François Boucher (1703-1770), Marie-Louise O’Murphy / L’Odalisque blonde, 1752

En 1995 Jean-Luc Hennig publiait sa Brève histoire des fesses, où il déplorait que ce chef d’œuvre de la nature, cet orbe double qui témoigne à lui seul de la rotondité de la terre, n’en déplaise à ces abrutis de platistes, cette goutte d’eau suspendue et qui ne choit jamais, soit à ce point méconnu, voire diffamé. Tout juste adolescent, je chantonnais déjà la Vénus callipyge (1966) de Brassens :

« Nul ne peut aujourd’hui trépasser sans voir Naples
A l’assaut des chefs-d’œuvre ils veulent tous courir
Mes ambitions à moi sont bien plus raisonnables
Voir votre académie, madame, et puis mourir… »

alors même que j’ignorais tout de la statue de François Barois (1656-1726) et Jean Thierry (1669-1739), inspirée de chefs d’œuvre grecs et latins antérieurs, installée au Louvre et récupérée à Marly, où elle avait été installée vers 1683. récupérée à Marly, où elle avait été installée vers 1683.

Mais notre professeur de français-latin-grec, un certain Monsieur Jean auquel je dois beaucoup, sexagénaire qui nous paraissait centenaire et m’avait fait 1er en version latine avec 0 tout rond (les 40 autres ayant des notes négatives), avait pris un malin plaisir à expliquer aux débutants que nous étions le sens de καλός et de πυγή. J’en devins pygophile à vie — et j’aimerais mourir, un soir, sous un ciel rose, en tâtant un beau cul une dernière fois, comme dit presque Cyrano.

Pour l’anecdote, et pour rester dans le jeu des étymologies malicieuses, rappelons que « fesse » vient du latin fissa, pluriel de fissum, la fente, la crevasse — la fissure. Les Latins voyaient le sillon séparateur, là où nous sommes obnubilés par la rotondité fatale. Comme pour sinus, le sein — en fait la courbe, et non le téton. En Troisième, nous nous esclaffions chaque fois que le prof de maths parlait de sinus / cosinus, et nous mimions avec les mains, dans un espace fantasmé, les seins d’une divinité forcément idéale.

Félix Vallotton (1865-1925), Etude de fesses, c.1884


France 5, il y a deux ans, a produit un joli documentaire bien informé sur L’Art du derrière, une folle histoire des fesses, où immanquablement les réalisateurs évoquent le fameux tableau de Boucher (ci-dessus) présentant pour le première fois au monde effaré les mappemondes de Mademoiselle O’Murphy — entre 14 et 15 ans lors de la réalisation de la toile, je dis ça, je ne dis rien, c’était une autre époque — mais toutes les époques sont différentes et appliquer le Droit contemporain à des faits passés est june absurdité juridique qui ne peut contenter que des imbéciles… Louis XV, enthousiasmé par ces rotondités, fit convoquer la jeune fille à Versailles afin d’explorer par lui-même ces terres supposées vierges.

(À vrai dire, et picturalement parlant, je crois que je préfère L’Odalisque brune conservée au Louvre, et datée de 1745. La chemise relevée sur les reins, le visage tourné vers le spectateur, introduisent dans le tableau un mouvement absent des toiles suivantes, qui ne visent qu’à une impudicité naïve, un érotisme convenu.)

Comme dit alors l’inspecteur de police Jean Meunier, « on prétend que la petite Morfi, quatrième sœur et conséquemment la plus jeune servait de modèle à Boucher peintre, qu’il la peignit nue et donna ou vendit le tableau à M. de Vandières qui l’ayant fait voir au Roy, [celui-ci] ne put s’imaginer que le peintre ne l’ait ici beaucoup flattée, il demande à voir la petite Morfi et la trouve encore supérieure au tableau. »
Si bien que le monarque « bien-aimé » en fit l’une de ses « petites maîtresses » du Parc-aux-cerfs de Versailles — non présentée à la Cour, mais courtisane d’occasion. Cela dura deux ans, la belle accoucha, elle fut répudiée peu après, et mariée précipitamment avec Jacques de Beaufranchet. Le roi lui octroya pour l’occasion et pour services rendus une dot de 200 000 livres (0,31 g d’or fin sous Louis XV), soit aux environs de 800 000 euros contemporains, sans tenir compte de la différence sensible de prix entre les années 1750 et aujourd’hui. Bref, de quoi voir venir. La belle enfant n’était pas sotte, elle a accru sa fortune, acheté un hôtel particulier à Paris, puis une seigneurie à Soisy-sous-Etiolles, elle échappa à la guillotine d’un cheveu, contrairement à la Du Barry, et mourut riche et considérée en 1814 — à 77 ans, un bel âge pour l’époque. La fesse mène à tout.
Et elle n’a jamais convoqué la presse pour fustiger Louis XV…

Pourquoi diable parler des fesses de Marie-Louise ? Par pur plaisir — et parce qu’en ces temps où l’on se demande si une fille est susceptible de contrôler sa vie sexuelle vers 14 ou 15 ans, il serait temps de se souvenir que toutes les femmes sont différentes, et qu’il en est qui restent bébés jusqu’à un âge avancé, pendant que d’autres sont des pièges sur pieds dès qu’elles sont nubiles : c’est la position de Jean-Luc Hennig, défendue jadis dans les colonnes de Libération (quand Libé était un vrai journal) et dans la préface au recueil desdits articles, sorti chez Fayard (Sperme noir, 2006).

Jean-Paul Brighelli

808 commentaires

  1. Brève histoire des fesses

    Pourquoi « brève » ? Il faut qu’ils singent tous Hawkking …mais « Brève histoire du temps » c’était piquant,comme titre.

  2. elle n’a jamais convoqué la presse pour fustiger Louis XV…

    Y a-t-il un film oùJulie Godrèche (et pas Groderche!) montre ses fesses?

  3. d’autres sont des pièges sur pieds dès qu’elles sont nubiles

    et certaines sont même des violeuses!

  4. sexagénaire qui nous paraissait centenaire et m’avait fait 1er en version latine avec 0 tout rond (les 40 autres ayant des notes négatives)

    Une autre époque !

    Personne ne s’en offusquait:les notes sont un classement.

    Chirac en classe terminale à Louis le grand;deuxième en philosophie avec 10/20.

    Quel était la note du cinquième ?

  5. Histoires de fesses et de cul

    i) Dans le billet il est surtout question de fesses

    ii) Les deux epxpressions « histoires de fesses  » et « histoires de cul » sont quasi-synonymes;
    Exemple:

    Les histoires de fesses de Julie Godrècehe (pas Groderche!) ne m’intéressent pas.

    Les histoires de cul de Julie Godrècehe (pas Groderche!) ne m’intéressent pas.

    iii)Mais fesses et cul ne sont pas du tout synonymes.

    On dit: j’aime regarder des films de cul. On ne dit pas:j’aime regarder des films de fesses.

    iv) Les fesses incitent à la contemplation, le cul à l’action.

  6. « Que jamais l’art abstrait
    Qui sévit maintenant
    N’enlève à vos attraits
    Ce volume étonnant
    Aux temps où les faux-culs sont la majorité
    Gloire à celui qui dit toute la vérité. »

    Brassens en majesté.
    Le jour où cet homme a cassé sa pipe, j’ai réagi comme Desproges : j’y suis allé de ma larme.

  7. « Brève histoire des fesses »
    La carrière de Jean-Luc Hennig à Nancy a été aussi météorique que spectaculaire.
    Muté d’office au lycée de jeunes filles de Nancy, il n’y fit pas « long feu »

    UN PROFESSEUR AGRÉGÉ ANNONCE QU’IL PROPOSERA À SES ÉLÈVES L’ÉTUDE DE LA  » LANGUE OBSCÈNE  »
    Le Monde
    Publié le 07 janvier 1975

    https://www.lemonde.fr/archives/article/1975/01/07/un-professeur-agrege-annonce-qu-il-proposera-a-ses-eleves-l-etude-de-la-langue-obscene_2601181_1819218.html

    • Ah, les années 70…
      Agrégé de grammaire, de surcroît. La plus dure des agrégations.

  8. « et j’aimerais mourir, un soir, sous un ciel rose, en tâtant un beau cul une dernière fois, comme dit presque Cyrano »

    S’il n’y a que ça pour vous satisfaire…

    Le médecin était formel :il ne passerait pas la nuit, c’était l’affaire d’une heure pas plus. Driout se tenait à son chevet, fidèle, loyal et toujours aussi amoureux se remémora soudainement les dernières volontés de ce mourant qui gardait les yeux clos depuis quelques jours. Ce fut quelques minutes pas plus pour qu’il se décide à enfiler une jupe et s’épiler les jambes. Se tenant de dos dans la pénombre, il lui saisirait cette main molle et décharnée, lui ferait caresser le tissu par le dos de ce qui fut un battoir afin que ce touché lui traduise le vêtement et avant de poser sa paume sur la fesse de ce petit cul de torero dont Pierre était si fier et qui correspondait en tout point à la géographie de son souhait ultime. Et c’est dans un dernier souffle, après avoir esquissé un dernier sourire que Driout s’entendu dire de Jean-Paul « merci ».

  9. Si joliment dit et illustré par notre maestro, ce vieux coquin de lutineur.
    Va-t-on un jour redevenir raisonnable et redonner du goût pour certains de ces prodiges de la Nature, admirablement sculptés et peints, depuis l’Antiquité et… presque jusqu’à nos jours ?!

  10. Brighelli :
    « [Certaines femmes] sont des pièges sur pieds dès qu’elles sont nubiles. »
    Toute l’ambiguïté réside dans le mot « piège » :
    – s’agit-il d’un piège sciemment et volontairement tendu par ces jeunes femmes à peine pubères? (autrement dit : des « allumeuses » ?)
    – ou bien Brighelli parle-t-il de certains hommes, piégés par leurs propres pulsions (de pouvoir et de sexe) et qui s’avèrent incapables d’y résister ? (autrement dit : des prédateurs qui abusent de leur pouvoir sur des jeunes femmes physiquement désirables mais psychologiquement démunies, « innocentes », sans expérience, sans la maturité requise ?)
    Là est la question.
    (On a en permanence l’impression que Brighelli est infoutu de faire la différence entre le physique et le psychologique, infoutu de voir qu’une jeune fille de 15 ans peut avoir un corps désirable sans même comprendre en quoi et pourquoi il est attirant, se trouvant ainsi démunie devant les regards et/ou les gestes masculins envers elle.)

    • Je crois qu’on a le corps de sa psyché (pas de son intellect, hein, il y a une différence…)

  11. Mais qu’il se tape enfin des mecs le vieux pervers narcissique, le grand homosexuel refoulé qui se vautre dans ses fantasmes comme un nouveau-né dans son vomi.
    Après il faut reconnaître que le très grand âge arrivant au galop, le service chauffeur et infirmier sera peut-être moins bien fait qu’avec une meuf.

  12. (Jean-Paul, la demoiselle a peut-être raison… peut-être que… Vous voyez, quoi… Peut-être que vous seriez enfin heureux ?)

    • (Bon. En même temps, un homme qui découvre le bonheur ou l’amour à soixante-dix ans : vaut mieux pas. Nan, nan, mauvaise idée !).

  13. osip Gavrilovic 27 février 2024 At 14h30
    Brighelli :
    « [Certaines femmes] sont des pièges sur pieds dès qu’elles sont nubiles. »

    s’agit-il d’un piège sciemment et volontairement tendu par ces jeunes femmes à peine pubères?
    _________________________________________________________________________

    i) Dans certains cas, oui.

    ii) à peine pubères;nubiles ne veut pas dire à peine pubères

    (autrement dit : des « allumeuses » ?)

    Il me semble qu’une allumeuse (une taquineuse de zizi,disent les Anglais) est une meuf qui s’amuse à exciter le matelot sans aucune intention de passer aux actes.

    Bien différent de la jeune femme de quinze ans (âge du mariage du temps de Ronsard) qui séduit un mec et couche avec,en tirant de grandes voluptés.

  14. « fesse » vient du latin fissa, pluriel de fissum, la fente, la crevasse — la fissure. Les Latins voyaient le sillon séparateur, là où nous sommes obnubilés par la rotondité fatale.

    Notre obnubilation ne va pas jusqu’à nous faire oubler ce qui se cache dans cette fente.

    fesses,cul, trou du cul

    Le trou du cul est dissimulé dans la raie; Driout enculé expérimenté et courtois ,se donne la peine d’écarter lui-même ses fesses pour se faire enkhulationner par Dugong.

  15. Sur ce sujet, Brassens, encore et toujours :

    Un tablier de sapeur ma moustache pensez
    Cette comparaison méritait la fessée
    Retroussant l’insolente avec nulle tendresse
    Conscient d’accomplir somme toute un devoir
    Mais en fermant les yeux pour ne pas trop en voir
    Paf! j’abattis sur elle une main vengeresse

    Aïe, vous m’avez fêlé le postérieur en deux
    Se plaignit-elle, et je baissai le front piteux
    Craignant avoir frappé de façon trop brutale…
    Mais j’appris par la suite et j’en fus bien content
    Que cet état de choses durait depuis longtemps
    Menteuse, la fêlure était congénitale!

    Quand je levai la main pour la deuxième fois,
    Le cœur n’y était plus, j’avais perdu la foi
    Surtout qu’elle s’était enquise, la bougresse,
    Avez-vous remarqué que j’avais un beau cul?
    Et ma main vengeresse est retombée vaincue
    Et le troisième coup ne fut qu’une caresse.

    • Joli ! Merci Josip.
      Avec les déclarations (et pas d’amour) suivantes,
      on en reste vraiment sur le cul :
      Après que Tatal ait affirmé que la Caissière filait des armes à la Russie et que les « troupes de Poutine » étaient déjà là (toujours via la Caissière),
      voila-t-il pas que le Stéph’ S. rajoute que  » la présence de troupes occidentales ne feraient pas franchir ‘le seuil de belligérance’ « .
      (belligérance : le vocabulaire du Stéph’ s’enrichit).

        • » la présence de troupes occidentales ne ferait pas franchir ‘le seuil de belligérance’

          Ce n’est pas ce que dit le Kremlin…

          Mais bon Stollenberg et Scholz (et d’autres encore) ont dit:aucun projet d’envoie de toupes.

          • MOSCOW, February 27. /TASS/. A direct military conflict between NATO and Russia will be inevitable if Western troops are sent to Ukraine, Kremlin Spokesman Dmitry Peskov told reporters.

            « In that case, it’s not going to be about probability, but inevitability – that’s how we assess it, » he said, when asked how the Kremlin assesses the probability of a direct conflict between NATO and Russia in the event that Western troops are sent to Ukraine.

            https://tass.com/politics/1752149

          • « toupe » (Lormier) –
            McRon est donc le seul avec un peu de « toupe »t.
            De même qu’il n’hésite pas à inviter « chez lui » Mbappé et l’Emir du Qatar.

            (Zahia n’est pas invitée ; pas de lapsus possible, comme celui de Biden avec la reine Rania de Jordanie, la nommant « queen Rihanna »).

        • Ben si… Et ça ne reste pas une évidence pour moi, ce qui tend(rait) à prouver qu’il n’est pas facile de se débarrasser d’ une « erreur » répétée depuis bien des années…

  16. Jean-Paul Brighelli 27 février 2024 At 17h38
    Et Zahia, elle avait quel âge quand elle a commencé à faire l’escort, comme elle dit ?

    Zahia est très logique:

    « J’étais jeune et je voulais avoir des relations sexuelles. Je ne voulais pas rester vierge. Et puis je me suis dit : j’ai quoi comme possibilités ? Toutes les filles de mon âge avaient un petit copain, elles étaient amoureuses pendant un mois, puis elles étaient tristes, puis elles changeaient (…) Je savais que ça allait être juste une perte de temps, que ça n’allait me mener nulle part. Je me suis dit : autant avoir des relations sexuelles et gagner quelque chose en retour. Je trouvais ça plus excitant. Et je n’aimais pas du tout les hommes de mon âge, je ne les trouvais pas intéressants », a expliqué la jeune femme aujourd’hui âgée de 25 ans à Antidote Magazine.

    https://www.leparisien.fr/laparisienne/people/zahia-explique-pourquoi-elle-a-commence-a-se-prostituer-a-16-ans-21-11-2017-7405950.php#:~:text=Sa%20solution%20%3F,voulais%20avoir%20des%20relations%20sexuelles.

  17. En effet. Cette gamine, quand bien même son aspect physique la rendrait désirable et ferait d’elle, à son insu et à son corps défendant, un « piège sur pieds » (le lien donné par cyrano58 ne dit rien de tout cela), n’a aucune responsabilité dans l’agression dont elle a été victime.
    L’agresseur : « un gros porc salafiste aviné », selon cyrano58, qui ajoute ici une caractéristique de son cru, absente du lien qu’il donne, sauf erreur de ma part.
    Le lien qu’il donne évoque un gros porc aviné. Rien d’autre. C’est déjà largement suffisant pour expliquer l’agression d’une gamine de 12 ans.

    • Josip, enfin seriez-vous aussi andouille que ne l’est Lormier ?

      Zahia n’est pas arrivée seule sur le marché de la prostitution à 15 ans, on lui a mis le pied à l’étrier. On lui a fourni les clients qui ne sont pas tombés du ciel sur son petit bout de trottoir du neuf cube. Ce témoignage est celui d’une prostituée qui ne veut surtout pas balancer son souteneur qui risque très gros pour un trafic sur mineur.

    • JG, on parie que c’est un gros porc sale à fist?
      C’est d’ailleurs uniquement pour cela que l’article ne donne aucune précision. Dans les médias politiquement correct, l’absence d’info est une info.
      Un pays qui ne protège pas ses enfants mérite de crever.

      • Je radote: les pédos, faut les buter.
        Pas de débat, pas d’explication, pas de dissertation, pas chercher à comprendre ou expliquer.
        Un pédo, on le bute. Après, on passe au suivant.

