Voter pour, voter contre

C’est une passion française : voter contre.
J’étais gamin encore, en 1965, et nombre de gens ont voté contre Mongénéral. Passons sur ceux qui ont voté pour Lecanuet (dents blanches, sourire américain et financement de même origine) ou pour Tixier-Vignancour (pas grand monde, et pourtant les anciens de l’OAS et les nostalgiques du pétainisme étaient nombreux en France à l’époque). Mais le débat s’était focalisé sur la politique de De Gaulle — pour ou contre. Premier coup d’éclat de Mitterrand, qui parvint à mettre le grand Charles en ballottage.
En 1981, contrairement à ce qu’a tenté par la suite de faire croire le PS, on a surtout voté contre Giscard — et Mitterrand n’a été élu que par l’appoint des chiraquiens, qui préparaient l’avenir. En 1995, il a bien fallu que la droite vote contre Balladur pour élire Chirac. Sans parler de 2002, où nous avons voté contre Le Pen.
Le problème, c’est que Chirac s’est aisément persuadé que 82% des Français approuvaient sa politique.

Engueulade sérieuse hier avec un représentant du SNES. Macron, que ces imbéciles appellent à élire sous prétexte de vote anti-Marine (comme l’UNSA et le SGEN, qui furent les syndicats-godillots de Najat, et seront les syndicats-poubelles de Macron), se croira légitimement élu, lui disais-je, et appliquera la politique libérale, européenne version Schaüble et mondialiste version Goldman Sachs, qui leur pend au nez : des profs recrutés par les chefs d’établissement sur des critères obscurs, et notés par une coalition d’administratifs, de parents et d’élèves. C’est pour le coup qu’ils seront obligés de mettre de bonnes notes !

Les dernières rumeurs en provenance des états-majors font état de la nomination de Philippe Meirieu à l’Education. C’est comme si on avait nommé Landru secrétaire d’Etat aux veuves de guerre…
Ou Benoist Apparu, qui a rédigé le livre de Juppé sur l’école. Nous voilà bien !
Oui, je vais céder à la vieille passion française, et voter contre.
Ou plutôt, voter pour : pour l’Etat et pour la nation. Pour l’universalité de la langue française.
Au moins, que je ne puisse pas me reprocher, pendant les cinq ans d’une présidence Macron qui mettra la France dans le même état que la Grèce, d’y être pour quelque chose.

Comment ? Vous voteriez pour une fasciste ?
Œdipe avait l’avantage de ne pas s’appeler Laïos — du coup, ça ne se voyait pas qu’il était un héritier. S’appeler Le Pen est un fardeau — pourtant, on n’a jamais reproché à Hollande d’être le fils d’un homme d’extrême-droite, soutien de Tixier, dont je parlais plus haut. Mais notre démocratie laïque est imbibée de christianité, et les fautes des pères retombent sur la tête des enfants pendant quelques générations, comme dans la Bible. Si le FN est un parti fasciste, pourquoi les belles âmes qui appellent aujourd’hui à voter à tout prix contre lui n’ont pas sommé le gouvernement Hollande de l’interdire ? C’est une abomination, un parti fasciste.

Ce qui est sûr, en revanche, c’est que l’élection de Macron ouvrira la porte à un vrai parti d’extrême-droite. Voter Macron, c’est voter à terme pour Marion Maréchal — qui est aussi une Le Pen, et bien plus encore que sa tante. La France est coupée en deux — les prédictions de Christophe Guilluy se sont révélées justes. Continuons dans le libéralisme qui plaît tant aux bobos et aux dignitaires de gauche et de droite — tous ceux qui trouvent que la gamelle est bonne —, et avant cinq ans nous aurons l’émeute.
En vérité, amis de gauche qui vous apprêtez à voter Macron, vous finirez par regretter Marine, qui a peut-être gardé des amis d’avant, mais qui n’est pas mal conseillée…

Curieuse, l’attitude des grands leaders nationaux.
Il y a ceux qui ont sauté directement dans la gamelle — le PS en bloc, et les Républicains en ordre dispersé. Oh le joli gouvernement d’union à l’allemande qui se profile ! Hollande prenait ses ordres à Berlin, Macron y prend son modèle.
Je ne saurais trop saluer l’attitude de Mélenchon, qui ne se croit pas propriétaire des voix qui se sont portées sur lui — et qui prépare des Législatives où il n’apportera pas, au moins, l’image de la compromission. Avec un peu de chance, la candidate mélenchonienne battra Najat à Villeurbanne.
Que des candidats souverainistes — Nicolas Dupont-Aignan — se reconnaissent en une autre candidate souverainiste, ça n’étonnera personne. Mais que des candidats qui se voulaient hommes d’Etat appellent à voter pour un garçon qui sera le petit télégraphiste des banques (qui ont salué sa performance de premier tour d’une magnifique envolée boursière de 8 à 10%, selon les établissements) et de l’UOIF (c’est Valls le laïcard qui doit être content), et qui pense sincèrement que la « culture française » n’existe pas (il fait semblant de s’en dédouaner ce week-end dans une longue interview au Figaro, en affirmant que défendre la culture française, c’est remettre Baudelaire et Flaubert au pilon – il faut le lire pour le croire), là, ça me sidère un peu. Et les Républicains comptent rafler la mise en juin ? Dans quel monde vivent-ils ?
Sans compter que ce n’était pas la peine de supporter pendant cinq ans le président le plus impopulaire de la Vème République pour hériter de son clone. Hollande s’est révélé incapable des grandes choses — mais il excelle dans les petites : faire sortir Hamon du chapeau des primaires pour empêcher Mélenchon de représenter une Gauche réelle au second tour, et pousser Macron depuis le mois d’octobre, comme j’ai été ici l’un des premiers à le dire, pour en faire son Doppelgänger, ça, c’était finement joué.
Je ne crois pas que la belle unanimité des médias et des milieux d’affaires trompe encore une fois les Français. Je crois même qu’après la bulle du premier tour, qui commençait d’ailleurs à se dégonfler, le programme de Macron se révélera pour ce qu’il est : un lot de promesses vides et de belles paroles, et en sous-main le retour pour services rendus aux médias et aux financiers — et à quelques hommes politiques faisandés qui tentent de se refaire une haleine fraîche avec le petit dernier et son sourire kennedyen de télévangéliste.

Dans tous les cas, il faut voter. Si vous avez des réticences — que je peux comprendre — à voter pour MLP, votez blanc ou nul, mais que le pourcentage de voix qui se porteront réellement sur l’un ou l’autre représente quand même quelque chose, dans le paysage français. Dans tous les cas, ça se jouera surtout aux Législatives, dont va probablement ressortir une Quatrième république-bis — prétexte pour les dépeceurs de nation pour construire une majorité de bric et de broc qui leur permettra, pour quelque temps encore, de se servir la soupe.
Avant qu’on ne leur chante le « Ça ira », et qu’on ne les accroche à la lanterne.

Jean-Paul Brighelli

423 réflexions au sujet de « Voter pour, voter contre »

  1. Charbonnier et Sanseverina vont venir pour la énième dernière fois juste pour vous (nous) insulter ;-)

    Je redoute davantage Meirieu à l’EN que MLP présidente…

    • « Charbonnier et Sanseverina vont venir pour la énième dernière fois juste pour vous (nous) insulter »
      Pour te rassurer, Pan Bagnat, la Société « Oulipo de chambre » a fait un sondage sur la question :
      « A quoi ressemblerait le blog –et la France– sans Charbonnier et Sanseverina ? ». Actuellement en fin de dépouillement, une tendance nette vers le peu d’impact d’une telle absence semble, curieusement, dominer…uhuhu !

    • « Charbonnel », et non Charbonnier ! Espèce d’homonculus vaguement sapiens et franchement analphabète ! Tu ne te souviens pas de Jean Charbonnel, ministre de de Gaulle ? Cherche un peu, creuse et tu trouveras.

  2. Il y avait de tout dans la Résistance: des socialistes, des républicains, des communistes, des gaullistes; des prolétaires et des bourgeois; il y avait même des royalistes et des fascistes. Ils n’étaient d’accord sur rien, sinon sur le fait qu’il fallait d’abord sortir les verts-de-gris. Il serait bien temps ensuite, une fois la France restaurée, de se diviser sur le type de société française que l’on voulait.
    Il en est de même aujourd’hui. Le vote Marine Le Pen est un vote de salut public: nous verrons après quelle France nous voulons (et pourrons démocratiquement modifier, corriger ou défaire ce que MLP aura fait), mais il faut pour cela qu’il y ait encore une France. Et des divers candidats souverainistes, il se trouve que c’est MLP qui est restée en piste pour le deuxième tour. Je voterai pour elle exactement comme j’aurais voté pour Mélenchon, Dupont-Aignan ou Asselineau si ç’avait été eux.

  3. Ce qui me fait beaucoup rire en ce moment, c’est qu’on en appelle aux mânes du CNR et en même temps on accuse le FN d’avoir été fondé par des anciens de l’OAS…. Le président du CNR dans sa durée (succédant au fondateur Jean Moulin, au mandat éphémère) fut Georges Bidault, qui avec Soustelle et Argoud devait diriger l’OAS après l’arrestation de Salan!

  4. Extrait du futur discours de Nigo à l’occasion de la pantalonnade de passation :

    « Entre ici, Toufriquet, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui t’ont lancé dans l’ombre sans avoir parlé, comme moi – et même, ce qui est peut-être issu d’un négoce, en ayant parlé comme Bayrou. Avec tous les costards rayés de la finance, tous les vendus des officines et toutes ces paires qu’elles soient homo ou hétéroclites. Avec Lagarde et Michard, Parisot et Morizet, Berger et Pigasse, Le Maire et Le Drian, Valls et Estrosi, Roux et Combaluzier, …
    Entre même avec la populace née de l’ombre et entassée dans le sillage de la caissière – tes frères et sœurs dans l’ordre de la Nuit… »

  5. Pensée macronienne du jour:
    Aucune situation n’est plus agréable que de se repaitre du travail des autres, esclaves bourdonnant, pendant que vous, avantagé, heureux, huppé, qui vivez dans la plus exquise paresse, vous foutez de toute morale.
    Liberté, Inégalité, Foutaises !

  6. J.P. Brighelli tombe le masque. J’en suis extrêmement peiné : je me suis trompé sur son cas.
    Au choix : grotesque, affligeant, abject, ou un peu des trois.

    • On peut, me semble-t-il, décider que Macron est le plus dangereux sans pour autant mériter aucune de ces trois éructantes épithètes.

      • Je ne vois pas qui pourrait être plus dangereux que quelqu’un qui est issu de la mouvance collaborationniste mais parvient à duper de soi-disant « patriotes ». Quelqu’un qui, en plein midi, persuade son monde qu’il fait nuit.
        Macron, du moins, ne cherche pas à tromper sur la marchandise.

        • Pendant combien de siècles devra-t-on se trouver estampillé « descendant de sans-culottes et marxiste » pour garder son brevet de simple citoyen français respectable autant que tous les autres ?
          Le relativisme ça n’a servi qu’à faire accepter au forceps ses propres tares, mais pas les vraies différences d’avec ceux qui ne pensent pas « comme nous ».
          Et ils se disent encore démocrates, oui, mais façon orientale…

    • « J.P. Brighelli tombe le masque. »

      Pourriez-vous décrire le « masque » ?

      Je n’ai jamais eu l’impression qu’il s’exprimât autrement qu’à visage découvert.

      • Je n’ai jamais eu l’impression – pourtant je l’ai lu, non sans une certaine assiduité – que J.P. Brighelli avait un penchant quelconque pour les nostalgiques de Vichy et de l’OAS.
        Je me suis sans doute trompé.
        On a tort de se fier à ses impressions.

        • « les nostalgiques de Vichy et de l’OAS »: ce genre de formule vous range dans le grand catalogue des gens auxquels il n’est point besoin de répondre.

          • « En ce cas, ne me répondez pas. »
            Il fallait le faire pour que vous puissiez savoir que vous n’en valez pas la peine.

          • J’ en ai croisé deux hier des nostalgiques (et encore c’est un grand mot) de l’OAS ; 75 ans bien tassés.
            Pas franchement de quoi être effrayé ; par respect pour le grand âge je n’ai pas fait dériver la conversation autour du général de la Bollardière.

            Après tout ils ont brûlé leurs 20 ans dans les Aurès et ils sont désormais au soir (tard dans la soirée) de leurs vies.
            Ils n’ont même pas parlé des élections.

          • Ils doivent avoir davantage. Mon père a été rappelé en Algérie à 22 ans, et il en a 85 cet été.

    • Terrible d’être aussi bête ! Vous n’avez pas d’enfants ou de petits enfants ? Vous ne voyez pas autour de vous les gens s’appauvrir, de fric et de culture ? Ces trois adjectifs, ce n’est certes pas à un Brighelli qu’il faut les adresser mais à celui qui se moque de nous, encore plus, si c’est possible, que Hollande. Ceux qui voteront pour Macron sont ceux qui vivent dans le fromage et ne veulent pas en sortir ou ceux qui sont bêtes, égoïstes et qui se croient supérieurs parce qu’ils ont un petit compte-titres, baragouinent trois mots de sabir, et ont un jour aperçu à la table voisine de la leur dans un bar à vins un type quelconque qui passe à la télé ! Ah, j’oubliais les cathos qui lisent La Vie et qui, n’est-ce-pas !
      Curieusement, je ne perds pas espoir, mais…

      • J’ai des enfants mais je n’ai pas besoin de me planquer derrière l’invocation magique de leur nom pour justifier mes propres errements.
        Je n’ai pas l’intention, toutefois, de leur imposer le genre de bouleversement économique que propose le Font national.
        Je me permets d’attirer votre attention sur le point suivant : M. Macron (dont je ne suis certes pas un partisan inconditionnel) est sans l’ombre d’un doute, de tous les candidats, celui dont la culture, au sens classique du terme, est la plus solide.

          • L’affirmation n’en est que plus vraie. J’accorde à J.L. Mélenchon qu’il a sans doute un peu lu. La présence, évidemment, d’un agrégé de Lettres classiques, aurait changé les choses. Et puis, il faut bien dire que les deux derniers présidents étaient tout à fait incultes. Ils ont d’ailleurs été spécialement mauvais.

        • Il est peut-être « cultivé », mais ne paraît pas pressé de voir les enfants d’aujourd’hui et de demain accéder à autant de culture qu’il a pu en acquérir lui-même.
          Je lisais quelque part que sa grand-mère, enseignante, le faisait travailler le mercredi et le samedi, alors chiche : qu’il ouvre les écoles le mercredi et le samedi, et que nos enfants puissent profiter de soutien ces jours-là !
          Mais LUI veut mettre aux manettes de l’Education nationale un Philippe Meirieu, dont les théories et oukases pédagogistes ont quasi détruit notre école et envoyé dans le mur une foule d’élèves, depuis une bonne trentaine d’années !
          Des élèves supposés progresser sans travailler ou le moins possible, sans « devoir » lire, sans « devoir » écrire non plus, « regarder » des tableaux ou schémas heuristiques configurés comme le dicte le cerveau de l’enseignant, compléter des phrases à trous ou cocher des QCM suffit…
          Il veut aussi, écrit-il dans son « programme », faire plus de place à la recherche pour « faire évoluer les pratiques pédagogiques » – ça sent bon le toujours-plus de « sciences » de l’éducation, alors que nous avons déjà quelques millénaires d’expérience pédagogique et que les enfants ne changent pas au rythme des progrès scientifiques ! – et « développer le numérique », comme si les enfants d’aujourd’hui n’étaient pas suffisamment en présence du numérique, déjà, hors l’école.
          Je suppose que lui-même a eu la chance d’être correctement initié à la lecture… et qu’on a su lui donner le goût des livres.
          Miser aujourd’hui tout sur le numérique, c’est un peu comme considérer que, puisque nous avons inventé la voiture, nous n’avons plus besoin de recourir à nos jambes ! On a bien essayé de faire évoluer les gens vers toujours moins de marche et toujours plus de voiture et d’ascenseur, et puis… on a inventé ensuite les salles de gym… et l’obésité quand la salle de gym est trop coûteuse ou pour ceux qui n’ont pas appris, notamment par l’école, à se contraindre et à se discipliner.

          En outre : combien coûte un livre, combien coûte un ordinateur ? Rendre les enfants dépendants à ce point du numérique, c’est, aussi et encore une fois accentuer la fracture sociale, car le coût n’est pas le même. Certains enfants auront leur propre ordi et leur tablette pour lire sur écran, et d’autres… ne liront simplement rien, n’étant pas suffisamment équipés par des parents qui ne peuvent multiplier chez eux les équipements informatiques.
          Un crayon, un livre, du papier pour écrire, ça ne coûte pas grand-chose, mais s’équiper en numérique et tenir son équipement à jour, ça coûte une fortune !
          Quand un gosse lisait un livre de poche en attendant le bus, il avait… 5 euros en main, qui ne tombait jamais en panne.
          Quand il attend son bus en scrutant son SmartPhone, il a… 500 euros en main, qui, demain, seront à remplacer…

          Ou comment rendre, là encore, l’enfant toujours moins libre et autonome, et toujours plus dépendant de l’école, hors laquelle bon nombre ne pourront plus avoir la moindre activité intellectuelle, faute d’y être entraîné.

          Plus l’immense manque que le numérique induit, en termes, tout simplement, d’activité neuronale, que l’ordi fait à la place de l’élève, qui, du coup, dépend de l’ordi, ne sachant plus solliciter son cerveau pour ces opérations « bêtes », mais qui maintenaient son cerveau en activité permanente.
          Faire rechercher aujourd’hui un mot dans un bête dictionnaire de poche qui coûte 3 francs 6 sous et que tout le monde peut se permettre, c’est comme demander à un gosse du CM 2 de vous résumer un bouquin de Kant… Ça leur demande un effort surhumain ! Réfléchir à une forme conjuguée, ou faire une multiplication toute simple de tête : pareil ! Plus besoin de faire travailler son cerveau, y a qu’à parler à Google, même plus la peine de saisir sa demande… et l’ordi répond en mode vocal, même plus besoin de savoir lire !

          Est-ce comme cela qu’on prétend leur faire accroître leurs connexions neuronales et les aider à acquérir un cerveau capable de chercher, de comprendre, d’apprendre, de mémoriser, de créer, d’imaginer, d’inventer ?

          • Ceux que vous nommez les pédagogistes ont étés bassinés avec les travaux de Piaget (voir une des filières psychologie de l’enfant, il y a de ce là quelques années) qui n’était pas faits pour servir de façon de faire ; il s’agissait de données de l’observation, voir d’expérimentations qui auraient pu avoir vocation à faire réfléchir.

            Pour le numérique ; quand on pense que des types comme Tim berners-lee (et consorts) on inventé le web, pour échanger des connaissances, des données (qui ne sont pas vraiment des connaissances), en gros à la louche) …
            On frémit, en pensant à La pauvresse Najat (qui n’est qu’un avatar de ce qui a précédé et suivra)

            Je me doutais que les histoires de Piaget et les autres n’auraient jamais dues être mises entre toutes les mains.
            Dans la filière sciences de l’éducation (Kesako , d’abord ?) ; j’imagine très bien le carnage.

            Visiblement certains d’entre vous en ont fait les frais.
            Moi aussi (pas des théories de Piaget mises entre de mauvaises mains) ; des mauvaises mains.
            (vu que l’on est plus à l’école ; ça va bien se passer)

          • n’étaient
            Ce relire après, c’est bête parce que cela ne suffit pas.Lorsque l’on dispose de quelques heures ou jours, pour éditer (retoucher ou effacer ou …) le texte, c’est différent.
            In fine il reste peu d’erreurs.
            (saufs celles où nous sommes incurables)

          • C’est le mot qui convient, hélas : un « carnage », pour une foule d’élèves à qui l’école primaire d’aujourd’hui met les neurones sens dessus dessous.

    • Il me paraît évident que M. Brighelli allait voter Le Pen. Voter Macron c’est approuver la politique d’éducation de Vallaud Belkacem. S’abstenir volontairement est anti démocratique. Voter blanc n’a aucun sens, puisqu’un président sera élu à la fin.

      • S’abstenir est un droit. Ce serait à mon sens une erreur, dans la situation actuelle. Mais c’est un droit.
        J’ai lu de près le programme de Macron : je ne vois pas en quoi voter pour lui serait « approuver la politique d’éducation de Vallaud-Belkacem ».

        • Eh bien, analysez ce qu’en dit le Café pédagogique — qui a choisi et qui a sa petite idée derrière la tête.
          http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017/04/28042017Article636289619490038685.aspx
          Et comparez avec ce que dit Meirieu de l’autonomie des établissements :
          https://www.lesechos.fr/03/01/2017/lesechos.fr/0211652133416_autonomie-des-etablissements-scolaires—–il-s-agit-de-faire-travailler-des-equipes–.htm

          • J’adore lire Meirieu : « Le programme, c’est ce que les élèves ont appris à la fin de l’année. »
            Pas bête !

            Sur la page du Café pédagogique, par ailleurs, on lit bien que Macron est pour la continuité…

            Et, ailleurs, on lit aussi qu’il n’a pas l’intention de toucher ni aux programmes ni aux pratiques pédagogiques… La méthode « globale » ou « mixte » d’apprentissage de la lecture a donc encore de beaux jours devant elle ! De même : les QCM qui « évitent » aux élèves d’avoir à rédiger, les « schémas heuristiques », listes, tableaux récapitulatifs, etc., qui leur évitent d’avoir un lire le texte d’une leçon correctement rédigée, etc.

          • L’autonomie n’est pas une nouveauté. Elle n’a pas attendu Meirieu, ni Macron. Elle est omniprésente, par exemple, dans les mémoires d’A. Savary (une lecture à la fois désolante et instructive), ainsi que dans le programme de l’ex-F. Fillon. Elle aura d’abord été, cela va sans dire, une obsession de la soi-disant pensée soixante-huitarde, un des nombreux héritages que cette génération nous aura laissés, pour notre plus grand malheur. Je constate, depuis des années, que ce seul mot fait naître une petite larme dans l’œil gauche de tous les enseignants d’un certain âge, en particulier quand ils ont milité dans l’une ou l’autre des sectes trotskistes, maoistes, bordiguistes, etc., qui auront pollué les années 60 et 70. Ce qui, en soi, est plutôt marrant quand on songe à la conception de l’autonomie que pouvaient avoir Trotsky, Mao ou Bordiga.

            Macron est libéral : il ne cherche pas à tromper sur la marchandise (au contraire de M. Le Pen, qui, héritière de la collaboration, se dit à présent nationale… son père, d’ailleurs, n’avait pas hésité à piocher l’appellation de son groupuscule dans l’histoire du communisme). Qu’il soit pour l’autonomie est tout à fait cohérent avec sa vision du monde. Je n’ai, en ce qui me concerne, aucun goût pour le libéralisme. Pour autant, si on me demande de choisir entre le libéralisme et la nostalgie de la collaboration, de la milice, de l’OAS, etc., je choisis le libéralisme, tout comme, dans d’autres circonstances, j’aurais sans doute choisi les pieds de la croix, plutôt que la bouche du pistolet.

            Enseignant, fonctionnaire de l’état, je n’ai, en outre, pas très envie de voir mon poste s’envoler vers un établissement catholique hors contrat.

            Je ne suis pas très heureux de travailler, en Terminale L, sur André Gide, qui n’est vraiment pas ma tassé de thé, pas plus que ne l’était Eluard (Flaubert, c’est autre chose). Mais j’aime autant travailler sur Gide que sur Céline, Gobineau ou Drieu.

            Quoi qu’il en soit, la question qui se pose n’est pas : le programme de Macron est-il conforme à mes vœux ? Il ne l’est pas. La seule question qui vaille est : quel est le pire des deux programmes ?

            Le summum de la faux-culterie ? Je vote Le Pen parce que je sais qu’elle ne sera pas élue.

            On pourra dire ou faire tout ce qu’on veut, un gauchiste restera éternellement un gauchiste.

            PS : j’attends toujours une preuve de l’intention de Macron de nommer Meirieu au Ministère de l’Education nationale.

          • @Julien Esquié : « Macron est libéral : il ne cherche pas à tromper sur la marchandise » ?
            Oui, vous avez raison… côté finance, économie et droit du travail.
            Je le crois persuadé que libérer l’économie et l’emploi suffira à redresser la France et à réapprendre aux élèves la langue et la culture française, et à leur réapprendre à réfléchir et à se concentrer, ce dont ils auront besoin néanmoins pour être embauchés.

