Une autre histoire de la présidentielle (2/3)

Mai 2017, Jean-Luc Mélenchon élu président de la République

Mardi 4 avril 2017

Malgré son expérience, François Bayrou n’avait rien vu venir. Et pourtant, deux mois auparavant, les réseaux sociaux s’étaient timidement fait l’écho de ce passage d’un livre de Corinne Lepage paru deux ans avant. Une affaire d’emplois fictifs. Comme Fillon. Et concernant le Parlement européen, en plus. Il était monté trop vite et trop haut dans les sondages. Depuis vendredi dernier, il devançait désormais François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, et occupait ainsi virtuellement – avec 18.5 % – la seconde place pour le second tour, selon le Rolling-IFOP.

Son slogan de campagne, « La sagesse », s’était imposé et collait à merveille avec une opinion en train de se cristalliser. Cette « sagesse » répondait à une demande de protection. De manière surprenante, le démocrate-chrétien qui avait toujours été un représentant de la politique d’ouverture du pays aux vents du marché européen et de la mondialisation, faisait presque jeu égal dans la France périphérique avec Marine Le Pen. Il devenait le candidat de la France profonde, et un peu celle des oubliés. Et cette sagesse renvoyait aussi et surtout à l’honnêteté, ce qui lui avait apporté des bataillons d’électeurs de droite devenus rétifs au vote Fillon.

 Et voilà qu’il était rattrapé, comme le candidat LR et Marine Le Pen par cette histoire d’emplois fictifs. Il était désormais trop tard pour retirer sa candidature mais François Bayrou savait qu’il retomberait aussi vite qu’il était monté. Il savait aussi d’où venait le coup et rejoignait désormais François Fillon dans le diagnostic selon lequel un cabinet noir travaillait à la perte de ceux qui pouvaient succéder à François Hollande. A qui profitait le crime ? A Emmanuel Macron, à l’évidence.

Lundi 24 avril 2017

La France des médias avait la gueule de bois. Pendant des semaines, elle avait conjuré le mauvais sort, souhaitant ne pas voir en face ce qui la guettait. Le second tour tant redouté. Entre « les deux extrêmes ». Entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Pendant des semaines, elle y avait pourtant travaillé soigneusement, avec l’Emission Politique en tête de gondole, ses invités-surprises, son surf sur les buzz en tous genres. Elle avait pourtant fustigé le dégagisme. Elle l’avait fustigé, mais encouragé à force de le dénoncer et d’y participer néanmoins. Schizophrénie médiatique.

Et voilà qu’il fallait choisir. Entre la peste et le choléra. Du côté des partis politiques, on était aussi devant ce second tour comme des poules devant un couteau. A part Benoît Hamon, Philippe Poutou (pour Mélenchon), Nicolas Dupont-Aignan (en faveur de Le Pen), François Asselineau, Nathalie Arthaud et Jean Lassalle (pour le vote blanc), on n’avait encore donné de consigne de vote. Les trois gros candidats éliminés se taisaient. Quelques personnalités proches de ces candidats les avaient en revanche devancés. Laurent Wauquiez avait annoncé dans la matinale de RTL qu’il choisissait Marine Le Pen. Christophe Castaner se prononçait pour Jean-Luc Mélenchon sur France Inter. Marielle de Sarnez, enfin, se résolvait au même vote que le porte-parole d’Emmanuel Macron, « la mort dans l’âme », sur l’antenne de LCI.

Les premiers sondages donnaient Jean-Luc Mélenchon en tête avec 54%. C’était peu. Tout dépendrait de la capacité de chaque candidat à mobiliser, ce qui pouvait déjouer les pronostics et les sondages, jusqu’au dernier jour.

Dimanche 7 mai 2017

Jean-Luc Mélenchon apprit vers 18h30 qu’il était sans doute le huitième président d’une Ve République dont il souhaitait la fin. Il avait conscience que la France était en miettes. La campagne présidentielle la plus déplorable de l’histoire de la République n’y avait pas peu participé. Il fallait désormais rassembler. Le chef de la France insoumise avait conscience qu’il avait été élu par défaut, comme tout candidat vainqueur de Marine Le Pen l’aurait été à sa place. La désignation de son Premier ministre ne devait pas attendre. Il l’annoncerait dans les prochains jours, avant même d’être investi de ses fonctions. Tout le monde attendait Benoît Hamon mais le nouveau président ne souhaitait pas désigner une personnalité ayant participé au scrutin. Son choix se porta alors sur Arnaud Montebourg, qui accepta la proposition. Il fallait désormais trouver une majorité aux élections législatives. Jean-Luc Mélenchon n’en doutait pas : la mécanique des institutions de la Ve lui permettrait de l’obtenir.