Polanski et le chœur des demi-vierges

Elles ont eu non sa peau (mais elles aimeraient bien), mais au moins la peau de sa nomination comme président des prochains César. L’un des plus grands cinéastes aujourd’hui vivants, le metteur en scène de Cul-de-sac, Rosemary’s baby, Chinatown, Tess, The Ghost Writer et j’en passe, est tricard aux yeux d’une bande de pseudo-féministes qui cherchent à faire parler d’elles en accablant les autres, faute de créer quoi que ce soit qui arrive à la cheville des œuvres du Polonais maudit.
Polanski est demandé depuis les années 1970 par un procureur californien avide de publicité pour une affaire qualifiée de viol où une fille mineure a été offerte par sa mère, et avec son consentement, à un cinéaste adulte. Ciel ! Et la fille en question n’a jamais voulu porter plainte, et correspond toujours avec son séducteur. En France, il n’est accusé de rien du tout. Quand bien même, il y aurait belle lurette que tout cela serait tombé sous le coup de la prescription.
Mais voilà : comme le note fort bien Michel Guerrin dans le Monde, « à l’heure du numérique l’oubli n’existe plus ». « Roman Polanski, mais aussi l’acteur Casey Affleck, le cinéaste Bernardo Bertolucci, le grand Hitchcock. D’autres suivront. Pour un créateur, il n’y a plus d’oubli. Les réseaux sociaux, tel un boomerang, ressortent avec gourmandise un épisode sombre de leur vie et l’amplifient autour du thème : ces artistes ont profité de leur notoriété et de leur pouvoir pour harceler des jeunes filles, voire en abuser. Dans le débat numérique, pas de place pour le doute, la nuance, la spécificité d’une affaire. »
Mais enfin, disent les naïfs dans mon genre, il a présidé le Festival de Cannes en 1991 et celui de Venise en 1996, et ça n’a défrisé aucune des permanentées qui pétitionnent aujourd’hui ! Oui, mais la vengeance des Internautes Anonymes ne se déployait pas encore à l’époque. On pouvait vivre et créer sans craindre que des hystériques vous lynchent.

Sur un réseau de profs bien connu, l’une des plus ravagées et qui veut absolument la peau d’un homme qui ne lui a rien fait et qui est pardonné de sa « victime » présumée, se scandalise que certains enseignants relativisent — c’est tout à leur honneur. Elle lâche, dans un français incertain dont je la laisse responsable : « Si j’étais un parent d’élève en train de lire un enseignant tenir les propos que vous tenez, je sais ce que je déciderais. » Paf — si je puis dire ! Servez chaud ! Qu’on lui arrache les couilles ! Pédophile !
Ma foi, qu’il aime les filles jeunes — sa femme a 33 ans de moins que lui, et ils ont l’air diablement heureux, il lui offre des rôles magnifiques, et ils ont eu deux enfants ensemble auxquels nos féministes rappellent élégamment les frasques anciennes de leur père, vingt ans avant leur naissance…C’est vrai qu’Internet permet à tous les frustrés, à tous les voyeurs, à tous les chercheurs de petites bêtes qui montent, d’exercer un droit de poursuite ad vitam aeternam. Pas d’oubli sur la Toile ! Ce n’est plus la « rumeur d’Orléans », c’est la rumeur mondialisée ! Allez, je suis presque sûr que ce sont les mêmes qui ne s’offusquent guère que Mahomet se soit offert comme épouse une gamine de neuf ans : c’était la tradition, c’était une autre époque ! Mais petite conne, les années 70 aussi c’était une autre époque !
Admettons que Polanski ait fait une erreur (je dis « admettons » parce que je ne m’érige pas en juge, moi, et je ne prétends pas connaître le dossier à fond). Eh bien, elle est prescrite — ce n’est pas un crime contre l’humanité, dites ! Parce que des crimes contre l’humanité, justement, le petit Polanski en est sorti — mais pas sa mère, qui est morte enceinte à Auschwitz.  broutilles, diront ses détracteurs, dont les grands-parents dénonçaient peut-être des Juifs, en France.
Alain Delon ne s’y est pas trompé. Interrogé par le Figaro pour savoir si, comme l’aurait apparemment souhaité sa fille, il voulait bien reprendre au vol la place encore chaude de Polanski, il a lancé avec beaucoup de dignité : « Si on me demandait de présider les César à sa place, je n’irais pas, en solidarité avec Polanski. Chaque fois qu’il va traverser la rue, on va lui parler de 1970? »

Lors de son arrestation en Suisse en 2009, un certain nombre de personnalités avaient pétitionné en faveur du cinéaste — dont Isabelle Adjani, Isabelle Huppert, ou Yamina Benguigui — sans doute toutes atteintes du syndrome de Stockholm, diront nos rombières. Ou Salman Rushdie, qui s’y connaît en persécutions. Bon sang, un Musulman qui soutient un Juif — un comble !

J’en ai plein le dos de l’épidémie de moraline qui nous accable jour après jour. On veut des gens parfaits — mais que celui qui n’a jamais péché, comme dit l’autre… Des hommes politiques parfaits — végétariens, amis des bêtes, buveurs d’eau : Hitler ! Il faut prendre les gens comme ils sont, et leur demander qu’ils nous donnent le mieux de leurs qualités — leurs défauts les regardent. Mazarin n’était pas un enfant de chœur, et certainement pas un type honnête — mais il a gagné la Fronde et la Guerre de Trente ans. Sans lui, nous parlerions espagnol. Eh bien, je continuerai à voter Mazarin — s’il s’en trouve.

J’ai de Polanski plein de souvenirs filmiques émerveillés. Mais plus encore, le souvenir de sa mise en scène d’Amadeus, au théâtre du Rond-Point, en 1981, où il incarnait Mozart face à un François Périer / Salieri tout aussi magistral. Un grand, très grand acteur. Un grand, très grand metteur en scène. Et tout le reste est poussière.

Jean-Paul Brighelli

155 réflexions au sujet de « Polanski et le chœur des demi-vierges »

  1. La belle affaire.

    Roman a dégagé un troisième œil déjà naturellement ouvert dans le fondement d’une ado il y a près de cinquante ans, œil signe d’ouverture au monde à cette époque.

    Combien d’impunis pour avoir créé une ouverture non désirée dans le crâne de leurs contemporains et dont les crimes ne perturbent pas le sommeil de nos viragos ?

  2. Il est plus simple et plus socialement juteux de brûler des icônes que de stigmatiser les nouveaux barbares anonymes qui enferment le sexe faible
    lorsqu’ils ne le prostituent pas.
    Laissons braire.

  3. Discrimination sexuelle ?

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/californie-interdite-de-pause-pipi-une-lyceenne-recoit-un-million-d-euros_1873337.html

    Un garçon aurait-il « touché » autant que la pisseuse en urinant dans un pot ?

    Perso, pour une telle somme j’aurais même pissé dans un erlen ou tout autre récipient à col étroit.

    PS : ça s’est passé au « lycée Patrick Henry ». Vu de France, ça jette un froid…

  4. Le bal des vampires, nous y sommes ! Je n’ai pas suivi l’affaire dès le début mais qui a créé cette histoire ? Uniquement des femmes ? J’ai entendu, en tous cas, nombre d’hommes pas très gentils non plus. Boh, la connerie est effarante et bien répartie chez les deux sexes. Ça me fait penser à cette femme hystérique qui déversait des torrents d’injures proportionnels à sa frustration sexuelle, interrogée à la sortie d’un cinéma qui venait de passer « la grande bouffe », c’était pathéthique, comme aujourd’hui.
    Hervé, si vous en disiez un peu plus sur cette joute  » mathématicienne, physicien », je ne trouve pas d’info, et ça m’intrigue ?

  5. Bonjour Monsieur le Professeur,

    Et ce sont les memes qui ont pousse Bensoussan a la XVII eme chambre du tribunal de Paris.
    Et Bensoussan un Juif a ete soutenu (par courrier) par un Algerien musulman Boulen Sansal.
    Mr Brighello moi aussi j’en ai marre de toutes et de tous ces Vychinski ou Roland Feissler des Temps actuels.

  6. Maître,je cite votre billet du 28 octobre:
    « … Emmanuel Macron. Quelqu’un pense-t-il sérieusement que sa démission est autre chose qu’une mise à l’abri et sur orbite, histoire de lui donner le temps de bâtir un « mouvement », un « parti du Progrès » qui, tout en le situant hors des partis traditionnels vomis indistinctement par le peuple, lui confèrera une virginité nouvelle ?  »
    Je vous avais plagié par anticipation,vous empruntant même l’expression « mise sur orbite » que j’avais déformée en « mise en orbite »;
    Je fais amende honorable.
    Le 5 Octobre 2016 à 23 h 08 min,
    Lormier
    a dit :
    Si on accorde quelque crédit à la thèse de Laurent de Sutter (Le Livre des Trahisons)- à savoir que la mission que s’est donnée Hollande est de rendre impossible pour longtemps en France le retour d’une politique, d’un gouvernement socialistes,alors on peut se demander si tout le cirque autour de Macron n’est pas une mise en orbite soigneusement préparée.
    Qui connaissait Macron avant sa nomination comme ministre ? Et ensuite, comédie de la démission etc.
    Si cette explication est la bonne,ils doivent bien se marrer à l’Elysée.
    « Tout de même,mes compatriotes, quels cons »,exulte Hollande »!

  7. Je trouve hypocrite de s’acharner sur Polanski en 2017 alors que cette sordide histoire est connue depuis longtemps.
    Tout comme vous, j’admets ne pas en connaître les détails, mais il a été établi que Polanski avait indemnisé sa victime, ce qui peut être assimilé à un aveu de culpabilité. Sa victime ayant affirmé qu’elle lui avait pardonné depuis longtemps, on peut imaginer qu’il lui a présenté des excuses. J’estime que cette histoire ancienne leur appartient et ne concerne pas le grand public.