            Pour le reste, oh que si ! Il trompe bien sur la marchandise, parce qu’il ne dit quasi rien de ce qu’il fera, en particulier sur le plan sociétal, dont l’école, mais quand il en dit quelque chose, c’est assez proche d’aujourd’hui.
            Je parie, en fait, que ce n’est pas trop sa tasse de thé, ce qui serait assez normal pour quelqu’un qui n’a pas dû beaucoup jouer le parent d’élève s’arrachant les cheveux pour tenter de comprendre ce qu’on demande à son enfant, et qu’il laissera cela à d’autres – probablement au PS, pour faire plaisir au PS, vu que ses réformes côté travail et économie ne vont pas plaire à la Rue de Solferino.
            J’imagine donc volontiers, au risque de me tromper, que, s’il ne dit rien sur le plan sociétal ou le moins possible, c’est que, en réalité, il n’a rien à dire.
            MAIS qu’il trompe sur la marchandise ici, en ne disant pas trop ouvertement tout de même qu’il n’a pas l’intention de rompre avec ce qui se fait actuellement à l’école… Il ne dit que des généralités du style « Tous les élèves doivent apprendre à lire, écrire et compter »… Ouf ! clament les journalistes et les électeurs, il prend la mesure du problème scolaire !
            Pourtant, dans le peu qu’il dise ou plutôt écrive sans le dire à la télé, on lit bien qu’il veut faire intervenir encore plus qu’aujourd’hui les « sciences de l’éducation » et le numérique !
            Et, ce qui, moi, me scandalise : il n’a pas l’intention de toucher aux programmes ni aux pratiques pédagogiques, mais, constatant que de nombreux élèves « n’arrivent pas à apprendre » avec ces programmes et pratiques, que compte-t-il faire ? Changer les programmes et les pratiques délétères ? Ben non : il compte changer les élèves, en les faisant encore mieux « suivre » pour qu’ils soient améliorés, en gros.
            Et ça, je trouve ça abject. Ça va faire encore des bataillons d’élèves à qui on va faire croire que, s’ils ne parviennent pas à apprendre à lire avec la méthode idéo-visuelle qui leur impose d’avoir une mémoire visuelle au top du top, y compris s’ils sont plutôt des auditifs, s’ils ne parviennent pas à « déduire » eux-mêmes les contenus à retenir de ce que le prof dit en classe (« choper », me disait mon fils, terme révélateur ! ), eh bien… c’est qu’ils sont inadaptés, on va donc les adapter… !

            Moi, c’est LA raison principale qui me fait refuser de voter pour lui, car je suis convaincue que rien ne changera à l’école, ou très, très peu. Ce seront les mêmes qu’actuellement qui prendront en charge le domaine scolaire !

      • C’est étrange, je n’ai vu nulle part dire que voter blanc, nul ou s’abstenir était faire le jeu de Macron.
        Pourtant, entre lui et Le Pen, il n’y a pas un des deux qui soit plus candidat que l’autre.

        • Je pense qu’inconsciemment, le parallèle se fait avec 2002. Il y avait eu une forte abstention au premier tour (30%), mais bien plus faible au second (20%). Ce qui assurait la légitimité, si l’on peut dire, de Chirac élu avec 80% des suffrages exprimés.
          Si dimanche prochain Macron est élu avec 55 ou 60% des suffrages exprimés, mais qu’en cumulant abstention et vote blanc on arrive par exemple à 30%, il n’aura pas été élu par la moitié des Français. Et de loin.
          Et de l’autre côté, tout ce que l’on retiendra, c’est que MLP aura fait plus de 40% — ce qui est d’ores et déjà considéré comme un exploit (je doute qu’elle y parvienne) et un échec de Macron, dont 1. la légitimité sera réduite et qui 2. présentera ses candidats aux législatives sans l’oreiller de votes qui lui aurait assuré une majorité.

          • ET, chose qu’on ne dit pas assez, je trouve : lire un auteur qui écrit bien, c’est souvent bien plus facile pour un lecteur pas trop « à l’aise » que de lire un article de journal mal torché, mal ponctué, à la syntaxe négligée et au vocabulaire peu précis, comme on en trouve souvent dans certains manuels d’aujourd’hui.

  7. Sur l’élite, seule intelligente, et son droit inné à diriger, voici une citation qui plairait aux Minc, Attali et autres maîtres du petit Macron:
    « La populace [...] est en tout pays occupée du travail des mains; l’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre qui fait travailler le grand, est nourri par lui, et le gouverne. »
    Bref, le « cercle de la raison ».
    C’est (hélas!) de Voltaire, dans « L’Essai sur les moeurs et l’esprit des nations » (1756)

  8. En 2004, déjà, dans La Fabrique du Crétin, Jean-Paul Brighelli décrivait les ravages des réformes présentes et futures inspirées par les pédagogistes ( qui ne sont que les idiots utiles du néolibéralisme). Il montrait comment le collège dominé par ces tristes demi-pointures mentales mais super-pointures idéologiques bloquait l’ascenseur social et figeait dans leur malheur de classe les enfants des « quartiers ».
    Meirieu ou NVB au ministère de l’éducation? C’est l’OCDE et Terra Nova qui exultent…

  9. Quelques remarques :
    - je considère comme une insulte à la mémoire des gens qui ont lutté contre le nazisme et/ou qui en sont morts, l’assimilation perpétuelle du FN de Marine Le Pen au nazisme. C’est à peu près considérer qu’un tigre en papier est aussi dangereux qu’un crocodile hystérique affamé. Se créer des monstres pour se faire peur est un comportement enfantin.
    - Je n’entends rien à l’économie, mais les « spécialistes » qui se lamentent par avance sur ce qui nous menace, me font penser à ce mot de Rivarol, en réponse à quelqu’un qui gémissait que c’était l’esprit qui avait perdu le pays : « Mais Monsieur, en ce cas, pourquoi ne nous avez-vous pas sauvés? » Parce que quand on voit les résultats auxquels sont parvenus les savants en la matière, on finit par se demander si des ignorants auraient vraiment fait pire.
    - Si les banques, les émirs et d’une façon générale, les milliardaires en tout genre, perdent de l’argent, je crois que j’arriverai à m’en consoler. Cela risque d’entraîner une crise économique? Il y a bien 20 ans que j’entends qu’on est en crise de ce point de vue, alors au point où on est…
    - Je rappelle que vu l’état de l’armée et de la police en France, il serait très étonnant que la candidate du FN ait l’intention de réaliser un 2ème anschluss. Avec qui, d’ailleurs?

    Ceci dit, j’ai la chance de ne pas pouvoir voter en raison d’un cafouillage administratif mairie/consulat. Louée soit ma divinité personnelle pour cela, mais sinon, j’aurais voté blanc.

    • D’accord avec tous vos arguments mais j’ai du mal à comprendre comment vous passez de votre raisonnement à votre conclusion (vote).

      • La conclusion vote vient de ma saga personnelle : je ne veux pas troubler les mânes de mes ancêtres en votant à droite, d’ailleurs, voter Macron c’est aussi voter à droite, n’en déplaise à ses thuriféraires qui sont presque tous nés après la disparition de la vraie gauche. Ceux pour qui ça n’est pas le cas, sont gâteux, donc ça revient sensiblement au même.
        Je voulais dire que si on examine la situation sans filtre idéologique, il n’est pas aberrant de voter Marine Le Pen, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elle réussira à nous sortir du merdier où nous nous enfonçons avec enthousiasme depuis une cinquantaine d’années.
        Que reproche-t-on avant tout au FN de base? son anti-sémitisme délirant, mais à y regarder de plus près, la pseudo gauche en est à peu près au même point, la seule différence c’est qu’elle le baptise anti-sionisme pour se dédouaner et ne pas froisser d’éventuels clients sémites eux aussi, même si ça ne leur plaît pas beaucoup qu’on le dise.
        Soit dit en passant, le problème ne semble pas franco-français, les échos que j’ai de l’étranger rendent le même son.
        En somme : FN ne peut, Macron ne veut. Il ne resterait plus beaucoup de solutions.
        De toutes façons la différence réside surtout dans le moment où le pays s’embrasera.

    • Aujourd’hui le programme le plus fasciste est celui de Macron:intégrer les syndicats à l’appareil d’Etat,c’est ce que Mussolini voulut faire avec son « corporativismo ».

      Et c’est ce que Macron se propose de faire,très vite.

        • Exact ! Mais ne faites pas attention, il se mélange les pinceaux, tantôt Macron c’est l’uberisation, tantôt c’est le corporativismo ( cela fait une bonne dizaine de fois qu’il nous ressert le peu de mots italiens qu’il connaisse et celui-là en particulier.
          A cet âge-là, ils ont tendance à se fixer sur deux ou trois choses, et ils n’en démordent plus.

          • Oui vous avez raison de rappeler que Toufriquet c’est aussi l’Uberisation, le retour du travail à la tâche.

        • Pardon,mais il me semble que vous confondez droit et faits.
          Macron veut abolir la possibilité même pour des syndicats de se constituer librement,indépendamment de l’ Etat,pour défendre les intérêts particuliers des travailleurs.

          Son projet de créer une organisataion tripartite Etat-patronat-syndicat est purement et simplement mussolinien.

          Il y a quelque temps,JC Mailly (de FO,qui a tout de même quelques adhérents…) avait rappelé à Macron ce qu’était le corporatisme-car Toufriquet lui avait dit:ce qui bride l’économie française,c’est le poids des corporatismes.
          Un ancien khâgneux (qui de plus a redoublé) devrait se souvenir de son cours d’histoire.
          Il est vrai que beaucoup de gens utilisent improprement le mot corporatisme (de l’italien « corporativismo »).
          Heureusement nous avons des syndicalistes plus instruits et moins tricheurs que Macron.

      • Je lui trouve, moi aussi, quelques analogies…
        En particulier, ce côté « Je suis le chef de tout, suivez-moi ! » et la séduction que cela exerce visiblement sur des foules – et pas que des illettrés – qui n’ont pas même exigé de pouvoir lire un « programme » !
        Moi, ça me fait peur, et je m’interroge sur l’empreinte qu’a pu laisser l’école et ses pratiques, que je juge souvent comparables à ce que font les sectes.
        Le « citoyen de demain », hélas, a été formé, pour celui que nous voyons émerger aujourd’hui, par de grands manipulateurs de cerveaux.
        Quand on voit l’attrait qu’exerce sur certains Daech, et maintenant l’attrait d’un Macron qui s’adresse à la foule tel un télévangéliste, quand on entend, aussi, les « Je vous aime !  » (Macron) ou « Nous sommes tous frères et soeurs, et nous voulons nous aimer ! » (Mélenchon), j’avoue que je ne suis pas tranquille sur les évolutions à venir.
        Plutôt que des « citoyens » éclairés, j’ai un peu l’impression que l’école actuelle nous fabrique du gibier de sectes !

  10. JP, ton article est toujours une bouffée d’oxygène dans cet amas d’immondices politiques … J’adhère totalement à ton propos et je n’en pense effectivement pas moins sur Macron.

    D’ailleurs, pour avoir un duel Macron-Le Pen, je me dis que l’Educ’Nat a bien réussi son pari pour le coup, puisque désormais la fabrique du crétin est parvenue à nous pondre un duel cauchemardesque, le pire qui soit….. A se demander parfois si les Français n’ont franchement un peu trop souvent la mémoire courte !!! 23% au premier tour, ce n’est certes pas énorme car cela veut dire aussi que 77 % des électeurs n’ont pas choisi Macron, mais tout de même cela lui suffit pour être en tête et ça ça me débecte totalement et me rend malade au point d’en vomir…. Quand je pense que des avocats ou des médecins que je connais ont voté Macron alors qu’ils seront prochainement ubérisés, pour moi c’est carrément dingue et c’est franchement à n’y rien comprendre !!!!

    Cela étant, je ne vais pas voter Marine Le Pen et je vais justement te dire pourquoi. Je ne prétends pas bien entendu détenir la vérité, chacun agit selon ses convictions propres. Comme le disait déjà Hannah Harendt, politiquement la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils choisissent le mal. Pour autant, je n’irai pas jusqu’à dire que le FN soit un parti fasciste car cela est une supercherie sans nom : les mots ont en effet un sens. Les plus fascistes sont les grands possédants, qui viscéralement anti-communistes, anti-syndicats et anti-social, cherchent à s’accaparer par tous moyens le pouvoir, y compris via le modèle institutionnel et démocratique des peuples quitte à le dévoyer de sa fonction première. En somme, les plus fascistes sont avant tout ceux qui sont aux manettes depuis 40 ans et qui nous ont mené depuis toutes ces décennies dans le mur et donc droite et gauche confondues. Pour nous la situation est catastrophique, mais si l’on prend le problème à l’envers, on s’aperçoit que les valets Hollande et Sarkozy tous comme leurs affidés qui travaillent notamment pour les 1% qui leur permettent de passer à la tv et d’accéder au pouvoir en les faisant élire, passent pour des personnages particulièrement compétents !!!

    Marine Le Pen n’a jamais été au pouvoir et n’y parviendra jamais. Elle est en ce sens un parti leurre qui permet seulement au challenger du 1er tour de gagner l’élection et surtout elle verrouille le système et le sert en faisant semblant par ailleurs de le combattre. On nous a resservi le couplet du barrage républicain, on a encore droit aux manifs pour voter contre la bête immonde et surtout le dérapage contrôlé mais carrément ignoble (si tu observes très attentivement il arrive tous les 3 mois voire 6 généralement) de la Smala Le Pen pour faire en sorte que d’une la sortie de l’euro et tous les thèmes souverains soient salis et récupérés par le FN et surtout pour faire en sorte que le finaliste Macron dans le cas présent soit élu. Ne nous leurrons pas Macron sera élu, aucune illusions à se faire là-dessus. Marine ou plutôt son parti tout comme celui de Mélenchon sont des partis dit « extrêmes », ils ne parviendrons jamais donc à rassembler une majorité de Français, jamais qu’on se le dise. Et surtout ce n’est pas un hasard s’ils sont nommés chacun d’eux « Front » parce que ce sont en effet deux fronts qui s’affrontent en permanence. En somme, ils sont là pour neutraliser la colère de 40 % de Français et les cliver au maximum sur des sujets sociétaux et surtout pour les diviser au maximum dans la lutte contre un fascisme qui n’existe pas mais qui parvient en ce sens à éluder ou du reste à faire oublier à ces électeurs et aux Français en règle générale les VRAIES causes du désastre. Et pendant ce temps, le sketch électoral continuera. Diviser pour mieux régner, ce proverbe prend dans ce cas de figure tout son sens !

    Perso j’ai voté Asselineau en connaissance de cause car sa maîtrise des dossiers et ses nombreuses conférences m’ont permis de mieux comprendre la supercherie dont nous sommes victimes. Je compte me battre aux législatives puisque je serai candidate dans la 4e circonscription de Côte d’Or sous la bannière de l’UPR. En attendant abstention pour moi.

    • Sandra WAGNER : texte tout en longueur qui se résume lorsqu’on le termine à des circonvolutions de votre part. Il y a même une contradiction, celle consistant à prétendre que les partis de MLP et Mélenchon seraient au mieux des faire-valoir, leur déniant le possible d’une victoire, tout en soutenant un Asselineau qui lui a fait autant de voix que ma concierge. Hormis les 500 signature, Asselineau a prit, il faut bien le dire, une sacré déculotté.
      In fine vous ne votez pas FN, c’est votre droit le plus absolu, mais vous n’arrivez pas non pus à décrire le pourquoi.
      Je rejoins JP Brighelli qui, s’il ne donne pas blanc-seing au FN, a le courage d’exprimer ce que la majorité des français constatent, à savoir que ce parti n’a rien d’abominable, sauf pour ceux qui aiment se créer des monstres et surtout ceux trouvant intérêts à le faire.
      Dans un monde imparfait et qui ne saurait l’être, il y a le moment des décisions, la mienne est similaire à celle de l’hôte de ces lieux, vote FN, la farce progressiste a assez duré et nous amène vers l’abîme.

      Vous citez harendt, remettez donc la phrase dans le contexte de son ouvrage. A moi de vous citer Hemingway :  » c’est aux carrefours les plus importants de la vie qu’il n’y a jamais de panneaux indicateurs ».
      Et il semble fort que celui qui se pointe, soit un des plus importants qui se soit présenté depuis longtemps…

      Merci à JP Brighelli pour cette position courageuse, il me rejoint (sans le savoir, pauvre anonyme que je suis) mais également une certaine Marie-France Garaud dont aucune rédaction, aucun journaliste, n’a commit l’imprudence de la critiquer, sachant pertinemment que la réponse serait cinglante et qu’elle serait un camouflet à Macron, le paquet de lessive comme le nomme Onfray, et qu’elle serait capable à elle seule d’en démontrer la vacuité. Plus tard, il sera toujours temps de la traiter de vieille folle, c’est bien connu, les cons ça ose tout, et il y a une majorité de cette espèce dans les médias.

      PS (sans du Cambadelis dedans hein !): JP Brighelli, si vous avez programmé une séance de signatures de vos ouvrages ou du dernier à paraître, ne manquez pas de la faire savoir. Merci.

      • Pour ceux qui me prêtent des circonvolutions parce que je ne vote pas ou ne réagit dans le même sens qu’eux, je leur dis que je suis avant tout mes convictions, que cela vous plaise ou non. Je n’ai pas voulu de Macron et encore moins de Marine, et je continuerai en ce sens. Chacun sa tasse de thé.

        Oui Monsieur Asselineau a récolté 0,9% des voix. Mais franchement entre nous, vous connaissez beaucoup de Français qui parlent du Frexit et qui sont prêts à sortir de l’UE bien qu’ils s’appauvrissent et perdent leur pouvoir d’achat tout comme bien d’autres choses ?? Par ailleurs, je le dis désormais haut et fort : il faut bien reconnaître que le peuple français est un grand peuple mais qu’il est aussi très irritant sous certains aspects, pour ne pas dire même casse-bonbons surtout quand il devient le champion de la critique tous azimuts mais qu’il ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement, notamment sur l’Union Européenne. Cela étant, j’ajouterai un bémol : quand on a enseigné aux petits Français que l’UE c’est la paix et la prospérité depuis le berceau c’est un peu difficile de se défaire du lavage de cerveau dont ils ont été hélas les victimes.

        Cela étant je ne désespère pas et si vous même vous vous illusionnez sur Marine, c’est votre affaire. Elle est une chimère et restera l’éternel épouvantail du système, quand bien même elle récoltera au second tour un score bien plus important que son père. Je fais d’ailleurs le pari que ce que je vous dis est bien vrai et réel. Nous verrons bien au second tour. Elle ne sera jamais élue, pourquoi le père dans ce cas vient-il à nouveau de faire un dérapage immonde pour se tirer une balle dans le pied, pas plus tard qu’hier ou aujourd’hui sur Xavier Jugelé ?

        Asselineau a peut être récolté 0,91 % des voix, mais il a été black-listé pendant 10 ans et donc était inconnu du grand public. Et je vous rappelle que la loi Urvoas a favorisé les gros bonnets. D’ailleurs Macron a récolté 50 couvertures de magazines, 70 heures de passages TV et j’en passe à tel point que l’on pouvait se demander si les médias n’étaient pas atteints de macronite… De plus le temps d’égalité de temps de parole s’est réduit en peau de chagrin avec le principe d’équité (qui n’en est pas un d’ailleurs en définitive) et sur les 15 jours restants, il n’a pas pu quand même faire des miracles bien évidemment. Quand on est inconnu du grand public durant tant d’années, c’est difficile d’inverser la tendance en l’espace de 15 jours. Et pour couronner le tout, il est reconnu désormais selon une étude américaine que la corrélation entre le temps de parole et de passage dans les médias et le nombre de votes est très claire. Ajoutez à cela un discours iconoclaste que les Français n’ont jamais entendu et ce d’autant plus qu’Asselineau a été le seul à comprendre qu’il fallait adopter un discours de présidentiable conformément aux articles 4 et 5 de la Constitution, et non un catalogue de mesures gouvernementales, évidemment il ne pouvait pas faire le poids.

        Pour votre gouverne et je pense tout de même que vous le savez : Mélenchon et Marine font de la politique depuis 40 années, sans parler de Fillon et de bien d’autres qui sont passés je ne sais combien d’heures et de fois sur les plateaux télé et sont évidemment connus du grand public depuis belle lurette.

        Donc comparez ce qui est comparable et ensuite on en reparlera. Et regardez les voix obtenues par le PS et la droite de Fillon et dites moi si ces partis n’ont pas connu pire désastre qu’en cette campagne présidentielle. De surcroît malgré le buzz de Poutou, il n’a pas récolté plus de voix et vu surtout l’affichage médiatique véritablement obscène dont Macron a bénéficié depuis au moins 1 an et demi, se prendre 23 % ce n’est pas si énorme que cela non plus. On aurait pu croire aussi que NDA aurait plus obtenir un score bien meilleur et finalement pas tant que cela, c’est à peine 4 fois plus qu’Asselineau, donc cherchez l’erreur…

        • Du calme Mme WAGNER. Vous répondez à coté de la plaque.
          Il ne me semble pas avoir décelé chez JP Brighelli, et je peux le certifié pour ce qui me concerne, le moindre engouement pour MLP.
          Je relevai votre incohérence qui consiste à dire que les partis de Mélenchon ou MLP sont des faire valoir tout en venant porter les pancartes d’Asselineau et ses 0.9%. Lequel n’est pas du coup au second tour, sinon, je vous promet que je me serais prononcé en sa faveur ! Voire même face à Macron j’aurais voté pour ma concierge, charmante dame, il faudra que je vous la présente.
          Il y a du blanc, du noir et aussi du gris, et plein de couleurs aussi, des nuances quoi…

          • En somme c’est le vote utile que vous avez fait fonctionner et qui est un véritable poison pour la démocratie. Si vous pensez franchement que je vais céder à cette arnaque, vous vous trompez lourdement sur mon compte.

            Et par ailleurs je ne suis pas à côté de la plaque. Je vous fais le pari que MLP ne sera pas élue, encore une fois, alors que son parti s’est déjà présenté à 7 élections présidentielles et 40 élections en tout et pour tout. Si vous souhaitez vous bercer d’illusions, libre à vous. Macron sera élu ne vous en déplaise.

          • je relève autre chose : je n’ai jamais dit qu’il fallait voter Asselineau au second tour, d’accord je ne suis pas aveugle que je sache !!! Et dire qu’Asselineau est un leurre parce qu’il fait 0,9 % au lieu des 21 de Le Pen est être vraiment encore plus à côté des clous que je ne le pensais.

            Sinon, j’ajouterai autre chose. Ceux qui à gauche incitent à voter pour le ‘moindre mal’ ne semblent pas comprendre que dans les conditions dans lesquelles nous nous trouvons le ‘moins pire’ est la cause du ‘pire’. Le Pen et ses partisans sont des symptômes funestes, mais la maladie politique de l’Europe est Macron. Donc choisir l’un pour combattre l’autre est un contre-sens.

            Bon dimanche !

          • le ‘moins pire’ est la cause du ‘pire’ : j’aime beaucoup.
            On peut très bien voter MLP simplement pour signifier ce que vous écrivez — tout en sachant qu’elle ne sera pas élue. Pour signifier au gagnant qu’il gouvernera sans marge. Et inciter les gens à se disperser sur l’échiquier aux législatives, afin de ne pas conforter un homme qui est, effectivement, la cause et le symptôme du pire.

          • JPB, je combattrai désormais Macron et de toutes mes forces lors des législatives de 2017 puisque je suis candidate sous la bannière de l’UPR.

            Et je prévois justement de m’abstenir pour ne lui donner à juste titre aucune marge de manoeuvre. L’abstention permet justement de ne pas lui octroyer de légitimité.

            Ce qui est le contraire du vote blanc qui donne à chacun des challengers une légitimité. Ce qui est en soi parfaitement injuste au passage puisque l’on se déplace pour effectuer son devoir de citoyen mais que l’on refuse l’offre proposée….

            C’est vrai qu’en soi votre raisonnement se tient. Mais j’estime que je n’ai pas à choisir entre la peste et le choléra ou entre deux remèdes qui de toutes façons achèveront inéluctablement le malade France.

      • Les diables sur la muraille !
        Demandons, à tous les contempteurs de la Marine, combien de morts la France a dû pleurer du seul fait de Marine Le Pen.
        S’ils ont déjà compati,ceux-là, aux 100 millions de morts dus au communisme. S’ils ont, du temps de Pol-Pot et de Mao, de Castro et Ceausescu, pleuré sur les victimes, innocentes aussi celles-là, précipitées dans le néant par une idéologie qui aujourd’hui encore ses propagateurs, ses prêtres et ses fidèles…
        Alors, Marine, dites-moi, combien de morts ?
        Combien d’attentas à la bombe, à la kalachnikov; combien policiers tués, de tonnes de drogue vendues, de vitrines pillées ? Merci !
        Je ne voterai pas Marine; mais je ne supporte pas le discrédit lâche et facile qui consiste, par le biais d’une commémoration après tant et tant d’autres, à vilipender son parti seul contre tous, parce qu’un gamin, grand gagnant en Bourse, veut être président.

