Scènes de crime au Louvre — et ailleurs…

« La palmeraie de Vaï ? » me lance mon interlocuteur. « En quelle année y êtes-vous allé ? Ah, 1972 ! Eh bien, n’y retournez pas — et c’est un Crétois qui vous donne ce conseil, il ne saurait mentir… Un parasite a détruit les palmiers, le site est plus dévasté que les faubourgs de Tchernobyl, et l’on y marche littéralement sur les touristes… »
« Et le défilé de Samaria ? Une autoroute, mon cher ! Des milliers d’excursionnistes se précipitent chaque année vers Aghia Rouméli ! Vous étiez seul avec votre copine sur cette plage de sable noir ? Oubliez — ou plutôt, gardez-en le précieux souvenir : le temps passé ne se rattrape guère, le temps passé ne se rattrape plus… »

Christos Markogiannakis, rencontré il y a quinze jours au Salon du Livre de Nice, est un interlocuteur décourageant. Et s’il n’avait commis un excellent livre, Scènes de crime au Louvre, je l’aurais diligemment maudit.
De quoi s’agit-il ? Cet honnête garçon, juriste spécialisé en criminologie, a eu l’idée de choisir un certain nombre d’œuvres exposées au Louvre, de la stèle de basalte portant le Code de Hammurabi (Rez-de-chaussée Richelieu, salle 3) à la Médée furieuse de Delacroix (Sully deuxième étage, salle 62), en passant par un Caïn et Abel représenté sur le panneau inférieur d’une armoire en noyer (Richelieu, 1er étage, salle 16) ou la Clytemnestre de Guérin (Denon, Daru, salle 75).
À chaque fois Markogiannakis raconte l’histoire (avec en notes force références savantes qui feront le bonheur des amateurs de textes anciens), et recompose la tragédie — posant nombre de bonnes questions : « Agamemnon était-il un époux abusif et cruel ? » « Qui est l’homme qui se penchant sur Argos endormi semble jeter sur lui l’ombre de la mort ? » (pour un Fragonard représentant Mercure s’apprêtant à tuer Argus afin de délivrer Io — la vache sacrée, en deux lettres, de tant de mots croisés). Ou des hypothèses stimulantes : « Peut-être le chien, qui nous tourne le dos, voit-il apparaître cette nouvelle forme de son maître, qui va éclore de la terre » — sur l’Adonis mort de Laurent de La Hyre.
L’auteur a travaillé, à Athènes ou Paris, avec les meilleurs criminologues — qui lui ont enseigné, par exemple, que contrairement à une idée reçue, les femmes n’empoisonnent pas plus que les hommes (un petit 2%), mais qu’elles raffolent elles aussi des armes à feu et des armes blanches. Mais le préjugé est si fort que les révolutionnaires menèrent une inquisition renforcée pour savoir si Charlotte Corday était bien une femme, tant l’usage d’un couteau pour tuer Marat (le Louvre détient — Sully, salle 54 — une copie d’atelier du Marat assassiné de David dont l’original est à Bruxelles) leur avait paru peu conforme à son sexe supposé.
Un ouvrage brillant, sur un beau papier semi-glacé — et pas cher (19 €) aux éditions du Passage.

Mais ce que j’ai aimé, c’est que ce livre est un lanceur d’imagination. Markogiannakis a circonscrit son enquête au Louvre. Passez la Seine, et arrêtez-vous devant le magnifique Rolla de Gervex — j’ai déjà avoué ici mon amour immodéré (pléonasme : un amour qui n’est pas immodéré n’est pas un amour du tout) pour les peintres pompiers et leurs émules. RegardezEt cherchez donc dans ce que donne à voir le tableau ce qui s’est passé — sans tricher, hein, le premier que je surprends à se précipiter sur le poème de Musset (« Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux », mille fois cité, c’est là) sera privé de Bonnet d’Âne pour une semaine, châtiment démesuré mais mérité.
Le jeu peut se dédoubler d’ailleurs. Markogiannakis donne dans son livre toutes les sources littéraires qui ont permis aux artistes d’exécuter (quel mot, en l’occurrence !) leur mise en scène plastique du forfait. Mais pour la Phèdre de Cabanel par exemple (à Montpellier, au musée Fabre) après vous être demandé de quoi est morte la femme habillée de sombre assise à droite, ou ce que dit la servante, retrouvez donc les textes (Sénèque d’abord, Racine ensuite) qui narrent les circonstances du crime — sachant que le vrai mort est hors tableau : ce que le peintre met ici en scène n’est que la conséquence d’un meurtre par procuration. Racine par exemple décrit, dans un récit fameux, la véritable enquête à laquelle se livre Théramène, remontant « la piste de l’horreur », comme dirait un journal moderne — sauf qu’il le dit mieux :
« De son généreux sang la trace nous conduit.
Les rochers en sont teints ; les ronces dégouttantes
Portent de ses cheveux les dépouilles sanglantes. »

Vous pouvez pousser le jeu hors des frontières, l’art (comme la littérature) s’intéressant à la mort encore plus souvent qu’à l’amour. Au Tate Britain de Londres, arrêtez-vous devant le célèbre tableau de John Everett MillaisEt demandez-vous pourquoi un coquelicot sous la main droite de la jeune fille, pourquoi des marguerites, pourquoi des roses, des pensées, des fritillaires ou des violettes : un bon flic doit connaître le langage des fleurs…
À moins que cet apparent suicide ne soit qu’un copycat, comme disent les criminologues, de la Jeune martyre (Denon, 1er étage, salon Denon, salle 76) que Markogiannakis analyse avec gourmandise.Le tableau de Paul Delaroche date de 1855, celui de Millais de 1851, mais allez savoir qui a copié l’autre — compositions  identiques, toile découpée de la même manière — à ceci près que l’une a le visage à droite, et l’autre à gauche, comme deux photos inversées. À moins que dans ces années-là, quelques jeunes noyées n’aient enflammé l’imagination des tueurs en série — je veux dire des peintres.

