Nous sommes tous des Juifs allemands et des islamophobes

Rappel des épisodes précédents.
Il y a quinze jours, le mardi 30 septembre, un prof d’Histoire de l’IEP d’Aix-en-Provence, en plein cours sur la Constitution de 1789 — et le passage d’une société monarchique et religieuse à une société laïque et démocratique — a traité une étudiante habillée d’une burka de « cheval de Troie de l’islamisme ». Emotion, l’interpellée éclate en sanglots ou feint de, et quelques étudiants quittent l’amphi en signe de solidarité. Ceux qui y sont restés — la majorité — ont exprimé aussi une forme de soutien au prof.
Tous les détails, fournis par un témoin oculaire ancien élève du lycée Thiers, ici.
J’ai réagi sur le site du Point.fr, si bien réagi que Jean-Louis Bianco a cru bon de donner son sentiment sur la « laïcité aménagée » chère au PS et autres crétins utiles. Je lui ai répondu, courtoisement (je crois) mais fermement.
Et voici que les salafistes s’en mêlent, et par la voix d’un membre du NPA, où il joue lui-même au cheval de Troie de la grande réconciliation version EEIL, je suis étiqueté « islamophobe » — ce qui, dans ce pays plein de jihadistes en puissance et autres têtes creuses, m’inquièterait si j’étais du genre à, et en tout cas inquiète quelques proches.
Alors, mettons les choses au point.

Cher Renaud Cornand qui m’invectivez sur le site si démocratique d’Oumma, et dont je crois bien avoir eu l’honneur de croiser la verve énervée lors d’une conférence-débat avec Philippe Meirieu à la FNAC Marseille il y quelques années (eh oui, j’ai la mémoire longue, et quand j’en rencontre un beau, je le repère)…

Je sais, vous brûlez d’être connu et reconnu. On vous doit, au NPA, l’heureuse initiative de cette candidate voilée présentée en 2010 dans le Vaucluse — une audace que l’ancienne LCR, que je connais bien, n’aurait jamais validée : aucune femme voilée n’a été admise dans l’organisation d’Alain Krivine (qui s’y était personnellement opposé chez lui, en Seine Saint-Denis). Comme l’a utilement rappelé en 2010 un communiqué du NPA, auquel j’adhère totalement, « Le foulard est non seulement un symbole religieux visible mais il est également un instrument de soumission des femmes utilisé sous diverses formes et à diverses époques par les trois monothéismes. » Et après, ils ont accepté la candidature de la jeune soumise…
Ils ne seraient pas un peu schizoïdes, chez Besancenot ?
D’autant que ladite voilée a fait long feu : elle est partie du NPA, où elle n’avait rien à faire, avec ses petits camarades barbus. Carton plein. On discrédite un honnête groupuscule, et on se casse après avoir fait le maximum de dégâts.
Mais Renaud Cornand n’en a pas profité pour réfléchir. Il est vrai que depuis le début des années 2000, où il a commencé à militer au NPA d’Aix-Marseille, il est parvenu à vider la cellule locale de la LCR de la plupart de ses membres, ulcérés par ses diatribes pro-islamistes. Il encensait alors Tariq Ramadan (à qui j’ai flanqué, c’est un bon souvenir, l’une des rares raclées médiatiques essuyées par cet as du double langage, et dont le frère, Hani, recommande saintement la lapidation des femmes adultères en Europe), et justifiait le rapprochement de la LCR avec les Frères musulmans en rappelant que la Gauche s’était bien acoquinée avec Mgr Gaillot ou les ministres jésuites du Nicaragua — en oubliant au passage que l’Islam n’a fait ni sa Réforme, ni sa théologie de la Libération, et qu’il exècre les homos.
Bref, grâce à cet agité du bocal, les effectifs de l’extrême-gauche aixoise ont fondu comme neige au soleil de l’Arabie heureuse, entre ceux qui, écœurés, sont partis dans la nature, et ceux qui sont allés s’encarter chez Mélenchon, qui lui au moins n’a pas varié dans son rapport aux voiles, burkas, tchadors, niqabs et autres symboles indéniables de liberté de pensée et de libération de la femme : « On ne peut pas se dire féministe en affichant un signe de soumission patriarcale », affirme-t-il. Islamophobe, va ! On va te scier la tête, Merluche ! Juste après moi.
Parce que dans la dénonciation en règle qu’opère Renaud Cornand, il y a en filigrane l’espoir qu’on se débarrassera bientôt de moi — professionnellement d’abord : « Un enseignant islamophobe est-il légitime pour enseigner au lycée Thiers de Marseille, qui-plus-est au sein d’une classe accueillant des élèves issus d’établissements populaires ? »
Pauvre cloche ! L’élève voilée de l’IEP d’Aix, elle y est probablement grâce à moi (comme quoi je fais de mon mieux pour leur apprendre à penser sainement, et à distinguer la foi du fanatisme, mais ça ne marche pas toujours). Comme pas mal de ses camarades des deux ou trois sexes. Et toi, crétin patenté, qu’est-ce qu’ils te doivent ?
Quant aux brevets de rectitude gauchiste… Ce n’était pas toi qui étais à la Mutualité le 21 juin 1973, face aux (vrais) fachos et aux CRS, avec la LCR de l’époque — et une petite organisation qui s’appelait tout bonnement Révolution ! Tu tétais ta mère pendant que je m’exerçais à la guérilla urbaine.