  18. Comptine –
    Après à la guerre en avoir appelé,
    Et tandis qu’à l’Elysée il dînait,
    En compagnie de l’Emir et de Mbappé,
    Par la Russie fort bien aidée,
    La Caissière en a profité,
    Pour voler tous les secrets Sécurité,
    Des J.O. de cet été…

  19. cette goutte d’eau suspendue et qui ne choit jamais

    Dieu donne à la femme une paire de fesses;à elle de les travailler pour leur donner la forme idéale (ou s’en rapprocher);fesses en forme de gouttes d’eau, de larme (disent les Anglais).

    Par notre travail, disait Karl Marx,nous transformons le monde.

    https://www.youtube.com/watch?v=ymEX2aa5ffk

  20. cette goutte d’eau suspendue et qui ne choit jamais

    Dieu donne à la femme une paire de fesses;à elle de les travailler pour leur donner la forme idéale (ou s’en rapprocher);fesses en forme de gouttes d’eau, de larme (disent les Anglais).

    Par notre travail, disait Karl Marx,nous transformons le monde.

    https://www.youtube.com/watch?v=ymEX2aa5ffk

  21. Cyrano58 :  » dans les médias politiquement correct, l’absence d’info est une info. »
    Vous avez entièrement raison sur ce point, c’est d’ailleurs un angle d’analyse fréquemment utilisé par les gens d’acrimed. Vous voyez, vous y venez vous aussi…
    La décision de ne pas informer, tout comme celle de ne pas s’informer (« je ne veux pas savoir! »), donnent des informations révélatrices sur les intéressé.e.s. (cf. mes deux derniers posts sur le fil précédent).

    • On en revient à « d’où parles-tu camarade? ».
      Et l’info orientée n’est pas de l’info: c’est de la subversion.

  22. On a connu des ingénieurs loufoques qui travaillaient sur la conception d’une sphère pyramidale.
    Brassens, toujours lui, et décidément très inspiré par l’arrière-train féminin, avait sur eux une strophe d’avance :

    « Elle m’emmerde, elle m’emmerde, et m’oblige à me cu-
    -rer les ongles avant de confirmer son cul
    Or, c’est pas callipyge
    Et la charité seule pousse ma main résignée
    Vers ce cul rabat-joie, conique, renfrogné
    Elle m’emmerde, vous dis-je ! »

    Le cul conique imaginé par Brassens est-il le point de départ de la conception de la sphère pyramidale ?
    Nous aurions là un cas passionnant de jonction entre littérature et physique.

  23. Paul et Vanessa (suite du brouillon)

    Vingt décembre, premier jour des vacances scolaires.
    Sylvie informe Paul que Kokou ne viendra pas , il a obtenu un poste de contractuel au lycée francais de Lomé, il reviendra quand il sera marié avec une française (ou une allemande, il hésite encore) .
    – Bonne nouvelle, cette invitation était totalement incongrue.
    – Modère ton langage s’il te plaît . Tu invites une ancienne élève réunionnaise, alors j’invite un stagiaire togolais, un partout ! La congruence t’avait échappée, lapin ?
    Et l’intention était d’occuper Monica.
    Enfin et surtout, trois femmes pour un seul homme à Noël, même pas peur ! Je n’y ai jamais cru.
    Je t’ai connu tellement plus timide.
    Heureusement, notre fils Antoine et son épouse ont pu se libérer et seront là demain matin.

    • Héberger Kokou pouvait être risqué;la situation de ce Togolais ne semble pas régulière:il a fourni de faux papiers pour se présenter à l’agrégation. (Je m’étonne d’ailleurs qu’il puisse être recruté par un lycée français de l’étranger.)

      L’hypothèse « une grosse bite pour Noël » tombe à l’eau; reste cette autre:un gode ceinture pour Monica qui va « enculer »Paul sous le regard attentif de Virginie;

      (à suivre:illustration vidéo)

  24. Josip Gavrilovic 28 février 2024 At 9h28
    On a connu des ingénieurs loufoques qui travaillaient sur la conception d’une sphère pyramidale.
    ________________________________________________________________________

    Sur certains forums, on s’interroge sur la question suivante:existe-t-il un terme mathématique pour décrire la forme d’une larme ?

    La question est oiseuse,puisque toutes les larmes n’ont pas la même forme;la partie arrondie n’est pas nécessairement un arc de cercle.

  25. Joue de la fesse (sa partie latérale).

    Pour moi,si elle est entièrement convexe,c’est pas beau. Il faut qu’il y ait une fossette,qui se creusera nettement pendant la marche.

    L’esthétique de la fesse a changé;nous aimons un peu plus de tonicité que nos anc^tres du 16ième ou 17ième.

  26. cette goutte d’eau suspendue et qui ne choit jamais

    Suspendue à quoi ?

    Une goutte de pluie qui glisse sur une vitre n’a pas du tout la même forme qu’une goutte de pluie en chute libre.

    • 😊 – Si on touche du doigt le Greenland – fesse droite – peut-on aller le réchauffer dans la fente du milieu – genre faille de San Andrea – sans se prendre un big one dans la gueule ?

  27. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Vingt deux décembre.
    Virginie et Monica sont arrivées dans l’après-midi, les valises remplies de cadeaux.
    La veille, un livreur a déposé une demi-douzaine de bouteilles de Champagne d’une des marques les plus prestigieuses.
    Elles sont magnifiques, la fille comme la mère. Sylvie, éblouie par leur beauté, reste muette pendant quelques instants, statufiée. C’est Paul qui prend la parole pour les accueillir, après les avoir embrassées chaleureusement.
    -Bienvenue dans les Vosges, le voyage n’a pas été trop éprouvant ?
    -Ce fut long mais nous avons passé deux nuits à Paris pour nous reposer, nous avons parfaitement récupéré.
    Sylvie, remise de ses émotions, leur fait visiter la maison pendant que Paul se charge de transporter les lourdes valises .
    Au repas du soir, Antoine, son épouse Stéphanie et Monica furent très peu bavards, c’est Virginie qui alimenta et anima une grande partie de la conversation.

    • Champagne d’une des marques les plus prestigieuses.

      A mon avis il serait plus simple et plus efficace de donner la marque;du concret.

      Sylvie, éblouie par leur beauté, reste muette pendant quelques instants,

      Sensible à la beauté féminine ? Lhypothèse triolesque reprend du poil de la bête.

  28. abcmaths 28 février 2024 At 18h50
    Dom Pérignon, ça vous va ?

    Ca dépend; Virginie est-elle une connaisseuse ou simplement une meuf pleine de fric qui achète chez LVMH ?

  29. Virginie et Monica sont arrivées dans l’après-midi, les valises remplies de cadeaux.

    Il serait intéressant de savoir ce qu’il y a dans ces valises.

    Et si la rusée Sylvie avait pris contact avec Virginie,sans rien dire à Paul ? Si elle lui avait parlé de son projet d’enculation de Paul à l’aide d’un gode-ceinture ? Et si elle lui avait demandé de s’en procurer un à Paris chez la fille Rykiel ?

    • (ça n’a pas dû être facile de vivre à l’ombre de Sonia R. ; quant à vivre à l’ombre de Bernard A., brrrr…)

  30. L’imagination debordante de Lormier est impressionnante.
    Et si Paul s’imaginait en curé, avec une calotte ?
    Oui…

  31. abcmaths 28 février 2024 At 22h30
    L’imagination debordante de Lormier est impressionnante.

    Non. L’imagination de Lormier est très cadrée,bornée par les données du texte.

    On ne sait pas ce que contiennent les LOURDES valises. Si Paul se montrait récalcitrant,il faudrait peut-être le menotter,l’enchaîner…Outre le gode-ceinture,il y a peut-être tout un matériel d’entrave dans les valises. Qui sait ?

  32. En 2021,l’ACOG (American College of Obstetrician-Gynecologists) a changé de point de vue sur les injections d’ARN mensonger aux femmes enceintes;jusque là,il était plutôt réservé, laissant le choix aux futures mères;à partir de 2021,il s’est mis à faire la prmotion de ces injections.

    Pourquoi ?

    Selon, James Thorp,gynécologue-obstétricien américain, c’est tout simplement parce qu’il a reçu des millions de dollars du gouvernement américain.

    Selon ce médecin ,le budget de propagande a été phénoménal,se chiffrant en milliers de milliards de dollars.
    On rappelle que la vaccination des femmes enceintes a toujours été extrêmement restreinte,que la prudence commande de ne pas le faire-sauf cas exceptionnels.

    https://www.ama-assn.org/delivering-care/public-health/qa-ob-gyn-working-sway-vaccine-hesitant-pregnant-patients

    • Lormier,

      Des milliers de milliards de dollars ça fait du 10@12…Cela me semble beaucoup qu’une opération de com dépasse le chiffre d’affaires du produit à promouvoir…

      • Selon les complotistes,il ne s’agissait pas simplement de promouvoir des produits pharmaceutiques,mais de modifier radicalement la politique de santé mondiale.
        Les non-complotistes préfèrent appeler ces sommes des « stimulus économiques ».
        (Mais,pour faire croire à la pandémie,il fallait bien arrêtre l’économie et payer les gens à ne rien faire.)
        Aux Etats Unis les « sociétés savantes « ont été copieusement arrosées pour publier des « études » « montrant » l’efficacité et la sûreté des prétendus vaccins.
        Les cliniques aussi ont été copieusement arrosées pour qu’elles adhèrent à la doctrine officielle et virent leurs médecins dissidents.

        (Complotiste de haut vol :le Docteur James Thorp, gynécologue-obstétricien -plus de 40 ans de pratique-,viré de sa clinique.)

  33. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Après avoir évoqué brièvement la chaleur humide très pénible de l’été austral et autres considérations météorologiques sans intérêt, Virginie questionna Sylvie et Paul sur l’Histoire des Vosges. Et Sylvie surtout, Paul dans une moindre mesure, furent mis en échec plusieurs fois. Virginie, la Réunionnaise, qui avait passé la plus grande partie de sa vie sous les tropiques, connaissait bien mieux l’histoire de France et en particulier celle de la Lorraine que leurs hôtes vosgiens. Sylvie et Paul apprirent donc, entre autres exemples et ils furent nombreux, que c’est Napoléon Bonaparte qui a renommé la fameuse « place des Vosges » de Paris en l’honneur du département vosgien qui fut le premier à s’être acquitté de l’impôt sous la Révolution française.
    Malgré le champagne, deux essais de contrepèteries de Sylvie et les tentatives de Paul de réorienter la conversation sur le sujet des sentiers de randonnées qu’il maîtrisait bien davantage, Sylvie et Paul, les professeurs, subirent une leçon d’Histoire, sévère, blessante.

  34. Le poids des mots et (bientôt ?) le choc des photos – (suite) :
    MonÂnne et McRon promettent de faire trempette dans la Seine, pour les J.O.
    Un lâcher de piranhas affamés serait-il un plus pour Paris-Match ? – sous peu dans le giron de Bernard A.

  35. Sylvie et Paul, les professeurs, subirent une leçon d’Histoire, sévère, blessante.

    Et voilà! Le désir de domination de Sylvie se heurte à plus fort qu’elle.

    Avec Paul ,Sylvie peut dominer sur plusieurs plans. Intellectuellement elle lui est bien supérieure:elle est agrégée de maths,spécialiste de théorie de la mesure,et lui agrégé de physqiue.
    Dans la vie quotidenne, elle le rabaisse:quand votre épouse vous annonce qu’elle a invité un jeune collègue très beau et très intelligent dont elle ne vous avait jamais parlé,vous êtes meurtri jusqu’au tréfonds de l’âme.
    Sexuellement,elle lui fait comprendre qu’il n’est pas à la hauteur.
    Pour Noël, elle a un plan cruel, j’en suis sûr.
    Mais elle pourra difficilement y associer Virginie.
    C’est sans doute à Monica que reviendra la tâche de se harnacher du gode-ceinture et d’enculer Paul.

  36. Jean-Paul Brighelli 29 février 2024 At 10h35
    Mon cher, je peux vous présenter à une dame (jeune) qui vous soumettra avec du cuir et des chaînes.

    Merci pour cette délicate attention…mais non merci:je ne suis pas Paul.
    abcmaths est un feuilletoniste hors pair;il appâte le lecteur de diverses manières, le lance sur de fausses pistes, le tient en haleine.
    Sylvie est une « femdom », Virginie sans doute aussi;le monde de Lormier est très éloigné de celui du roman.

    (Mais envoyez toujours la photo de la meuf-équipée du gode-ceinture,si possible;)

  37. WTH 29 février 2024 At 17h58

    Le professeur C. Perronne rentre de Washington et du « International Crisis Summit »…
    ——————————————————————————————————
    Il dit avoir entendu d’intéressantes communications sur les techniques de manipulation utilisées au Etats Unis;il faudra que j’aille sur le site.

  38. WTH 29 février 2024 At 0h08
    (ça n’a pas dû être facile de vivre à l’ombre de Sonia R.

    Nathalie Rykiel (qui a ouvert la boutique Woman, où l’on trouve des accessoires pour la baise)
    semble épanouie.
    Tiens, elle a écrit un roman « Les lèvres rouges ». (à moins qu’elle ne l’ait fait écrire par le nègre Brighelli).

  39. Ne pas croire que l’opération « PLANDEMIE » ait eu pour seul but de faire gagner (beaucoup) d’argent à Big Pharma. C’est une gigantesque opération de guerre contre les peuples.

    On a mis à l’arrêt des économies entières, terrorisé les populations et tenté de mettre en place des changements considérables:liquidation des principes fondamentaux de la médecine (remontant à Hippocrate), liquidation des systèmes de prtection sociale, mise en cause des principes établis à Nuremberg à l’issue de la seconde guerre mondiale.

    En France,on interdit aux médecins de soigner,un parti néo-nazi, le parti socialiste, demande tranqillement qu’on rende obligatoires les injections d’ARN mensonger,le président Macron ordonne la liquidation des vieux au Rivotril (s’il y a suspicion de covid), et propose maintenant de supprimer les dispositions concernant les maladies de longue durée.

  40. Paul et Vanessa (suite du brouillon)

    Cette nuit là, Sylvie ne parvient pas à s’endormir.
    – Dis quelque chose Paul ! Tu ne me l’avais bien décrite comme une élève peu expansive, repliée sur elle-même, presque un peu niaise, incapable d’équilibrer une réaction chimique élémentaire, je n’ai pas rêvé ?
    – Oui, mais ça, c’était il y a quarante ans, peu après son viol, Sylvie; elle a progressé depuis.
    – Donc, ton invitée nous humilie et tu t’en fous ?
    – Je n’ai pas dit cela, mais je suis un peu désemparé, elle est indiscutablement beaucoup plus cultivée que nous. Des ignorants, des incultes, voilà ce que nous sommes. Pendant les trois jours que j’ai passé chez elle, ce fossé culturel ne m’était pas apparu, il est vrai que nous n’avions pas parlé d’Histoire de France mais presque exclusivement de son passé intime. Je reconnais que si elle récidive tous les jours, c’est un problème qui va être difficile à gérer et d’autant plus qu’elle ne m’a pas parlé de la durée de son séjour.
    – Quoi ? Tu ne connais pas la date de leur retour ?

    • Allez, n’y pensons plus;baisons.Je sens que pour une fois,elle est dure.

    • « incapable d’équilibrer une réaction chimique élémentaire »

      On n’équilibre pas une réaction chimique (causement alakh). En revanche, elle est soumise à la loi générale de conservation des éléments dont je serai curieux de lire les formulations des communs tâteurs

    • « incapable d’équilibrer une réaction chimique élémentaire »

      On n’équilibre pas une réaction chimique (causement alakh). En revanche, elle est soumise à la loi générale de conservation des éléments dont je serai curieux de lire les formulations des communs tâteurs.

  41. La France, sous Macron,a contracté une dette gigantesque (pour lutter contre la « pandémie »).

    La dette est un moyen extrêmement efficace d’asservissement des peuples.

    Désormais (et pour longtemps) l’initiative politique sera conditionnée par le paiement de la dette.

    Le Maire parle déjà de s’emparer de l’épargne des Français pour la faire « fructifier »

  42. Lormier :
    « La dette est un moyen extrêmement efficace d’asservissement des peuples. »

    Oui.
    La dette donne aux marchés l’essentiel du pouvoir. Les peuples votent en croyant confier le pouvoir aux gens pour qui ils votent. La réalité est tout autre, elle se décline en trois volets :
    1. Les marchés gouvernent.
    2. La technostrusture administre, au mieux des intérêts des marchés * .
    3. Les élus – y compris le prétendu pouvoir exécutif issu des élections – occupent le terrain médiatique et histrionisent jusqu’à plus soif dans ce grand cirque corrompu.
    Ce triptyque infernal a été analysé en long, en large et en travers par à peu près tous les économistes et penseurs etiquettés extrême-gauche. Cette extrême-gauche si souvent vilipendée dans notre pays, y compris sur ce blog parfois déprimant où il est de bon ton de porter aux nues un Charles Gave et de mettre un Frédéric Lordon plus bas que terre…

    La phrase de Lormier que je cite au début de ce post pourrait pourtant être le déclencheur d’un grand virage révolutionnaire négocié par les intervenant.e.s habituel.le.s de ces lieux. Mais je sais hélas qu’il n’en sera rien.
    Je termine donc ce post avec l’apostrophe bien connue : « Intervenant.e.s de ce blog, vos constats étant souvent judicieux, allez, encore un effort pour être révolutionnaires ! »

    * La technostructure administre au mieux des intérêts des marchés : je n’oublierai jamais cette phrase prononcée par Christine Lagarde alors Ministre des Finances, fin 2003, quelques mois après la réforme des retraites version 1.0 : « Notre réforme des retraites a rassuré les marchés ».
    Le journaliste qui l’interviewait n’a pas jugé utile de lui demander si c’était le but recherché, et si l’objectif d’un gouvernement n’était pas plutôt de rassurer son peuple.