Jean-Paul Brighelli

PS. Dans la chaleur écrasante de ce beau dimanche, les Français, à ce que disent les médias, s’empressent de ne pas aller voter. J’ai trouvé dans ce second tour des Législatives l’inspiration pour parler de crime — allez savoir pourquoi.

157 réflexions au sujet de « Scènes de crime au Louvre — et ailleurs… »

  1. Hors-sujet…
    18 juin 1940: l’espoir naissait avec l’appel d’un général rebelle et patriote.
    18 juin 2017: la République tombe définitivement dans les mains d’un financier cynique et multicul.
    Heil marché!

    • Villani nous essplique :

      http://www.tdg.ch/monde/europe/cedric-villani-faudra-s-interdire/story/15838889

      « L’un des grands principes de la République en Marche, c’est que la compétence naîtra de la diversité. Il y aura une addition de compétences diverses d’où naîtra l’expertise. »

      D’ici un an, au plus, on le verra missionner de plateaux télé en plateaux télé pour expliquer à Mimile et Germaine le concept d’émergence du génie dans un agrégat gazeux de crétins des Alpes.

    • Le tableau est hideux (d’ailleurs, ce n’était pas au Louvre mais à St-Germain) mais l’épisode est magnifique. Comme Condé, perclus de rhumatisme, avait du mal à monter et avait fait attendre le roi, Louis XIV lui a lancé : « Mon cousin, quand on est chargé de lauriers comme vous l’êtes, il est normal d’aller lentement. »

  2. Est-ce-que dans la semaine ça va ? Je manque un peu de temps aujourd’hui. J’aimerais vraiment vous donner mon avis mais peut-être d’autres ou vous l’aurez fait avant moi. De toutes façons je l’écrirai.

  3. Ophélie flotte très doucement…

    « Et demandez-vous pourquoi un coquelicot sous la main droite de la jeune fille, pourquoi des marguerites, pourquoi des roses, des pensées, des fritillaires ou des violettes : un bon flic doit connaître le langage des fleurs… »

    Sur la rive Millais a peint des orchidées pourpres ‘ »orchis mascula »,pour les botanistes.
    Dans le texte de Shakespeare,auquel le peintre est assez fidèle,Ophélie s’en est fait une guirlande; »dead men’s fingers » (littéralement doigts d’hommes morts );Gertrude nous dit que les bergers leur donnent un nom plus cru.
    C’est la racine qui fait penser à des testicules;voir illustration tirée d’une flore suédoise:
    (en suédois: »Sankt Pers nycklar »:clefs de Saint Pierre)

    http://3.bp.blogspot.com/_Yncvo7WmI8E/TA4rLRmpJAI/AAAAAAAAA5c/PzMUIwPVPaY/s320/Orchis_mascula_Nordens_Flora_401.jpg

    Pourquoi Ophélie s’est-elle fait une guirlande de testicules ? comme dirait le Maître,allez savoir…
    Un qui avait beaucoup glosé là-dessus,c’était Lacan qui par ailleurs affirmait
    qu’ »Ophélie » avait quelque chose à voir avec O phalos,ce que les hellénistes contestent véhémentement.

    Et nous repensons aux monorchites,cryptorchites etc.

  4. OENONE:
    Quoi ! vous ne perdrez point cette cruelle envie ?
    Vous verrai-je toujours, renonçant à son vit ?

    PHEDRE:
    Je me pâme, affligée, attendant qu’Hippolyte
    Caressât de ses mains ma flasque cellulite.

    HIPPOLYTE:
    Allons, cherchons ailleurs par quelle heureuse adresse
    Je pourrais caresser sa belle paire de fesses.
    ….
    Je laisse aux cocus de garde le soin de rédiger deux vers pour Thésée. Entre veinards faut s’entraider…

  5. Élus mais en même temps battus:
    Si j’étais journaliste, je commettrais une page entière sur le verdict sans appel rendu par la plus élémentaire des arithmétiques: 50×43=21.5 et 60×43=25.8 . La majorité des députés élus l’a été avec un ratio compris entre 21 et 26 pour cent des inscrits .
    S’ils sont en marche, c’est donc sur une seule jambe!
    Certains crient victoire, ils feraient mieux de se taire et de se terrer dans les oubliettes de l’histoire des élections .
    Petite victoire pour un petit quinquennat, un de plus.

    • Figurez-vous que ça servait de modèle d’écriture aux enfants dans les écoles.
      Les colonels n’avaient pas TF1, mais ils savaient faire.

      • merci,j’ignorais cela.

