Quatrième Reich

La France (et pas mal d’autres pays européens, surtout ceux du Sud — qui s’en étonnera ?) vient donc de se livrer à un exercice électoral à visée interne, à propos d’un scrutin européen. Ce qui fait dire à ce glorieux imbécile de José Bové que ce scrutin est nul et non avenu — ce qui revient à peu près à mettre la poussière sous le tapis. « Ce n’est pas une élection à valeur nationale, c’est un scrutin européen, et au niveau européen, ce sont les Européanistes qui ont gagné » : tels sont les « éléments de langage » que les états-majors, bien obligés, ont fourni dimanche soir, dans l’urgence, à leurs troupes. Pauvres pignoufs !
Cette élection a pris en France, et un peu partout en Europe, des allures de plébiscite national. La démocratie dont tous ces démocrates se gargarisent n’a pas la possibilité de s’exprimer sous forme officielle de référendum ? Eh bien, le peuple souverain a sauté sur la première occasion de manifester son opposition aux gougnafiers qui nous gouvernent — et le terme inclut pour moi aussi bien le PS, retombé dans les eaux basses du marigot où s’abreuvent les éléphants, que l’UMP, incapable de capitaliser sur l’effondrement du parti au pouvoir, absent de toute la campagne des Européennes, et déchiré de querelles intestines qu’aucun Spasfon idéologique n’apaisera.
À vrai dire, le PS a fait de son mieux pour éliminer préventivement l’UMP du jeu européen, persuadé qu’il était que la stratégie visant à faire croire qu’il est la seule alternative au FN est la bonne pour remporter, à terme, la présidentielle de 2017. On n’a vu ou entendu que des débats PS / FN — et les médias aux ordres ont complaisamment négligé d’inviter l’UMP à ces joutes. C’était une idée d’escrocs, qui ne voyaient plus d’autre stratégie gagnante que cette bipolarisation nouvelle.
Retour de flammes : avant même cette échéance, le peuple vient de lui signifier qu’en cas de duel avec Marine Le Pen, et malgré les plaisanteries nauséabondes de Jean-Marie (qui doivent faire bondir Philippot, à moins qu’il ne pense que ces roulements d’épaules pour bistrot du Commerce ne cristallisent dans leurs convictions la petite portion de fachos qui constitue la vieille garde du parti bleu-marine), Hollande II sera balayé avant même de régner, quoi qu’en pensent les bobos parisiens qui ne passent jamais le périph, et ne vont en province que dans le Luberon.
Le soir même, Jean-Claude Juncker se proclamait déjà élu à la tête de la commission européenne. Les soubresauts français (ou danois, ou espagnols, ou anglais, ou italiens, ou hongrois, ou…) lui importent peu : une grande petite ambition satisfaite le remplit d’aise. Sûr que ça va nous faire aimer l’Europe !
Qui ne voit que si les gouvernants ne tiennent pas immédiatement compte du vote de dimanche, soit en changeant radicalement de politique, et en cessant de nous saigner pour rembourser une dette qui ne peut l’être, soit en démissionnant et en appelant à de nouvelles élections à la proportionnelle, ça va se passer dans la rue ? Qu’aucun gouvernement ne peut tenir encore trois ans sur des bases aussi minces — parce que la popularité s’effrite de façon exponentielle, ils devraient le savoir, une fois que le mouvement est lancé, et que l’on ne remonte pas d’une désaffection : c’est le propre des passions de ne pas réfléchir, et ces imbéciles croient intelligents d’adresser au désespoir des signaux « raisonnables » — moins de petits Français imposés, ce qui signifie évidemment que ce sont les classes moyennes qui paieront pour les autres (et comptez sur le FN pour expliquer posément qui sont les autres). Nous glissons tout doucement vers une guerre civile qui ne dira pas son nom, via des milices d’auto-défense, des pogroms discrets et autres joyeusetés dont l’Allemagne de Weimar pourrissante nous a donné l’exemple. Une guerre civile molle qui engloutira ce qui reste de républicain, et dont nous ne sortirons qu’au prix d’un grand carnage de valeurs.
Pendant ce temps, Merkel sur son petit nuage se fiche pas mal de ce qui se passe chez les voisins. Elle a gagné dans son pays, elle couronnera demain Juncker, son homme-lige, et prétendra gouverner l’Europe comme elle a gouverné la Grèce. Deustchland über alles est de retour — il fallait bien qu’un jour ou l’autre, les Allemands fassent payer le prix de 1945. Le Japon a fait de même en conquérant tranquillement l’Amérique dans les années 1970-1980. C’est de bonne guéguerre.
C’est à ce Quatrième Reich, le Reich des grands intérêts bancaires, du libéralisme pontifiant, que les Français viennent de dire non : additionnez les voix du FN, celles du Front de Gauche, qui n’en pense pas moins, et celles de Dupont-Aignan, et vous avez 40% de révoltés qui crachent sur l’Europe des trusts financiers. Ce Non ne sera pas entendu — parce que le PS croit pouvoir surfer jusqu’en 2017, et que l’UMP, d’ici là, aura éclaté en factions sanguinaires. Il ne sera pas entendu, et c’est dans la rue que ça va se passer.

Jean-Paul Brighelli

Debout, les damnés de la terre !