Alors, tiens-toi le pour dit : je sais identifier un fasciste quand j’en vois un. Tu cherches à exister en flattant ce qu’il y a en ce moment de plus bas, comme Edwy Plenel, qui vient de sortir Pour les Musulmans (franchement, les trotskards, ils feraient mieux de se mettre à la retraite) ou Claude Askolovitch (feuilleter son ineffable livre, Nos mals-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas, c’est faire l’expérience de l’abîme). Tu devrais te méfier : l’Islam a mauvaise presse, en ce moment. Et d’ici que les RG s’intéressent aux amis des amis des extrémistes… Sans parler de ce qui arrivera quand, grâce à toi, le FN sera aux commandes.

Ceux que je plains, au fond, ce sont les Musulmans sincères.Avec des amis comme Renaud Cornand, ils n’ont plus besoin d’ennemis.

Allez, tu me laisses faire mon boulot, et tu changes de trottoir si par hasard tu me rencontres à Marseille. J’ai horreur de marcher sur des merdes de chien.

Jean-Paul Brighelli

53 réflexions au sujet de « Nous sommes tous des Juifs allemands et des islamophobes »

  1. Voilà un type qui parle de « banalisation du racisme anti-musulman » qui n’est qu’un long pet de mots amalgamés. Bien loin de l’expression ciselée au laser « cheval de Troie de l’islamisme ».

    Laissons le révolutionnaire aixois s’évertuer à chercher son réseau 3G aux 2G. Il finira agent folklorique local pour les touristes chinois.

  2. Bonjour le fanatisme si on ne peut plus contester certaine situation de port du voile sans se faire insulter d’islamophobe.. Alors oui on l’est tous … Les hautes autorités et commissions sur la laïcité et l »intégration pourraient être cohérentes dans leurs discours et la mise en application de le loi 2004 sur les signes extérieurs d’appartenance religieuse: pourquoi les majeurs des classes prépas et bts respectent ces consignes et pas automatiquement certains étudiants des universités? Certains profitent des incohérences …

  3. Régis, dans mon dernier billet sur le sujet sur (http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-la-laicite-est-une-et-indivisible-13-10-2014-1871845_1886.php), j’écrivais la chose suivante :
    « En classes prépas, où les élèves sont majeurs aussi, ces mêmes tenues ne sont pas tolérées. Parce que les lycées qui abritent ces classes d’excellence hébergent aussi des mineurs, parfois dès la sixième. Mais alors, pourquoi tolérer dans les rues, où n’importe quel mineur peut les contempler à loisir, des vêtements qui sont autant de reproches muets (et parfois exprimés à voix haute) à celles qui persistent à penser que l’assimilation des cheveux à des toisons pubiennes est d’une haute fantaisie ? Soit vous autorisez partout, soit vous interdisez partout – au nom de la défense des mineurs. Tout comme vous devriez veiller à ce que des garçons n’insultent pas (et parfois agressent – j’en ai été témoin) des filles habillées et coiffées « à l’européenne » (en Europe, hein, quelle audace…) en les traitant de… »
    Ça aussi, ce doit être un blasphème.

    • Votre commentaire a été posté un vendredi à 10h19… en pyjama avec votre café à la main, payé par le contribuable ?