        Je ne me souvenais pas de l’image (du phénix). mais le Zito etc…était à l’entrée de chaque ville.,ça je m’en souviens fort bien.

        Enfin, cela ne vous a pas gâché les plages…

  6. Nicolas Dupont-Aignan qui depuis qu’il avait serré la main de Marine Le Pen était pire que la bête du Gévaudan ; c’était taïaut taïaut tous les jours dans les médias contre le monstre du Val d’Yerres ; l’hallali des chasseurs a tourné court et le cerf à dix cors a pris le large …

  7. Allez savoir pourquoi…

    Le Maître:
    « J’ai trouvé dans ce second tour des Législatives l’inspiration pour parler de crime — allez savoir pourquoi. »

    Est-ce Musset qui fait penser à Toufriquet ?

    Musset s’en prend à Voltaire,qu’il rend responsable de la mort de Rolla;Voltaire,tuant la foi, tuant l’espérance, a rendu l’homme malheureux.

    Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire voltige-t-il toujours sur tes os décharnés?

    Vois-tu, vieil Arouet? cet homme plein de vie,
    Qui de baisers ardents couvre ce sein si beau,
    Sera couché demain dans un étroit tombeau.
    Jetterais-tu sur lui quelques regards d’envie?
    Sois tranquille, il t’a lu. Rien ne peut lui donner
    Ni consolation ni lueur d’espérance.
    [Rolla]

    Toufriquet, lecteur de Musset,s’en prend au relativisme,glorifie « l’espérance ».

    « Il est des mots aujourd’hui en France dont certains moquent l’innocence un peu naïve : humanisme, tolérance, bienveillance, espérance, revendiquez-les, défendez-les, faites-en vos drapeaux contre les drapeaux noirs et le relativisme corrosif dont notre monde souffre tant. »

    discours d’Oradour-sur-Macron

    • Pour éviter la corrosion fatale faites crisser vos pneus sur le corps de vos ennemis ! La ligne de foi c’est quand le pneu laisse une belle marque rouge uniforme derrière votre véhicule !

      Nota bene : Toute allusion à des évènements récents ne serait que fortuite et indépendante de notre volonté.

  8. Vous savez qu’hier on était le 18 juin ? Dimanche matin Emmanuel Macron présidait la cérémonie commémorative de l’appel du général De Gaulle au fort du Mont-Valérien ; pour la première fois on a interdit au public d’y assister … il fallait un carton d’invitation !

    Drôle d’époque !

    • Je ne sais pas si De Gaulle avait distribué des cartons d’invitation le 18 juin 1940 !

      Christiane Boulloche (1923-2016) dont je viens de lire les souvenirs était en Bretagne et a écouté à la BBC l’appel du général De Gaulle – elle pense seulement le lendemain 19 juin – elle épousera le 18 juin 1947 Jean Audibert (1921-1989) de la France libre.
      Les Boulloche et Audibert ont tous été des résistants – ils ont d’ailleurs payé fort cher leur courageux combat.

    • pour la première fois on a interdit au public d’y assister ….

      C’est un début de privatisation ; ça cher coute toutes ces cérémonies.
      Bientôt, seul le gotha payant fort cher son invitation sera convié ; pour les gueux il y a la télévision.

      • Privatisation et élections;pour le moment,le choix des candidats n’est pas à la discrétion des « prestataires de services.. »

        http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/07/2589214-materiel-electoral-non-achemine-le-poid-obtient-gain-de-cause.html

        Le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) a obtenu gain de cause en justice face à la commission de propagande départementale. Pour le scrutin des législatives, cette commission …avait en effet décidé de ne pas acheminer le matériel électoral du POID sur la quatrième circonspection de la Haute-Garonne. Le motif ? Le conditionnement des 150 000 bulletins de vote et des 75 000 professions de foi a été jugé non conforme par le prestataire privé en charge de la distribution et basé à Mérignac, en Gironde… qui dit pas de bulletins, dit aussi forcément aucun vote possible. Mais Julian Menendez et Fatima de Freitas, les candidats du POID, ont saisi le tribunal administratif de Toulouse qui leur a donné raison vendredi dernier.
        La justice estime en effet que «la commission de propagande a porté une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale qui est celle pour un citoyen de se présenter aux élections législatives dans des conditions qui respectent le principe d’égalité entre les candidats.»

  9. Paul Vialar dirigeait les émissions littéraires de la radio nationale entre 1934 et 1940 ; c’est donc lui qui a accueilli le maréchal Pétain le 17 juin pour enregistrer l’allocution qui fit pleurer une bonne partie de la France. Elle a été passée en direct et comme Pétain n’était pas un professionnel du micro il s’est gouré à deux reprises en lisant son texte – une première fois ce fut minime, il trébucha seulement – mais la seconde fois il laissa échapper un sonore « eh merde ! » ; le technicien du son eut la présence d’esprit de shinter le micro à l’aide du potentiomètre et les Français n’entendirent pas le vieux maréchal pousser un juron de troupier !
    Par la suite on prit le soin de ne plus passer Pétain en direct …

    Paul Vialar revit quelques jours plus tard le maréchal qui demanda comment il avait été ; on lui répondit qu’il avait été parfait ; et Pétain de se taper les mains sur les genoux d’auto-satisfaction : « Je savais que c’était réussi » !
    Alors que ce speech était tragique pour le plus grand nombre.