    • çayest ! le « révolutionnaire » josip a tout compris !
      On lui rappelle que (ses) ces judicieuses remarques et analyses ont été faites et répétées bien avant son idole Lordon ! (sans aller jusqu’à évoquer le financier Gave).
      Nous nous permettons de lui rappeler qu’aucun journaleux n’est capable de, ou même si, pas autorisé à, poser une question intelligente ;
      de même que nous lui suggérons d’écouter un Ph. Murer ou de lire une V. Bugault, parmi d’autres…
      Encore un effet, camarade !

      • WTH
        1 mars 2024 At 12h30
        Le « révolutionnaire » josip a tout compris.

        Il a surtout compris que le seul moyen de faire avancer le schmilblick était de se bouger le cul.
        Ce qu’il fait. A son petit niveau, à son échelle locale limitée, avec ses modestes moyens.
        Mais il n’est pas seul. Il est accompagné de gens qui ont la même approche que lui, de gens qui ont compris qu’il n’y a de solution que collective.
        De gens qui, comme lui, savent que les petits ruisseaux font les grandes rivières.

        • Ben oui ! ça fait plus de cinquante ans que je l’ai compris… N’allez pas me faire la leçon, vilain Josip !

  43. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    -Non.
    Quand elle nous a invité à la Réunion, elle a précisé que l’on pourrait rester autant que nous le désirerions. Par conséquent, en retour, un peu légèrement je le reconnais, j’ai dit la même chose pour notre disponibilité à Gérardmer.
    -Aïe, aïe, aïe.
    -Il va falloir que je l’épuise en randonnant à fond dans les sentiers enneigés dans la journée, elle est venue pour la neige, je vais lui en faire sucer, avaler…
    Et qu’on oriente les discussions du soir sur des sujets scientifiques, je ne vois pas d’autres solutions.
    -Aïe, aïe, aïe. On est dans le pétrin. Il y a peut-être d’autres moyens plus coercitifs.
    La nuit porte conseil, endors-moi, lapin .

  44. Josip Gavrilovic 1 mars 2024 At 10h59

    Ce triptyque infernal a été analysé en long, en large et en travers par à peu près tous les économistes et penseurs etiquettés extrême-gauche.
    ———————————————————————————————————
    Stiglitz n’ a jamais été étiqueté extrême gauche et pourtant,il en a parlé de la dette comme moyen d’asservissement…

    Greg Palast (Le pique nique des vautours) est plus radical que Stiglitz mais quand même…

  45. Josip Gavrilovic 1 mars 2024 At 10h59
    le déclencheur d’un grand virage révolutionnaire négocié par les intervenant.e.s habituel.le.s de ces lieux.

    Josip Gavrilovic recrute des révolutionnaires chez les lecteurs du Maestro; la moyenne d’âge dépasse 70 ans.

    • Eh bien disons qu’au delà de l’aspect un peu amusant de l’idée de transformer ce blog en rampe de lancement du changement radical de paradigme que le monde espère et attend (on appréciera ma parfaite maîtrise de la langue de bois en vigueur dans les medias), je m’inspire de deux constats :
      1. Selon Brighelli lui-même, « il n’y a de révolution que conservatrice ». Le commentariat de BdA a donc vocation à en être le fer de lance.
      2. BdA est le lieu privilégié – pour certain.e.s – de la lamentation et de la déploration. J’offre donc au commentariat de cet estimable blog l’occasion de sortir de ces lamentations et déplorations improductives, et de passer à quelque chose de plus actif, de plus productif, de plus excitant aussi, quelque chose qui soit de nature à animer les déambulateurs, à emballer les pacemakers, à affoler les maisons de retraite intériorisées.

  46. je vais lui en faire sucer, avaler…

    Le mot « sucer » n’est jamais innocent.

  47. i) On ne sait toujours pas ce que contiennent les loudes valises
    ii) Ce couple (Paul et Sylvie) est étrange, puéril:il croit avoir subi une interrogation écrte ilse sent humilié parce que leur invitée leur a appris des choses dur l’histoire de leur région.
    Paul le cave, se rebiffe:il va crever Virginie sur des sentiers de randonnée !

    Il rira moins quand il aura un gode dans le cul !

    • invitée qui était subjuguée quand elle fut son élève, je vous le rappelle.

  48. WTH 1 mars 2024 At 12h41
    (« endors moi, lapin » – ouaf ! dodo, l’enfant do…)

    Comment ?

    Après l’amour,on s’assoupit.

    (NB Je rappelle que Paul a constaté une érection et qu’il l’a mentionnée.)

  49. abcmaths 1 mars 2024 At 16h32
    croquer ?
    croquer de la neige ?

    Quand Paul dit :  » je vais lui en faire sucer, avaler… » [de la neige], il pense:elle va me sucer la bite,elle avalera mon sperme.

    C’est ce que votre premier jet suggérait parfaitement.

  50. (Josip, 16h10) : « actif », « productif », « excitant » –
    Et bien c’est là-même le principe de ce blog, Josip !
    Nous ne sommes que de vieux gamins, sans illusion, de temps en temps un peu plus sérieux…
    à l’image de notre maestro.
    Vous verrez quand vous prendrez de l’âge !

    • (erreur de manip ci-dessus) –
      Grand merci au maestro de rappeler le danger de l’islam (en GB où il est même par endroit bien installé, et fait respecter ses lois), et même aux EU, où,
      comme prévu,
      les choses se retournent contre ces abrutis de lgbêtis(t)es :

      « À Hamtramck, dans la banlieue de Detroit, les gogos féministes et LGBT ont puissamment contribué à l’élection d’une municipalité islamiste. Résultat, il n’y a plus de femmes au conseil municipal, et le drapeau LGBT est partout interdit. »

      (j’avais d’ailleurs signalé l’article dans un post précédent).

      Il va falloir se décider à réagir, pour de bon ; va-t-il falloir un autre meurtre d’enseignant ?
      ce n’est pas le « soutien » de Belloubet qui changera quoi que ce soit !

      Tout doit être repris, de A à Z (règlements, programmes…),
      et il faudra, pour de bon, là encore, que les « progressistes » ferment leur gueule,
      sinon l’islam continuera, inévitablement, son avancée.

      Et merci, au passage, à Marianne : que la Presse s’occupe de ce qui nous préoccupe, nous, très directement, sur notre sol, et même nous menace, chaque jour d’avantage.
      Tant que l’islam garde les mains libres, il ne fera que gagner du terrain, et la situation deviendra de plus en plus difficile.

      https://www.causeur.fr/voile-islamisme-lycee-ravel-les-enseignants-francais-entre-laicite-compromissions-et-collaboration-277632

      • (et je repense à « touche pas à mon pote » – début années 80 – c’était bien la pire des choses à faire, en l’espèce !
        Mais bon, c’est ainsi que les choses se passent, lorsque une « gauche » décide… d’abandonner le « social » – et donc le peuple – pour le « sociétal » – et donc choisit de favoriser… « l’extension du domaine du capital ».)

        • Belgique : on se rappelle le barbu récemment invité au Parlement belge.
          Suella Braveman, au Parlement britannique : « Islamists now in control of Britain… »; bullying us into submission » titre même une certaine Presse.
          S. Braveman ne mâche pas ses mots, mais la situation empire … d’autant que, là aussi, la « bien-pensance » continue de défendre le « multiculturalisme », comme Nesrine Malik qui (évidemment) écrit pour la Guardian, et s’est insurgée contre « l’islamophobie ».
          (quand on lit qu’elle a obtenu « le Orwell Prize for her work on Britain’s « social evils » in « exposing the hostile environment »…
          Pauvre Orwell…)

  51. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Cette nuit fut difficile. Malgré les efforts soutenus de Paul, la courbure parabolique de la verge de Paul ne suffit plus à satisfaire pleinement Sylvie dont les exigences, elles, ne faiblissent pas.
    Le lendemain matin, il hésite à revoir à la baisse le plan de randonnée qu’il avait prévu pour épuiser Virginie.
    Satisfaire l’appétit insatiable de Sylvie la nuit, affaiblir Virginie par de longues marches en raquettes le jour tout en gardant suffisamment d’énergie pour affronter dignement une éventuelle controverse intellectuelle le soir, cela n’est indéniablement pas tenable dans la durée.
    Ne plus être à la hauteur face à Virginie, qu’il avait autrefois subjuguée, serait une déchéance insupportable.
    Paul est nerveux. Puis se décide. Ce sera le jet de la Bourrique , Monica sera comblée.
    Avec la neige, c’est très osé, mais tant pis.

  52. Observons ce qui se passe dans la bande de Gaza, et essayons de trouver les mots appropriés pour le décrire.
    Sachant qu’aux yeux de beaucoup, l’attaque signée Hamas du 7 octobre méritait d’être nommé « pogrom », est-ce que ce que fait Tsahal dans la bande de Gaza mérite d’être appelé « ratonnade de masse » ? En toute logique et en toute cohérence, s’il y a eu pogrom le 7 octobre, il y a aujourd’hui ratonnade de masse, et ce depuis plusieurs semaines.
    Pour ma part, je récuse les deux termes.
    Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de massacres de masse. Différents dans leur durée ( et donc dans le nombre de victimes, beaucoup plus élevé à Gaza) et dans la méthode, certes, mais identiques dans leur nature : on tue des civils sans défense, pas des soldats ou des combattants.

  53. Concernant le nombre de victimes depuis que Tsahal pilonne la bande de Gaza, même si les chiffres annoncés par le Hamas doivent être légitimement soumis à un doute raisonnable (tout comme le nombre des victimes israéliennes), il semble clair que ce nombre de victimes est extrêmement élevé, nombre de victimes à 5 chiffres à coup sûr.
    On en saurait un peu plus si l’armée israélienne n’empêchait pas la presse et les correspondants de guerre de rendre compte du déroulement des événements, entraves et obstacles visiblement soigneusement programmés et organisés.
    Le nombre de journalistes, reporters et correspondants de guerre morts à Gaza depuis 3 mois est tout simplement hallucinant.
    Quand on s’attaque à la presse, quel est le mot qui désigne le mieux un tel comportement ?

    • Mediapart avance le chiffre de 81 journalistes tués à Gaza depuis 3 mois. D’autres sources évoquent une bonne centaine.
      On entend des témoignages qui se recoupent, selon lesquels les journalistes sont délibérément visés par les soldats israëliens.

      • Tout à fait possible ! Encore une fois, qu’en disent les pays du Golfe, l’Iran…?

        • Serait-ce qu’eux aussi ne se préoccupent guère du sort des Palestiniens ?
          … de même qu celui de ces journalistes qui tentaient de faire leur boulot ?
          On note, par contre, que l’interview de Vladimirovitch, bien que boudée par la « Presse », a été vue par des millions de gens, et qu’on laisse s’exprimer « l’ultraconservateur »
          Carlson (Etonnant, non ?).

      • Il y a des « journalistes  » qui portent les armes et tirent sur les soldats israéliens.

        • Source ?
          Si source uniquement israélienne, doute raisonnable ? Oui? Non?

          • Le Vietnam a été la dernière guerre où l’armée n’a pas contrôlé toute l’information.
            Tout le monde ment — le sommet, dans le genre, ce fut la Bosnie. Vous vous rappelez le sémillant officier britannique qui débitait des mensonges énormes avec un franc sourire ?

          • Il y a des images israéliennes;je n’ai pas davantage confiance en les déclarations du Hamas.

    • La « Presse » : aux ordres, là-bas, comme ici –
      Il n’est pas difficile d’imaginer que les gazaouis crèvent de faim, à la frontière égyptienne,

      pas plus qu’ici de constater que la « Presse » se garde de parler des méfaits de l’islamisation et sur le territoire français et ailleurs en Europe.

      De même que tout est fait pour taire le nombre de « victimes » du (supposé) « vaccin ».

      Botus et mouche cousue (comme disaient les Dupond-t).

      Ou comme disait Xavier Niel : « Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix » ? (la « Presse » ! 2018)

  54. Dugong 1 mars 2024 At 18h34
    On n’équilibre pas une réaction chimique (causement alakh).
    __________________________________________________________________________
    a) C’est un roman.
    b) Sylvie est un personnage de ce roman.
    c) Sylvie n’est pas physicienne.
    d) Elle déforme probablement une explication de Paul.
    e) Son langage est en parfaite cohérence avec ce qu’elle est dans le roman.

  55. Josip Gavrilovic 2 mars 2024 At 14h31
    Observons ce qui se passe dans la bande de Gaza…

    Comment peut-on faire ?

    • En croisant les différentes sources d’information provenant des principaux médias mainstream européens. Ça n’est pas une garantie tous risques sur le plan de l’impartialité et du sérieux, mais c’est pour moi la moins mauvaise option.
      Je ne fais confiance ni aux infos en provenance du Hamas ni à celles en provenance de Tsahal.

  56. Josip Gavrilovic 2 mars 2024 At 14h31
    Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de massacres de masse.
    __________________________________________________________________________

    Pendant la seconde guerre mondiale,un très grand nombre de civils allemands ont péri sous les bombes des alliés.

    Appelez-vous cela « un massacre de masse » ?

    • Dresde, massacre de masse, oui, l’appellation me convient.
      Comme Coventry 5 ans plus tôt.

      • A l’époque,il n’y pas eu de manifestations de soutien au peuple allemand.
        Mais les Britanniques, toujours « fair play », ont exprimé leur sympathie aux habitants de Dresde,des années plus tard. On ne sait pas si le bombardement de Dresde était « utile ». Mais Dresde ne résume pas toutes les pertes civiles.

        Pour tout ce qui n’est pas Dresde,vous parlez de massacres de masse ?

        PS Je vous rappelle que les tunnels ont des sorties dans des hôpitaux et des résidences privées;ce sont des installations militaires du Hamas.
        A Gaza, la frontière entre le civil et le militaire est floue.

        • Lormier : « Pour tout ce qui n’est pas Dresde, vous parlez de massacres de masse ? »

          J’hésite, il y a matière à débat. Rien n’est jamais aussi simple qu’on le voudrait…

  57. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Préparatifs dès huit heures du matin. Virginie et Monica ont déjà utilisé des bâtons de marche mais jamais de raquettes.
    Une bonne demi-heure de consignes pour l’initiation est nécessaire, en particulier sur la façon de charger son poids dans les pentes, sur l’avant des raquettes dans les montées, bien face à la pente dans les descentes, raquettes parallèles, jamais en  » chasse-neige » en chargeant cette fois l’arriere.
    Virginie et Monica sont très attentives, la météo prévoit une journée ensoleillée, Paul est confiant.
    Hèlas, Paul a pêché par excès d’optimisme.
    Si Monica s’est accoutumée très rapidement aux raquettes, il n’en fut pas de même pour Virginie. Après à peine un kilomètre parcouru laborieusement en plus d’une heure, dès la première montée, ce fut la chute. Virginie mordit la neige et se releva le visage blanchi par les restes de poudreuse collés à son maquillage. Monica lui porta secours, essuya avec son gant le visage dégoulinant de sa mère et Paul se contenta d’observer la scène sans prononcer un seul mot de réconfort. Plus de peur que de mal donc. Mais la technique du « taillage de marches », raquette pointant vers le bas, n’avait visiblement pas été assimilée.

  58. Hélas, Paul a péché par excès d’optimisme.

    Mais n’était-ce pas ce qu’il voulait? Qu’elle en chie, qu’elle suce de la neige, qu’elle en bouffe ?

      • avancé CNRTL
        « Il signifie aussi qui est en avance sur les autres dans l’ordre physique et intellectuel. Il a des idées avancées, Qui sont ou veulent être en avant des idées qui ont cours en son temps.  »

        Le Canada, pays très avancé;il est très en avance sur la France, par exemple en ce qui concerne l’euthanasie. Alors qu’en France, les politiques hésitent,traînent les pieds, au Canada l’euthanasie est ouverte au plus grand nombre:chômeurs sans logis, dépressifs chroniques,victimes des prétendus vaccins etc.

  59. La « Presse » (suite) –

    M. Onfray : bientôt une émission sur CNews (le samedi) –
    Ou comment Bolloré a compris qu’il fallait faire évoluer les mainstream, dans la mesure du possible… un peu à la façon américaine : cf T. Carlson, qui, après son licenciement de FoxNews, est maintenant suivi par des millions d’Américains (et a interviewé Vladimirovitch) ?

      • Dugong délaissant momentanément Newton, Einstein et les sciences dures pour s’aventurer sur des sols instables pouvant à tout instant se dérober sous ses pas….?
        Prise de risque inouïe !

  60. Lu dans le Vespéral : « Au lendemain des funérailles de Navalny, des centaines de Russes continuent de défiler devant sa tombe »

    Quels cons ces russes ! On leur avait pourtant certifié que le Navalny était ressuscité…

  61. Dugong 2 mars 2024 At 20h02
    Pas une raison pour écrire des conneries
    __________________________________________________________________________

    Décidément,je suis mauvais pédagogue;

    J’essaie encore.

    Vous condamnez aussi Molière ? Le docteur Purgon dit beaucoup de conneries.

    monsieur purgon.
    J’ai à vous dire que je vous abandonne à votre mauvaise constitution, à l’intempérie de vos entrailles, à la corruption de votre sang, à l’âcreté de votre bile, et à la féculence de vos humeurs.

    toinette.
    C’est fort bien fait.

    argan.
    Mon Dieu !

    monsieur purgon.
    Et je veux qu’avant qu’il soit quatre jours vous deveniez dans un état incurable ;

    argan.
    Ah ! miséricorde !

    monsieur purgon.
    Que vous tombiez dans la bradypepsie[6],

    argan.
    Monsieur Purgon !

    monsieur purgon.
    De la bradypepsie dans la dyspepsie,

    argan.
    Monsieur Purgon !

    monsieur purgon.
    De la dyspepsie dans l’apepsie,

    argan.
    Monsieur Purgon !

    monsieur purgon.
    De l’apepsie dans la lienterie[7],

    argan.
    Monsieur Purgon !

    monsieur purgon.
    De la lienterie dans la dyssenterie,

    argan.
    Monsieur Purgon !

    monsieur purgon.
    De la dyssenterie dans l’hydropisie,

    • Vlà que IAL, le cent-vingtenaire, se prend pour Molière ! L’euthanasie pour lui et ses proches semble la seule avancée raisonnable.

