Marine à front renversé

Habituée à se garder à gauche, Mme Le Pen a été surprise par l’offensive de Zemmour sur son flanc droit…

Forcément intéressant, comme dirait l’autre, un débat entre Marine Le Pen et Éric Zemmour – les deux grands Satans de la vie politique française. On en a encore eu la preuve l’autre vendredi sur Paris Première, chez Zemmour & Naulleau. Il y fut question du Front national, bien sûr ; mais pas exactement comme d’habitude…

Depuis trente ans, la même question n’en finit pas d’agiter nos médias ordinaires : par où attaquer le FN ? L’éthique ? Le programme ? Les « affaires », ou ce qui en tient lieu ? On aura tout essayé, tour à tour puis simultanément. Le hic c’est qu’entretemps, l’entreprise Le Pen & Le Pen est passée de 1 à 30 % des parts de marché politique.

Même le fameux « Esprit-du-11-Janvier » n’aura pas empêché le FN, l’autre semaine dans le Doubs, de frôler la victoire seul contre tous. Comme le résumait le soir même l’excellent Jean-Christophe Cambadélis,  « Le PS a gagné, le Front national a été battu, mais il y a le feu au lac ! » D’où une certaine anxiété qui monte dans la classe politico-médiatique : pour éteindre ce feu, « où courir ? Où ne pas courir ? »

Zemmour, lui, n’a pas l’air plus angoissé que ça. La preuve : pour interviewer Marine Le Pen,  il l’attaque sur sa droite, tout simplement ! Pas question de remettre en cause les « fondamentaux » du FN, ; au contraire, le voilà qui se fait le porte-voix de la « grogne » qui, selon lui, gagnerait le mouvement face à une certaine dérive « gauchisante » (mais oui.)

C’est ce que Zemmour appelle « la question Philippot ».  « Ce qu’on lui reproche notamment, dit Éric à Marine zyeux-dans-les-yeux, c’est d’avoir trop d’influence sur vous, d’avoir gauchisé le programme économique du FN et aseptisé votre discours sur l’islam et l’immigration (…) On a l’impression que bientôt, vous pourriez cosigner avec Alain Juppé un livre sur L’identité heureuse ! »

Sur le coup, la cheftaine du FN est un peu déstabilisée. De par sa fonction, elle est rompue à l’art d’esquiver les charges éléphantesques à coup de défenses (des droidloms, des valeurs-républicaines, etc.) Mais que faire face  à ce drôle de moustique qui pique de l’intérieur ? Marine est piquée au vif, et ça donne un échange lui-même vif, quoi que courtois – et toujours plus intéressant qu’un vain débat avec le vain Jean-Michel Aphatie…

Ce qui irrite surtout la présidente, dans cette avalanche de critiques contre Philippot, c’est qu’elle remet en cause sa propre autorité dans et sur son mouvement. D’où une certaine vivacité dans sa réponse (à usage interne) : « Au lieu de s’en prendre à lui, qu’on ait le courage de s’en prendre à MOI ! »

Quant au camarade Florian, « on lui accorde beaucoup plus de responsabilités qu’il n’en a ! » (Il va être content, le vice-président !) «  Si J’AI décidé de travailler avec lui, poursuit Mme Le Pen, c’est que nous partageons les mêmes convictions – qui d’ailleurs sont les MIENNES depuis plus de dix ans ! »

– « Donc, vous êtes une femme de gauche ! » ose Zemmour.

– « Si ça peut vous faire plaisir ! rétorque Marine ; mais ces vieux clivages sont bien dépassés… »

– « N’empêche ! J’ai suivi la campagne de Chevènement en 2002, et je sais ce qui l’a planté : exactement ce que Philippot ( ex-chevènementiste) vous a ramené au FN ! »

À ces mots, la grande blonde prend le petit brun de haut : « Si on a besoin de vous comme conseiller, Monsieur Zemmour, on viendra vous chercher ! »

Ainsi « remis à sa place », Éric n’en semble guère affecté. Si ça se trouve, il n’entre même pas dans son plan de carrière de devenir le Buisson de Marine… Simplement, en tant qu’observateur engagé, il s’inquiète que le slogan « Ni droite – ni gauche » ne finisse en « Ni droite – ni droite ».

Reste à savoir s’il partage aussi – infiniment plus grave – l’opinion selon laquelle Florian aurait marionnettisé Marine… On veut croire que la misogynie légendaire d’Éric ne va pas jusque-là.

