Macron à la une de Paris Match: faites le méchant, Monsieur le président!

Le poids des maux, le choc de la photo


Au-delà du choc de la photo, la posture du président à la Une de Paris Match reflète le décalage du camp Macron par rapport à la réalité. Les incantations des députés de la majorité face au Sénat – qui a osé toucher à Benalla – en sont le dernier exemple en date. La provocation maladroite semble être le dernier rempart du nouveau monde: Emmanuel Macron surjoue sa présidence.


– Faites le méchant, monsieur le président.

– Comme ça ?

– Euh… Oui, comme ça.

Revenez me chercher

Ce dialogue que j’imaginais dans un tweet, découvrant la dernière une de Paris Match, pourrait passer pour une blague de potache. Il était en réalité beaucoup plus sérieux qu’il en avait l’air. Mais plutôt que de se mettre en colère, mieux vaut mettre les rieurs de son côté. Prendre le parti de la légèreté. Et si la situation du pays ne méritait pas qu’on se mette en colère devant ce président sans cesse en représentation ? On nous a tant répété que le théâtre avait compté dans sa vie, au point d’épouser celle qui lui en avait appris les rudiments au lycée. La couverture de Match est ridicule. Le président n’est pas content. Il est fâché. Match n’a pas ajouté l’émoticône « Grrr » de Facebook mais l’intention y était.

Et puis cette main, avec le doigt recourbé qui semble encore nous dire – comme un acte manqué – « venez me chercher », comme une nouvelle provocation, huit mois après. Cette main qui nous rappelle le péché originel. Qui nous rappelle le jour où il avait tué Jupiter. Révélant qu’il n’était en fait qu’un homme de clan. J’avais alors expliqué dans ces colonnes qu’Emmanuel Macron ne parviendrait jamais à faire oublier cette phrase. Elle a été un mot d’ordre des gilets jaunes dès le 17 novembre : « Nous venons te chercher » entendait-on dans les rues.

La mauvaise main de dieu

La main, on nous expliquait que le président l’avait reprise. Avec son « grand débat ». Parce que le mouvement gilets jaunes tournait au vinaigre, aussi. Peu à peu, le président et LREM se mettaient dans la peau du Parti de l’Ordre qui finit toujours par l’emporter en France, après les poussées révolutionnaires ou pré-révolutionnaires. Certains observateurs commençaient même à y croire. La posture ridicule de l’acteur Macron à la une de Paris Match devrait en toute logique doucher leur optimisme.

A lire aussi: Benalla: quand la Macronie reproche au Sénat de respecter la loi…

Et s’il n’y avait que ça… Les avez-vous entendus, les petits soldats du mauvais comédien, lorsque le Sénat a pris la décision de renvoyer le sieur Benalla, son comparse Crase et trois collaborateurs de l’Elysée aux bons soins du procureur ? Avez-vous entendu M. Griveaux fustiger le tribunal politique ? Avez-vous entendu Mme Bergé reprendre cette antienne toutes les trois minutes – « Le Sénat fait de la politique. Le Sénat fait de la politique. Le Sénat fait de la politique » ? Oui, Madame. Le Sénat fait de la politique. Il se mêle de ce qui le regarde et ce pourquoi la Constitution l’entretient. Avez-vous lu ce député LREM, Sacha Houlié, tweeter de rage qu’il fallait « traiter le problème du Sénat » ? Au napalm ?

Avez-vous lu Le Monde, ce week-end, et constaté qu’à la présidence de la République, on ne se cachait même plus pour dire devant des journalistes que la question de la disparition du Sénat devait être envisagée désormais ?

Les mauvaises fréquentations du président Macron

On n’a pas forcément eu tort de dénoncer les excès voire les outrances d’un Maxime Nicolle, l’un des porte-parole du mouvement des gilets jaunes. Mais Benjamin Griveaux, Aurore Bergé ou Sacha Houlié ne sont-ils pas à son diapason outrancier ? Emmanuel Macron qui joue le méchant à la une de Paris Match ne tombe-t-il pas dans le même ridicule ? Et n’est-ce pas dix fois, cent fois, mille fois plus grave ?

Cet automne, Gérard Collomb, l’homme qui avait cru en Emmanuel Macron, a annoncé son dépit à la France entière. Le maire de Lyon croyait-il provoquer une prise de conscience de la part de son ancien protégé ? Si c’est le cas, c’est raté. Pour incarner le Parti de l’Ordre, Christophe Castaner a été installé Place Beauvau. Défense de rire. Quelques mois plus tard, on a peine à croire que cette grande maison a été occupée par Clémenceau, Frey, Pasqua, Chevènement et même Valls ou Vaillant. Au retour de La Mongie, il y a une semaine, le président aurait paraît-il pesté sur le mode : « Que je suis mal entouré, il faut que je fasse tout ». Mais oui, Monsieur le président, vous êtes mal entouré. Il paraît même que le Sénat a rédigé un rapport complet sur le sujet. Après le quinquennat Hollande, on se disait que peut-être, on allait en finir avec l’amateurisme. Naïveté. Le président est si mal entouré qu’il n’en finit plus de chercher sa tête de liste aux élections européennes. On exagère : il se dit que la décision serait prise ; ce serait Madame Loiseau, qui n’a pourtant pas fait des étincelles face à Marine Le Pen (confier l’entretien d’embauche de sa tête de liste à la présidente du RN, quelle idée avant-gardiste !) et qui nous a montré toute l’étendue de ses qualités de comédienne. Elle a dû prendre des leçons auprès du couple présidentiel. Décidément !

L’Europe, l’Europe…

Les élections européennes arrivent, Monsieur le président, et vous devriez vous méfier. Ce scrutin ne permet presque jamais à ses vainqueurs de pousser un avantage durable, mais ceux qui subissent un gros revers ont toujours beaucoup de mal à s’en relever. Si Michel Rocard était encore de ce monde, il serait plus prolixe que moi pour vous en parler. Il est bien possible que François-Xavier Bellamy apparaisse au final comme plus crédible que Madame Loiseau comme représentant de ce fameux Parti de l’Ordre, et que l’électorat de centre-droit que vous cherchez tant à séduire depuis des mois, ne finisse par revenir là où il était avant que vous n’arriviez à l’Elysée. Choper Raffarin, cela impressionne quelques éditorialistes. Beaucoup moins les électeurs.

Que fera le président si la liste de Madame Loiseau se crashe au point de finir en troisième position derrière Bellamy et Bardella ? Il ne lui restera plus qu’à nommer Bayrou Premier ministre. Et jouer au roi fainéant quand le maître du palais sera à Matignon. L’ancien monde sera un peu de retour. Pas sûr que nous y perdions tant que ça.