      En lisant votre blog, les parents d’élèves (surtout des vôtres) risquent de penser que la fabrique à crétins embauche de bien beaux feignants ! (ceci expliquant cela ?)

      Mais c’est vrai que dans les années 1950-1960, on n’inculquait pas trop le concept de productivité aux élèves.

      Morale de l’histoire : il est bien beau de faire la morale aux Tartuffe, mais il faut veiller à ne pas en être un soi-même !

      Jean-Paul pris en flagrant délit d’auto-laxisme… (c’est plus courant que le laxisme envers les autres).

  4. Vous connaissiez bien entendu le célèbre interdit par l’église catholique de la dissection des cadavres ?

    Eh bien la dernière fois que je me suis rendu à la messe c’était en février de cette année à Saint-Jean Baptiste de la Salle rue du docteur Roux Paris 15ème ; le docteur Roux a succédé à Pasteur à la tête de l’institut qui se trouve justement à cent mètres de là.
    Tout se passait normalement jusqu’au sermon … et voilà que le prêtre un noir africain dans son prêche vitupère contre les expériences médicales – il voulait parler je pense de la GPA et de la PMA – on était la veille d’une énième manifestation de la LMPT !

    Il se trouve que je suis soigné à l’institut Pasteur par le docteur Consigny chef du service des maladies infectieuses …

    Je précise que Pasteur était croyant mais il ne faisait pas intervenir sa foi dans ses expériences de laboratoire …

  5. Ces jeunes filles voilées sont du même calibre que les adolescents allemands qui en 1933 suppliaient leur grand-mère de leur acheter une chemise brune pour être comme leurs copains déjà membres des Hitlerjugend… (relire Hans Peter Richter) Et l’on feint comme en 1933 de dissocier le vêtement de l’idéologie sous-jacente.

    Et l’on encourage ces petites connes manipulées, dénuées de la moindre étincelle de pensée critique malgré leurs « études », et qui insultent par leur bêtise crasse le martyre de ces milliers de femmes vivant dans des pays où l’on pratique le « vrai islam. »

    Terrifiante lâcheté des politiques, quant à cette extrême-gauche qui cautionne l’islamisme, elle se rend encore plus abjecte que les islamistes eux-mêmes…

    • Il n’y a pas encore chez nous de Malala Yousafzaï pakistanaise, cette formidable jeune fille qui lutta contre les intégristes religieux pour pouvoir continuer son instruction. Je ne sais pas ce qu’elle pense du voile mais au moins elle a un cerveau et du courage.

    • Tout à l’heure, à un arrêt de bus, j’ai aperçu une de ces femmes, « foulardée jusqu’au trognon » comme dirait une de mes amies, et à part ce « symbole de pudeur », maquillée comme une voiture volée et munie d’un sac qui n’aurait pas fait tache rue Saint-Denis.
      Cherchons l’erreur…

    • L’étudiant, qu’on supposera avoir bien fait ses études, compare le voile aux chemises brunes de l’Hitlerjugend en feignant d’oublier un détail important : l’Hitlerjugend est l’organe politique de jeunesse du parti de la NSDAP. Parti qui a pris le pouvoir d’un pays tout entier en 1933.

      Mais peu importe l’histoire, après tout, si sa disparition permet à une comparaison d’enfumer tout le monde. Surtout si elle veut nous faire croire qu’une idéologie est dans tous les cas puissante, même si elle ne dispose pour cela que d’un infime réseau de propagande souterrain. Ce qui est le cas de l’islamisme.

      Je passe sur la grossièreté du propos, elle me paraît être une coutume ici.

      Quant à l’argument-massue consistant à mettre sur le même plan la situation des musulmanes en Orient et celle des musulmanes en Occident, je le ramène à celui qui compare le gaspillage alimentaire d’ici et les famines de là-bas : de la « bêtise crasse. » Si l’éventuelle « cuistrerie » de la citation déplaît, j’ai mieux : de la moraline visqueuse.

        • Vous pourriez m’écrire « une belle et docte réponse », mais m’avez-vous seulement lu ?