En janvier ou février 2002, Pierre Mauroy, qui n’avait plus guère qu’une position de grand sage au sein du PS, suggéra à Lionel Jospin de s’adresser au peuple en général et à la classe ouvrière en particulier. Refus hautain de l’intéressé, qui avait choisi, comme l’ensemble des socio-démocrates qui constituent ce que l’on appelle aujourd’hui improprement la Gauche, d’ignorer qu’il restait encore une classe ouvrière (et même une classe moyenne paupérisée qui y ressemblait fort). « La bataille du second tour se joue au centre… » On sait ce qu’il advint de cet homme qui avait choisi de gagner le second tour — et qui s’avéra incapable de se qualifier pour le premier, par la grâce de Christiane Taubira qui lui souffla les 2,32% qui lui firent défaut pour se qualifier face à Chirac. François Hollande, en la choisissant deux fois pour participer au gouvernement, lui a accordé le prix de sa trahison de l’époque — c’est leur problème, pas le mien. Les démêlés des mencheviks ne m’intéressent pas.

Spinoza dit quelque part que le concept de chien ne mord pas. Je me souviens d’une intervention à ce sujet du regretté Althusser, en réponse à un pseudo-socialiste qui expliquait que le concept de prolétariat n’était plus fonctionnel — déjà dans les années 1970. Le pire, c’est que ces imbéciles y croient : à les entendre, il n’y aurait plus que des classes moyennes.
Primo, ils auraient dû lire Camille Peugny, qui s’époumone depuis le Déclassement (2009) à expliquer (après d’autres, convenons-en) que les classes en question sont plutôt « moyen moins », comme on dit dans les conseils de classe où le mot « cancre » est interdit.

Je ne sais pas si elle est encore « ouvrière », mais il y a une classe, une classe nombreuse, que le PS ignore parce qu’il ne connaît que les bobos de Paris, de l’île de Ré et du Luberon, une classe qui vit avec trop peu d’argent pour en connaître même la couleur, une classe qui a le pain quotidien relativement hebdomadaire, comme disait Prévert, qui souffre tous les jours et qui va voter FN faute d’avoir été entendue à gauche.

À vrai dire, cela fait les affaires du PS, qui ne tiendrait pas une seconde face à un candidat de droite doté d’un peu de charisme (disons Juppé, ou un ticket Juppé / Bayrou, qui serait la solution intelligente si la Droite n’était pas restée, comme disait De Gaulle, la plus bête du monde), mais qui espère se concocter savamment un 2002 à l’envers — sauf que Marine Le Pen gagnera face au tombeur de ces dames, le capitaine de pédalo, le grand méchant mou — on a les sobriquets que l’on mérite. On désigne donc le FN comme l’adversaire essentiel, on prend — exprès — des décisions qui le radicaliseront et attireront vers lui encore plus de désespérés (sciemment désespérés, à grands coups de restrictions budgétaires, de politiques laxistes, de lois « sociétales » qui ne mettent pas de beurre dans l’assiette, et de « rythmes scolaires destinés à remplacer un enseignement cohérent). On monte en épingle les faits divers les plus susceptibles d’attiser les haines raciales. On ouvre un boulevard à l’extrême-droite, sachant bien que la droite est bien trop occupée à s’étriper pour l’emprunter.

Je pensais à cela l’autre jour en entendant mon ami Gérard Filoche (1) appeler la Gauche à être de gauche — espérance vaine, quand on entend Benoît Hamon (dont il a été proche autrefois) accepter que des femmes voilées encadrent  désormais les sorties scolaires ; quand on entend Valls expliquer pourquoi il est urgent d’offrir 35 milliards d’euros à un patronat qui n’en revient pas et qui du coup en demande davantage — « des esclaves, des esclaves, vite ! » ; quand on nous explique que seule la rigueur est possible pour remettre à flot une France que la rigueur fait couler ; quand on nous serine que le libéralisme est la seule solution au libéralisme — comme le pédagogisme qui coule l’Ecole est la seule solution au pédagogisme.

Alors oui, sans doute, dès les Européennes, ceux qui souffrent, tous ceux qui souffrent, voteront pour les extrêmes. Mais ils ne reviendront jamais à la Gauche — pas plus qu’à la Droite, qui de Fillon en Copé, fait de son mieux pour s’auto-détruire. Ça va se passer aux Européennes, puis ça se passera dans la rue. Hollande, en tentant de créer les conditions de sa réélection, crée les circonstances favorables à l’émeute, à l’auto-défense, aux comités de citoyens et à l’écrasement de la République. Et il en aura tellement fait que même Filoche ne le plaindra pas — il risque même d’y voir, comme d’autres, la condition nécessaire pour que soufflent à nouveau des vents favorables.

Le péché mortel que commet le PS depuis deux ans (en fait, depuis 1983, quand on songe que Hollande aujourd’hui s’inspire du Mitterrand qui poussa la télévision à réinventer Jean-Marie Le Pen), c’est justement de relégitimer le FN, en s’installant dans la pensée de la « fin de l’histoire » — comme si l’histoire s’arrêtait. On connaît la formule de Marx — le grotesque après le tragique —, mais le PS ajoute chaque jour du grotesque au grotesque.

C’est sur l’économie que ça se jouera, parce qu’il n’y a pas d’autre principe déterminant en dernière instance. Et l’économie, pour le moment, c’est juste la souffrance des humbles — parmi eux, bien des gens qui ont voté Hollande parce que Sarkozy, c’était le libéralisme financier (ce capitalisme modern style que Piketty dénonce dans son livre qui marche si bien… aux Etats-Unis), et qui s’aperçoivent chaque jour que Hollande, c’est le capitalisme financier, et que ça va finir dans un bain de sang — ou une « aube dorée », comme ils disent en Grèce, ce laboratoire de toutes les erreurs européennes.

