiques qu’Attali, Alain Minc, et d’autres, soufflent depuis trente ans à l’oreille des gouvernants aient nourri ce mal. En 2002 déjà, les commentateurs s’offusquaient de voir le score élevé de Jean-Marie Le Pen à Alençon. «On y voit pourtant peu d’immigrés», ironisaient-ils. Quelques mois avant, l’usine Moulinex avait fermé. Mais les problématiques industrielles intéressent peu les commentateurs. L’industrie passée en quinze ans de 20 à 12 % du PIB, voilà qui ne leur fait ni chaud ni froid. Quelques investissements, un soupçon de formation, une montée en gamme et le problème est réglé. Les moins qualifiés pourront toujours se recycler dans des emplois de service sous-payés. Ils y auront certes perdu des savoir-faire, une identité professionnelle, tout ce qui les constitue, mais, comme le dit Attali: «Nous n’avons pas besoin de racines, nous ne sommes pas des radis.»
        Étrange défaite
        «Comment croire que cinq ans de plus de ce système, désormais incarné par Macron, ne renforceront pas un FN contre lequel on prétend «faire barrage»?
        L’étrange défaite à laquelle nous assistons, celle qui voit la France se dévitaliser et ses énergies les plus belles s’épuiser face à l’absurdité d’un système qui érige en loi universelle la guerre de tous contre tous, pour peu qu’elle soit économique, n’était pourtant pas inéluctable. Le cumul des scores de Mélenchon, Dupont-Aignan, Lassalle, Asselineau et Cheminade démontre qu’une large part de nos concitoyens recherche une alternative à ce système économique qui ne soit pas assombrie par la nature et le passé du FN. Même Fillon posa – sur la géopolitique et l’indépendance de la France face à l’impérialisme économique américain – des questions qui fâchent. Soudain, le FN n’avait plus le monopole de l’alternative. Panique à bord! Heureusement, ce second tour rétablit l’ordre des choses. On peut proclamer la main sur le cœur qu’on fera rempart de son corps et de son âme. La destruction de nos filières industrielles et agricoles peut retourner dans les limbes, ce n’est qu’une «anecdote». Seul compte le combat de l’ouverture contre la fermeture, celui du bien contre le mal.
        Certains s’interrogent pourtant. Comment accepter l’obligation qui leur est faite de choisir entre le FN et ce qui rend possible le FN? Contradiction logique. Après «réduire la fracture sociale», «travailler plus pour gagner plus» et «mon ennemi, c’est la finance», soit vingt-deux ans de promesses foulées au pied, comment croire que cinq ans de plus de ce système, désormais incarné par un génie, ne renforceront pas un FN contre lequel on prétend«faire barrage»? Il n’y a donc rien d’étonnant, ni même de scandaleux, à ce que, se sentant piégés, des citoyens hésitent. Ils regardent, consternés, Laurence Parisot prête à accepter Matignon, ils écoutent les appels des grandes consciences plébiscitant le mondialisme et le multiculturalisme décomplexés, puisque c’est pour lutter contre le fascisme. Tout un programme. Ils se disent que ce pays est à reconstruire et que la France va devoir attendre encore cinq ans. Une anecdote.
        Cet article est publié dans l’édition du Figaro du 29/04/2017. Accédez à sa version PDF en cliquant ici
        La rédaction vous conseille :
        Whirlpool: Marine Le Pen a commencé une campagne «guérilla»
        Après le coup de com’ de Le Pen, Macron sifflé sur le site de Whirlpool
        Macron et Le Pen chez Whirlpool: un «coup de com’» qui fait réagir
        (in extenso pour les non abonnés au Figaro)

        • Quel est l’intérêt justement de tous ces Attali et autres de mettre le FN au pouvoir dans 5 ans, si c’est ce qui nous prend au nez ??