    • Erreur d’appréciation. Le parti de Marine Le Pen n’est PLUS d’extrême droite mais d’extrême urgence. En ce qui concerne l’économie, on ne peut pas dire que la réussite est là depuis quinze ans ! Et quand je vois que l’UOIF appelle à voter pour Macron, je me demande ce qui vous fait hésiter. Lisez ou relisez  » Chronique des derniers païens » de Pierre Chuvin, aux Belles Lettres. Vous avez le temps avant le 7 Mai !

    • « Marine Le Pen n’a jamais été au pouvoir et n’y parviendra jamais »

      Puisque vous semblez lire dans les boules, chère Sandra, pourrais-je vous confier les miennes ?

      Marine Le Pen ne sera pas élue si les gens ne votent pas pour elle, alors qu’ils acquiescent à une part de son programme et qu’ils sont logiquement révulsés par le programme de destruction civilisationnelle du gadget promu par l’oligarchie, simplement parce qu’ils n’ont pas les c….s (on y revient toujours) de le faire, s’imaginant tous les prétextes moraux les plus creux.

      Le passage que vous nous servez, concernant des « dérapages » qui sont de pures productions médiatiques, du pur bruit vide de sens, l’archétype chimiquement pur de la meute organisant un lynchage, comme on l’a vu à propos de la citation de MLP sur le Vel d’Hiv, où entre deux tours d’élection, faire sienne la position traditionnelle de tous les présidents français devient « collaborationniste »

      en tous cas, merci de contribuer de vous-même à démontrer l’imposture asselineau

      • Ah ce sont des productions médiatiques vides de sens maintenant, vous faites vous même du négationnisme dans ce cas ?? Vous allez maintenant me dire que Jalkh qui affirmait clairement il y a quelques années que l’on ne pouvait tuer en masse avec le zyklon B que c’est aussi une vue de l’esprit de la petite caste politico-médiatique du moment, c’est ça ??

        Visiblement c’est vous l’imposture car de nombreux trolls FN viennent ici polluer le blog de JPB sans la moindre vergogne et se font passer pour des savants de la première souche qui connaissent mieux les dossiers que François Asselineau mais avec le CV et le pedigree en moins.

        Salutations.

  11. Sandra, je partage en tous points votre analyse.
    Le FN est, reste et doit rester un parti d’opposition; comme vous le dites, les bordées tirées régulièrement par le vieux cacique ( un vieux renard avec 60 ans de politique) visent justement cet objectif, en conjonction avec l’intérêt commun de ce qu’il faut bien appeler les « socio-libéro-centristes » – ex PS,UDF,RPR etc -. Ce parti n’a pas de base suffisamment large ni de programme sérieusement étayé pour prétendre gouverner sereinement.
    Le FN, exhumé du tombeau par F. Mitterrand – autre vieux mâtin politicard – pour saboter les partis dits de droite, permet en effet de masquer les vrais problèmes en mettant en exergue les fantômes poussiéreux qui hantent l’inconscient collectif.
    Ceci dit, il serait enfin temps de prendre en compte certains problèmes réels qui minent ce pays depuis quarante ans et que seul ce parti ose évoquer…

    • Alors ça je ne vous le fais pas dire effectivement. Il est évident que la sortie de l’euro et de l’UE surtout avec pour corollaire la récupération de notre destin collectif et de notre démocratie est un débat absolument fondamental, sans parler de la crise de l’euro qui nous pend au nez et qui risque de nous plonger dans un désastre économique et financier inégalé si nous ne prenons pas le temps d’en débattre collectivement et d’aller désormais au fond des choses. Sans parler non plus des fusions des régions et des communes qui sont le prélude à la désintégration complète du territoire français.

      Alors je conçois bien que mettre un bulletin FN ou FdG peut sur le moment donner à ces électeurs une dose d’adrénaline bien agréable pour dire m….. au système, mais malheureusement ce qui vaut pour eux comme tous les Français c’est qu’en procédant de cette façon nous courrons à notre perte car le système continuera inéluctablement d’être bloqué. Conclusion : pour sabrer et mettre les féodalités économiques et financières au pas, il faut sortir absolument de ce machin supranational qui enferment les peuples dans une espèce de prison sous couvert de dictature molle qui fonctionne d’ailleurs par l’ennui. Parce qu’il faut bien le dire : c’est extrêmement emmerdant et pardon de la grossièreté de devoir se fader la lecture approfondie des traités européens et du droit pour comprendre enfin dans quelle nasse nous sommes plongés depuis plus de 20 ans et dont les Attali, Minc et consorts nous ont rebattus les oreilles pour nous affirmer que joie, prospérité et j’en passe règneront à jamais. Il serait peut-être temps tout de même au bout de 25-30 ans, soit depuis les accords de Maastricht d’en dresser un bilan objectif et serein et sans le moindre tabou. Car qui ne peut désormais affirmer que la pensée en France est actuellement bien verrouillée et qu’il n’est pas possible d’évoquer le sujet sans se faire traité de facho, alors que les Britanniques ont dorénavant et à titre légitime franchi le Rubicon ??!

    • Le FN serait donc un parti utile à l’oligarchie, une sorte de chien de berger permettant de conserver le troupeau regroupé et en lisière.
      Cette révélation sur ce parti (qui n’aurait en outre pas évolué depuis sa fondation) m’a plongé dans le ravissement. Maintenant que j’e suis sorti je me dis, mais alors Mélenchon aussi est un supplétif, un leurre ! Et Fillon avec ses 20% aussi !
      Je crains que votre raisonnement n’ait la solidité du « front républicain ». Lorsque les politiques rejetés pas Macron seront sans parti auquel se raccrocher (les républicains n’existent plus) ils feront la danse du ventre devant le FN.
      Bien entendu je postule que les électeurs aient toujours le droit de voter. Le passage de l’égalité du temps de parole à l’équité ! Me laisse penser qu’il y aura des évolutions car que des ouvriers de whirlpool puissent voter est tout de même choquant.

      • Je l’ai dit Mélenchon est aussi un parti leurre tout comme celui du FN car 80 % des Français ne veulent pas d’un parti extrême, point.

        Et que n’ai je cessé de dire : que ceux qui votent à gauche et qui enjoignent les électeurs de voter pour le moins pire ignorent totalement que ce moins pire justement a conduit au pire et le conduire inexorablement !!! Ce sont les politiques non pas seulement de Macron mais aussi celles de Sarkozy et de Hollande et de leurs affidés respectifs qui nous conduisent au désastre et à l’impasse.

        Aujourd’hui et depuis 1972, le FN a participé à 40 élections dont 7 présidentielles (2017 inclus) et n’ont jamais, JAMAIS, remporté l’élection et n’ont jamais atteint la magistrature suprême. C’est tout ce que je dis.

        Et les électeurs Whirpool effectivement votent FN car ils sont tout simplement désespérés et ne croient plus à juste titre dans les promesses que les politicards leur tiennent depuis tant d’années en sachant pertinemment que jamais ils parviendront à les tenir. Et le FN bien entendu grossit à mesure que la détresse économique et sociale augmente, sans parler de tout le reste comme la désertification des campagnes, la déficience des services publics et j’en passe.

      • « Le FN serait donc un parti utile à l’oligarchie,.. » pour ceux qui ne se cachent pas derrière leur petit doigt, c’est une évidence .
        Le FN a été jusqu’ici utilissime aux partis dominants UMPS, à commencer par Tonton-PS, architecte du piège-FN fabriqué pour amputer la droite.
        La suite du rêve de Tonton, on s’y achemine tout doucement, que la droite soit réduite au seul FN: Chirac, Sarkozy, Juppé et Fillon ont bien travaillé à réaliser ce beau rêve.

  12. Une anecdote :

    Ce matin je vais à la poste centrale de Rueil ; elle ferme pendant trois jours, vous imaginez la foule qui se presse en son enceinte ; trois gamins s’amusaient avec une machine à vignettes ; personne dans la queue ne leur disait rien ; moi je les ai engueulé et ils ont très bien compris que je ne rigolais pas, ils sont partis comme une volée de moineaux.

    Si les adultes démissionnent, si toute hiérarchie est systématiquement bousculée et moquée alors effectivement le désordre qui s’installe n’est plus curable. Une maison bien ordonnée, une société bien ordonnée c’est du pareil au même.

    • « personne dans la queue ne leur disait rien ; moi je les ai engueulé et ils ont très bien compris que je ne rigolais pas,  »

      Dans cette queue,personne,sauf Pirre Driout,n’avait de couilles.

  13. Les talents de Marine Le Pen .

    On sait que Toufriquet a le talent « d’attirer les talents » (j’ose espérer que Cédric Villani ne m’en voudra pas de reprendre l’expression qu’il a lancée avec tant de succès.
    Dugong ne se considère pas comme propriétaire des ses saillies…alors…Quant aux pollutions de Pierre Driout,elles sont invendables.)

    Quels sont les talents de Marine Le Pen ?

    Est-elle capable de « cligner de la vulve » comme le fait la talentueuse Winnie ?

    Est-ce par cet art qu’elle attire vers elle les étalons de la pensée et de la politique?

    Démonstration par Winnie du clignement de vulve ,à partir de 2mn 50s environ.

    (NB:en cliquant sur CC,vous aurez des sous-titres engendrés par reconnaissance vocale automatique-avec parfois des confusions cocasses.)

    https://www.youtube.com/watch?v=jWnb6jGGX6w

  14. Sapir avait fait la proposition suivante : que tous les fronts souverainistes s’unissent sous une même bannière aux élections. Mélenchon ne nous a pas rejoué la même musique qu’en 2012, expliquant que les voix qui se sont portées en sa faveur ne lui appartenaient pas. Il paraît grand, il paraît surtout intègre. Je le tiens en partie responsable, par son refus de rejoindre cette idée, de la crise magistrale qui attend La France. Malgré un financement outrancier, des médias acquis à sa cause, Macron ne réunit que 24 % des voix , situation d’un cynisme absolu. Le piège fN divulgué, la finance se rit d’avance des tentatives que pourront avoir les différents courants souverainistes dans pays fracturé, 24% leur suffisent pourvu que Mélenchon fasse le job.

    • « ..des médias acquis à sa cause, Macron ne réunit que 24 % des voix … » participation 77%!
      … des suffrages exprimés: lamentable pour un candidat disposant de millions à gogo.
      on sait que les 24% de 77% égalent à peu près
      18,5%: et ça veut être président de TOUS les Français ?

  15. NDA premier ministre… jusqu’aux Législatives ?
    Est-ce sa dette de 300 000 euros sur ses frais de campagne qui l’a poussé à renier ses convictions profondes ou n’étaient-elles pas si profondes que ça ? Y a-t-il eu « entente préalable » avec le FN dans le seul but de priver Fillon de 2nd tour au profit de MLP ? Il s’imaginait sans doute atteindre le seuil de 5%… un chef d’entreprise irait jusqu’à d’hypothéquer sa maison pour sauver sa boîte et les emplois qui vont avec, mais un homme politique n’est pas assez fou pour engager ses biens personnels pour « sauver la France ».
    Huit longs jours de tergiversations se présentent à moi…

    • Évitez-vous toute cette souffrance ! Pourquoi ne pas penser que cet homme puisse avoir des convictions ? Maintenir un parti à bout de bras alors qu’en l’on sait qu’il n’ira pas plus haut, n’en n’est-ce pas une forme ?

  16. Un mien ami qui est retraité – comme Lormier – me suggère d’aller jardiner au lieu de voter le dimanche 7 mai.
    Malheureusement mes moyens financiers m’interdisent ce raccourci ; d’ailleurs je n’ai même pas de jardin … juste un balcon pour voir passer les cortèges de vainqueurs !

  17. Le Maître a écrit:

    « “… les fautes des pères retombent sur la tête des enfants pendant quelques générations, comme dans la Bible”

    Les théologiens disputent de cette question;on ne peut passer sous silence la promesse contenue dans la “nouvelle alliance”;il faut lire et relire Jérémie,notamment:
    Jérémie 31:29-34

    34 Chacun d’eux n’enseignera plus son prochain, ni chacun son frère, en disant: Connaissez l’Éternel! car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit d’entre eux jusqu’au plus grand, dit l’Éternel; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché.

  18. Hollande appelle à faire barrage contre le FN. Quelle belle belle âme cet homme qui est intervenu au premier tour, pas contre MLP, mais contre Mélenchon!

    En plus, Hollande fait tout un cinéma sur le fachisme, mais il a bien invité MLP lors de la cérémonie républicaine pour le policier tué. Tout est mis en scène pour ne pas rendre compte de sa politique…

    • Je ne crois pas du tout que MLP passe.
      Mis un rapport de force autre que le 80 / 20 de 2002 créerait une dynamique intéressante avant les Législatives.

      • Vous votez Le Pen en estimant qu’elle n’a aucune chance d’être élue…

        Je pense (comme vous,je crois) que le coup du « barrage » au fascisme qui avait si bien marché pour Chirac ne fonctionnera pas cette fois-ci;combien d’électeurs de Mélenchon pourraient voter pour Macron ?

  19. C’est une sacrée drôle d’idée d’aller à Oradour-sur-Glane pour célébrer l’unité nationale ! Alors qu’une grande partie de ceux qui ont brûlé le village et ses habitants étaient des Alsaciens – des malgré-nous – quand la IVe République a voulu juger les coupables, cela a failli provoquer une sécession de l’Alsace, et il fallut renoncer au procès !
    Quant à l’Allemagne (RFA alors) elle a refusé de livrer les officiers responsables !
    Résultat : aucune peine prononcée.

    • Quelqu’un capable d’alller a Oradour pour sa campagne est une saloperie sans nom.
      Cette perte de sens et des valeurs est très inquiétante, surtout que le lendemain cet individu insistait avec les déportés et qu’il s’en est trouvé quelques uns pour venir nous dire qu’ils sentaient au Front national les relents du nazisme.
      Cette ignominie à elle seule justifie que l’on ne puisse voter Macron, quoique l’on fasse par ailleurs dimanche, y compris du jardinage.

  20. Il me semble (mais je ne suis pas agrégé de lettres) que votre manière de rapporter les propos de Macron prête un peu à confusion.
    Il a dit que les idées sur l’art français qu’il condamne sont les mêmes aujourd’hui que celles des détracteurs de Baudelaire et Flaubert en 1857. Comme vous ne précisez pas la date, on pourrait penser, sur la base de votre raccourci, qu’elles conduiraient à les mettre au ban aujourd’hui… ce que Macron n’est pas assez bête pour dire : il sait que les subversifs sont, entre-temps, devenus des classiques.
    Cela étant dit, je me permets de saluer votre courageuse façon d’afficher votre décision de vote, pas toujours facile à assumer en ces temps de bien-pensance devenue absolument insupportable, dont Macron est l’incarnation idéale. Je vous remercie également, de manière plus générale, pour votre voix dissidente ET pertinente, qui contribue à faire de l’idée de pluralité des opinions une réalité dans notre pays.

  21. Je ne comprends pas du tout François Asselineau !
    Il veut qu’on sorte de l’Europe – pour aller où ? En Afrique ? en Asie ? au Groenland ?

    Lui et Cheminade sont des énigmes du premier tour et qui le resteront.

    • « L’Union européenne est une association politico-économique de vingt-huit États européens qui délèguent ou transmettent par traité l’exercice de certaines compétences à des organes communautaires ». Wikipédia
      Création : 1 novembre 1993, Maastricht, Pays-Bas.

      Avant le 1 novembre 1993, j’ai vécu pendant une cinquantaine d’années dans un pays qui, moralement, allait beaucoup mieux qu’aujourd’hui .
      PS:
      Et les cinq années qui viennent ne nous feront probablement encore moins rire .

      • Je crains que vous n’ayez raison, mais pas pour le rire. L’homoncule prévoit un « pass » culture et j’ai bon espoir que les intermittents qu’il continuera à flatter ne nous offrent la minute quotidienne (et obligatoire)! du rire subventionné. France Inter a déjà commencé à titre expérimental mais ce n’´est pas encore contraint.

    • Pour aller où ? Vous en avez de bonnes Pierre !!!! Vous savez les Britanniques ont décidé de sortir de l’UE et ce n’est pas l’apocalypse que je sache. D’ailleurs c’est d’autant plus curieux puisque comme par hasard la situation est tellement bonne en GB (le chômage a atteint un niveau si bas qu’il est même devenu le taux de chômage le plus bas depuis 1975 !) que les médias se sont tus et n’en parlent plus du tout du Brexit.

      Donc rassurez-vous, quand vous vous réveillerez vous serez toujours en France, le soleil se lèvera et tout ira bien. Nous resterons en France, avec nos problèmes et nos solutions. La grosse différence c’est que nous retrouverons notre démocratie. A moins que dépendre des directives de Bruxelles d’un point de vue législatif, de l’Otan à Washington pour notre politique de défense et notre politique étrangère et internationale (notamment dans la participation de guerres illégales en Syrie et Lybie) et de la BCE à Francfort ne soit pour vous la plus haute panacée tant est si bien que nous nous plaignons après coup de subir la même politique qu’elle soit de droite ou de gauche.

      C’est à vous de voir… Je ne dis certainement que d’un seul coup d’un seul nous retrouverons d’un claquement la prospérité, mais l’essentiel c’est que nous pourrions au moins décider ensemble de notre propre destin collectif et politique sans qu’un machin supra national ne s’en mêle.

      Pour ceux qui me prêtent des circonvolutions parce que je ne vote pas ou ne réagit dans le même sens qu’eux, je leur dis que je suis avant tout mes convictions, que cela vous plaise ou non. Je n’ai pas voulu de Macron et encore moins de Marine, et je continuerai en ce sens. Chacun sa tasse de thé.

      Oui Monsieur Asselineau a récolté 0,9% des voix. Mais franchement entre nous, vous connaissez beaucoup de Français qui parlent du Frexit et qui sont prêts à sortir de l’UE bien qu’ils s’appauvrissent et perdent leur pouvoir d’achat tout comme bien d’autres choses ?? Par ailleurs, je le dis désormais haut et fort : il faut bien reconnaître que le peuple est un grand peuple mais qu’il est aussi très irritant sous certains, pour ne pas dire même casse-bonbons surtout quand il devient le champion de la critique tous azimuts mais qu’il ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement, notamment sur l’Union Européenne. Cela étant, j’ajouterai un bémol : quand on a enseigné aux petits Français que l’UE c’est la paix et la prospérité depuis le berceau c’est un peu difficile de se défaire du lavage de cerveau dont ils ont été hélas les victimes.

      Cela étant je ne désespère pas et si vous même vous vous illusionnez sur Marine, c’est votre affaire. Elle est une chimère et restera l’éternel épouvantail du système, quand bien même elle récoltera au second tour un score bien plus important que son père. Je fais d’ailleurs le pari que ce que je vous dis est bien vrai et réel. Nous verrons bien au second tour.

      Asselineau a peut être récolté 0,91 % des voix, mais d’une il a été black-listé pendant 10 ans et donc était inconnu du grand public. Et je vous rappelle que la loi Urvoas a favorisé les gros bonnets. D’ailleurs Macron a récolté 50 couvertures de magazines, 70 heures de passages TV et j’en passe à tel point que l’on pouvait se demander si les médias n’étaient pas atteints de macronite… De plus le temps d’égalité de temps de parole s’est réduit en peau de chagrin avec le principe d’équité (qui n’en est pas un d’ailleurs en définitive) et sur les 15 jours restants, il n’a pas pu quand même faire des miracles bien évidemment. Quand on est inconnu du grand public durant tant d’années, c’est difficile d’inverser la tendance en l’espace de 15 jours. Et pour couronner le tout, il est reconnu désormais selon une étude américaine que la corrélation entre le temps de parole et de passage dans les médias et le nombre de votes acquis dans le cadre d’une campagne est établie de façon très claire. Ajoutez à cela un discours iconoclaste que les Français n’ont jamais entendu et ce d’autant plus qu’Asselineau a été le seul à comprendre qu’il fallait adopter un discours de présidentiable conformément aux articles 4 et 5 de la Constitution, et non un catalogue de mesures gouvernementales, évidemment il ne pouvait pas faire le poids.

      Pour votre gouverne et je pense tout de même que vous le savez : Mélenchon et Marine font de la politique depuis 40, Sans parler de Fillon et de bien d’autres qui sont passés je ne sais combien d’heures sur les plateaux télé et sont évidemment connus du grand public depuis belle lurette.

      Donc comparez ce qui est comparable et ensuite on en reparlera.

      • Je ne dis certainement PAS que d’un seul coup d’un seul nous retrouverons d’un claquement de doigts la prospérité (CORRECTIF)

        • Mélenchon et Marine font de la politique depuis 40 ANS, sans parler de Fillon et de bien d’autres qui sont passés je ne sais combien d’heures et de fois sur les plateaux télé et sont évidemment connus du grand public depuis belle lurette.

          • Navrée de ne pas m’être relue avant, je rectifie plein d’erreurs et de coquilles : que le peuple FRANCAIS est un grand peuple mais qu’il est aussi très irritant sous certains aspects, pour ne pas dire même casse-bonbons surtout quand il devient le champion de la critique tous azimuts mais qu’il ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement, notamment sur l’Union Européenne.

  22. Il me semble (mais je ne suis pas agrégé de lettres) que votre manière de rapporter les propos de Macron prête un peu à confusion.
    Il a dit que les idées sur l’art français qu’il condamne sont les mêmes aujourd’hui que celles des détracteurs de Baudelaire et Flaubert en 1857. Comme vous ne précisez pas la date, on pourrait penser, sur la base de votre raccourci, qu’elles conduiraient à les mettre au ban aujourd’hui… ce que Macron n’est pas assez bête pour dire : il sait que les subversifs sont, entre-temps, devenus des classiques.
    Cela étant dit, je me permets de saluer votre courageuse façon d’afficher votre décision de vote, pas toujours facile à assumer en ces temps de bien-pensance devenue absolument insupportable, dont Macron est l’incarnation idéale. Je vous remercie également, de manière plus générale, pour votre voix dissidente ET pertinente, qui contribue à faire de l’idée de pluralité des opinions une réalité dans notre pays.

    • Je suis trop paresseux pour recopier tout un paragraphe de l’entretien Macron-Figaro.Juste
      un petit extrait:

      « Elle [notre culture] charrie une langue sur laquelle s’est construite la France. »
      C’est lui qui charrie.
      Et cet amateur de « transcendance ancrée dans l’immanence » ajoute:
      « …l’héritage de notre tradition,c’est la combinaison permanente d’une dissidence et d’un universalisme. »

      Bref,sur la culture ou la littérature,Macron n’a rien à nous dire.Monsieur Homais est meilleur en français que lui.

      Un des ses camarades de lycée a fort bien dit que Macron était surtout doué pour aligner des phrases creuses bien garnies de mots compliqués-dont il ne maîtrisait pas le sens.
      Dans ce domaine,il n’a guère évolué,malgré la pédagogie de Brigitte.

      En revanche,comme le disent les Pinçon-Charlot,il a su s’y prendre pour se faire des sous dans les fus-acs.

      • Monsieur,

        Je partage bien sûr totalement votre critique des phrases que vous relevez. D’ailleurs, il est évident que la thèse de Macron que j’ai péniblement explicitée ci-dessus n’a pas beaucoup de sens non plus : cela reviendrait à se poser la question de ce qu’aurait dit un Brighelli de 1857, de Baudelaire, en 1857…

      • Ah ! Comme la Torah (je crois) existait avant la création du monde, la culture précède donc la langue, qu’elle « charrie » ?

        Eh bien, moi, j’ai plutôt le sentiment que c’est la langue qui véhicule une culture et même la fait vivre… A moins que Baudelaire et Flaubert n’aient sorti des livres que pour nous exprimer leur langue, en la mettant sur le papier…

        Bref : nous n’en avons pas fini, des retournements de vestes, de phrases, de sens des mots… Tout est bon du moment que ça a l’air de dire quelque chose.

  23. abcmaths,

    Vous voulez revenir à avant 1993 mais Asselineau veut revenir à avant 1957 et le traité de Rome et même avant 1949 et l’organisation du traité de l’Atlantique nord !
    Pour faire quoi et aller où c’est la question que je me pose ?