      • Paul Vialar a un peu plus d’autorité que toi mon coco sur la question !

        Pagnol qui était professeur d’anglais à Condorcet était venu voir Vialar qui avait un petit succès sur le Boulevard pour lui demander conseil afin de se faire jouer au théâtre – Vialar et lui sont devenus des intimes.
        ….
        Lormier où étais-tu le 17 juin 1940 ? Nulle part je présume …

  10. Les Allemands faisaient circuler dans Paris des voitures munies de goniomètre pour repérer les émissions de radio clandestine ; avec les moyens techniques actuels il serait aujourd’hui quasiment impossible d’organiser une résistance intérieure …

    • dans la Tchécoslovaquie communiste,la police fait irruption dans une cabane de jardin et y surprend un citoyen écoutant une émission de la Voix de l’Amérique.
      L equidam se défend;exhibant sa trompette,il déclare: »je n’écoutais pas, je brouillais l’émission. »

      Aujourd’hui, ce sont les Russes qui manipulent l’opinion en « Occident » avec Russia Today.

    • Il existe des moyens plus ou moins fiables un temps, de communiquer à l’abri des petites comme des grandes oreilles ( petites et grandes car on parle souvent de big brother et on oublie little brother ; en fait les little brother car il y a une multitude)

  11. Je suis bien content que ça s’arrête toutes ces élections parce que depuis ces huit mois de campagne non-stop, avec ces coups de barre à droite, ces coups de barre à gauche et le dernier virage à la bouée (de sauvetage du modem), j’avais l’impression qu’on m’avait greffé un gouvernail dans le cerveau. En plus dans ma circo, ils n’ont rien trouvé de mieux que d’installer le bureau de vote dans le local du club du 3ème âge; avec la chaleur d’hier y’avait une odeur infernale de mélange de synthol, de pet froid et de couches qui fuient.
    Avec Bérénice (mon assesseur) forcément on a copiné depuis le temps. Hier, en pleine moiteur caniculaire, quand j’ai glissé mon candida (albicans) (copyright Dugong) dans la fente de son urne elle m’a invité à finir le dépouillement chez elle à 23 heures en me disant: « n’oublie pas de mettre ta capuche mon biquet, chez moi les soirées sont humides ! » tout en me glissant un billet de 20€ dans la ceinture.
    Il est temps que tout ça finisse, ça m’a ruiné la santé.
    2017, ma première année présidentielle érotique, n’ayant pas connu celle de 69.

  12. Paul Vialar « L’enfant parmi les hommes souvenirs », Albin Michel, 1990.
    Les Chefs. Philippe Pétain pages 255 à 257.

    Vialar raconte très bien son expérience de la Grande guerre dans un corps franc entre décembre 1917 et novembre 1918.

  13. Les commentaires de nos deux bonnets de nuit aux goniomètres bloqués sur Radio-Londres me laissent aussi froid que la lecture dans le texte du mode d’emploi d’un téléviseur coréen.
    Je préfère encore la compagnie de mes vieux démons avec qui j’ai fraternisé sur la bêtise humaine, fumier de fort belles fleurs.
    A bientôt, au prochain billet…ou en meilleure compagnie !

  14. Notre ex-ministre préférée a affirmé hier soir qu’une « pause » l’attendait: Qu’a-t-elle voulu dire ?
    Quand on travaille, on peut attendre une pause.
    Mais dans l’autre sens, une pause peut-elle attendre quelqu’un?

  15. Lu dans le Vespéral : « Le pape accusé d’avoir protégé des prêtres soupçonnés d’actes pédophiles en Argentine et en Italie. Le scandale provoqué par la révélation des viols subis par des dizaines d’enfants sourds et muets dans un institut religieux d’Argentine éclabousse jusqu’au pape François. »

    Le clergé lubrique croient naïvement que des muets savent mieux tenir leur langue.

    • Le clergé croie, sans haine-t.
      Pour le reste, inutile d’insister mais utile de ressacer le faux procès de Pie XII, rapport à la deuxième WW.
      Les ressorts de l’histoires sont souvent sous-tendus par les bourre-le-mou habituels.

  16. Toujours dans le Vespéral, à l’affût du moindre causement réformiste :

    « Réforme du travail : la CFDT se mobilisera si les syndicats sont squeezés, avertit Berger »

    Berger c’est la carotte dans le fondement du prolétariat. Du coup, lorsqu’il fait mine de brandir le bâton, tout le monde rigole et croit à un truc festif.

    PS : remarquez que Berger dit « squeezé » et non « shunté » et encore moins « court-circuité ». Le zeitgeist valorise le circuit court mais les intermédiaires parasitaires veulent à tout prix « l’organiser ».

    Question de survie.

  17. Encore dans le Vespéral, ce titre : « L’abattage supplémentaire de deux loups autorisé »

    Sur un cheptel de 577, ça ne portera pas vraiment à conséquence. La question est évidemment de décider où on va « prélever ».

  18. Le premier que je surprends à voler une affiche de la diva des podiums Najat Vallaud-Belkacem je l’envoie casser des cailloux dans le Rif pour vingt-cinq ans !
    Rappelez-vous Otto Warmier qui vola dans un hôtel une affiche de notre glorieux leader Kim Jong-un afin de s’essuyer les fesses avec !