  62. Paul et Vanessa ( suite)

    Deuxième kilomètre en moins d’une demi-heure . Paul a fait comprendre à Virginie qu’il fallait absolument accélérer l’allure, la boucle de la randonnée totalisant huit kilomètres.
    Virginie obéit et donne son maximum.
    Deuxième pente, en descente cette fois, deuxième chute.
    Cela semble plus sérieux, Virginie ne se relève pas, reste immobile à plat ventre dans la neige. Monica est loin devant, Paul est donc contraint de ceinturer puis d’étreindre Virginie pour l’aider à se relever. Paul et Virginie enlacés dans la neige, la charge émotive fut très intense pendant un instant. Virginie reprit rapidement ses esprits, remercia Paul courtoisement et déclara forfait.
    -J’abandonne, c’est trop difficile.
    -D’accord mais Monica est déjà tout en bas de la descente, il nous faut absolument la rejoindre, je n’ai pas de téléphone pour la prévenir que nous faisons demi-tour.
    Enlève tes raquettes !
    -Quoi ?
    -Quand c’est bien dur, il faut les enlever.

  63. ça’y’est ! Le sirénien a retrouvé sa vitalité et frétille de la caudale. Quant à Paul, il reprend du poil de la bête ; bientôt à bout d’souffle…

  64. Dugong
    3 mars 2024 At 11h13
    Onfray servant la soupe à Bolloré c’est Spinoza encule Hegel…

    Vouloir à tout prix opposer irréductiblement Spinoza et Hegel me semble un raisonnement hâtif. Hegel a lu Spinoza et apparemment ne l’a pas compris. Mais le système spinozien l’a fasciné. Deux grands esprits qui ne se sont pas rencontrés…

    Quant à Onfray devenant salarié de Cnews, que dire…Il n’y a pas que la vieillesse qui soit un naufrage.
    Onfray fréquentait assidûment Kant, Hegel, Kierkegaard, Camus et Schopenauer. Il fréquentera désormais Laurence Ferrari. Il n’y a pas que la vieillesse qui soit un naufrage (bis).

    • « Tout commence, chez Hegel, par une reconnaissance : il y a dans la philosophie de Spinoza quelque chose d’exceptionnel et d’inéluctable. « Spinoza constitue un tel point crucial pour la philosophie moderne qu’on peut dire en fait qu’on a le choix entre le spinozisme ou pas de philosophie du tout (du hast entweder den Spinozismus oder keine Philosophie) . » Il faut en passer par Spinoza, parce que c’est dans sa philosophie que se noue le rapport essentiel de la pensée avec l’absolu, seul point de vue duquel s’expose la réalité tout entière, d’où il apparaît que la raison n’a rien hors d’elle-même mais comprend tout en soi. Ainsi toute philosophie, toute la philosophie devient possible.
      Pour Hegel, Spinoza occupe donc la position d’un précurseur : avec lui quelque chose commence. Mais il n’est justement qu’un précurseur : ce qui commence en lui n’aboutit pas, à la façon d’une pensée arrêtée qui s’ôte la possibilité de parvenir au but par elle pourtant indiqué. C’est pourquoi Hegel découvre dans l’œuvre de Spinoza tous les caractères d’une tentative avortée, empêchée par des difficultés insurmontables qu’elle a elle-même dressées devant sa propre progression. Ce savoir fondamental mais déchiré n’a donc qu’une signification historique : dans le processus d’ensemble de la philosophie, Spinoza occupe une position très particulière, d’où l’absolu est aperçu, mais saisi restrictivement comme une substance. Avec Spinoza, et son effort pour penser l’absolu, on prend date en quelque sorte, mais les limites historiques de cette pensée font qu’il est impossible d’aller plus loin, dans l’attente de ce point de vue final auquel Hegel est déjà installé, et depuis lequel il interprète rétrospectivement toutes les philosophies antérieures ».
      Pierre Macherey.

      • Ça, c’est un texte indispensable — et fondateur.
        Deus sive natura — ne jamais l’oublier.

        • Un texte de Sinoza ? ou de Macherey expliquant Spinoza ?

          NB Macherey est certainement un bon commentateur de Spinoza…mais l’écouter est horripilant:il a une voix de fausset.

      • L’inévitable attrape gugusse en mode sirénien ;
        mais c’était sans compter sur josip et même (exceptionnellement) sur jipé pour redresser la barre. *

        * d’un bateau PS dans les sables, que le gugusse Hollande finira d’enliser.
        .

    • Onfray à CNEWS c’est parce qu’il n’est plus invité sur le service public. La gauche wokiste et convertie au libéralisme économique fait comme Pinocchio: elle veut écraser le criquet qui incarne sa mauvaise conscience.

  65. Enlève tes raquettes !
    -Quoi ?
    -Quand c’est bien dur, il faut les enlever.
    ——————————————————————————————————-
    Délicieusement ambigu:
    i) sur neige dure, et en cas de forte pente,les raquettes n’offrent pas une accroche suffisante;mieux vaut les enlever (et chausser des crampons si on en a).
    ii) « c’est bien dur »;il peut aussi s’agir de la bite à Paul: cette étreinte impromptue aurait ranimé brusquement ses esprits animaux;on sait que, septuagénaire, il ne peut compteruant sur des érections de qualité. Sylvie s’en plaint assez!

  66. Dugong 3 mars 2024 At 6h34
    Vlà que IAL… se prend pour Molière !
    ——————————————————————————————————-

    Mais pas du tout !

    Comme il est difficile de se faire comprendre !

    Mais Dugong fait peut-être exprès…

    J’ai donné l’exemple de Monsieur Purgon pour illustrer l’idée que, dans une oeuvre littéraire, l’auteur donne à ses personnages un langage qui correpond à ce qu’ils sont. Purgon dit des conneries parce que c’est un pseudo-médecin.

    De même dans Paul et Vanessa, Sylvie,qui n’est pas physicienne, a des propos qui,pour un physicien, sont des props alakh.

    Il ne serait pas naturel, pas conforme à son personnage que , parlant de physique, elle employât un langage rigoureusement correct.

    abcmaths pourrait expliquer cela à Dugong mais je me demande s’il ne renonce pas d’avance.

  67. N’ayant lu ni Hegel ni Spinoza – au contraire de certains grands esprits ici présents –
    je maintiens que l’hydre mondialiste (occidentale) manœuvre pas mal, au niveau médiatique (la « Presse ») :
    comme d’hab, elle a commencé aux EU, avec T. Carlson,
    et c’est… M. Onfray qui montrera ici le bout de son nez – lequel, M. Onfray, est peut-être même persuadé, allez savoir, « moi je suis un honnête homme » – qu’il pourrait faire avancer le schmilblick (?!).
    (à noter que T. Carlson était déjà suivi par des millions d’Américains – Cnn, Nbc, puis FoxNews ! On est loin de M. Onfray).

    Un retour à un semblant de débats démocratiques deviendrait donc acceptable pour l’hydre.
    il s’agit de sauver les mainstream (le « narratif » unique atteint ses limites) et peut-être, de freiner, par là-même, « l’influence » réseautique (?),
    ceci, d’autant que le point d’asservissement dans les vies quotidiennes et dans les esprits semble atteindre son paroxysme –
    J’irais jusqu’à dire que l’idée même d’une bouleversement réel en devient utopique.
    Enfin, s’il reste, pour quelques uns, la possibilité de pouvoir (illusion ?) penser (voire parfois agir !) librement, c’est déjà ça d’gagné !

    • « de freiner, par là-même, « l’influence » réseautique (?), »

      Les gouverants, notamment le gouvernement français paie des individus pour lire ce qui se dit sur les réseaux sociaux et influencer les participants;ils ont des faux comptes,nombreux, contredisent, harcèlent lancent des thèmes.

      Pour les injections anti-covid,ils ont été des dizaines à attaquer tous ceux qui parlaient d’effets secondaires, de traitements précoces etc.

      Un sénateur (ancien médecin) pilote un certain nombre de ces « trolls ». Certains ont été démasqués ;ils doivent se défendre au tribunal car ils ont diffamé. Bien entendu les appuis politiques de ces énergumènes les laissent tomber;on leur donnait de l’argent,ils étaient en lien avec les puissants,c’était la belle vie…ils sont bien seuls maintenant.

      • Les « usines à trolls », les « fact-checkers »…
        Y’en a des, juste quelques uns, qui seront punis ; mais la grande majorité, non.
        J’ai encore (!) du mal à admettre que le Système, jusque là, a toujours réussi à tout récupérer… à son avantage.
        Et réussit souvent très bien ses coups (et pour nous quelques coûts supplémentaires) ;
        ex. la « dématérialisation », à la mode ; chez le pharma :
        – « Vous n’avez pas reçu le papier » blablabla ?
        – « Euh » ?!
        – « En allant sur le site vous pourrez l’imprimer. »
        – « Ben alors faudra que je rematérialise le dématérialisé ? »
        (merdrealors)

        • Ma banque n’imprime plus et n’envoie plus d’extraits de compte;je peux consulter mon compte sur internet.

          Cette dématérialisation a fait faire des économies (papier,encre, timbres) à ma banque.

          Les frais de gestion des comptes ont-ils baissé ?

          Non.

          • « papier, encre, timbres »

            Sans compter les gens qui lèchent…

            Dans la fonction publique, ce sont des catégories C (les D ont été mis en extinction)

          • Tout se fait via internet – y compris les histoires-de-fesses-et-de-cul – comble de la dématérialisation (?).
            (quant aux timbres, leur léchage a disparu depuis longtemps.)

  68. Madame Costagliola, chercheuse à l’Inserm, qui participa à une campagne anti-Raoult, a bien été obligé d’admettre,devant le tribunal de Marseille, qu’elle avait touché de l’argent du laboratoire Gilead.

      • Il paraît qu’un chercheur à l’INSERM n’a pas le droit de toucher de l’argent d’un labo (alors qu’un médecin a le droit) C’est pourquoi Madame Costagliola n’était pas sur transparence santé.
        Elle a bien participé à la vaste conspiration gouvernementale qui visait à faire croire qu’il n’existait aucun traitement contre le covid 19; répétons-le encore:si un traitement existe,on ne peut donner d’autorisation d’urgence à un vaccin.

    • Elle a tellement de liens d’intérêt qu’elle ressemble à une adepte du bondage!

  69. abcmaths pourrait expliquer cela à Dugong mais je me demande s’il ne renonce pas d’avance.

    Dugong 3 mars 2024 At 17h23
    C’est ça, demandez-vous !
    —————————————————————————————————-
    Je crois que la réponse est ici:
    —————————————————————————————————–
    abcmaths 3 mars 2024 At 14h37
    Bonne analyse de Lormier:
    Sylvie méprise profondément la chimie.

    • On ne méprise pas la chimie. On méprise au mieux les chimistes *.

      * se prononce comme « fumiste »

  70. Dugong 3 mars 2024 At 17h30
    « papier, encre, timbres »

    Sans compter les gens qui lèchent…
    ——————————————————————————————————–
    Aujourd’hui les timbres sont auto-collants;on lèche les clitos, pas les timbres.

  71. On ne sit toujours pas ce qu’il y avait dans la valise de Virginie;l’épisode de l’étreinte dans la neige me conduit à une nouvelle hypothèse.

    Et si Virginie avait pour projet de se faire baiser par Paul ? Devinant ses difficultés d’érection, elle s’est peut-être procuré à Paris un stimulateur prostatique vibrant.

  72. Dugong 4 mars 2024 At 8h16
    On ne méprise pas la chimie. On méprise au mieux les chimistes *

    Ca me rappelle la formule du Professeur Unterberger,que j’avais rapportée ici:

    « On peut mépriser les physiciens, mais pas la physique. »

  73. WTH 3 mars 2024 At 19h36

    mais c’était sans compter sur josip et même (exceptionnellement) sur jipé pour redresser la barre.

    « sur » ou « avec » ?

    • Emploi abs., cour. Compter avec qqn, qqc.L’armée hollandaise (…) représente une force avec laquelle toute puissance militaire (…) doit compter (Jaurès, L’Armée nouvelle,1911, p. 493):
      10. Le pouvoir de tous ne compte avec personne, le pouvoir d’un seul est obligé de compter avec les sujets, avec les grands comme avec les petits. Balzac, Sur Catherine de Médicis,1843, introd., p. 11.

      3. Emploi abs. Compter sur qqn, qqc.
      a) Compter sur qqn.S’attendre à un comportement favorable de la part de quelqu’un, lui faire confiance. Ne pouvoir compter sur personne. J’ai compté sur vous pour me rendre un petit service (E. Labiche, Le Misanthrope et l’Auvergnat,1852, 4, p. 142):
      20. C’est toujours la même histoire, dans la vie : il y a des gens sur qui l’on compte, et dont on a besoin, qui ne font pas leur devoir; de sorte que ceux qui continuent de faire le leur font figure de poires et paraissent être joués. Gide, Journal,1918, p. 648.
      − P. ext. Ça, question de nous en faire baver, on peut compter sur Simon (Aymé, Vogue la galère,1944, p. 161).
      − Par antiphrase, fam. Compte sur moi!
      b) Compter sur qqc.S’attendre à, espérer. Compter sur l’aide, l’appui, la reconnaissance de qqn. Il [Riesener] remportait l’inquiétude d’avoir par trop compté sur ma bénignité (E. Delacroix, Journal,1854, p. 146):

      − Par antiphrase, fam. Compte là-dessus et bois de l’eau fraîche! :
      22. Tu sais, il y en a qui disent aux pisseuses qu’ils veulent envoyer dinguer : je pars pour l’Algérie, bonsoir, mon andalouse, geins pas, je t’enverrai des dattes, − et intérieurement ils pensent : compte là-dessus, il pleut! Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 125.

      https://www.cnrtl.fr/definition/compter

  74. Paul et Vanessa (suite)

    Tu marches à tout petits pas derrière moi et si tu te sens glisser, n’hésite pas à t’accrocher à moi et s’il le faut, à te jeter sur moi.
    À ce rythme d’escargot, il leur fallut une demi-heure pour rejoindre Monica qui s’était enfin arrêtée pour les attendre et qui fut très déçue d’apprendre la décision de rebrousser chemin. Elle ne verra pas le Saut de la Bourrique aujourd’hui.
    Le retour au domicile se passa sans autres anicroches, Monica ouvrant la marche en éclaireur, Virginie la fermant, collée à Paul .
    Ils arrivèrent en début d’après-midi, au grand étonnement de Sylvie qui remarqua tout de suite les taches sur les vêtements de Virginie ainsi que sur ceux de Paul.
    Paul expliqua qu’ils étaient insuffisamment préparés aujourd’hui, Virginie a besoin de se perfectionner dans le maniement du bâton par terrain dur, mais qu’ils allaient persévérer, pas question qu’ils restent sur un échec .

  75. « le maniement du bâton par terrain dur »

    « par » ou « sur » ?

    On dit bien: »le pilotage d’un voilier par gros temps demande de l’expérience. » (mais c’est temporel et non spatial.)

    NB Ce n’est pas le terrain qui est dur,c’est la neige (tassée,froide) qui est dure.

    Question:quelles chaussures ces randonneurs raquettistes portent-ils ?

    Remarque: Monica n’aurait pas dû se détacher des autres à la descente;Paul aurait dû la rappeler à l’ordre.

    Remarque: Monica est déçue de ne pas avoir terminé la balade;s’esquisse un rapprochement avec Paul qui aurait été capable de l’emmener au sommet.En même temps ,elle s’éloigne un peu de sa mère.

    Monica se doute -t-elle que Paul ne bande pas facilement ? A-t-elle des vues sur lui ? A-t-elle accompagné sa mère Passage du Désir ? Sait-elle ce qu’il y a dans la valise ? Saurait-elle insérer le vibreur prostatique dans le rectum de Paul ?

  76.  » le maniement du bâton par terrain dur  »
    C’était pour exciter l’imagination de Lormier, mais c’est donc raté.

  77. Lormier
    4 mars 2024 At 8h41
    WTH 3 mars 2024 At 19h36
    mais c’était sans compter sur josip et même (exceptionnellement) sur jipé pour redresser la barre.

    « sur » ou « avec » ?

    Ni « sûr » ni « avec ».
    La bonne formulation me semble être :
    « Mais c’était compter sans Josip ».

    Mes amis peuvent toujours compter sur moi, i.e. ils peuvent me faire confiance.
    Mes ennemis, croyant trop vite les batailles gagnées, commettent l’erreur fatale de compter sans ma pugnacité, i.e. ils oublient ma pugnacité dans leurs comptes.
    Dès qu’il s’agit de problèmes de langue(s), il est recommandé de compter avec moi, i.e. de m’inclure dans les calculs.

    On pourra noter en français oral contemporain l’apparition relativement récente de l’expression « calculer quelqu’un », qui a à peu près la même fonction que « compter avec/sans ».
    – Machin Truc, je le calcule pas = dans tout ce que je fais ou ai à faire, je compte sans lui.

    • Merci pour l’info.
      « Calculer » quelqu’un, moi j’aurais compris « lui lancer des cailloux »

    • Merci ! (id à Lormier). Je me sais maintenant enrichie grâce à « compte(r) » et « calcul(er).
      « les bons comptes font les bons amis » : l’anglais préfère « short reckoning make long friends ».

