Brexit : un crime sans châtiment?

Des journalistes piégés par l’émotion

brexit lemonde minc crise

 « L’économie britannique résiste au Brexit » titrait Le Monde il y a quelques jours. Et voici les premières lignes de l’article : « Jusqu’ici, tout va bien… L’économie britannique est-elle comme l’homme qui a sauté d’un immeuble dans le film La Haine, de Mathieu Kassovitz, en 1995, ne sachant pas encore qu’il va s’écraser ? Ou se révèle-t-elle plus solide que prévu ? Les premières statistiques économiques publiées depuis le Brexit – le référendum s’est tenu le 23 juin – indiquent une robustesse inattendue. “Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais, pour l’instant, ça va ”, reconnaît John Hawksworth, économiste en chef chez PricewaterhouseCoopers. »

En filigrane, on lit la persistance des prédictions apocalyptiques qui s’étaient accumulées au moment du référendum. Le Monde aurait pu considérer que le Brexit était « sans effet sur » l’économie britannique ou même qu’il lui « bénéficiait ». Il préfère dire que cette économie « résiste » au Brexit ; en d’autres termes : le Brexit est nécessairement mauvais pour l’économie britannique mais, pour l’instant elle tient le coup. « Pour l’instant, ça va », comme l’affirme l’économiste cité dans l’article. Le verbe de discours choisi par le journaliste est intéressant : John Hawksworth « reconnaît » que pour l’instant, ça va. Il est forcé de l’admettre, contre la logique, les prédictions, etc. Ce n’est pas seulement un commentaire, c’est l’aveu d’une erreur, à tout le moins d’une discordance entre ce qui était prévu et ce qui se produit en réalité… mais qui est censé ne pas remettre en cause la validité des prédictions !

Cet économiste est le représentant exemplaire de tous les experts qui se sont succédé dans les médias en juin dernier pour nous annoncer les malheurs qui attendaient les Britanniques s’ils se prononçaient en faveur du Brexit puis nous asséner à nouveau ces prophéties quand il eut été entériné. Et le journaliste qui rédige l’article du Monde assume un « jusqu’ici, tout va bien » qui le place clairement dans le même camp que cet économiste. « Plus solide que prévu », « robustesse inattendue » : prévu par qui, inattendue pour qui ? Bien entendu, des gens avaient prévu ce qui arrive. Toutefois, le journaliste prend clairement parti en suggérant, de manière très paradoxale, que la crédibilité doit demeurer du côté de ceux qui avaient prévu l’inverse. Il y a les spécialistes et il y a les pignoufs, zut alors. La référence au type qui saute de l’immeuble montre nettement que la bonne forme de l’économie britannique ne saurait durer : tôt ou tard, boum. Ce qui est certain, c’est qu’au moindre mouvement baissier (petit concept technique qui fait chouette), on sait déjà quelle sera l’explication avancée. Experts et médias n’ont, en fait, qu’à attendre patiemment. Or, une prophétie qui finit forcément par se vérifier est, par définition, une prophétie à la noix.

L’épisode Brexit s’est tout entier déroulé sous le signe de l’irrationnel. Son traitement médiatique demeure, on le voit, tissé de pensées préconçues, explicites ou implicites, relevant totalement de ce qu’Alain Minc reconnaissait être des « convictions en forme d’évidences », en d’autres termes des articles de foi, des points de dogme échappant à toute démonstration logique. Que Le Monde ait pu annoncer en titre que la Grande Bretagne quittait « l’Europe » (et non l’Union Européenne) pourrait paraître anodin : on comprend bien que le référendum ne peut avoir prise sur une réalité géographique immuable. Pourtant, c’est aussi très révélateur d’une constante du discours médiatique : on parle de l’Union Européenne comme d’une réalité naturelle alors qu’elle est une construction politique (qui peut donc être contestée, modifiée, etc.). Corollairement, on inscrit son évolution dans un sens de l’histoire préécrit, croyance typiquement religieuse qui imprègne le prépensé médiatique. Si, comme le disait une journaliste, l’Europe a une « vocation naturelle à l’élargissement », alors le Brexit est un phénomène contre-nature. En tant que tel, il était imprévisible. Pire, il n’aurait jamais dû avoir lieu. Il y a eu un bug dans la matrice. L’irrationnel fut donc convoqué pour l’expliquer et l’on se demanda, sans rire : « quel rôle a joué le mauvais temps dans le vote britannique ? » Les augures se sont trompés mais, ainsi qu’en témoigne l’article du Monde, ils continuent de prophétiser : « le Royaume Uni va subir ceci, va au-devant de cela ». La scénarisation morale du réel a commencé largement en amont. Souvenez-vous : les uns « mènent une campagne pour essayer de convaincre de la nécessité de rester dans l’UE », quand les autres « collent des affiches de propagande ». Si les uns avaient gagné, on aurait titré sur leur « joie ». En revanche, les partisans du Brexit étaient « sonnés » : des idiots qui ne comprenaient rien aux conséquences de leur vote.

