En r’venant d’la manif…

N’écoutez pas les mauvaises langues : il y avait bien 15000 personnes — pas mal pour une profession saignée à blanc, KO debout, lassée d’être l’objet de tant de sollicitudes ministérielles…
Or donc, cela commença vers Port-Royal…

La foule devenait chaque instant plus compacte. Les symboles se mirent en place…

Les premiers slogans fleurissaient…

Sur le trottoir de chez Bullier, juste en face de la Closerie, d’obscurs militants attendaient le moment de se joindre au défilé…

Les officiels se concertaient avec les journalistes — les divers journaux / télé / radios envoient aux manifs enseignantes nombre de bras cassés, qui trouvèrent là l’occasion de faire valoir enfin leurs talents. Le SNES pérorait donc…

Au SNALC, le président tournait le dos à l’événement — juste pour comploter avec un individu louche et mal rasé 

 

Puis la foule, les petits, les obscurs, les sans grade, 

Et même quelques poids lourds des Lettres — un mécontemporain remarqué et remarquableune femme de Lettres comme Sainte Najat aimerait en reoncontrer plus souvent

et de la politique  NDA fut quasiment le seul — à l’exception de Pierre Laurent (PC) et de François Cocq (Parti de Gauche) : les autres sont bien trop veules / cauteleux / prudents / timorés / trop contents que le PS fasse le sale boulot à leur place…

Bref, ce fut très réussi. Quant à savoir si l’illustrissima fachina nous entendra…

Jean-Paul Brighelli, qui offre ces photos hand made à qui voudra les utiliser.