  78. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Au repas du soir, Virginie, parfaitement remise de ses émotions, tenta une nouvelle fois de diriger la conversation et l’orienta plus précisément vers l’apport historique des Vosgiens à la nation.
    La première personnalité évoquée fut Jules Ferry .
    Virginie commença par des questions toutes simples.
    -Ce grand homme est né tout près d’ici, je crois ?
    Sylvie se garde bien d’intervenir-chat échaudé craint l’eau froide, elle a décidé de se contenter de compter les points. C’est Paul qui répond.
    -Oui, oui, il est issu d’une riche famille de libres penseurs de Saint-Dié-des-Vosges, à trente km de Gérardmer.
    Sylvie ose :
    -Qui sait qu’il fut à l’origine de la création d’une École normale supérieure féminine à Sèvres et d’une agrégation féminine, en 1879 ? En avance sur son temps, non ?
    Virginie semble, dans un premier temps, moins à l’aise que lors de la discussion plus générale de la veille .
    Mais elle se reprend.
    -Et à Madagascar, vous connaissez l’oeuvre de Ferry à Madagascar ?
    -Euh, non.
    -Eh, bien je vais vous le citer :
    « Les races supérieures ont le devoir de civiliser les races inférieures « (…) Les colonies sont pour les pays riches, un placement des capitaux des plus avantageux. (…) C’est pour cela qu’il nous faut Madagascar et que nous sommes à Diego-Suarez et que nous ne les quitterons jamais « .
    Paul:
    -Et alors ?
    Sylvie :
    -Et alors ?

  79. JG:
    « Quand on s’attaque à la presse, quel est le mot qui désigne le mieux un tel comportement ? »
    Le macronisme.

  80. Josip Gavrilovic 4 mars 2024 At 10h32

    La bonne formulation me semble être :
    « Mais c’était compter sans Josip ».

    Bien sûr,dans une phrase négative « sans  » est de loin préférable à « pas avec ».

    (Il faut réintroduire le Maestro dans la phrase.)

    A la forme affirmative, « compter avec » (très différent pour le sens de « compter sur ») est bien ilustré par votre exemple:

    « Dès qu’il s’agit de problèmes de langue(s), il est recommandé de compter avec moi… »

    • Vous voulez « réintroduire le Maestro » avec l’appareil dont vous avez fait la promo plus haut???!!!!

  81. abcmaths 4 mars 2024 At 12h09

    « Calculer » quelqu’un, moi j’aurais compris « lui lancer des cailloux »

    Et moi ( qui ne connais pas la langue des « jeunes ») je pensais jusqu’ici que « ne pas calculer quelqu’un », c’était nepas le comprendre.

    • Trouvé sur le net dans Dictionnaire Collaboratif:

      ne pas calculer qqn vt.
      faire comme si une personne n’existait pas ou était transparente, ignorer quelqu’un

  82. phrase négative;compter avec;il y a « personne » dans la phrase de Balzac:

    Le pouvoir de tous ne compte avec personne… Balzac, Sur Catherine de Médicis,1843, introd., p. 11

  83. cyrano58 4 mars 2024 At 12h00
    On en vend d’occasion?

    Oui, chez Pierre Driout.

    • Si c’est celui utilisé pendant leur nuit de noces, il est rouillé et tordu (comme je l’avais précisé dans mon récit).

  84. abcmaths 4 mars 2024 At 10h12
    » le maniement du bâton par terrain dur »
    C’était pour exciter l’imagination de Lormier…

    Ah bon ? Comment était-ce censé exciter l’imagination de Lormier (déjà bien excitée,soit dit en passant) ?

    Lormier voudrait des faits;il est temps d’ouvrir les valises et de dire ce qu’elles contiennent.

  85. Citations
    1976 il se retourna vers celui qui l’avait braqué. Marcel, qui calculait son otage par la méthode du thermomètre, s’approcha du mec, et, lui posant la main sur l’épaule : –Ce gars que tu vois là est mon ami ! Il est malade et a besoin de soins efficaces. source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
    1976 trois hommes, bras croisés sur la poitrine comme des conquistadores, se tenaient sur la gauche, qui assis sur le coin d’un meuble, qui debout. Goya ne les calcula même pas ! Comme hypnotisé, son regard se posa de suite sur le quatrième source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
    2001 Les journaux, j’les calcule même pas. source : 2001. La philo ça prend la tête – Prof en cité
    2001 Les remps [parents], y sont restés kéblos [bloqués], le FLN et tout, faut dire qu’y sont largués, alors moi, j’les calcule même plus. source : 2001. Pourquoi cassent-ils ?
    2001 Toi, j’te calcule même pas ! source : 2001. La philo ça prend la tête – Prof en cité
    2002 Moi, je m’en rendais compte, mais je sais pas, j’étais naïf, tu vois, je calculais pas, quoi ! Je me prenais pas la tête et puis j’avais pas besoin d’argent pour m’amuser source : 2002. Entretien avec Neguib
    2003 Et s’ils voient qu’on n’a rien, ils vont pas te « calculer » ! Ils vont te dire « bonjour » comme ça, mais juste histoire de dire « bonjour ». Mais ils vont pas te « calculer », hein ! Mais si ils voient que t’as de l’argent, les mecs, ils vont en profiter ! source : 2003. Entretien avec Ali
    2003 Je le regarde fixement pour qu’il comprenne que j’ai besoin d’aide. Il détourne le regard, il ne me calcule pas source : 2003. Dans l’enfer des tournantes
    2003 Pendant les cours, je ne calcule plus rien, je suis pâteuse, je dors source : 2003. Dans l’enfer des tournantes
    2003 Si bizarre que ça puisse paraître, les amis de Jaïd me tendent un verre de whisky, genre « on calcule pas le passé » source : 2003. Dans l’enfer des tournantes
    2004 Dans l’histoire, c’est l’été. Olivia et Trav, il se kiffent. […] Et puis à la rentrée, Olivia elle est toujours en kiffe mais Trav, lui, pour flamber devant les potes du lycée, il la calcule plus parce qu’il a honte d’elle. source : 2004. Kiffe kiffe demain
    2004 Et lui, ce petit con acnéique, il revient de vacances tout bronzé et il me connaît plus. Oui, depuis que Nabil est revenu de Djerba, il me calcule plus. Il passe devant moi sans même me dire bonjour. source : 2004. Kiffe kiffe demain
    2004 Les pointeurs, j’les calcule pas… Qu’ils portent le fardeau de leur infâmie ! source : 2004. Enquêter sur l’homosexualité et les violences sexuelles en détention
    2004 Tu sais que tu peux tomber (être emprisonné) mais toi, tu calcules que l’oseille et c’est tout. J’ai vendu ma première barrette au lycée source : 2004. Génération scarface
    2008 Linda, elle est hermétique à tout ça, elle fait sa life. Elle a jamais trop calculé Adam, et Adam la laisse tranquille, privilège de l’âge. source : 2008. Kiffer sa race
    2008 On se balade de magasin en magasin, à mater des vêtements qu’on n’achètera jamais. À force de nous voir, les vendeurs, ils nous connaissent, ils aiment pas trop ça. Ils nous calculent pas, genre style on n’existe pas. source : 2008. Kiffer sa race
    2008 Yvonne, elle passe une fois par an à la maison, comme par hasard le jour de l’Aïd […] Le reste du temps, même pas elle nous calcule. source : 2008. Kiffer sa race
    2012 Celui-là, tu le calcules même pas, c’est qu’une peine de pute. source : 2012. L’argot des prisons
    2013 il me calcule tout de suite comme son souteneur, sans que cela ait l’air de le gêner. source : 2013. Moi Dodo la Saumure
    2015 –Putain, mon Jeff, t’es passé devant moi sans m’calculer. source : 2015. Phi Prob
    2015 Répondre « no, thank you ! » à ces glus revient à leur accorder un intérêt. Il ne faut jamais calculer les racoleurs, jamais ralentir la marche, sans quoi ils ne te lâchent pas. source : 2015. Phi Prob

    https://www.languefrancaise.net/Bob/7213#google_vignette

  86. L’Amérique-que, l’Amérique-que : Anecdote de pré-campagne…

    « Rien qu’au cours des deux dernières semaines, une vague croissante de mécontentement politique s’est emparée des camionneurs américains, ceux-là mêmes qui gèrent plus de 70 % de l’ensemble du fret dans notre pays.
    Ils ont menacé de boycotter un certain nombre de villes contrôlées par les Démocrates (principalement la ville de New York) en raison d’une série de problèmes et de plaintes,
    y compris le traitement juridique du candidat Républicain à la présidence Donald Trump.
    Ce boycott ne se concrétisera peut-être pas à court terme (il faut s’attendre à ce que les discussions sur les boycotts s’intensifient en novembre, au moment des élections), mais le potentiel est sur la table et il s’agit d’un moment d’apprentissage important. Que se passerait-il si le système de fret américain s’arrêtait réellement ? (…)
    …Les chaînes d’approvisionnement américaines fonctionnent selon un programme de fret “juste à temps“. (soit une semaine de stock, en particulier alimentaire).
    (lesakerfrancophone.fr)

    https://nypost.com/2024/02/17/us-news/trump-supporting-truckers-refusing-to-drive-to-nyc-after-ex-presidents-355-million-fraud-ruling/

  87. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Paul :
    -Bon, OK, Jules Ferry était un sale athée qui se croyait de « race supérieure ».
    Désolé Virginie, mais on n’a rien de mieux à te proposer parmi les célébrités vosgiennes.
    Obligé de lutter contre l’âpreté du climat , la rudesse de la terre, le Vosgien n’a pu développer chez lui de brillantes qualités de l’imagination .
    On parle d’autre chose ?
    Demain, c’est Noël, on ne peut pas prendre de risques avec une nouvelle randonnée.
    Je propose une séance d’entraînement au maniement du bâton sur neige dure autour du lac. C’est indispensable si on veut pouvoir faire une deuxième tentative du  » Saut de Bourrique. » Monica est dispensée, elle a la technique d’un pro.
    – Tu nous accompagnes, Sylvie ?
    – Je ne peux pas , j’attends plusieurs livraisons de traiteurs dans la journée.

  88. Droit à l’avortement, les avortons d’Imbroglio One ne sont pas tous d’accord.

  89. cyrano58 4 mars 2024 At 13h42
    Si c’est celui utilisé pendant leur nuit de noces, il est rouillé et tordu…

    Hugo est en silicone.

  90. 2013 il me calcule tout de suite comme son souteneur, sans que cela ait l’air de le gêner. source : 2013. Moi Dodo la Saumure

    Calculer peut avoir le sens d’identifier;calculer ne s’emploie pas qu’à la forme négative.

    Dans l’exemple ci-dessus,il y a bien eu compréhension, intellection.

  91. Je propose une séance d’entraînement au maniement du bâton sur neige dure autour du lac.
    ——————————————————————————————————-
    Qu’est-ce que cela a de particulier ? La neige dure, ce n’est pas de la glace,ce n’est pas plus dur que de la terre; la pointe en tungstène du bâton pénètre facilement.

    Il me semble que c’est ce qu’on fait avec les raquettes qui demande de l’entraînement; la glissade incontrolable menace.

    D’ailleurs,si la neige est vraiment tassée,même sans raquettes on ne s’enfoncera pas. Et s’il y a de la pente, mieux vaut avoir des crampons.

    Autour du lac…il ne doit pas y avoir de pente (il n’y a que Dugong pour imaginer des lacs en pente.)

    Cette séance d’entraînement ne rime pas à grand chose;Monica en est dispensée; en réalité,ce que veut Paul, c’est être seul avec Virginie;lors de sa chute, quand il l’a étreinte il a éprouvé un début d’érection;il se dit que Virginie saurait l’exciter;d’ailleurs n’aurait-elle pas apporté dans sa valise d’utiles accessoires, un stimulateur de prostate par exemple ? Un acte sexuel complet est envisageable.

    • « Et s’il y a de la pente, mieux vaut avoir des crampons »

      Des crampons dan un lac en pente, ça n’aide pas à nager…

  92. Josip Gavrilovic 4 mars 2024 At 13h18
    Trouvé sur le net dans Dictionnaire Collaboratif:

    ne pas calculer qqn vt.
    faire comme si une personne n’existait pas ou était transparente, ignorer quelqu’un

    Oui et « calculer quelqu’un » (forme affirmative) ?

    2013 il me calcule tout de suite comme son souteneur, sans que cela ait l’air de le gêner. source : 2013. Moi Dodo la Saumure

  93. calculer,suite:

    Le Maestro,il a vite fait de calculer une meuf: celle qui boit ses paroles sans l’interrompre , y a de fortes chances qu’elle le suce dans une heure.

  94. j’attends plusieurs livraisons de traiteurs dans la journée.

    Sylvie n’est pas bonne cuisinière.

    • Autrefois, dans la ville des surmulots, Potel & Chabot, et même Lenotre, avaient bonne réputation…

      • Bien sûr, mais on constate que le classique et Led Zep s’accordent très bien.

        • « on constate que le classique et Led Zep s’accordent très bien. »

          Dans les passages solo de Don Giovanni, Mozart a souvent écrit « groovy » dans la marge…

  95. IAL lance une ligne de toms qui coûte la peau du cul. Normal, me direz-vous, pour des « genuine skins ».

    Méfiez-vous des imitations !

  96. WTH 4 mars 2024 At 20h56
    Autrefois, dans la ville des surmulots, Potel & Chabot, et même Lenotre, avaient bonne réputation…
    __________________________________________________________________________

    Sans doute.
    Pour le repas de Noël,une bonne cuisinière (ou un bon cuisinier) prépare dans sa cuisine,ne recourt pas à des traiteurs.

    Je me souviens que le Maestro,qui a tout (ou presque) appris de sa grand-mère et ne laisse pas sa crétaure entrer dans sa cuisne, une veille de Noël nous racontait ce qu’il était en train de préparer:une poularde de Bresse aux raisins. Les raisins,ça prend beaucoup de temps: »sur ce, je vous laisse,je retourne à mes fourneaux. »

    • La cuistance, c’est le piège du maestro ; comme la jactance ; chacun ses us.
      (j’argotise car chacun sait qu’il s’agit, dans les deux cas, de haute voltige)

  97. Dugong
    5 mars 2024 At 8h38
    « on constate que le classique et Led Zep s’accordent très bien. »

    Dans les passages solo de Don Giovanni, Mozart a souvent écrit « groovy » dans la marge…

    Toujours est-il que dans son Don Giovanni, Wolfy a bel et bien inclus un Page…
    Et pourtant, deux siècles plus tard, Jimmy était tout sauf un Chérubin.

  98. Calculer,suite:une traduction littérale de l’arabe ?

    Calculer » au sens de « Prendre en considération »
    Le 3 mars 2022
    Extensions de sens abusives

    Le verbe arabe haseb a de nombreux sens : il signifie « compter, calculer », « avoir un compte en banque », mais aussi « considérer comme important » et « juger » (c’est d’ailleurs un nom appartenant à cette famille qui signifie « jugement dernier »). Il s’utilise aussi, à la forme négative, pour signifier que l’on n’a pas de considération pour tel ou tel. L’emploi familier du verbe calculer en français, au sens de « remarquer quelqu’un, lui prêter attention », vient vraisemblablement d’une traduction littérale de certaines phrases arabes. Rappelons cependant, que cette extension de sens n’est pas à recommander.

    on dit

    Il lui est indifférent, elle ne lui prête aucune attention

    Il ne l’a même pas vu, même pas remarqué

    on ne dit pas
    Elle ne le calcule pas

    Il ne l’a même pas calculé

    https://www.academie-francaise.fr/calculer-au-sens-de-prendre-en-consideration

    • Comme vous le signalez, « calculer quelqu’un » s’emploie surtout à la forme négative.
      La forme affirmative est cependant possible : « Ça fait plusieurs fois que Machin Truc fait des remarques intéressantes, c’est une recrue prometteuse : à l’avenir je le calculerai davantage. »

      Quand l’Académie Française dit que « cette extension de sens n’est pas à recommander », elle est dans son rôle de gardien du temple normatif. Mais la langue a une vie propre, elle est une force qui va. Elle se contrefous des avis de l’Académie Française.
      Par ailleurs, je ne vois dans cette expression « calculer quelqu’un » aucune vulgarité, aucune familiarité déplacée, ça n’est pas du tout argotique…
      Alors pourquoi la rejeter ?

  99. Jean-Paul Brighelli
    5 mars 2024 At 7h09
    Ça ne nous remplacera jamais John Bonham.

    Je ne comprendrai jamais l’extraordinaire réputation de Bonham. Selon moi un gros bourrin totalement dénué de finesse, qui s’était mis en tête de justifier à tout prix le plomb du nom du groupe.
    Tellement loin des Buddy Rich, Elvin Jones, Jack De Johnette, Tony Williams…
    Et pour en rester au monde du rock, Tellement loin d’un Mitch Mitchell…Écoutons deux hommes qui connaissent un peu leur sujet :
    https://youtu.be/5MCTSX-9UW4?si=sk3XNm1H-S0S1IDG

    John Bonham est à Mitch Mitchell ce que Fabien Onteniente est à Ernst Lubitsch.

  100. Questions à Josip Gavrilovic

    i) Admettez-vous que « calculer » (langue vernaculaire de « jeunes) puisse s’utiliser à la forme affirmative ?
    Exemple:

    La meuf, Brighelli,il l’a vite calculée:les oeuvres complètes de Meirieu sur l’étagère,pas la peine de traîner ;imbaisable.

    ii) A la forme affirmative,comme ci-dessus, « calculer » signifie:identifier, comprendre, juger.
    L’admettez-vous ?

    iii) Par conséquent, à la forme négative « ne pas calculer » n’a pas toujours le sens d’ignorer, ne pas regarder, ne pas prendre en considération.

    Exemple:
    Ce médecin ,je ne le calcule pas; certains jours,il prend son temps, m’ausculte, m’écoute;d’autres fois,il m’expédie.

    Etes- vous d’accord que dans cette phrase (si vous la jugez recevable) « ne pas calculer » signifie:ne pas comprendre, ne pas pouvoir se faire une opinion ?

    • Lormier, j’ai déjà en partie répondu à vos remarques.
      La suite à plus tard. Promis.

    • « il m’expédie » – rien à voir avec être envoyé au 7e ciel.
      (étonnantes, ou pas, circonvolutions de mon cerveau, depuis la mention des E. Jones, J. De Johnette, T.Williams, via « Le ciel peut attendre », Lubitsch).