    Nous sommes donc à peu près d’accord jusqu’ici. En revanche, je m’étrangle en lisant que le génie de Polanski efface ses défauts, et qu’à vos yeux la pédophilie n’est que poussière. Car oui, sodomiser une gamine de 13 ans quand on en a 43 relève de la pédophilie, même si la jeune fille n’est plus vierge et consentante…
    Et non la pédophilie n’est pas moins moche quand le « séducteur » est un cinéaste exceptionnel.
    Enfin, au risque de passer pour une féministe, je relève qu’une grande différence d’âge au sein d’un couple est excusable quand madame est la plus jeune. Dans l’autre sens, il s’agit forcément d’un Œdipe non résolu…

    • Je n’ai jamais écrit que son génie efface a priori ses éventuels méfaits. Mais bon, je pardonne beaucoup de choses à Céline — parce qu’il écrivait aussi avec son tempérament. Je reproche peu de choses à la Révolution française, un peu par principe (et puis elle n’en a cure), mais la mort de Chénier me gêne un peu — ou celle de Lavoisier, qui en tant qu’homme d’argent avait certainement pas mal de choses à se faire reprocher en 1793. Les artistes et les savants ne fonctionnent pas comme nous. Si j’étais juré, j’en tiendrais compte.
      Quant à la différence d’âge… Un type âgé avec une fille plus jeune joue le jeu de la reproduction — qu’il aboutisse ou non. Un homme jeune avec une femme âgé, quel jeu joue-t-il, sinon œdipien ? Que je sache, Emmanuel Macron n’a pas épousé Brigitte Trogneux, de 24 ans son aînée, pour avoir des enfants.

      • « le jeu de la reproduction » ha ha ! Il est évident qu’un homme mûr troublé par les charmes intacts d’une jeune femme n’a qu’une idée en tête, lui faire un enfant !! Que les choses soient claires, je ne blâme pas les hommes attirés par une femme plus jeune, j’estime seulement que cette attirance est malsaine quand cette jeune femme est en fait une jeune… fille. La différence d’âge s’atténue en vieillissant même si mathématiquement elle reste identique, et il est moralement plus acceptable de voir un couple formé par un homme et une femme de 25 et 55 ans que 13 et 43.

        Vous persistez à dédramatiser la pédophilie en remontant au XVIIeme siècle or on ne peut que se féliciter que la société ait évolué sur bien des points depuis. C’est bien ce manque d’évolution que nous reprochons aux islamistes, non ?
        Enfin, il me semble que vous avez une fille, j’ignore son âge mais admettons qu’elle ait 13 ans. Je m’adresse au papa Brighelli : comment qualifieriez-vous un quadragénaire qui aurait des intentions lubriques à son égard ? Un homme de goût ?

        Pour en venir aux Macron, devenir parent n’est pas une finalité pour tout le monde ! Vous allez me trouver trop fleur bleue, mais je crois en l’amour et j’admire les couples « hors normes » qui ont à surmonter quotidiennement le regard et le jugement des autres. Enfin, dans une certaine mesure, car je ne suis pas naïve au point de croire qu’une Anna Nicole Smith ait éprouvé un amour profond et sincère pour son milliardaire grabataire.
        Mon « admiration » pour Macron s’arrête là, j’ai déjà exprimé la piètre opinion que j’ai de lui d’un point de vue politique. D’ailleurs je ne le qualifierais même pas d’homme politique et j’assimile l’engouement des médias pour ce personnage à de la dévotion.

        • Je crois que ce qui nous met en colère, c’est qu’on tombe sur un grand cinéaste, juif, comme par hasard, pour une vieille histoire, quarante ans tout de même, en lui enlevant une dernière joie professionnelle, ça me dégoûte ! Et ce sont les mêmes qui réclament le droit à l’oubli pour des récidivistes assassins ! Ces féministes se moquent de l’histoire de cette femme qui aimerait sans doute vivre en paix, elles règlent des comptes avec les hommes blancs, merde, c’est une évidence !

          • ??? Je ne vois pas ce que la couleur de peau et la judaïté de Roman Polanski viennent faire dans le débat. Ne nous servons pas des mêmes outils de victimisation qu’une certaine frange de la population.
            Ajoutons que Bill Cosby, un homme noir, est lui aussi inquiété pour des faits anciens.

          • C’est un problème aux Etats-Unis l’absence de prescription. Ils finissent par traduire en justice quelqu’un qui s’est complètement régénéré, et qui n’a plus rien à voir avec celui qu’il était — rappelez-vous Lord Jim, l’extraordinaire roman de Conrad, qui avait donné un extraordinaire film de Brooks…

        • Non : de la manipulation concertée.
          S’il arrive à ses fins, ce sera une pure construction artificielle. Et ça dégénérera sur le terrain.

        • « La différence d’âge s’atténue en vieillissant même si mathématiquement elle reste identique, et il est moralement plus acceptable de voir un couple formé par un homme et une femme de 25 et 55 ans que 13 et 43.. »

          La différence d’âge,mise en évidence par une soustraction (a-b) où a est, par exemple,l’âge de l’homme et b celui de la femme,reste identique.
          Ce qui change avec le temps,c’est le rapport entre les âges,mis en évidence par une division et exprimé par une fraction.(a/b).

          Votre exemple numérique est un peu biaisé.
          Premier cas:
          La femme est âgée de 55 ans, son amant ou mari de 25 ans.
          55-25=30. 55/25=11/5. 11/5 est un peu supérieur à 2 ( c’est exactement 2,2). Cette femme a un peu plus de deux fois l’âge de son partenaire.
          Deuxième cas:
          L’homme (Polanski,je suppose,au moment des faits) est âgé de 43 ans,la jeune fille de 13 ans.43-13=30.
          39/13=3;52/13= 4 43/13 est supérieur à 3.(à peu près égal à: 3,3).
          L’homme a plus de trois fois l’âge de sa partenaire.
          Au-delà de l’arithmétique,il y a une question cruciale à se poser:la jeune fille-qui était nubile- a-t-elle éprouvé du plaisir?
          J’enrage d’avoir perdu mon exemplaire de l’autobiographie de Polanski (il paraît que cela a de la valeur; je frémis à l’idée du prix qu’un burkiniste comme Pierrre Drioux pourrait en demander) et je ne me rappelle pas du tout ce que Polanski dit de toute cette affaire.

          Pour qui aimerait poursuivre le thème arithmétique, je propose de regarder du côté des multiples de 12.
          Un homme âgé de 36 ans épouse une jeune femme de 24 ans.
          S’il l’avait connue lorsqu’il avait lui-même 24 ans,on pourrai être scandalisé car elle avait alors 12 ans et n’était vraisemblablement pas nubile. Pédophilie!
          Voici quelques étapes de leur vie:
          36/24=3/2;48/36=4/3;60/48=5/4;72/60=6/5.84/72=7/6…….144/132=12/11

          • Merveille! avec l’âge ce rapport tend vers 1: on peut donc parfaitement s’amer encore un peu !

    • Il faut lire le récit fait par Polanski dans son autobiographie « Roman ».

      Par la suite, en Suisse il eut beaucoup de succès auprès de lycéenes-qui avaient,certes, plus de treize ans..

      Si vous pensez qu’une jeune fille de quatorze ou quinze ans ne peut avoir envie d’un quadragénaire…

      • Quand je l’ai vu sur scène — et j’étais à cinq mètres —, il avait près de cinquante ans, il en paraissait trente. C’est un homme de petite taille, qui a dû effectivement séduire sans peine des filles jeunes. Et alors ? Ça arrive constamment. On ne faisait pas suer Louis XIV avec les jeunesses de la Cour que lui amenaient leurs parents.

    • J’adhère à cent pour cent à votre commentaire…
      Polanski est un cinéaste formidable, l’écarter du festival pose question sur autre chose que cette affaire de moeurs des années 70. La meute des « rombières antisémites » aurait-elle obtenu sa peau?
      Double langage, et un silence à double vitrage…
      La pédophilie de monsieur Tout le monde, on ne pleure pas sur la victime, on passe vite à autre chose, les associations s’en lavent les mains, mais une agression perpétrée par une figure médiatique devient aussitôt un crime odieux. Pourquoi?

  8. Je m’avise que ma dernière tribune sur

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-bayrou-et-l-ecole-eloge-de-la-transmission-26-01-2017-2100286_1886.php

    est réservée aux abonnés. Selon la jurisprudence Brighelli, la voici ci-dessous.

    Début février François Bayrou sort Résolution française. Il y dit sur l’Ecole des choses fortes qui méritaient d’être commentées.

    Les « bonnes feuilles » du livre de François Bayrou, Résolution française (Editions du Capricorne) sortent bientôt dans le Point. Mais une petite souris m’a fait passer en avance les chapitres concernant l’école et la langue française, où le leader du MODEM, agrégé de Lettres et ancien ministre de l’Education nationale, analyse avec acuité les maux dont souffre l’Education nationale, particulièrement depuis cinq ans, décrit fort bien le « désespoir national autour de l’école » et fait des propositions originales.

