La souveraineté ne doit pas rester l’apanage de mouvements populistes


L’écrivain et chroniqueur David Desgouilles s’est rendu à l’Université d’été de Julien Aubert ce weekend. Forcément, on a eu envie d’en savoir un peu plus. Entretien avec un fin observateur de la droite.


Martin Pimentel. Vous vous êtes rendu à l’Université d’été du député Les Républicains (LR) Julien Aubert. Il semble que des trois postulants à la Présidence de LR, le Vauclusien ait votre préférence… Qu’a-t-il de plus que les autres dans sa besace pour espérer l’emporter, selon vous ?

David Desgouilles. Julien Aubert m’avait déjà invité l’an dernier à l’Université d’été de son mouvement « Oser la France » pour intervenir à une table ronde. Cette année, il m’a invité à y dédicacer mon roman Leurs guerres perdues. Mais ne nous cachons pas derrière notre petit doigt. Bien que n’étant pas adhérent à LR, j’ai effectivement une préférence pour Julien Aubert dans cette élection interne. Pour deux raisons. La première, c’est évidemment notre filiation politique commune, celle du gaullisme populaire de Philippe Séguin et de Charles Pasqua. La seconde, c’est parce que j’estime que son projet pour LR est le seul qui ait une chance de faire exister à nouveau un parti politique entre le RN et LREM, et d’éviter la réédition de ce face-à-face mortifère. Et ça, c’est une raison d’intérêt général ! Pour ce qui est des pronostics de victoire, je n’en fais pas, c’est juste une affaire de conviction.

« Oser la France » se réunissait dans le Luberon. Qu’est-ce qui s’y est dit d’intéressant ? Y avait-il du monde? 

Le samedi était consacré à des tables rondes autour de la langue française dans le village de Lourmarin. Il y a été question de son enseignement à l’école, de sa présence dans les instances de l’Union européenne mais aussi de la francophonie dans le monde entier. Nous avons également assisté à un débat animé sur l’écriture inclusive. Parmi les invités, François-Xavier Bellamy, notre ami contributeur de Causeur Jean-Paul Brighelli, mais aussi Agnès Thill, députée ex-LREM exclue pour déviation idéologique à propos de la PMA. A noter que cette dernière, ainsi que l’avocat Benjamin Pitcho, partisan de l’écriture inclusive, sont restés toute la journée. Malgré leur éloignement idéologique, ils avaient l’air de se sentir à l’aise, malgré leurs différences avec les adhérents d’«Oser la France».

A lire aussi: Souverainistes, qu’avez-vous fait de vos talents?

Le lendemain, à Gordes, Julien Aubert a lancé sa campagne pour la présidence de LR. Une phrase de son discours m’a marqué : « Celui qui ne consent pas à la rupture avec le macronisme ne peut pas être membre des Républicains ». Une allusion au fameux discours de François Mitterrand d’Epinay en 1971, après la plus grosse baffe électorale reçue par les socialistes. Je vois en effet une certain parallélisme entre ces deux situations politiques.

Votre dernier roman narre le parcours et les désillusions de militants souverainistes. Avec l’arrivée en nombre de “populistes” dans les démocraties occidentales, les souverainistes n’ont-ils pas quelques raisons d’être optimistes?

En effet, si on regarde ce qui se passe au niveau européen et international, le vent souffle dans les voiles du souverainisme. Afin que la souveraineté ne soit pas seulement l’apanage de mouvements « populistes », il est préférable que des partis de gouvernement prennent en charge cette question de la souveraineté, qui n’est après tout que l’autre nom de la démocratie.

A lire aussi: Julien Aubert (LR): «Le libre-échangisme a laminé les classes populaires»

Vous avez quitté Twitter cet été. Pour un chroniqueur politique, cela me semble fort périlleux. Rappelez-nous pourquoi vous avez quitté le réseau social au piaf bleu ?