  15. Comme nous ne pouvons pas tous devenir terroristes – on a la vocation ou pas – il nous reste à incarner le journalisme moderne afin de pulvériser la réalité …

  16. Les auditeurs ont les Cohen qu’ils méritent et qu’ils désirent.
    Chaque fois que par curiosité je fais un tour sur France Inter le matin, je me demande si la moitié de mes contemporains ne sont pas des abrutis sous influence de la propagande.

    • C’est exactement la même chose le soir sur France 5 avec les bien et bons penseurs ( pardon : les seuls autorisés et qui savent, tout du moins en sont-ils persuadés). A commencer par le Monsieur-Moi-Moi-Moi-Qui- sait-Tout, l’omniprésent gras triple Patrick Cohen, secondé des niaiseux Maxime Switeck et de l’intellectuelle blondasse gloussante Anne-Elisabeth Lemoine. Emission de bâfrerie, rendez-vous des bobos-gauche caviar. A vomir !

  17. La Revue de Presse que je ne regardais que de plus en plus rarement . En cause la bêtise de l’ animateur. Et de certains chroniqueurs comme Mabille dont les propos visent de plus en plus souvent le dessous de la ceinture. L’ âge, sans doute! En revanche, les billets de Jacques Maillot sont toujours excellents et bien écrit. Natacha Polony est toujours appréciée et on attendait lemoment où elle apparaîtrait. Nous la suivrons sur polony.tv…

  18. Messieurs-Dames, bonjour à toutes zé à tous !

    Je viens vers vous car vous êtes désormais mon seul recours. Je suis anéantie par l’état de santé déclinant de mon époux bien-aimé, mon Sindbad en marinière, mon prophète de bonheur, ma fleur de cactus étiolée, mon lion superbe, mon tigre édenté, mon crapaud crapoteux, mon héros antique, mon dieu multifonctions…mon hervé Chéri.
    Mon petit gâteau de miel a déliré toute la nuit dernière, poussant –en araméen– des cris déchirants, des « Natacha ! Natacha ! Aide-moi ! » entrecoupés de soupirs à rendre les tripes, à vous fendre l’âme, à vous faire voter socialiste, à faire de Dugong-la science-morte un penseur, de Brighelli un Voltaire sans Mahomet.
    Pouvez-vous faire quelque chose pour lui ? Peut-être…euh…depuis qu’il est devenu anarcho-raciste, serait-il loisible de lui changer la couleur de sa remorque de vélo avant qu’il parte en cure pour les deux prochaines années: rose, c’est plus bon du tout pour son nouveau look. Il faudrait l’aider à la repeindre en kaki, avec des croix de chaque côté: moitié celtique, moitié gammée, moitié huguenote, moitié papale. (me tripotez pas avec les moitiés vous voyez l’idée, hein…sinon demandez conseil à Villani.)
    Signé: Rachida Nitouche, convertie.

    • rachida? Mais qu’est ce que tu fous ici ? Une heure que je t’attends sur mon tandem au Bar des Sportifs… t’exagères ! Ramène toi… et vite !

      • Mon fantôme, j’entends d’ici tes chaînes qui grincent dans le dérailleur, mais tu confonds sprint et endurance, mon loup ! Lorsque tu rouleras sur ton tandem sans l’aide de tes petites roues arrières scientifiques, on reparlera entre quatre z’yeux de tes délires épicycloïdaux poloniens qui m’ont brisé le coeur.
        rachida, ta petite roue voilée…uhuhu !

  19. Une bonne fois pour toutes ces fonctionnaires-journalistes-politiques noyez les dans la Vologne et qu’on n’en parle plus jamais ! Je veux bien être du complot …

    P.S Si Macron passe dimanche ce sera bien la faute du petit Grégory qui veut absolument remonter du fond des eaux comme dans un film d’horreur américain (Le Cercle N°37 ou Scary Movie N°38bis).

