«J’ai vu une jeune fille rire en regardant une vidéo de décapitation »

Un petit chaperon rouge-sang.

Sorti en salles mercredi 5 octobre, Le ciel attendra raconte la dérive djihadiste de deux adolescentes et le calvaire de leurs parents, confrontés à l’impensable. Au delà des évidentes qualités cinématographiques du film, au-delà de l’excellence du jeu des acteurs (Sandrine Bonnaire est époustouflante), il nous a semblé que cette fiction qui se veut réaliste s’appuie sur des idées, des parti-pris que nous ne partageons pas.

Avec la liberté et la passion de témoigner qu’on lui connaît, la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar a accepté le principe d’un dialogue franc, direct, et réellement contradictoire. En exclusivité pour Causeur.

Vos deux personnages, Mélanie et Sonia, sont radicalisées. L’une est convertie à l’islam, l’autre est issue d’un mariage mixte. Au contraire, les deux personnages qui sont d’origine maghrébine et nés musulmans, qui sont en quelque sorte « pure laine » – le père de Sonia, Samir, et l’amie de Mélanie, Djamila – sont, eux, « modérés ». Avez-vous fait ce choix pour éviter le fameux « amalgame » ?

D’abord, moi, je ne sais pas ce qu’est un musulman modéré. Et je m’étonne que vous employiez ce terme. Parle-t-on de catholique modéré ?

Peut-être parce que les chrétiens le sont tous ?

Ça, je ne sais pas. Mais j’ai tenu à ce que mon film soit réaliste, qu’il soit représentatif de ce qui se passe effectivement. Sur le terrain. Et que constate-t-on ? Parmi les jeunes filles candidates au djihad, plus de 40 % sont des converties. Que cela plaise ou non, c’est un fait. Quant aux deux personnages que vous qualifiez de modérés, leurs rapports à l’islam sont très différents. Vous ne pouvez pas les assimiler de la sorte. Samir Bouzaria [interprété par l’excellent Zinedine Soualem, ndlr], le père de Sonia est athée. Il ne pratique pas du tout. C’est ce que Sonia lui reproche, très violemment. Djamila au contraire, l’amie de Mélanie, est croyante et pratiquante, mais elle n’est pas prise dans le vertige, dans la surenchère de Mélanie. Djamila représente la majorité des musulmans. Et pour moi, l’islam est associé à des valeurs de fraternité, de compassion, d’entraide.

Une autre chose m’a frappé : la dimension sexuelle de l’engagement djihadiste est comme passée sous silence.

Je ne vois pas bien ce que vous voulez dire. Mélanie est approchée par un rabatteur, sur internet, et celui-ci va l’embrigader. La relation de Mélanie et de son promis est purement virtuelle. Leur dialogue est chaste, pur. Il est l’inverse d’un monde sexualisé. C’est le contraire de « Adopte un mec ». Son correspondant reprend la figure mythique du prince charmant…c’est très étrange d’ailleurs, ce côté « prince charmant barbu ».

Enfin tout de même… Sans même évoquer ce qui se passe réellement en Syrie, il y a toute une érotique de ces dialogues. Par moments, c’est quasiment Cinquante nuances de Grey… « Tu m’obéiras, dis-le que tu m’obéiras toujours… »

Oui, à côté de ces dialogues chastes, il y a des questions extrêmement brutales, comme ce moment où, sans la connaître véritablement, il lui demande si elle est vierge. Comme ça. Presque de but en blanc.

Mélanie n’a pas d’émois.

Ah bon ? Pas d’émois ? Elle ne cesse de rougir. Elle est bouleversée par ces dialogues. Vous auriez voulu voir quoi, vous ?

Je ne sais pas. Moi, je suis un garçon, et je ne suis pas cinéaste. J’imagine qu’une jeune fille qui se promet à un homme peut avoir des rêves soudain. Non ?

(rires) En tout cas, Mélanie est émue, et je pense que cela se voit. Encore une fois : le prince charmant…

J’étais également étonné que vous ne montriez pas plus la dimension haineuse de cet engagement djihadiste. La haine des Juifs, la haine des homosexuels, des chrétiens, de l’Occident… Ces deux jeunes filles partent rejoindre des garçons qui ont peut-être égorgé eux-mêmes ce malheureux Peter Kassig, ou réduit en esclavage des femmes yazidies. Elles le savent !