Mais il y a un mot qui a été adopté sans pincettes par tout le monde, à commencer par la presse britannique, sans faire tiquer personne : « divorce ». Pour ma part, je le mets sur le même plan que le « coup de pouce au smic », la « dose de proportionnelle » ou le « patron des patrons » : ce sont des images, impropres et biaisées, mais devenues incontournables. Des métaphores dont on a oublié qu’elles en sont et dont on n’envisage même plus de se passer.

En réalité, le seul critère qui permette de parler de divorce dans le cas du Brexit, c’est l’idée de séparation. Pour le reste, cela ne fonctionne pas. Pour divorcer, il faut être en couple. Et à partir du moment où le divorce est acté, le couple n’existe plus. Or, l’Union Européenne pré-Brexit ce ne sont pas deux mais vingt-huit États. Et le départ de la Grande-Bretagne n’a pas fait disparaître l’Union européenne. Pourtant, il fallait entendre les journaleux filer la métaphore : « Après le divorce britannique, quelle sera la réaction du couple franco-allemand ? ». Apparemment, c’était un ménage à trois… « Ce divorce pourrait en entraîner un second avec la décision écossaise d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance » : tant qu’à faire, ne vaudrait-il pas mieux parler d’amputation quand le divorce a lieu à l’intérieur de l’un des conjoints ? « On entre dans l’après Brexit, il va falloir s’entendre à l’amiable pour la garde des enfants » (absolument authentique : iTélé !). Là, c’est fort.

La métaphore est donc vaseuse. Mais son omniprésence dans la bouche des journalistes traduit très clairement le choix du registre émotionnel dans le traitement du Brexit. Ainsi, il paraît que les Britanniques « ont toujours entretenu un rapport d’amour-désamour avec l’Europe ». De même, que de place accordée à des initiatives comme les « hugs contre le Brexit » (faites un câlin à un Anglais pour le convaincre de voter in) ! Pour les grands médias, l’Union Européenne n’est pas une association politique et économique conclue par des États qui entendent en tirer avantage et se réservent le droit d’y cesser toute participation si ce n’était pas le cas. C’est une affaire de sentiments. Une promesse d’amour qu’on ne saurait rompre sauf à trahir le serment prêté devant monsieur le curé. Il est d’ailleurs surprenant de constater que, parallèlement à tous les efforts que l’on fait pour lui attribuer une connotation positive (cf. la presse féminine : une femme divorcée est une femme moderne et émancipée, un père divorcé est un mec super-sympa, etc.), la notion de divorce demeure, dans le cas du Brexit, nettement dépréciative.

Après tout, imaginons que l’on conserve la métaphore du divorce : celui-ci peut être vu comme une rupture de contrat entre adultes responsables, un nouveau départ dans la vie. Ou bien il peut signer un échec et être vécu comme un drame. C’est clairement la seconde interprétation que les médias ont choisie, contre l’air du temps. Associer la métaphore du divorce à un discours cataclysmique pourrait même être considéré comme totalement réactionnaire. C’est très révélateur. Il ne fait aucun doute, en effet, que s’il avait été possible, en haut lieu, d’interdire le divorce, pardon le Brexit, les journalistes auraient voté pour une telle disposition. Si on les étiquette un peu facilement « progressistes », les médias savent donc faire preuve d’un conservatisme strict sur certaines questions. Et lors du Brexit, ils ont parfaitement démontré la validité de l’accusation que lançait un jour contre eux Jean-Luc Mélenchon dans « On n’est pas couché », s’adressant, à travers Léa Salamé, à tous les journalistes : « Vous les médias, vous êtes le parti de l’ordre ! ».

