Une autre histoire de la présidentielle (3/3)


Décembre 2017, Mélenchon nomme Guaino Premier ministre


A lire aussi: Février 2017, François Bayrou se déclare candidat à l’Elysée (1/3)

A lire aussi: Mai 2017, Jean-Luc Mélenchon élu président de la République (2/3)

Lundi 19 juin 2017

Arnaud Montebourg était assis face au président. La tension était palpable. Jean-Luc Mélenchon ne comprenait pas son Premier ministre. La France insoumise, grâce à la démobilisation de tous ses adversaires, avait obtenu plus de 300 sièges. Cette majorité permettait de mettre en œuvre le projet joliment appelé « L’avenir en commun », et l’hôte de Matignon faisait la fine bouche.

Montebourg souhaitait que l’idée de Constituante pour une VIe République ne soit pas mise en œuvre, comme prévu, aussitôt la réforme du mode de scrutin votée. Lui qui avait porté depuis le début de sa carrière l’idée d’en finir avec la Ve lui demandait de renoncer à ce projet, de le renvoyer aux calendes grecques. « Il faut regarder les choses en face, monsieur le président. D’abord, même si cette réforme était à votre programme, vous n’avez pas été élu pour ça. Si vous avez obtenu 20% au premier tour, c’est parce que vous, et non la France insoumise, avez su montrer que vous aviez les qualités d’un chef. C’est parce que vous avez incarné, dès l’annonce de votre candidature, ce « qui m’aime me suive » gaullien. Paradoxalement, c’est le futur monarque républicain qui a été élu, pas celui qui annonçait la Constituante. Ensuite, votre majorité est diverse. Entre le duo Obono-Autain, le jacobin Corbière et mes proches qui l’ont rejointe, on dirait des grenouilles dans une brouette.  Seule la Ve République et ses outils permettront de la discipliner pour mettre en œuvre les chantiers prioritaires, la transition écologique et le bras de fer européen avec l’Allemagne. Enfin, j’ai bien peur que cette assemblée constituante élue à la proportionnelle fasse n’importe quoi, allant beaucoup plus loin dans le régime d’assemblée que nous ne le souhaitons nous-même. »

Le président n’était pas décidé à s’asseoir sur sa VIe République, et il le signifia à Montebourg. Celui-ci ne se démonta pas. « Alors, je retourne faire du miel en Saône-et-Loire ! ».

Jeudi 14 septembre 2017

Au premier rang de la manifestation, Emmanuel Macron, Laurent Wauquiez, Manuel Valls et Florian Philippot – fraîchement débarqué du FN – avançaient, bras dessus bras dessous. Marine Le Pen avait été déclarée persona non grata, bien qu’opposée aussi à la mise en place du Conseil de déontologie des médias. Le nouveau Premier ministre Benoît Hamon faisait le siège de l’Elysée chaque jour depuis une semaine pour implorer le président Mélenchon de renoncer à son projet. A l’Assemblée, la majorité France insoumise se fissurait. Clémentine Autain avait demandé à ce qu’on abandonne le projet, suscitant la colère du président de groupe Alexis Corbière. François Kalfon, le ministre de l’Intérieur, avait aussi prévenu depuis quelques jours de l’ampleur de la manifestation.

Le président de la République avait toutes les raisons de tenir. Depuis son élection, il faisait l’objet d’une opposition médiatique massive, qu’il trouvait la plupart du temps caricaturale et malhonnête. Mais la France des médias résistait et était parvenue à mobiliser. Bizarrement, c’est la France périphérique, celle qui lui avait été la moins favorable lors de l’élection présidentielle, qui se mobilisait le moins contre l’idée de ce conseil de déontologie journalistique. La fronde se déployait en revanche dans toute la France des métropoles, ce qui donnait aux manifs l’effet grossissant d’une loupe. Les études d’opinion confirmaient politiquement le clivage géographique. Le président s’écroulait dans son propre électorat et celui du Parti socialiste. Il remontait en revanche légèrement dans l’électorat LR et sensiblement dans l’électorat FN. Il avait décidé de tenir bon, mais commençait à se demander si son éphémère Premier ministre, devenu apiculteur, n’avait pas vu juste en juin dernier. S’il avait du mal à imposer une telle réforme à sa majorité, comment la France serait gouvernée en VIe République ?

Dimanche 24 décembre 2017

Enfin, les émeutes avaient cessé. En octobre, le président Mélenchon avait décidé d’une répression tous azimuts contre la fraude fiscale. En Conseil des ministres, il avait insisté pour que cette bataille se fasse non seulement au niveau des cols blancs mais aussi dans les banlieues où nombre de trafiquants en tous genres ne déclaraient aucun revenu tout en affichant ostensiblement des signes extérieurs de richesse. Il avait ainsi exigé qu’on redonne une nouvelle vie au travail commun de la police, du fisc et des douanes initié par Nicolas Sarkozy lorsqu’il occupait Beauvau au début du siècle. Frapper les trafiquants au porte-monnaie.

Mais, comme en 2005, ces derniers avaient décidé de ne pas rester inertes. Il avait suffi d’un accident de scooter d’un jeune homme à Clichy-sous-Bois, poursuivi par la police, pour que les banlieues s’embrasent. Hamon et Khalfon étaient passés sous la table. Les médias – Mediapart en tête – vent debout contre l’Elysée, accusé de tous les maux. Ne restait plus que la Ve République. Et son fameux article 16. Au bout d’une semaine d’émeutes, le président se décida à l’utiliser. Les accusations de fascisme se multiplièrent, les allusions au Venezuela et à Cuba fleurirent. Mais Mélenchon savait qu’il jouait son mandat dans l’épreuve de force. En quinze jours, l’ordre régnait dans les banlieues. Et la popularité présidentielle remontait en flèche.

En ce dimanche de fête, le président de la République annonça la fin de la mise en œuvre de l’article 16 et ceux des travaux de la Constituante. La Ve République continuerait à vivre. Dans quelques jours, il nommerait Henri Guaino Premier ministre, Hubert Védrine aux affaires étrangères et Natacha Polony à la transition écologique. A la fin de son allocution, Jean-Luc Mélenchon se paya le luxe de ces deux mots adressés aux Français : « Joyeux Noël ».