Alors oui, le FN à 26% à l’arrivée (on parie ?), parce que bien des gens ne voudront pas d’une alternative entre ceux qui voteront  Jean-Claude Junker (en gros, l’UMP et ses alliés) et ceux qui voteront Martin Schultz (en gros, le PS et quelques autres). Ni l’un ni l’autre ne sont acceptables. Parce que l’un et l’autre, blanc bonnet bonnet blanc, sont les deux faces de la finance triomphante. Et je n’en voudrai pas à ceux qui ne voteront ni Peillon, ni Muselier (dans le Sud-est) — ni aucun de tous ceux qui lèchent les semelles des banquiers et des actionnaires. L’Europe que l’on nous avait promise n’était pas celle des ploutocrates — des ploutocrates fort peu européens, de surcroît : les gesticulations à propos de l’Ukraine montrent à quel point tous ces gens s’alignent sur les intérêts de l’OTAN, c’est-à-dire ceux des Etats-Unis. Rien d’étonnant d’ailleurs : en s’arcboutant sur un euro fort (qui fait les affaires des banques allemandes, ces grippe-sou du vieux continent, qui ont mis successivement à genoux la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie — et la France, mais il ne faut pas le dire), ils permettent à la livre et au dollar de flotter doucement vers le bas, au gré de la planche à billets activée conjointement à Londres et à Washington, et laissent Anglais et Américains redresser leur économie — à nos frais. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les derniers prix Nobel d’économie américains — Stiglitz et Krugman.

Et vous voudriez réélire des gens qui envisagent sereinement de baisser le SMIC afin que les porcs s’engraissent davantage ?

Jean-Paul Brighelli

(1) Nous avons partagé un même éditeur, Jean-Claude Gawsewitch, et nous étions (mais il n’en sait rien) dans la même manif le 21 juin 1973 — celle qui amena la dissolution de la Ligue Communiste et, à terme, le suicide de Michel Recanati cinq ans plus tard (voir ou revoir Mourir à trente ans, le très beau film de Romain Goupil).

Mauvais genre

Les forums d’enseignants se sont enflammés lors du débat sur le « mariage pour tous », comme il est désormais convenu d’appeler l’accès au mariage des homosexuels. Avec une certaine férocité, je dois dire. Sur Néoprofs, par exemple, un recensement complet de toutes les déclarations, amicales ou hostiles, à la réforme Taubira (la Garde des Sceaux, fortement critiquée par ailleurs par les gens de Justice pour son attentisme face à des réformes cruciales, ou son activisme dans des réformes laxistes, a acquis une sorte d’immunité morale en défendant le droit au mariage des homosexuels) occupe plusieurs pages. On n’a qu’à entrer dans le site, sans même en être membre, et taper les mots-clefs sur le moteur de recherche (http://www.neoprofs.org/search?search_keywords=mariage, http://www.neoprofs.org/search?search_keywords=genre, ou http://www.neoprofs.org/search?search_keywords=Taubira) pour trouver des dizaines d’entrées sur le sujet, suivies de dizaines de commentaires allant globalement tous dans le même sens — et dus, quand on y regarde de plus près, à une dizaine d’activistes de la Cause. Ainsi vont les lobbies, et le LGBT ne fait pas exception. Pedro Cordoba a expliqué fort bien, sur son blog, comment les mêmes activistes, très actifs à Bruxelles, ont obtenu gain de cause en faisant passer l’égalité femmes / hommes au second plan, et en promouvant, via les ABCD promulgués par le ministère, une théorie du genre qui doit tout à la queer theory, et rien à la réalité (http://pedrocordoba.blog.lemonde.fr/2014/04/17/abcd-lalphabet-de-la-discorde/)

À croire qu’il s’agissait d’une affaire d’Etat. Pendant ce temps, Peillon pouvait bien continuer à déglinguer l’Education nationale, l’administrateur principal de Néoprofs s’en foutait.