  101. haseb, hasaba Al Haseeb,He is Allah:

    (41) The RECKONER
    (AL-HASEEB)

    The Arabic verb hasaba means to count and number; Allah, Praise and Glory be to Him, says, “The sun and the moon follow courses exactly computed.” (RAHMAN, 6). In the previous verse, we perceive that in the great astronomical universe there are exact mathematical laws which bear witness to Allah’s Wisdom. He also counts what His people do to reward them for any good deeds, “Soon will his account be taken by an easy reckoning” (INSHIQAQ, 8). Allah is the RECKONER as all creatures will be called to account at the same time, “..and He is the Swiftest in taking account.” (AN‘AM, 62), where nobody save Allah can do this.
    The words husban, yahtasib, hassb and hasseeb are also derived from the same verb hasaba. The general meaning of the word husban, is any punishment by way of reckoning as in, “and that He will send on thy garden thunderbolts by way of reckoning from heaven.” (KAHF, 40), where the implied punishment is that of thunderbolts; yahtasib means to imagine or reckon; it could also mean to expect, as in, “And He provides for him from sources he never could imagine.” (TALAQ, 3); hassb means the protector, as in, “But if they turn away, say: God sufficeth me” (TAUBA, 129); whereas hasseeb means the one who suffices, the trustee, and the one who judges, as in, “..but All-Sufficient is God in taking account.” (NISAA’, 6) “..sufficient is thy soul this day to make out an account against thee.” (ISRAA’, 14), and hasseeb also means the honourable and noble.
    The RECKONER is He Who grants His creatures their sufficient, and this attribute is unimaginable save in relation to Allah. Everyexisting being is in need of what suffices him to maintain and perfecthis existence; Allah is the Sufficer for everything, only by HisMercy things exist, remain and are perfected. If all the means are sufficingsuch as the mother’s milk for the infant, food for the adult, air for breathing,and money for the wealthy, then one must believe that the Creator of allthese means is Allah, Praise and Glory be to Him.
    He alone is the One who grants everyone and everything what suffices them to maintain their existence, where everything depends on His Power and Ability to create all means according to His Wisdom and Favour. Praise and Glory be to the RECKONER, He is Allah.

    https://islambasics.com/chapter/41-the-reckoner-al-haseeb/

  102. Le grand remplacement:

    Les cailleras des banlieus (le 9-3, particulièrement) pollueraient la langue française avec des tournures qui sont de mauvaise traductions de l’arabe ?

    Ce qui est terrible, c’est que de jeunes Français de souche se mettent à parler comme eux.

    • IAL vise la chefferie de la Police du Langage au prétexte qu’il est déjà un formaliste des normes d’usage.

  103. Paul et Vanessa (suite)

    Deuxième nuit difficile pour Paul.
    Dans la chambre conjugale, Sylvie, furieuse, laisse éclater sa colère.
    – C’est la deuxième fois qu’elle nous bassine avec ses références historiques.
    Son père a été ambassadeur à Madagascar juste après l’indépendance, alors que le poids de la France était encore écrasant, cette hypocrite jouit aujourd’hui de la fortune de son ex-époux descendant de planteurs de canne à sucre qui ont exploité des esclaves pendant plus d’un siècle et elle ose prétendre se poser en donneuse de leçons en insultant la mémoire de Jules Ferry ?
    Et tu la laisses parler sans protester?
    Pire, le jour de Noël, pendant que son épouse prépare la table et la décoration pour la veillée, Monsieur a l’intention de donner des cours de maniement du bâton à sa Réunionnaise préférée.
    Pince-moi, Paul, pour que je revienne à la réalité, le cauchemar est insupportable et a assez duré.
    Paul reste muet , recroquevillé dans son lit en position foetale.
    – Et épargne-moi ce regard de chien battu !

  104. cyrano58 4 mars 2024 At 23h44
    Strauss/ Led ZEP: enjoy!
    https://youtu.be/0TZvR62jwik?si=h3ey2ZY3ZnAx6Arq

    Reply
    Jean-Paul Brighelli 5 mars 2024 At 7h09
    Ça ne nous remplacera jamais John Bonham.

    Reply
    Josip Gavrilovic 5 mars 2024 At 9h25

    Je ne comprendrai jamais l’extraordinaire réputation de Bonham. Selon moi un gros bourrin totalement dénué de finesse, qui s’était mis en tête de justifier à tout prix le plomb du nom du groupe.

    – Cyrano, c’est l’ouverture de la symphonie du nouveau monde de Dvorak, ce n’est pas Strauss ! Et aucun commentaire des mélomanes de la mort qui tue pour signaler l’erreur. Honteux !
    – JPB, Bonham doit tout à moony. Tout.
    – Josip, on se fiche de ces grands techniciens qui n’avaient l’art du contrepoint de moony et qui a su placer sa rythmique au sein d’un morceau autrement qu’en vulgaire instrument d’accompagnement.

  105. – Et épargne-moi ce regard de chien battu !

    La lumière est encore allumée.
    La scène de ménage va-t-elle se prolonger une fois la lumière éteinte ?

  106. Josip Gavrilovic 5 mars 2024 At 9h38
    elle est une force qui va.

    Rappel:

    Victor Hugo est un con.

  107. calculer: la langue de la caillera se répand partout

    Réforme du bac, stéréotypes lors de l’orientation… Pourquoi les filles ne calculent plus les sciences
    Sous-représentées dans les écoles d’ingénieurs, les lycéennes renoncent massivement aux carrières scientifiques. Une fuite que la dernière réforme du baccalauréat a accentuée et qui prend notamment racine dans un manque d’encouragements du monde éducatif ou de leur entourage.

    Par Christine Mateus
    Le 4 mars 2024 à 06h25

    https://www.leparisien.fr/sentinelles/reforme-du-bac-stereotypes-lors-de-lorientation-pourquoi-les-filles-ne-calculent-plus-les-sciences-04-03-2024-KOG2GQNFK5AGTFHU7KDVG7OZHI.php#:~:text=Une%20baisse%20de%2028%20%25%20des,de%20filles%20chute%20de%2061%20%25.

  108. Josip Gavrilovic 5 mars 2024 At 9h38

    « Ça fait plusieurs fois que Machin Truc fait des remarques intéressantes, c’est une recrue prometteuse : à l’avenir je le calculerai davantage. »

    A cause de « davantage », et du fait que cette décision n’implique pas d’effort particulier, j’interpète ainsi: « je ferai plus attention à lui », »je l’observerai mieux ».

    Pour Brighelli,une meuf,ça se calcule assez facilement:tu vois si elle boit tes paroles, tu regardes si elle se peinturlure les ongles, un coup d’oeil sur le fessier et voilà,t’es fixé:baisable ou non.

    Ici « calculer » ne signifie pas « prêter attention » mùais « évaluer ».

    Donc, en résumé:
    i) il existe en farnçais un verbe « calculer » qui n’a rien à voir avec le « calculer » des cailleras.
    ii) « calculer » en langue caillera est ambigu
    iii) ce terme caillera, on s’en passera;plus tard on peut d’ores et déjà songer à vitrifier les clapiers des cailleras

    • De « ferme ta boîte à camembert » les kailleras sont passés à  » TA GUEULE ! ».

      Josip, voudriez-vous lui faire un contenu de belle facture — et il y matière — sur l’importance « K » en verlant, de son emploi, de sa résonance supérieure à celle du « C », de ce que cette lettre renvoie sur l’imaginaire collectif.

      • Parce que cette truffe ne comprend pas que le champ lexical des kailleras se veut comptable, d’un flux tendu qui se dispense de tergiversations lormièresques. Exemple, l’utilisation de  » valider »* pour abonder dans un sens donné, ou donner son accord, acquiescer.

        *Exemple déjà donné à cet autre auteur qui ayant pondu un très chouette petit roman non paru, pêchait seulement sur les dialogues des kailleras protagonistes du récit.

        • (Soit dit en passant à cet auteur s’il était tenté de confier à Moule fétide une relecture de ce dit polar, la moule l’emmènerait droit dans le mur sur la question des dialogues. Moule fétide est obsolète sur bien des points, une bonne secrétaire de rédaction fournirait un travail plus averti. CQFD)

      • Du K en verlant :
        Braquer ne s’écrira pas québra mais kébra ; un sac ne s’écrira pas queu-sa comme Moule fétide* pourrait le penser mais keuss’

        Nom d’indien attribué sans concertation ce jour et at vitae, Il ne s’en dépare plus ! Moule : parce qu’il jacasse, ouvre et ferme son clapet à longueur de temps, occupe à 80% le fil ; fétide : parce que ses liens partagés le sont.

  109. Dugong 5 mars 2024 At 10h00
    Leporello calcule les conquêtes de son maître

    Des femmes qui ont compté ?

  110. WTH 5 mars 2024 At 11h16
    « groovy » : vocab’ des seventies ;
    génération boomers.
    —————————————————————————————————-

    groove
    This word has evolved from its original meaning in jazz slang as a sexual euphemism.
    1. The vagina. The female groove.

    2. The ass, both male and female groove.

    3. Musical term: All parts of a band working together. May have been a euphemism for lovers pleasuring each other simultaneously, or taken from the ruts in an old dirt road making a ride smoother.

    4. Hippie term: Taken from music, but relating it to life, social situations, and nature. Generally feeling good, in tune and in the rhythm of nature. Enjoying life.

    Original sexual meanings are seldom used or understood anymore.
    « Groovin » meant rubbing the genitals in one of the grooves. Used as a simple form of birth control, somewhat similar to withdrawel.(See also frotting or fronting)

    « Groove Bone » meant a penis. To « make it to the groove » meant something similar to « third base ». « Shake that groove thang » meant to shake the vagina or ass either while dancing or having sex.

    Less sexually oriented meanings are still sometimes used.
    « Hip to the groove » means aware of what gives pleasure; often used as a music term.

    To be « In the groove » means to be in a pleasurable place, either musically, socially, or in life or nature. Generally, running smoothly.
    « Groovin’ together » enjoying each other’s company. Appreciating each other. Generally enjoying the situation and the soroundings.
    (Lyrics) « Shake that groove thang »
    (Lyrics) « Groovin’ on a Sunday afternoon. Doin’ all the things you like to do. »
    (Lyrics) « Just because a records got a groove doesn’t mean it’s in the groove ».
    by Mr E Fog November 21, 2010

    https://www.urbandictionary.com/define.php?term=groove&page=2

  111. « À propos de fesses…

    De retour de « gloire à l’art pompier » – qui, une fois de plus, a remédié à mon ignorance crasse – avec « césar rosalie », 27 février :

    « Le lavement au tabac était utilisé pour souffler de la fumée de tabac dans le rectum d’un patient à diverses fins médicales, mais principalement pour la réanimation de victimes de noyade.
    Un tube rectal inséré dans l’anus était relié à un fumigateur et à un soufflet qui forçait la fumée à pénétrer dans le rectum.
    On pensait que la chaleur de la fumée favorisait la reprise de la respiration.
    La pratique n’a pas été couronnée de succès et des doutes sur la crédibilité des lavements au tabac ont conduit à la phrase populaire :
    « Se faire enfumer et l’avoir dans le cul ».
    Comme vous le savez , cette procédure étrange est encore largement utilisée par tous les gouvernements et de nombreux politiciens ! »

    https://scontent-cdg4-2.xx.fbcdn.net/v/t1.6435-9/202024157_4000541213355722_891170353065207318_n.jpg?_nc_cat=109&ccb=1-7&_nc_sid=7f8c78&_nc_ohc=JkiqoO7NNRsAX8OfrNw&_nc_ht=scontent-cdg4-2.xx&oh=00_AfAFTkmrVUHCDlh6w4Ku3oRzmFWkdX-S6KahqZqha8uxwQ&oe=660EA504

      • Pour éviter les frottements générateurs de rougeurs inesthétiques, on vous a laissé le tube rectal en place.

        • Vous auriez pu enseigner jusqu’en licence de physique, n’est-ce pas ? Prépa, terminale, licence mais pas plus.
          Bien, vous ne vous êtes pas privé de caguer allègrement sur la tête d’un homme qui a cinq fois votre niveau en science, je ne vais donc pas me priver : ayez l’humilité de ne pas vous risquer dans le domaine médicale, en usant d’un style ampoulé qui n’aurait pour but que de masquer vos lacunes.

          Arrête de te la péter deux secondes !
          Je ne lirai pas ta réponse

        • Mytho !

          (Tiens, la Moule, un sujet pour toi :interroge toi de savoir pourquoi « mytho » est employé à la place de « menteur » chez les kailleras, ça t’occupera pour la journée…)

  112. Lormier 5 mars 2024 At 9h26

    Questions à Josip Gavrilovic

    i) Admettez-vous que « calculer » (langue vernaculaire de « jeunes) puisse s’utiliser à la forme affirmative ?
    Exemple:

    La meuf, Brighelli,il l’a vite calculée:les oeuvres complètes de Meirieu sur l’étagère,pas la peine de traîner ;imbaisable.

    Ma réponse : oui, la forme affirmative est possible. Pourquoi ne le serait-elle pas ?

    ii) A la forme affirmative,comme ci-dessus, « calculer » signifie:identifier, comprendre, juger.
    L’admettez-vous ?

    iii) Par conséquent, à la forme négative « ne pas calculer » n’a pas toujours le sens d’ignorer, ne pas regarder, ne pas prendre en considération.

    Exemple:
    Ce médecin ,je ne le calcule pas; certains jours,il prend son temps, m’ausculte, m’écoute;d’autres fois,il m’expédie.

    Etes- vous d’accord que dans cette phrase (si vous la jugez recevable) « ne pas calculer » signifie:ne pas comprendre, ne pas pouvoir se faire une opinion ?

    Ma réponse :
    Dans vos questions, calculer, c’est évaluer pour faire un bilan et décider si la personne dont on parle mérite d’être prise en considération ou ignorée, mérite qu’on compte avec elle ou pas.
    Lormier, vous avez me semble-t-il tendance à être prisonnier de la lettre et à ne pas envisager les dérivés possibles.
    Vous êtes un peu à l’image de ce mot anglais bien connu, « pen », qui désigne l’outil de l’écriture, mais dont on oublie trop souvent qu’il signifie également « enclos ».
    Votre façon de concevoir l’ecriture et la transmission du sens a quelque chose de carcéral et d’emprisonnant, pour ainsi dire. Vous êtes un thuriféraire de la double « pen ».

  113. Gérard
    5 mars 2024 At 13h48
    Josip, voudriez-vous lui faire un contenu de belle facture — et il y matière — sur l’importance du « K » en verlant, de son emploi, de sa résonance supérieure à celle du « C ».

    Vous me suggérez là une idée de recherche qui mérite attention.
    Il est vrai que sur le plan strictement graphique, le K a cet aspect inquiétant et dangereux de lame tranchante que les rondeurs rassurantes du C n’ont pas.
    Roland Barthes, en son temps, avait mené à bien, dans son S/Z, une réflexion du même ordre avec le Z castrateur de Zambinella opposé au S soyeux de Sarrasine, dans son étude sur une nouvelle de Balzac.
    Il y a certainement matière à opposer K/C comme Barthes le fit avec S/Z. Infime détail à prendre en compte toutefois : je n’ai pas le génie de Barthes…

    • Vous donnez un très bon résumé de l’impact recherché par son graphisme mais le K comporte aussi une opposition affichée, il signale aussi une marginalité assumée. Le K est à double emploi.

    • Le K provoque des sensations pour le texte, c’est tout.
      Oui…
      (facile pour L)

  114. Paul et Vanessa (suite)

    Paul ne sait comment s’y prendre pour calmer Sylvie.
    -Nous sommes dans une impasse, je veux bien le reconnaître, mais je persiste à penser que la stratégie de l’épuisement en randonnant à fond dans les sentiers enneigés est la seule possible. Les cours de maniement du bâton sont bidons, je te le concède, mais ils sont destinés à lui faire croire qu’elle progresse afin qu’elle se relance imprudemment dans la boucle du Saut de la Bourrique, qui n’est pas de son niveau.
    Elle a fait deux chutes dans le premier quart de la boucle, qui est le plus facile, elle en fera d’autres lors de don deuxième essai, c’est certain. Elle va mordre la neige de plus belle, Sylvie.
    -Oui, je veux que tu l’épuises. Aujourd’hui, c’était raté. Demain, autour du lac, je ne vois pas ce que tu peux faire…
    -J’y arriverai, je te le promets, Sylvie.

    • Couple mauvais,méchant, qui ne se retrouve et ne se sent solidaire qu’en ourdissant de sataniques (ta mère) complots.

  115. Josip Gavrilovic 5 mars 2024 At 16h06
    Quel festival, votre commentaire.
    ——————————————————————————————————-
    « Dans vos questions, calculer, c’est évaluer pour faire un bilan… »

    Je n’ai pas dit cela du tout.

    J’ai dit que calculer (dans le parler caillera) avait (au moins) deux sens:
    i)comprendre, évaluer,faire un bilan
    ii) prendre en considération

    Et par conséquent, s’il n’y a pas de contexte, « celle-là, je ne la calcule pas » est ambigu…S’il y a un contexte,l’ambiguïté sera disspiée ou non, selon …le contexte.

    J’ai ajouté que le « verbe « calculer » existe depuis longtemps en français, avec un sens parfaitement clair; et quand je dis depuis longtemps, je veux dire depuis bien longtemps avant le début du grand remplacement.

    Comme l’explique l’Académie française nous disposons d’expressions correctes pour exprimer les sens du « calculer » des cailleras.

    C’est encore sur le site de l’Académie que j’ai découvert l’origine arabe du terme.

    Personnellement, je ne fréquente pas de cailleras et j’en vois peu dans ma campagne. Quand je monte à la ville, j’en croise assez souvent;j’ évite leur regard car les cailleras se sentent facilement provoquées .

    Que les cailleras éprouvent le besoin de s’exprimer dans leur argot particulier ne me dérange pas beaucoup, tant que les échanges restent dans leur cercle.