  20. Natacha a malheureusement passé le cap des 40 ans… et chez ces gens-là, décideurs et magnas des médias, la vieillesse est un mal qu’ils exècrent.
    On se débarrasse des « vieux » pour des jeunots plus malléables. Par contre, les antiques conseillers de la Cour résistent à toutes les tempêtes et s’incrustent dans les pierres des décisions au sommet comme des mollusques. Radios, éditions, journaux, un système franco-français totalement verrouillé et assujetti à l’argent-roi.
    Bref, qu’est-ce qu’on attend pour les décrocher?

  21. Excellent article à la défense d’une des personnes les plus éclairées (et éclairantes) de la télévision française.
    Permettez-moi cependant, depuis notre petite Suisse, de ne pas toujours comprendre vos achronymes et autres abréviations. A l’époque du copier-coller, pourquoi ne pas écrire Nicolas Dupond-Aignant plutôt que ce difficile et immédiatement indéchiffrable (pour un demeuré provincial -et étranger de surcroît- comme moi) « NDA ».

  22. Je ne partage pas tout les avis de Natacha Polony, mais virer cette éditorialiste de talent, cette journaliste aiguisée comme une lame de rasoir, est une belle connerie de la part d’Europe 1, Je pense que je ne vais pas tarder de cesser d’écouter cette radio, qui est déjà en perte de vitesse me semble-t-il, mais en quoiqu’il en soit cela montre la bêtise de la direction de cette station, a qui je rappellerai que l’on attrape pas des mouches avec du vinaigre ni des auditeurs avec de la bêtise !!

    • Solution: préserver le site en créant un abri-musée et l’immeuble par-dessus. Rien d’infaisable techniquement mais plus cher!

      • Exemple : le musée de l’Acropole, à Athènes, a été bâti sur pilotis, au-dessus d’un quartier antique dont on peut admirer les vestiges a-travers un plancher de verre.

    • 80 ans;spécialiste « d ‘ingéniérerie bio-médicale »,inventeur d’un appareil pour faire des injections sans aiguille.(fit fortune.)
      Il est vrai qu’il avait commencé par les maths.

    • Des dugongs dans le Sussex ? Fausse piste !

      Vengeance probable de poules Sussex abandonnées par le breveteur et qui ont manipulé les paisibles bovins sur fond de livres en liasses.

      Un polar à la Barnaby revu par Maurice Leblanc.

      • Mais pourquoi faudrait-il que ce soient des vaches de mer ?

        D’ailleurs,au bord de la mer,il y a des vaches qui broutent et ne se lamentent pas…

        Voyez:
        http://www.musee-orsay.fr/typo3temp/zoom/tmp_a1def57775458a6950427b6609485917.gif

        fait partie de l’exposition:
        « Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky.Musée d’Orsay. »

        qui se termine ,hélas, samedi prochain:sauf chance exceptionnelle, le Maître ne la commentera pas.

        Et pourtant,n’avait-il pas dit que, fatigué de la politique,las des entreprises,écœuré des petitesses,il s’attacherait désormais à nous parler cinéma,art et littérature ?

  23. Je ne permets pas de juger le comportement ou la vie professionnelle de Mme N Polony, par contre je peux affirmer avoir pris bcp de plaisir à la lire et à l’entendre. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec elle.
    Rien que pour ça je suis navré de son éviction

  24. Au prix de cabotinages ? C’est fini, ça. Il suffit de s’appeler Cohen ou Lévy ou d’être coopté et fabriqué par les Attali/Drahi/Minc/Rothschild. C’est donc au prix du Lobby qui tient l’ensemble des rênes médiatiques, oui…qui en pas même 2 ans a fabriqué et imposé Macron…J’ai toujours trouvé cette fille cultivée très fade, maintenant peut-être vais-je m’intéresser à elle. N’oubliez pas qu’elle a balancé le Bilderberg à la face de la Ockrent médusée, et qu’elle en a reparlé en vidéo…Contrairement à vous, je trouve ces expulsion très bonnes, cela va accélérer l’agonie de cet astre mourant. De mon côté, j’ai jeté la TV en aout 2004. Allez, courage, Français encore un effort !