          « Une larme dans un océan de barbarie » ? Plutôt une information parmi d’autres dans la grande mélasse spectacliste et indifférente que sont devenus les médias en France, puisque c’est de l’islamisme de ce pays dont il est question dans la réponse que je vous ai adressé. L’islamisme en France qui manipule ces « petites connes », comme vous dites si élégamment. L’intégrisme religieux et impuissant que les plus étourdis pointent du doigt à l’occasion du JT de 20h, afin de ne surtout pas pointer celui de notre « société », dont le JT de 20h est justement l’une des manifestations majeures. Relater comment une poignée locale d’imbéciles aspergent des malheureuses sous des prétextes sociaux ou religieux, passe encore. Mais montrer comment une telle information peut objectivement engendrer des effets de crainte ou de commisération chez les masses, faisant que des amalgames ou de la moraline tiennent le plus souvent lieu d’avis sur notre « société »… non, il ne faut pas trop déconner non plus.

          • Vous faites donc partie de cette catégorie de gens qui estiment que puisque la Frace n’est ni l’Iran ni l’Afghanistan, qu’on n’y lapide pas les adultères et qu’on n’y décapite pas les mécréants, il n’y a pas de sujet avec l’islam.

            Je pense le contraire. Je pense qu’une religion parmi les plus archaïques et violentes qui soit n’a pas sa place dans nos sociétés modernes et démocratiques, qui se sont développées sur le recul du religieux et l’avènement de la pensée critique. Et j’avoue ne pas éprouver une grande sympathie pour ceux qui feignent d’ignorer le problème sous couvert d’un tolérantisme de bon ton ou en se réfugiant derrière des biais idéologiques. (certes l’islamisme n’est pas une bonne chose, mais ce n’est rien en comparaison des méchants médias qui endoctrinent, des méchantes multinationales, des méchantes banques, des méchants américains, etc)

            On ne peut pas, à moins de profonde schizophrénie intellectuelle, croire simultanément que l’homme descend du singe et qu’il est la créature d’Allah, qu’il existe des animaux (et des êtres humains…) « purs » et d’autres « impurs » à l’heure de la génétique et de l’ADN, que la femme est l’égale de l’homme et qu’elle n’est qu’un paquet de viande à plaisir à soustraire aux regards des mâles. C’est incompatible et ça, les islamistes l’ont parfaitement compris. Quant aux musulmans « modérés », leur position est insoutenable. Ou il faudra que l’islam se réduise à une coquille symbolique (à l’image de la crèche de Noël chez les catholiques), ou ce sera tôt ou tard l’affrontement.

          • « pas d’amalgame » ,on sait tout de suite à qui on a faire.J’affirme,sans avoir jamais vu lavercandière,connaitre à peu près tout ce qu’elle (il) pense sur tous les sujets politiques.
            Penser par soi même n’est pas si facile et la majorité des gens ne le font pas.

          • L’étudiant nous livre cette fois deux termes insignifiants censés résumer mon propos : « tolérantisme de bon goût » et « biais idéologiques » (?). Alors comme ça, l’étudiant, il y aurait un tolérantisme de bon goût ? A quoi ressemble celui qui est de mauvais goût ? A discuter goûts et couleurs, on a tôt fait de s’égarer dans des mondanités qui empêchent de voir que le problème ne se situe justement pas dans les goûts et les couleurs. La lecture attendra toujours.

            Quel rapport entre l’intégrisme religieux d’ici et celui de là-bas ? Qu’on se le tienne pour dit : pour l’étudiant, il y a une internationale de l’intégrisme religieux. Quelques corollaires plus loin et une fois armés jusqu’au dents, nous en venons à la proposition du gouvernement américain : la nécessaire guerre du reste du monde contre l’intégrisme présent partout. Encore faut-il que l’étudiant qui dort en cours, ou que le conservateur qui pionce au Sénat, cherche dans cette entité mythique un semblant de consistance. Elle sera toute trouvée dans ces grossières oppositions de valeurs, censées régir un monde qu’on s’échine à voir bipolaire (la bipolarité étant le fond de commerce de ceux qui l’ouvrent (journalistes), et une véritable analyse de la réalité sociale pour ceux qui relaie l’information, par profession de moutonnerie). D’un côté la tolérance, la civilisation, les droits de l’homme, les droits de la femme, le bien; de l’autre, la mysoginie, la barbarie, l’obscurantisme et le fanatisme religieux, le pas bien. Et surtout, s’en tenir à cela pour éviter d’interroger les rapports de force en présence, ou la manière dont fonctionne le pouvoir. Le 11 septembre ? Lutte contre l’intégrisme. Après, si cela nous a permis de conserver nos positions militaires et de gagner des avoirs pétroliers, cela n’est qu’une juste rétribution à notre vertueuse croisade. Quant aux journalistes, après tout, dans la mesure où l’essentiel est de vendre du papier, il ne s’agit que de faire vibrer la corde sensible de la « société » (comme si elle existait encore).