  19. Dans les hôtels des dictatures comme la Corée du nord il y a des caméras et des micros cachés partout et notre Otto vole une affiche au vu et au su de tout le monde … pas très astucieux !

  20. Revu hier soir « Mulholland drive », impitoyable dissection de l’usine à rêves Hollywood dans un montage –par un Lynch onirique plus manipulateur que jamais– éparpillé d’images hétéroclites magnifiquement illustré par la confrontation/dédoublement de ce couple blonde/brune.
    La reconnaissance de la perfection féminine, i.e. l’intelligence emballée de façon lumineuse dans un sac organique hollywoodien en peau soyeuse idéalisé et sublimé.
    Que vous êtes laids vous autres, pauvres mâles créatures terrestres, dans votre emballage graisseux à valve évolutive, apparence qu’il vous faut transformer à tout prix afin de cacher vos bestiales pulsions sous des charmes aériens.
    Misère! Que la Sainte Simulation vous vienne en aide !

  21. Pendant que certains se gobergent en allant voir des films vaguement cochons, les affaires pédagogiques continuent.
    Mercredi 14 juin 2017, École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE), Strasbourg. Finale académique du concours national Mon mémoire de Master MEEF en 180 secondes (Master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation).

    En présence de Sophie Béjean, rectrice de l’académie de Strasbourg, chancelière des universités d’Alsace, de Philippe Clermont, directeur de l’ÉSPE, de Benoît Tock, VP Formation de l’université, des partenaires économiques mobilisés pour l’évènement.
    Si ! Voir https://histoiresduniversites.wordpress.com/2017/06/15/mon-memoire-de-master-meef/
    Parmi les trois heureux lauréats, à la mine réjouie et réjouissante, un mémoire consacré à « L’évaluation par compétences au cœur de la lutte contre le djihadisme. »
    Si again.
    Une kalach, vite ! Mon royaume pour une kalach !
    Ce système est gangrené d’un bout à l’autre. Et pendant ce temps-là Blanquer avance à pas feutrés. Pff…

    • Sic transit gloria mundi :
      « Le gagnant, choisi par le jury pour l’académie de Strasbourg, a été Mickaël Sahling. Il a fort bien montré en quoi l’appropriation d’une ressource est un enjeu pour l’enseignant. Il représentera le Grand Est pour la finale national (sic) du 28 juin. »

    • Et oui…Bien que peu attiré par la légende truquée et ronflante de la Révolution française, il me vient des envies de tribunaux expéditifs et de réactivation de la veuve.
      Mais comme nous vivons les temps modernes, une mise à pied et un chomage afférent suffiront à purger le système de ses parasites.

    • Pierre Dubois,auteur du billet cité,est un ancien professeur d’université ,retraité depuis 2008 et en plus il ose écrire:

      « Le retraité, vache à lait de Macron »

      Vite,vite une réaction rageuse de Pierre Driout.
      Toujours,dans sa marmite,à petit feu,mijotent les haines recuites.

      Belle occasion pour le pamphlétaire de « revisiter » (comme on dit) un plat dont il a le secret.

      Et qu’il s’autorise donc à nous mettre quelques « car enfin » en se rengorgeant et en ondulant de toutes son épine dorsale-comme si Dugong avait consenti à lui mettre la main aux fesses.

  22. Il y a quand même une entreprise de décervelage généralisée en Occident pour les jeunes gens !
    Charles Péguy accusait Jean Jaurès d’être un traître à la partie parce qu’il prônait le désarmement face à une Allemagne impérialiste mais comment doit-on nommer le désarmement moral de la jeunesse élevée au biberon du bisounoursisme ?

    On ne nous apprend pas à nous méfier de tout disait Brel dans la chanson « Les Amants » !

  23. Curieux qu’il n’y ait pas encore de pétitions dénonçant le caractère quasi trivial des épreuves * de sciences physiques au bac S. Genre « on se moque de nous », « donnez-nous de vrais sujets où les réponses ne sont pas dans les questions », etc.

    http://www.vousnousils.fr/2017/06/20/les-sujets-du-bac-2017-en-physique-chimie-s-st2s-604703

    La palme d’or au détartrage d’un tambour de machine à laver qui n’a rien fait à personne, activité éco-responsable à n’en pas douter, archétype de « situations » où une gangue de pseudo-réel est plongée dans toute sorte de liquides. Pour voir.

    Manque juste une question pour savoir si le tambour coulerait si on le jetait à la mer ou le nombre d’escargots qu’on pourrait y mettre à dégorger **. Amorce d’artifices d’une « épreuve » vraiment transversale avec les essevétés…

    Les auteurs de pareils forfaits seront-ils un jour jugés par un tribunal populaire ?

    * ce ne sont pas les candida(t)s qui sont dans l’épreuve mais bien la discipline elle-même.

    ** un vraie astuce utilisée par les prolétaires. Et comme il se doit sur un blog culturel, il faut savoir que, chez les peuhls Bororo, le tambour de machine à laver fait partie de l’équipement qu’on doit exhiber dans les fêtes pour montrer sa richesse.