Non ! Vous vous trompez. Ce sont des jeunes filles aveuglées. Moi, j’ai assisté à des séances de désembrigadement. Et notamment à la confrontation de repenties, qui connaissaient la réalité de ce qui se passe en Syrie et en Irak, avec des jeunes filles qui, au contraire, n’avaient encore que le projet de s’y rendre. Ces dernières ne veulent pas croire ce qu’on leur dit. Elles refusent. En bloc. J’ai vu une jeune fille rire en regardant une vidéo de décapitation. Pour elle, c’était faux. Un trucage… Elle refusait d’y croire.

C’est une défense inconsciente, ça n’élimine pas la pulsion sadique… Au contraire.

Il faut comprendre deux choses. La première est que ces processus d’embrigadement sont rapides. Du premier contact sur Facebook à la tentative de départ en Syrie, il ne se passe souvent que deux ou trois mois. La seconde chose est que cette propagande commence par décrédibiliser l’information en général, à partir d’exemples de mensonges, de manipulations prouvés – et c’est vrai qu’on nous ment – pour aboutir à un sentiment de défiance globale. Là-dessus, vient se greffer un rêve, une idéalisation de ce qu’elles s’apprêtent à rejoindre, le djihad. Et comprenez bien : c’est très difficile de faire le deuil de ce rêve.

Un peu comme dans le film de Jane Campion, Holy smoke, ce personnage incarné par Kate Winslet qui s’accroche à son idéal sectaire et qui, d’un seul coup, s’effondre…

Oui ! Elles font face au même risque d’effondrement. D’où le déni. Le « c’est pas vrai ». Ainsi des filles rentrent de Syrie, racontent ce qu’elles ont vu, enduré. Elles le racontent en détail… tandis que celles qui sont embrigadées, pour protéger leur rêve, ne veulent pas les croire. Comprenez-moi : elles ne peuvent pas.

Un autre point me « chiffonne », c’est le cas de le dire, puisqu’il s’agit du voile. Dans votre film, vous dîtes que le regard de désapprobation sur les femmes voilées renforce la volonté de porter ce voile. Il ne faudrait pas désapprouver, même d’un regard, ces choix ?

D’abord ce n’est pas moi qui dit cela. C’est une des participantes à l’atelier de désembrigadement. Nuance. Et ne parlons pas de voile mais de djilbab. Ce vêtement efface les contours identitaires individuels. Les femmes qui le portent deviennent des « soeurs ». En portant le djilbab, elles appartiennent au groupe.

Le psychanalyste Fethi Benslama évoque cela dans son dernier livre, Ce furieux désir de sacrificie. Il évoque la nécessité intérieure de revêtir « le masque de l’ancêtre »…

L’autre devient moi. C’est très puissant.

Dans ce film, les hommes n’ont pas le beau rôle. C’était déjà le cas dans le précédent, Les héritiers.

Dans Les héritiers, je n’avais rien inventé. Le proviseur ne croyait ni au projet, ni à cette classe, c’est comme ça.

Mais pour Le ciel attendra, je serais plus nuancée que vous. Prenez le personnage du père de Mélanie… Yvan Attal est bouleversé, ravagé de douleur. Et encore une fois : je raconte ce que j’ai vu dans ces ateliers de désembrigadement. C’est un fait : les mères sont plus présentes. Au fond, elles partent rechercher leur petit enfant, celui qui s’est perdu dans la forêt d’un rêve fou, le petit enfant qui a échappé à leur vigilance. Elles partent le retrouver, le ramener. À elles. Et elles n’ont pas de pudeur par rapport à cette recherche, cet effort. Elles se relèvent les manches.

Les pères ont plus de mal à s’exprimer, ça ne veut pas dire qu’ils ne ressentent pas les choses. Prenons l’exemple du père de Sonia, Samir. Bien sûr, il est maladroit. Bien sûr, il est agressif. Mais il est surtout en colère contre lui-même car il a le sentiment d’avoir failli à son devoir de protection. Mais en même temps, souvenez vous ! Quand, à la fin du film, il pose la main sur l’épaule de sa fille, il exprime toute sa tendresse.

Entretien réalisé au téléphone, le 5 octobre 2016, par Olivier Prévôt.

Bande annonce du film \ »Le ciel attendra\ », de Marie-Castille Mention-Schaar, avec Sandrine Bonnaire, Zinedine Soualem, Clotilde Courau et Yvan Attal.