Le péril Fillon

À la une cette semaine, beaucoup d’acharnement, pas mal dde maiuvaise foi, et même un soupçon d’humour : cinquante nuances d’antifillonisme…

Libération Fillon, criminel ou aliéné ?

Pour un peu, Libé en appellerait au GIGN…

Gros succès chez les internautes de gauche pour cette une de Libé ! D’Instagram à Twitter en passant par Facebook, on s’esbaudit face à tant de mordant : « Le forcené de la Sarthe », pour parler de François Fillon, ça c’est envoyé !
Percutant certes, mais pas très innovant… Le traitement des affaires politiques en termes de faits divers est une tradition bien ancrée à gauche. Sous la Convention déjà, on se faisait un devoir de « mettre dans la même charrette », au sens propre, criminels de droit commun et « ennemis du peuple ». Plus tard, dans l’URSS de Lénine et Staline, la Pravda emploiera pour qualifier les opposants l’expression de « bandits contre-révolutionnaires »… Et aujourd’hui encore, à en croire Ségolène Royal, il n’y aurait dans les geôles cubaines que des détenus de droit commun.
Le petit « plus » du quotidien de Drahi et Joffrin, c’est de marier harmonieusement, avec sa métaphore du « forcené », l’image du criminel à celle du fou furieux. À ce niveau, on n’est plus très loin de Gilles de Rais – d’ailleurs originaire comme Fillon des Pays de la Loire, y a pas de hasard !

Facebook Fausse nouvelle, bonne nouvelle ?

Le mois dernier, Facebook annonçait solennellement le lancement d’un outil de lutte contre les « fake news » (fausses nouvelles présentées au public comme des infos authentiques).
Pourtant , ces derniers temps on voit relayés sur Facebook une série de faux tweets signés François Fillon, au ton ordurier ou au contenu délirant. Dans l’un d’entre eux, le candidat de droite remercie même Henry de Lesquen (qui considère Marine Le Pen comme une dangereuse gauchiste) pour son soutien !
Aujourd’hui encore, ces faux grossiers dans tous les sens du terme circulent partout impunément chez les internautes de gauche, assortis de commentaires indignés… Apparemment, chez Facebook, on est bien décidé à en finir avec toutes les fake news – qu’elles viennent de droite ou de droite.

Twitter, etc. « And the winner is… »

Le twittos qui a conçu ce visuel, quoique de gauche, mérite l’Oscar du meilleur montage !

Ces temps-ci, on s’en doute, la gauchosphère donne à fond dans l’antifillonisme à front bas. Parfois quand même on tombe sur d’heureuses exceptions – comme celle-ci au début du mois, où un internaute inspiré avait mélangé à dessein le capharnaüm à droite et les cafouillages des Oscars. De l’humour de gauche drôle ? On vit décidément une campagne pas ordinaire.

[Article publié dans Valeurs Actuelles]

Enregistrer

Enregistrer