À chacun son bonheur, ses névroses et ses obsessions. Les orientations sexuelles des uns et des autres m’indiffèrent profondément. Tout comme celles des écrivains, quand elles n’ont pas de poids pour l’interprétation de leurs œuvres. Il y a bien peu de choses, dans les écrits d’Aragon par exemple, qui impliquent de connaître ses goûts, sincères ou non, déclarés ou non. Irène, peut-être — cette manie de décharger dans son pantalon dès qu’une femme le serre contre elle, bon prétexte pour arrêter là le duel avant qu’il ait commencé. Mais on n’étudie pas Irène en classe. Sinon, les poèmes à Elsa, tout vers de mirliton qu’ils soient, restent des poèmes d’amour standard que toutes les Bovary des deux ou trois sexes peuvent revendiquer, et Aurélien est une belle romance hétéro dans laquelle les homos intelligents (il y en a, j’en connais, et avec bonheur, mais ça frôle l’oxymore, ces temps-ci, vu l’âpreté des débats, et le déchaînement des passions, au mépris de toute logique) trouveront leur compte aussi bien que les hétéros. Quant à l’anecdote biographique (sa mère qui se faisait passer pour sa sœur), elle n’implique rien : pour la petite histoire, Jack Nicholson a connu exactement la même situation (et encore, sans être au courant de la vérité avant le décès de sa mère), et que je sache, il est un hétéro actif, et même frénétique (« Ça doit cacher quelque chose », grommelle immédiatement le lobby sus-cité). Et je sors de deux mois d’étude d’Un amour de Swann, où pas une fois les goûts de Proust n’ont été convoqués pour expliquer la liaison du personnage principal : il était plus productif d’invoquer René Girard et la triade amoureuse — ou Freud… S’il est un seul prof de Lettres homosexuel qui étudie Proust pour faire l’apologie de sa cause, il est… mauvais lecteur. Cambacérès avait le « petit défaut », comme on disait de son temps, et il a fortement inspiré le Code civil napoléonien, y compris sa répression de l’homosexualité, à une époque où il fallait prioritairement faire des enfants pour avoir des soldats. C’est qu’il était avant tout politique — et intelligent. Nous voici loin des glapissements actuels.
Cette loi Taubira est l’un de ces épiphénomènes qui seraient passés inaperçus en temps d’abondance, mais qui a polarisé les discours des uns et des autres parce que nous sommes en temps de crise. Le PS au pouvoir n’avait aucune proposition concrète à faire pour diminuer les 10 ou 12% de chômeurs : il a amusé la galerie pendant six mois avec une réforme « sociétale », comme on dit quand on n’a ni le cerveau ni les tripes pour faire des réformes économiques significatives — renoncer à la lutte imbécile contre l’inflation, par exemple, et pratiquer la politique de relance que conseillent tous les grands économistes (Krugman par exemple), à part ceux que consulte Hollande.
Réforme sociétale donc — et, en même temps, profonde erreur politique. Voilà près d’une siècle que la Gauche s’évertuait, avec des hauts et des bas, de renouer le dialogue avec le catholicisme français (avec le protestantisme, c’est fait depuis longtemps, mais ça reste marginal, n’en déplaise aux caciques du PS, du SGEN et du pédagogisme qui, de Jospin à Meirieu, en sortent massivement). C’était presque fait : on avait marginalisé Monseigneur Lefebvre et ses épigones, on avait cassé le lien autrefois automatique entre la Droite et le goupillon, Christine Boutin agitait ses petits bras dans son coin pour attirer les jeunes gens, rien n’y faisait : la Gauche mitterrandienne, en écrabouillant le PC, avait multiplié les signaux positifs en direction de ces chrétiens qui ne se résolvaient plus à être systématiquement réactionnaires, maintenant que le Grand Satan de la Place du Colonel Fabien en était réduit à vendre… la Place du Colonel Fabien.
À noter que l’UMP, en draguant les frénétiques qui se pâment en pensant à Christine Boutin, a ouvert la voie à un PS en panne d’idées, dépassé sur sa gauche, et qui a cru bon de flatter les habitués des clubs du Marais en croyant faire œuvre de politique générale.
Dès l’arrivée de la Gauche au pouvoir, j’ai d’ailleurs signalé à l’animateur principal de Néoprofs, »John », qu’il était imbécile d’imposer une loi qui ferait forcément débat là où un décret sur un PACS amélioré, conférant les mêmes droits que le mariage (en particulier sur la question du droit de succession) suffisait amplement. Sans doute est-ce la source de notre très récente inimitié, qui a conduit à mon interdiction du forum sous un prétexte si frivole que j’en ris encore : qui n’est pas avec moi est contre moi, a-t-on pensé là-bas. Quant à l’opportunité politique d’une telle réforme en ce moment, au risque de cristalliser dans l’opposition viscérale ces chrétiens presque récupérés, ces Musulmans que l’on croyait acquis, inutile d’en parler : Paris vaut bien une fesse. C’est Orphée qui se retourne au moment même où il était à deux doigts d’avoir sauvé Eurydice. Bye-bye my love, bye-bye 2017.
On a lâché la bride à la bête. La « manif pour tous », ce conglomérat de chapelles diverses, qui a vu défiler des groupes islamistes, des néo-nazis et la Fraternité de Saint Pie X et de Monseigneur Lefebvre réunis, a fourni un nouveau soubassement idéologique à une extrême-droite qui s’était fortement laïcisée, ces derniers temps (et qui, souvent pour des raisons personnelles tenant aux choix de vie de certains de ses membres éminents, était restée discrète sur la question). Le FN est désormais entré dans les mœurs, grâce à un quarteron d’activistes qui ont sincèrement cru que le sort de la France dépendait de leur passage éventuel devant monsieur le Maire — et, deux ans plus tard, devant le juge aux affaires familiales.
Ah oui, mais il y avait la question de l’adoption… Ma foi, cela aussi pouvait se régler en deux minutes sur un coin de table au ministère de la Famille : les contraintes françaises d’adoption sont archaïques, il est plus que temps de les libéraliser largement.
Ajoutons, pour les adeptes du tout sociétal, que cette loi stupide (parce que contre-productive) a fait oublier la question centrale, celle de l’égalité hommes / femmes, toujours pas réalisée, et dont aucune parité en trompe-l’œil ne saurait dissimuler les dysfonctionnements. Et elle a rejeté vers les calendes grecques des lois autrement plus urgentes, celle sur l’euthanasie, par exemple. Elle aurait peut-être fait hurler une petite poignée de jusqu’auboutistes de la vie à tout prix, mais elle n’aurait pas envoyé dans la rue des millions de personnes, parce que tous, nous avons eu dans nos familles, dans nos amis, des gens qui ont souffert jusqu’à la dernière extrémité — et encore récemment, parce que pendant qu’ils mouraient à tout petit feu et à grand fracas, les homos exultaient dans leur coin et comptaient, sur Néoprofs et ailleurs, les « avancées » de leur « cause ». Désormais, c’est trop tard : si l’on touche une nouvelle fois aux marottes des obsédés de la foi, on aura deux millions de gens dans la rue.
Quant aux dégâts sur les élèves, sommés de choisir et de se choisir une identité sexuelle, autant ne pas en parler.