Que ce soit clair : je n’ai pas d’opinion sur le Brexit, je n’en pense rien. Je me suis, comme bien d’autres, délectée des mines d’enterrement de nos maîtres à penser et du ridicule de leurs exagérations alarmistes. Mais je suis tout à fait disposée à concéder que le rejet de la doxa médiatique, violent et souvent accompagné d’une sévère paranoïa complotiste, n’est pas en soi une preuve de bonne santé intellectuelle. Est-il nécessairement, comme on voudrait nous le faire croire, un signe de bêtise ? Si c’est le cas, je pose cette question : est-il autre chose que la réaction normale de la bêtise méprisée face à la bêtise méprisante ?

 

5 576 réflexions au sujet de « Brexit : un crime sans châtiment? »

  1. Les réactions pré et post Brexit sont normales pour la doxa européenne ; que ce soit la crainte de contagion ou la crainte de diminution de budget donc de revenus profitables, sans compter la honte de l’échec ! Mais j’aimerai prendre des paris pour dans un an ou deux ou trois , sur les résultats économiques et sociétaux comparés de l’Europe et de la Grande Bretagne, sachant que je tiens pour un succès indiscutable de la GB. A mon avis l’Europe s’effondrera plus vite et plus bas que la GB.

  2. Il me semble qu’Arnaud Leparmentier ou un de ses clones avait prophétisé dans le monde en affirmant qu’en peu de temps le Royaume-Uni descendrait au niveau socio-économique du Zimbabwe s’il sortait de l’UE…

  3. Bravo! Je peux dire que je connais les Anglais et leur mentalité même si je n’ai vécu quotidiennement avec eux qu’un peu plus d’une dizaine d’années. Les médias français seront toujours loin derrière avec leur pseudo analyse toujours prétentieuse noyée de préjugés illustrés d’ignorance: sortez de vos tour: les voyages froment la jeunesse (même si vous n’en faites plus partie pour la plus part: entre nous j’ai + 60 donc loin d’être un blanc bec comme vs pourriez le supposer). J’ai toujours pensé que les Anglais voteront pour le Brexit, le contraire m’aurait déçu et j’aurai eu a revoir mon jugement de leurs capacités, toutes sans exception et surtout celle de se relever et de bâtir de nouveau. Je n’ai aucun doute que la relève sera assurée et probablement flamboyante. Que nos illustres médias et leurs suivistes se rassurent!

    • C’est sûr qu’il n’y a pas de préjugés dans la presse anglo-saxonne… Tapez frenchbashing sur google c’est plus de 30 pages qui s’affichent où le crétinisme le plus invraisemblable s’y exprime, la malhonnête, la malversation intellectuelle, l’ignorance crasse de la culture française, pays situé à moins de 20km de leur cote. Il suffit de voir le traitement de l’affaire Burkini où 3 maires qui représentent en rien la France ont cru bon de verbaliser 4 ou 5 femmes dans un contexte post attentat très particulier . Les propos complétement débiles des manifestants devant l’ambassade de France mélange impossible de multiculturalisme, de féminisme et de djihad fièrement exposé par la presse anglaise, le # fuck france sur twitter, très gros succès, j’en passe et des meilleurs… la France liberticide pour 4 amendes! Et les 30000 morts annuel par arme à feu aux USA? Pas liberticide les homicides? Et l’application de la charia et la reconnaissance de tribunaux islamique à Londres? La pratique de l’excision en Europe,ça ne vous gène pas? La tolérance, le déni, l’absence de couverture médiatique y compris par les plus « respectables » journaux ça ne vous gène pas? Faut atterrir et réfléchir cher ami. La city usine à blanchiment? Les iles anglo normand, Man, qui détruisent les autres? Les anglais sont si peu nombreux à Bruxelles faute de savoir parler une langue étrangère? je suis resté moins longtemps que vous mais ma sœur à bosser 20 pour JP Morgan et j’y ai mis plus d’une fois les pieds depuis l’âge de 14 ans (j’en ai 57). Vous avez au passage le droit de vous renseigner sur les notions de liberté et d’égalité – je sais c’est difficile quand on est anglo-saxon ou admiratif des luthériens, à part le libéralisme n’est ce pas… d’ailleurs la presse anglaise ne se rend même plus compte de ses topiques; régression intellectuel complet. L’autre devenant de plus en plus curieux, voire phénomène de foire s’il ne bouffe pas des pancakes. Vous avez aussi le droit de vous replonger dans l’histoire de France, de la Révolution, des idéaux. Maintenant pour boire de la bière, pisser partout, faire du fric, et regarder le foot, vaut mieux rester là bas. it’s so british!

