Menu allégé (avant les fêtes…)

Un Hamon sans complexes, un rockeur sans filtre, une Croix-Rouge sans croix… Et pourquoi pas une sauce aux câpres sans câpres ?

Instagram D’hiver gauche

On attend la même avec Michel Sapin…

On attend la même avec Michel Sapin…

C’est la coutume sur les réseaux sociaux : dès que tombent les premières neiges, beaucoup d’internautes y vont de leur photo. L’un montre son jardin « couvert d’un blanc manteau », l’autre les toits de son village, un autre encore le pare-brise de sa voiture… Benoît Hamon, lui, a choisi de se montrer lui-même ! Alors qu’il se préparait à tenir meeting dans la capitale de l’Auvergne, il a publié sur Instagram cette photo avec une légende très travaillée : « Clermont-Ferrand by night ».
Tout ça n’a guère d’intérêt, me direz-vous… Détrompez-vous ! Vingt-quatre heures à peine après publication, ce cliché avait déjà recueilli plus de 7000 « like ». À titre de comparaison, la photo de son meeting de Lille du 22 novembre n’en totalisent que 1 600. Quant au précédent gros buzz déclenché par Benoît, il remonte à juin dernier, quand l’intéressé avait publié sur Twitter la photo de son kebab du soir…
Du coup on se demande si, après avoir abandonné le parti socialiste, l’ancien candidat à la présidentielle ne devrait pas carrément renoncer au militantisme. Vu la propension des chaînes de télé à recycler d’anciens responsables politiques, personnellement, je le verrais bien en Monsieur Météo.

PasteMagazine.com Right’n’roll

Après "Rock against racism" et "Rock against fascism", voici "Rock against marxism" !

Après Rock against racism et Rock against fascism, voici Rock against marxism !

Si la France n’a pas inventé grand-chose en matière de rock, de pop ou de punk, elle a en revanche lancé un genre bien à elle : celui du rockeur-obligatoirement-de-gauche – dont Bertrand Cantat est, si l’on ose dire, l’exemple le plus frappant.
Au pays des Beatles et des Stones, c’est une tout autre musique qui se fait entendre. Ainsi, après l’attentat de Manchester en mai dernier, Morrissey, fondateur des Smiths et figure totémique de la pop anglaise, avait-il mouché publiquement le maire de gauche de la ville, pour avoir « oublié » de préciser que les assassins étaient des djihadistes.
Cette semaine, c’est une autre star de la britpop, Noël Gallagher, qui s’est fait remarquer par des propos particulièrement peu progressistes. En réponse à une question du site musical Paste, qui lui demandait son opinion sur le leader du parti travailliste, il a fait cette déclaration lapidaire qu’il n’est même pas besoin de traduire : « Fuck Jeremy Corbin. He’s a communist ! »
N’étant pas un spécialiste de la politique britannique, j’ignore si cette opinion est fondée ou un rien exagérée. Mais un gars qui considère le mot « communiste » comme une injure ne peut pas être tout à fait mauvais…

Sudinfo.be Faut-il faire une croix sur le Christ ?

La mission de la Croix-Rouge : soigner tout le monde, ou ne « stigmatiser » personne ?

La mission de la Croix-Rouge : soigner tout le monde, ou ne « stigmatiser » personne ?

Grosse polémique sur les réseaux sociaux belges, après l’annonce par la Croix-Rouge du royaume du retrait des crucifix dans tous les locaux de l’association. D’après les sites d’info wallons qui relatent l’affaire, cette décision scandalise nombre de bénévoles de l’association, qui ne se gênent pas pour y dénoncer une concession aux musulmans. D’aucuns rapprochent cette décision de celle, prise par la mairie de Bruxelles, de rebaptiser le marché de Noël « Plaisirs d’Hiver ». Quant à la Croix-Rouge, la logique voudrait qu’elle s’appelle désormais plus simplement la Rouge…

[Article publié dans Valeurs Actuelles]