Pour deux raisons. Je souhaitais, deux ans après la publication de mon roman Dérapage, ne plus participer à ce réseau et les phénomènes de meutes numériques qu’il charrie quotidiennement derrière des gibiers divers et variés. L’algorithme des réseaux sociaux en général et de Twitter en particulier favorise la polarisation et la radicalisation des positions. Tout est fait pour que vous vous y indigniez avec ceux qui pensent comme vous. A cela s’ajoute la seconde raison : le phénomène de Cour – que j’ai comparé avec celle du film « Ridicule » de Patrice Leconte, dans ma tribune dans le Figaro. Voilà pourquoi j’ai quitté le réseau et j’ai souhaité inciter mes concitoyens à m’imiter. Je pense que ce réseau contribue à fragiliser davantage encore les cohésions nationales des pays occidentaux. Vous me dites que c’est périlleux pour un chroniqueur politique. Je ne le pense pas. Cette activité était d’ailleurs chronophage. Cela me laisse davantage de temps pour répondre à de longues interviews !

La droite ne devrait-elle pas soutenir plus nettement Macron dans son projet de réforme des retraites ? Beaucoup de Français moins politisés estiment que Macron pourrait bien réussir à faire des réformes indispensables, là où la droite traditionnelle a échoué…

La réforme pour la réforme, je n’y ai jamais cru. Et comme sur d’autres sujets, le diable se niche dans les détails. C’est tout le contenu de cette réforme qui doit être examiné. Et je ne suis pas certain qu’il y ait tant à s’en réjouir, y compris pour un électeur de droite. Sans doute les Français « moins politisés » que vous évoquez pourraient bien découvrir des surprises peu agréables quand on entrera dans le détail de cette réforme. J’ajoute que vous êtes très injuste avec la droite traditionnelle en matière de réformes sur les retraites. Edouard Balladur en a mené une à son terme lorsqu’il était premier ministre, et François Fillon aussi.

Marion Maréchal affirmait en juin dans Causeur qu’une alliance LR / RN était à terme inévitable. Pourtant, quand on évoque cette possibilité avec les LR (et même du côté de Julien Aubert ou Guillaume Larrivé), on proteste et on se cabre tout de suite. Alain Finkielkraut de son côté, dit qu’à force, l’analogie permanente avec les années 30, qui prétend initialement nous éclairer dans nos choix, nous aveugle. Qu’en pensez-vous ?

Je suis un peu las de ces gens qui se disent « à la retraite » et qui, en fait, ne le sont pas du tout. Cela vaut pour Nicolas Sarkozy comme pour Marion Maréchal. Par ailleurs, je suis d’accord avec Alain Finkielkraut sur la pénibilité de cette analogie avec les années 30. Pour autant, en réfléchissant en termes politiques, je n’ai jamais cru à cette histoire « d’union des droites ». J’observe d’ailleurs que Patrick Buisson, qui en était l’un des promoteurs, n’y croit plus du tout et le fait savoir bruyamment depuis qu’il a analysé le résultat des élections européennes. Pour l’instant, je préfère laisser une chance au maintien voire au rebond des Républicains s’ils décident de renouer avec la tradition populaire et patriote du gaullisme, un parti de la cohésion nationale qui ne se résigne pas au face-à-face Macron Le Pen et à celui, encore plus mortifère, entre la France des métropoles d’un côté et la « périphérique » de l’autre. Si ce défi – il est vrai audacieux et difficile – ne peut pas être tenu, il y aura peut-être une recomposition. Comme Buisson, je pense que la fameuse union des droites sera une assurance de réélection pour Macron, car il y manquera alors forcément les électeurs qui ont fait monter Jean-Luc Mélenchon du socle résiduel de la France insoumise (6 ou 7%, qu’elle a d’ailleurs retrouvé) à 19% à la présidentielle. Même si le clivage libéraux vs anti-libéraux que décrit l’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy n’est pas vraiment satisfaisant intellectuellement (Je me sens bien davantage libéral qu’Emmanuel Macron sur les questions liées à la liberté d’expression), l’idée qu’il professe sur la nécessité d’un rassemblement plus large pour battre le président actuel me convainc davantage que les faux dîners secrets avec la fausse retraitée Marion Maréchal.