  4. Depuis le début, et contre vents et marées y compris de mes proches, je suis convaincu que la GB a eu raison de sortir de « cette » Union Européenne ! La GB à la volonté et la capacité de réagir et de mieux se porter économiquement, beaucoup mieux que notre pauvre France – à la remorque des EU – gouvernée actuellement par des molusques et dont on ne voit pas qui, à l’avenir, saura reprendre le gouvernail capable de nous remettre dans le bon chemin. MLP ?

  5. Le royaume uni n’a pas encore quitter l’UE, on en reparlera quand la demande officielle tombera sur le bureau de la commission.

  6. Merci pour cet article et le précédent. Ca fait du bien d’entendre une voix qui sonne plus juste que celles qu’on entend la plupart du temps. J’espère que vous allez continuer votre blog. Sur le Brexit, les britanniques pourront toujours revenir, ils sont comme vous dites, sortis d’une construction de papier, mais pas d’un continent. Ce qui est beaucoup plus préoccupant que le Brexit, c’est l’absence d’un consensus sur un projet européen démocratique, et capable de créer assez de solidarité, ne serait-ce que militaire, diplomatique, industrielle, entre pays européens, c’est-à-dire à la hauteur des enjeux géopolitiques qui sont a mon sens les vrais enjeux de la construction européenne…

  7. Le Brexit fait cauchemarder les journaleux officiels qui ont pignon sur rue et conditionnent hélas aujourd’hui encore la pensée de l’essentiel de nos compatriotes. Je ne sais pas non plus si le Brexit est en soi une bonne chose ou non, mais personne ne devrait prophétiser dans un cas totalement inédit jusqu’ici.et laisser leur chance à ceux qui ont voté pour la sortie de l’Union Européenne. Les mass-médias, en bon chiens de garde, reflètent la frustration des technocrates de Bruxelles. Qu’ils se rassurent, un pareil référendum n’aura jamais lieu en France. En tout les cas, bienvenue sur ce site à Ingrid Rocrieux, dont j’ai déjà pu constater les capacités d’analyse lexicales dans son excellent ouvrage !

  8. I must point out my passion for your kind-heartedness for folks who require help on this content. Your special commitment to getting the message all over had become unbelievably practical and has truly permitted individuals much like me to get to their endeavors. This helpful tips and hints can mean a great deal a person like me and especially to my colleagues. Thanks a ton; from each one of us.

  9. When I originally commented I clicked the « Notify me when new comments are added » checkbox
    and now each time a comment is added I get three e-mails with the same
    comment. Is there any way you can remove people from that service?
    Cheers!

    My website free femdom cam – steag.in -

  10. Just wish to say your article is as amazing. The clearness in your put up
    is just excellent and that i could assume you are an expert on this
    subject. Fine along with your permission let me to seize your feed to stay up to date with approaching post.

    Thanks 1,000,000 and please keep up the enjoyable work.

    Look at my web page … femdom sites (rararn.ncity.net)

  11. I know this if off topic but I’m looking into starting my own weblog and was curious what all is
    required to get setup? I’m assuming having a blog like yours would cost a pretty penny?
    I’m not very internet savvy so I’m not 100% sure.

    Any suggestions or advice would be greatly appreciated. Thanks

    • Wow, wonderful blog layout! How long have you been blogging for?
      you make blogging look easy. The overall look of your site is great, let alone the content!

      Feel free to surf to my web-site – garcinia cambogia as seen on dr oz show (Anderson)

  12. Great post however , I was wanting to know if you
    could write a litte more on this topic? I’d be very thankful if you could elaborate a
    little bit more. Thank you!

    Also visit my web site: patriot power greens
    benefits (Chris)