Bonnet d’Hanouna

Cette semaine, dans le bric-à-brac de l’actualité, un sèche-mains électrique, des lunettes roses et une télé-poubelle.

 

Instagram Changer la vie en rose…

C’est ce qu’on appelle un éléphant rose !

Chaude ambiance au siège du Parti socialiste. Comme nous l’explique son compte Instagram, « les lunettes de la #GénérationHamon sont arrivées jusqu’à Solférino juste à temps pour un lundi au soleil. » Cette promo pour le matériel électoral du candidat P.S. serait sans doute passée largement inaperçue si elle n’avait été illustrée par la photo ci-contre.
Ce cliché d’un Cambadélis hilare a été instantanément repris sur l’ensemble des réseaux sociaux, beaucoup d’internautes se faisant la même réflexion que vous et moi : dans les circonstances actuelles, il faut vraiment que le patron du P.S. porte des lunettes roses pour oser le « V » de la victoire… Mais qu’importe ! Dans quelque jours, ce stock servira à cacher les yeux rougis à l’annonce des résultats.

Twitter Hanouna ne fait pas école

C’est l’histoire d’un lycéen comme les autres, enfin pas tout à fait. Quentin Faugeras, élève de terminale L au lycée Sainte-Marie à Bordeaux, est le gamin que tous les profs rêvent d’avoir dans leur classe. Bien noté dans toutes les matières, il est unanimement apprécié par ses camarades pour son caractère jovial et son bon esprit. Ce sans-faute lui a valu d’être interviewé par TV7, une chaîne locale du Sud-Ouest ; on y voyait entre autres le jeune Quentin remercier ses professeurs pour la qualité de leur pédagogie.

Pour Cyril Hanouna, un bon élève est un élève nul !

C’est justement cet extrait qu’a choisi de rediffuser Touche pas à mon poste, l’illustre émission de Cyril Hanouna. Pour tirer son chapeau à l’enfant trouvé des faubourgs de Ouagadougou, devenu la fierté de l’école républicaine et de l’enseignement catholique réunis ? Hélas non ! Les sbires d’Hanouna ont trouvé plus malin d’injurier Quentin en le traitant de « plus gros fayot de l’histoire de l’Education nationale », puis carrément de « lèche-cul ». Ce dernier terme sera même repris sur le compte Twitter officiel de TPMP, accolé à la photo du jeune homme.
Suite à cette campagne minable, on aurait pu craindre un lynchage numérique en règle du malheureux Quentin. Sauf que le « bad buzz », comme ils disent, s’est retourné contre les insulteurs. Ainsi un lycéen tweete-t-il : « Vous traitez un jeune de “lèche-cul” parce qu’il est largement plus instruit que votre clique de [ici, un gros mot que nous ne reproduirons pas]. » En tout, des milliers de réactions d’ados furieux qu’on peut résumer en cinq mots “Touchez pas à notre pote !”

Facebook Un militant qui ne manque pas d’air

Un support idéal pour un candidat propre sur lui.

Décidément, la campagne s’insinue partout ! À la télé, sur le net et les murs de nos villes, bien sûr ; mais ainsi dans des endroits plus inattendus, comme ici les toilettes publiques. Un farceur engagé a fait un malheur sur les réseaux en apposant sur un sèche-mains électriques des autocollants où l’on peut lire : « Appuyez ici pour un extrait de discours d’Emmanuel Macron. » J’ai trouvé ça très drôle… Quoique à la réflexion, une vraie machine à discours de Macron devrait souffler alternativement de l’air chaud, de l’air froid, et surtout de l’air tiède.

[Article publié dans Valeurs Actuelles]

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer