Sophie Montel à Florian Philippot: au revoir Tristesse!


Hier, Sophie Montel a claqué la porte des Patriotes, le parti de Florian Philippot dont elle était l’éternel bras droit. Elle explique à David Desgouilles pourquoi elle a dû faire ce choix, renoncer à « Peter Pan » Philippot et à la « morne plaine » du souverainisme français.


Nous sommes dans un restaurant d’une zone commerciale de Chateaufarine, à l’entrée ouest de Besançon. Sophie Montel semble y avoir ses habitudes. Elle m’y a donné rendez-vous une heure auparavant. En fin d’après-midi, j’ai en effet appris qu’elle avait claqué la porte des Patriotes, le nouveau parti de Florian Philippot. Cela ne m’a étonné qu’à moitié. Elle m’avait déjà confié ses doutes au printemps. C’était en off, comme on dit – ce truc qu’on ne respecte plus guère de nos jours -, mais nous faisons partie du « vieux monde », n’est-ce pas ?

« La divine solitude » de Florian Philippot et « l’affaire Geneviève de Fontenay »

Dans son communiqué de départ, Sophie Montel évoque la « divine solitude » de Florian Philippot. Elle vise quatre personnes qui constituent « une cour » autour du président-fondateur des Patriotes : son frère Damien, Ferial Mostefai, Franck de Lapersonne et Joffrey Bollée. Dès la fin du mois septembre de l’an dernier, en fait, elle se rend compte qu’elle va devenir « moins essentielle » dans l’organisation de Florian Philippot. Elle évoque « une accumulation d’événements » qui lui ont permis de comprendre que l’énarque s’enfermait dans sa bulle, avec ses trois courtisans.

Voir l'image sur Twitter

C’est ce qu’elle appelle « l’affaire Geneviève de Fontenay » qui tient lieu de point d’orgue à son courroux. Il ne lui en a rien dit. Il fait tout dans son dos, alors que quelques jours avant ils ont passé en revue l’actualité du parti, à Strasbourg. « A aucun moment il ne me dit qu’il va tenir une conférence de presse avec Geneviève de Fontenay. Je n’ai rien contre elle. J’imagine qu’avec son passé à la tête de Miss France on la repère facilement dans la rue et qu’on lui demande des selfies. Mais politiquement, je ne vois pas l’intérêt », regrette-t-elle, dépitée. C’est pile à ce moment-là que Sophie Montel m’avait confié ses doutes, au printemps. La « dame au chapeau » a donc été un révélateur de la méthode de direction de Philippot, qui s’est retournée contre lui, lorsque Madame de Fontenay a fini par le débiner en public sur une chaîne info. « Elle lui a fait la totale ! ».

Révélateur de la soif de buzz du président des Patriotes, mais aussi de sa méthode de fonctionnement qui motive aujourd’hui le départ de Sophie Montel. Elle décrit la méthode : mettre devant le fait accompli. « Il a créé une équipe nationale, à laquelle il sert de la bouillie pour chat. Tout le monde applaudit, tout le monde dit bravo. J’ai toujours critiqué le bureau politique du FN que je n’avais jamais trouvé à la hauteur, mais là on est encore descendu de quatre étages.»

« Il me fait penser, par moment, à Peter Pan »

C’est à ce moment, alors qu’on nous sert l’entrée, que Sophie Montel semble vraiment affectée par ce départ. Il y a trois jours, elle a eu un entretien avec « Florian ». Elle s’est retrouvée « devant un mur », un homme qui « se réfugie derrière des bricoles », comme ces tweets d’assistants parlementaires de l’élue franc-comtoise qui critiquent le président des Patriotes. Elle lui répond que si des gens qui se sont engagés pour lui se voient désormais contraints d’attirer son attention en twittant, c’est très révélateur de sa propre communication au sein de son parti. « Il me fait penser, par moment, à Peter Pan ». Cet enfant qui ne veut pas grandir a été touché par la manière dont il a été répudié du jour au lendemain par Marine Le Pen. Il a été, pendant des années, son principal collaborateur. Si mal considéré, « il a pris un gros coup sur la tête et ne s’en est jamais réellement remis, assure Sophie Montel. Mois après mois, je l’ai vu dévisser. Il me semble perdu. Je ne le reconnais plus ».

A lire aussi: Philippot: « Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’au FN la défaite en arrangeait plus d’un »

On en arrive à ceux qui « influencent » Florian Philippot, et en premier lieu son frère. Le sujet des relations entre les frères Philippot commence à être à la mode. Différents portraits ont déjà évoqué ce point sensible dans la presse. Sophie Montel les confirme. En présence du frère aîné, le cadet devient transparent. Il s’efface. Rentre sous terre. « Alors que s’il y en a un qui est doué, c’est le plus jeune », ajoute-t-elle, sûre de son fait. D’une phrase, elle exécute Franck de Lapersonne : « De Gaulle avait Malraux, Florian a Franck de La Personne ! ».

