Suivre Causeur :     

Les blogs Causeur : AntidoteAsile de blogBonnet d'âneEn nourrissant mon hérisson

Visiter Causeur.fr →

Article

Amado Granell, cet Espagnol qui avait la France pour fiancée

Une bio raconte ce « soldat inconnu » qui a libéré Paris

 

Qui, en France, connaît Amado Granell ? Pas grand monde, en vérité. Et pourtant, cet Espagnol né en 1898 dans la province de Castellon, située entre Barcelone et Valence, a joué un rôle très important dans l’histoire de France. Le 24 août 1944, il fut le premier officier de la France libre à entrer dans Paris et il assura plus tard la sécurité du Général de Gaulle lorsque ce dernier y entra à son tour prononçant ces mots immortels : « Paris outragé, Paris brisé, mais Paris libéré ! »

C’est à cet homme que Cyril Garcia a décidé de consacrer une biographie, Amado Granell, libérateur de Paris, paru aux Editions de L’Harmattan et préfacé par Michel Goya. L’auteur nous fait voyager. Granell participe à la guerre d’Espagne, où Granell, républicain de gauche ni anarchiste ni communiste, est déjà considéré, malgré la défaite, comme un officier de valeur dans la lutte pour la République espagnole. Il atterrit ensuite à Oran comme beaucoup d’autres républicains espagnols et finit par être engagé par l’armée de la France libre. (Lire la suite…)

Article

Hollande sur France 2: un passage (télé) à vide

Pire qu’un «machin», un «truc»!

 

Je devrais donner ma démission. Et ne plus jamais écrire dans ces colonnes. Hier, à 14h29 précises, notre rédacteur en chef Daoud Boughezala m’a incité à regarder l’émission du soir, appelée « Dialogues citoyens », sans doute en hommage à Philippe Muray. Ce tortionnaire, avec la mauvaise foi qui le caractérise, répondra sans doute qu’il n’en est rien et qu’il souhaitait seulement avoir un papier sur l’émission ce matin, pour les besoins du site. Mais il sait bien que je ne suis pas du genre à écrire un papier sans avoir regardé l’émission attentivement. Je connais des éditorialistes vedettes  qui arrivent à produire des recensions de 8 000 signes en ayant seulement feuilleté le bouquin. Mais je ne suis pas un éditorialiste vedette. (Lire la suite…)

Article

Néo-féminisme: le mousquetaire Bastié fait mouche…

… et porte l’estocade

 

Si je ne craignais pas les foudres de ma consœur  Eugénie Bastié, qui connaît ses classiques politiques et n’est pas très fan de l’actuel maire de Bordeaux, je dirais « qu’elle est probablement la meilleure d’entre nous ». Nous, ce sont tous ceux qui ont fait partie un jour ou l’autre de l’aventure Causeur. Et pourtant, je n’exagérerais pas. Arrivée il y a quelques années comme journaliste-stagiaire dans notre équipe, elle a fait depuis son chemin et a déjà rencontré le grand public en exécutant Jacques Attali en trois formules et deux sourires sur le plateau de Taddéi, ou en participant parfois aux débats des « Informés » sur France Info. (Lire la suite…)

Article

Football: PSG-Qatar vs City-Abou Dabi

Non au match du déracinement, vive Leicester!

 

Ce soir, l’amoureux de football que je suis ne regardera pas le match opposant Paris à Manchester City en quart de finale de la Ligue des champions. Il se trouve que la résiliation de mon abonnement à Canal + ne m’a pas incité à basculer vers la chaîne qatarie BeInSport qui retransmettra le match. Il arrive un moment où il faut mettre ses actes en conformité avec ses convictions. Le football mondialisé de mercenaires que j’exècre repose essentiellement sur les droits télés, et donc sur les abonnements aux chaînes à péage. (Lire la suite…)

Article

Tripatouillage de démocratie

Quand les «grands» partis tentent d’effacer les «petits»

 

Qui a dit que l’union nationale, cela n’existait pas ? Toute la journée de mercredi, le PS et Les Républicains se renvoyaient le mistigri de la responsabilité à propos de la révision constitutionnelle. Effectivement le discours du 16 novembre dernier prononcé par le président de la République à Versailles semblait bien loin lorsque, tour à tour, la droite sénatoriale, la gauche frondeuse et le chef de l’Etat lui-même ont été désignés comme les fossoyeurs de l’union nationale face au terrorisme.

