“La création de l’UMP a servi de prétexte pour liquider le gaullisme”

Entretien avec Henri Guaino

David Desgouilles. Mardi, vous participez au colloque au cours duquel vous débattrez notamment avec  Jean Arthuis, Susan George, Jean-Michel Quatrepoint et Paul Jorion sur le thème du traité transatlantique. Il est organisé par le Comité Orwell dont la présidente Natacha Polony déplore que ce thème demeure confidentiel sans le  débat public. Ainsi,  la campagne de la primaire de droite ignore totalement le Tafta. Comment l’expliquez-vous ?

Henri Guaino. Il est paradoxal de parler autant de l’identité et aussi peu de ce qui la mine le plus : la religion du libre-échange avec ses traités qui aplatissent le monde en imposant des normes économiques, techniques, sanitaires, sociales, juridiques, et, au bout du compte, culturelles, uniques. Lire la suite

Lettre à mes amis vent debout contre « Ambition intime »

Karine Lemarchand sait faire la psy à la télé, elle

C’est l’émission qui fait parler, l’émission qu’on critique, l’émission qu’on vilipende. « Ambition intime » sera animée par Karine Lemarchand, l’animatrice-phare de M6 qui présente depuis dix ans déjà « L’amour est dans le pré ». Une vidéo de présentation circule déjà et certains de mes amis s’en émeuvent. Ils regrettent un effondrement du débat public, la politique-spectacle dans toute sa splendeur, l’homme d’État dépouillé de toute idée, de tout programme, réduit à son histoire et ses sentiments, la présidentielle réduit à un feuilleton de téléréalité, où l’on choisira son candidat comme on vote pour son agriculteur préféré dans l’amour est dans le pré. Lire la suite

Taubira : les mystères de la reine Christiane

Marketing, c’est celle qui dit qui y est

Elle n’est pas contente, Christiane Taubira. Ce sont les quatre journalistes de Libération qui le disent, la décrivant claquer son cahier et hésiter à quitter la salle après avoir répondu à une question qu’elle juge déplaisante. Il faut dire qu’ils exagèrent, nos confrères de Libé ! Demander à l’ex-garde des sceaux si par hasard, elle ne serait pas responsable -un tout petit peu- de l’image qu’elle a renvoyé dans les médias pendant près de quatre ans, c’est osé. Alors, elle plastronne, elle se compare à la femme violée qui serait responsable à cause de sa mini-jupe. Si on comprend bien la métaphore filée par notre twitteuse de luxe, les violeurs, c’est la droite et les journalistes du Figaro –ces malades, qu’elle ne peut pas guérir- et les complices qui regardent le viol sans rien faire, ce sont les autres médias, journalistes de Libération compris.

On aurait aimé assister à cette scène d’interview. Voir la tête –amusée ? déconfite ?- des confrères, pendant que Christiane Taubira leur jouait son numéro, quelque part entre Feydeau et Caliméro. Lire la suite

Élève Zemmour, pas d’identité sans souveraineté!

Écoutez vos maîtres Séguin et Garaud

Eric Zemmour publie un nouveau livre, recueil de ses chroniques sur RTL auquel il a ajouté une préface d’une cinquantaine de pages. C’est dans cette préface, dont Le Figaro Magazine a publié les bonnes feuilles, que j’ai découvert le virage important qu’a emprunté le désormais ancien apôtre du souverainisme sur les plateaux de télévision.

Pour Zemmour, souhaiter recouvrer la souveraineté, c’est devenu has been. Seule compte désormais l’identité, menacée. Notre législation écrite ailleurs, notre défense soumise à l’OTAN, notre monnaie dirigée depuis Francfort, notre budget passé sous les fourches caudines de Bruxelles, peu lui chaut. Lire la suite

Hollande : l’homme est nu

Tous ses ex-ministres candidats contre lui

 

Connaît-on un seul président dont les principaux ministres ont démissionné les uns après les autres avant de se présenter contre lui à l’élection présidentielle ? Ne cherchez pas ! Vous ne trouverez pas. François Hollande est bien le premier à se trouver dans cette situation. Ses alliés politiques se sont tous, ou presque, retournés contre lui. Qui lui reste fidèle ? Cazeneuve, Le Drian, Sapin, Le Fol, éventuellement Vallaud-Belkacem. On ne sait même pas ce qu’en pense Ségolène Royal. Lire la suite

Sarkozy, imbattable bête de campagne?

Le mythe du candidat herculéen ne tient pas

Le célèbre commentateur de football aujourd’hui disparu, Thierry Roland, avait l’habitude d’utiliser une expression imagée lorsque la physionomie d’un match changeait : « Les mouches ont changé d’âne. » C’est un peu le message que souhaitent faire passer d’autres commentateurs, cette-fois ci dans le domaine politique. En un été, tout aurait changé. Juppé hier au firmament des pronostics serait démonétisé et Nicolas Sarkozy, qui était aux fraises, serait aujourd’hui le favori. Lire la suite

Montebourg: vous reprendrez bien un peu de “redressement”?

Made in France, VI République et ban bourguignon

 

Frangy-en-Bresse, dimanche 21 août 2016, vers 17h00 – François Kalfon, qui n’a guère quitté Arnaud Montebourg en cette nouvelle édition de la Fête de la rose, peste au pied du podium. Il s’agace parce que ceux qui précèdent l’ex-ministre de l’Economie à la tribune sont trop lents. Il ne veut pas que l’annonce de la candidature passe à la trappe des chaînes d’info. Il n’y a pourtant guère de suspense. Lire la suite

Après le Brexit, le joli mois de May

Une politique industrielle britannique, qui l’eût-cru?

Nous avions moqué il y a quelques semaines les théoriciens du chaos post-Brexit, qui prophétisaient tous les malheurs au peuple britannique au cas où il affirmerait sa volonté de sortir de l’Union européenne. Les sujets de Sa Gracieuse Majesté ne lisent pas la presse française ; pis, ils ne regardent même pas les experts de C dans l’air. Ils ont donc voté « Leave ». Lire la suite

FC Sochaux : un casse-tête chinois

(La suite des aventures de monsieur li)

Chronique de supporteur sochalien, nouvel épisode. Nous vous avions laissés en janvier dernier avec cette motion de défiance des associations de supporteurs sochaliens, contre le nouvel actionnaire chinois du FC Sochaux. Il faut le reconnaître : le mystérieux Monsieur Li a fait ce qu’il a pu pour tenter de les rassurer. Lire la suite

Euro 2016: derrière les bleus à l’âme…

… Les bêtes noires terrassées

Il serait déraisonnable d’invoquer la malchance après cette défaite pendant la prolongation, en finale du championnat d’Europe des nations. De la chance, la France en a eue, pendant ce tournoi. Au premier tour en gagnant ses matchs à l’arraché, en bénéficiant ensuite d’un tableau plutôt dégagé avec la faible Irlande etl’Islande, qui venait de jouer sa finale contre l’Angleterre. Puis, contre l’Allemagne avec cette main idiote de Schweinsteiger et la blessure inespérée de Boateng, qui s’ajoutaient déjà aux absences de Khedira et Hummels. De la chance, la France en a eue aussi en début de finale avec la blessure du seul génie dans l’équipe adversaire, Cristiano Ronaldo. Notre équipe n’a pas su en profiter. Lire la suite