« Si c’est pour repartir avec une Le Pen… »

Et maintenant, que va-t-elle faire ? Après avoir pris des vacances, et achevé son livre, auquel elle devrait ajouter un chapitre, elle sera sans doute contrainte de faire autre chose que de la politique, elle qui ne fait que ça depuis la fin de ses études. Elle a encore deux mandats, l’un à Strasbourg, qui finit l’an prochain, l’un au Conseil régional à Dijon, qui s’éteint en 2020 ou 2021. Pour la première fois, il faudra qu’elle regarde ailleurs. Et souhaiter que la France suive le modèle de l’Italie. De l’autre côté des Alpes, « on transcende les clivages pour le bien du pays ». A côté, le paysage politique français « est désespérant ». Espérer que s’affirme un « Macron du souverainisme » qui emporte tout sur son passage, surgi de nulle part. Sophie Montel l’attend mais ne semble pas y croire tant que ça.

Puisqu’elle semble se muer d’actrice en observatrice, je tente de la faire réagir sur diverses personnalités. Marion Maréchal ? Elle n’a jamais été très enthousiaste sur le personnage. « Si c’est pour repartir avec une Le Pen, continuer avec la PME familiale… Et puis se projeter à dix ans, à quoi ça rime ? Copé a essayé, on a vu le résultat. La situation européenne est tellement instable qu’il est illusoire de se projeter autant sur le long terme ». François Asselineau ? « Chez lui, ils sont très bien formés, comme ceux de la France insoumise », mais le personnage a ses limites, celles « d’un bon prof », qui manque d’incarnation. Nicolas Dupont-Aignan ? « L’union des droites, ce n’est pas ma tasse de thé. Ce qui m’intéresse, c’est l’union du peuple français. Ce n’est pas mon truc. » Elle a pourtant reçu des mots sympathiques, ces derniers jours, de la part de la garde rapprochée de NDA. Mais non décidément, le positionnement actuel du président de Debout La France (DLF) ne lui sied pas. Laurent Wauquiez ? « Niet ! Je n’ai pas passé trente ans de ma vie à critiquer ces gens qui font des promesses électorales pour les rejoindre ensuite. Je n’irai pas à la soupe. »

La « morne plaine » du souverainisme français

Finalement, Sophie Montel ne se positionne pas en observatrice. Elle est encore politique. On lui demande son avis sur des personnalités et répond à une question que nous ne lui avons pas posée : rejoindrait-elle oui ou non les personnalités citées. Elle n’a pas encore fait son deuil.

Elle dresse un bilan désolant de la sphère souverainiste dont elle espérait tant. « Morne plaine », lâche-t-elle. Cela tient sans doute, analyse-t-elle, au fait que tous ces gens sont très « Le Chef » et passent davantage de temps à couper les têtes qui dépassent autour d’eux qu’à se battre pour la cause avec un minimum de désintéressement.

Elle montre aussi plein de bon sens quand on tente de lui extorquer un pronostic sur les européennes de 2019. Il est impossible d’en faire un. La politique va à toute vitesse, la situation italienne le prouve. Qui sait ce qui se passera d’ici-là et bouleversera le paysage politique continental et national ?

Une claque et salut

C’est le moment que je choisis pour lui parler de son passé. Et notamment sa fréquentation du mouvement « Terre et Peuple » de Pierre Vial. Elle répond qu’elle n’en a jamais été membre. Qu’elle a été invitée, « comme tous les secrétaires départementaux du FN », à fêter le solstice avec ces drôles d’oiseaux. Pas davantage. L’histoire de Sophie Montel qui danse nue dans la forêt, c’est une rumeur entretenue par d’anciens mégrétistes qui ont peut-être eux-mêmes dansé nus dans la forêt. En mangeant mon dessert, je suis tenté de la croire. Tout ce qu’elle me raconte depuis deux heures sur la scène souverainiste ne me semble pas compatible avec la participation à ce genre de dinguerie.

A lire aussi: Le Pen-Philippot: ils se sont tant aimés…

Il est près de vingt-trois heures. Sophie Montel revient sur « Florian », « triste »,« tellement affecté » par la disgrâce de Marine Le Pen, avec qui les relations avaient été si fortes pendant tant d’années, lorsqu’elle lui laissait faire la pluie et le beau temps au Front. Montel parle d’un enfant perdu. « Peter Pan », qui aime user de bisounoursisme sur les réseaux sociaux. Je lui fais remarquer qu’elle y a bien participé avec lui, fut un temps. Elle le reconnaît. Elle a elle-même beaucoup d’affection pour ce Peter Pan. Elle espère que ce départ provoquera chez lui un sursaut. Qu’il aura l’effet d’une paire de claques qu’on donne à un gosse pour le faire grandir un peu, et qu’on ne peut pas lui donner réellement parce que « c’est un homme de trente-sept ans ». Elle l’espère mais elle n’a pas l’air d’y croire vraiment. Sophie Montel est en train de tirer sa révérence. Après 2021, il est bien possible qu’on n’entende plus jamais parler d’elle. Elle aura tourné le dos aux PME familiales et autres boutiques. Au souverainisme et sa morne plaine. Avec beaucoup, beaucoup de regrets.