Mais les apparences sont parfois trompeuses. En réalité, les deux plus grands partis (au sens de leurs représentations au Parlement) semblent très bien s’entendre quand il s’agit de défendre leurs intérêts communs. Le 24 mars dernier, dans un hémicycle quasiment vide, une proposition de loi destinée à « moderniser l’élection présidentielle » a été votée dans la plus grande discrétion. (Lire la suite…)

Article

François Fillon ou cinquante nuances de grey

Il va falloir mettre un sérieux coup de fouet pour se différencier

 

Cinquante nuances de grey. C’est la vue dont on est gratifié, placé derrière les trois cents personnes assistant au meeting de François Fillon dans la cité natale de Louis Pasteur1. Les cheveux gris dominaient déjà à Vesoul lors du lancement de campagne de Bruno Le Maire. A Dole, en ce vendredi soir, tout ce qui compte dans le troisième âge local semble s’être donné rendez-vous dans le magnifique Manège de Brack qui tient lieu de salle des fêtes.

Cela ne doit rien au hasard. L’ancien Premier ministre a un discours qui plaît aux retraités : sa passion pour l’ordo-libéralisme, sa défense du modèle allemand, citant Gerhard Schröder comme modèle, mais pas Angela Merkel qui n’a plus la cote dans la droite française en raison de sa politique migratoire. (Lire la suite…)

Article

Macron et Hollande: un pas de deux contre Valls?

Danse de salon politique

 

« Dans un système à trois puissances, il faut être l’une des deux ». Manuel Valls doit méditer ces temps-ci la célèbre sentence attribuée au chancelier Bismarck. Pendant qu’il est sur tous les fronts — révision constitutionnelle, loi travail — et qu’il se disperse de surcroît sur des questions dont il pourrait se passer — sélection de Benzema en équipe de France, conseils plus ou moins amicaux au Primat des Gaules, Philippe Barbarin — un axe Hollande-Macron semble bien se dresser face à lui.

Ce mercredi sur Europe 1, Emmanuel Macron expliquait combien la candidature la plus légitime pour 2017 demeurait celle du « président en place » ; il affirmait sa loyauté envers celui sans lequel « il ne serait pas là ». Dans le même temps — est-ce une coïncidence ? —l’extrait d’un livre écrit par Charlotte Chaffanjon et Bastien Bonnefous filtrait très opportunément : François Hollande y explique que « Manuel Valls pourrait être parfaitement candidat [si lui-même ne l’était] pas ; il serait d’ailleurs même le plus légitime », avant de nuancer aussitôt : « Mais il ne serait pas forcément le mieux adapté à la situation ». (Lire la suite…)

Article

NKM ou Dalida fait de la politique

Encore des postures, toujours des postures

 

Annoncer sa candidature le 8 mars, pour la journée internationale des droits des femmes. Faire croire qu’on est la seule femme candidate à cette primaire, alors que Nadine Morano a déjà annoncé la sienne depuis quelques mois. Faire un petit clip, parce que c’est cool et moderne, comme un moment de grâce dans le métro. Nathalie Kosciusko-Morizet veut se frotter aux « mecs », ceux à qui l’on devrait « greffer des couilles », dans le langage fleuri qu’elle affectionne.

Pourtant, on serait bien en peine d’identifier une idée de NKM depuis qu’elle est entrée en politique. Qu’a-t-elle apporté au débat d’idées ? A part dire qu’il vaut mieux voter pour un tel contre une telle lors de second tour d’une législative partielle ? A part faire savoir qu’elle a été la plus offensive pour demander le départ de Jean-François Copé ? A part dire qu’elle est une « tueuse » ? A part faire la bise à José Bové devant les caméras ? A part traiter Jean-Louis Borloo de lâche ? A part dire que Patrick Buisson, c’est Charles Maurras ? Des postures, toujours des postures, rien que des postures. NKM, c’est le vide des idées, le choc des poses à la télé. (Lire la suite…)

Article

Le meilleur défenseur sochalien est… avocat à Epinal!