Jean-Paul Brighelli

PS. Pour qui voudrait faire un peu de sociologie du milieu enseignant au regard du « mariage pour tous », voici l’essentiel des entrées sur le sujet. On y trouve pêle-mêle des considérations sur telle loi d’un Etat américain du Middle West, les gesticulations d’un maire dans une commune ignorée (la loi a permis à un nombre considérable de politiques inconnus de se faire connaître, en gesticulant sur le podium qu’elle leur a offert — à quelques mois des municipales dont Saint-John Bouche d’or déplore bien entendu le résultat), ou les affirmations grotesques de Patrick Menucci sur la responsabilité du mariage pour tous dans son échec magistral à Marseille.

http://www.neoprofs.org/t63066-mariage-pour-tous-quels-pays-l-autorisent-et-depuis-quand?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t73226-etats-unis-la-justice-invalide-l-interdiction-du-mariage-homosexuel-dans-le-michigan?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t72291-guides-par-franck-meyer-modem-14-maires-saisissent-la-cour-des-droits-de-l-homme-pour-que-leur-commune-puisse-refuser-le-mariage-a-tout-couple-de-meme-sexe?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t71835-vincent-peillon-hue-a-aix-en-provence-par-les-opposants-au-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t71853-mariage-homosexuel-chez-les-protestants-la-discussion-est-ouverte?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t70580-les-opposants-au-mariage-pour-tous-defileront-les-19-01-26-01-et-02-02-2014?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t70115-sondage-bva-fin-2013-78-des-sympathisants-de-droite-sont-encore-hostiles-au-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t70041-pour-les-francais-les-evenements-les-plus-marquants-de-l-annee-2013-sont-la-mort-de-nelson-mandela-et-le-vote-du-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t69700-usa-un-enseignant-homosexuel-licencie-apres-avoir-annonce-son-mariage-avec-son-compagnon?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t65976-florian-philippot-si-le-front-national-arrive-au-pouvoir-il-mettra-fin-au-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t69130-la-manif-pour-tous-tue-des-poules-a-paris-pour-lutter-contre-le-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t68692-referendum-en-croatie-le-1er-decembre-2013-le-mariage-pour-tous-est-definitivement-interdit-par-la-constitution?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t68363-christine-boutin-part-en-iran-pour-combattre-le-mariage-pour-tous-et-francois-hollande?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t67963-pour-defendre-les-rythmes-scolaires-francois-rebsamen-senateur-maire-ps-justifie-une-clause-de-conscience-pour-les-maires-opposes-au-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t66954-manifestation-anti-mariage-pour-tous-a-angers-taubira-tu-sens-mauvais-tes-jours-sont-comptes-une-banane-pour-la-guenon-video-p6?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t67478-mariton-cree-son-mouvement-droit-au-coeur-pour-pousser-le-futur-candidat-ump-entre-autres-a-l-abrogation-du-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t67250-australie-selon-un-groupe-chretien-les-incendies-en-nouvelle-galles-du-sud-sont-dus-au-projet-de-loi-sur-le-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t61151-a-arcangues-64-le-conseil-municipal-refuse-le-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t66647-2013-2014-des-manifestants-continuent-a-s-opposer-au-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t66527-mariage-pour-tous-pas-de-clause-de-conscience-pour-les-maires-homophobes?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t66159-mariage-pour-tous-le-tgi-de-chambery-fait-primer-la-loi-francaise-sur-les-conventions-bilaterales-la-parquet-fait-appel-puis-se-pouvoit-en-cassation?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t65606-david-cameron-regrette-d-avoir-defendu-et-fait-voter-le-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t65424-l-ex-president-republicain-george-h-w-bush-pere-a-ete-le-temoin-d-un-mariage-entre-deux-femmes?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t64810-couples-binationaux-le-mariage-n-est-pas-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t63959-le-site-de-f-fillon-croit-diffuser-son-discours-de-rentree-en-direct-et-diffuse-par-erreur-un-documentaire-favorable-au-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t59832-le-parlement-a-definitivement-adopte-la-loi-relative-au-mariage-pour-tous-23-avril-2013?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t68086-eric-zemmour-justifie-les-remarques-racistes-contre-taubira-elle-est-attaquee-pour-sa-politique-ignoble-elle-a-fait-le-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t68542-illinois-thomas-paprocki-eveque-de-springfield-exorcise-les-esprits-sales-pour-lutter-contre-le-mariage-pour-tous?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t68606-vendee-pour-la-venue-de-valls-les-opposants-au-mariage-pour-tous-taguent-la-tombe-de-clemenceau?highlight=mariage

http://www.neoprofs.org/t73721-pour-patrick-menucci-ps-le-mariage-pour-tous-a-contribue-a-sa-defaite?highlight=mariage

Quenelles

Quenelles

Jusqu’à ces derniers mois, je ne connaissais de la quenelle que celles qui se mangent, avec ou sans sauce Nantua.
Enfin Dieudonné vint, et par lui la quenelle devint un signe d’engagement politique. « Protestataire », dit le supposé humoriste. « Anti-système », prétend cette grande courge d’Anelka — j’adore les libertaires multi-millionnaires.
Non : la « quenelle » est un signe nazi réprimé (à l’origine, le geste est une répression du salut hitlérien, comme on le voit dans le Docteur Folamour de Kubrick) :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/31/quenelle-docteur-folamour-stanley-kubrick-inspire-salut-dieudonne_n_4523726.html

Pour ceux qui douteraient encore, la mise en situation dudit geste est éloquente. On ne fait pas de quenelle en faisant la queue chez l’épicier : on en fait devant les monuments aux morts de la Shoah, on en fait dans les camps d’extermination, partout où le souvenir des six millions de Juifs anéantis par l’idéologie de la « race supérieure » — celle à laquelle appartient Dieudonné M’Bala M’Bala, certainement — est encore vivace.