    • 1957: Joker, j’étais trop jeune pour avoir une opinion politique .
      1949: idem, je n’étais pas né.
      Mais 1993, je m’en souviens très bien, on riait un peu moins qu’en 1973, mais on riait encore .

  24. Ouch !
    J’avais beau m’y préparer, ça fait quand même un choc.

    JPB, vous savez toute l’estime que je vous porte et, accessoirement, la reconnaissance que je vous dois (je ne suis pas Corse mais, pour moi également, le temps n’efface pas les dettes d’honneur).

    Je ne peux que désapprouver (et regretter) votre prise de position.
    Votre amertume vous sort de la rationalité, et dans le fond, c’est là que vous me décevez !

    Quelques exemples :

    « S’appeler Le Pen est un fardeau »
    QUOI ??? Parfois vos emportements vous égarent !
    Se serait-elle appelée autrement, serait-elle là ce jour ?
    Soyez honnête, ce n’est pas le talent qui risque de l’étouffer, elle est au mieux moyennement moyenne à tous sujets.

    —————————————————————————————

    « Continuons dans le libéralisme qui plaît tant aux bobos et aux dignitaires de gauche et de droite — /…/ —, et avant cinq ans nous aurons l’émeute. »
    Oui.
    Et, avec Le Pen, ce sera avant 5 mois !
    * D’un côté, faisons confiance à tous les beaufs avinés pour croire que leur heure est arrivée, qu’ils peuvent se livrer impunément à toutes les ratonnades dont ils rêvent depuis si longtemps.
    La Marine sera d’autant plus impuissante à contrôler les crânes rasés qui, en embuscade, espèrent un grand soir et sauront les encadrer qu’elle s’est distanciée d’eux.
    * Et de l’autre côté, ne doutons pas des bonnes âmes qui n’hésiteront pas à lancer dans les rues des hordes de racailles acculturées se sentant légitimes à tout brûler au nom du combat contre le fascisme et le racisme, nourris qu’ils ont été par le discours victimiste du camp du bien de l’EN.

    ——————————————————————————————–

    « Le programme de Macron se révélera pour ce qu’il est : un lot de promesses vides et de belles paroles »
    « un garçon qui sera le petit télégraphiste des banques »
    Bien entendu et n’importe qui de sensé le sait depuis longtemps.
    Mais quid de celui de Le Pen ?
    La dépendance économique de la France à l’égard des puissances prêteuses est telle que la messe est dite.
    Après quelques rodomontades qu’on lui tolèrera un temps, « ils » sauront nous ramener à la raison : la soumission ou la mort.
    Et que croyez-vous qu’un être aussi raisonnable, avide de pouvoir et brillant (lui !) que Philippot fera ?
    La même chose que fit Tsipras en Grèce évidemment !
    Et si par un hasard extraordinaire et fatidique un gouvernement FN se lançait dans un grand combat contre la coalition planétaire des puissances de l’argent que croyez-vous qu’il adviendrait ?
    Laissez les histoires de David aux petits enfants, et pour détendre l’atmosphère, songez à Marine dans le rôle de Dalila !
    Quant au too big to fall c’est une légende urbaine pour se rassurer.
    « Ils » ont montré avec l’exple grec que c’est un jeu gagnant/gagnant spéculer à la baisse est tout aussi profitable, voire peut l’être beaucoup plus. Le patrimoine de français est considérable (en placements mobiliers ou en bien immobiliers) et « ils » sauront d’autant mieux nous le faire cracher que la garantie de restitution des avoirs et dépôts a été largement limitée (voir https://www.garantiedesdepots.fr/fr )

    ——————————————————————————————-

    « Les dernières rumeurs en provenance des états-majors font état de la nomination de Philippe Meirieu à l’Education »
    Pfff.
    Pourquoi ne pas reconnaître notre défaite ?
    Toute la hiérarchie est acquise à la cause pédagogiste sauf à la marge quelques cryptorésistants.
    On pourra pas tous les fusiller : les balles sont trop coûteuses, et que faire des cadavres en ces temps de préservation de l’environnement ?
    La plupart des nouveaux enseignants qui arrivent dans les établissements sont à la mesure du temps : incroyables de médiocrité.
    Ils n’ont pas connu d’autre école que celle de la clique des Meirieu et s’ils avaient acquis un niveau disciplinaire décent ils courraient gagner leur vie en entreprise ou au service des marchés financiers (je parle au moins pour les disciplines des sciences ou des maths).
    Si Macron se lâche (ie si « on » lui souffle dans l’oreillette), il ne tardera pas à terminer de liquider l’EN et réserver ses maigres services aux pauvres.
    Les autres auront, chèque éducation aidant les sacrifices des familles, accès à un privé hors contrat de qualité à peu près préservée.
    Est-ce pire que la situation présente : la ruine de l’EN sans alternative pour ceux qui ne vivent pas dans quelques métropoles ?
    Voyez comme je suis devenu de droite, JPB !

    ———————————————————————————————-

    Je suis certain que vous ne laisserez pas ces arguments relevant de la raison sans réponse que j’espère sortant de la passion.

  25. Cabales, désinformation, menaces, falsifications, antifasciste et antisemitisme puant ( le meurtre horrible de Sarah halimi oublié des medias)… Et pour finir fascination de créatures pour la violence et le nihilisme islamistes

    • Je suis entièrement d’accord avec vous ! Et si mon mari se faisait tuer par un islamiste ou par n’importe qui d’autre d’ailleurs, son assasin aurait ma haine, je peux vous le dire. Ça me fait penser à ce cinglé qui a répondu à une annonce en Allemagne d’un autre cinglé qui voulait manger un mec. Eh bien, il s’est bel et bien fait bouffer et il a même eu la joie suprême de voir son sgaig gentiment allongé dans un plat ovale avec de la frisée aux lardons. C’est l’autre qui a raconté tout ça aux flics. Ils l’ont attrapé parce que parmi les flics, il y avait une fliquesse. Elle avait trouvé étrangement trop gros les morceaux de viande emballés, type supermarché ! Ça rend service de faire les courses !
      Bref, je ne suis pas masochiste ou alors, non, une autre fois et je ne veux qu’on détruise ni l’école, école qui m’a permis de m’en sortir quand on ne voulait pas jouer avec une macaroni, ni la laïcité, créée, décidée, appliquée en France, merde, ça veut dire quelque chose ! Cette liberté des années 70 dont je pensais qu’elle était acquise pour toujours. Et puis, je ne peux me résoudre à voir la classe ouvrière sombrer de plus en plus et la classe moyenne s’appauvrir, ce n’est pas une anecdote pour moi !

      • Un chroniqueur du Figaro expliquait récemment que la France s’enrichit mais que les Français qui s’appauvrissent ne s’en rendent pas compte et sont donc mécontents et disposés à votre pour les extrêmes.

  26. Monsieur,
    J’ai tenté, à deux reprises, de vous adresser un commentaire. Celui-ci s’affiche toujours « en attente de validation », alors que d’autres ont été acceptés depuis.
    Aussi, je me demandais pourquoi vous ne validiez pas le mien.
    Bien cordialement,
    mientus

    • Ben, c’est que je n’étais pas là pour le valider.
      Je crapahutais dans les calanques entrer Marseille et Cassis, si ça vous dit quelque chose.
      Je viens de rentrer, j’ai validé — il n’y a pas de censure sur Bonnet d’Âne.

      • « Je crapahutais dans les calanques entrer Marseille et Cassis »;

        Quand vient l’été,les chemins sont barrés,à cause des incendies.

        C’est dans les calanques que Rebuffat apprit à grimper.
        Je crois savoir qu’elles recèlent encore bien des problèmes non résolus.

  27. Dans un futur proche, quand Macron sera aux commandes et que les néo-bourges chinois, très nombreux, s’éveilleront, ce sera à bord d’un très gros promène-couillons, très laids, au modernisme très kitsch et très algébrique :

    https://videos.lesechos.fr/lesechos/sujet-actus/a-bord-du-norwegian-joy-un-navire-dedie-aux-chinois/r0qmlk

    Ils accosteront à Marseille, décrite dans les dépliants idéaux-(pro)grammatiques comme un lieu interlope sans danger. Les innombrables débridés seront jetés par grouoes de 40 sur le vieux port où ils mitrailleront au samsung le ferry-boîte en panne « technique » définitive. Ensuite, ils déjeuneront d’une infâme « bouillabaisse » en boîte arrosée de cognac tout juste bon à humecter un gâteau sec.

    Ensuite…

  28. Ainsi donc c’était vrai.
    A la lecture de la « Fabrique du crétin », je m’étais senti moins seul. Enfin quelqu’un. Puis vint « Sauver les lettres ». Puis tant d’autres qui tapaient intelligemment sur le relativisme général, sur le pédagogisme de Bourdieu qui voyait les fils de prolos le rester à jamais, sous couvert d’égalitarisme.

    Je m’étais senti moins seul. Je défendais vos prises de position sur la langue française et sur l’enseignement.

    Mais vous n’êtes donc que ça.

    Minuscule. Comme tant d’autres avant vous.

    Au FN on est souvent borgne. Je doute que vous soyez aveugle.

    GF

    • Je crois au contraire qu’il voit très bien. Que voit-il ? Que cherche-t-il à voir ? Qu’aimerait-il voir ?
      Pas forcément l’intérêt général.

      • Evidemment, pas l’intérêt général. Mais cela fait un bout de temps qu’on s’en est aperçu. Il est devenu évident que Brighelli a utilisé la cause de l’école pour se faire une place dans le petit monde politico-médiatique dont il rêve de faire partie ( voir déclaration récente  » je suis journaliste avant tout  » ) mais il n’est qu’un raté, écrivain raté, journaliste raté, politique raté, prof qui a trahi ( voir insulté, j’en sais quelque chose ) les collègues qui lui ont fait confiance pendant des années.
        Bien sûr, la cause de l’école ne lui aura pas permis de rattraper certains de ses camarades de
        promo qui ont fait « une belle carrière »… Alors il enrage, il trépigne, il macère dans son fiel, il veut tout casser surtout quand il voit la jeune génération arriver.
        Mais il faut se rassurer, presque plus personne ne l’écoute et ce depuis longtemps. On va sur son blog un peu comme on va dans un Epad. Au nombre de pseudos qu’il s’invente pour faire croire qu’il a beaucoup de monde autour de lui, on mesure l’état de la dégradation.
        Même son blog s’est amplement vidé des personnalités intéressantes qui intervenaient, il y a quelques années, même ça, il l’a raté.

  29. Je viens de vendre un exemplaire des « Ghettos du Gotha » des Pinçon-Charlot ; l’histoire triste de tous les petits Lord Fauntleroy-Macron !

  30. « Pourquoi ne pas reconnaître notre défaite ?
    Toute la hiérarchie est acquise à la cause pédagogiste sauf à la marge quelques cryptorésistants.
    On pourra pas tous les fusiller : les balles sont trop coûteuses, et que faire des cadavres en ces temps de préservation de l’environnement ?
    La plupart des nouveaux enseignants qui arrivent dans les établissements sont à la mesure du temps : incroyables de médiocrité.
    Ils n’ont pas connu d’autre école que celle de la clique des Meirieu et s’ils avaient acquis un niveau disciplinaire décent ils courraient gagner leur vie en entreprise ou au service des marchés financiers (je parle au moins pour les disciplines des sciences ou des maths).
    Si Macron se lâche (ie si « on » lui souffle dans l’oreillette), il ne tardera pas à terminer de liquider l’EN et réserver ses maigres services aux pauvres.
    Les autres auront, chèque éducation aidant les sacrifices des familles, accès à un privé hors contrat de qualité à peu près préservée. »

    La hiérarchie, oui; mais une hiérarchie cela peut se changer, dans le plus pur style purges staliniennes – ce qui donnera des pollutions orgasmatiques à tous ces anciens; les nouveaux enseignants: j’en croise tous les jours, mais n’assiste pas à leurs cours: comment savoir ce qu’ils valent? Nos aînés avaient peut-être le même avis lorsque nous débarquâmes…Pour aller bosser dans le privé ou le financier, je doute qu’en sciences nous ayons le profil adéquat.
    Pour l’En et le privé, Macron n’a rien à faire car nous y sommes déjà, à l’exception de quelques fanatiques qui préfèrent laisser leurs gosses dans des classes pourries pour satisfaire leur conscience dévoyée.

  31. «Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n’y croyait pas
    Tous deux adoraient la belle
    Prisonnière des soldats»
    C’est par ce titre et ces vers inoubliables qu’Aragon, en mars 1943, rendait hommage à quatre martyrs de la résistance, deux communistes et deux chrétiens fervents. Il saluait ainsi ces quatre patriotes morts pour la France, unis dans un même combat contre le fascisme.
    Où est donc passée cette unité des consciences françaises, ces principes du Conseil National de la Résistance, pour vaincre le totalitarisme et rendre l’honneur et la liberté à notre grand pays, la France ?
    Le 7 mai, par la voie légale des urnes, un parti qui est resté ce qu’il a toujours été, un parti fasciste héritier de Vichy, peut gagner à l’élection présidentielle si toutes, oui toutes, les forces républicaines n’appellent pas à lui faire barrage et que les Français se rendent aux urnes.
    Ce parti né du fascisme et de Vichy l’est resté, ne soyez pas dupes.
    Il fut fondé en 1972 par Ordre Nouveau. Un de ses fondateurs fut Léon Gautier, ancien Waffen-SS. Mais il ne fut pas le seul à avoir porté cet uniforme des génocidaires. Parmi les fondateurs, il y eut aussi Victor Barthélémy, bras droit de Jacques Doriot au PPF qui en deviendra le secrétaire général. Il y eut André Dufraisse, ancien du PPF et de la Légion des Volontaires Français mais aussi Pierre Bousquet, secrétaire général du Parti de l’Unité Française et ancien de la division SS Charlemagne en compagnie de Pierre Marion, un des fondateurs de la Milice et membre de la Waffen-SS. Enfin François Brigneau, membre du Rassemblement National Populaire de Marcel Déat et ancien milicien y retrouvait son vieux camarade Roland Gaucher, lui aussi ancien du RNP.
    Vous me direz, c’était il y a presque 50 ans et vous avez raison. Mais aujourd’hui, qui Marine Le Pen a-t-elle choisi – avant qu’il ne soit rattrapé par le mauvais buzz de ses «oeuvres» et substitué, en toute vitesse, par Steeve Briois – pour la remplacer à la tête de ce parti qui n’a jamais changé de nom ?
    Elle choisit Jean-François Jalkh. Permettez-moi de vous présenter ce fidèle parmi les fidèles de Jean-Marie Le Pen. Jalkh est un négationniste et un pétainiste, il est également poursuivi pour escroquerie. En 2000, à propos de l’utilisation du Zyklon B dans l’assassinat de millions de Juifs, il déclarait «Il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des exterminations de masse». Eh bien Monsieur Jalkh ! Vous auriez dû être avec nous pendant 24 heures au Mémorial de la Shoah ce lundi 24 avril quand nous lisions les noms des dizaines d’enfants de femmes et d’hommes tous gazés à Auschwitz-Birkenau pour le simple crime d’être né juif. Mais vous préfériez peut-être comme déjà en 1991, vous rendre à une messe en souvenir de Pétain. Ce Pétain qui a voulu et durci le Statut des Juifs du 3 octobre 1940, et qui a pesé de tout son poids pour que l’administration française collabore avec zèle à la «résolution de la question juive». Ce nouveau Président du FN, cet ancien journaliste de National Hebdo est enfin poursuivi aujourd’hui pour «escroquerie, abus de confiance et acceptation par un parti politique d’un financement provenant d’une personne morale, en l’occurrence la société de communication Riwal». Cette société, fondée par l’ancien chef du GUD, Frédéric Chatillon, ami intime de Marine Le Pen, est soupçonnée d’avoir mis sur pied un vaste système de détournement de l’argent public par le biais du financement public de la vie politique. Et Aymeric Chauprade, ancien conseiller de Marine Le Pen sur les questions internationales, déclare à France 2 :
    «Le Front National est un mouvement tenu par un noyau national Révolutionnaire. Frédéric Chatillon est très proche de Marine Le Pen et a une influence clé dans le système. C’est un ami intime de Soral et violemment antisémite. Ils plaisantent avec la Shoah et organisent des soirées pyjama rayé. Ce clan Chatillon est très puissant et contrôle, je pèse mes mots, Marine Le Pen.»
    Et c’est contre ce parti-là, contre ces équipes-là que certaines voix de la lâcheté, de la compromission refusent de s’exprimer. Ce sont les ridicules messages «sans moi le 7 mai». C’est un soi-disant mouvement des «insoumis» qui refuse de donner des consignes de vote. C’est son leader qui n’a cessé de se draper dans les valeurs de notre belle République, pour les oublier et se taire au moment du combat décisif contre la menace fasciste. Et ce leader, Mélenchon, a osé porter à sa boutonnière pendant toute la campagne, le petit triangle rouge des déportés résistants. Mes amis Jorge Semprun, Denise Vernet, deux authentiques résistants revenus de Buchenwald et de Ravensbrück doivent, là où ils sont, hurler de rage contre cet imposteur qui n’appelle pas à voter contre l’héritière de Vichy !
    Et puis, du côté des gaullistes, il y a ceux qui semblent avoir oublié leurs valeurs, leur histoire – et la Résistance précoce au fascisme du Général de Gaulle. Savent-ils, ceux-là, que De Gaulle écrivait à son ami le Colonel Mayer en 1936, oui en 1936 :
    «Mein Kampf est un appel à l’hallali envers notre pays, voilà pourquoi tout français doit lire ce livre, voilà pourquoi tout français doit savoir pourquoi l’Allemagne a déjà planifié sa revanche sur l’Histoire et l’histoire de cette planification a été ourdie voilà douze ans dans la cellule d’une prison bavaroise par un caporal devenu Chancelier.»
    Alors ne me dîtes pas que des soi-disant gaullistes comme Dupont-Aignan, ne me dîtes pas que les membres éminents des Républicains qui n’appellent pas à voter contre l’héritière de Philippe Pétain sont encore des gaullistes !
    Je veux, en revanche, saluer la dignité, le courage, la clarté de candidats battus au premier tour comme François Fillon et Benoît Hamon qui, eux, n’ont pas hésité à appeler immédiatement à voter pour leur concurrent du premier tour, Emmanuel Macron, contre la candidate du vieux Front National.

    Et je veux saluer ces candidats des primaires et ces élus qui, de Le Maire à Juppé, et de Montebourg à Valls, d’Anne Hidalgo ou Xavier Bertrand, n’ont, eux non plus, pas hésité.
    Enfin, je veux saluer le Parti Communiste et son Secrétaire National, Pierre Laurent qui en opposition au candidat qu’il a soutenu, Mélenchon, a déclaré :
    «Notre appel à faire barrage à Marine Le Pen, en utilisant le seul bulletin qui lui sera malheureusement opposé, est net et sans détour.»
    Elles sont là, les Roses et les Résédas d’aujourd’hui.
    Elle est là la France que j’aime, celle de Valmy, de la Commune, du Mont-Valérien et de Londres qui s’unit pour sa grandeur et pour dire non au fascisme en France. Ils sont là les conservateurs, les libéraux, les radicaux, les socialistes, les communistes, les laïcs et les religieux qui se mobilisent, unis, pour dire non au parti de Vichy et à sa collusion avec les puissances étrangères qui veulent la fin de nos libertés, hier avec l’Allemagne de Hitler, aujourd’hui avec la Russie de Poutine.
    Merci à toutes les Roses et à tous les Résédas de dire non au fascisme le 7 mai.
    François Heilbronn

    • Pour ma part,je voudrais faire barrage à Macron qui voudrait ressusciter le « corporativismo » mussolinien.

      Entre la peste et le choléra,bien difficile de choisir.

    • « Jalkh est un négationniste et un pétainiste »

      Jean-François Jalkh devait être avoir une pulsion de vie et une conscience politique affûtée comme un sabre nippon pour arriver à « être pétainiste » en étant né 6 ans après la mort du Maréchal.

      vous appartenez juste à la cohorte des imbéciles trop communs qui agitent des mots qu’ils ne comprennent pas pour se draper dedans, et vivre des vies plus grandes que leur médiocrité propre.

      La grande plaie du net est de donner un écho passablement planétaire à de considérables cogitations qui sont normalement le simple privilège des habitués du Balto.

  32. D’abord deux grands cadavres à la renverse. Celui du Parti socialiste, annoncé il y a dix ans et à qui il aura fallu ce temps pour prendre acte de sa propre débâcle. Mais celui, tout autant, de LR, ou du RPR, ou de l’UMP, je ne sais plus, on s’y perd – ces noms ne furent-ils pas autant de bouées dans un même interminable naufrage? Changement d’époque, en tout cas. Fin d’un temps inauguré par la constitution, il y a deux siècles, du grand partage français de la droite et de la gauche. Le show, dimanche soir, tournait à plein régime. La caméra organisait ses travellings surjoués. Mais c’était comme un mauvais playback. C’était un ballet pathétique de vieux briscards, encore à affûter leurs perfidies et leurs coups de billard à trois bandes. Et c’était un climat de panique avec l’un se repaissant de la carcasse fumante de Fillon; l’autre ressurgi de l’enfer de ses propres turpitudes, «comme montent au ciel les soleils rajeunis», pour donner le coup de grâce à Hamon; ou le troisième aboyant, tel un Trump de gauche, «vous êtes viré! vous êtes viré!» à un tenant de la gauche de gouvernement tout penaud. Partout, en écho et gros plan, la maxime glaçante de l’Ecclésiaste: «une génération va, une génération vient».
    *

    Ensuite Le Pen et sa bande. On les avait annoncés à 30. Eh bien, ce fut 22. Et cela sonnait creux, ces pauvres petits 22%, dans les yeux vides et avides des frontistes grippe-votes! Alors eux aussi, comme enfermés dans leur souricière, reprenaient les mêmes antiennes: «vous le système, nous le peuple». Alors eux aussi multipliaient les rodomontades: mais sans comprendre que l’usure les avait également gagnés; mais sans réaliser qu’ils étaient déjà d’hier avant d’avoir été de demain et que la Marine n’était franchement pas une Madone – trop étrangère au génie national pour que la France se reconnaisse dans sa vulgarité caverneuse. L’amie des nazis Chatillon ou Loustau a réveillé la bête dans le peuple. Mais elle n’a pas fait de lui cette bête. Et il a su, le peuple, comme souvent dans son Histoire, se ressaisir au dernier moment. Il n’y aura pas de Frexit. La revenante de Vichy ne fera pas sortir de l’Europe le pays de Voltaire et Hugo. Le fond de l’air est un peu moins brun et la vague mondiale du populisme s’est, jusqu’à nouvel ordre, et même s’il faut demeurer vigilant, brisée en France.
    *

    La surprise, en revanche, vint de Mélenchon. On juge un homme politique à ses réflexes. Et le réflexe de Mélenchon, ce soir-là, fut ignoble. Mauvais joueur… Je boude, donc je suis… Toute sa fougue et sa verve se brisant, elles aussi, mais sur un plafond de verre moral… Et lui dont rien n’arrête, d’habitude, la tchatche, lui qui ne s’est jamais fait prier pour apostropher «les gens» (ah! la bassesse, soit dit en passant, de cet «allez les gens» dont notre Chavez nain était devenu coutumier dans les derniers jours de sa campagne!), lui que rien n’a jamais retenu, donc, de dire à ces «gens» qu’il traite en général comme des veaux ce qu’il a sur le cœur et dans la tête, lui qui n’a jamais consulté personne pour confondre, par exemple, les manifestations mortelles au Venezuela avec la mobilisation française contre la loi El Khomri, le voilà soudain tout timide, n’ayant plus rien à déclarer sur la présence de Le Pen au second tour et se disant requis de consulter, d’abord, ses 450 000 «gens»… Hamon, Fillon, Raffarin, Duflot, tant d’autres, ont su être dignes dans la défaite. Tous, ou presque, ont fait le distinguo entre un adversaire politique et un ennemi de la République. Lui ne l’a pas fait. Et, à trop laisser entendre qu’entre un libéral et un facho c’est kifkif, c’est lui, Mélenchon, qui a pris le risque de montrer qu’entre lui et Le Pen il n’y a pas de différence non plus.

