Debout, les damnés de la terre !

En janvier ou février 2002, Pierre Mauroy, qui n’avait plus guère qu’une position de grand sage au sein du PS, suggéra à Lionel Jospin de s’adresser au peuple en général et à la classe ouvrière en particulier. Refus hautain de l’intéressé, qui avait choisi, comme l’ensemble des socio-démocrates qui constituent ce que l’on appelle aujourd’hui improprement la Gauche, d’ignorer qu’il restait encore une classe ouvrière (et même une classe moyenne paupérisée qui y ressemblait fort). « La bataille du second tour se joue au centre… » On sait ce qu’il advint de cet homme qui avait choisi de gagner le second tour — et qui s’avéra incapable de se qualifier pour le premier, par la grâce de Christiane Taubira qui lui souffla les 2,32% qui lui firent défaut pour se qualifier face à Chirac. François Hollande, en la choisissant deux fois pour participer au gouvernement, lui a accordé le prix de sa trahison de l’époque — c’est leur problème, pas le mien. Les démêlés des mencheviks ne m’intéressent pas.

Spinoza dit quelque part que le concept de chien ne mord pas. Je me souviens d’une intervention à ce sujet du regretté Althusser, en réponse à un pseudo-socialiste qui expliquait que le concept de prolétariat n’était plus fonctionnel — déjà dans les années 1970. Le pire, c’est que ces imbéciles y croient : à les entendre, il n’y aurait plus que des classes moyennes.
Primo, ils auraient dû lire Camille Peugny, qui s’époumone depuis le Déclassement (2009) à expliquer (après d’autres, convenons-en) que les classes en question sont plutôt « moyen moins », comme on dit dans les conseils de classe où le mot « cancre » est interdit.

Je ne sais pas si elle est encore « ouvrière », mais il y a une classe, une classe nombreuse, que le PS ignore parce qu’il ne connaît que les bobos de Paris, de l’île de Ré et du Luberon, une classe qui vit avec trop peu d’argent pour en connaître même la couleur, une classe qui a le pain quotidien relativement hebdomadaire, comme disait Prévert, qui souffre tous les jours et qui va voter FN faute d’avoir été entendue à gauche.

À vrai dire, cela fait les affaires du PS, qui ne tiendrait pas une seconde face à un candidat de droite doté d’un peu de charisme (disons Juppé, ou un ticket Juppé / Bayrou, qui serait la solution intelligente si la Droite n’était pas restée, comme disait De Gaulle, la plus bête du monde), mais qui espère se concocter savamment un 2002 à l’envers — sauf que Marine Le Pen gagnera face au tombeur de ces dames, le capitaine de pédalo, le grand méchant mou — on a les sobriquets que l’on mérite. On désigne donc le FN comme l’adversaire essentiel, on prend — exprès — des décisions qui le radicaliseront et attireront vers lui encore plus de désespérés (sciemment désespérés, à grands coups de restrictions budgétaires, de politiques laxistes, de lois « sociétales » qui ne mettent pas de beurre dans l’assiette, et de « rythmes scolaires destinés à remplacer un enseignement cohérent). On monte en épingle les faits divers les plus susceptibles d’attiser les haines raciales. On ouvre un boulevard à l’extrême-droite, sachant bien que la droite est bien trop occupée à s’étriper pour l’emprunter.

Je pensais à cela l’autre jour en entendant mon ami Gérard Filoche (1) appeler la Gauche à être de gauche — espérance vaine, quand on entend Benoît Hamon (dont il a été proche autrefois) accepter que des femmes voilées encadrent  désormais les sorties scolaires ; quand on entend Valls expliquer pourquoi il est urgent d’offrir 35 milliards d’euros à un patronat qui n’en revient pas et qui du coup en demande davantage — « des esclaves, des esclaves, vite ! » ; quand on nous explique que seule la rigueur est possible pour remettre à flot une France que la rigueur fait couler ; quand on nous serine que le libéralisme est la seule solution au libéralisme — comme le pédagogisme qui coule l’Ecole est la seule solution au pédagogisme.