http://k00ls.overblog.com/2013/12/pour-ceux-qui-prétendent-que-la-quenelle-n-est-pas-un-geste-antisémite.html

Comme le dit Emilie Frèche dans une tribune du Monde : non, ce n’est pas un geste « anti-système » — et le fait même que certains le revendiquent donne juste la mesure de leur hypocrisie.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/01/07/non-monsieur-anelka-la-quenelle-n-est-pas-antisysteme-au-contraire_4343603_3232.html

Le problème, c’est qu’un geste diffusé en circuit interne par un histrion, dès qu’on lui offre des tribunes en le censurant et en l’interdisant (ce qui, dans la Société du spectacle, revient à lui donner une visibilité supplémentaire) est repris en masse par des gosses à tête creuse. Ce ne sont plus quelques fachos qui en remettent une couche : ce sont des cohortes d’élèves, saisissant l’opportunité de la photo de classe.

http://www.ledauphine.com/savoie/2013/11/15/chambery-7-lyceens-font-la-quenelle-sur-la-photo-de-classe

« Ouf, nous n’avons pas été sanctionnés » ont-ils tous crié en chœur en descendant du bureau du proviseur, tout à l’heure, devant l’entrée du lycée Monge de Chambéry. A 15 heures, ce vendredi 15 novembre, 7 lycéens ont été convoqués par le chef d’établissement pour s’expliquer de leur geste : sur leur photo de classe ils ont fait « la quenelle ». Pendant 10 minutes le proviseur leur a reproché la portée antisémite de ce geste », explique le journaliste du Dauphiné. Et de conclure : « Aucune sanction n’a été prononcée. »
Du coup, ils sont imités un peu partout. Bravo aux administratifs qui par leur laxisme encouragent tacitement l’expression de la Bêtise et de la Haine.
Oh, comme je reconnais bien là le courage de l’institution scolaire ! Du coup, les sept jeunes imbéciles de ce bac pro électro-technique se sentent « fiers d’avoir fait réagir la hiérarchie ». Lesdits élèves auraient dû être sanctionnés, et durement, pour apologie de crimes contre l’humanité — tout comme Dieudonné est régulièrement condamné pour injures à caractère raciste, ce qui pourrait paraître paradoxal pour un homme qui en 2007 apportait son soutien au CRAN


mais qui ne l’est pas, apparemment, aux yeux de tous ceux qui viennent à ses spectacles, Africains musulmans, islamistes voilées, petits fascistes qui seraient blonds s’ils ne se rasaient pas le crâne. Le public de Dieudonné est à la fois varié et monocolor – dans les bruns.
Valls avait-il raison de faire interdire les spectacles somme toute confidentiels de Dieudonné ? C’est lui donner une audience qu’il n’osait espérer. Alors, une raison plus tordue peut-être ? Ma foi, je serais tenté d’y voir (comme dans la publication, sur le site du Premier Ministre, de ce rapport décoiffant sur l’intégration, le mois dernier) une poussette au FN, dont le PS espère, de toute évidence, qu’il sera sa planche de salut aux élections prochaines et, surtout, en 2017. En cristallisant l’extrême, en réalisant en quelque sorte la bi-polarisation Gauche / Extrême droite dont avait rêvé Patrick Buisson pour Sarkozy (une stratégie qui a fait long feu), il se positionne comme le recours à la bête immonde, qui s’est appelée Le Pen dans les années 80, lorsque Mitterrand a réinventé à son profit la politique du pire, et qui prend aujourd’hui l’apparence bouffie d’un type dont on devrait exiger, avant tout, comme le signale le Canard enchaîné de cette semaine, qu’il paie ses amendes et rende des comptes à la justice fiscale. Mais il serait trop simple de se contenter d’appliquer la loi : on en invente une autre spécialement pour lui.
Ce faisant, on en fait une victime, et il a beau jeu de s’inviter sur YouTube pour mettre en scène le calvaire que lui fait vivre aujourd’hui le gouvernement — pauvre Christ recrucifié qui a la douleur d’apparaître à chaque bulletin d’information depuis dix jours.


Au passage, Dieudonné devrait être salué par Israël : il est parvenu à faire de l’antisionisme, qui peut avoir ses raisons, un synonyme de l’antisémitisme, qui n’a que des déraisons. Et salué par tous les pédagogues mous qui organisent des débats sur ce pauvre clown au lieu d’apprendre à leurs élèves que toutes les opinions ne se valent pas.

On se rappelle la Vague, le film d’Alexander Grasshoff inspiré de l’expérience de Ron Jones au lycée Cubberley de Palo Alto en 1967. Un signe cabalistique quelconque, même s’il n’est pas un signe de reconnaissance hitlérien au départ — ce qu’est la quenelle — finit forcément par devenir un salut fasciste. L’embrigadement commence au signe de reconnaissance, à la certitude d’être membre d’un groupe à part, en butte (forcément !) à l’hostilité de tous les autres. Alors, quand on s’en prend au leader d’un tel mouvement, comment s’étonner que les têtes creuses finissent par penser qu’il est un prophète ?
Jean-Paul Brighelli

 

PS. Quant à l’origine du mot dans la bouche de Dieudonné, c’est apparemment une déclaration pleine de tact de l’humoriste :  » L’idée de glisser ma petite quenelle dans le fion du sionisme est un projet qui me reste très cher ». « Glisser une quenelle », en argot, c’est sodomiser. Ma foi, on apprend au passage que celle de Dieudonné n’est pas bien grosse. Allez savoir si ceci n’explique pas cela.

