Les prestations de madame l’ambassadeur

On ne pourra pas l’enlever à Nicolas Sarkozy. Sous son mandat, les mœurs politiques ont bien changé. N’ayons pas peur des mots, c’est bien à une révolution qu’on a assisté.

Ce soir, c’était encore une cerise supplémentaire sur le gâteau. Un ambassadeur de France était invité au Grand Journal de Canal +.  Ce représentant du gouvernement français auprès d’une institution internationale n’était pas mandaté par le Quai d’Orsay pour défendre la politique étrangère de notre pays. Pas du tout. Elle -puisque l’ambassadeur est une dame,- était interrogée sur son engagement politique. Il  y fut question de son départ de l’UMP, de son engagement  auprès du parti radical valoisien de Jean-Louis Borloo. Il y fut question de sa prise de distance envers la politique du gouvernement. A un moment de l’émission, Ali Baddou lui a quand même fait remarquer que, tout de même, elle était ambassadeur de France. Elle n’a pas relevé. Un détail, n’est ce pas ? D’ailleurs Ali Baddou n’a pas insisté. Quant à Aphatie, il ne semblait pas gêné outre mesure par cette confusion des genres. Le réalisateur, en revanche, semblait plus taquin. L’incrustation « ambassadrice de France à l’UNESCO » est apparue plusieurs fois sur notre écran pendant que la diplomate expliquait pourquoi elle avait décidé de quitter le parti du président. Madame l’ambassadeur ne sera pas virée demain matin. Nicolas Sarkozy est trop affaibli  pour décider telle mesure. Sa majorité prend l’eau. Et par rapport à madame l’ambassadeur, il s’est toujours montré… débonnaire. Lorsqu’elle était secrétaire d’Etat, elle a, par deux fois, pris le contre-pied de ses ministres de tutelle. Le moment Kadhafi fut un modèle du genre puisqu’elle avait donné une leçon de droits de l’homme à Bernard Kouchner. Plus tard, elle s’est aussi opposée à Dame Bachelot, défendant certaines rémunérations défiscalisées des sportifs de haut-niveau. Mais comme il avait été expliqué à l’époque, elle n’aurait jamais, à l’instar d’un Chevènement, démissionné pour ouvrir sa gueule. Elle l’ouvrait et elle restait. Le Président a dû attendre six mois et le prochain remaniement pour l’exfiltrer sans en faire une martyre. On croyait qu’elle allait retourner administrer le Sénat mais le Président a jugé bon de la nommer ambassadeur. Ainsi, puisque les ministres causent sans démissionner, allait-il la faire taire en lui offrant un poste où la discrétion est de mise. Caramba ! Encore raté !

Jamais la fonction présidentielle n’a jamais été aussi abaissée. Jamais elle n’a manqué autant d’autorité. Merci à Rama Yade  -puisque tout le monde l’aura reconnue- de mettre ainsi en lumière cette évidence. Rendez-vous compte qu’il y a encore dans ce pays des gens qui parlent d’hyper-présidence, de présidentialisme, de monarchie républicaine à propos du pouvoir actuel. Tous ces gens, à commencer par le premier d’entre tous, Edwy Plenel, ce comique de haut vol, doivent à tout prix se lancer dans une tournée à travers la France. Le Plenel-Comédie-Club, ça en jette, non ?