Suivez le buzz !

À la une cette semaine, des braqueurs dénoncés par eux-mêmes, Joey Starr au garde-à-vous et Internet qui découvre un Poisson nommé Jean-Frédéric.

Twitter Copinage intime

Haro à gauche sur Karine Le Marchand ! Avec le succès de son émission Ambition intime, la voici accusée de “peopoliser” la politique — voire, beaucoup plus grave, de “copiner” avec Marine Le Pen. (Elles ont trinqué, figurez-vous… et au blanc !) Lire la suite

Marine à front renversé

Habituée à se garder à gauche, Mme Le Pen a été surprise par l’offensive de Zemmour sur son flanc droit…

Forcément intéressant, comme dirait l’autre, un débat entre Marine Le Pen et Éric Zemmour – les deux grands Satans de la vie politique française. On en a encore eu la preuve l’autre vendredi sur Paris Première, chez Zemmour & Naulleau. Il y fut question du Front national, bien sûr ; mais pas exactement comme d’habitude…

Depuis trente ans, la même question n’en finit pas d’agiter nos médias ordinaires : par où attaquer le FN ? L’éthique ? Le programme ? Les « affaires », ou ce qui en tient lieu ? On aura tout essayé, tour à tour puis simultanément. Le hic c’est qu’entretemps, l’entreprise Le Pen & Le Pen est passée de 1 à 30 % des parts de marché politique.

Même le fameux « Esprit-du-11-Janvier » n’aura pas empêché le FN, l’autre semaine dans le Doubs, de frôler la victoire seul contre tous. Comme le résumait le soir même l’excellent Jean-Christophe Cambadélis,  « Le PS a gagné, le Front national a été battu, mais il y a le feu au lac ! » D’où une certaine anxiété qui monte dans la classe politico-médiatique : pour éteindre ce feu, « où courir ? Où ne pas courir ? »

Zemmour, lui, n’a pas l’air plus angoissé que ça. La preuve : pour interviewer Marine Le Pen,  il l’attaque sur sa droite, tout simplement ! Pas question de remettre en cause les « fondamentaux » du FN, ; au contraire, le voilà qui se fait le porte-voix de la « grogne » qui, selon lui, gagnerait le mouvement face à une certaine dérive « gauchisante » (mais oui.)

C’est ce que Zemmour appelle « la question Philippot ».  « Ce qu’on lui reproche notamment, dit Éric à Marine zyeux-dans-les-yeux, c’est d’avoir trop d’influence sur vous, d’avoir gauchisé le programme économique du FN et aseptisé votre discours sur l’islam et l’immigration (…) On a l’impression que bientôt, vous pourriez cosigner avec Alain Juppé un livre sur L’identité heureuse ! »

Sur le coup, la cheftaine du FN est un peu déstabilisée. De par sa fonction, elle est rompue à l’art d’esquiver les charges éléphantesques à coup de défenses (des droidloms, des valeurs-républicaines, etc.) Mais que faire face  à ce drôle de moustique qui pique de l’intérieur ? Marine est piquée au vif, et ça donne un échange lui-même vif, quoi que courtois – et toujours plus intéressant qu’un vain débat avec le vain Jean-Michel Aphatie…

Ce qui irrite surtout la présidente, dans cette avalanche de critiques contre Philippot, c’est qu’elle remet en cause sa propre autorité dans et sur son mouvement. D’où une certaine vivacité dans sa réponse (à usage interne) : « Au lieu de s’en prendre à lui, qu’on ait le courage de s’en prendre à MOI ! »

Quant au camarade Florian, « on lui accorde beaucoup plus de responsabilités qu’il n’en a ! » (Il va être content, le vice-président !) «  Si J’AI décidé de travailler avec lui, poursuit Mme Le Pen, c’est que nous partageons les mêmes convictions – qui d’ailleurs sont les MIENNES depuis plus de dix ans ! »

– « Donc, vous êtes une femme de gauche ! » ose Zemmour.