            Voilà le nouvel intégrisme païen des sociétés, beaucoup plus puissant que n’importe quel intégrisme : le spectacle des combats de catch titanesques entre deux ensemble, le simulacre des oppositions de valeur. Cette manière qu’a la « société » d’intégrer la fabrication totale de son autre, en sorte qu’il ne demeure par rapport à elle aucune externalité. Comment espérez-vous, cher étudiant, nous faire croire en l’ennemi, en l’autre, vous qui êtes seulement incapable de ne pas pouvoir lire le commentaire d’un ladre sans faire l’économie des grilles d’évaluation qui fonctionnent le mieux ? C’est censé vouloir dire quoi, ça, « islamisme », « musulmans modérés », tout ce foutoir des signifiants qui signe l’impuissance d’une société incapable d’intégrer ses membres à ses propres valeurs ?

            En marge, je renvoie vos propos à ce qu’ils sont, à savoir une grande compromission qui nie mon existence, et signe ma disparition.

          • @Lavercandière :

            Votre capacité à brasser du vent et à esquiver le débat sur le fond est tout de même assez remarquable, pour ne pas dire inquiétante.

            « Qu’on se le tienne pour dit : pour l’étudiant, il y a une internationale de l’intégrisme religieux. »

            Parce que l’islamisme n’est pas une internationale de l’intégrisme religieux ? Ah mais j’oubliais, c’est n’est-ce pas un concept fabriqué, inventé pour distraire le bon peuple, tout comme le fait que France soit le premier pourvoyeur occidental de djihadistes en Syrie !

            Relire à ce sujet ce texte prémonitoire d’André Malraux http://www.malraux.org/index.php/textesenligne/1116-islam1956.html

            Pour en revenir à vous et puisque vous êtes incapable de sortir du cadre ad hominem pour discuter du fond, je vais me laisser tenter par le même travers.

            Vous représentez tout ce que j’abomine : la casuistique la plus abjecte devant la réalité la plus révoltante. Vous êtes exactement au même niveau que le non-regretté Juan Ginés de Sepúlveda plaidant les atrocités espagnoles au Nouveau-Monde comme autant d’actes égarés, ou comme tous ces grands penseurs de gauche minimisant les goulags pour ne pas nuire à l’idéal communiste.

            Et contrairement à ce que vous imaginez, je n’ai pas besoin de faire mes délices des thèses d’Huntington pour me forger une opinion quand il suffit juste d’ouvrir les yeux! Voir toutes ces gamines voilées à la sortie de mon ancien lycée, par exemple. Entendre en stage un collègue algérien vous expliquer très sérieusement que le mariage dès 13 ans et le meurtre des apostats sont d’excellentes choses. Passer à Bruxelles devant une librairie musulmane et lire de fort beaux titres évocateurs : Sarkozy et les juifs, le messager d’allah,etc…

            Je m’arrête là parce que la liste prendrait dix pages, sachez simplement que je doute que les français attendront de voir leurs rues peuplées uniquement de rhinocéros voilés pour réagir. Cela pourra prendre la forme du FN, voire pire, sachant que nous avons un fort bel historique en matière de guerres de religion. Et des gens comme vous en seront les premiers responsables.

  6. Quand on est vaniteux comme un pou on s’accroche à tout ce qu’on peut … regardez Eric Zemmour il s’en prend aux poils pubiens d’Hélène et les garçons ! Elle est pas belle la vie des puceaux de 50 berges ?

  7. Mon cher Collègue,

    la majuscule s’impose sur ce billet, ainsi que sur ce que vous dîtes sur le site du Point; bien que, à quelques trimestres d’une retraite sans aucun doute bien méritée, votre courage à énoncer des évidences en soit quelque peu diminué…
    Il n’empêche: soyez remercié par les obscurs pour cette tribune publique.
    L’islamisme actuel, français, c’est la négation absolue de tout ce qui a fait notre pays. Nous le voyons chaque jour, dans la vie quotidienne – celle de la rue- et dans la vie professionnelle des enseignants.
    Il est regrettable que cet état de fait soit couvert par une langue de bois digne des plus belles années de l’URSS.
    Concernant l’évaluation, sujet « pro », je vous soutiens totalement:
    la suppression des notes est dans l’air depuis longtemps et c’est un non-sens pédagogique. Je reprends votre propos très bien formulé: on ne note pas une personne, on note une performance ponctuelle. Le reste: démagogie électorale.