Alors oui, sans doute, dès les Européennes, ceux qui souffrent, tous ceux qui souffrent, voteront pour les extrêmes. Mais ils ne reviendront jamais à la Gauche — pas plus qu’à la Droite, qui de Fillon en Copé, fait de son mieux pour s’auto-détruire. Ça va se passer aux Européennes, puis ça se passera dans la rue. Hollande, en tentant de créer les conditions de sa réélection, crée les circonstances favorables à l’émeute, à l’auto-défense, aux comités de citoyens et à l’écrasement de la République. Et il en aura tellement fait que même Filoche ne le plaindra pas — il risque même d’y voir, comme d’autres, la condition nécessaire pour que soufflent à nouveau des vents favorables.

Le péché mortel que commet le PS depuis deux ans (en fait, depuis 1983, quand on songe que Hollande aujourd’hui s’inspire du Mitterrand qui poussa la télévision à réinventer Jean-Marie Le Pen), c’est justement de relégitimer le FN, en s’installant dans la pensée de la « fin de l’histoire » — comme si l’histoire s’arrêtait. On connaît la formule de Marx — le grotesque après le tragique —, mais le PS ajoute chaque jour du grotesque au grotesque.

C’est sur l’économie que ça se jouera, parce qu’il n’y a pas d’autre principe déterminant en dernière instance. Et l’économie, pour le moment, c’est juste la souffrance des humbles — parmi eux, bien des gens qui ont voté Hollande parce que Sarkozy, c’était le libéralisme financier (ce capitalisme modern style que Piketty dénonce dans son livre qui marche si bien… aux Etats-Unis), et qui s’aperçoivent chaque jour que Hollande, c’est le capitalisme financier, et que ça va finir dans un bain de sang — ou une « aube dorée », comme ils disent en Grèce, ce laboratoire de toutes les erreurs européennes.

Alors oui, le FN à 26% à l’arrivée (on parie ?), parce que bien des gens ne voudront pas d’une alternative entre ceux qui voteront  Jean-Claude Junker (en gros, l’UMP et ses alliés) et ceux qui voteront Martin Schultz (en gros, le PS et quelques autres). Ni l’un ni l’autre ne sont acceptables. Parce que l’un et l’autre, blanc bonnet bonnet blanc, sont les deux faces de la finance triomphante. Et je n’en voudrai pas à ceux qui ne voteront ni Peillon, ni Muselier (dans le Sud-est) — ni aucun de tous ceux qui lèchent les semelles des banquiers et des actionnaires. L’Europe que l’on nous avait promise n’était pas celle des ploutocrates — des ploutocrates fort peu européens, de surcroît : les gesticulations à propos de l’Ukraine montrent à quel point tous ces gens s’alignent sur les intérêts de l’OTAN, c’est-à-dire ceux des Etats-Unis. Rien d’étonnant d’ailleurs : en s’arcboutant sur un euro fort (qui fait les affaires des banques allemandes, ces grippe-sou du vieux continent, qui ont mis successivement à genoux la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie — et la France, mais il ne faut pas le dire), ils permettent à la livre et au dollar de flotter doucement vers le bas, au gré de la planche à billets activée conjointement à Londres et à Washington, et laissent Anglais et Américains redresser leur économie — à nos frais. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les derniers prix Nobel d’économie américains — Stiglitz et Krugman.

Et vous voudriez réélire des gens qui envisagent sereinement de baisser le SMIC afin que les porcs s’engraissent davantage ?

Jean-Paul Brighelli

(1) Nous avons partagé un même éditeur, Jean-Claude Gawsewitch, et nous étions (mais il n’en sait rien) dans la même manif le 21 juin 1973 — celle qui amena la dissolution de la Ligue Communiste et, à terme, le suicide de Michel Recanati cinq ans plus tard (voir ou revoir Mourir à trente ans, le très beau film de Romain Goupil).