    Penser au futur

    « En réalité nos dirigeants sont autant de Groucho Marx, l’aîné des Marx Brothers, qui assénait avec son inimitable sens de la provocation : « Pourquoi voulez-vous que je me préoccupe des générations à venir ? Est-ce qu’une seule fois ils ont fait quelque chose pour moi ? » »
    Bayrou commence fort — et avec justesse. Les ministres qui se sont succédé rue de Grenelle ces cinq dernières années n’ont guère pensé qu’au présent — économiser des postes, humilier les enseignants, détruire ce qui restait encore debout, et poser devant les caméras. Comme l’ajoute fort bien l’auteur, « c’est le présent qui les taraude, l’état fugace de l’opinion, les sondages. C’est la réalité électorale, qui les soutient comme la corde soutient le pendu, en l’étranglant. » Oui-da ! Mais franchement, refondre les programmes afin que plus personne n’apprenne rien, sinon le prédicat, refuser obstinément de recevoir les syndicats qui refusaient de jouer les béni-oui-oui de l’apocalypse, désespérer les enfants des classes les plus humbles et des cultures les plus fragiles, et révolutionner le système dans l’unique espoir d’être élu à Villeurbanne, l’enjeu en valait-il l peine ?
    Un ministre de l’Education ne travaille pas pour lui, ni pour son parti, pas même pour le présent : il doit voir dix, vingt ans en avant. Concevoir que ce qui ne sera pas investi ici et maintenant sera payé au centuple quelques années plus tard. Il doit savoir que son destin ne pèse rien — pas même son destin électoral — face à la formation de millions de jeunes, qui seront les adultes de demain.
    Et pour cela, il doit donner à l’école une seule tâche globale : « Transmettre, transmettre une langue, une histoire, un patrimoine scientifique, là est le secret, l’émancipation, la plus haute aspiration que puissent nourrir des êtres humains. » Bayrou est sans doute plus européaniste que moi, peut-être moins souverainiste (encore que ce livre soit un livre d’ambition pour la France, prioritairement), mais il sait que tout passe par cette chaîne sans fin de savoirs d’hier sur lesquels seront bâtis les savoirs de demain. Comme dirait l’ancien agrégé de Lettres qu’est le maire de Pau : « Nani gigentum humeris insidentes » — des nains sur des épaules de géants. Hier informe demain. J’en ai parlé ici-même il y a bientôt deux ans.

    Réhabiliter les enseignants

    Foin des promesses (embaucher 30, 40 000 enseignants — alors qu’il y a de moins en moins de candidats effectivement présent aux épreuves de recrutement) et des pédagogies imposées. Comme le dit fort bien Bayrou, « les professeurs sont régulièrement ciblés par les pouvoirs successifs. La manière dont on parle d’eux est dévalorisante et scandaleuse. Les perpétuelles humiliations qu’on leur fait subir, les accusant ouvertement ou implicitement, de ne pas travailler, les menaçant sans cesse de « pointer » pour les contraindre non plus seulement à enseigner quinze, dix-huit ou vingt heures par semaine, mais à être présents trente-cinq heures dans les murs, sont une épreuve qui use leur sensibilité et leur image. » Et de façon amusante, il lance le défi que j’avais autrefois lancé moi-même, un jour de colère, sur RTL : « Je lance un défi à tous ces procureurs myopes et démagogues : qu’ils viennent enseigner à une classe de quatrième, simplement de quatrième, sans parler de terminales ou de prépas, une seule semaine, avec les dix-huit heures de cours réglementaires, les préparations dont ils auront besoin, et les corrections obligatoires, et qu’ils reviennent les yeux cernés me rendre compte, et m’expliquer que les profs ne travaillent pas assez. »
    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs : les pédagogues qui se sont installés dans les ESPE et qui décident de qui sera prof et comment, n’enseignent pas dans les classes pour lesquelles ils « forment » des étudiants qui leur sont livrés en pâture.
    Mais pour conseiller les changements, là, ils sont imbattables. Ils changent tout du sol au plafond. Pour l’amour du changement — et surtout, pour qu’il ne reste rien de ce qui avait été bâti depuis deux siècles. « Cette idéologie du changement à tout prix, ajoute Bayrou, a des ennemis : ce sont les disciplines, la norme, les exercices, les humanités. L’adoption d’un vocabulaire abscons qui fait régulièrement rire les gazettes a pour but en réalité de couper le lien avec le passé. La grammaire traditionnelle est un ennemi, avec ses formes adoptées par le temps, les noms, les verbes, leurs nature et fonctions. On a connu le même combat dans les mathématiques, il s’est aujourd’hui estompé devant l’exigence de la discipline. Il fait rage en histoire. Et il a conduit à fragiliser les langues vivantes et à supprimer, purement et simplement, les humanités classiques. »
    C’est peut-être là que je serais tenté d’aller un peu plus loin que l’ancien ministre. Derrière la destruction de la culture classique, il y a la volonté d’égaliser les conditions par le bas, certes, typique des libertaires pédagos, mais il y z aussi le désir de réduire les cultures nationales à peu de choses, dans un grand concert mondialisé où la culture ne doit rien peser face à la consommation.

    Positions et propositions

    Bayrou se moque avec éloquence — ai-je dit que c’était tout au long fort plaisant à lire ? — de cette « interdisciplinarité prudhommesque dans laquelle on assigne aux enseignants de bien vouloir étudier, en joignant le français, la musique et la physique, la manière dont le pauvre Claude François s’est électrocuté dans sa baignoire avec son sèche-cheveux ». Les lecteurs de ces chroniques savent qu’il n’y a rien d’exagéré dans ces descriptions des EPI auxquels le ministre a condamné en bloc toutes les chères têtes blondes — et brunes. « Naturellement, ajoute Bayrou, cette réforme du collège devra être abolie. » On aimerait, en ces temps de campagnes électorales, que cette évidence soit « naturelle » pour tout le monde.
    L’éducation doit donc être réorganisée, dit-il, entre deux blocs. « Le premier bloc est précisément le lieu où se joue la justice sociale. Car la langue, la langue française, et les clés qui permettent de la maîtriser, le latin, le grec, la capacité d’expression, l’émotion de l’évocation, la possibilité de convaincre, de décrire, de faire rêver, c’est la garantie que dans la vie, vous pourrez écouter et on vous écoutera. Vous pourrez comprendre et on vous comprendra. C’est par la langue que se définit en grande partie la place d’un individu dans le monde. Le navrant est qu’en ce bloc de la langue, la langue écrite en particulier, ces dernières années, nous avons reculé. » Cela va de soi, cela va mieux en le disant : sans maîtrise de la langue française, prioritairement (et je voudrais dire à celles et ceux qui ont critiqué mon effarement devant l’usage d l’anglais qu’a fait en Allemagne Emmanuel Macron que je n’ai rien contre la maîtrise des langues étrangères, mais qu’on ne les apprend qu’à condition de maîtriser à fond la sienne avant — sinon on est deux fois infirme), on ne maîtrisera rien. « La langue, dit-il très bien, est une patrie » — un écho peut-être de Cioran, que je citais la semaine dernière. Parce qu’une langue « ce n’est pas seulement un moyen de communication. C’est une manière de penser. C’est une façon de préciser et d’animer des concepts, de raconter, d’évoquer. Une langue forme et permet de dérouler une pensée. Et les idées, les concepts, ne sont pas les mêmes selon qu’ils sont formés dans un moule ou dans un autre. »
    Et de s’effarer de « l’effondrement du français comme langue utilisée dans les institutions internationales », qui marque notre « déroute ». Et d’ajouter — et je contresignerais volontiers son propos : « La complicité affichée des élites françaises, alors même que la loi internationale donne à leur langue le statut obligatoire de langue de travail, à égalité avec l’anglais, est une trahison. »
    Quant à ce qu’il convient de faire des traîtres, ou, comme le dit de son côté Carole Barjon, des « assassins » de l’école…
    « Et le deuxième bloc (d’où je n’exclus pas la musique), où les sciences tiennent une place centrale, c’est le bloc dont nous avons tant besoin en notre monde scientifique et technicisé. Et dans ce bloc-là, aussi, nous avons reculé dramatiquement ces dernières années. » Une constatation que font les scientifiques, effarés, qui constatent que le Bac S ne forme en rien de vrais scientifiques, qu’il est juste le dépotoir où vont ceux qui prétendent échapper aux autres dépotoirs.
    Reste la question de la pédagogie. Bayrou, qui sait combien sont lourdes les décisions prises par les ministres successifs, qui forcent les enseignants à réviser tous les six mois leurs pratiques, sous peine d’invraisemblables sanctions, avoue : « Je ne crois pas à la pédagogie définie par un ministre, de surcroît et particulièrement par un ministre qui n’a jamais mis les pieds dans une classe (…) C’est l’autorité des enseignants dans leur classe qu’il faut soutenir, bien davantage que l’autorité de l’administration sur les enseignants. » L’autonomie des établissements, tant vantée par les uns et les autres, ne doit pas devenir le nouveau carcan auquel seraient soumis les professeurs. Il doit au contraire favoriser l’épanouissement des bonnes pratiques, étant entendu que l’objectif commun doit être d’élever chaque élève au plus haut niveau de ses capacités — et non de promettre la lune aux parents pour ne finalement leur montrer que son derrière — comme aujourd’hui.
    Ces enseignants, conclut-il, aujourd’hui désespérés de la difficulté de leur métier, des classes intenables souvent, de l’impossibilité de capter l’attention, et du manque de considération, ces enseignants démissionnent et fuient. Je veux leur rendre ce qu’ils ont perdu, et qui est précieux. Pour eux. Et pour nous. »
    Oui — par égoïsme bien compris, remettons l’école sur les rails. Pour nous, pour nos enfants. Pour en finir avec la gabegie généralisée et les idéologies létales. Il y a du travail, mais ces temps de débat électoral sont propices à faire des propositions constructives — et je veux voir dans ce livre une pierre de plus ajoutée à l’édifice de la reconstruction.

    PS. François Bayrou a bien voulu se laisser interviewer pour préciser quelques points — ce sera pour la semaine prochaine.

  9. Comme le soulignent la plupart des posts ce génial cinéaste est un mâle blanc de plus de 50 ans. Heureusement pour lui qu’il n’est pas en outre catho car il serait déjà émasculé puisque chacun sait qu’ils sont tous pédophiles. Religion de bâtards qui se transmettent une culture abominable, à éradiquer, ce qui est en bonne voie dans les pays qui ont encore des valeurs comme la Syrie, par exemple.
    S’il était musulman ce serait différent car ce serait culturel et puis Alllah le veut et qui sommes-nous pour en discuter avec lui, je vous demande un peu, d’autant plus qu’il est difficile de lui parler au téléphone .
    Nous sommes devant une telle inversion des valeurs, une telle folie, qu’il va de soi que s’il demeure nécessaire de se battre c’est par dignité, pas pour l’emporter, car la cause est entendue.
    En attendant le mâle blanc que je suis regarde sans rien dire deux jeunes filles blanches se faire menacer de viol dans un bus Ratp Place d’Italie, par une bande de pas blancs.
    Je ne dis rien car je sais combien je suis coupable, que je suis un répugnant phallocrate, que les générations futures n’ont rien fait pour moi, et combien la religion du désert et ses adeptes sont respectables.
    Je ne dis rien car je me hais et que je suis condamné et que nous le méritons.
    Mea culpa.