    *

    Est-ce l’homme qui s’est trahi là, juste l’homme, réglant des comptes d’orgueil et de ressentiment avec un monde politique où il grenouille depuis trente ans? Ou croit-il – et ce serait encore plus grave – que le Front national, dans sa version «dédiabolisée», ne mérite plus l’opprobre dont on l’accablait, à l’époque du père? Ou bien, plus terrible encore, prend-il les devants car il connaît «ses gens» et sait que, comme les staliniens allemands de 1933, ou comme, dans le PCF de 1935, la clique doriotiste, ou comme, trente ans plus tard, les tenants du «bonnet blanc, blanc bonnet» de Jacques Duclos, ils sont insoumis contre les «oligarques», insoumis contre les «médiacrates» – mais pas insoumis contre les fascistes? La question est redoutable. Mais, de la réponse qui lui sera donnée dépendra l’avenir de la gauche. Pour ma part je ne regrette pas de n’avoir, pendant ces semaines, rien pardonné à ces gens qui, quand on leur parle de «faire barrage à Le Pen», répondent avec leur hashtag débile «SansMoiLe7Mai»: relents antisémites, indulgence envers le salafisme ou envers les massacreurs en Syrie, les Vénézuéliens canardés par les milices exsangues de Maduro tandis que leur petit chef ajuste son béret chavo-castriste – toutes les lignes de démarcation étaient tracées, et on les retrouve.

    *

    Et puis, enfin, Macron. La France, pour n’être pas le corps mort que l’on voudrait qu’elle fût, est en train de choisir cet homme. Elle ne sait pas tout à fait ce qu’elle fait car il ne sait pas tout à fait qui il est. Et elle retient son souffle car elle mesure que l’intensité joyeuse qui l’anime a quelque chose de fragile et d’inaccompli. Ce qui manque à ce Bonaparte? La fin du rébus. Le: «et mon tout est…» des images hétérogènes qui composent sa vision du monde. Le fin mot, qui donnera sens, ou non, à son incroyable marche en avant. Mais nous n’avons, en vérité, plus le choix. Ni lui, d’ailleurs, non plus. Le temps est passé des formules de rhétorique. Car si juste que soit la formule, elle ne dira jamais «mon tout». Et c’est à 60 millions de femmes et d’hommes qu’il doit, maintenant, raconter toute une histoire. Le vrai roman national, ou le déclin – tel est l’enjeu.
    Bernard-Henri Lévy

  33. Et un extrait du même toujours à propos du FN :
    « La dédiabolisation n’y fait rien puisque la dédiabolisation, comme nous le savons tous, comme savent tous les lecteurs de Baudelaire depuis toujours, c’est la plus grande ruse du diable. Il est étrange d’ailleurs que ce vieux pays catholique qu’est la France se laisse prendre à cette fable de dédiabolisation.
    L’acte antisémite dans la pensée de ces gens revient constamment, tel un haricot sauteur, ou la tare congénitale des Rougon-Macquart, et passe de génération en génération.
    Depuis 30 ans que le Front national est apparu sur la scène politique et sur la scène de nos imaginaires tout a été à peu près dit. Tous ceux qui s’apprêtent à voter Front national, tous ceux qui sont dans l’indécision et le feront peut-être, savent que le Front national, par exemple, continue d’abriter en son sein, que sa présidente continue d’accueillir dans son premier cercle, d’authentiques nostalgiques du nazisme. Ce n’est pas un propos polémique, c’est un fait. Et j’invite tous ceux qui ne l’auraient pas fait à revoir une récente émission d’Envoyé Spécial où l’on voyait apparaître dans l’entourage immédiat de la présidente du Front national un certain nombre de personnages, M. Chatillon, M. Lousteau, et M. Péninque, qui sont des défenseurs des textes négationnistes, qui sont des défenseurs des M. Soral et M. Dieudonné, et qui sont littéralement des nostalgiques de l’hitlérisme. N’avons-nous pas découvert que, jusqu’à une date récente, l’un d’entre eux, le premier pour ne pas le nommer, tenait à célébrer, chaque année, la date d’anniversaire de la naissance du fondateur du National-Socialisme. On sait tout cela. Envoyé spécial n’est pas une émission confidentielle. Tout cela a été dit et répété, il y a des nazis au cœur même de la machine du Front national.

    On sait aussi que l’acte antisémite dans la pensée de ces gens revient constamment, tel un haricot sauteur, ou la tare congénitale des Rougon-Macquart, et passe de génération en génération. Et on a encore vu récemment sa présidente qui croyant faire du de Gaulle a fait du Pétain. Et dans l’affaire de cette déclaration, et du ton qui y a été mis, et de la gestuelle du corps qui l’a accompagné, dans cette déclaration sur la rafle du Vel D’hiv et sur la non responsabilité de la France, il y a eu un aveu terrible. Quoi qu’on dise – et les gens le savent – l’antisémitisme est toujours là, il est toujours à l’œuvre.
    Le plus népotiste, le plus affairiste, le plus corrompu des partis politiques français c’est le Front national.
    On sait aussi, ça a été dit et répété, on peut le répéter encore ce soir, bien-sûr, mais au fond à quoi bon, que le plus népotiste, le plus affairiste, le plus corrompu des partis politiques français c’est le Front national. Les affaires qui sont instruites en ce moment, à la fois concernant les rapports des élus frontistes au Parlement européen et à la campagne nationale française sont là pour le prouver. S’il y a un problème de corruption dans le système politique français, le Front national en est la manifestation la plus éclatante.
    S’il y a un problème de corruption dans le système politique français, le FN en est la manifestation la plus éclatante.
    On sait aussi, ça a été dit et répété, cela est présent à la conscience de quiconque, que lorsqu’il n’est pas financé par la pompe à finance de l’argent publique détourné, le Front national est financé par l’argent prêté par des banques elles-mêmes soumises au pouvoir central, d’un pays qui n’est pas n’importe quel pays, qui est la Russie et qui n’est pas particulièrement un ami de la France. Donc on sait que ce parti qui prétend à la restauration de la France est un parti qui, aujourd’hui encore, comme toujours dans son histoire, s’est mis à la remorque d’un Etat non amical, dont le projet politique est de détruire l’Union Européenne, dont le projet politique est de déstabiliser les processus électoraux dans les grandes démocraties, aux Etats-Unis, en France, qui est donc la Russie de Vladimir Poutine. On sait tout ça. Le Front National paie ses kits de campagne, ses tracts, avec l’argent de Poutine.
    Ce parti qui prétend à la restauration de la France est un parti qui, aujourd’hui encore, comme toujours dans son histoire, s’est mis à la remorque d’un Etat non amical.
    On sait encore, et on peut le rappeler très vite, que ces 10, 20 dernières années, chaque fois que la France a été engagée dans une épreuve de force diplomatique difficile, ou dans des opérations militaires loin de nos frontières où des soldats français sont physiquement engagés, on sait que le Front national de Marine Le Pen a systématiquement, avec une espèce d’acharnement méthodique très étrange, choisi le parti de l’ennemi. Que ce soit dans la grande querelle géopolitique qui a entouré l’agression, la tentative de remodelage des frontières Est européenne et ukrainienne par Poutine, que ce soit au moment de la guerre de Libye, ou que ce soit dans les opérations syriennes. Dans ces deux cas des aviateurs français risquaient leur vie. Des soldats français, des forces spéciales françaises, dans des guerres justes ou pas on peut en discuter, risquaient leur vie. Et le Front national s’est rangé systématiquement, du coté, dans le camp, sous les couleurs, de l’ennemi. On sait tout cela.
    On sait que, cela a été dit et répété, et démontré, que le programme du Front national est un programme qui, s’il était appliqué, aboutirait à la sortie de l’euro, laquelle aboutirait à une dévaluation de fait de la monnaie française, à une montée paroxystique des taux d’intérêts payés par la France pour parvenir à financer sa dette et à un appauvrissement net des classes moyennes et pauvres.
    Le Front national est un parti qui attise la guerre entre les Français, jette les communautés les unes contre les autres, qui réduit souvent la citoyenneté française à son fond communautaire. »

  34. Edgar Morin ou Casimir fidèle à son gloubi-boulga habituel :

    « Macron et Le Pen ont tout d’abord en commun d’avoir brisé l’hégémonie des deux partis traditionnels de la vie politique française. Leur ascension occulte le clivage gauche-droite, devenu certes invisible en économie et en politique extérieure mais qui reste encore profond dans bien des esprits.
    Leur opposition contraint à une alternative stérile entre mondialisation et démondialisation, Europe et nation, américanisation et souverainisme, alors qu’il faudrait promouvoir l’indépendance dans l’interdépendance, accepter la mondialisation dans tout ce qui est coopération et culture, tout en sauvant des territoires menacés de désertification par des démondialisations partielles ou provisoires.
    Il s’agit de maintenir et de protéger la nation dans l’ouverture à l’Europe et au monde. Il faut dépasser l’alternative stérile entre mondialisme et nationalisme. Quant à l’opposition entre progressiste et conservateur, elle ignore que le progrès nécessite conservation (de la nature et de la culture), et que cette conservation nécessite progrès. »

  35. Le 29 Avril 2017 à 21 h 20 min,abcmaths a dit :
    Les pays non développés sont moins endettés (On ne prête qu’aux riches)

    vous n’allez tout de même pas me dire que ce sont les pays « non développés » qui prêtent aux pays développés !

    • Les fonds d’investissement ne prêtent rien aux pays sans ressources (et par conséquent ceux-ci ne sont pas endettés ) mais sont super heureux de prêter à des pays comme la France qui a toujours payé ses intérêts rubis sur l’ongle .
      La proportion d’investisseurs étrangers dans la dette de l’État français s’est stabilisée depuis 2013 à un peu plus de 64%.( en 2000, c’était 33%, 2 fois moins qu’aujourd’hui et c’est bien là que le bât blesse)
      Il s’agit d’investisseurs institutionnels, comme des fonds de pensions et des fonds d’assurance notamment, mais ce sont aussi des fonds d’investissement souverains, des banques, ou des fonds spéculatifs.
      Parmi les plus importants investisseurs français figurent Axa Investment, Allianz Global Investors, MMA Finance, CM-CIC AM, BNP Paribas AM, CNP Assurances, Amundi France, etc…

      • « Les fonds d’investissement ne prêtent rien aux pays sans ressources (et par conséquent ceux-ci ne sont pas endettés )  »
        Pourtant…
        Acheter à bas prix de la dette de pays sous-développés peut être extrêmement juteux: c’est la pratique des « fonds-vautours » dont on veut croire que certains gouvernements veulent les combattre mais qui ont encore,semble-t-il de l’avenir.
        Voir par exemple:
        http://www.cadtm.org/Paul-Singer-market-master-or

        business model: Profiting hugely from struggling companies and countries

        modèle économique:Profits énormes à tirer des compagnies et pays en difficulté

  36. Une journée sans Thomas13, c’est une journée ratée.
    Ses pompeux-pompant-pensums de 22h16 et de 22h36 dont la longueur est signe patent de vacuité, cette logorrhée pesante de BHL est ce que j’ai lu de plus drôle depuis bien longtemps …drôle au sens de ridicule.
    Par cette petitesse de petit poisson frétillant de sa queue écaillée, on voit bien qu’il n’est qu’un petit chou farci d’informations disparates tout juste bon à venir rabâcher sa leçon sur ce blog.
    Le colibri qui se prend pour un aigle…bravo, l’autiste !

  37. Le journal de Lagardère va au bas peuple qui semble ne pas aller là où il devrait en convoquant quelques vioques parcheminés sortis pour l’occasion des maisons de retraite (aBorloo, Bad Inter et l’ex-secrétaire de Jean Moulin) pour lui faire augurer les nuages sombres et les feux de l’enfer qui couvriront le pays en cas de défaite de Toufriquet :

    http://www.lejdd.fr/

    Toufriquet, lui-même, « se livre » au jdd pour racheter nos péchés, démontrant en creux qu’il veut incarner une synthèse audacieuse de judas et de jésus. Mieux ! A propos de synthèse, il n’hésite pas à piétiner les plates-bandes du père puisque l’interview se termine par cette inquiétante déclaration d’apprenti sorcier :

    [On va réaliser] (?) « un arc électrique qui permettra de faire des réformes dans le pays »

    Une expérience d’adventiste * du septième jour pour nous servir au plus vite un infâme brouet primitif pour tout recommencer ? Un laboratoire social et collaboroboratif de création de substances métamphétaminées pour tous ? La promesse d’un audacieux mélange de genèse et de jugement dernier ?

    Tremblez mortels devant ces ellipses, l’apocalypse du début de la fin est proche !

    * est ce un hasard si l’adventisme et la soupe primitive ont été réalisés par un certain Miller ?

  38. Scuzez le dernier post…n’avais pas fini de l’écrire, et zou! A Disparrouu.
    Je voulais dire que le fascisme se tient près des « Progressistes »,de leur vision aveuglée du réel violent. De leur antisemitisme (sous couvert d’antisionisme), et de leur fascination morbide (intensément masochiste) pour l’islam mortifere nihiliste.
    C’est le principal et la racine!
    En comprenant cela, vous sortez de cercle mortel des insensés .
    Il y en a beaucoup dans la nasse, ce Pape qui tend la joue, ces juifs de gauche, la majorité des medias, de la magistrature, de l’université, des banques et de la finance, Soros tireur de ficelles, berge et sbires, et bon nombre de gens qui vont payer cher leur
    terrifiante paresse et Inculture littéraire, artistique etc…
    Lellouche, dégoûté se tire, Denis Tillinac (une plume un style une flamme digne d’un Grand) désire un temps, contempler la rosée de l’herbe du matin, respirer le parfum d’un vin qui restaurera sa belle âme. ..

    • « Cela doit être aisément démontable, bien sûr. »

      A condition d’avoir le plan de montage. Condition nécessaire mais pas du tout suffisante car chez ikea on n’a pas prévu de démonter le fragile agglomérat particulaire de ce qu’ils appellent « meubles ».

      NB : Au dos, il y a parfois un plan B mais il est écrit en tibétain classique par un serbo-croate et traduit par glouglou. Sans compter que des vétilleux ont montré dans la note précédente que mêmes les idéogrammes les plus censément explicites font l’objet d’interprétations divergentes sur la (longue) marche à suivre.

  39. Je ne comprends pas cet usage péjoratif du terme apocalypse.
    Cela peut choquer certes, au début ; les dévoilements, les révélations.

    Le vrai problème de l’élection présidentielle c’est que l’on peut se dire :
    -Tiens, déjà 5 ans ; ça passe vite.
    (le nombre d’heures de vol s’accroit à chaque élection)

  40. En somme, si j’ai bien compris les plus longues tirades, il faut voter Macron à cause de la seconde guerre mondiale?
    Contrairement aux pavés en question, ne serait-ce pas un peu court comme argumentation?
    De toutes façons, il n’y a pas lieu de s’inquiéter : si MLP est élue, il y aura foule dans la rue à peine les résultats proclamés, si c’est Macron, ça sera juste un certain nombre de mois plus tard.

  41. La presse : la caissière « prévoit de créer une monnaie nationale pour le quotidien ».

    Un million de néo-francs pour (être menés à ) la baguette, c’est pain béni pour Toufriquet et sa bande.

    http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2010/09/30/article-1316442-00159D9300000258-473_233x423.jpg

    Cela posera quelques petits problèmes techniques que les libéraux résoudront rapidement. Par exemple, il faudra deux uber-menschen par pizza livrée dont un transportera les liasses.

    • Si vous étiez allé faire du tourisme de l’autre côté du rideau de fer avant qu’il ne s’écroule, vous auriez constaté que ça se passait à peu près comme ça : 2 serveurs pour encaisser l’addition, l’un pour surveiller que l’autre remette bien tout le fric au camarade responsable.

  42. Je ne vois pas en quoi mon vote blanc (c’est mieux que l’abstention je trouve, en plus je n’ai jamais fait) ferait basculer le pays dans le fascisme.
    Vu que l’on s’est déjà farci le fascisme rose avec des Valls et consort (loi sur le renseignement, loi antiterrorisme ; une de plus, il y en aura quasiment eu plus de produites qu’il n’y a eu de terroristes en France depuis ceux de l’OAS après mars 1962, etc .)

    Valls dont un esprit acéré avait pu dire (j’avais amené une partie de l’argumentation, relativement à Bush) ; que l’on avait voté Hollande pour dégager Sarkozy et que l’on se retrouvait avec G.W Bush comme premier ministre (Valls et l’axe du mal après les attentats)

    Franchement ; ce qui pourrait arriver pourrait être pire que quoi ?
    De plus ; qui que ce soit, élu avec une faible pourcentage de l’électorat voit sa légitimité pâlir.
    (ce qui n’évite pas les ennuis, j’en suis conscient)

    • J’oubliais le passionnant débat sur la déchéance de nationalité (Hollande ayant lui même reconnu qu’il n’était pas intervenu assez tôt pour siffler la fin de la récréation) avec laquelle on en arrivait à envisager de déchoir de leur nationalité des types s’étant fait sauter ou qui sont morts de saturnisme (un excès de plomb dans le corps, notamment la tête)

      • Totalement de votre avis, ceux qui n’ont pas compris que les partis du PS et de la droite sont bien plus dangereux et les plus situés à l’extrême droite que MLP qui n’a jamais été au pouvoir jusqu’à présent.

        Cela ne veut pas dire que j’adoube MLP. Je dis qu’elle sert de repoussoir pour une majorité d’électeurs soit 80 % au moins et je maintiens, persiste et signe, elle ne sera jamais élue car elle se maintiendra en prétendant combattre le système qu’elle sert.

        Et malgré la dite « dédiabolisation », le FN continue de conserver en son sein, même s’ils ne se montrent plus, une frange de militants encore extrêmement racistes et xénophobes, sans parler de certains publics comme Civitas et j’en passe, qui ne me donne pour ma part absolument pas envie de voter pour MLP même en me pinçant le nez. Chacun son truc mais moi c’est non et ce sera ni l’un ni l’autre. Point final.

        • Totalement de votre avis, les partis du PS et de la droite sont bien plus dangereux et les plus situés à l’extrême droite que MLP qui n’a jamais été au pouvoir jusqu’à présent.

          Je rectifie.

        • Vous avez certainement raison mais tenez-vous le même raisonnement avec les autres partis qui « conservent en leur sein » des militants antisémites et racistes (comme les islamistes par exemple) ? Vous n’en avez pas chez vous ?

          • Non pas à l’UPR, la majorité des militants viennent de la gauche, de l’extrême gauche, du centre, d’EELV et de la droite. Cela étant on rencontre aussi énormément d’anciens abstentionnistes. Il y a aussi probablement des gens qui viennent du Front National et qui votaient par dépit pour le FN parce qu’ils ne croyaient plus en la politique. A savoir s’ils étaient foncièrement racistes, allez leur demander vous même.

  43. Pour moi la suite du programme est clair ; je vais évaluer le sectarisme Macronien (J’ai déjà commencé à en faire les frais, probablement ; un chatouillis, de la franche rigolade. Juste de quoi éveiller l’attention sur un nouveau gibier)
    Je parie un œil que je vais retrouver des ex je ne sais pas quoi, déjà familiarisés avec le sectarisme (c’est comme un atavisme chez ces gens-là)

  44. Quelques indiscrétions qui circulent sur le futur gouvernement de MLP.

    - Premier Ministre: Nicolas Dupont-Aignan
    - Ministre de l’Education Nationale: JPB le Grenelé
    - Grand Imprécateur National: Dugong le Croassant
    - Ministre des Finances: abc du Boulier-Compteur
    - Ministre de l’Intérieur et des Cultes: Thomas-turge
    - Ministre de la Famille: Allons (Bon les) Enfants!
    - Ministre de la Culture: Driout le Savant
    - Ministre de la Justice: Sisyphe de la Pénitence
    - Ministre de l’Agriculture: Lormier Blanchi du Harnais
    - Ministre des Régions Libérées: Charbonnel de la Langue-Roussie
    - Ministre de l’Outre-mer: Coralline de Sainte-Algue

    • La candidature de Mélenchon –petit pétard mouillé à grosse mèche radotante– au Ministère de la Parole, a été retoquée.
      Pic épique et hologramme,
      Adieu, blaireau !

    • Merci, c’est sympa! avant de prendre ma retraite j’avais justement envisagé de demander ma mutation pour Tahiti. Au moins, grâce à vous, j’aurai réalisé mon rêve (virtuellement, mais c’est toujours ça) .

  45. Bonjour,

    Macron va passer c’est évident. Cependant je crains que nous élisions encore un président dépourvu de compétences scientifiques, sans parler du ministre de l’Educ Nat : qui est pressenti?
    Je crois que le dernier personnage au sommet de l’Etat, qui maîtrisait plus que la règle de trois, fut Giscard : je me trompe?

    • Vous n’envisagez même pas un binôme Emmanuel Macron-Marine Le Pen ? L’un président, l’autre premier ministre.

      La vie est une farce pleine de rebondissements alors la politique …;

      • C’est une idée, peut-être une chance pour la France. MLP serait a seule 1er ministrable du FN?
        En revanche un tandem Macron / NDA me plairait plus, surtout si NDA faisait passer ses idées concernant l’école! Mais on rêve…

  46. Vous savez pourquoi Hervé veut absolument me coller le ministère de la culture dans les pattes ? Parce qu’il se réserve le première syllabe pour son divertissement personnel.

    • Excellent article, dont je recopie la péroraison due à mn ami Jacques Sapir :

      « Car, quelles que soient les critiques que l’on peut faire à Mme Marine le Pen, et j’en ai fait quelques unes dans ce carnet, la décence devrait obliger cette même meute de reconnaître qu’il n’y a rien de « fasciste » ni dans son programme ni dans le comportement de son mouvement. Où sont donc les milices armées qui tiendraient les rues ? Depuis des années elles viennent d’une toute autre mouvance que le FN. A prétendre que le FN est « antirépublicain » on s’expose de plus à une contradiction évidente : si ce mouvement fait courir un danger à la République, il devrait être interdit et ses responsables emprisonnés. Si tel n’est pas le cas, c’est que ce parti n’est pas un danger pour la République.
      A vouloir se draper dans l’Histoire, cette meute journalistique et écrivassière se prend les pieds dans le tapis. Le programme défendu par Mme Marine le Pen est un programme populiste, avec ses bons mais aussi ses mauvais côtés. C’est un programme souverainiste, même s’il n’est pas exempt de dérapages, comme sur la question du droit du sol et de la protection sociale. On peut le contester, on peut même le réprouver. Mais, en faire un épouvantail est d’un ridicule achevé. Non, nous ne sommes pas dans l’Allemagne de 1933. Nous ne sommes même plus dans la France de 2002. Les choses ont profondément changé, sauf peut-être l’inconscience crasse de cette meute bavante qui nous rejoue la même partition qu’elle nous avait jouée lors du référendum de 2005. Et, il faut le souligner, elle avait été battue à l’époque ! »

  47. Oui Gabrielus !

    Hervé recherche toutes les positions les plus favorables !
    Le petit livre rouge qu’il préfère a été publié au Danemark dans les années soixante et n’a rien à voir avec celui de Mao.

  48. J’ai reçu trois livres de chevet :
    - de mes parents : Les mérites du gazon synthétique.
    - de l’école : Comment reconnaître les méchants fascistes ?
    - de l’État : Osez l’oisiveté !

    Donc je vote Le Pen.

  49. NON, NON, NON, et NON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    JAMAIS je ne prendrai le risque de voir Philippe Meirieu, qui, pour moi, aurait dû se retrouver en prison pour discrimination scandaleuse des enfants des classes modestes (qui, disait-il, pourraient se contenter d’apprendre à lire dans des modes d’emploi, point besoin pour eux de lire les grands auteurs !) arriver aujourd’hui à la tête du ministère de l’Education nationale, déjà suffisamment peuplé encore de ses fidèles les plus nocifs !

    Monsieur Brighelli, soyez remercié pour cette information, que les grands médias se gardent bien d’ébruiter.

    J’en étais restée, à vrai dire, à la nomination éventuelle de Bariza Khiari, cette sénatrice PS et musulmane soufie qui compte parmi ses proches Tariq Ramadan, auquel elle a donné raison contre notre Etat, et Marwan Muhammad, n° 1 du sulfureux Collectif contre l’islamophobie en France, et qui est en outre présidente d’un Institut des cultures d’islam subventionné par les fonds publics, mais qui abrite néanmoins une salle de prière régie par la Mosquée de Paris !

    Je n’avais déjà nullement envie de voir cette personne succéder à l’inénarrable Vallaud-Belkacem, mais alors là, la coupe est pleine : Philippe Meirieu !!! Le pape de la secte des pédagogistes !
    Celui qui, aujourd’hui encore, prône que l’école aurait « pour charge d’arracher l’enfant à l’emprise de sa famille » !!!
    Celui qui a livré notre école et nos enfants et nos jeunes à la mainmise scandaleuse des « pédagogistes » masqués ou revendiqués, ou simplement naïfs et croyant « bien-faire-puisque-Meirieu-le-dit », qui les détruisent à coups de « sciences cognitives » mal digérées et aux balbutiements transformés en oukases pour mieux manipuler les cerveaux enfantins !!!