  8. Tout analyste, politicien ou journaliste, soucieux d’éthique professionnelle, devrait s’interdire d’employer les mots qui brouillent les pistes, obscurcissent le sens de la langue et jouent sur la crédulité d’un public de plus en plus ignorant. Homophobe et islamophobe sont deux sophismes qui font partie du même lot et trahissent un même procès d’intention.

    Le second est destiné à rendre l’islam intouchable, en assimilant la religion à la race, alors qu’elles n’ont ni la même nature, ni la même fonction. Il s’agit d’une grossière imposture sémantique, inventée à la fin des années 1970, par les ayatollahs, pour déjouer les attaques des féministes américaines, et les retourner contre elles, quand elles défendaient les libertés que le Shah avait accordées aux Iraniennes. Pour lui conférer la légitimité intellectuelle qui lui faisait défaut, ils ont calqué cette figure de stigmatisation sur la xénophobie.

    Elle constitue, dans l’arsenal de la pensée totalitaire, et avec la diabolisation, une des armes caractéristiques des procès staliniens. Elle est du même ressort que la reductio ad Hitlerum, inventée par les Soviétiques pour détourner l’attention de leurs échecs et de leurs crimes. Ils avaient réussi à déstabiliser ainsi la critique de l’Occident libéral. Ce nouveau délit d’opinion bénéficie lui aussi de la complicité des pouvoirs publics et de l’onction des médias. Tous sont tombés dans le panneau.

    La confusion délibérée entre la race, qui repose sur des critères ethniques, et la religion, qui implique l’adhésion à un dogme commun, est un subterfuge grossier qu’invente un pouvoir totalitaire pour retourner contre la démocratie ses propres règles.

    Aux antipodes de l’islam théocratique, un régime laïc favorise une société ouverte où les croyances et la liberté d’expression cohabitent pacifiquement. Ce régime repose sur la séparation de l’Église et de l’État et garantit, avec la liberté du culte, celle de critiquer les cultes. Réclamer une législation séparée pour une confession ou interdire l’examen critique de ses dogmes, enfreint le principe de l’égalité de tous devant la loi, doublé d’un retour à l’obscurantisme d’Ancien Régime, avec le repénalisation du blasphème, un crime aboli en 1791.

    Le principal rempart contre l’obscurantisme, les préjugés et les superstitions fut l’école républicaine et voyez ce qu’il en reste…

    Après des siècles d’absolutisme clérical, les Français avaient érigé la laïcité en valeur républicaine, aux côtés de la liberté, et ils pratiquent désormais leur religion discrètement, surtout dans les lieux publics. Quand ils luttaient contre l’absolutisme de l’Église de Rome personne n’a jamais assimilé cette lutte à une pathologie raciste, même si le clergé catholique fut aussi agressivement prosélyte en son temps que celui de l’islam radical et qu’il partage avec lui certaines dérives sacrificielles ou la prétention à détenir seul la Vérité. Va-t-il bientôt être interdit de critiquer toute approche intégriste de l’islam ou de toute autre religion ? Personne ne songerait non plus à condamner la Saint-Barthélemy au nom de la discrimination raciale au lieu du fanatisme religieux. Parler d’islamophobie c’est faire le jeu des ayatollahs de …tout poils.

    Il est beaucoup plus facile d’être musulman à Londres, New York ou Paris, que protestant, catholique ou copte, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. Dans le monde musulman, le christianisme est le monothéisme le plus persécuté, notamment en Algérie, en Irak, en Egypte ou en Syrie. Or, nos journalistes et politiciens ne parlent pas de «christianophobie» pour dénoncer la profanation de tombes ou de lieux de culte ou les attaques contre des chrétiens. De catholicophobie non plus. On songe encore moins à traiter de libéralophobes les contempteurs de la prétendue dictature du marché, ou de socialophobes ceux pour qui la redistribution
    des richesses est une utopie liberticide. On se contente d’anti-libéraux pour les premiers et de fascites pour les seconds.