    Ce qui me chagrine, c’est la contamination de la presse et des Français de souche par cet argot.

    Vous commencez par une fausseté ; vous en déduisez d’autres faussetés.

    Et pour conclure, un calembour que même Roland Barthes ou Jena Marie Le Pen n’auraient pas osé.

    Diderot se moquait de Dieu,dont la parole semble tirée d’un « traité des bigarrures  »
    (Tu es Petrus,
    et super hanc petram
    aedificabo Ecclesiam meam….).

    • « Personnellement, je ne fréquente pas de cailleras »

      Mais oui, tu as le khukhu super propre…

    • « Diderot se moquait de Dieu,dont la parole semble tirée d’un « traité des bigarrures »
      (Tu es Petrus,
      et super hanc petram
      aedificabo Ecclesiam meam….). »

      Lormier : nec plus ultra ; entre lui et Josip, je vais presque définitivement y prendre mon (peu de) latin.
      Je passe sur le retour du mot « pen » (Le Pen, tout autre sens) ; quant à l’expression « monter à la ville », elle semble plus que désuète et totalement inimaginable… du côté caillera, laquelle s’intéresse plutôt aux « descentes » sur la ville.
      Restent néanmoins d’actualité les expressions monter « sur Paris », comme « descendre sur Marseille » !

    • « Ce qui me chagrine, c’est la contamination de la presse et des Français de souche par cet argot. »

      Non, non, ce qui te chagrine c’est de ne plus suivre. D’être incapable de t’adapter pour ne rien comprendre, ne rien avoir compris sous l’influence de tes certitudes, elles-mêmes focalisées sur ton cursus. Tu as appris à parler mais tu as non seulement oublier de t’écouter (Sénèque) mais tu n’ as pas non plus su les écouter. Te reste les images de boules, les vidéos moisies, les masque latex, les fouets et pourquoi pas ajouter au bruit et à la douleur les odeurs et l’humiliation d’un gros popo sur la figure… puisque tu as le khukhu tout propre. Entre deux copiés/collés étalés sur le fil par trente lignes chopées sur un dictionnaire du net pour continuer à épater la galerie.

      • Si, tu n’as chopé qu’un truc : « la meuf »… et tu ne t’en prives de l’utiliser. Hypocrite !

        • IAL on comprend son causement ; vous, c’est une autre histoire.
          Certains transmettent quelques notions ; d’autres n’en sont guère capables.

          • La capacité de « choper sur le net pour épater la galerie », ce n’est, en vérité, pas donné à tout le monde !

  116. Association de défense du droit des obèses sexagénaires à coucher avec autre chose que d’énormes laiderons

    Longtemps je me suis demandé comment un type qui atteignait péniblement le niveau collège en mathématiques pouvait juger de la qualité des thèses d’un économiste universitaire. Puis j’ai découvert la pédagogie renouvelée. Maudits soient les vieux pédés refoulés !

  117. Les cours de maniement du bâton sont bidons

    Confirmation pour Lormier:le maniement du bâton sur neige dure n’a rien de sorcier

    , je te le concède, mais ils sont destinés à lui faire croire qu’elle progresse afin qu’elle se relance imprudemment dans la boucle du Saut de la Bourrique, qui n’est pas de son niveau.

    Ca ,c’est pervers.Il l’emmènesur un itinéraire trop difficile pour qu’elle en chie et bouffe de la neige.

    Mais quand il l’a ceinturée pour la relever,il a eu comme une érection…

    Doit-il faire souffrir pour bander ?

    Un être complexe.

    Sylvie a-t-elle bien cerné tout ça ?

    • La meuf ! Pas Sylvie mais la meuf, comme tu as l’habitude de l’employer dans commentaire pour désigner C M.

    • « Que les cailleras éprouvent le besoin de s’exprimer dans leur argot particulier ne me dérange pas beaucoup, tant que les échanges restent dans leur cercle. »

      Tiens, relis-toi la Moule, et disserte sur les usages qu’un baron se doit d’avoir quand il y a peu, en mange-merde parv’ à mort que tu es qui s’imagine être d’un cercle. Tu n’hésites jamais à manier le vocable de banlieue pour parler des femmes en général. As-tu une seule fois désigner une femme autrement que par « meuf » ?

      Chien de la casse !

  118. ça’y’est, GG est repartie en roue libre ; elle tutoie, etc…
    Je lui pardonne… comme… aux vieux loulous de BdÂ, même si parfois, c’est lourdingue.
    GG vous êtes là pour leur flanquer une bonne raclée – enfin de mots.
    C’est que toutes les « meufs » n’ont pas le pouvoir d’une certaine… Victoria Nuland, une derrière, et pas des moindres, toute « l’affaire » américano-ukrainienne, et qui annonce qu’elle va… donner sa démission.
    Très bonne nouvelle !
    Pour l’Europe, on verra…

    https://www.washingtonpost.com/politics/2024/03/05/state-department-victoria-nuland-retiring-russia-ukraine/95e40338-dafc-11ee-b5e9-ad4573c62315_story.html

    • Reconnaissez aussi que se mettre à jour à 120 ans, comme Lormier, c’est quand même loin d’être évident !
      Ce sidi, toussa (encore une fois), ce ne sont que des mots sur un blog ; et si c’était vraiment gênant croyez-vous que Causeur – dont C. Gave – laisserait passer ?!

      • Chacun joue un rôle ; nous jouons tous un rôle ; sur un blog, encore plus qu’ailleurs !

      • Ce blog n’apparaît plus sur le site de Causeur, seuls les initiés connaissent cette adresse. Vous êtes la dernière venue, il n’y en aura sans doute pas d’autres après vous.

        La Moule est un mikado en puissance, à pérorer sur ce qui se ferait ou non, dénué des finesses élémentaires qui sont normalement dues au milieu auquel il se rêverait d’appartenir. Dans le chapitre « Les cons ça osent tout » on peut le voir se distinguer en portant un jugement sur une classe sociale qui a justement une aversion totale pour l’hypocrisie, et quand lui-même verse dans plus le vulgos du vulgos au quotidien, pour ne pas savoir nommer une femme autrement que par « meuf ». En empruntant leur code ! C’est hideux.

        • ?? En cliquant sur JPB (709 articles) sur Causeur, apparaît toujours la mention « il anime le blog « Bonnet d’âne » hébergé par Causeur ».

          De plus… il n’y a pas que Causeur ; JBP s’exprime ailleurs.. et n’omet pas, en général, de mentionner Bd !
          Evidemment ça peut en rebuter quelques uns… so what ! Même sans participer, ils lisent…

          Et je vous rappelle que je ne suis pas la dernière venue ici, mais Josip !
          Les « initiés » ! mdr !

          • Vous êtes quand même capable de mieux que vous enferrer et vous… mordre la queue ?!

          • Le lien direct sur son site n’existe plus. Son blog, comme d’autres, était en page d’accueil. Bah si, les initiés, forcément initiés… Des intervenants dégrossis à tous les délires de la Moule et JPB réunis, c’est dire et ça ne se trouve pas sous les pieds d’un cheval. Peu le supportent sur le long terme.

          • GG : « liens directs » (Bd via Causeur).
            y’en a des qui savent aller au delà… ce qui n’est visiblement pas votre cas.
            Vous faites donc partie des ceusses dans la résilience (ouaf), des ceusses qui le supportez sur le long terme (!) ;
            on se demande bien pourquoi ?!
            Serait-ce que vous y trouvez aussi matière à lire et à réfléchir ?!

  119. Enfumage,suite… dispositif pour éloigner la bouche du trou du khul:

    mages.prismic.io/wellcomecollection/379cb9165fb39e50062792de7d2acc1736fefea3_5.-a-young-woman-being-rescucitated-18thc-wellcome-collection—mckwcvx7.jpg?w=960&auto=compress%2Cformat&rect=&q=100

    • Et au boulot… pour les popoffs ! Encore plus d’uranium et autres substances dont on ne peut plus se passer.

    • La « meuf » de la pire espèce :
      copine de D. Cheney, de M. Albright (et son « la mort d’un demi-million d’enfants irakiens en valait la peine »),
      de l’Otan (bien sûr) et épouse du pire parmi les pires néo-con R. Kagan ;
      Kagan : co-auteur du think tank « Project for the New American Century » – continuation de la politique étrangère EU… jusqu’à nos jours… –
      du Council of Foreign Relations, très influent, et qui « coordonne » le David Rockefeller David Program… et son « programme » pour une « Global Governance » (ou Governance World Order),
      etc…
      Rien que du joli monde !

  120. cyrano58 5 mars 2024 At 22h43
    Le lion sot du califat.
    ———————————————————————————————————
    Bientôt des menaces de mort contre des recteurs ?

    La ministre de l’Éducation nationale, Nicole Belloubet, est venue ce mardi apporter son soutien au proviseur du lycée Maurice-Ravel (XXe arrondissement de Paris) qui a récemment fait l’objet de menaces de mort. Après une mobilisation inédite, lundi, des chefs d’établissement parisiens.

    https://www.leparisien.fr/societe/menaces-de-mort-violences-a-paris-le-grand-malaise-des-chefs-detablissement-a-portee-de-baffe-05-03-2024-RIWKGEUT2NEEJDU7OIUHPDOHMI.php

    Vous la calculez, vous, la Belloubet ? M’est avis qu’elle se déplace parce qu’elle a besoin des chefs.

    • Il a »fait l’objet de menaces de mort ». Pourquoi cette circonlocution ? Pourquoi ne pas écrire: »il a été menacé de mort. » [par des cailleras musulmanes]

      • Ben oui, tant qu’il s’agit des profs, pas grave. Mais les chefs d’établissement, zut alors. Et bientôt, les courtisans eux-mêmes et pourquoi pas le roi. Ce serait renouer avec une belle tradition historique et ils nous ficheraient la paix.

    • C’est juste un fait divers. Circulez!
      Si vous dénoncez l’extrême-droite musulmane, c’est vous le nazi.

  121. Allah a fixé les lois de l’astronomie;il calcule.

    “The sun and the moon follow courses exactly computed.” (RAHMAN, 6)… in the great astronomical universe there are exact mathematical laws which bear witness to Allah’s Wisdom. « 

    • Tout dépend ce qu’on entend par « exact ». Dieu a-t-il suivi des cours d’analyse ?

      On peut en douter…

      • Allah (désigné comme grand « reckoner » (=+/- « calculateur) a-t-il compté les grains de sable de l’univers -comme Archimède proposait de le faire ?

  122. Paul et Vanessa ( suite de la fiction )

    Le lendemain, autour du lac, tout le monde a voulu se joindre à la sortie, Monica, mais aussi Antoine et Stéphanie. Les plans que Paul avaient concocté pendant une bonne partie de la nuit, tombèrent à l’eau. Paul est quand-même plus ou moins parvenu à « briefer  » Virginie pour qu’elle cesse de critiquer les Vosges et les Vosgiens devant Sylvie.
    Repas de Noël.
    Le champagne – Drappier cuvée Charles de Gaulle rappelons-le, produit ses effets.
    Virginie, dans le but de se racheter sans doute, fait l’éloge de la « vosgienne » Jeanne d’Arc.
    Sylvie ne peut s’empêcher d’éclater de rire, de tout son saoul.
    -Voyons, voyons, Virginie, si Domremy fait aujourd’hui partie du département des Vosges, ce n’était évidemment pas le cas du temps de Jeanne, ce village appartenait au duché de Bar. S’il faut associer Jeanne d’Arc à un département de la France actuelle, ce qui n’a vraiment pas beaucoup de sens, alors elle est meusienne peut-être, mais certainement pas vosgienne !
    Quelle rigolade ! Sans le secours de Paul qui fit tout pour contenir son épouse, celle-ci aurait roulé sous la table.

        • Lormier 6 mars 2024 At 8h31
          Victoria Nuland jeune:la meuf était pas mal.

          Tiens, la Moule, mange : la meuf N’était pas mal

          • C’est tout ce que vous trouvez à dire ?!
            Arrêtez de tourner en rond : c’est mauvais pour la santé !

          • Noland est une des pires salopes !
            Vous vous êtes souvent plaint de cette guerre Ru-Ukr et de ses désastreux effets sur l’Europe, et donc la France : Noland en est une des principales responsables.
            Elle ne mérite même pas le terme de « meuf » !

  123. Dugong 6 mars 2024 At 8h58
    Tout dépend ce qu’on entend par « exact ». Dieu a-t-il suivi des cours d’analyse ?

    On peut en douter…

    A ce que j’ai compris, Allah a tout créé, notamment les planètes et leurs mouvements.

    • Combien de pommes a-t-il laissé tomber pour parvenir à la loi en /r^2 ?

      A-t-il ressenti les affres du chercheur solitaire ? (il n’y a qu’un seul dieu)

    • Peut-on imaginer que Lormier ne se contenterait pas que de ventes sur BdÂ, de produits chers et souvent contraires aux bonnes moeurs ?
      Et qu’il aurait lui-même tenté d’oeuvrer dans le « troc » de passes vaccinaux ?
      Un « reckoner » hors-classe ?

  124. Dugong
    6 mars 2024 At 7h49
    S’ils (NDLR : les marxistes) n’insultent pas l’avenir, on pourrait à la rigueur les utiliser comme farce d’appoint pour « sauver la tradition ».

    Dugong nous expliquait jadis que les apports de la physique einsteinienne n’invalidaient pas la physique newtonienne, qui restait suffisante pour rendre compte de 90% de ce qu’on sait de l’univers.

    On pourra alors utilement expliquer à Dugong que les analyses marxistes sont encore aujourd’hui suffisantes pour rendre compte de 90% des rapports sociaux, des relations dominant/dominé, de la nature et des conséquences du rapport exploiteur/exploité.

    Newton/Marx, à l’échelle de leur importance historique, c’est du pareil au même.
    Qui aurait l’idée saugrenue de considérer Newton comme une « farce d’appoint » de la Physique ?

    • Voilà ! votre réaction-réponse était inévitable.
      (et au passage, rendons grâce à GG et à son lien vers Pasolini).

      • @Dugong
        Notre monde de 2024 n’est évidemment plus tout à fait le monde de Marx, celui de la révolution industrielle et de la naissance du prolétariat.
        Il reste cependant, selon moi, fondé sur le principe fondamental du capitalisme : ceux qui produisent la richesse sont ceux qui en profitent le moins. La richesse produite est ensuite répartie d’une façon scandaleusement inégale. De ce point de vue-là, rien n’a changé depuis Marx. Et ça n’est pas la théorie du ruissellement (une des escroqueries intellectuelles majeures de notre temps) qui sera de nature à invalider l’analyse de Marx dans Le Capital…

        A votre question : « qu’est-ce que ça donne? », la réponse sera multiforme et plurielle :
        – ça a donné la naissance du syndicalisme et l’amélioration continue des conditions de travail depuis 150 ans dans les pays les plus développés. Et ça n’est pas rien.
        – aujourd’hui, ça ne donne pas grand-chose de visible. Mais le réel n’est pas toujours visible. Dites-vous bien que partout où existent les injustices sociales, salariales, la colère existe en proportion. Certes, la colère ne se transforme pas immédiatement (ou pas toujours) en désir d’organisation communiste de la société. Mais ce genre de prise de conscience requiert beaucoup de temps, beaucoup d’information, et beaucoup d’éducation. Et sachez que les marxistes y mettront tout le temps qu’il faudra, toute l’information qu’il faudra, et toute l’éducation qu’il faudra. Le plus tôt sera le mieux, évidemment, mais même Marx savait que Rome ne s’est pas faite en un jour.

  125. Le proviseur du lycée Ravel a bien été obligé de calculer Belloubet quand elle lui a rendu visite;mais peut-il la calculer ? C’est une meuf que personne ne calcule.

  126. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    À la fin du repas et quelques verres de champagne plus tard, Virginie, pas découragée le moins du monde par sa première bévue, demanda si la tradition de déposer un verre de lait devant la porte des maisons en guise de remerciement pour les cadeaux déposés pendant la nuit par le père Noël, était toujours en vigueur dans les Vosges.
    Et cette fois, Sylvie tomba de sa chaise et rit à gorge déployée.
    -Grave confusion entre Noël et la Saint-Nicolas, Virginie !
    C’est pour la Saint Nicolas qu’on préparait un verre de lait et une carotte pour l’âne !
    Offrir une carotte au père Noël, quelle idée saugrenue ! Il le prendrait, sans aucun doute, très mal !

    • Le père noël, exploité par les parents et leurs chiards, préfèrerait probablement une bonne bouteille de mirabelles ou de quetsches.

  127. Selon moi, excellente analyse critique du bouquin de Todd, et ce « détail » qui m’avait personnellement frappée :

    « Alors qu’il octroie une place [démesurée] à la religion, Todd ne parle pas du tout de l’islam [le mot est utilisé avec une étonnante parcimonie]. Pourtant, à l’échelle internationale, les nations musulmanes jouent un rôle très important. »
    « l’islam joue aussi rôle politique très important en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne.
    Todd disserte sur la religion zombie et la religion zéro, mais il ignore cette religion qui impose loi dans certains quartiers anglais et ne cesse d’organiser la séparation de la nation en France. »

    Qu’en pensez-vous Josip ?

    https://la-sociale.online/spip.php?article1079

    • @WTH
      Je pense que Todd ne s’intéresse pas du tout aux religions en tant que « doctrines » philosophiques, métaphysiques, mystiques ou politiques.
      Todd ne s’intéresse à la religion qu’en tant qu’environnement susceptible d’engendrer, ou d’autoriser, ou de faciliter tel ou tel type d’organisation é-co-no-mique. Organisation économique, pas organisation politique.
      Dans son dernier bouquin, Todd explique qu’il voit le déclin de la religion aux USA (« religion-zombie ») comme l’instauration d’un nihilisme économique (le mot est de lui) où règnent sans partage le chacun pour soi et la recherche du profit à n’importe quel prix. Que les Yankees croient en Dieu ou pas, ou bien qu’ils aillent à la messe le dimanche ou aux vêpres avant l’apéro, Todd s’en contrefout royalement. Il ne voit dans la « religion/déclin de la religion » que le déclencheur d’un mode de fonctionnement de l’économie.