  10. Sinon je ne peux pas laisser dire n’importe quoi sur le niveau scolaire ! Il monte nom de Dieu ! Il y a encore 10 ans le prédicat était abordé avec circonspection en TD de licence. Et voilà qu’il est utilisé en collège. Dire du mal de Belkacem c’est donc nier la réalité.
    J’aimerais le voir le Bayrou, tout agrégé qu’il est, en faire autant avec autant de moyens ?
    Quant aux politiques je ne considérerais plus que ceux qui finiront leurs discours par un emprunt de cette nature, islamica religio delenda est.

  11. Je lis JPB avec accablement : « …joignant le français, la musique et la physique, la manière dont le pauvre Claude François s’est électrocuté dans sa baignoire avec son sèche-cheveux  »
    Et ici encore je ne puis que venir au secours de Bellepinbêche
    car je ne comprends pas ce qu’il a contre les ÉPI (c’est comme ca qu’on cause ?), surtout que l’exemple est mal choisi !
    En effet la transversalité serait ici bien insuffisante au contraire !
    Quid du problème de la baignoire qui fuit, avec un crochet par les probas ( cela lui aurait-il sauvé la vie? ), Rien sur l’histoire alors qu’une recherche dans un CDI (si on trouve un d’ouvert) étude statistique et aussi de probas, aurait permis de savoir que Francois Claude est mort en mettant la main sur une ampoule qui penchait et non en jouant avec un sèche-cheveux ! N’importe quel lecteur de Voici sait cela ! On valorise au passage la culture populaire en soulignât sa prééminence sur la culture bourgeoise.
    Passage par l’architecture d’intérieur (penser à APB) et par la SVT avec la propagation des miasmes fétides. Un chanteur est-il nécessairement un pollueur ? (Ici un TPE peut se dessiner).
    Une approche histoire des religions : le baptême par immersion supporte t-il le 220 volts (encore que François Claude a du mourir en 110, ce qui est paradoxal pour lui) ?
    Montrer la supériorité de 5 lavages de pieds (la paire) par jour à un bain quotidien ? On montre la marque du pluriel mais sans insister, car rien ne dit qu’Allah en avait deux (nous parlons ici des pieds uniquement mais on pourrait aborder par cette voie la contraception aussi et la métaphysique : Dieu n’a pas d’enfants ! Est-il impuissant -ce qui ne se peut pas-, misogyne -ce qui ce comprend-, misanthrope -il prend le métro- ? Le Christ par contre à deux pieds, oui, l’iconographie le prouve !
    On voit par la que cette démarche d’une grande richesse est une immense avancée pour l’humanité et que comme elle permet tous les délires elle est promise à un grand succès.
    Mais me diront les pisse-vinaigre, à quoi serviront-donc les professeurs ? Ce genre de question montre, au passage, la difficulté, et le mérite, de celle dont nous n’oserons pas écrire ou prononcer le nom, bénit soit-il. et qui demeure ministresse de l’éducation malgré la médiocrité de ses troupes (immense est sa valeur et son salaire) .
    Et bien La réponse est simple, il n’y en aura plus car ils ne serviront à rien. La preuve en est qu’ils n’ont rien pu faire pour Claude Francois lorsqu’il a voulu se mettre en lumière en redressant une ampoule et non en utilisant un sèche-cheveux ! Les complots ça suffit !

  12. Sur Polanski, la réaction des uns et des autres me surprend. Pour les uns, Roman Polanski est un grand artiste, il vit au dessus des lois au nom de la culture. Pour les autres, il faut faire justice même quarante ans après les faits.

    Qu’est-ce qui est reproché à Polanski ? Il est accusé d’avoir violé (il nie qu’il y ait eu viol) à Samantha Geimer, âgée de treize ans, en lui administrant un puissant sédatif. Les faits ont été commis en 1977 à Los Angeles. En libération conditionnelle, le cinéaste qui avait environ trente ans de plus que sa victime a pris la fuite et depuis, n’est jamais revenu aux Etats-Unis par précaution. Cette fuite rattrape l’artiste un jour ou un autre. Entre temps, la victime a exprimé son pardon publiquement et a retiré sa plainte.

    Il faut demander à la justice américaine, non sa bienveillance mais sa pertinence. La justice c’est aussi savoir s’arrêter de s’acharner. La réaction de Polanski n’est pas intelligente non plus. Il a tout intérêt à mettre un terme à cette fuite, en négociant et en réconciliant avec les autorités américaines.

    • Ouf ! On a échappé à un paragraphe sur Poutine et Polanski.

      Ceci dit, on comprend que Roman ait choisi de résider à Gstaad plutôt que de partager une datcha perdue dans la toundra avec Snowden comme coloc.

    • Au Texas,Alexandria Vera vient d’être condamnée à 10 ans de prison pour avoir fait l’amour à maintes reprises avec un de ses élèves,âgé de treize ans.
      La famille de l’élève était au courant,approuvait la liaison, était heureuse que le fiston ait réussi à se trouver une petite amie (Alexandra avait d’abord résisté à ses avances.)
      Les éjaculateurs précoces, ça existe;elle était enceinte de lui,les services sociaux ont su la convaincre d’avorter.
      Le tribunal n’a pas estimé qu’il s’agissait de pédophilie-autrement, elle eût été condamnée à trente ans.
      http://www.chron.com/news/houston-texas/article/Former-middle-school-teacher-impregnated-by-10854219.php?cmpid=twitter-desktop

      • Ils sont complètement siphonnés. Une collègue qui avait entretenu une liaison avec une élève de Seconde a été détruite par l’institution — et les parents n’ont porté plainte qu’à la suggestion de ladite institution. Et ces gens se croient libérés !

        • Au Texas, notamment, la justice est de nature divine. Un délit ou un crime sont avant tout des péchés. Il ne peut donc y avoir prescription.

          Dans ce système de haute volée, le hic c’est qu’au fond d’eux-mêmes, les texans n’ont pas vraiment confiance en leur dieu soupçonné parfois de faiblesse, voire de laxisme. D’où une tendance à « assurer » une justice « divine des hommes ».

          Car, en vérité, je vous le dis, dans miséricordieux, il y a corde…

  13. CF était, parmi d’autres menues perversions, un fétichiste des cheveux comme l’atteste ce texte prémonitoire :

    https://www.youtube.com/watch?v=kQ_Wye93vTE

    Il est raisonnable de penser que Claude François n’était pas communiste sinon, il aurait pensé le rapport dialectique entre les serviettes et l’électricité et gardé le ton et le sens du texte original de Pete Seeger dans sa version calamiteuse et réac de « if I had a hammer » *.

    En vérité, je vous le dis : à poils dans sa baignoire, celui qui a péché par les douilles et incité une génération à penser avec ses pieds, a péri par les douilles et dégagé les pieds en avant.

    Bien fait.

  14. Le 28 Janvier 2017 à 8 h 20 min, Pan Bagnat dit
    … » La différence d’âge s’atténue en vieillissant même si mathématiquement elle reste identique, et il est moralement plus acceptable de voir un couple formé par un homme et une femme de 25 et 55 ans que 13 et 43  »…

    C’est vrai, d’ailleurs pour changer la perspective si l’on prenait en compte ces histoires, improprement nommées, de  » cougars  ».
    Une femme de 43 ans et un gamin de 13 ans …
    Vous voyez ?

    Un de mes vieux amis de 35 ans (déjà), lui, avait réussi l’exploit (peu recommandable peut-être) d’entretenir une liaison avec un de ses professeurs de collège (la belle enseignait les mathématiques).
    Connaissant bien l’affaire depuis longtemps, je sais qu’il n’était pas une victime.
    Il n’a jamais été question d’aller porter plainte dans cette histoire, c’était tout le contraire (la question de la tentation de la récidive je ne dis pas)

    Inutile d’ébruiter cette histoire, personne ne comprendrait désormais ; si il n’y avait eu qu’une montée du puritanisme depuis cette époque là …

  15. La vérité enfin grâce à Natacha Polony !

    Pénélope Fillon était play-mate à la Revue des Deux Globes.
    Elle a aussi tourné « La suceuse à l’Assemblée » avec un notable succès dans un rôle évanescent d’appariteuse.

  16. Alexandria V. ressemblait plus à une cover-girl qu’à une enseignante à chignon ! Allo Houston ici le baisodrome vous avez un problème ?

  17. François Fillon s’était donné une respectabilité : l’allure d’un notaire de province des années cinquante – ce qu’était son père – costume noir et gentilhommière mais en laissant oublier qu’il y a des notaires véreux !

    « FILLON SENATEUR – Stats de son activité sur le site officiel du Sénat :
    Pour 21 mois de sénateur : Semaine d’activité : 0 – Présence en commissions : 0 – Intervention en commission : 0 – Intervention longue en hémicycle : 0 – Rapport écrit : 0 – Proposition de loi écrite : 0 – Proposition de loi signée : 0 – Question orale : 0 – Question écrite : 1 – Amendements signés : 6 – . La question écrite portait sur les éleveurs de poules.
    Alors quelles missions précises pour ses enfants avocats ? »

    Un officier ministériel sans ministère …

    • Le pire chez les Fillon en ce moment, c’est qu’ils doivent répondre aux questions de fonctionnaires de la police et de la justice, dont ils n’ont pas eu le temps de supprimer les postes (j’espère qu’ils y pensent en posant les questions qui gênent).
      Vu que du fait de la faute à pas de chance, il n’est pas encore président (qui veut supprimer 500 000 postes de fonctionnaires) cela doit donner une ambiance particulière.