    L’invention du terme d’islamophobie vise un triple but :
    1) légitimer l’offensive intégriste en Europe, en niant sa réalité ; 2) stigmatiser la laïcité en l’assimilant à un fondamentalisme;
    3) faire taire les musulmans qui aspirent à pratiquer leur foi sans subir le diktat des barbus. Ils sont au moins aussi coupables que les Infidèles, car ils remettent en cause les préceptes du Coran et défendent l’égalité des sexes, et le droit à l’apostasie.

    Comme en Iran, ou dans ces pays où les intégristes ont repris le pouvoir, cette figure de rhétorique, destinée à museler toute critique de la part du pays d’accueil, sert aussi à faire taire les renégats pour étouffer toute dérive séculière, en les désignant à la vindicte de leurs coreligionnaires. Elle autorise à humilier publiquement les femmes qui marchent tête nue dans la rue et à dénoncer ces citoyens européens d’origine turque, maghrébine, ou africaine, qui revendiquent de ne pas croire en Dieu, de ne pas jeûner pendant le ramadan ou simplement de pratiquer l’indifférence religieuse.

    Enfin, détail révélateur, le soutien juridique aux femmes verbalisées pour porter un voile intégral dans les lieux publics émane d’un «Collectif contre l’islamophobie». Le raccolage est très efficace et le procès stalinien fonctionne à plein régime.

  9. L’islam n’est pas un culte ou une Eglise au sens où nous l’entendons. Il est un messianisme politique guerrier à prétention universelle contre lequel la laïcité n’est pas très efficace parce qu’inadaptée à une «religion» plutôt séculière et sans grande spiritualité. En revanche l’islam est un danger mortel pour la laïcité.

    Prenons l’exemple du mariage. Mohamed Moussaoui  s’est exprimé (pour le CFCM) devant la commission des lois au Sénat le 12 février 2013 à propos du «mariage pour tous». Il a précisé que le mariage musulman n’est ni un sacrement, ni même un rite, qu’il est en quelque sorte un contrat civil, à tel point que le mariage d’un musulman [avec une femme] à la mairie peut-être «religieusement» enregistré sans autre formalité et cérémonie à la seule condition que deux témoins mahométans [mâles] aient assisté à la célébration. Vers la cinquième minute de l’intervention :
    http://videos.senat.fr/video/videos/2013/video16576.html
    et vers 2.30 mn des questions :
    http://videos.senat.fr/video/videos/2013/video16577.html
     
    Nous sommes donc bien en présence de deux mariages civils concurrents ! Cette concurrence se manifeste, entre autres, par la transgression, largement pratiquée, du passage obligatoire en mairie avant le mariage «religieux», quand il y a passage en mairie.

    Face au droitier et gauchicide islam (coucou Monsieur Cornand) , loi et doctrine politique figées, érigées en dogme et sacralisées, à la spiritualité toute relative mais avec un liant fort qui cimente la oumma, la réponse est politique, voire militaire, la laïcité ne peut pas grand chose.

  10. Cadichon, quel analyse!! C’est brillant.

    En particulier, je cite: « Elle constitue ( l’imposture sémantique) dans l’arsenal de la pensée totalitaire, et avec la diabolisation, une des armes caractéristiques des procès staliniens. Elle est du même ressort que la reductio ad Hitlerum, inventée par les Soviétiques pour détourner l’attention de leurs échecs et de leurs crimes. Ils avaient réussi à déstabiliser ainsi la critique de l’Occident libéral. »

    Merci!

  11. Le Zeppelin Zemmour gonflé à l’hélium des pensées de la France profonde vient de prendre son envol ; en tournée sur tout le Frankistan le Grand Plug des médias viendra bientôt vous visiter, petits Franchouillards !

  12. Allez ! Un petit verset de la sourate 2 (traduction de Chouraki) pour vous guider sur la route :

    15. Mais Allah se moque d’eux [les non-adhérants]:
    Il les maintient dans leur révolte, aveugles.

    PS : Il semblerait que personne n’ait vu que le Très Large usage des mots « adhérer » et « effaceur » dans le Texte, le désigne comme le parfait petit guide de l’employé de bureau.

    • Saviez-vous qu’il est tout à fait licite de piquer les croquettes de votre chien ? A condition, toutefois, de l’avoir dressé selon les préceptes du Livre.

      (sourate 5 verset 4)

  13. « Tu tétais ta mère pendant que je m’exerçais à la guérilla urbaine ».