  25. A P. Driout:
    Vous pourriez faire un saut à Cannes pour un nouveau reportage sur votre sujet favori ? Il y a du nouveau mais ce n’est plus sur la Croisette que cela se passe; on aimerait un regard neutre et objectif que les radios et les journaux officiels ont abandonné; on compte beaucoup sur vous!
    Merci.

    http://www.nicematin.com/vie-locale/des-vendeuses-voilees-chez-handm-a-mandelieu-un-courrier-du-maire-cree-la-polemique-145892

    • Je suis sur l’affaire Grégory – une affaire crapoteuse qui a fait la fortune des médias depuis trente-trois ans – vous m’excuserez mais je n’ai pas assez de mon temps gore à vous consacrer.

  26. Patrick Cohen, l’idéologue bobo-gaucho-betasso-stupido-mediocrito qui fait du déni de la réalité son fonds de commerce pour attirer une audience bêtasse à manger du foin
    vite ! Eliminons les chroniqueurs intelligents qui pourraient nous faire de l’ombre…
    pôv type… et bye Europe 1

  27. Mes amis, rachida m’a définitivement quitté en filant sur le vélo électrique que je lui avais offert. Comme toute personne vertueuse, j’aurais dû me méfier de ces avancées technologiques qui ont moins de deux siècles d’âge.
    Un vélo électrique par rapport au vélo classique, c’est la fanfare de Limoges par rapport à la Philarmonia Orchestra, c’est Céline Dion par rapport à la Callas, c’est Macron par rapport au miraculé du Petit-Clamart, c’est NKM par rapport à Natacha !

  28. Rions un peu,

    Trois prisonniers discutent autour d’un feu, quelque part dans un goulag sibérien.
    Le premier s’adresse à son camarade d’infortune:
    « -Qu’est-ce que tu as fait pour arriver ici?
    -Oh, il y a trois ans j’ai écrit un article en faveur de Pavel Grigoriev et j’ai pris dix ans de camp. Et toi?
    -Oh, moi, il y a deux ans, j’ai écrit un article contre Pavel Grigoriev et j’ai pris dix ans aussi.
    Ils se tournent alors vers le troisième qui ne disait rien.
    -Et, toi? Pourquoi es-tu là?
    -Moi? Je suis Pavel Grigoriev.

    Cité par le camarade Philippe Meyer dans « Le communisme est-il soluble dans l’alcool? »

      • Si Causeur devait cesser de paraître en raison du manque de lecteurs ce serait un véritable symbole de l’abrutissement généralisé de ce pays.
        Ce journal à énormément de qualités, y compris une excellente écriture ; ne pas s’y abonner ou ne pas l’acheter, sauf difficultés économiques familiales, ou macronisme aigu, c’est refuser d’aider la liberté d’expression.
        S’abonner à ces journaux intelligents, et il n’y a pas que Causeur, c’est un acte civique, un investissement politique, une forme, même modeste, d’engagement.
        Si Causeur devait s’arrêter c’est que ce pays est foutu.
        Malheureusement c’est ce que je pense depuis belle lurette car la mauvaise monnaie chasse la bonne, inexorablement et toujours.

        • Oh, les lecteurs ne manquent pas.
          Mais aucune régie publicitaire ne consent à lui confier quoi que ce soit. Et les financiers se lassent parfois de la philanthropie.

  29. Goûtez à nos spécialités :

    Plat de résistance :
    - Le Canard m’a tuer
    En dessert :
    - Le supplice chinois de l’information continue

    Avec pour faire passer un Polony bien frappé en carafe.

  30. Ne pas être sur la même ligne éditoriale collaboborationniste que Patrick co-haine est plutôt un titre de gloire.
    Macron a le censeur en chef qu’il mérite.


