Il y a un espace pour une droite urbaine indépendante de LREM

La note qui devrait inquiéter Benjamin Griveaux


La note de Nelly Garnier « Allô maman bobo – L’électorat urbain, de la gentrification au désenchantement » donne des pistes à la droite pour contrer LREM dans les métropoles comme Paris, où Benjamin Griveaux vient d’être investi par son parti. La droite a une carte à jouer si elle se positionne au-delà d’un clivage Bobos parisiens / France périphérique un peu éculé et fait une analyse plus pertinente de l’électorat citadin…


C’est une note en deux volets intitulée « Allô maman bobo – L’électorat urbain, de la gentrification au désenchantement » que vient de publier la Fondation pour l’Innovation politique (FondaPol), le think-tank dirigé par Dominique Reynié et Nicolas Bazire.

Les métropolitains, une élite désenchantée ?

Son auteur, Nelly Garnier, ne nous est pas inconnue. Elle nous avait reçu aimablement pour nous auditionner au printemps 2018, alors qu’elle était encore directrice des études rue de Vaugirard, le siège de LR… Elle avait alors longuement écouté le chroniqueur provincial originaire de la France périphérique, nourri de la prose des Muray, Guilluy, Fourquet et Sainte-Marie. Il n’est d’ailleurs pas innocent qu’elle ait insisté pour que nous lisions sa note : outre les très bonnes relations entretenues depuis lors, elle devait se souvenir de cette audition.

A lire aussi : LR: pas un jour sans une (nouvelle) ligne

Hétérogénéité sociologique du « bobo »

Car la note de Nelly Garnier a en effet de quoi nous bousculer. Documentée, précise et souvent convaincante, elle explique la manière dont les travaux de Guilluy ont « contribué à imposer l’idée d’une fracture irrémédiable entre les villes et les territoires ruraux et périphériques, et achevé de convaincre qu’il fallait choisir [entre les deux] » à partir de 2012. De même, la figure du « bobo », souvent fantasmée, apparaissait comme le métropolitain-type et poussait d’un côté à le rejeter sans réfléchir, et de l’autre conduisait la candidate UMP à la ville de Paris en 2014, NKM, à s’afficher comme « boboïsée » et « dédroitisée ».

Pourtant, explique Nelly Garnier, il y a plusieurs sortes de bobos, et il n’y a pas que des bobos parmi les métropolitains. Il n’y a pas non plus que des gagnants de la mondialisation. Il n’y a pas que des « anywhere ». A partir de l’étude de six métropoles (Paris, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Strasbourg et Grenoble), et de six quartiers de chacune sélectionnés pour leur caractère gentrifié, l’auteur bouscule les idées reçues.

A lire aussi : Voilà ce qui arrive quand on jette un mégot dans la ville d’Anne Hidalgo

Il y a bien aussi un « malaise du métropolitain » qui conduit par exemple les deux-tiers des Parisiens à envisager un départ pour d’autres territoires. Il y a bien des familles qui ne supportent plus la délinquance, qui sont les premières touchées par la pollution, et qui ne sont pas pour autant des bobos à trottinettes… Il y a enfin des métropolitains qui ne sont pas davantage emballés par le libéralisme libertaire de LREM que par la politique municipale d’Anne Hidalgo…

La droite doit repenser son approche de l’électorat citadin

L’erreur a sans doute été d’avoir été à contretemps. Les médias et les partis politiques de gouvernement qui géraient le pays jusqu’en 2017 ont adopté l’analyse de Christophe Guilluy sans doute trop tard. Or les métropoles de 2017 ne sont plus celles de 2001-2008 lorsque le géographe publiait ses premiers travaux.

Pour les raisons invoquées plus haut – délinquance, pollution – mais aussi parce que le statut des cadres s’est  dégradé alors que cette catégorie socio-professionnelle constitue le plus gros bataillon métropolitain. Le malaise est d’autant plus grand que le discours ambiant ne l’encourageait pas à « exprimer ses fragilités », et qu’il est, davantage que le rural ou le périphérique, soumis à des « injonctions contradictoires » :

– je veux défendre le commerce de proximité mais je commande sur Internet car je suis pressé par le temps,

– je veux que mes enfants soient ouverts sur le monde, mais je les retire d’une classe où plus de la moitié des élèves maîtrise mal le français et où je les sens décrocher,

– je ne veux pas polluer mais je n’ai pas d’autres solutions que la voiture pour emmener mes enfants en week-end…

Un espace politique à reconquérir?

Dès lors, s’interroge l’auteur, y a-t-il encore un espace pour une droite urbaine indépendante de LREM ? Les derniers événements conduisent à répondre par la négative. L’exemple d’élus parisiens très à droite, comme Claude Goasguen, prêts à pactiser avec Benjamin Griveaux pour éviter Anne Hidalgo ou celui de Christian Estrosi prêt à troquer son investiture LR contre celle du parti macroniste, invitent en effet à se faire peu d’illusions. Pourtant Nelly Garnier veut croire que la droite « qui souffrait principalement de son décalage sociologique croissant avec les nouvelles populations des grandes villes, redevient audible sur de grandes problématiques : le sentiment de déclassement, le besoin de sécurité, le besoin de fermeté face à la montée des communautarismes, le besoin de retrouver des limites et des repères, le besoin d’accompagner des familles qui se sentent fragilisées ».

A lire aussi : Au revoir la droite…

Nous nous permettrons d’apporter une nuance à l’analyse de Nelly Garnier.

Nous sommes moins certains qu’un choix clair ait été fait par la droite en faveur des territoires ruraux et périphériques, oubliant les métropoles. Dans la France des Gilets jaunes, en tout cas, on n’en pas été convaincu du tout. C’est sans doute parce que cet ensemble, né de la fusion entre le RPR et l’UDF ne parlait plus vraiment à personne, que sa ligne n’était identifiée et adoptée ni par les métropolitains ni par les autres qu’elle a décru, finissant à 8% lors de la dernière échéance électorale. Dès lors, l’idée selon laquelle la reconstruction pourrait passer par la constitution de deux piliers, à l’exemple des CDU et CSU allemandes, pourrait bien être la solution. Le premier pourrait parler davantage aux métropolitains et concurrencerait LREM dont l’assise locale n’est pas encore véritablement assurée et dont le progressisme sociétal ne plaît pas à tout le monde, y compris en ville.  Le second, moins libéral, plus patriote et populaire, concurrencerait le RN sur les territoires périphériques et ruraux. Mieux vaut deux partis-frères aux lignes bien identifiées qu’un seul parti qui débite de l’eau tiède.

En tout cas, il est absolument nécessaire au pays qu’une force politique permette de parler à la fois à la famille parisienne qu’à la mère célibataire de Vierzon. Et que cette force, fut-elle organisée sur deux piliers, puisse être en situation de gouverner. La cohésion nationale le réclame. La France ne peut se satisfaire d’archipels qui se regardent en chiens de faïence.