Le Droit à la paresse

« M. Thiers, dans le sein de la Commission sur l’instruction primaire de 1849, disait : « Je veux rendre toute puissante l’influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l’hom¬me qu’il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l’homme : « Jouis ». M. Thiers formulait la morale de la classe bourgeoise dont il incarna l’égoïsme féroce et l’intelligence étroite. »
Il est loin, le temps où Lafargue écrivait le Droit à la paresse (1883). Loin l’époque où « Jouissez sans entraves » était un slogan recevable (1968). Nous ne sommes plus là pour rigoler. D’ailleurs, « jouir » est un gros mot — sauf pour les patrons, auxquels François Hollande vient de souhaiter une bonne année.
Pas à nous. Rarement entendu une cérémonie des vœux aussi cynique sous ses airs papelards. « Pas convaincus », les Français, paraît-il (http://www.leparisien.fr/politique/videos-voeux-de-francois-hollande-les-francais-pas-convaincus-04-01-2014-3462215.php). Ils sont bien difficiles.
Le capitalisme a ceci en commun avec l’islamisme qu’il progresse volontiers à petits pas feutrés, en faisant croire que ses objectifs (grignoter tout ce qui pouvait entraver sa marche triomphale vers le Toujours plus) sont les nôtres (avoir la liberté de se faire empapaouter).
Nous travaillerons donc le dimanche, à Bricorama d’abord et ailleurs ensuite. En attendant de travailler la nuit, et aussi pendant les vacances, que nous ne prendrons plus. Un peu mieux payés, promettent les sirènes : mais quand ce sera devenu une habitude, les salaires du dimanche rejoindront les autres, qui d’ailleurs baisseront. La loi de l’offre et le droit de mourir de faim. Le jour des saigneurs.
Sept sur sept. Oh, dans le respect des 35 heures, mais dans la pratique des heures sup jamais payées entièrement. Huit heures de boulot, trois heures de transport. Vous embrasserez vos gosses l’année prochaine, vous aurez tout le temps de vous reposer quand vous serez mort. On en arrive à prendre pour un acquis social le droit d’aller attraper le cancer à la pause. Ou pour une promenade dominicale la possibilité d’aller se perdre dans une aire commerciale. Plan-de-campagne forever ! Sûr que ça va plaire aux mômes ! Sûr que le lendemain, ils travailleront en classe — la vraie motivation, ce n’est pas en travaillant qu’on la trouve, c’est justement en ne travaillant pas. À l’âge où ils devraient rêver de « fuir ! là-bas, fuir ! », on leur propose une virée chez Barnéoud, avec restauration chez McMerde. Et l’on s’étonne qu’ils préfèrent dealer du shit ?
Je n’aurais jamais cru en arriver à défendre le jour du Seigneur. La justification des Trois-huit se fonda d’abord sur la nécessité de ne pas éteindre les hauts-fourneaux, puis de ne pas briser les chaînes — puis de ne pas interrompre le flux de fric, qui, d’ailleurs, coule toujours dans les mêmes poches. Jamais les milliardaires n’ont été si milliardaires, jamais ils ne se sont tant plaints des « charges patronales » — excusez-moi, je sors pour pleurer sur leur sort.
Afin de maintenir la pression, on n’embauche plus en CDI. On n’embauche plus à temps plein. Un SMIC, c’est trop — deux-tiers de SMIC, c’est plus raisonnable. En plus, embaucher quelqu’un pour quelques heures par semaine camoufle la réalité du chômage, mais dissimule mal la réalité — le nombre effarant de vrais pauvres (toutes les statistiques sur http://www.inegalites.fr/spip.php?article343).
Chance : le centre commercial a été construit dans une lointaine banlieue où sévissaient jusqu’à hier des champs de betteraves. Juste là où ils habitent, les travailleurs pauvres (pléonasme, depuis quelque temps) qui sont accessoirement les consommateurs privilégiés desdits centres — c’est pour mieux exploiter ceux qui n’ont pas grand-chose que l’on restera ouvert le dimanche en faisant travailler ceux qui n’ont presque rien.
Allez, je parierais que parmi eux, il y en a pas mal qui ont voté à gauche… Mais pas mal aussi qui votent à l’extrême-droite. Ce n’est pas prioritairement la peur du Noir ou le dégoût du Beur qui draine les foules chez la Marine. C’est la misère, y compris la misère endimanchée qui va traîner le week-end chez Bricorama and co. En se posant des questions existentielles sur le choix du lino imitation parquet flottant. N’oublie pas le cutter de tapissier, Josette. Que j’aie quelque chose pour me couper la gorge. Chic, ils sont soldés ! Suicidez-vous le dimanche, il y a des promos.
Evidemment, le tir de barrage médiatique a été impressionnant. Pauvres centres commerciaux, qui réalisent en un jour 50% de leur chiffre d’affaires hebdomadaire ! Pauvres patrons (oxymore, cette fois…) !
Quand vous rentrerez de votre promenade chez Mr Bricolage, il y aura du foot à la télé. Byzance !
Je ne crois pas être le seul à penser que TF1 (99% des 100 meilleures audiences sur l’année 2013, mais France 2 fait de son mieux pour descendre aussi bas — déjà son Journal est devenu invisible) sera bientôt insuffisant à contenir la nausée qui monte. Les élections municipales seront une raclée pour les partis de gouvernement, les européennes un bain de sang. Ça va voter FN sans complexe — comme si le FN avait un autre programme que le libéralisme fou (pléonasme !). Enfin, pas si fou que ça : l’argent que nous n’avons pas coule à flots dans leurs poches — je m’inquiétais pour eux.
À moins que ça ne se passe dans la rue : à la violence patronale ou gouvernementale répond toujours, à un moment ou un autre, la violence populaire. Aveugle.