    • « Les auteurs de pareils forfaits seront-ils un jour jugés par un tribunal populaire ?  »

      Vous posez là une question difficile:qu’est-ce qu’un coupable?
      interrogé par Lanzmann,un (le) responsable policier du ghetto de Varsovie affirme à plusieurs reprises que sa mission était de veiller à l’ordre et à la tranquillité,notamment d’empêcher les bagarres lors des distributions de nourriture.
      A aucun moment il ne comprend qu’en réalité sa fonction était d’affamer les habitants;il n’avait pas conscience de participer à un plan-lequel le dépassait.
      Je suis sûr que bien des professeurs de physique croient travailler à rendre la physique attrayante.
      Qui,finalement,dans tout ça,  » sait ce qu’il fait* » ?
      Un parfait cynique,Darcos, avait déclaré,lorsque il était ministre de Sarkozy: »mes réformes n’ont qu’un but:supprimer des postes. »

      * Saint Luc 23:34

        • En fait, ces sujets – comme ceux du Brevet, ah ah ah- sont élaborés dans le seul but de montrer qu’en fin d’études secondaires ( qui n’en manquent pas) les apprenants savent lire – à peu près- à 98,998%.
          C’est le grand succès de l’école « à la française ».

    • … »il faut savoir que, chez les peuhls Bororo, le tambour de machine à laver fait partie de l’équipement qu’on doit exhiber »…

      La boutique Perigot-Sporgersi vendait naguère des « meubles » de rangement formés de tambours de machines à laver superposés et assemblés.( c’était pas pour les prolos).
      Et aujourd’hui:
      https://www.grazia.fr/lifestyle/deco/design-cool-des-tambours-de-machines-a-laver-transformes-en-lampes-de-rues-819955/(page)/3

    • Allons, pour une fois, il y a un progrès, un vrai : l’énoncé avait deux fois moins de pages que d’habitude.
      Un pas de plus vers le Bac éco-friendly ?

      • 8 pages seulement ! Du concentré de Sens, donc.

        Et puis mettre une fine gangue de calcaire autour d’un tambour de machine à laver prend moins de place qu’une épaisse gangue de pseudo-réel intégral.

  24. Citation:
    « Et pourtant elle tourne…ma lessiveuse »

    (Dugong*, « J’hennis sans bouillir », page 12)

    *l’essoreur de naguère
    …uhuhu!

  25. Je viens d’écouter bée rou.le bougre.
    Je ne lui trouve pas une tête de victime.
    Il parle bien, le bougre, il emberlificote, il enroule, on voit bien qu’il se sait plus fort, parce qu’il est fort mentalement.
    Mais tout cela sert des choix tordus qui serpentent et c’est la qu’est sa FAILLE!
    Il vient de dire du bien de « macru », mais au même moment il tape son nez de l’index.
    Et le voilà le probleme: le discours dit une chose,
    Mais tout le reste clame le contraire, malgré lui.

    Bee rou ne peut, malgré tout, EMPECHER et retenir sa personne.
    Et ca dit :  » je vous roule, je vous « roue »
    Le bougre ! .

    • Un commentaire de Pierre Driout sur le Figaro:

      Nos très nombreux fonctionnaires devraient assumer la responsabilité de cet accident s’il s’avère que les normes sont impliquées.

  26. La fête de la musique qui tombe en plein ramadan – mais ils le font exprès ces mécréants pour exciter les excités du croissant de lune !

  27. Villani,un mathématicien qui apprend vite à jouer avec les allumettes

    Dans Théorème Vivant (pp102-103 Cédric Villani expliquait ainsi sa décision de rentrer en France et d’accepter le poste de directeur de l’institut Poincaré -alors que Princeton voudrait le garder:
    “…difficile de résister aux sirènes princetoniennes…Après tout,s’ils sont incapables de me faire une bonne proposition à Paris,je n’y peux rien!…je me suis résolu à envoyer un mail en France pour décliner la direction de l’IHP.
    Mais ce matin,quand j’ouvre ma boîte aux lettres électronique,c’est le coup de théâtre:ça y est,toutes mes conditions sont acceptées! OK pour le complément de salaire, OK pour la décharge d’enseignement,OK pour la prolongation de ma bourse…c’est un deal extraordinaire…”

    Le jeudi 18 mai 2017.dans une émission où il répond aux questions de journalistes catholiques,on découvre qu’en fait,c’est par pur patriotisme par,amour de la France qu’il est revenu,renonçant noblement aux ponts d’or que les Américains lui offraient:

    http://www.ktotv.com/video/00156792/cedric-villani
    de 18mn 37 à 20mn 20 environ

    • Ah oui ! il est comme Nicolas Sarkozy : il a découvert l’amour de la patrie sur le tard … et courir le guilledou politique après la médaille Fields !

      • Merci;j’attends vos fulminations sur le fonctionnaire retraité Pierre Dubois;à propos, parvenir à vilipender les fonctionnaires en commentant un accident de crème chantilly,c’est très fort.

        • « parvenir à vilipender les fonctionnaires en commentant un accident de crème chantilly,c’est très fort. »

          Comme tous les êtres facultatifs et nécessiteux, il hait les fonctionnaires qui l’assistent parce qu’ils assistent à sa vie.

    • Est-ce que vous êtes sûr que les conditions de l’IHP, même après décharge d’enseignement et complément de salaire, étaient à la hauteur de celles de Princeton ?