    • Tu sais ce que j’en pense — c’est écrit dans l’article…
      Il y reste par ci par là quelques têtes qui pensent. Mais depuis que nous n’y sommes plus, le niveau… comment dire…

  18. Comme vous le voyez je n’invente que très peu : Fillon s’intéressait essentiellement aux éleveurs de poules de luxe !

    Enfin Fillon vint et découvrit l’œuf !

  19. Amusant. Il est difficile de ne pas faire le rapprochement entre les commentaires, parfois carabinés (mineur = enfant) du forum et l’asservissement des masses par les médias comme le faisaient remarquer les 2 élèves de cette classe prépa math sup…
    On en peut pas non plus ignorer l’étrange résurrection de cette affaire juste avant la sortie en salle du film « The Ghost Writer » .
    @ Sanseverina
    Si vous me lisez, je vous recommande vivement ce film.

  20. Il faudrait presque qu’il en soit de même pour l’élection présidentielle Française comme pour les César ; le non remplacement du président pour cette fois.
    Jusqu’à la prochaine fois ; avec de meilleurs candidats.
    L’administration ferait tourner le pays pendant la vacance, sans politiques.
    Ce ne pourrait pas être pire.

  21. Attention, la loi est très précise en France!
    (je crois qu’il y a des profs parmi ceux qui écrivent ici)
    Je cite Wikipédia ( qui se réfère à la loi) :
    « L’âge n’est pas un critère de libre choix suffisant quand il y a une relation de subordination. Ainsi, un professeur qui aurait des relations sexuelles avec un de ses élèves âgé de plus de 15 ans mais de moins de 18 ans (en France) peut être condamné (disposition introduite par la loi du 23 décembre 1980 à l’initiative du sénateur socialiste Edgar Tailhades) à trois ans de prison maximum.
    De plus un écart d’âge vraiment important peut aussi être supposé donner un pouvoir de fait. »

    Donc, si on se fie au jugement éclairé du sénateur socialiste Edgar Tailhades et selon sa loi, il est des couples politiques qui se sont formés dans des conditions limites .
    Toujours de source wikipédiaque :
    « Les sociologues donnent l’inéquation suivante pour qu’une liaison entre deux personnes soit socialement acceptée : le plus jeune des deux doit avoir au moins la moitié de l’âge du plus vieux, plus 7 ans »
    (pense-t-on vraiment à cela dans la vraie vie?)
    43:2 +7 = 18.5 ( par exemple) ça ne passe pas .
    63:2 +7 = 38.5 : Ah, aujourd’hui, ça passe mais depuis peu .

    • Le socialisme c’est si compliqué que même rue de Solferino on n’y comprend rien !
      On a d’ailleurs choisi le plus bête de la couvée pour l’incarner car on sait que personne ne lui cherchera pouilles (cf demain les résultats miraculeux de la nouvelle consultation populaire).

    • 43:2+7=/=18.5 c’est 28.5

      Justement je me demandais, à propos de la différence d’âge qui ferait que personne puisse trouver à médire.

      Si je m’imagine dans la situation de Macron, l’inéquation fait que je pourrais me retrouver en compagnie d’une femme qui pourrait avoir un âge canonique. (si mon âge c’est la moitié du sien plus 7 ans)
      Je ne peux m’y résoudre, de plus elle serait beaucoup plus âgée que ma mère.

    • Brigitte enseignait dans un établissement catholique picard;Macron était son élève,âgé tout au plus de seizeans,sauf erreur.

      Chose étonnante,le diocèse ,les autorités catholiques n’ont pas estimé nécessaire de réagir.
      Les parents de Macron,bourgeois éclairés,n’approuvaient pas cette liaison mais espéraient qu’elle s’éteindrait d’elle-même;donc pas de plainte.
      Plus tard,constatant que c’était parti pour durer un certain temps,ils prirent une mesure vigoureuse:éloigner le rejeton de cette femme, en l’envoyant poursuivre ses études à Paris.
      Vous connaissez la suite du « diable au corps ».
      Brigitte ayant divorcé (et repris le nom de Trogneux) décida de s’établir à Paris et trouva,apparemment sans difficulté,un poste de professeur dans un établissement catholique de la capitale extrêmement coté.

      Je serais curieux de savoir comment et
      pourquoi l’institution catholique en est arrivée à ré-embaucher une personne qui s’était comportée de cette manière et qui aurait fort bien pu être condamnée si les parents de Macron avaient porté plainte.

      Je sais bien qu’il est avec le Ciel certains accommodements mais tout de même!

      Et les parents manif-pour-tous ,mariés à Saint Honoré d’Eylau,aspergés matin et soir d’eau bénite n’ont-ils pas frémi,protesté ?

      M ystère.

      • lorsque on connaît le prix d’une heure de cours particulier cette question n’a aucun sens! Surtout que si l’on considère les résultats la dame, qui est une professionnelle, est à la hauteur. En outre ceci prouve que Macron est pour les circuits courts en économie (respectant ainsi les équations de Duflot) et que son approche du rapport salarié – patron est tout de même plus enthousiasmante que celle de El Khomri et ses assommantes réflexions sur le harcèlement.
        Quant au tôlier je ne le félicite pas, parler de clous à des chrétiens !

  22. Par exemple quelqu’un a-t-il compris si oui ou non on ferme la centrale de Fessenheim ?
    C’est comme l’aéroport Notre Dame des Landes – on envisage à la place de construire une poule aux œufs d’or géante.

    • La poule aux œufs d’or c’est mort ! C’est Ségolène qui la voulait à son image mais Koons a refusé compte-tenu de la difficulté de la tâche.
      En fait le dossier est très simple puisque socialiste. Selon des sources bien informées le futur aéroport de Nantes sera transféré sur le site de l’ancienne centrale de Fessenheim qui entre temps aura été transformée en parc éolien, et une liaison ferroviaire à grande vitesse tracée entre ces deux pôles économiques mondiaux. Les bruits récurrents sur la prolongation du canal du Rhône au Rhin jusqu’à l’Atlantique ont été démentis par Mme Royal mais des rebondissements ne sont pas à exclure.

  23. Il y a ce documentaire qu’Arte a diffusé il y a quelque mois consacré à Polanski. Je crois que j’y ai vu un des plus beaux actes de contrition qui m’ait été donné de voir. Polanski y explique que parmi les souffrances de Samanta Geimer révélées dans leurs échanges épistolaires, il y avait celle de s’être sentie abandonnée par ses parents, ne comprenant pas la raison pour laquelle sa mère l’avait laissé seule ce fameux soir; Polanski lui répondit que ses parents n’avaient rien à devoir se reprocher et qu’elle n’avait rien à leur reprocher.

      • La question (terriblement complexe) du coïtus per anum intéresse éminemment et à juste titre le commentariat.

        J’espère pouvoir lire un jour « Une aporétique de la pénétration anale ».

        Quel philosophe aura le courage et la persévérance nécessaires pour l’écrire ?

        Un nouveau Kant semble si improbable,hélas !

          • Il y a clairement un caractère aporétique dans la sodomie entre le désir d’un déploiement illimité et la finitude essentielle du fermé borné dans lequel il opère. C’est un problème plus « facile » à aborder que la pénétration classique, où toutes ces histoires de procréation compliquent le problème par des considérations externes qui le pollue.

            Il est bien possible que cette aporie soit essentielle et fondatrice du comportement humain, mais pas que, qui recommence sans cesse les mêmes choses tout en avançant sans tourner en rond.

          • Si ce n’était que cela!

            Je me réjouis de constater que de grands esprits ont entrepris une réflexion;je me garde cependant de tout excès d’optimisme:je n’espère guère que paraisse de mon vivant le magnum opus.

            Que les questions philosophiques fondamentales travaillent la vie quotidienne ne fait de doute pour personne.

            En voici un exemple:

            Sur les campus américains de jeunes mâles goguenards (à peu près de la même génération qu’Hervé) trouvaient fort drôle de chanter:
            « No means yes;yes means she takes it in the arse! »

            « Non c’est oui;oui ça veut dire:tu peux m’enculer! »

            Pour tenter de mettre fin au scandale,les autorités ont distribué nombre de tracts: »No means No » « Non, c’est non »

  24. La sociologie numérologisante proposé par abcmaths est de la « numéracie » à la pisa, pur jus.

    Un item amusant à Pisa serait de donner la règle :

    « Les sociologues donnent l’inéquation suivante pour qu’une liaison entre deux personnes soit socialement acceptée : le plus jeune des deux doit avoir au moins la moitié de l’âge du plus vieux, plus 7 ans »

    puis de demander aux cobayés (qui ont 15 ans) de calculer l’âge sociologiquement acceptable du prof qu’ils peuvent se taper.
    La réponse (pas plus de 16 ans) permet d’instiller en douce l’interdit d’une liaison non seulement avec un prof mais avec tout majeur * mais de présenter l’interdit comme un énoncé scientifique.

    De rien, c’était un plaisir.

    * non, pas le doigt…

    • C’est pire que cela :
      « Si le plus vieux des deux a 12 ans, le plus jeune devrait avoir au moins 13 ans pour respecter leur régle, ce qui est impossible puisqu’il ne serait alors plus le plus jeune »

      PS: Je ne propose rien du tout, je cite Wikipédia dont certains ici même sont de très gros consommateurs .

        • Pour être honnête, Wikipédia ajoute:
          « Toutefois, cette formule est inapplicable pour les très jeunes  »
          Pour les retraités (je ne vise personne), cela marche; en fait, c’est une formule pour alerter les retraités !

          • Et difficilement applicable pour les plus vieux.
            Dès 57 ans il est possible d’être apparié à une personne centenaire.
            Qui ne trouverait pas une relation pareille, choquante, contre nature, que-sais-je encore ? (obscène ?)

            Qui imaginerait même un vieux beau sur le retour, en compagnie de Jeanne Calment ?