    « Allez, tu me laisses faire mon boulot, et tu changes de trottoir si par hasard tu me rencontres à Marseille. J’ai horreur de marcher sur des merdes de chien »

    L’école ou la Fabrique des crétins, que vous disiez ? … On dirait bien, oui, et ce dès les années 1950 ! N’est pas Céline qui veut…

    Jamais mes profs de français, dont j’ai beaucoup admiré le talent, ne se seraient exprimés en ces termes.

    Mais au final, vous vous donnez raison : l’école a effectivement fabriqué de gros crétins.

    Jean-Paul, je te sens énervé, et tu es du genre à écouter tes nerfs. Je parie une bière que je suis censuré…

  14. 1. Je n’ai jamais censuré personne, sauf injure raciste tombant sous le coup de la loi — on me reprocherait de la garder.
    2. Passez, passez donc…

  15. Viktor Klemperer, dans son fameux livre « LTI » (LINGUA TERTII IMPERII), et plus tard, reprenant cette idée prodigieusement importante du dévoiement de la langue pour des fins totalitaires, Eric Hazan ,dans son non moins fameux « LQR » (LINGUA QUINTAE RESPUBLICAE), avaient tout dit.

    L’Education Nationale est , hein, Brighelli, on le sait bien, nous les vieux avaleurs de couleuvres, phagocytée, depuis les années 1990, par des fascistes. Oh, des fascistes sucrés, façon friandise, mais de vrais , authentiques fascistes. Je veux parler, évidemment des pédagos, des gens du SGEN, de toute la chiennaille de gauche, socialiste, trotskyste, qui s’est rendue complice de crimes contre la République. Cette chiennaille , dont le recrutement correspond souvent aux bobos, fils des « FRUSTRÉS » de cette chère Claire Brétécher, a littéralement fait le jeu de la droite la plus réactionnaire et la plus pétainiste qui se puisse concevoir. Les conceptions multiculturalistes, selon le leit-motiv bien tartuffe de la tolérance, les conceptions foucaldiennes mal comprises sur la société de la punition, la culpabilisation par les pédagos, socio-pitres , qui hantèrent les IUFM, du bétail politique en fonctionnement, tout cela a conduit au désastre atuel et qui est irréparable ! La mort de la laïcité, de cette merveilleuse chose, fondée sur la bonhomie et quelque chose de fraternel qui faisait que , ma foi, on laissait volontiers kippas, croix , voiles etc en dehors des espaces publics.
    L’islam, qui comme le rappelle Brighelli, n’a depuis le VIIème siècle, jamais pratiqué ou presque, d’aggiornamento, de remise en cause de sa théologie, qui est 800 ans après son éclosion, resté demeuré, c’est le cas de le dire, dans l’obscurantisme le plus imbécile, l’islam, donc, hait la République et qu’on ne vienne pas me dire que c’est la faute des vilains colonisateurs ! Non, l’Islam hait la liberté, la France, la démocratie et surtout, surtout la Laïcité.
    Or , un nombre incalculable d’intellos de broussaille ont depuis des lustres, sans en croire eux-même un seul mot, à commencer par ce vieux con de Garaudy, collaboré , au sens politque de ce mot avec l’islam radical comme ils le firent jadis avec le nazisme. Pour les « cénacles » pensants, les totalitarismes font bander à mort. Les bottes des SS faisaient tomber Morand et des centaines d’autres en pâmoison, comme le salafisme fait se pâmer nos veaux pensants actuels. On fait semblant de se dire tolérant…mais c’est, pour ces « penseurs » VIIème arrondissement, une tolérance NIMB (not in my backyard).
    les circulaires ,directives du ministère de l’EN, l’abolition des notes, le mépris pour les profs ,comme le montre la NVB, tout cela n’a qu’un but, un seul : favoriser la recléricalisation de l’espace public, mais une recléricalisation islamiste, moyenâgeuse, qui sert le capitalisme en éradiquant toute vélléité de liberté d’esprit.

    La gauche est complice, devant l’histoire, de la renaissance du pétainisme sous d’autres oripeaux, halals, ceux-là.

  16. Oui…j’ai eu de gros pépins de santé et c’est la raison pour laquelle je fus absent de la toile. J’ai eu le crabe. heureusement je m’en suis sorti. Mais pas cette pauvre EN, apparemment.

    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>