      Les facs américaines rémunèrent vraiment très bien les stars. Par exemple, Terence Tao est à 400 000 dollars annuels en Californie.

      Pour un président de fac française, on parle plutôt de 150 000 euros maximum, donc j’imagine que le tout petit IHP est à moins.

      • Devant les journalistes de la catho (KTO) il parle des salaires de professeurs d’université américain mais il passe complètement sous silence le fait qu’il ait posé ses conditions pour accepter le poste proposé en France;
        Il a décidé de revenir,dit-il parce qu’il est français,que la France c’est bien etc.
        Par ailleurs ,je me demande comment il a pu obtenir un statut dérogatoire à l’IIHP.

        Finalement sa vision de l’Université est assez simple:du fric pour les vedettes qui négocient leur contrat avec le présidees crèventn les autr

  28. J’aimerais que quelqu’un me dise : Je fais de la politique pour mon standing personnel – me trouver beau dans le miroir que me tendent mes concitoyens.

    On fait rarement de la politique par désintéressement à moins d’être fou furieux !

  29. Au sujet de Nicolas Sarkozy, un article prétend que lui et l’avocat d’affaires sulfureuses Robert Bourgi prétendent avoir bien niqué François Fillon !
    Allons ! cela ressemble si peu à Nicolas …

  30. Tout va mieux et personne n’en parle.

    En fin de l’externat (6° année de médecine) les étudiants passent les ECN (épreuves classantes nationales), le « concours de leur vie », celui qui détermine la spécialité qu’ils pourront exercer.

    La préparation est une épreuve de force terrible car tous sont surmotivés et ont été très fortement sélectionnés au départ (concours PACES à bac +1 avec un taux de succès de l’ordre de 10% dans certaines facs).
    Pour bien connaître les deux, la prépa agreg est une rigolade à côté.

    Aucun espoir de faire un top 1000 aux ECN sans un travail acharné 12 heures par jour 7/7 durant un ans.

    D’autant plus hard que les étudiants (les externes) restent à mi temps à l’hosto afin de servir de « petites mains » des CHU sans lesquelles la médecine publiques s’effondrerait (ils sont 8000 mine de rien, soit 4000 équivalent temps plein, sans compter les gardes obligatoires !).
    Le tout pour un salaire royal (car ils ont le statut salarié et donc 5 semaines de congés) de 200 €/mois.

    Or donc afin que les étudiants restent 2 mois de plus dans les services sous l’influence de MST (la bien nommée ex-ministre) la date des ECN a été décalée à fin juin.

    Pas de bol si cette année il fait plus de 40° dans de nombreux amphis ! L’égalité des chances (et des condition d’épreuve) est toute relative entre ceux qui passent le concours dans un amphi clim ou dans une région épargnée et … les autres. Et ce 8 h par jour !
    Afin d’éviter les fraudes 1 seule bouteille d’eau par personne et par épreuve, certaines fac ont même refusé les brumisateurs, toutes l’usage d’accu de glace dans les poches pour tenter de survivre.

    Et voilà t’y pas que les responsables du concours ont tellement bien géré leur truc (après avoir mis une pression morale terrible toute l’année sur les étudiants) que 2 épreuves sur 5 sont annulées et que les candidats se tapent une journée supplémentaire de calvaire aujourd’hui.
    Une troisième épreuve risque d’être aussi annulée mais rien de décidé à cette heure.

    Ils sont si cons qu’ils ont pioché les sujets dans une banque publique utilisée pour les concours blancs dans certaines facs … et que donc ils sont cramés.

    Tout ça dans le silence assourdissant des journalistes (qui ne voudrait pas se mettre à dos quelques mandarins PU-PH dont ils risquent d’avoir besoin en cas de pépin médical perso ?).

    JPB si vous pouvez quelque chose pour que ça se sache …
    S

    • Légère erreur :

      Les externes sont 8000 PAR ANNÉE.
      et donc l’externat durant 3 ou 4 ans (suivant les facs),
      le nombre d’externes dans les services est de près de 30000 soit 15000 temps plein.

      Et par la suite encore 3 à 6 ans d’internat durant lequel, dans les faits, on est médecin (regardez les badges à l’hosto le plus souvent c’est un interne qui vous prend en charge) pour un salaire entre 1200 et 2000 € BRUT par mois pour 60 h de présence par semaine mini.

      Pas cher la médecine publique …

      Seul notre beau pays ose se comporter en esclavagiste à ce point.

      http://etudiant.lefigaro.fr/orientation/trouver-sa-formation/detail/article/les-etudes-de-medecine-comment-ca-se-passe-8948/

      • Vous espérez vraiment faire pleurer Margot sur le sort des médecins (pas le cas particulier des épreuves annulées, mais leur salaire en tant qu’internes) ?

        Combien touchent-ils ensuite, dites nous.

        Et quelle position politique, par exemple que préconisent-ils pour les enseignants, qu’on se marre un peu.

        • C’est à cause de cons de votre espèce qu’on légitime le bizutage : par la suite, on sera récompensé de la torture présente donc légitimons-là.