Maître Zoubeidi-Defert 2 – Thiriez et Le Graët 0

 

Nous nous étions rencontrés alors qu’il plaidait un référé au tribunal administratif de Besançon. Il s’était étonné que nous soyons là. Le FC Sochaux-Montbéliard, contrairement au petit club de Luzenac qui avait opté pour la pression médiatique, avait choisi la discrétion. Mais nous avions d’excellentes sources.

Ce jour-là, Maître Yanis Zoubeidi-Defert, puisque c’est de lui dont il s’agit, jeune avocat inscrit au barreau d’Epinal, avait déjà montré tout son talent, expliquant au juge administratif pourquoi il fallait d’ores et déjà arrêter les championnats de France de football 2014-2015 de Ligue 1 et de Ligue 2, afin de réintégrer le FC Sochaux dans l’élite. Cette fois-ci, le tribunal ne l’avait pas suivi, jugeant que les compétitions ne pouvaient être interrompues à ce stade mais reconnaissant que la demande du club franc-comtois n’avait rien d’illégitime en droit. Le jugement sur le fond allait le confirmer.

Comme nous vous l’annoncions il y a un an, l’avocat vosgien terrassait Frédéric Thiriez et Noël Le Graët, représentants la Ligue professionnelle de football et la Fédération, le tribunal administratif de Besançon jugeant que l’accession du RC Lens en Ligue 1 avait été obtenue de manière illégale, passant outre les décisions souveraines de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG).

La LFP et la FFF firent donc appel devant la Cour administrative d’appel de Nancy, qui a confirmé ce mardi la décision du tribunal administratif de Besançon. Là encore, saluons le travail et le talent de l’avocat qui double ainsi la mise.

On ne sait encore si Thiriez et Le Graët porteront l’affaire en cassation devant le Conseil d’Etat. Après tout, les deux pontes du foot français ne sont plus très copains : ils sont depuis l’an dernier en plein conflit à propos du nombre de montées et de descentes entre la Ligue 1 et la Ligue 2.

Ce serait néanmoins pour eux une manière de gagner du temps avant de passer à la caisse. La descente illégale de Sochaux a causé un sérieux manque à gagner, lequel se chiffre à plusieurs millions d’euros. Grâce à celui qui est, sans contestation possible, le meilleur joueur sochalien depuis deux ans, Thiriez et Le Graët y subiront sans le moindre doute une troisième défaite d’affilée. Leur démission conjointe, suite à ce fiasco juridique, moral, financier et surtout inédit, ne serait pas de trop.

Article

Un conformiste nommé Le Maire

Comment faire un énorme cadeau au FN

 

Dix secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Bruno Le Maire pour évoquer le Front national. Attablé avec les autres journalistes dans un restaurant de Vesoul, quelques petites heures après sa déclaration de candidature, votre serviteur l’écoute expliquer à quel point la notion de nation constitue l’angle de sa campagne. Il n’invoquera pas la République. « Les gens » n’y croient plus. Elle n’a pas tenu ses promesses. Donc, il faut leur donner de la nation. Il est un peu plus 23 heures et Bruno Le Maire est en pleine séance de marketing politique. On pourrait être à Paris dans une agence de com’. Tout le monde a l’air de trouver ça normal. Les relances sont nombreuses. Jusqu’à ce que je lui pose la question : « Vous parlez de Nation, vous citez des thèmes qui s’y rattachent, la langue, la culture, l’autorité, mais vous ne prononcez jamais le mot « souveraineté » qui est pourtant intimement lié à la nation ».

C’est là que l’expression « Front national » est sortie de la bouche de l’ancien ministre. (Lire la suite…)