    IMPENSABLE !

    • Préparons pancartes et slogans et tenons-nous prêts, j’ai serré les dents en attendant les grandes vacances de NVB, je ne tiendrai pas plus longtemps !!

      • A mon humble avis, vu ce qui vous attend, vous ne devriez pas serrer uniquement les dents.

        Avec une bonne préparation physique et mentale, on est toujours ébahi de ce qu’un humain peut supporter.

        • Si c’est Merieu, nous devrons rentrer en résistance.
          L’action pour moi consiste à infiltrer le système, il faut noyauter les inspections et être patient.

          • « Infiltrer le système »? Ah?
            Depuis trente ans que certains essaient d’ »infiltrer le système », ça n’a pas l’air d’être très efficace! Au contraire, les choses ne cessent de s’aggraver! Le collège NVB survivait en perfusion grâce aux professeurs qui persistaient à professer. Avec Macron, sous couleur d »autonomie des collèges » oblige, on fera rentrer dans le rang ces électrons ( trop ) libres …

  50. Le Figaro : Que répondriez-vous aux partisans d’Emmanuel Macron s’ils vous reprochaient d’avoir une vision politique passéiste?
    Marie-France Garaud : Mais qui est Emmanuel Macron?

      • Avec tout le respect que j’ai pour Madame Garraud, sincèrement je ne la comprends plus.

        Que nul ne souhaite voter pour Macron, tout le monde ici le comprend bien. Moi non plus je ne voterai pas Macron. Mais excusez moi quand même de le souligner, l’UPR a réuni au moins 21 contradictions du FN sur la sortie de l’euro. Je vous soumets donc volontiers la vidéo pour vous en preniez connaissance au cas où ce ne serait pas fait. Par ailleurs Madame Le Pen et ses affidés ont encore changé d’avis : il n’est plus question maintenant de sortir de l’euro et encore moins de faire un référendum comme initialement prévu depuis le ralliement de NDA. Un article du Figaro vient de le confirmer. Comment et par conséquent peut-on accorder du crédit à une telle personne qui change autant d’avis que de chemises sur des questions aussi cruciales ???? Jamais et y compris sur les autres promesses de faites, elle ne remplira sa tâche car si elle reste comme prévu dans l’euro (d’ailleurs elle vit sur la bête depuis plus de 30 ans au moins, est même poursuivie pour emplois fictifs et j’en passe par le parlement européen, comment pouvez-vous penser qu’elle va scier la branche sur laquelle elle est assise alors que ses revenus et ceux que perçoivent ses affidés lui permettent de faire vivre le FN) elle appliquera les GOPE et rien d’autres. Voici donc les liens pour vous en donner la preuve. Elle est une euro-atlantiste comme les autres et en votant pour elle vous allez une fois de plus verrouiller le système et faire le jeu de l’oligarchie. Si c’est bien ce que vous voulez, continuez en ce sens….

        http://www.rfi.fr/france/20170430-presidentielle-retropedalage-fn-referendum-sortie-euro

        https://www.youtube.com/watch?v=LwvnNJO6RBo

        • Vous régurgitez le discours de F.A sans vous donnez la peine de comprendre l’enjeu du score de Macron aux présidentielle sur l’objectif des législatives. Nous ne parlons pas de but.
          Par ailleurs, il manquait deux cautions morales à F.A pour lui donner l’envergure médiatique qui lui manquait cruellement : Garaud et Sapir.

          • Il a juste eu droit à :
            Benajam du Réseau Voltaire
            Etienne Chouard

            Jean Bricmont
            Bruno Drweski
            (des défenseurs de Faurisson, au motif de la liberté d’expression ou pire)

            Olivier Berruyer

            Ça fait réfléchir.

          • Si vous pensez que Steeve Briois ou Jahkl sont des personnages dignes d’une haute respectabilité, un négationniste en puissance qui affirmait il y a quelques années que le zyklon B ne permet pas de procéder efficacement à des tueries de masse eh bien écoutez je vous laisse le privilège de vous rallier à ce genre d’affidés qui doivent sans doute vous ressembler par certains côtés, puisque vous semblez tant les adouber…

            Moi je préfère Asselineau et quand bien même Etienne Chouard dirait des choses justes du genre 1+1=2, je ne vois pas vraiment pas pourquoi j’irai tout simplement le black lister sous prétexte qu’il vous donne à réfléchir.

            Au contraire cela me donne la certitude d’être justement sur la bonne voie.

          • Je comprends très bien l’enjeu des législatives puisque je suis moi même candidate figurez-vous et je ne régurgite pas le discours de FA il suffit simplement de se renseigner et lire la presse.

            FA a déjà eu l’occasion de discuter avec Jacques Sapir et de débattre sur Sud Radio et de même Vincent Brousseau qui a été responsable de l’euro et des questions monétaires à la BCE de Francfort depuis plus de 15 ans.

            Quels que soient les ralliements, il y aura des cocus dans l’histoire, notamment pour ceux qui imaginent que MLP les sauvera du désastre et surtout la maison France…

          • J’adoube personne ; je vais voter blanc.
            Pour Asselineau ; il était déjà suivi en 2012, lors de sa course aux parrainages.
            Je découvre rien du tout, j’ai bien suivi la propagande autour de la couverture d’historia et je peux vous filer un lien vers un pdf avec le numéro concerné. Vous verrez que contrairement à ce qu’Asselineau a affirmé, Historia n’a jamais prétendu que J. Monnet était un agent de la CIA.
            Déjà Historia, comme source c’est limite …..

        • Mme WAGNER. Vous êtes effarante, votre mécanique, comme Asselineau, relève de la dénonciation, eussiez vous raison, et ce n’est pas le débat, vous avez tort sur le fond.
          Avec un reliquat d’honnêteté intellectuelle qui oblige à la cohérence, si vous prenez le chemin de la critique ce sera une voie vers l’infini, ceci intégré, vous apercevrez, peut être, que le papier de JP Brighelli n’exprime rien d’autre qu’un ras le bol. Que viennent faire Asselineau ou MLP dans cette histoire ?
          Cette élection a ceci d’unique, c’est qu’en plus d’un choix qui s’est imposé aux électeurs, le candidat Macron est un pur produit marketing, un paquet de lessive, dont certains se complaisent à y voir un pouvoir de puissances manipulatrices à l’oeuvre alors que Macron n’est, hélas trois fois, que l’accouchement d’un système qui s’auto entretien dans la médiocrité.
          Libre à vous de porter la voix d’Asselineau ou Tartempion, mais encore une fois, vous êtes totalement à coté de la plaque.
          Vous ne percevez pas que vous ne construirez jamais rien en démolissant les autres, quel que soit l’autre, et qu’en agissant de la sorte vous êtes l’incarnation de ce que vous dénoncez.
          Keep calm madame…

          • C’est l’hôpital qui se moque de la charité ?? Je n’ai jamais prétendu le contraire que Macron était un paquet de lessive pondu par l’oligarchie.

            Je vous signale que c’est vous même qui ne cessiez de m’attaquer parce que justement je ne vais pas dans votre sens, à savoir d’adouber entièrement les propos de JPB, l’hôte de ces lieux et d’aller jusqu’au bout du raisonnement à savoir voter pour MLP. Ce fut d’ailleurs toujours ainsi sur Bonnet d’âne, dès que nous ne sommes pas du tout du même sur les solutions, forcément on passe pour un abruti de 1ère. Et ce sont après ces personnes-là qui prétendent que les abrutis en question sont de mauvaise foi et des intolérants en puissance. Et bien quand on vous cesserez vos attaques personnelles serviles, peut-être que nous pourrions entamer une discussion plus amène, mais je pense que de toutes les façons vu votre façon de formuler ou plutôt de déformer mes propos, c’est peine perdue.

            Il semblerait en ce sens que bon nombre de personnes ici ne supportent pas la contradiction, notamment lorsque l’on est pas d’accord sur le fait que MLP ne résoudra rien, mais si vous souhaitez rester borné et obtus c’est votre affaire finalement. Je vous laisse indubitablement à vos chimères…

            Pour ma part, je m’en vais définitivement de cette page, qui finit sérieusement par sentir clairement mauvais. Vous n’avez toujours pas compris que quoi que vous fassiez, vous aurez Macron et que vous boufferez des GOPE en long, large et travers.

            Pour ce qui est d’Historia, merci j’ai en ma possession l’article en question.

            Il y a notamment un autre article, écrit par un britannique cette fois du Daily Telegraph et daté du 27 avril 2017 qui confirme les propos d’Asselineau sur cette question ici : http://www.telegraph.co.uk/business/2016/04/27/the-european-union-always-was-a-cia-project-as-brexiteers-discov/

          • Évidemment qu’ils ont tout fait pour lancer une construction européenne.
            Il fallait voir l’état de l’Europe en 1947. (une énième guerre)
            Par contre J. Monnet comme agent de la CIA ; c’est non (un fieffé libéral qui a dévoyé pas mal de choses ; d’accord)
            Ça figurait dans le titre, accrocheur ; sous la forme interrogative.
            Reprendre cela comme argument de campagne c’est une erreur.
            Tous les politiques en commettent ; ils ne sont pas là pour faire penser mais pour faire croire.
            C’est une similitude avec la religion ; est-ce pour cela que des égarés vicieux essaient de réintroduire le religieux dans le débat ? (ou le religieux dans le débat et l’espace public)

            A propos de J. Monnet ; il faut relire le discours de Mendès-France lors du traité de Rome (j’ai fourni le lien vers le JO de l’époque dans le forum (en janvier je crois ; au moment de la date anniversaire et là je ne l’ai pas sous la main)
            On peut voir :
            http://www.cvce.eu/obj/discours_de_pierre_mendes_france_sur_les_risques_du_marche_commun_paris_18_janvier_1957-fr-c81bfdc2-20a9-4eaa-82ec-c2117fa1f3c2.html

            C’était ça les arguments valables contre Monnet et consorts.
            (pas les complots)

    • Ou ce coup de patte de jésuite, apparemment anodin mais infiniment plus dévastateur que maints anathèmes : « Quant à M.Macron, je ne sais d’où il vient! ». Tout était dit!

  51. Il paraît que l’on va tirer au sort les étudiants qui auront le droit d’étudier à l’université française.

    Je demande que l’on étende ce droit à la présidentielle 2017.

  52. Le pauvre Daniel Cordier qui fut le secrétaire de Jean Moulin et qui est presque centenaire est intervenu pour dire qu’au nom de la lutte contre le nazisme il fallait voter pour Emmanuel Macron.

    On appelle cela un anachronisme.
    Les Nazis voulaient tuer les Français parce qu’ils étaient Français tout bonnement ; comme aujourd’hui les Islamistes veulent tuer les Français parce que ce sont des mécréants de Français.
    Si on veut absolument faire un parallèle historique entre 1940 et 2017, c’est bien le seul possible.

    • Le plus drôle de l’affaire c’est que Daniel Cordier n’a jamais tué de ses mains un seul Nazi, ni même un seul Allemand !
      Invoquer la guerre à tout propos et hors de propos cela relève en temps de paix du malentendu.
      La France a suffisamment d’ennemis comme cela sans en inventer d’imaginaires !

  53. Ah, vous êtes rentré pour voter ! Un des meilleurs rôles de Mastroianni avec la belle Léa Massari : Fulvio dans « Allonsenfàn » !

  54. Bravo JPB pour cette prise de position qui montre si besoin en était que vous avez des couilles au cul et qu’affronter la meute ne vous fait pas peur.
    Moi j’ai toujours peur à mon humble niveau d’une mort sociale, familiale, professionnelle si j’affichais mon prochain vote FN/antimacron.
    Vivement dimanche pour cette élection très œdipienne entre une candidate qui a tué son père et un candidat qui a épousé sa mère.

    • …mot cruel qu’il avait « emprunté » à Chateaubriand,si l’on en croit Simone de Beauvoir;ça doit être dans les Mémoires d’Outre-Tombe.( l’archiviste-mémorialiste-burquiniste que vous êtes n’aura aucun mal à nous fournir les précisions;)

      Le Maître avait imaginé une variante fort piquante:à propos d’Hervé,il avait dit: »La jeunesse peut aussi être un naufrage. »

  55. Pourquoi encore associer le FN et le fascisme ?
    Pourquoi toujours répéter cette outrance calculée pour faire peur aux gens et les conduire à « bien » voter (c’est-à-dire pour ceux qui se partagent le pouvoir depuis si longtemps) ?
    Même Lionel Jospin (leader du PS ayant commencé sa vie politique chez les trotskystes et ex-premier ministre), dans un surprenant accès d’honnêteté, a avoué dans l’émission « Répliques » sur France Culture le 29/09/2007, que le FN (alors dirigé par Jean-marie Le pen) n’était pas un partie fasciste et que – je cite – « l’antifascisme n’était que du théâtre » (traduction: destiné à pigeonner les pigeons à des fins électorales).
    Entendre l’extrait ici :
    -
    https://www.youtube.com/watch?v=xY3jUuFBWIM
    -

  56. Monsieur Brighelli, pour justifier son choix d’électeur, avance un argument de poids (selon lui): l’éventualité de la nomination aux manettes de l’Education Nationale de Najat Valaud-Belkacem ainsi que d’un certain Monsieur Meirieu.
    Il ne peut accepter cela.
    Par contre, que représente pour Monsieur Brighelli le Front National? Apparemment un « détail » de notre histoire désormais révolue.
    L’antisémitisme et le négationnisme, fonds de commerce permanent de ses dirigeants, comme l’a encore récemment prouvé la pantalonnade de la nomination de Monsieur Jalkhe? Détails…
    Les fréquentations plus que douteuses de MLP, notamment l’extrême-droite autrichienne qui ne fait pas mystère de sa filiation national-socialiste? Détails, vous dis-je.

    En somme, pour Monsieur Brighelli, cette atmosphère nauséabonde entourant le FN et tous ses membres serait parfaitement respirable. Macron, voilà le danger…

    J’avais, jusqu’à présent, de l’estime pour Monsieur Brighelli dont je ne voulais rater aucune des chroniques.

    Maintenant, j’ai honte pour lui.

    • Je suis loin de connaître intimement les membres du FN. Et j’ignore s’il y a dans ses rangs des négationnistes — probablement. Quel parti pourrait répondre de chacun de ses membres ? Chacun a son lot de canailles, éventuellement condamnées en justice, et de petits connards.
      Je peux en revanche vous dire que ni Marine Le Pen, ni Nicolas Dupont-Aignan — ni Florian Philippot —, ne sont ni négationnistes, ni antisémites. Voilà pour les dirigeants et « l’atmosphère ».
      Vous répétez des mots d’ordre vides de sens. Reprenez vos manuels d’Histoire et revoyez la carrière de Doriot, par exemple — un ex-socialiste, sauf erreur.
      Et le « parti des fusillés » — le PC de la Libération — était aussi celui de Staline, un remarquable fusilleur — et antisémite notoire.
      Mais peut-être manquez-vous de culture…
      Occupons-nous des réalités françaises, au lieu de faire de l’idéologie.

  57. Là, juste un extrait, comme certains se plaignent sur ce blog , de ne pas pouvoir se concentrer trop durablement sur un texte, de facture littéraire en plus.
    « (Re)-commencement. Du boucan dans l’air du temps. Bourdonnement, vacarme, confusion, fureur. Au commencement de ce recommencement, quelques groupuscules bruyants, la rhétorique lyncheuse, brute, brutale, primitive, expectorant la passion haineuse en sapin de la miséricorde. A la germination de ce recommencement, des phalanges qui s’agitent et s’animent : «Aube Dorée», Jobbik, Svoboda, Vlaams Belang, FPÖ autrichien, le Front National avec les Léon Gauthier, ancien Waffen SS, les André Dufraisse, ancien de la LVF, les Victor Barthélemy, les Pierre Bousquets, ancien de la Division Charlemagne des Waffen SS, les François Brigneau, ancien du Rassemblement national populaire, parti collaborationniste…

    L’ombre revenue de la porte par laquelle elle était venue ; l’ombre non pas comme une chose nouvelle mais comme une chose qui était là, toujours là. Et la réaction? Indifférence tranquille quasi-générale : «Ces groupuscules ? Faits insignifiants. Ces fachos portent, certes, la litière de notre sombre passé mais ce n’est que du verbe au vol rattrapé d’un cauchemar lointain. Et du reste, ils ne comptent pas ; ils sont sans écho. Aucune vague houleuse en démence à l’horizon ! Aucun mouvement de masse s’élançant à l’infini, aucun molosse se jouant de la démocratie, tel Hitler, tel Mussolini, tel Franco, tel Salazar… C’est calme, c’est paisible.»

    Mais pressez, pressez la haine et il en giclera toujours la laideur, la fureur et le bruit. Et les mâts qui se brisent, vague après vague, campagne après campagne ; l’esprit de l’époque, lentement mais sûrement, transformé, infecté, contaminé, envouté par l’imbécile poison de la phobie de celui qui vit d’une autre respiration. La passion haineuse, dose après dose, instillée, injectée, la langue mutante, métamorphosée, la présentation plus soignée, l’alphabet, plus policé, les exécrations et les excommunications articulées calmement. Oui, cette rage fétide, morbide, répandue, désormais succès du jour et courant transversal dominant l’opinion. Et la posture voix du peuple, ces nationalistes manipulant sans scrupules les tourments et le désarroi de ceux à l’angoisse de l’époque livrés, le pied de plus en plus massif dans nos urnes.

    Passés les matins, passés les jours, passés les années, comme résignés, comme abasourdis, on ne fronde même plus, on ne s’insurge pas ; au gré du vent et de l’actualité, on se contente de hausser les épaules, et, du bout des lèvres, l’inquiétude inavouable, ravalée, la gorge sèche, on se rassure dans ses chaussons : «Tout cela n’est pas si bien grave que ça ! Il s’agit d’un vote protestataire. Il s’agit d’une crise de croissance de nos sociétés. Leur truc ne prendra pas. Ils ne nous surprendront plus jamais dans nos libertés. Ils ne nous voleront plus nos jours, nos vies, nos libertés.»

    Et les nouvelles, les mauvaises nouvelles qui se suivent et se ressemblent : le Jobbik passé de 2,2% aux législatives de 2006 à 20,2%, en 2014 ; l’Alternative für Deutschland en deuxième position aux législatives dans la région du Mecklembourg-Poméranie occidentale avec 22% des voix ; le «Perussuomalaiset» (Parti des Vrais Finlandais) au gouvernement ; le Ukip qui monte et le Brexit, le Fidesz du Premier ministre hongrois… Et récemment, le candidat de l’extrême droite à l’élection présidentielle autrichienne qui frôle les 50 % de voix ! Inondés de sueurs, on pousse un ouf de soulagement, on sort tambours et trompettes, on célèbre ; on se félicite comme il se doit, n’est-ce pas, de la victoire du candidat de la démocratie sauvée ! La catastrophe remise à plus tard. Vaincu le mauvais. Mais le mal … ? Le mal vraiment vaincu ? Le mal n’est-il, d’ailleurs, déjà pas trop avancé ?

    En vérité, en vérité, on n’a pas voulu voir et on ne veut pas voir ce que l’on voit. Entêtement et refus de (re)-voir le mal dans ses re-commencements ? Dans ses survivances ? Dans ses résurgences ? Dans ses re-nouveaux ? Dans ses re-naissances ? Mémoire collective de plus en plus trouée ? En vérité, en vérité, on peut mourir de défaut de mémoire. Nous sommes déjà au sol, en attendant, à la prochaine descente de l’histoire, que nous demeurions sans sursaut, le coup de grâce et le sous-sol. Oui, le gris masque déjà l’horizon ; oui, les démocraties sont, elles aussi, hélas, périssables, mortelles. Il est temps de se ressaisir!  »
    D.Gazunki

    • La question n’est pas de se concentrer ou pas sur un texte, la question est qu’un blog n’est ni une encyclopédie , ni un recueil de citations. C’est néanmoins gentil de chercher à instruire le bas peuple.

  58. Une vidéo très intéressante sur ce qui nous attend en terme de politique européenne, si on n’a pas encore compris à quel point le FREXIT est urgent, c’est maintenant ou jamais ou plutôt d’ici 5 ans car désormais c’est cuit…. Pendant ce temps, nous allons morfler sévère c’est moi qui vous le dis !

    https://vimeo.com/215093764

  59. M. Brighelli, je me fous de l’insignifiante politique hexagonale, et je ne suis ce blog que par intérêt pour les questions d’éducation. J’ai cependant en horreur que l’on me dise pour qui voter. Vous prenez en cela vos lecteurs pour des imbéciles et considérez que des adultes, que l’on peut supposer cultivés, intelligents et libres, ont besoin d’un guide ou d’une autorité intellectuelle quelconque pour savoir comment effectuer leur choix. Que vous soyez massivement approuvé en ces lieux n’y change rien. Cela témoigne juste du panurgisme ambiant. Vous vous posez en prescripteur d’opinion, à l’instar d’un vulgaire youtubeur ou des grands médias que vous dénoncez. On attend mieux d’un polémiste tel que vous. Quant au fait que vous recommandiez le vote lepéniste, ça n’est guère signifiant, au vu de vos errances passées. Gauchiste au temps où la droite savait gérer la France, vous êtes passé, comme notre Johnny national, et sans guère plus de succès, par toutes les modes. Quel que soit votre talent, et la justesse de vos vues sur l’éducation, vous êtes devenu un baromètre absolu de ce qu’il ne faut pas voter. Pour ce qui est du choix que vous préconisez, il ne me revient pas ici de vous faire la leçon (comme dit la chanson, chacun fait ce qui lui plaît), même si je note que vous confondez allègrement, ce qui est étonnant de votre part, les positionnements: vous le savez, le fascisme ne se confond pas avec l’extrême-droite, bien plus diverse, et ce n’est pas parce que Marine Le Pen n’est pas pétainiste qu’il est possible d’affirmer qu’elle n’appartient pas à ce bord de l’échiquier politique. A titre personnel, je vomis l’extrême-droite, que j’ai bien connue dans ma jeunesse. Je ne crois pas un seul instant à la transformation qu’elle affiche, si ce n’est qu’on a affaire aujourd’hui à un maurassisme 2.0, faisant feu de tout bois et recyclant Jaurès et Marx tout comme Le Pen père recyclait Valmy il y a dix ans. Elle pratique maintenant une efficace taqiya démocratique, qui berne les plus incultes (ou les « crétins », sous votre plume), les naïfs et les désespérés. Libre à vous d’y souscrire., mais par pitié, arrêtez de nous faire la leçon. Ceux qui ne votent pas, ou ne votent pas comme vous l’entendez ne sont ni des écervelés ni des veaux.

      • Et il ne nous fait pas la leçon, Brighelli, il écrit juste des chroniques un peu différentes des conneries de la pensée zéro qu’on a la mauvaise habitude de lire su Google actualités .
        Qui êtes-vous ?

    • Je suis comme vous, depuis mes dix-sept ans et le seul meeting politique auquel j’ai jamais assisté: je déteste les leader d’opinion et les prescripteurs.
      Mais je n’ai aucunement l’impression que JPB fasse partie de ces catégories. Comme tout blogueur, il expose ses points de vue; libre aux lecteurs d’adhérer ou pas.
      Bien à vous.

  60. Tout de même, prendre de si haut un gouvernement de cette qualité!

    - Premier Ministre: Nicolas Dupont-Aignan
    - Ministre de l’Education Nationale: JPB le Grenelé
    - Grand Imprécateur National: Dugong le Croassant
    - Ministre des Finances: abc du Boulier-Compteur
    - Ministre de l’Intérieur et des Cultes: Thomas-turge
    - Ministre de la Famille: Allons (Bon les) Enfants!
    - Ministre de la Culture: Driout le Savant
    - Ministre de la Justice: Sisyphe de la Pénitence
    - Ministre de l’Agriculture: Lormier Blanchi du Harnais
    - Ministre des Régions Libérées: Charbonnel de la Langue-Roussie
    - Ministre de l’Outre-mer: Coralline de Sainte-Algue

  61. Ben voilà…Notre JPB qui traverse le plafond de verre.
    J’imagine sa réaction, genre Jo Dalton devant Lucky Luke, quand il a appris la rumeur Meirieu.
    En vérité, je vous le dis mes frères, on finira par regretter Fillon.
    En tout cas, on n’aurait pas été emmerdé comme on l’est aujourd’hui. Choisir entre la peste blonde et le phylloxera.

