Trois super-héros

À la une, de gauche à droite, Mélenchon l’Insoumis, Macron l’Invincible et Morrissey l’Incorrect.

Facebook La République en marches…

Prendre l'ascenseur, c'est tellement moins photogénique !

Pour prouver à quel point il est jeune, dynamique et nouveau, le président a publié sur sa page Facebook une photo où on le voit gravir quatre à quatre les marches d’un escalier de l’Élysée – exactement comme Chaban à Matignon il y a quarante-huit ans. À l’usage de ses lecteurs mal-comprenants, le président a assorti ce cliché d’un commentaire on ne peut plus explicite : « Jour 10. Au pas de course ! »
Comme de bien entendu, les internautes macronistes se sont pâmés d’enthousiasme devant tant d’énergie mise au service du pays. D’autres ont plaint le malheureux huissier contraint de précéder Emmanuel dans sa « marche » devenue course folle. Mais le commentaire qui a fait le plus de buzz sur les réseaux sociaux (2500 « likes » en 24h) est celui d’un certain David Mrx (?) Très au fait des préférences culinaires du chef de l’État, « vues à la télé », cet internaute suggère une légende pour la photo : « Quand il y a des cordon bleu à la cantine… »

Facebook Morrissey : trop punk pour “Les Inrocks” !

Depuis que Les Inrocks existent, le groupe anglais des années 1980 the Smiths et son chanteur Morrissey y ont toujours fait figure d’icônes. D’où ma surprise de voir, au lendemain de l’attentat de Manchester, cette violente attaque contre lui sur le site du journal. Qu’a donc dit de si grave l’artiste mancunien pour que ses fans des Inrocks se pincent soudain le nez ?

Quand il parle de terrorisme ou d'immigration, Morrissey ne s'en tient pas aux rock'n'roll platitudes.

Eh bien, il faut dire qu’il a mis le paquet. Dans une lettre ouverte sur sa page Facebook, le rockeur a reproché à la reine Elizabeth d’avoir maintenu la garden party prévue le lendemain à Buckingham Palace. Sur sa lancée, il s’en est pris aussi au premier ministre Theresa May et au maire de Londres Sadiq Khan, sans oublier une volée de bois vert pour le maire de Manchester :  « Andy Burnham affirme que l’attaque a été perpétrée par “un extrémiste”. Un extrémiste de quoi ? Un lapin extrémiste ? Aujourd’hui en Grande-Bretagne, tout le monde semble pétrifié à l’idée d’exprimer en public tout ce que l’on dit en privé. »
Rassure-toi, Morrissey : ici, c’est pareil. Comme leurs confrères bien-pensants d’outre-Manche, « nos » Inrocks à nous n’ont guère apprécié ta saillie, pourtant fameuse, sur les « lapins extrémistes ». C’est comme ça, à gauche : tout artiste qui, après un attentat, refuse d’entonner le sempiternel « Vous n’aurez pas ma haine » ne mérite plus que la haine.

L'avantage des manifs “en ligne”, c'est que la police ne peut pas contester le nombre de participants.

Twitter Les Insoumis marchent sur le réseau
On savait Jean-Luc Mélenchon accro à internet, mais pas à ce point-là. À l’occasion du sommet de l’OTAN tenu à Bruxelles jeudi dernier, il a appelé ses militants et sympathisants à manifester… sur les réseaux sociaux ! En fait de défilé, « les gens » étaient invités à poster des tweets du style « Nous voulons sortir de l’OTAN » ou « Nous voulons renforcer l’ONU ». Connaissant le caractère volcanique de Jean-Luc, on espère que les Insoumis distraits qui auront tweeté « Nous voulons sortir de L’ONU » ou « Nous voulons renforcer l’OTAN » n’ont pas été exclus sur-le-champ.

[Article publié dans Valeurs Actuelles]