    • « numéracie »
      Ce n’est pas la première fois que vous dites du mal de ce terme.
      Il se peut que je me trompe,mais il me semble qu’il est la traduction (ou transposition,si vous préférez) de l’anglais « numeracy » -qui signifie simplement:aptitude élémentaire à manier des chiffres et des nombres.
      Le vocable est apparu assez récemment (quand exactement ? la parole est aux lexicographes);il fait pendant au terme « literacy »-qui signifie:capacité (plus ou moins élémentaire) de lire (pas simplement de déchiffrer).
      Ainsi ,nous avons « illiterate »:illettré et « literate » -qu’on ne peut certainement pas traduire
      par « lettré ».
      Outre-Atlantique s’est fait sentir le besoin d’un terme pour décrire ceux qui n’ont aucune familiarité avec les chiffres:des gens qui ne peuvent additionner de tête 21 et 29 ou qui ne voient pas instantanément que 35/70=1/2.
      Les Américains et les Britanniques disent de ces gens qu’ils sont « innumerate » et désignent du mot « innumeracy » leur inaptitude.
      (Il va sans dire que le contraire de « innumeracy » est « numeracy »;je ne vois pas ce qu’on peut reprocher à cette notion.)

      Sarkozy est un bel exemple d’ »innumeracy. »
      Sur l’enseignement,il avait un plan:je supprime 30% des professeurs et j’augmente de 30% le temps de travail de ceux qui restent.
      En vain ,de patients conseillers ont tenté de lui expliquer ceci:
      « Monsieur le Président,si sur 100 professeurs,vous en éliminez 30%, il vous en reste 70.
      Le Président prit sa calculette-qui heureusement comportait la fonction pourcentage- et après quelques essais put se convaincre qu’en effet 30% de 100=30 et que 100-30=70.
      Ce point une fois acquis,les conseillers crurent pouvoir passer à l’étape suivante.Grande fut leur déconvenue.
      « Maintenant, vous augmentez de 30% le temps de travail de chacun ;autrement dit le temps de travail de chacun est multiplié par 1,3.Ils feront donc la même quantité de travail que 91 professeurs de l’ancien régime…et non pas 100.Il faudrait augmenter leur temps de travail de plus de 42%. »
      Hélas, ce point était trop difficile;Sarkozy se mit en colère et leur dit d’aller se faire foutre.
      Voilà à mon avis le parfait exemple d’un type complètement « innumerate ».

      • Oui.

        L’ocde veut un non-enseignement de « maths » réduit à des « problèmes » * de la vie de tous les jours. Evidemment, ça paraît séduisant et raisonnable aux foules manipulées mais, de fait, je crois bien qu’un enseignement progressivement abstrait permet AUSSI d’aborder le « réel » mais dans une position surplombante plutôt que plombante… Il faudrait développer mais ce n’est peut-être pas le lieu ici.

        * faut voir lesquels ! . Quand on laisse des « matheux » ** se colleter avec le réel, on voit assez vite qu’ils ont, pour beaucoup, un rapport problématique avec lui et « la vie de tous les jours ».

        ** tous ne s’appellent pas René Thom.

  25. Où allons nous si on ne peut même plus redresser la tête, agiter notre crête rutilante, devant une fille de 13 ans ? On en rêve nous autres vieux pédophiles du Club des Papy Braquemarts accrochés au grillage des écoles maternelles comme morpions à un kulte sale et glaireux, d’une mère comme celle qui a offert sa nymphette à Polanski.
    Palsambleu, nous ne faisons que suivre par là l’exemple illustre du chamelier de Médine en récitant à ces pré-nubiles sur le chemin de l’école des poèmes de « Minou Troué » au contenu éducatif aussi instructif qu’un autre.

    • Je viens de recevoir un email sentencieux de Mamy Braquemart en réaction à mon dernier message:
      « Papy, à partir de désormais, c’est moi qui irai chercher notre petite Lolita à la maternelle ! »
      Malheur, et moi qui pensais que ce blog n’était lu que par des mineures à peine pubères…

  26. @allons bon pour le résultat du match maths vs phys sur l’équation de N-S:
    trois rounds au lieu de cinq, manque de temps… La matheuse au sommet de son art et de l’élégance n’a pas donné le coup de grâce au physicien qui a quand même bien terminé la conf par une belle manip de réversibilité dans un écoulement de Stokes dominé par le facteur de viscosité de Navier avec reconstitution de lettres P7 (Paris 7) et M, Phi après déformation dans un mouvement de rotation lent donnant une belle régularité.
    On aurait dit un film se déroulant à l’envers, il fallait venir ma douce !

      • Oh oui, s’il vous plaît ! Pardon, mille pardons pour une question qui va vous sembler ridicule, mais comment est-il possible d’utiliser une équation, tous les jours, dans des tas de domaines, sans connaître sa solution ?

        • C’est la différence entre le point de vue du physicien et celui du mathématicien. Un physicien cherche la solution de cette équation, un mathématicien se contente de savoir qu’elle existe (cf Jean Leray qui l’a démontré en 1932).
          Concernant les trois contraintes que subit un fluide (équilibre des forces, incompressibilité, régularité), les matheux ont inventé le concept de solution faible qui n’en satisfait que deux sur trois, la solution forte les satisfaisant toutes. On aimerait bien s’affranchir de la régularité quand on prend l’avion par exemple (fortes turbulences en vol(*)). On aimerait bien montrer que ce genre de choses n’arrive pas à nos solutions de N-S et on voudrait s’assurer qu’elles sont régulières: montrer que les solutions faibles sont des solutions fortes. C’est le problème du millénaire à 1M$ …
          (*) c’est là que je vous prends dans mes bras, allons bon !

          • Vous voulez dire que si on trouvait la solution, et qu’on puisse la concrétiser, on s’affranchirait alors des « contraintes » de la physique classique ?
            J’aime bien avoir peur mais seulement quand je peux me blottir dans des bras tendres. En avion, si je suis seule, je n’ai peur de rien, accompagnée, je m’abandonne. Seule, j’ai mon âge, sinon, je peux avoir parfois mon « âge intérieur », c’est à dire 12 ans, et c’est chouette !
            C’est un million de dollars par trouvaille ou en tout, parce qu’il y a d’autres énigmes, je crois ?
            Je vous remercie pour vos claires précisions que vous prenez la peine de me donner !

  27. Parmi les défenseurs, vous oubliez Yann Moix avec « La meute », excellent plaidoyer pour Roman et contre toutes les rumeurs assassines, en bon orléanais qu’il était – et que j’étais aussi, traumatisée à 13 ans par ces folles allégations de sous-marins descendant la Loire (!!!!!!) chargés de la chair fraîche de jeunes filles en fleurs en partance pour Tanger… On n’a pas évolué depuis 50 ans, malgré Edgar Morin, c’est totalement effarant !

  28. @Thierry L le 29 Janvier 2017 à 2 h 46 min.
    « Dès 57 ans il est possible d’être apparié à une personne centenaire.
    Qui ne trouverait pas une relation pareille, choquante, contre nature… »

    Thierry L, ce que tu aimes, c’est te souvenir de tes années de jeunesse, alors que désormais vieux barbon ronchon,
    tu ressembles, aux yeux des jeunettes, de plus en plus à Barbe Bleue qui n’aurait pas pris une douche depuis trois semaines !
    Sans compter que, vieillissant, tu te trouves laid comme un pou et que ton fauteuil roulant grince la nuit…et plus le sommier
    naguère enchanté de ton infortunée Germaine…uhuhu !
    Bien à toi, crapule !

  29. Non, pas maintenant !
    Il me reste encore (20:2)+7= 17 ans pour en arriver là.
    …  » On est pas sérieux quand on a 17 ans » …

    Faire grincer les Germaines ; quelle idée !
    (Ca me fait penser à une de mes cousines, mais bon passons.
    Après l’épisode Polanski cela pourrait faire trop en une seule fois …)

  30. Il y a bien eu viol d’une très jeune fille que Polanski a droguée pour se passer de son consentement. Que l’affaire soit ancienne ne change rien aux faits. Que le violeur ait du talent ne l’absout pas de sa faute. Les dirigeants des Césars ont choisi ce personnage pour présider un évènement qui a lieu en 2017, c’est à dire à une époque où la société a pris conscience de la gravité des atteintes portées aux femmes, aux enfants, et décidé de les combattre. Assurément, le milieu du cinéma envoie un message choquant et en retard sur son époque.

    • Il y a quarante ans ! Et vous jugez (« viol », c’est une affirmation — c’est à peu prè aussi absurde que mes élèves qui croient que Valmont viole Cécile de Volanges dans les Liaisons — en fonction de leurs critères) une affaire pour laquelle il y aurait prescription — et de surcroît en fonction d’une évolution du droit et des mœurs postérieure aux faits ! Il a indemnisé sa « victime », selon une procédure typiquement américaine — laquelle victime a clamé partout qu’elle n’entendait pas poursuivre, et n’avait d’ailleurs jamais porté plainte — elle l’a répété dans l’autobiographie qu’elle a publié il y a quelques années. Et il n’a commis aucun délit à l’égard du droit français — il n’est accusé de rien ici ! C’est de l’acharnement judiciaire. Et une façon de faire parler de soi. Le fait qu’il soit par ailleurs un grand artiste le désigne juste comme une cible, pour faire mousser toutes celles et tous ceux — procureur californien compris — qui sont de petits esprits juste occupés à faire parler d’eux en se trouvant un bouc émissaire de grand format. Je n’aurais jamais cru que ma Note suscite de si sidérantes réactions — ici et sur Facebook. C’est un lynchage que vous demandez, à l’égard d’un vieux monsieur qui n’a plus rien à voir avec le jeune homme désaxé par la mort de Sharon Tate, en sus de son destin personnel, qu’il pouvait être à l’époque (appliquez-lui les critères de « circonstances atténuantes » que vous appliqueriez à n’importe quel délinquant qui vous expliquerait que son quartier, sa famille,s a religion, patati-patata). C’est…oui, sidérant. Je ne comprends pas cet acharnement, sinon par des critères abjects. Voir ci-dessous.