[Publié dans Valeurs Actuelles]

Eric excommunie François !

Après le discours de Strasbourg, mon polémiste préféré juge mon pape décidément pas très catholique…

L’autre mardi, comme Valeurs actuelles vous en rend compte par ailleurs (référence), le pape était à Strasbourg pour s’adresser à deux institutions européennes. L’ami Zemmour n’a guère apprécié la tonalité de ces interventions et, faute de pouvoir en débattre directement avec François dans Ça se dispute, il lui a vertement répondu dès le lendemain – sur des bases que, pour le coup, je n’ai moi-même guère appréciées. Lire la suite

Zemmour refuse de se coucher !

Zemmour face à la bande à Ruquier déchaînée : le retour du « Tribunal des Flagrants Délires » ?

L’autre samedi, Éric Zemmour était l’invité d’On n’est pas couché au titre de son essai Le suicide français (Albin Michel), en tête des ventes depuis sa sortie.

L’interview croisée, qui va durer plus d’une heure, commence avec une amusante joute verbale entre l’animateur et l’essayiste : « Je suis d’accord à 80 % avec les constats que vous faites, lance Ruquier… Sauf que moi, ils ne me dérangent pas ! » Lire la suite

Zemmour, toujours…

Ça se dispute, un duel pas comme les autres : les débatteurs ne sont vraiment pas d’accord…

Savoureux échanges, l’autre vendredi dans Ça se  dispute (iTélé), entre Nicolas Domenach de Marianne et Éric Zemmour, qu’on ne présente plus. Au programme du match ce soir-là, entre autres, le tueur français de Bruxelles et les tensions Poutine-Obama. Lire la suite

Zemmour se fait son Ramadan

Dialogue impossible entre Zemmour et Ramadan. Notre professeur d’islamologie a du mal à intégrer le concept d’assimilation, et même à assimiler le concept d’intégration.

D’ordinaire, à l’enseigne de Zemmour & Naulleau, on cuisine de conserve un invité. L’autre vendredi, changement de programme : Edgar Morin et Tariq Ramadan sont venus main dans la main présenter leur livre de dialogues, Au péril des idées. Lire la suite

Pot de départ chez Ruquier

Excellente ambiance samedi 25 juin sur le plateau d’On n’est pas couché pour la dernière de la saison – qui était aussi celle du duo Zemmour-Naulleau dans l’émission. Il faut dire que Laurent Ruquier avait bien fait les choses en invitant notamment l’écrivain(e) et humoriste ( ? ) Isabelle Alonso, fondatrice des Chiennes de garde. Un magnifique cadeau de départ pour nos deux “chiens méchants” qui, chacun à sa façon, adorent se mettre sous la dent ce genre de féministes vaguement caricaturales.  Lire la suite

Sujet de mécontentement

Rien ne va plus entre Jean-Luc Lemoine, ex-membre de la “bande à Ruquier”, et son ancien patron depuis que celui-ci l’a accusé de plagiat. L’objet du délit présumé : L’habit ne fait pas Lemoine, une émission diffusée par France 2 l’été en remplacement d’On n’est pas couché« Il aurait mieux fait de prendre le même décor que moi, ça aurait été plus clair », a commenté Ruquier non sans acrimonie. Lire la suite

Le dernier mousquetaire

Excellent portrait de l’excellent Philippe  Tesson, l’autre soir sur France 5 (vendredi 1er  octobre, 20 h 35). J’en fais trop ? Mais la  collection Empreintes est par nature inégale,  selon les auteurs et les personnages traités. En  l’occurrence, Alexandre Amiel et Ella  Cerfontaine ont été visiblement inspirés.

Quant à moi, on comprendra qu’à titre anthume je lui mette des cierges : il m’a donné ma chance – comme d’ailleurs à tant d’autres apprentis journalistes, dont certains ont fait, depuis, leur chemin, de Patrick Besson à Éric Zemmour, en passant même par un jeune étudiant Lire la suite

On n’est pas couché, et on a raison

Le rendez-vous hebdomadaire de la bande à Ruquier : un divertissement certes, mais pas au sens pascalien du terme…

A la télé comme dans la vraie vie, les paradoxes se suivent et ne se ressemblent pas. L’autre semaine, je vous entretenais du paradoxe d’Ormesson – cet Immortel hors d’âge qui n’en finit pas de s’amuser de ses propres Lire la suite