  31. Natacha Polony a son interprétation de son éviction (in « Le Figaro » du jour) : la dictature économique impose ses têtes de gondoles à la place de la saine émulation démocratique.

    Voire !

  32. Merci à MEYNET DIDIER du 16 Juin 2017 à 20 h 02 min pour son sympathique témoignage empli de commisération que la rédaction transmettra à la belle Natacha, qui n’attend qu’une chose de nous: qu’on lui envoie un carton de Gum Hair gratos en attendant qu’elle retrouve du boulot.

  33. On ne vas pas s’étaler sur le cas Polony quand même ?

    Ceci dit on finit par ne plus très bien savoir en France où commencent et où finissent le fonctionnariat et le journalisme ! Il y a comme une porosité … l’ambiguïté naît peut être de là !

  34. Le chevalier le plus remarquable de son époque c’était quand même Don Quichotte qui combattait déjà les éoliennes !
    Je crois qu’il aurait embroché Macron le prenant pour un géant gonflé à l’hélium médiatique …

    • https://www.lesechos.fr/21/12/1998/LesEchos/17799-130-ECH_jean-pierre-coudreuse———l-asphyxie-de-la-recherche-publique-risque-d-etre-fatale-a-la-bretagne–.htm

      « Quel bilan établissez-vous des activités de télécommunications au cours des vingt-cinq dernières années en Bretagne ?

      Le fonds de commerce régional des télécommunications a vécu essentiellement autour de France Télécom, avec, pour l’essentiel, les compétences du CNET de Lannion en technologie et dans les réseaux numériques, et celle de Rennes, avec le CCETT et Transpac pour la transmission de données, le Minitel, la vidéo et le son numérique. Ainsi, il m’aura par exemple fallu quinze années comme ingénieur au CNET de Lannion pour développer l’ATM (réseau numérique à haut débit). Pour aboutir, j’étais entouré d’une équipe de 30 chercheurs, ce qui a représenté un budget annuel de 30 millions de francs pendant quinze ans, sans assurance de réussite. Plusieurs laboratoires du CNET évoluaient sur le même modèle. Pour espérer développer de nouvelles technologies, il faut repartir sur des projets à haut risque disposant de ce temps de maturation et d’un engagement financier au moins équivalent. Est-ce toujours possible, compte tenu du nouveau statut d’opérateur privé de France Télécom, qui n’a plus la possibilité de développer tous azimuts ses centres de recherches, notamment bretons ?
      (…)
      Mitsubishi Electric vous offre-t-il les moyens dont vous avez besoin ?

      L’industrie japonaise semble avoir encore la conviction que lorsque tout va mal il faut privilégier la recherche. Il a donc été clairement annoncé que mon centre rennais formé de 20 ingénieurs auxquels devraient s’ajouter dans les prochaines semaines une dizaine d’autres collaborateurs ne serait pas une structure de profit. Ma mission est de travailler sur les communications mobiles de la troisième génération et sur les futures technologies de communication sans fil, pour des services à haut débit de données et, pourquoi pas, d’images. Pour réussir, j’ai besoin de m’appuyer sur une recherche publique française forte, celle dont le vivier de chercheurs a attiré Mitsubishi Electric en Bretagne. »

      Le CNET, ça n’existe plus, éclaté façon puzzle pour permettre les indispensables et si bénéfiques privatisations (hem hem).

      Et Alcatel a été refourgué à la Finlande par Hollande, pour constituer un « champion européen ».