      Un grand esprit sur Facebook m’accusait ce matin de plaider pour Polanski parce qu’il était juif et que je travaille sur Causeur, qui est comme chacun sait vendu à Israël. Tel que.

      Démonstration (Facebook, 6het quelques ce matin).

      Miloud Beyr. Causeur serait certainement moins tolérant vis à vis de Polanski s’il était musulman.

      Miloud Beyr à Jean-Paul Brighelli. Polanski a violé une fillette de 13 ans et s’est enfui des US pour ne pas répondre à la justice !!!
      Cet acte est abject quel que soit l’auteur des faits mais pour Causeur communautariste il est bien évident que l’origine de Polanski comme celle de DSK en son temps leur confère certains droits que n’ont pas les autres.

      • Je comprends votre indigantion mais pas votre colère.
        L’époque veut du parfait, du transparent, du pasteurisé. Quelques sombres crétins se posent en juges du haut de leur ignorance. Ils ont un avis sur tout, ce que leur permet leur ignorance du réel et ils y sont poussés pas des bateleurs qui en tirent gloire et profits.
        Ces mêmes blanc-becs doivent en même temps fantasmer sur les aventures de Polanski qui a plus vécu en un jour qu’eux en cent ans.
        Ceci n’est qu’une des différentes facettes mortifères de l’antiracisme.
        Comment discuter face à des « purs » épris d’absolu par ignorance et panurgisme et même pas par mysticisme.
        À part le plomb je ne vois pas.

  31. C’est Charybe et Scylla pour notre Ulysse, docteur es poulets fermiers
    Ne voilà t-il pas qu’il serait pris, lui-aussi,dans cette histoire de cagnotte du sénat dont on parle depuis quelques mois.

    La campagne électorale se joue, classiquement dans les 3 mois qui précèdent l’élection présidentielle (source ; on dit)
    Ça tombe au plus mal.

    • Il a tout fait à l’envers lui aussi :
      Il a commencé par le carnage des prétendants (voir la  »primaire »), la prochaine étape risque d’être l’île de Circé (un juge d’instruction du sexe improprement dit  »faible » ?), il restera Polyphème, les sirènes et tout le bazar.

      Pas sûr qu’il soit bientôt  » sorti de l’auberge  »
      (ne pas penser à l’auberge espagnole, surtout)

  32. Il faut regarder les choses en face : Bayrou pourrait siphonner du carburant (propergol ?) au missile Macron.

    Je me souviens l’avoir entendu dire (2007 dans les Landes ; pas en écoutant derrière les portes, juste piqué par ma curiosité) que le pouvoir du président de la République n’était pas plus épais qu’une feuille de papier à cigarette (texto).
    Bon, à l’époque il était plus que méfiant à l’égard du président de la République d’alors, cela pourrait expliquer.

    Vu qu’il a déjà été ministre, j’avais préféré me dire qu’il avait une vague connaissance de ce dont il parlait.
    La lucidité n’a jamais tué personne.
    (par elle même du moins)

    • Certains rasoirs sont guère plus épais qu’une feuille de papier à cigarette.

      En parlant de rasoirs, quelqu’un a une idée des éventuels navets nominés aux César ?

        • Je ne suis pas père et me suis dèjà retrouvé, consideré comme chargé de mission de service public ; alors qu’il y avait des mineurs.
          il n’y a jamais eu de problèmes (des problèmes de mineurs, si)
          Houston, il n’y a kamis eu de problèmes.

          Tu es belle comme un coeur ; quand je te vois j’imagine sans peine comment j’aurais, pu tomber amoureux de ta mère, si elle ressemblait a ce que tu es, quand j’avais ton âge.
          Et quand plus elle soit aussi intelligente (la beauté ne prouve rien, pour ce qui m’attire chez les femmes. Avec les mecs c’est autre chose ; je les aime bien pour d’autres motifs. Pas parce qu’ils sont beaux même si ils ont cons ; juste parce que c’est des gros cons de mecs.
          Avec les femmes ce n’est pas pareil ; dès qu’elles ne sort pas connes, elles deviennent belles ; c’est terrible
          L’équipe  »ma couille  » (= rivalité entre mecs »)sait pourquoi ils me peuvent me tuer et que cela ne fera aucun effet (à moi qui serai mort ou autres ; parce qu’on s’en branle. Nous ne craquerons pas)
          From Chalerstown, wiht love

        • Donc des pointures cachées aux César.
          C’est fort possible.
          Vu ce qui précède (je n’ était pas otage ; ca vient de moi)

          Je vous prierai de bien vouloir pendre en compte que ;dans immensément sordide horrible, … affaire Fourniret il y avait une femme ( le comble, en plus de celui dont on ne veut pas, il y en a une : la rage !)

  33. JPB a écrit : « Une collègue qui avait entretenu une liaison avec une élève de Seconde a été détruite par l’institution — et les parents n’ont porté plainte qu’à la suggestion de ladite institution. Et ces gens se croient libérés ! »

    Je confirme que c’est toujours l’institution qui suggère de porter plainte. C’est ce qui m’est arrivé l’année dernière. Un élève perturbateur, avec un camarade témoin, est allé se plaindre avec ses parents auprès de la direction : « Le prof m’a étranglé ». Confirmation du camarade. Sans vérification d’aucune, la direction a suggéré aux parents de porter plainte. Le CPE est chargé d’enquêter avec interrogation de tous les élèves. Le hic, c’est que chaque élève a une version différente : « Le prof ne l’a pas étranglé. C’est lui qui a insulté le prof ».

    Conclusion : tout le dossier a été clôturé. Une rencontre entre les parents et moi a été organisée. L’élève doit présenter ses excuses. Pas de punition par contre, ni contre l’élève perturbateur, ni contre l’élève témoin. Il y a quelque chose qui tourne pas ronde dans l’Education Nationale…

  34. http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211738901390-linquietant-recul-du-quotient-intellectuel-2060740.php

    « Un nombre croissant d’études montrent un recul généralisé du QI moyen. Un phénomène multifactoriel, qui met notamment sur la sellette les perturbateurs endocriniens »

    Je résume le causement : les perturbateurs endocriniens perturberaient le fonctionnement endocrânien.

    Les guignols qui font du number crunching pour aboutir à une valeur numérique ne conçoivent pas une seule seconde que les quelqu’uns * auraient peut-être de plus tendance à masquer une partie de leur intelligence à l’extérieur et à la garder pour eux.

    Sans compter le rôle scandaleusement minoré par l’intelligentsia de la chute de météorites et du réchauffement climatique.

    * comme disent savoureusement les africains

  35. Ce que je crois quant à moi c’est que la politique d’immigration menée en France depuis quarante ans est un échec total !
    Le fameux regroupement familial … et ses séquelles.

    Mais comme je suis un idiot du village … mon avis compte peu !

    • Si vraiment vous êtes l’idiot du village,votre avis compte énormément:car l’idiot du village,c’est le résumé,la quintessence du village,de son « idiotisme »,de son « idiosyncrasie. »

      Cependant,l’idiot du village ne sait pas qu’il est l’idiot du village.

  36. Vous savez sans doute qu’Emmanuel Macron ne s’adresse plus en Français aux idiots du village comme moi ?
    Il cause en Anglais !

    « No ban, No wall » : le candidat à l’élection présidentielle Emmanuel Macron a dénoncé dimanche les mesures prises par le nouveau président américain Donald Trump à l’encontre des réfugiés et des ressortissants de pays musulmans et a apporté son soutien aux personnes « fuyant la guerre et les persécutions ».
    « Etats-Unis : je soutiens ceux qui fuient la guerre et la persécution, je soutiens ceux qui défendent nos valeurs #NoBanNoWall », écrit l’ancien ministre de l’Economie et fondateur du mouvement « En marche! », sur son compte Twitter, en anglais.

  37. Il y a un truc que je trouve amusant ; Nicolas Sarkozy regrettait de ne pas être Américain car il se considérait comme faisant partie de la race d’élite, la race supérieure celle qui commande au monde – comme Macron ou Hollande dont on connaît le mépris pour le petit peuple français – or ces gens-là ont trouvé un Américain bien plus Américain qu’eux, tout droit sorti d’un western, Donald Trump et soudain dans un éclair ils retournent leurs vestes et se mettent à le détester !
    Au final ce qu’ils aimaient dans l’Amérique ce n’était pas le goût de la castagne, la vie dure et âpre des pionniers, c’était les paillettes et le strass d’Hollywood !

      • Ce type est paraît-il avocat d’affaires;comment peut-il examiner un « deal » s’il ne comprend pas le b-a-ba des pourcentages ?

        PS Le jeune fils d’un cousin se confiait à moi:élève de Terminale extrêmement doué,il se passionne pour l’astrophysique;mais il n’est parvenu à conquérir aucune des meufs de sa classe ,bien trop bêtes pour écouter ses explications passionnantes;j’ai tenté de lui faire comprendre qu’il y a mille autres manières d’amener une fille dans son plumard et d’exprimer en elle ses fluides visqueux.

        Jeune homme,je vous félicite:peut-être allez vous pécho avec Navier-Stokes!

        • … fluides visqueux…
          Vous parlez d’humeurs et de fluides corporels ?
          Un champ d’investigation prometteur déserté par la médecine moderne.

  38. Il ne faut pas remettre sur le tapis une affaire parce qu’elle date de1970 et que Mr Polanski est un grand artiste (quej’apprécie énormément) et non un gros con de beauf, mais par contre sa mère sauvagement exterminée il y a 75 ans, on peut! Sophisme quand tu nous tiens!! De tous temps les hommes qui se sentent supérieurs au commun des mortels, ont revendiqué le « 2 poids 2 mesures »,voir J.F Khan et son » lutinage de soubrette » pour défendre son copain le serial fucker DSK. Alors la mère de la gamine était d’accord? Comme tous les maquereaux du monde…JPB tu m’as déçu ( une fois n’est pas coutume!) mais je suppose que si ta mère avait offert ton trou de balle á un grand artiste, dans ta grande mansuétude tu aurais tout pardonné…

    • Mais ce n’est pas moi qui l’ai remise sur le tapis ! Ce sont toutes ces c***s qui veulent absolument lui arracher les c*** ! Il avait présidé Venise ou Cannes sans que ça émeuve qui que ce soit, et c’était très bien. Il ne demandait rien à personne — et moi non plus !
      Bon. Nouvelle chronique, parce que j’en ai marre d’être incompris.