– « Si ça peut vous faire plaisir ! rétorque Marine ; mais ces vieux clivages sont bien dépassés… »

– « N’empêche ! J’ai suivi la campagne de Chevènement en 2002, et je sais ce qui l’a planté : exactement ce que Philippot ( ex-chevènementiste) vous a ramené au FN ! »

À ces mots, la grande blonde prend le petit brun de haut : « Si on a besoin de vous comme conseiller, Monsieur Zemmour, on viendra vous chercher ! »

Ainsi « remis à sa place », Éric n’en semble guère affecté. Si ça se trouve, il n’entre même pas dans son plan de carrière de devenir le Buisson de Marine… Simplement, en tant qu’observateur engagé, il s’inquiète que le slogan « Ni droite – ni gauche » ne finisse en « Ni droite – ni droite ».

Reste à savoir s’il partage aussi – infiniment plus grave – l’opinion selon laquelle Florian aurait marionnettisé Marine… On veut croire que la misogynie légendaire d’Éric ne va pas jusque-là.

[Publié dans Valeurs Actuelles]

SOS populisme !

Raphaël Liogier a tout compris aux idées populistes, sauf pourquoi elles sont aussi populaires…

« Populisme : la démocratie menacée ? » Sur ce thème, furieusement tendance, Éric Naulleau avait annoncé un match serré entre son compère Zemmour et Raphaël Liogier, auteur d’un livre au titre menaçant comme l’orage annoncé : Ce populisme qui vient. Brrr…
Lire la suite

Machisme antifasciste

On n’apprend strictement rien dans ce doc antifa – qui esquisse néanmoins une approche originale : l’extrême droite c’était mieux avant, du temps des hommes, des vrais…

Le populisme au féminin : tel était le titre du reportage diffusé l’autre mardi par LCP. Un tour d’Europe des Marine Le Pen de la Communauté, juste pour montrer qu’elle « n’a pas le monopole des idées nauséabondes joliment enveloppées », comme dit mon Télérama, qui a beaucoup aimé.
Lire la suite

Les gags de la Marine

Marine et Laurent : peu de chances que ces deux-là partent un jour en vacances ensemble ! La présidente du FN vient d’intenter un procès à l’animateur, qui lui avait attribué plaisamment un arbre généalogique en forme de croix gammée. Elle n’a guère apprécié non plus qu’un autre soir, il se délecte longuement d’une couverture de Charlie Hebdo la représentant en étron.

Ruquier, de son côté, avait juré publiquement que jamais, lui vivant, on ne verrait sur son plateau la fille Le Pen, pas plus que le père. Las ! Dans le cadre de la campagne, et pour des raisons d’“équité”, la direction de France Télévisions lui a fait une obligation de la recevoir, sauf à renoncer à tout invité politique.  Lire la suite

Marinologie

L’autre lundi à Ce soir (ou jamais !), les invités de Taddeï se penchaient sur la double affaire Marine Le Pen : son élection à la tête du FN bien sûr, mais aussi les sondages flatteurs qui l’ont saluée.

Inévitablement, sur un tel sujet, on a dû subir quelques banalités d’usage. Ainsi, des représentants de la gauche et de la droite se sont-ils livrés à leur traditionnel jeu de mistigri sur le thème : qui est responsable de la « montée du FN »? La « diabolisation » made in PS ou la « banalisation » modèle UMP ? Lire la suite

Marine et le sociologue, fable moderne

Un « rebond », dans le jargon de Libé, c’est comme qui dirait un texte de réflexion sur l’actualité. Dans le numéro de lundi donc, c’est le sociologue Eric Fassin qui rebondissait sur la « montée de Marine Le Pen ».
Sous le titre accrocheur « Pourquoi Marine défend les femmes, les gays, les juifs… », ledit Fassin nous explique que, contrairement à ce que raconte Libération sur « le FN de papa », oui « l’extrême droite a changé», et non il n’y a pas de quoi s’en féliciter ! En gros, l’extrême droite aussi, c’était mieux avant…

Lire la suite