  35. J’apprécie beaucoup Natacha Polony depuis bien longtemps. Je suis très en colère de ce qui lui arrive. Je dirais même que cela me désespère. Tant de saloperie, de crétinisme…
    J’ai lu son dernier ouvrage (avec le Comité Orwell) Bienvenue dans le pire des mondes/Le triomphe du soft totalitarisme. Depuis quelques temps, je la suivais sur Youtube, bref partout où l’on pouvait trouver cette brillante personne, cette si rare journaliste libre (et si belle). Et je me disais, tout en l’écoutant et l’observant : pourvu qu’il ne lui arrive rien ! J’avais déjà peur pour elle.
    Que l’on en arrive là, ce n’est plus du tout soft. Manifestement, aucun media ne tolère plus la moindre voix discordante ni l’intelligence.
    Et ça c’est du totalitarisme hard.
    Toute ma solidarité avec Natacha Polony – que je veux retrouver sur les ondes ! Les meilleures si possible. Ou abonnement sur le net.

  36. Il y a quelques mois, c’est Romaric Godin, journaliste couvrant la macroéconomie à la Tribune, qui s’est fait lourder suite à changement de propriétaire du journal.

    Il rendait compte dans des articles informés et critiques des problèmes posés par l’euro, ainsi que du traitement de la Grèce.

  37. Pourquoi aller chercher une cohennerie vieille de trois ans ? La pire forfaiture du présentateur de la matinale de France Inter est dans toutes les mémoires : avoir extrait l’alliance « bolivarienne » des nombreuses clauses du programme de politique extérieure de la France insoumise pour prétendre qu’il s’agissait, par ce partenariat local lié à la présence de la France aux Antilles, de remplacer et l’Europe, et l’OTAN !

    • J’ai pris des exemples concernant ses rapports avec des gens des médias. Sinon, vous avez raison, ce n’est pas un athlète de l’intellect — mais un surdoué de la mauvaise foi.

    • http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-union-bancaire-a-t-elle-sauve-l-europe-comme-le-dit-emmanuel-macron-670124.html

      « La vision d’Emmanuel Macron est donc fausse et biaisée. Cet été 2012 prouve non pas la grande force de l’action des gouvernements, notamment de François Hollande, dont il est alors le secrétaire général adjoint, mais celle de la BCE. Et si la BCE a pu agir, c’est sous la pression des marchés, mais aussi parce que, au cours de ce même sommet des 28 et 29 juin 2012, deux chefs de gouvernements européens, Mario Monti pour l’Italie et Mariano Rajoy pour l’Espagne, ont exercé une forte pression sur Angela Merkel pour qu’elle accepte ce qu’en Italie, on appelait alors un « bouclier anti-spread ». Les deux hommes ont même menacé de quitter le sommet si on ne les écoutait pas. Ils ont été écoutés alors même que François Hollande ne les soutenait pas et se contentait d’un fantomatique « pacte de croissance » qui s’est révélé n’être qu’un leurre.

      On comprend pourquoi Emmanuel Macron préfère donc voir dans l’union bancaire la source de la résolution de la crise. L’OMT est en effet la preuve qu’une opposition déterminée à l’Allemagne peut faire avancer l’Europe dans le bon sens. Or, toute la stratégie européenne du candidat repose sur l’idée inverse, à l’image de celle de François Hollande voici cinq ans : il faut ménager Berlin pour en obtenir des concessions. L’été 2012 et l’évolution de la zone euro depuis semble prouver le contraire… »

  38. Napoléon IV, par la voix de son conseiller Sylvain Fort, prétend contrôler les médias. Par exemple en reprochant au cadreur de Frnce 2 d’avoir fait un plan large à l’Hôtel de ville de Paris, ce qui montrait une foule fort réduite devant Macron.

    http://www.arretsurimages.net/breves/2017-05-24/Investiture-foule-la-com-de-Macron-preferait-les-plans-serres-id20649

    Puis ils ont décidé des journalistes qui l’accompagneraient au Mali. Ce qui a fait hurler dans le landerneau de la presse :

    http://www.arretsurimages.net/breves/2017-05-24/Investiture-foule-la-com-de-Macron-preferait-les-plans-serres-id20649

    Ils vont en avaler, des couleuvres.
    Quant à ceux dont on sait qu’ils n’obéiraient pas, le mieux est encore de les faire virer, et de les remplacer par des godillots obéissants.