      • Un ministre de l’éducation qui serait entré immédiatement en conflit avec son président s’il avait voulu abroger le socle commun de compétences au collège qui a ruiné toute ambition intellectuelle en massacrant les enseignements disciplinaires! Il faut se souvenir que M.Fillon, en 2005, a fait voter une loi éponyme dans laquelle il remplaçait la sanction de « connaissances  » par la validation de « compétences » ( en gros les « compétences » fixées par l’UE: à peu près lire, à peu près écrire, à peu près compter, etc… ). Pour faire passer la pilule il avait quand même pris soin de préciser que « d’autres enseignements seraient dispensés en plus du socle commun »: le latin et le grec, par exemple. Mais il ne pouvait pas ignorer que la logique du socle commun étant précisément qu’il devînt radicalement « commun » (comme le réclamaient à grands cris les pédagogistes, idiots utiles du Système), elle entraînerait mécaniquement la suppression de ces « autres enseignements  » , taxés d’élitisme, appelés « options ségrégatives » dans une Tribune commune FCPE-Terra Nova de 2014 , et la réduction du socle commun à un certificat d’employabilité à bas coûtt Ce qui arriva avec la loi Peillon , qui fit du socle commun de compétences le niveau maximal que le collège public ainsi « refondé » devrait désormais assurer à tout élève sortant de 3ème. Professeurs de lycées, réjouissez-vous!

  62. Maître, non, pas vous, pas ça … « Continuons dans le libéralisme … » relisez les penseurs libéraux, Toqueville, Say, Bastiat, Hayek. Pour une mise au point rapide, visitez Wikibéral, mais please Maître, arrêtez d’utiliser ce mot à contre sens ! Un pays avec un endettement comme le notre, un déficit en constante progression, un état obèse toujours plus gourmand, qui abandonne le régalien pour s’occuper de tout et n’importe quoi, provoquant à chaque fois des échecs retentissants, n’a rien de libéral ! L’état n’est pas la solution de tout, l’état est le problème ! L’état accouche de monstres comme l’EdNat , qui deviennent des instruments dans les mains des politiques, et qui sont par leur taille et la force des corporatismes syndicaux , irréformables … ça n’a rien de libéral !

    • Hayek a gagné ; les parlements nationaux sont supplantés par une structure d’autorité bureaucratique protégée de la volonté populaire.
      C’est ça le problème, non ?

      Les exemples sont légions ; bientôt il y en aura plus encore, d’exemples.
      Il faut juste patienter.

  63. Que vous êtes bête, à penser ‘tiroirs’ mon pauvre shidaifeng de 18h10 ! Un petit tiroir pour les éclairés comme vous et, naturellement, un grand tiroir pour les assombris, i.e. les autres.
    J’aurais tant aimé vous recevoir pour un entretien ouvert dans un bureau anonyme et vous dire : « Désolé, rien pour vous, mon pauvre gars ! »

    • Comme dirait l’autre, c’est un peu court, jeune homme! Je n’ai certainement pas l’intelligence que vous revendiquez si hautement, ni sans doute votre modestie, qui semble sans bornes. Ma faiblesse intellectuelle s’étend même au-delà de ce que vous imaginez, puisque je n’arrive pas à déceler la moindre trace d’argument dans votre petit message si bienveillant. Or, je pense que si ce blog a un intérêt, c’est que l’on y expose des points de vue parfois antagonistes, mais argumentés, ou du moins consistants. Pour les attaques ad hominem, jeuxvideo.com est plus indiqué. Par ailleurs, je ne mets personne en tiroirs (quelle expression affreuse, on dirait du Macron) mais j’ai du mal à accepter que ce blog, initialement dédié à un combat honorable et non-partisan, celui d’une éducation de qualité, devienne un forum frontiste. Vous me direz que M.Brighelli est bien libre d’exprimer ses opinions comme il l’entend. J’en suis désolé pour tous ceux qui, comme moi, se désespèrent de l’école, mais n’éprouvent aucun intérêt à lire ici un tract FN.

  64. Bon, sur la (grave) question comment ne pas capituler devant Toufriquet, on récapitule :

    2002. 2ème tour Chirac-machin. Front républicain, barrage et désespoir, valeurs, gnagnagna ad nauseam. Chirac plébiscité, macache l’ouverture, électeurs sèchement sodomisés.

    2017. Tentative de remake. La caissière au programme pourri, ré-instrumentalisée à sens unique. Un seul espoir pour ne pas insulter l’avenir : Toufriquet le plus mal élu possible : 55-45, abstention à 30% *. En beaucoup s’abstenant (en particulier chez les toufriquistes moligasses et pétochards) et en laissant quelques téméraires voter caissière.

    Bonjour chez vous.

    * actuellement, d’après les sondagiers (qui, en passant, ne se sont pas trompés pour le premier tour) : 60-40-25. Mensurations insuffisantes.

  65. 55-45 ou 60-40 avec 40 d’abstention.
    40 d’abstention cela ramène 60 à 36 % du corps électoral.
    Ça limite les tentatives pour rouler des mécaniques, organiser une police de la pensée et tout ce genre de choses.
    Restera le mépris de classe (qui peut constituer un avantage ; tant que l’on vous méprise on ne se méfie pas de vous … )
    Si c’est 55 tout le monde rectifiera.

    Le mieux (ennemi du bien) serait 40 de votes blancs, pas d’abstention.
    Sinon ce n’est pas vraiment grave.

    De toutes façons en regardant les résultats du 1er tour, je ne vois pas comment pourraient s’organiser les reports de vote pour faire une majorité (dans l’hypothèse où ce sont les mêmes qui votent au second tour et au premier tour)
    Il risque d’y avoir des abstentions au second tour de gens qui ont voté au premier et réciproquement des abstentionnistes du premier tour pourraient voter au second tour (là ce serait pour Macron, vraisemblablement ; Le Pen ayant théoriquement fait carton plein au 1er tour, tous ses électeurs s’étant déplacés, il lui reste les reports au second tour)

    Aujourd’hui ils se disputent Jeanne d’Arc.
    Je croyais que c’était la fête du travail.

  66. Finkielkraut a déclaré sur Radio J qu’il ne pourrait pas voter pour Le Pen car il craignait la violence qui s’en suivrait.
    À moins que je n’ai pas bien entendu ses propos je suis un peu surpris par cela car j’ai la plus grande estime pour lui,
    En effet, et au delà de l’engagement partisan, cet argument me semble dangereux car il accepte implicitement ce qui ne serait autre qu’un comportement fasciste des électeurs de gauche.
    Je ne soupçonne pas Finkielkraut de lâcheté ni de quelque compromission que ce soit, bien au contraire, et j’ai souvent entendu cet « argument ».
    Je trouve très préoccupant que « l’inconscient collectif » puisse accepter cela qui en dit long sur la menace et la violence que recèlent les partis de gauche. Ceci se traduit d’ailleurs par les manifestations d’ »antifas » dont la violence et la bêtise sont toujours passées sous silence par les gouvernements de gauche, comme pour mieux laisser s’instiller une peur diffuse.
    En d’autres temps j’aurais crié au fascisme mais en cette époque lumineuse et à la veille d’un vote Macron je suis rassuré. D’ailleurs Thomas13 est d’accord, les antifas ne peuvent pas etre fascistes, leur nom le prouve assez, et le seul danger c’est le haifhaineu.

    • Ils ne sont pas fascistes ils sont sectaires.
      (vous êtes avec eux ou contre eux dans leur logique ; c’est gratiné du clivage)
      Il n’y a pas qu’eux.

  67. Dans « L’esprit de l’escalier », Finkielkraut annonce qu’il votera de mauvaise grâce Macron, mais qu’il votera pour lui quand même, convient que le FN n’est pas un parti « normal » et traite les électeurs du FN de « ploucs ».
    Très drôle de voir Finkielkraut aussi, vieillir au point de ne pas accepter un minimum de renouvellement. Il défend la France des bourgeois, celle qui réussit parce qu’elle « hérite » dans tous les sens du terme s’offusquant presque qu’on puisse soutenir toute la nouvelle économie : les consultants, les designers, les
    start-upers, et toutes ces nouvelles professions dont il n’a même pas la moindre idée.
    Finkielkraut, il faut lui laisser sa France bien tranquille, avec ses beaux paysages traditionnels, sa petite et grande bourgeoisie qui se gobergent, gardent le pouvoir et le refilent à leurs enfants, une France qui conserve sa belle culture pour soi et ses enfants : la France des châteaux de Fillon.
    Cette France-là, c’est la France qui hérite, celle des privilèges, celle de Macron c’est celle qui travaille et qui pense que c’est le travail et la prise de risque qui doivent être récompensés et non pas la rente.

    • Oui — ceux qui travaillent pour Uber à 8€ de l’heure 45h par semaine…
      Je vote pour le peuple, pas pour ceux qui exploitent le peuple.

    • Il est vrai que Finkielkraut est un héritier, ce qu’il faut dénoncer !
      Vous devriez aussi vous relire, vous éviteriez des contradictions entre vos exemples.
      Vous souffrez de devoir voter Macron qui est le héraut des « start-uppers » et le héros des châtelains.
      C’est une étreinte fatale, d’un côté le peuple qui sent le pâté et vote Le Pen et s’en l’autre les hauts revenus dont votre profession est exclue et par qui elle est méprisée, tout juste bonne à garder la progéniture des consultants.
      Macron c’est Attali, Minc et je pense que vous n’imaginez pas une seconde avec quelle morgue et quelle arrogance ils vous considèrent car rien qu’en ceci justifierait de voter FN.
      Vous avez les mains propres… vous connaissez la suite ! Gardez-les bien blanches, mais ne venez pas les tendre pour implorer dans quelques temps…
      Bonjour chez vous !

  68. La France de Macron n’a pas de châteaux : juste des villas (qui coutent bonbon, au Touquet)
    C’est moins chic, certes.

    Et puis les starts-up … (la prise de risque est limitée pour les salariés ; généralement ils sont stagiaires. Ils ne risquent pas de perdre leur emploi)

    • Cela fait déjà plusieurs fois que vous écrivez cela. C’est le problème de ces profs qui ne connaissent pas bien voire même pas du tout le monde de l’entreprise. Ce que vous dites est faux, les start-up ne fonctionnent pas avec 90% de stagiaires comme vous l’avez déjà dit, c’est tout bonnement impossible. Renseignez-vous avant d’écrire des choses pareilles. La législation en France interdit de prendre plus de 10% de stagiaires et d’une, et de deux, les start-up ont souvent besoin de professionnels très spécialisés.
      Pour le reste, pas la peine de répondre, c’est le naufrage de l’intelligence.

      • Je n’ai pas terminé ; vous en connaissez qui ont travaillé pour des roupies de sansonnet dans des starts-up, dans l’attente de retombées mirobolantes ?

        Moi oui.
        Autre exemple (la source est dite gauchiste ; ça déplaira chez Macron)
        https://www.bastamag.net/L-envers-du-decor-cool-et-souriant-des-startups-une-salariee-raconte

        Je ne suis pas pas prof et je connais un peu le monde de l’entreprise.
        D’ailleurs j’ai eu le chance de me retrouver en guerre contre quelques tauliers de boites (égarés en idéologie hors de leur champ de compétence) relativement à une mission de service public relevant de financements publics dont je contestait l’usage qui en était fait ainsi que le dévoiement de la mission de service public (j’étais cadre et j’avais le droit)
        Un western, toujours en cours, avec des entrepreneurs égarés hors de leurs entreprises. (comme un naufrage de l’intelligence)

        • Mais personne n’oblige quelqu’un à travailler dans une start-up. Ce sont en général des gens qui ont un niveau d’études pour choisir l’endroit où ils veulent travailler. Si on ne veut pas de risque, on va à la poste. Quand on va dans une start-up, on sait que ça peut ne pas marcher. Cela s’appelle la prise de risque. Et on peut travailler dur, en n’obtenant pas grand chose. C’est vrai. Mais on signe en connaissance de cause. Et on peut se barrer quand on veut.

      • D’ailleurs vous auriez pu ajouter, ce que je vais faire (j’allais de toutes façons) que chez les Le Pen aussi on a des villas (à St Cloud pas au Touquet …) et on flirte avec l’ISF (quand les déclarations de patrimoine ne sont pas faussées)

        Mais enfin, bon sang, les gens ont encore le droit d’avoir des villas luxueuses et d’essayer de ne pas payer l’ISF, dans ce foutu pays, non ?

  69. Je ne suis pas pacsé avec un fonctionnaire du Quai d’Orsay, je ne suis pas un gogo-danseur, mais quand j’entends le futur président de la république donner un permis de tuer les pédés aux fanatiques musulmans je me sauve en courant, car moi je ne suis pas maso !

    Après la mort du policier Xavier Jugelé sur les Champs-Elysées :
    « Ce qui vient de se passer fera partie du quotidien des Français dans les prochaines années. » Emmanuel Macron

  70. Quelques enseignements à tirer de ce 1er tour:
    -Macron est bel et bien le candidat de la finance, comme en témoigne l’envolée boursière spectaculaire au soir des résultats
    -le coup d’état médiatico-judiciaire en faveur de Macron a bien fonctionné (les ultralibéraux ont beaucoup appris du léninisme en terme d’entrisme)
    -Hollande, le plus grand ami de la finance, égale enfin son maître Mitterrand au niveau du machiavélisme en portant son jeune clone Emmanuel au pouvoir
    -NDA fait preuve d’un courage insensé (ou d’un masochisme tout aussi insensé) en rejoignant MLP, car il est désormais la cible privilégiée des petits inquisiteurs médiatico-culturels
    -les français votent pour qui la télé leur dit de voter (et ils se différencient en cela des anglo-saxons qui ont conservé leur autonomie dans l’isoloir et qui ont dit « merde » au politiquement correct)
    -la démocratie est obsolète et, dans un souci de développement durable et de rationalité, le droit de vote devrait être réservé au quarteron de milliardaires de médias puisque ce sont désormais messieurs Drahi, Bergé, Niel et Pigasse qui choisissent le Président de la République française

  71. La majorité de ceux qui croient sauver la France en appelant à voter Macron le 7 mai sont comme Daniel Cordier, de bonne foi !

    La bonne foi ne sauve pas face à la malice. Elle permet de garder les mains blanches et la conscience nette mais elle ne suffit pas.

  72. Daniel Cordier a été toute sa vie ce qu’on nomme un homosexuel dans le placard – ce n’est que très tardivement comme l’écrivain et académicien Julien Green qu’il fera son « coming out » ; c’est une question de génération.
    En 1981 je chantais « La vie en rose » avec l’agrégée de grammaire Geneviève Pastre sur le pavé parisien pour défendre la radio « Fréquence Gaie ». Non ! je n’étais pas menacé de mort par le « Front national ».
    Il faut savoir hiérarchiser les priorités politiques.
    Le Front national homophobe ? Certes. Mais le FN ne révolvérisait pas les pédés. Il ne prônait pas le triangle rose pour les distinguer de la population générale …

  73. Nous savons encore peu de choses sur Emmanuel Macron – le futur président qui va régner pendant cinq ans sur les destinées de la France.
    A Berlin il a annoncé qu’il soutiendrait Angela Merkel et sa politique de sanctions contre la Hongrie et la Pologne.
    Soutenir l’impérialisme allemand en Europe centrale cela évoque de très mauvais souvenirs.
    Le soutien français à l’extrémisme allemand a précipité le Brexit. On peut craindre le pire pour l’union de l’Europe.

  74. Pour à peu près toutes ces raisons (et plus encore si nous risquons d’avoir Meirieu ministre), je pense voter nul le week-end prochain (le vrai vote nul, comptabilisé comme tel, je veux dire ; j’ai comme l’impression que dans l’absolu, quelle que soit la teneur du bulletin, tous les votes du week-end prochain seront (plus ou moins) nuls.

    • Ce ne serait pas Meirieu à L’EN. C’est stupide. Brighelli s’amuse à dire n’importe quoi pour empêcher les gens de voter Macron. Il y a une semaine, il disait NVB. Encore quelques jours pour qu’il trouve plus bête . Décidément il se montre vraiment à la hauteur des électeurs du FN et à l’image de son champion NDA qui joue le caniche de MLP. C’est drôle de voir ce dernier tout content, content, trotter derrière la grosse dame, n’en croyant pas ses yeux de pouvoir jouer les importants. Merci pour ce moment, Marine, qu’il se dit, et en plus, je n’ai plus de dettes. Voilà au moins un heureux !

      • Sanseverina, éructer ne signifie pas argumenter! Qu’on l’approuve ou non, Nicolas Dupont-Aignan apparaît au contraire, plus la campagne avance, derrière son sourire avenant, un peu timide, comme un véritable homme d’Etat. Là où il aurait pu comme tant d’autres aller à la soupe en piétinant ses convictions, il a choisi la France. Il n’est pas du tout le « caniche » de MLP, mais un partenaire d’égal à égal. Quant à la « grosse dame », elle n’existe que dans votre imagination! Moi, j’ai plutôt entendu ce matin une avocate brillante, d’une éloquence dévastatrice, dont tous les coups portaient. Je comprends que cela vous inquiète!

      • Quant à Macron, faites la liste des propositions abominables égrenées pendant la campagne :

        – fin de la retraite par répartition, remplacée par la retraite “par points”, sachant que nul ne connaît la valeur du point et que celle ci évolue au gré des crises économiques (entendez que votre retraite, au fil des ans, fondra comme neige au soleil)

        – augmentation de la part des mutuelles dans le remboursement des frais de santé (par conséquent poursuite d’une privatisation de ce système qui ne dit pas son nom et fin progressive, mais masquée, de la solidarité)

        – maintien des réformes crétines de l’éducation nationale (continuation de la réforme des rythmes scolaires, qui n’est qu’une première pierre vers la privatisation d’un enseignement public qui coûte “trop cher” à l’Etat, pour qui toute dépense n’est qu’une perte, jamais un investissement)

        – continuation d’une politique étrangère atlantiste, otanienne, doublée de la poursuite d’une coopération avec des pays qui nous bousillent, comme l’Arabie Saoudite et le Qatar – conclusion de multiples traités de coopération sous Hollande, vente d’armes et perte de souveraineté militaire

        – sous financement de la défense et disparition de notre capacité militaire (poursuite des fusions d’entreprises françaises avec des boîtes allemandes, conduisant à des transferts de technologie, des délocalisations, des transferts de sièges sociaux de la France vers les Pays-Bas et la perte de notre aptitude à blinder un char, par exemple – voir le sort de l’entreprise NEXTER, phagocytée par l’Allemagne, c’est beau l’Europe

        – Enthousiasme débile pour le marché intérieur de l’Union et l’ensemble des traités de libre échange, avec absence de politique industrielle, d’ambition pour une agriculture plus propre et raisonnée

        – indifférence totale aux questions écologiques, gaz de schiste, diesel, pétrole acheté aux Emirats

        – dérégulation de la finance (il s’est publiquement prononcé pour) et oui encore plus c’est possible

        – destruction annoncée – par ordonnance – du code du travail

        – et last but not least, vive le marché intérieur, la concurrence libre et non faussée, faut rembourser la dette, réduire les services publics, arrêter avec les monopoles d’Etat, tout privatiser, tout mettre en compétition, même nos organes.

        Voilà hein, c’est un avant goût. Vous avez aimé Hollande vous adorerez Macron, c’est le poulain, le fils spirituel, l’héritier, le continuateur naturel, l’OUVERTURE contre le REPLI (putain mais sérieusement on pourrait pas commencer à discuter du fond au lieu de se mettre à couiner dès qu’on débat de l’Europe et de la mondialisation ?).

        Macron maintenant c’est MLP direct dès le 1er tour en 2022. Houellebecq avait donc raison sur tout sauf sur un truc : Macron a remplacé Hollande en 2017 dans son scénar.

        En gros, la France a voté pour Clinton, elle se tapera donc Trump. C’était écrit….

        • D’accord avec vous, j’espère en revanche que vous vous trompez sur la question de l’écologie. Il compte parmi ses soutiens actifs Corinne Lepage, qui a toute mon estime. Pourvu qu’elle ne finisse pas cocue…

          • Vous vous êtes informée que elle ? Ca pourrait vous éviter des déceptions.

          • Sur elle ! Pardonnez-moi, j’ai un petit téléphone et de gros doigts !

        • Pardon de me répéter, mais à la liste de mesures que vous dressez il faut ajouter l’intégration des syndicats à l’appareil d’Etat,dans un système tripartite;ce sont les mots qu’il a employés dans son entretien avec le Jouranal du Dimanche.

          le projet de Macron ,c’est l’Etat corporatiste, (« corporatisme »,de l’italien « corporativismo ») de Mussolini.

          Ceux qui disent: »le fascisme ne passera pas; » devraient dire,en conséquence, « macron ne passera pas; »
          Hélas, il passera.

      • Hallucinant le pouvoir que vous prêtez à JPB!
        Croyez-vous que nous soyons si couillons pour ne pas faire le tri dans les avis de notre hôte?!
        Il y a souvent convergence, parfois divergence d’opinions et c’est très bien ainsi. Un blog.
        Lui votera MLP et moi BLANC. Aïe! Je nai pas suivi les consignes subliminales du grand gourou, serai-je banni à vie?!

        • J’allais le dire, merci sauf que moi je m’abstiens ! De toutes les façons ceux qui sont pour MLP nous traiteront de lâches parce que nous voterons systématiquement pour le poulain de Hollande et vice-versa.

          Les deux ne réussiront rien du tout, nous partons tout bonnement au désastre et droit dans le mur et c’est tout ce qu’il y a à retenir. Point final.

          Et cette fois je risque d’être un peu plus cynique parce que parfois j’en ai vraiment ma claque de lire des ramassis de conneries absolument hallucinants. Car si vous pensez que d’un seul coup d’un seul Dame Le Pen se transformera en une madone chargée d’assurer l’intérêt général, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil pour ne pas dire ailleurs et bien profond !!!!

          Vous n’avez encore assez morflé, tant mieux vous allez morfler encore plus et peut être lorsque tout sera vraiment perdu, les Français pourront peut être se réveiller une bonne fois pour toutes et pourtant je persiste à douter encore et encore…..

    • Meirieu n’est peut-être (pas encore) ministre mais ce sont ses idées -la doctrine pédagogiste- qui inspirent toutes les réformes de l’EN depuis de nombreuses années.

      • Allez! je vais être gentille pour Macron : une fois n’est pas coutume. Je crois que ce type a un talent de séducteur, j’avais dit aimablement gigolo, mais en gros ça revient au même. C’est à dire que son charme opère auprès d’un certain public …euh…rassis… et en même temps auprès d’une jeunesse qui le voit comme un modèle parce qu’il est moins âgé que les autres candidats et comme il dit à tout le monde ce qu’il pense que les gens veulent entendre, ces braves gens ne cherchent pas plus loin. C’est un talent que personnellement je n’ai jamais eu (il paraît que je suis d’une regrettable transparence), mais c’est indéniablement un talent. Quant à son programme fumeux, je considère que c’est un signe d’intelligence : comme ça, chacun y met ses rêves. S’ils se réaliseront est une autre affaire. Comme l’avait si bien dit un ancien ministre : les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
        Les lendemains chanteront-ils? eh bien s’ils chantent, après tout, tant mieux, mais j’avoue avoir quelques doutes.

        • Une femme transparente ?
          Je demande à voir.

          Les méduses sont translucides et elles nous médusent.

          J’ai lu quelque part que Macron savait s’y prendre avec les vieux;il va voir des octogénaires que tout le monde ou presque a oubliés (par exemple Bébéar);il leur raconte qu’il les admire,que leur carrière est un modèle pour lui,qu’il est avide de recevoir leurs conseils éclairés,il leur cite certains de leurs discours,propos,batailles « entrepreneuriales » et voilà les papys tout ragaillardis,émoustillés:ils sentent leurs esprits animaux s’agiter à nouveau.
          Voici comment Toufriquet s’est constitué une part de son réseau;
          Quand les papys deviennent encombrants,sortent des âneies (e;g. Attali et son « anecdote » le « staff » les jette:qu’il se taise ! est-il touité.

          • Attali : « Nous n’avons pas besoin de racines, nous ne sommes pas des radis ».
            Gavroche : Va donc! eh patate!

    • Mais je ne fais que rendre la monnaie de la pièce ! Et encore, je suis soft par rapport à ce qui a été dit !
      Sinon, je vous rassure, je suis d’un naturel plutôt sympathique sauf quand on m’a fait une crasse.
      Vous voulez des copiés-collés des injures immondes qui ont été dites ?
      Cela ne pose aucun problème.