  39. Notre société a heureusement évolué, sur le viol, la pédophilie, comme elle a évolué sur la peine de mort, le racisme, et en remontant dans le passé, sur l’esclavagisme. C’est exactement en fonction de cette « évolution du droit et des mœurs postérieure aux faits « , que vous évoquez, qu’il est indécent de choisir aujourd’hui Polanski comme président des Césars.

  40. Enquête de terrain dans mon institut (du temps perdu que l’on ne retrouve pas)
    0% lisent bonnet d’âne.
    100% sont d’accord pour dire qu’ils n’y a pas de différence d’âge idéale.
    (en gros l’âge ce n’est pas grave)
    100% sont d’accord pour dire que l’on ne rigole pas avec les histoires de pédophilie (rien à voir ou presque, mais bon)
    110% pour considérer que le femme de Trump (septuagénaire) est avec lui pour une autre raison que son âge.

    Le reste du sondage s’est perdu dans la bière dite d’abbaye.

  41. Ce sondage arrive trop tard pour sauver JPB de la vindicte populaire.
    (alors qu’il n’a rien fait)
    La vindicte populaire ; j’ai l’impression qu’en France, malgré tout le mal que j’ai pu dire, il y a eu des progrès, depuis la libération ; les résistants de la 11ème heure et leurs mégères ne sont pas très bien vu, dans mon coin

    La dernière fois où je m’en suis mêlé sans m’emmêler, il s’agissait du Klu Klux Klan ; une histoire américano-américaine
    Nos histoires franco-françaises n’ont qu’a bien se tenir ; c’est de la rigolade à coté.

  42. En résumé : si un jour je m’en prends à un klu klux klan franco-français, j’aurai des amis américains, que je ne connais pas, en soutien (des bons, des vrais qui ne savent pas qu’opérer un serveur mal configuré)

    Il ne manque plus qu’eux ; le klu klux klan réclamant la tête de Polanski.
    Qu’est-ce qu’on rigolerait bien.

  43. En fait la conversation a failli dérapé lorsque le sujet est arrivé.
    C’est un classique ; via le web comme dans la vie de tous les jours, comme disent les djeuns.
    J’ai été obligé d’évoquer, parmi les victimes d’outerau, une qui n’était pas un enfant.
    Injustement embastillé ;
    - sa femme s’est tiré et remarié (une conne en moins, à la rigueur ais-je dit)
    - ses enfants ne voulaient plus lui parler, alors que même le président de la république de l’époque avait fait acte de contrition devant la terre entière .Il n’y était pour rien, mais c’est cela aussi qu’être chef ; je me fais un malin plaisir de le rappeler à ceux qui se paient ma tête avec les histories de chefferie (la vengeance, c’est parfois très long)

  44. remariée ?
    désolé : les vapeurs de fluides visqueux (à force) et les turbulences, après-coup (pas de solutions fortes ou faibles ; voir des psys, il en existe d’excellents)

  45. Qu’en pense la NSA ?
    Dans le temps (autre époque récente, autre mœurs) on savait vivre.
    Des jams session ou approchant ; tous les mots clés qu’il ne faut pas utiliser, sinon les robots algorithmés s’affolent. Envoyés par mail pendant un certain temps.

    Ça se faisait encore entre gens biens il y a une dizaine d’année ou plus.
    J’espère pour eux qu’ils ont retiré des mots clés opérants

    C’était des opérations bêtes ; il s’agissait d’utiliser les mots, rien d’autre : (ça marche bien ; les robots disjonctent)

  46. Bonjour.

    Je ne peux pas être d’accord avec votre argumentaire. Je ne participe en rien à l’hallali prononcé contre Polanski et cette manière de se rendre vertueux en traquant les fautes (et même les fameux « dérapages » verbaux supposés) des autres me fait vomir. Je souscris à l’idée qu’il y a, depuis le temps, prescription au moins moralement puisqu’aux États-Unis elle n’existe pas ; je constate que l’homme un peu déboussolé qui avait commis cette faute (je ne dis pas erreur) dans un contexte très particulier n’a pas récidivé depuis, vit une vie ordinaire, ne se vante pas de son passé contestable. Je ne veux pas non plus être plus royaliste que le roi à partir du moment où sa « victime » dont le consentement est sujet à caution avec nos yeux d’aujourd’hui ne demande rien d’autre qu’à ce qu’on lui fiche la paix, à elle, pour commencer. Je ne veux pas juger des actes d’hier avec les normes d’aujourd’hui. Soit.

    Mais que vient faire là-dedans le talent de Polanski, son œuvre ? Serait-on davantage fondé à le poursuivre s’il était non un grand cinéaste, mais un simple charcutier, médiocre de surcroît, qui laisse trop de croquant dans le pâté de tête et pas assez de goût dans le boudin ? Ceux qui l’ont défendu au nom de son génie l’auraient-ils condamné s’il n’était qu’un bureaucrate ordinaire, un expert-comptable ennuyeux, un modeste employé municipal aux espaces verts ?

    Ne nous trompons pas d’arguments SVP.

    • Si Polanski était monsieur tout le monde, il y a belle lurette que l’accusation aurait été abandonnée (d’autant qu’il y a eu un premier jugement et un accord dans les années 70, avec indemnisation, etc., comme ça se pratique aux USA). Il y a une justice-spectacle comme il y a une politique-spectacle.

  47. Salman Rushdie, un « Musulman »? Comme vous y allez, M. Brighelli! Si c’est un délit de sale gueule, prenez garde qu’on ne vous traite de Chrétien.

  48. « Polanski est demandé depuis les années 1970 par un procureur californien avide de publicité pour une affaire qualifiée de viol où une fille mineure a été offerte par sa mère, et avec son consentement, à un cinéaste adulte. Ciel ! Et la fille en question n’a jamais voulu porter plainte, et correspond toujours avec son séducteur. En France, il n’est accusé de rien du tout. Quand bien même, il y aurait belle lurette que tout cela serait tombé sous le coup de la prescription. » oh, connard de brighelli ! elle avait 12 ans ! a vomir !

  49. Mazarin était un joueur qui, parti de rien; a amassé une immense fortune en servant la France et en suivant les usages de son temps. Fortune dont il n’a jamais profité de son vivant.

  50. Le cas de Polanski me fait penser a celui d’un autre grand cinéaste qui a subi a peu près le même sort: Charlie Chaplin. Pendant toute sa vie aux USA, il a été accusé d’agressions sexuelles sur ses jeunes partenaires.
    Dans bien des cas, ces jeunes partenaires lui avaient été offertes par des parents avides de notoriété. Chaplin était Anglais et n’a jamais demandé la nationalité US. Il a soutenu l’entrée en guerre des US contre le nazisme ( Le « dictateur » ) et a dénoncé la condition des classes populaires pendant la Dépression ( les « temps modernes » ). Le fait d’avoir épousé une femme de 25 ans plus jeune que lui a finalement scéllé son destin et il a du retourner en Europe. Excellent père d’une famille nombreuse, il a été accueilli avec respect en Suisse.

  51. Je peux voir que Monsieur l’amateur des snuff movies littéraires du Marquis de Sade (vous n’avez d’ailleurs pas du tout aimé le livre que Michel Onfray lui a consacré, lui qui a justement noté que Sade payait ses victimes pour les faire taire « comme un certain cinéaste », celui dont vous faites l’éloge) n’a aucun problème à défendre un gros pédophile violeur, pourvu qu’il appartienne au peuple élu, qui lui a tout les droit, car je doute que vous auriez réagi de même avec un goy.
    L’acte de Polanski s’explique parce que la pédophilie est permise par sa religion : http://www.come-and-hear.com/editor/america_2.html
    Evidemment les professionnels de l’antiouacisme et du padamalgam disent que tout cela est faux, mais pourtant les traductions sont les mêmes que sur ce site : http://halakhah.com/
    Vérifiez par vous-même.
    Il y a d’ailleurs une pédophilie latente dans le judaïsme puisque l’âge d’Adam et Eve n’est pas mentionné (contrairement au récit iranien d’où il est tiré et qu’il déforme dans un sens misogyne), pas plus que les textes de la Bible n’indiquent d’âge minimal pour le mariage, et on appréciera au passage les critères de beauté :
    « Rava commente le verset suivant : « Ta renommée s’est répandue parmi les nations quant à ta beauté »(Ezéchiel, XVI, 14) : la beauté, n’est-ce pas les filles d’Israël qui n’ont ni poils au pubis ni aux aisselles » (Sanhédrin 21a)
    Et il y a encore mieux : « Abayé commente le verset suivant : « Ta renommée s’est répandue parmi les nations quant à ta beauté »(Ezéchiel, XVI, 14) : la beauté, n’est-ce pas les filles d’Israël qui n’ont ni épine ni draperie? » (Ibid.) C’est à dire ni… clitoris ni.. nymphes. Car la circoncision féminine existait bien dans le judaïsme primitif : http://www.youscribe.com/BookReader/Index/2502235?documentId=2479248
    Et n’oublions pas que la circoncision chez les Hébreux remplace les sacrifices d’enfants (enfin aux divinités étrangères) :https://matricien.org/patriarcat/circoncision-excision-sacrifice/
    Polanski n’a fait que suivre la loi de son peuple, et pour cette raison, on n’ose pas le sanctionner, tout comme pour le violeur proxénète DSK.

    • Eh bien de temps en temps ce blog en attire un tout beau…
      Je laisse votre commentaire en exemple à tous les commentateurs : il faut de temps en temps toucher le degré zéro du bout des cils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>