  39. J’allais dire : bon vote aujourd’hui. Mais comme dirait Coluche, si voter changeait qqchose, il y a longtemps que ça serait interdit…

  40. J’habite avenue Paul Doumer – président de la 3ème assassiné par un Russe – je vais demander à mon nouveau député en marche qu’on en rebaptise une petite portion du nom d’avenue Natacha Polony – polonaise assassinée par Patrick Cohen.

  41. La première pièce de Marcel Pagnol s’appelle « Les marchands de gloire » ; elle n’a pas eu un très gros succès, les anciens combattants n’étaient pas très contents … c’est un instituteur plein de morgue républicaine dont le fils est mort à la guerre et qui devient un héros par procuration et entame une carrière politique en misant là-dessus.
    Il faut dire que si Paul Doumer qui était un brave homme mais pas une flèche est devenu président c’est en grande partie parce que quatre de ses cinq fils sont morts en 14/18 !
    Malheureusement Pagnol n’invente rien ..; de même pour le personnage de Topaze !
    On peut penser à l’instituteur Jean-Michel Boucheron devenu maire d’Angoulême qui pilla sa ville pour son profit personnel.

  42. La politique a toujours été le lieu des passions publiques ceux qui s’en étonnent ont l’art des feintes !

    NKM est bousculée sur un marché soit ! Mais elle doit rarement faire le marché.

    Jean Jaurès tribun populaire circulait en omnibus dans Paris ; Charles Péguy après avoir été son admirateur et son ami est devenu son ennemi juré, il s’est même publiquement réjoui de son assassinat par passion nationaliste, le qualifiant de traître parce qu’il était naïvement pacifiste.
    Jaurès et Péguy étaient tous deux normaliens donc suffisamment instruits, on suppose.

    • Et Péguy est tombé dans les débuts de la guerre 14-18 il me semble.
      Ca fait un pacifiste tombé en temps de paix (enfin celui qui précédait un temps de guerre, imminente ; peut-on encore parler de temps de paix ? ) et un va-t-en guerre tombé en temps de guerre.

  43. « Le 25 décembre 1908, en effectuant une promenade sur les Champs-Élysées, un garçon de café, qui fut camelot du roi, nommé Jean Mattis, se jette sur le président Fallières pour lui tirer la barbichette. Mais Armand Fallières réagit un peu brusquement en voyant l’énergumène et fut griffé au cou et à l’oreille droite. Jean Mattis écopa de quatre ans de prison. »

    Allez ! qui se dévoue pour tirer la barbichette d’Edouard Philippe ?

    • A cette époque on pouvait encore voir des hommes politiques se promener comme tout un chacun sur les boulevards le dimanche …

      Le roi Louis-Philippe se baladait avec son parapluie inamovible qui le distinguait peu du bourgeois parisien classique.

  44. Bien sûr Polony TV (j’ai été sollicité pour la première à partir du comité Orwell)

    Il va falloir faire attention désormais avant d’épurer.
    Il faut tenir compte de l’avis du premier parti de France (plus de 50% du corps électoral) sans quoi les soucis ne vont pas tarder à envahir la rue (rarement, même jamais en été ; plutôt juste après)

  45. Il y a de quoi être très effrayé de ce qui se passe en France aujourd’hui, en 2017 tout de même. Avec Macron, c’est le recul de la liberté d’expression, la fin de toute velléité de contradiction, le début de la fin. Polony est en première ligne : son excellente émission Polonium s’est toujours attachée à donner une pensée critique sur la politique et les ambitions de certains. Sa revue de presse sur E1 était riche et subtile, aidait à mieux comprendre les événements. On l’ostracise !
    Bienvenue dans le pire des mondes ! (lisez-le !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>