          C’est d’ailleurs le discours des PU-PH : « En notre temps, nous avons survécu, subissez ! »

          Comparez les 6000 € par mois (dans le meilleur des cas, avec statut à la con et donc très peu de couverture salariale en cas de maladie et très peu de retraite) d’un généraliste pour 60 h par semaine (début de carrière à 30 ans) avec mes 3 000 € nets par mois pour 4 mois de vacances par an et jamais (je me l’interdis) plus de 35 ou 40 h de travail par semaine (et encore je suis dans les héros …).

          Faites le total sur une carrière et ramenez au tarif horaire, sans compter la difficulté d’accès à la profession (le CAPES est une blague) et vous serez édifié.

          En complément, je crois sentir un sous-entendu bien de saison : « Comme les profs en chie, pas de raison que ce soit pas le cas des toubibs ».
          Vous êtes paré pour Macron !

          Après, si vous souhaitez que le système médical français fonctionne aussi bien que son école j’espère que votre capital génétique est de première bourre …

        • Le bizutage c’est très bien, pas à cause du salaire par la suite mais par tradition.

          Les médecins même généralistes gagnent effectivement très bien leur vie, et n’ont pas de contraintes hiérarchiques pour les généralistes, donc en effet vous n’allez pas faire pleurer les foules avec leur salaire d’internat.

          ça ne vous plait pas ? Fifille n’est pas assez bien payée ? Eh bien allez voir dans un autre secteur si c’est mieux, et foutez-nous la paix.

          Enfin, ce sont en effet eux les gros bataillons de la droite parlementaire, donc ceux qui ont accepté et souhaité les réformes qui ont détruit l’école. C’est comme ça, et c’est une raison de moins de se laisser influencer par votre discours ridicule et stupide.

          • Je sens désormais pointer quelque amertume dans vos propos.
            Peut-être les succès universitaires de votre progéniture vous laissent perplexe ou insatisfait ?

            Moi, ça va.
            Et je sais pouvoir compter sur eux pour abonder une retraite que je sais voir se réduire.

        • Il existe cependant un certain parallélisme entre l’évolution du métier de médecin et celle du métier de professeur.

          Médecine:santé publique;nos gouvernants ne se donnent pas pour but d’améliorer l’état de santé moyen de la population.
          Que les sans-dents crèvent.

          Enseignement:niveau intellectuel moyen de la population;nos gouvernants ne se préoccupent nullement de le faire monter.

          Les professeurs,on le sait, coûtent cher,non seulement quand ils sont en activité, mais encore lorsqu’ils prennent leur retraite. et les bougres ont tendance à vivre vieux!
          Au fond ,ce ne sont que des parasites vivant sur le dos des créateurs de richesse.

          Et les médecins ? Sont-ils des créateurs de richesse ?

  31. Je ne sais pas si vous vous rendez compte que Cédric Villani a un très gros budget habillement et jusqu’à présent aucun Robert Bourgi pour le financer !
    Enfin on espère que cela va bientôt changer …

  32. Il apparaît que la politique paye très bien en France ; la plupart des hommes politiques doivent leur fortune à leur activité politique même ceux qui crient misère comme Jean-Luc Mélenchon …

  33. Vous savez que le type qui a eu une altercation sur le marché Maubert avec NKM est un maire d’un petit village normand qui appartient au même parti politique ? La droite des champs et la droite des villes apologue pour un La Fontaine.

  34. « Scènes de crime au Louvre » m’a fait penser incidemment au meurtre patrimonial du musée de (Louvre)Lens où le mois dernier j’étais allé voir –en plein milieu de semaine– l’exposition « Le mystère Le Nain » (frères-réunis mais difficiles à départager et l’expo apporte quelques solutions consistantes).
    Musée désert (comme d’hab!) pendant la première demi-heure de visite quand tout à coup j’ai vu débouler une bruyante cohorte de spécialistes et de journalistes menée entre autres par le douteux Pierre Rosenberg qui peut revendiquer parmi ses faits d’armes de nous avoir fait perdre un Poussin. J’ai changé de salle au moment où j’ai entendu notre Roro déclamer à propos d’une attribution problématique d’un tableau à tel frère, « que de toute façon il n’y comprenait rien » (sic).
    L’expo est magnifique, son commissaire a vraiment oublié d’être con et le catalogue est un modèle du genre à la manière érudite dont il démêle les fils de cette intrigue (j’ai claqué 40 brouzoufs sans sourciller) mais j’ai dû me farcir 200 bornes en train de Paris pour voir une expo monographique que le bon sens aurait du situer dans la maison mère. Qui, parmi les provinciaux à part ceux qui sont professionnellement motivés ou les amateurs éclairés (comme Brighelli ?), ira voir cette expo qui se termine dans quelques jours ?

      • - Il faut tracer, l’exposition se termine ce week-end !

        - J’ai pris le TGV Gare du Nord jusqu’à Lens pour l’aller.
        Retour par gare Lille Flandres pour m’en jeter quelques unes aux « Trois Brasseurs ».
        Ce que je déplore c’est que ce musée, qui n’a pas de collections permanentes, puisse organiser des expos de cette envergure sans que le public ne puisse suivre. Il me semble que son rôle devrait se limiter à des expositions plus « problématiques » ou plus pédagogiques pas moins intéressantes; avec la proximité des Pays-Bas, l’expo « Vermeer et la peinture de genre » y aurait eu toute sa place par exemple
        Va savoir à quelle date une rétrospective Le Nain aura lieu maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>