Jean-Paul Brighelli

Merci à Jean Montero pour toutes les belles images !

 

 

 

Oh, comme ils sont malins, au PS !

Il a suffi d’un rapport de plus (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/12/01016-20131212ARTFIG00629-integration-un-rapport-choc.php) pour que la France s’enflamme. Autoriser le voile à l’école — quelques lignes dans un gros rapport qui cumule réflexions sociologiques élémentaires et provocations concertées —, en voilà une idée qu’elle est bonne ! Elle a permis à Jean-François Copé de se couvrir de ridicule une fois de plus en entonnant, la mine grave, la complainte lyrico-tragique de l’homme d’Etat malmené dans sa République à lui… Ce doit être dur, quand même, en ce moment, d’être à l’UMP et de rester lucide !
Les forums se sont enflammés — particulièrement les forums d’enseignants, où les islamistes font ces derniers temps un entrisme remarqué. Ledit rapport a immédiatement permis quelques petits pas de plus — les Msulmanes portent le voile comme elles portent un soutien-gorge, « c’est leur choix ». Ben voyons !

Ayrault a laissé porter, pendant quelques heures — comme on dit à la roulette. Puis il a démenti du bout des lèvres toute modification de la loi de 2004.
Cette focalisation sur le voile (dans un rapport qui contient des propositions bien autrement inquiétantes, comme la reconnaissance de l’héritage arabo-musulman de la France ou le délit de harcèlement racial — est-ce que ça marcherait dans les deux sens, à propos ? Est-ce que ce surveillant de collège — à Boulogne-Billancourt — qui avouait récemment sur Twitter qu’il sanctionnait préférentiellement les petits Blancs — les babtous, pour ceux qui ne savent pas — tomberait sous le coup de la loi ?) appartient, si je puis dire, à l’esthétique de la corrida : on agite un chiffon, et aussi sec les taureaux se déchaînent.
Une seule chose est évidente, dans la publicité faite à ce bout de papier destiné à rejoindre dans un tiroir bien d’autres bouts de papier : il s’en donne du mal, le PS, pour faire monter le FN ! Il sait bien qu’il a énervé tant de monde, dans ce pays, à force de politiques idiotes et de décisions imbéciles, que sa seule chance (croit-il) d’échapper à la raclée en 2017 est d’imposer un 2002 à l’envers, en éliminant l’UMP. Stratégie mitterrandienne poussée à sa limite : le Vieux avait réinventé le FN à partir de 2004, en suggérant fortement à la télévision d’Etat d’inviter Jean-Marie Le Pen à une émission de grande écoute (l’Heure de vérité du 16 octobre 1985 — http://www.ina.fr/video/CAB85106298). Il en avait besoin pour gagner en 1988.
Il s’agissait à l’époque d’inventer en France une structure tripartite. Ils ‘agit aujourd’hui d’éliminer la Droite classique (qui le mérite bien, à vrai dire, vu le niveau de ses grands leaders), en espérant que les Français encore un peu démocrates préfèreront voter quand même PS plutôt que de se lancer dans des aventures politiques incertaines.
Calcul quelque peu risqué : la Droite classique, à part peut-être un quarteron de centristes chrétiens, ne votera jamais PS, et une bonne partie de la vraie Gauche ne votera plus jamais PS. Combien d’ouvriers licenciés dans des plans d’urgence — l’urgence étant essentiellement de servir aux actionnaires des dividendes confortables —, combien de demi-cadres appartenant à des classes de plus en plus moyennes, ou d’enseignants même écœurés par des décisions absurdement idéologiques, combien de tous ces gens-là ne voteront plus pour le PS ? Et même, dans certains cas, se lanceront dans des aventures électorales inédites, rien que pour voir — et pour infliger une leçon à tous ces nantis de la politique qui plastronnent sur notre dos depuis des décennies, et agitent leurs petits bras d’impuissants en clamant haut et fort « l’Europe ! L’Europe ! L’Europe ! » ?
Je ne m’alarme donc pas outre mesure du « rapport » qui préconise que l’on ne parle plus désormais d’intégration, mais de différences, de juxtaposition, de puzzle culturel, de politique à la suédoise (ça leur a rapporté quoi, à ces scandinaves dont les banlieues brûlent, de juxtaposer Vikings et gens du Sud ? Il y a bien eu un art arabo-normand — mais en Sicile, et au XIIIème siècle). Non : mais je m’inquiète de cette tentation du parti au pouvoir de jouer au billard indirect, de viser apparemment une bille pour en envoyer une autre dans le trou. Tout ce qui, aujourd’hui, renforce le FN le renforce en effet, au détriment de tous les autres. Quant à l’idée que la France ne laissera pas les bleus Marine prendre le pouvoir, c’est une plaisanterie, ou une billevesée : la conjuration des imbéciles a de beaux jours devant elle.

Jean-Paul Brighelli

 

PS. Le Comité Laïcité République, qui est à la laïcité ce que la Vulgate est à la Bible, s’est fendu d’un communiqué (http://www.laicite-republique.org/integration-promouvoir-le-modele.html) qui dit l’essentiel et le reste. De même Catherine Kintzler (http://www.mezetulle.net/article-que-devient-l-unite-antilaique-du-parti-socialiste-121597634.html), qui pour une fois est sortie du ton modéré qui est ordinairement le sien : le PS ne passera plus par elle non plus…