  75. Brighelli,
    Je vous prends à témoin (vous n’y êtes pour rien!) que ce qui intéresse vos blogueurs c’est l’économie, et de façon plus surprenante moins l’éducation ! Et alors ce qui ne les intéresse pas du tout c’est l’immigration.
    Ainsi les deux seules questions qui aujourd’hui méritent que l’on s’écharpe sont tues. Comme dans la presse.
    La situation actuelle découle de ces deux échecs ,éducation et immigration,
    et rien n’est dit sur ce que l’on fera.
    Il va donc de soi que ceux qui votent Macron acquiescent à la poursuite de ces politiques et sont donc complices de ce qu’il adviendra.
    Plus d’immigrés sans formation ni culture, musulmans du désert, et plus d’élèves incultes, ensauvagés et violents.
    L’avenir sera’radieux pour les classes moyennes !
    Et que l’on ne vienne pas me dire que c’est faux car j’ai un plein carnet d’adresses où envoyer les aveugles recouvrer la vue.

    • L’immigration (incontrôlée, de personnes issues du …… et de religion ………) est une des causes du naufrage de l’école en France, mais c’est encore un sujet tabou et inabordable.
      Tous ce que j’ai vécu et vis encore me démontre le contraire de ce que prônent les apôtres de la diversité « multicul » et de l’hétérogénéité en classe.
      Mais chut. Que cela reste entre nous.

      • Avis à nuancer: je reviens d’un pays d’Afrique noire francophone où les élèves sont 60 à 80 par classe (avec des niveaux allant parfois de la 6ème à la terminale). Et bien les petits de cm1 conjuguent les verbes à l’imparfait du subjonctif, alors que nombre d’élèves de terminale en France peinent à maîtriser tous les temps de l’indicatif!
        Pourquoi un tel décalage? Le pédagogisme n’est pas passé par là et le maître africain (oui, on dit encore « le maître ») utilise les bonnes vieilles méthodes issues de l’école coloniale, à commencer par la méthode syllabique (on devrait utiliser en France le manuel « Mamadou et Bineta!). De plus on peut entendre les mouches (et il y en a beaucoup!) voler dans la classe car le silence absolu y règne et l’autorité du maître est incontestée.
        En d’autres termes, on aura beau faire des classes exclusivement constituées de « de souche »; tant que le pédagogisme et le laxisme règneront, on ne produira que des cohortes d’illettrés…

        • Ah la colonie ! Ah l’obéissance fidèle des africains ! Ah les poncifs à haute fréquence !

          Chez les fans de la caissière, l’effet de peau, c’est la superficialité des courants d’opinion.

          • Le fait est que de nombreux élèves africains francophones (du moins parmi ceux qui ont la chance d’être scolarisés) sont d’un meilleur niveau en grammaire et en orthographe que la majorité des jeunes français, ne vous en déplaise.

  76. Alors, vous êtes combien maintenant chez « A genoux la France » ?
    Nous partîmes cinq cents; mais par un coup retors
    Nous nous vîmes à peine cent en arrivant au port,
    Tant à me voir marcher avec un tel visage,
    Les plus gaulliens de nous perdaient leur courage !
    J’en cache les deux tiers, aussitôt qu’arrivés,
    Dans le fond des fauteuils qui lors furent trouvés;
    Le reste dont le nombre diminuait à toute heure,
    Brûlant d’impatience autour de moi demeure,
    Se couche contre terre, et sans faire aucun bruit,
    Passe une bonne part d’une si belle nuit.
    Mais bientôt malgré moi les cadres se désespèrent
    Leur courage se perd et leurs terreurs s’exaspèrent
    J’allais de tous côtés encourager les nôtres,
    Faire avancer les uns et soutenir les autres,
    Rappeler ceux qui partaient, les supplier à leur tour,
    Et n’ai rien pu savoir jusques au point du jour.
    Mais enfin sa clarté montre mon avantage;
    Les Gaullistes voient leur perte, et perdent soudain courage:
    Et voyant la Marine qui vient me secourir,
    La nausée les surprend jusques à en mourir.
    A se rendre comme moi en vain je les convie
    L’argumentaire au poing, ils ne m’écoutent pas;
    Et se retirent tous comme de piètres soldats.
    Marine demande le chef; ils me nomment, je me rends.
    Et le combat cessa faute d’un combattant.

    • Joli!
      J’ai une question: que ressent un vrai mec ( femme) de gauche en allant voter Macron, le candidat le plus à droite que la gauche ait jamais inventé depuis Laval?

      • Très joli, même. Mais j’ai cru comprendre qu’on n’étudiait plus Le Cid de crainte de froisser des susceptibilités mal placées. Parce qu’après tout, tous les peuples se sont gaiement entretués depuis que le monde existe et jusqu’à présent personne n’en avait pris ombrage. J’aurais même cru que cela continuait.

  77. Les paris sont ouverts!
    J’en va de mon prône au stic: Macron 58/ MLP 42.
    Et encore, je sens bien un coup fumeux qui ferait pencher la balance vers le vote républicain, ah ah ah.

    A vous les studios!

  78. Athalie contre Eliacin ?

    « Oui, je viens dans son temple adorer l’Eternel ;
    Je viens, selon l’usage antique et solennel,
    Célébrer avec vous la fameuse journée
    Où sur le mont Sina la loi nous fut donnée.
    Que les temps sont changés ! »

    « Dans ce désordre à mes yeux se présente
    Un jeune enfant couvert d’une robe éclatante,
    Tels qu’on voit des Hébreux les prêtres revêtus.
    Sa vue a ranimé mes esprits abattus ;
    Mais, lorsque revenant de mon trouble funeste,
    J’admirais sa douceur, son air noble et modeste,
    J’ai senti tout à coup un homicide acier
    Que le traître en mon sein a plongé tout entier. »

  79. Hahaaaa! Très haut est le niveau : macron chante la Marseillaise, la main sur le coeur! Ému et élu jusqu’aux larmes, il en a fermé ses beaux yeux! Quelle sensibilité et combien est émouvante sa SINCERITE! Haanhaa …Et maintenant , mes biens chers frères, prions…(n’ oublions pas l’obole).

    • Mais que dire de Sainte Marine ou Sainte Jeanne (si l’on en croit son Papa qui veille sur elle, attendrissant, le clan mafieux des Le Pen) qui n’est qu’ »amour , amour, amour. »
      Apparemment « l’amour « semble lui tenir lieu de programme quand elle ne sait plus quoi répondre à un journaliste.
      « Mon étendard, c’est l’amour. L’amour que les français ont pour leur pays, à l’égard de leur culture, de leur identité, de leur paysage, de leur histoire. C’est l’amour qui fait bouger les français vers le projet qui est le mien. »
      Dans le genre creux !
      Yeeees ça bouge , vers mon projet ; en voilà du français brillant et quel contenu !

    • Juste pour que Brighelli apprenne un deuxième mot italien qui risque d’être employé souvent vu la réélection de Renzi.
      Car le seul qu’il connaisse, c’est corporativismo. On doit être à une bonne vingtaine d’occurrences.

    • Elle vient de refuser une demande en mariage d’Emmanuel Macron – elle dit qu’elle est trop sage pour s’engager cinq ans.

      • Heureusement, un autre commentaire !
        C’est comme l’herpès, m’a-t-on dit, on croit que ça a disparu et poum ! Bruttissima notizia !

  80. Vivement que cette campagne présidentielle s’arrête, j’en ai marre de me fâcher avec mes amis quand je leur dis que je ne peux pas voter Macron au 2ème tour, voire pire… ! Pas facile d’être politiquement incorrect ! Dès qu’on aborde les sujets de l’école ou de l’immigration : tabou comme dit plus haut ! Je précise : école (privée) et immigration (inexistante) pour ces gens-là !

  81. Je viens de lire dans « Riposte laïque » un article montrant les compromissions de Macron avec les islamistes, comment faire pour qu’il paraisse ailleurs ? C’est urgent et salutaire !

    • Vous avez raison mais ceci ne servirait à rien car les belles âmes refusent la vérité pour demeurer chastes et pures. Quant aux pécheurs repoussants du camp du mal à qui la grâce est refusée (sauf s’ils se convertissent en votant Macron) ca ne ferait qu’allonger leur chemin de croix.
      On ne peut pas convaincre un collaborateur par idéal, car il ne peut admettre qu’il s’est dévoyé. On ne peut que le vaincre.
      Mais nous sortons de la rhétorique … et c’est ce vers quoi nous allons.
      Une chose est certaine, la passion religieuse est à gauche, ce pourquoi celle-ci s’entend aussi bien avec les mahométans.
      C’est de leur côté que se trouve le futur duc de Guise. Pour l’instant nous n’assistons qu’aux répétitions comme en Suède ou au Bataclan, et au « casting » ; mais le scénario est écrit et les acteurs arrivent massivement, par bateaux.
      Je ne sais pas s’il nous sera beaucoup pardonné.

  82. Ca serait drôle que NDA renverse MLP ; déjà qu’elle n’a trouvé aucun premier ministre dans son parti. On n’entend aucune voix du FN qui proteste que NDA ait potentiellement Matignon! Dans 5 ans il devient président sous la bannière FN (ou debout la Nation au choix)!

    • C’est un discours de Clemenceau. Très chère Mme Wagner, l’histoire de France a commencé avant votre date de naissance…

      • Merci de la leçon cher Monsieur. Je suis historienne, de formation, plus précisément historienne de l’art et je connais mon histoire.

        Et cessez vos attaques ad hominem, surtout quand vous n’avez rien d’autres à vous mettre sous la dent comme argument valable.

        Je viens de reprendre des études durant 5 ans en histoire pour désormais se lancer dans une thèse de doctorat. Alors vos leçons sur mes connaissances historiques, gardez les pour quelqu’un d’autre et passez à autre chose je pense que cela vaut bien mieux au que de venir déposer sur cette page une loghorrée frontiste qui est vraiment à gerber.

        • Ah non, pas de ton à la Maria Casarès ! Et défendez-vous sans mettre vos diplômes en avant, parlez-lui de Clémenceau et de son ami Monet, il y a tellement à dire à cet interlocuteur qui vous parle pourtant gentiment.
          Et encore bravo à JPB dont le courage me fait plaisir sans m’étonner.

  83. La caissière relit un discours de Fillon écrit par Couteaux. En pleine confusion des valeurs, elle veut apparaître comme la femme aux couteaux entre les dents.

    Klein, plagieur amateur, lui, est limogé :

    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/plagiats-etienne-klein-revoque-de-l-ihest_1903365.html

    On se demande comment seraient perçus des emprunts à « Comment je vois le monde » par le public captif de celle qui considère le suffrage universel comme un bonneteau périodique *.

    * Reste où tu es Léon !

  84. Y a-t-il un psychanalyste parlant le patois normand dans la salle ? C’est pour une urgence …Localisation: 1 Mai 2017 à 19 h 28 min

    • Le cas Villani mérite réflexion;est-il ignare et naïf en politique ?
      Est-il très rusé,très arriviste,au contraire ?
      A l’occasion de la remise du prix Audin,en Algérie,il a prononcé un discours-où il s’arrange pour ne parler de l’assassinat du mathématicien,que par allusions vagues et circonlocutions jésuitiques.(Pourtant il n’a pas fait ses études chez les Jésuites,à la différence de Toufriquet .)
      Mélenchon a fort bien joué en disant à EM:venez nous parler,MLP le fait bien,voyons si vous pourriez transiger un peu:pourriez-vous renoncer à la réforme du Code du travail ?
      Et EM de répondre:pas question,le programme,c’est nous qu’on l’a écrit,on ne changera rien.
      Je reste sur ma ligne:Macron élu avec un minimum de voix,c’est Macron affaibli.
      Curieux tout de même que nous abordions le prochain quinquennat avec de telles idées en tête!
      Jusqu’ici,on disait « ouf,bon débarras  » à la fin des quinquennats,maintenant,c’est « Non, pas ça dès le début.

  85. Le plagiat de la caissière serait « un clin d’oeil » selon son directeur de campagne.

    Dans la campagne profonde, la caissière clignerait de l’œil comme dans la vidéo de Lormier ?

  86. Voici la réponse à ma requête du 2 Mai 2017 à 9 h 02 min que je viens de recevoir:
    « Désolé, hervé, nous avons reçu l’ordre de ne pas intervenir.
    D’en haut…
    Signé: Comité Hygiène et Sécurité de Bd »

  87. http://www.europe1.fr/politique/valls-au-ps-cest-la-fin-dune-histoire-nous-le-savons-bien-3317351

    Valls, avec son cortège d’ombres, espère investir la clique hétéroclite de Toufriquet pour la phagocyter à terme. « En marche » sera alors renommé « Parti Saucissonaliste », une entité garantie sans gras rajouté.

    Un congrès enté(r)rinerait tout ça. Reste à déterminer où placer les fonts baptismaux de ce Bad Godesberg * à la française.

    Vichy, peut-être ?

    * que les mauvaises langues traduisent « Mauvais Gold Gotha ». Ne pas non plus confondre les fonts baptismaux et les fonds baptismaux des fées de la finance qui se pencheront sur ce « nouveau » parti pour le doter richement

  88. Marine Le Pen a piqué le speech de François Fillon ; la salope va aller chez Arnys récupérer toute la friperie qu’il y a mis en gage pour s’habiller avec de beaux costumes pas chers !
    ..;
    Le roman de la droite ce sont les puces de Saint-Ouen !

    • Voilà ce que c’est : le général De Gaulle donne le droit de vote aux femmes, elles en profitent pour dévaliser l’honnête homme de la Sarthe, le vir probus assis à la droite de Pénélope (c’est Joseph Macé-Scarron qui en est tout marri).

      • Vous connaissez l’histoire de la femme de Putiphar qui accusa Joseph de l’avoir violée parce qu’il avait refusé ses avances ?

  89. Apparemment, les noms de partis en forme d’injonction ont le vent en poupe : Debout la France!, En Marche! (que j’avoue humblement avoir commencé par lire « Et M….! n’apercevant que les 2 initiales, mais je me suis dit que ça ne devait pas être ça)…
    Il y a un nom qu’on ne voit pas mais qui serait certainement bien adapté, quel que soit le résultat des élections, c’est : « A la soupe! » Là, aucun danger de voir un tel parti disparaître.

  90. D’après Emmanuel Macron & Brigitte sa moitié enseignante, le professeur Cédric Villani a toutes les chances de devenir ministre … mais de quoi ?

  91. Puisque MLP et Fillon en sont à Coûteaux tirés, voici un célèbre pastiche du Cid par Edmond Brua, roi du Pataouète, qui est d’une autre tenue que le Cid-errant clapotis que la gardienne d’ânes de 19h28 a crû bon de nous infliger pour faire mousser sa prosaïque petite bière:

    Qué rabia ! qué malheur ! Pourquoi qu’on devient vieux ?
    Mieux qu’on m’aurait levé d’un coup la vue des yeux !

    Ce bras qu’il a tant fait le salut militaire
    Ce bras qu’il a porté des sacs de pommes de terre
    Ce bras qu’il a gagné des tas de baroufas
    Ce bras, ce bras d’honneur, voilà qu’y fait chouffa !
    Moi, me manger des coups ? Alors ça, c’est terribe !
    Suila qui me connait, y[ dit : « C’est pas possibe !
    Gongormatz à Dodièze il a mis un taquet ?
    Allez, va ! va de là ! T’as lu ça dans Mickey ! »

    He ben ouais ! Gongormatz, il a drobzé Dodièze
    Ilia levé l’honneur, que c’est plus que le pèze !
    Ah ! où qu’il est le temps de quand j’étais costaud ?
    Oh ! Fernand ! je te rends ça qu’tu m’as fait cadeau :

    (Il arrache sa décoration.)

    (il s’en prend à son espadrille) :

    Et toi que t’as rien fait, calamar de savate,
    Au plus je t’arrégade, au plus je ois pas bien
    Si ma main, c’est mon pied, ou mon pied c’est ma main !

  92. Petite diversion…
    Heureuse Natacha, aussi belle et pâle et fine qu’elle est combattante et intelligente… elle a dit un jour qu’elle était une femme soumises avec son « dos argente » de mari … délicieux!

    • Article qui me plait beaucoup. Au fait, les hackers russes doivent être drôlement nuls s’il est vrai, comme le disent les sondages, que Macron va l’emporter de loin. A moins que tout cela ne soit que de l’intox? tsssss….nos médias ne feraient pas une chose pareille!

      • Oui, la blague en cours à un moment c’était qu’après 100 jours de hack de son site (une passoire soit dit en passant ; pas besoin de compétences particulières pour le savoir ou le faire) et de quelques satellites, personne n’avait réussi à trouver son programme.

  93. - Alors M. Macron, plutôt blanquette ou couscous ?

    - Je ne m’enferrerai pas dans cette alternative simpliste ! Ce qui constitue la cuisine française, c’est une aspiration constante à l’universel, c’est-à-dire cette tension entre ce qui a été, et la part d’identité qui est cette ipséité stricte, et l’aspiration à un universel, c’est-à-dire à ce qui nous échappe, à cette immanence transcendantale qui au fond nous façonne, et…

    - D’accord. Couscous pour M. Macron !

    • Merci, merci et encore merci pour ce grand moment de détente!
      Le modèle finlandais dont nous devrions nous inspirer: la classe sans prof, l’enseignement sans programme, ça crin.

  94. Que le FN et ses amis soient en grande partie composés de bras cassés, je veux bien le croire.
    Que quelques excités y trainent leur rancœur et leur bêtise, soit.
    Mais prédire qu’ils feront pire que les beaux parleurs qui gouvernent et massacrent à peu près tout depuis -soyons gentil- les années 70, je trouve cela risqué.
    Je me demande même dans quelle mesure Macron est un moindre mal face à M Le Pen.

    S’il est élu, il le sera sans doute, il aura tous les encouragements de la finance, de l’Europe, des médias, etc, et donc les mains très libres pour achever la mise en place de l’esclavage. « Vous m’avez plébiscité, me voilà avec mon programme de soumission à Angela ».

    Si elle est élue, elle aura tout le monde ou presque contre elle et donc très peu de marge de manœuvre, surtout qu’elle n’aura pas de majorité aux législatives et quasi personne pour voter avec ses députés, alors que les LR, PS, Verts, etc, ne se gêneront pas pour voter avec les macroniens qui leur garantissent la soupe…

    La Démocratie vit-elle encore ?

    Parmi les plus grands problèmes actuels se place celui de l’immigration. MLP ne résoudra pas tout, mais elle limitera sans doute un peu plus ce problème que Macron.
    Alors, somme toute, si je vais voter, ce sera MLP, surtout parce qu’elle ne sera pas élue ! Et je me sentirai moins coupable quand Macron accélèrera la destruction de l’école, de l’économie réelle, des classes moyennes, de la culture française, etc.
    Si Macron passe avec 50.1%, cela lui rabattra un peu le caquet…

  95. « Alors, somme toute, si je vais voter, ce sera MLP, surtout parce qu’elle ne sera pas élue ! »
    Faux-cul et lâche mais plus rien ne nous étonne de votre part.

    • merci. Et de votre amabilité.
      Vous faites quoi, vous ?
      Moi, je ne crois pas mon vote si puissant que cela. 1/des millions…
      Alors, pour parler plus clairement, si cela dépendait de moi, je la ferai élire mais sans y croire, au moins pour voir.

    • Au fait, plus rien ne vous étonne de ma part ? me connaissez-vous avec un commentaire de temps à autre, mais plutôt rarement comparé aux diarrhées dont semblent atteints certains ?
      Ou bien faites-vous partie des gens qui savent tout en 3 minutes et s’imaginent intelligents parce qu’ils affirment et aboient ?

  96. Carambar et Malabar, madeleines longtemps mâchouillées par les baby-boomers, passent avec d’autres marques « sous pavillon français » :

    https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0212024347015-eurazeo-veut-relancer-poulain-et-carambar-2083714.php

    C’est, avec quelques adaptations locales, la même malbouffe que celle produite par l’américain Mondelez et l’allemand Hari(pa)bo mais elle est/sera produite en France par une chiourme française managée par un marketeur débauché de chez Cadbury le brexiteux.

    On notera qu’une « ligne de fabrication » d’orangettes sera fermée en Pologne pour être ré-ouverte en France. Avec du pastis frelaté dedans à la place d’une vodka de la même eau ?

    • Sans oublier les célèbres pastilles Vichy, très prisées des vieux croulants soixante-huitards.

      Romain Gary a d’ailleurs dit ce qu’il y avait à en dire dans Chien blanc.

      • Oui, thdo, il a d’ailleurs dit aussi que la connerie était la plus grande puissance spirituelle de tous les temps ou à peu près cela. Et appelant à voter pour MLP, notre hôte est très spirituel
        depuis quelque temps.
        On peut quand même reconnaître à au moins un soixante-huitard la volonté de ne pas lâcher l’idée de l’Europe.
        Sinon, il va falloir attendre qu’ils dégagent, après tout le mal qu’ils auront fait. Mais ils s’accrochent, les vieux cons et ne veulent décidément pas passer le relai.
        Le temps fera le travail.

  97. Si jamais ce soir Marine tire les cheveux au petit Emmanuel, il appelle sa maman Brigitte qui lui cassera sur le dos son parapluie, na !

  98. Ce que je trouve d’amusant dans cette affaire, c’est que, faire barrage au FN, bon très bien, quoiqu’à mon avis s’il est élu, ledit FN sera coincé et ne pourra pas faire grand chose.
    Mais où j’ai dans l’idée qu’on va rigoler franchement, c’est quand l’ami Macron, élu, va pouvoir s’épanouir. Je me demande si toutes les célébrités plus ou moins reconnues qui lui font cortège actuellement, sans crainte du ridicule, se souviendront qu’elles ont appelé, en un beau concert de grosses caisses, à voter pour lui. Cela bien sûr en admettant qu’il arrive à se constituer un semblant de majorité au Parlement, mais je pense qu’il devrait en être capable, au moins provisoirement.

    • Triangulaires, quadrangulaires … pierres angulaires à prévoir.
      Peut-être, in fine, un Baroin premier ministre avec le nain (que l’on a oublié de pendre) aux manettes ; tout cela pour ça.

      Le mieux (un rêve) ; pas de majorité nette, un b****l sans nom et une crise (salutaire) institutionnelle grave à la clé.
      Les agonies les plus courtes étant les meilleures ce scénario me plait assez.

      • La preuve par l’asphyxie de lécole !
        1) Remplacer les « connaissances » par des « comportements » imposés ( socle commun de compétences ! ( loi Peillon 2013 )
        2) Y ajouter l’ »autonomie « des établissements, c’est-à-dire l’alignement du niveau de l’éducation sur celui du bassin socio-culturel des élèves ( projet Macron et LR 2017 ): fin de l’ascenseur social !

      • Comment voulez-vous expliquer ça aux bobos gauchistes qui font semblant de ne rien voir, tellement accroché eux-mêmes à leurs avantages à leur moindre niveau… ?
        Sinon par l’école, mais c’est le serpent qui se mord la queue…

  99. http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20170503.OBS8846/l-appel-de-34-ecrivains-a-voter-contre-marine-le-pen.html
    J’adore ces écrivains qui parlent haut, alors qu’ils sont terriblement seuls.
    Je n’en connais pratiquement aucun figurant dans cette liste, à part et de nom seulement, Cécile Ladjali., n’ayant sur ma table de chevet que « Fragments » d’Héraclite par Marcel Conche et le Kamasutra de Vâtsyâyana –excellent livre de cuisine indienne fort utile…

  100. André Dussolier qui jouait le rôle du père dans « Tanguy » apporte son soutien au jeune Emmanuel qui a trouvé deux mamans et deux papas pour l’épauler dans la vie politique !
    On n’est jamais trop soutenu …

  101. J’admire le narcissisme de tout ce beau monde. Je viens de lire que des sportifs appelaient à voter Macron. Il est certain que s’ils courent aussi vite que je les emm…. il y a de la médaille olympique dans l’air!
    Idem pour les acteurs ou les chanteurs. Je ne crois pas qu’Yves Montand et Simone Signoret aient amené des clients au PCF à l’époque où ils en faisaient partie.
    Il faut quand même manquer de la plus petite once de modestie pour se dire que parce qu’on fait son métier, les foules pâmées vont vous suivre comme un nouveau messie.

  102. Sandra Wagner a bien résumé la funeste situation :  » D’ailleurs, pour avoir un duel Macron-Le Pen, je me dis que l’Educ’Nat a bien réussi son pari pour le coup, puisque désormais la fabrique du crétin est parvenue à nous pondre un duel cauchemardesque, le pire qui soit.  »
    Effarant, consternant, désespérant. Vous m’avez presque convaincu de voter blanc — impossible pour moi de voter la Pen compte tenu de mes antécédents — avec cet argument implacable qu’est la poursuite probable de destruction de l’instruction par les pédagogos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>