      Et c’est pourquoi il se contrefout également du problème de l’islam en France, qui n’est selon lui qu’un problème politique, et encore. Todd a toujours considéré que les musulmans de France représentaient un problème mineur dans la mesure où l’islamisme radical y reste minoritaire.
      Si un jour prochain Todd croit voir dans l’islam le facilitateur d’un mode de fonctionnement économique, je parie à coup sûr qu’il s’intéressera de très près aux questions que ça soulève.

      On peut évidemment considérer que Todd commet une grave erreur. Mais on ne peut pas, me semble-t-il, lui reprocher de ne pas parler de politique quand il nous annonce clairement haut et fort qu’il ne parlera que d’organisation économique. C’est son angle d’attaque, son choix d’analyse, à prendre ou à laisser…

      •  » Le déclin de la religion » comme « instauration du chacun pour soi et de la recherche du profit à n’importe quel prix » ?
        J’ai du mal à comprendre : des notions qui me semblent pourtant être les moteurs de cette révolution que fut le capitalisme, qui ne datent pas d’hier, et qui ne font que gagner du terrain.
        Quant à « l’islam le facilitateur d’un mode de fonctionnement économique » ?
        Les pays du Golfe… mettent en sourdine leurs courants religieux, l’essentiel n’étant pas là…
        Ici, en Europe, l’islam met à mal nos Etats, et ajoute à une situation générale déjà bien difficile à gérer…tous azimuts.
        Todd ne s’intéresse pas à l’économie… et c’est en effet « son choix, à prendre ou à laisser ».

        • Todd ne s’intéresse pas à l’économie…

          Lapsus ? Vous vouliez dire « la politique » ?

  128. « La richesse produite est ensuite répartie d’une façon scandaleusement inégale. »

    Est-ce vraiment une affaire de répartition ?

  129. Association de défense du droit des obèses sexagénaires à coucher avec autre chose que d’énormes laiderons

    « [Marx soutient que] ceux qui produisent la richesse sont ceux qui en profitent le moins »

    Voilà à quoi aboutit le nihilisme mathématique… Pauvre, pauvre Marx.

    • Manipulation éhontée de propos et de citation.
      Voici le passage original :
      « Il (notre monde de 2024) reste cependant, selon moi, fondé sur le principe fondamental du capitalisme : ceux qui produisent la richesse sont ceux qui en profitent le moins. »
      C’est Josip Gavrilovic qui décrit ainsi ce qui est, selon lui, le principe fondamental du capitalisme.
      Dans ce qui est ci-dessus entre guillemets, Marx ne soutient rien du tout. Marx n’est en rien énonciateur ici.
      Manipulation, mensonge.

      • Association de défense du droit des obèses sexagénaires à coucher avec autre chose que d’énormes laiderons

        J’ai donc été trop charitable : vous n’avez même pas l’excuse de l’autorité (mécomprise) pour balancer un propos économiquement inepte ! Pauvre, pauvre rationalité…

        • Association de défense du droit des obèses sexagénaires à coucher avec autre chose que d’énormes laiderons

          Avant de deviser sur le capitalisme et ses principes, il pourrait être utile d’ouvrir un ouvrage de mathématiques niveau lycée – des fois qu’il y ait quelques enseignements sur la logique élémentaire à en tirer.

          « Ceux qui produisent la richesse sont ceux qui en profitent le moins » : c’est un non-sens pour toute personne qui fait par ailleurs de l’usage le seul critère de la valeur.

          • Sous l’aimable férule d’un jeune agrégé parachuté là pour les besoins de la Nation, nous eûmes droit un cour de logique qui dura une petite semaine au début du nouveau programme de TC en mille neuf cent Pompidou.

            C’était amusant.
            Il n’y a plus jamais fait référence après.

          • Association de défense du droit des obèses sexagénaires à coucher avec autre chose que d’énormes laiderons

            Vous savez bien que l’intérêt d’une discipline ne se limite pas l’application directe des notions qui y sont employées… Je ne parle jamais de barycentre, de mitose ou de mouvement cinétique dans ma vie quotidienne mais je sais que ma compréhension de ces notions n’est pas étrangère à la manière dont j’appréhende le monde.

            L’autre abruti ne peut sortir sa connerie économique que parce qu’il ne fait nullement attention aux définitions des concepts qu’il emploie : « oh ! un PIB en hausse à valeur ajoutée constante »… Cela n’arriverait sans doute pas s’il avait fait des maths – maths en général d’ailleurs, même pas logique fondamentale. C’est un réflexe à prendre, une tournure générale de l’esprit.

          • Association de défense du droit des obèses sexagénaires à coucher avec autre chose que d’énormes laiderons

            Toutes les facs de philosophie à la française étaient peuplés par des abrutis incapables de faire une règle de trois. Ce n’était pas exactement le cas pour la philosophie analytique…

            Allez savoir pourquoi, de ces deux philosophies, l’une est plus solide que l’autre.

  130. Josip (14h51) : grand optimiste, mais qui sait.
    N’empêche que… ça fait quand même un sacré bout de temps depuis les… enclosures !

    Avec une humanité tenue en laisse, telle qu’elle l’est actuellement, faudrait presque un miracle !
    Des smartphones, sans cesse « améliorés », et des banques centrales qui tiendront les cordons de la bourse de tout un chacun…
    (déjà que les « droites » « pro-souveraineté » sont incapables de se rassembler pour les « européennes…)

    • (Et quand on voit où en est l’EN – cf ci-dessus Dgng, 16h10 – on n’est pas sorti de l’auberge !)

      • … sans compter les ceusses du type « Frigoli » chez qui le pet au casque est quasi irréparable !

  131. « Dans un contexte anxiogène, il est tentant de développer des stratégies individuelles pour que son enfant réussisse. Mais qu’appelle-t-on « réussir » ? Accéder aux premières places en perpétuant l’élitisme dans un monde à 50 °C ? Ou, face aux menaces du réchauffement, du fascisme et des alternative facts, donner du sens à sa vie d’adulte en devenir, cultiver l’intelligence collective dans un microcosme vivant, se projeter dans un avenir fondé sur le lien et le respect de chacun, se sentir capable d’agir avec ses concitoyens en vue du progrès pour tous ? »

    Ça c’est grandiose quand même !
    Ce qui est génial est qu’il n’est jamais fait référence aux groupes de niveaux qui ont déjà existé tempo fa. Pas d’étude, pas de bilan. Et l’anti – compétition , grandiose aussi ! Quelle bande de navets, de betteraves.
    Quand je pense que je faisais au collège des cours de grammaire et d’orthographe fondés sur le mode d’une compétition ludique avec une barre chocolatée à la clef pour celui qui gagnait ! Les élèves exultaient et adoraient littéralement ces cours de «  bagarre « intellectuelle ».»
    Che cretina questa gente !

  132. Dugong 6 mars 2024 At 16h33
    ça a aussi donné la naissance aux goulags…

    Sous les tsars, les goulags existaient déjà;ils s’appelaient « bagnes ».

  133. Quand j’ai lu dans le Monde le passage mentionné par le lamantin je me suis pincé!

    C’est village Potemkine, c’est digne de la meilleure propagande soviétique des années 30.

    Traduit en parler vrai on y apprend que Maxime est bon élève, avec un prénom pareil quoi d’étonnant, que Younès est illettré, en français et dans sa langue maternelle très certainement aussi, qu’Abdoul est limite débile.
    Que Mohamed pleure car son grand frère s’est fait gauler avec 300g de beuh et 20 sacs en cash pendant que Younès et Abdoul le soutiennent.
    Samira est une emmerdeuse hystérique qui fout le bordel en classe, ingérable on l’a envoyée dans un dépotoir scolaire où elle a naturellement trouvé sa place. Elle y a rencontré une petite syrienne parlant à peine quelques mots de français avec un fort accent à qui elle apprend les rudiments du wesh-wesh et les combines locales. Bientôt, après quelques fellations et selfies dans les chiottes des garçons elle l’initiera aux joies des tournantes dans les caves de la cité, elle pourra ainsi devenir une jeune fille tout à fait épanouie.

  134. Dugong 6 mars 2024 At 16h43
    « …une bonne bouteille de mirabelles ou de quetsches. »

    S’il s’agit d’eau de vie, je pense que le singulier s’impose.

    • M’enf. J’avais envie de partir d’une mère réalisée avec plusieurs sortes de fruits…

  135. Pas encore expulsés ! C’est bizarre.

    Val-d’Oise : ces enseignants dorment au rectorat pour exiger davantage de moyens dans leurs écoles
    Un groupe de professeurs de l’est du Val-d’Oise a décidé d’occuper une salle du rectorat de Versailles depuis lundi matin. Le mouvement est parti du lycée Simone-de-Beauvoir à Garges-lès-Gonesse.

    Par Marie Persidat
    Le 5 mars 2024 à 19h53

    https://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/val-doise-ces-enseignants-dorment-au-rectorat-pour-exiger-davantage-de-moyens-dans-leurs-ecoles-05-03-2024-4R43L2ZWMRABHOZ5ES2WYTQOHM.php

  136. « goulags », « tsar », « Potemkine », « soviétique » :
    toussa c’est de l’anti Vladimirovitch primaire !

  137. Oyez ! Le Diplo lance un concours !

    « Vous êtes étudiant (quelle que soit la filière), vous voulez comprendre le monde et rendre compte de ses transformations, en démontant les ressorts d’un phénomène ou d’un événement. Vous aimeriez témoigner de votre temps, d’injustices méconnues, d’approches ignorées, ou de mouvements de fond passés inaperçus. Reconnu dans le monde entier, avec ses trente-quatre éditions en vingt-six langues, Le Monde diplomatique vous ouvre ses colonnes grâce à un concours organisé par les Amis du Monde diplomatique (AMD).
    Nul besoin de diplômes ou de relations dans le journalisme, faites simplement valoir une bonne idée et un travail rigoureux d’enquête ou de reportage. Tentez votre chance, osez défendre un sujet original en l’éclairant au mieux par des informations incontestables, et en le rendant accessible par une écriture aussi limpide que soignée. »

    https://www.monde-diplomatique.fr/2024/03/A/66632

    Ont-ils songé que de telles exigences réduisaient à zéro le nombre d’éligibles ?

    Les règles du jeu précisent que « Les articles qui ne respecteraient pas les normes habituelles de rigueur orthographique et syntaxique, de même que les centres d’intérêt du journal, ne feront l’objet d’aucune réponse. »
    Faut-il entendre par là que toute critique de l’écriture inclusive ou tout démontage de la schizophrénie de Todd/Lourdon/Cernaux fera l’objet de poursuites ?
    Enfin, « Le lauréat verra son article publié dans le mensuel en fin d’année 2024 et rémunéré. »
    Ca rapporte d’écrire dans le Docus ?

    • « Todd/lLourdon/Cernaux » : Josip, notez qu’aucun coup bas n’effraie le sirénien !

  138. Quand je pense que l’article date de 2012 ! Vraiment en France,on a du retard:on en est resté à l’avortement pré-natal, alors que les chercheurs australiens planchent depuis 12 ans sur l’avortement post-natal !

    After-birth abortion: why should the baby live?
    Alberto Giubilini1, Francesca Minerva2
    Abstract
    Abortion is largely accepted even for reasons that do not have anything to do with the fetus’ health. By showing that (1) both fetuses and newborns do not have the same moral status as actual persons, (2) the fact that both are potential persons is morally irrelevant and (3) adoption is not always in the best interest of actual people, the authors argue that what we call ‘after-birth abortion’ (killing a newborn) should be permissible in all the cases where abortion is, including cases where the newborn is not disabled.

    https://doi.org/10.1136/medethics-2011-100411

  139. Dugong
    6 mars 2024 At 16h23
    Des goulags pour tous !

    Dès qu’on vous parle d’organisation communiste de la société, vous répondez « goulag ». Un grand classique.
    On ne peut même pas vous en vouloir vraiment, votre réaction est humaine, tellement humaine…et de bonne guerre.
    Deux constats cependant, avec en prime une question :
    – quand on vous parle d’Adam Smith et d’organisation capitaliste de la société, vous ne répondez jamais « traite négrière », « guerres coloniales », « enfants de 5 ans travaillant dans les mines ». Pourquoi ? Indignation et réprobation hémiplégiques.
    – vous semblez incapable d’imaginer (savez-vous qu’imaginer n’est pas un gros mot?) une organisation communiste de la société qui sache ne pas verser dans le totalitarisme. Ne prenez pas vos limites conceptuelles pour l’horizon indépassable de l’humanité.
    Et voici la question : si vous aviez eu le pouvoir d’expédier Meirieu au goulag, vous en seriez-vous privé ?

  140. Je ne vise pas un brevet d’organisation équitable de la société.
    Par humanité, j’aurais envoyé Meiriol à Katyn pour approfondissement de son dossier.

    Vous parvenez à « imaginer une société qui saurait ne pas verser dans le totalitarisme ». Grand bien vous fasse ! Participez donc au grand concours du Diplodocusse ! Vous bénéficieriez de tout l’appui de vos « relations dans le journalisme » !

  141. Dugong
    6 mars 2024 At 19h17
    Je ne vise pas un brevet d’organisation équitable de la société.

    En effet. Parce que vous êtes du bon côté de la barricade. Vous n’êtes sans doute pas un déplorable exploiteur, mais vous ne faites pas partie des déshérités. Et votre situation relativement confortable vous satisfait pleinement, vous n’avez nulle envie d’aller « convoiter l’impossible », selon la belle expression d’Henri Maler.
    Essayez de vous imaginer du côté des déshérités…ah non, pardon, imaginer ne fait pas partie de vos compétences.

    Vous dites : « Par humanité, j’aurais envoyé Meiriol à Katyn pour approfondissement de son dossier. »
    Eh bien c’est du joli ! Je vous imagine disant à ce pauvre homme « je vous tire une balle dans la nuque, mais c’est pour vous éviter le goulag. Merci qui?  »

    Vous dites : « Vous parvenez à « imaginer une société qui saurait ne pas verser dans le totalitarisme ».  »
    Vous connaissez sans doute la phrase célèbre : « Personne ne leur avait dit que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

    Quant à participer au concours du Diplo….eh bien pourquoi pas ?

    • Pour satisfaire votre irrépressible besoin de sociologiser, je vous suggère de regrouper quelques affidés lfi autour de vous et d’œuvrer pour un voyage (aller) vers Proxima Centauri * où une planète qui sera un jour riante , vous attend pour alphabétiser des sortes de vélociraptors un peu brut de fonderie qui persistent à l’occuper façon Gaza.

      * dépêchez vous car la distance à parcourir est énorme pour votre entendement

  142. J’ai ouvert ici même il y a peu un recensement des escroqueries intellectuelles les plus notoires de notre temps. En voici une belle :
    « La pratique et la maîtrise des mathématiques rend intelligent ». (Variante : « ….est un signe d’intelligence »)

  143. Voulez-vous vraiment que je rende publique une liste de cracks en maths, par ailleurs cons comme des valises sans poignée ?
    Vous, thomiste aux deux sens du terme (René et le saint), qui ne croyez que ce que vous voyez, vous serez bien obligé de me croire.

  144. À la fin du repas et quelques verres de champagne plus tard,

    Dois-je comprendre qu’ils ont bu du chamapagne tout au long du repas? Après le repas ?

    Le champagne se boit avant le repas.

    Il me semble qu’à un moment Philiponnat avait conseillé son Clos des Goisses en accompagnement de certains mets…L’association plats/ champagne n’est pas impossible,elle est très difficile. Très peu de champagnes s’y prêtent. Le Clos des Goisses est très vineux…je ne me rappelle plus sur quel met la maison le conseillait.

    Tout cela est si loin,si loin…

    Bon, y a toujours des olibrius pour inventer des trucs à dormir debout,comme par exemple un vin rouge ,le Bouzy, sur des huïtres !

    De toute façon ,les huîtres je n’aime pas beaucoup;je n’irais pas en acheter .

  145. Dugong 6 mars 2024 At 20h27

    Le concept de valises sans poignée n’a-t-il été formalisé par Klein ?
    ——————————————————————————————————-

    Les valises de Virginie et Monica ont des poignées.

    On ne sait toujours pas ce qu’elles contiennent.

    • Euh, d’abord je ne supporte pas cette pouffe à l’interruption incessante, et puis… il faut lire son bouquin 8 minutes c’est peu, c’est même très insuffisant ; « l’approche » de Todd est disons, « particulière ».
      Ceci étant, il devient en effet urgent de prendre ses distances avec les EU, d’en finir avec cette hallucinante allégeance !

        • Vous vous répétez (comme moi).
          Si tout était dit, pourquoi a-t-on alors pris la peine de continuer à écrire et à en discuter ?!
          S’arrêter à « overlord » et E. Bernays ?
          Ce n’était pourtant qu’un début, et il est au contraire important de sans cesse mettre le logiciel à jour !

  146. J’ai déjà il y a plusieurs mois expliqué en quoi Blaise Pascal, crack en maths, était un connard de première classe.
    A la demande générale je m’apprête donc à enrichir cette liste de forts en maths encore plus cons que notre Blaise. J’y travaille.
    Il me souvient que dans une de ses psychanlyses, le Prophète Mao Mais avait signalé qu’entendant le mot « mathématiques », il entendait aussi et surtout « matez ma tRique » de la part des forts en maths à la connerie arrogante et qui ne manquent pas d’r. Eh bien j’annonce que certains vont peut-être débander.
    Et peut-être un jour vous raconterai-je l’histoire du polytechnicien et de la puce savante.
    A très bientôt !

    • Blaise Pascal, crack en maths, pas seulement …et sa prose ?

      l’histoire du polytechnicien et de la puce savante. S’agit-il de la puce dressée à sauter sur commande ?

      Cette histoire,j’aime la sortir aux gens qui croient que « evidence based medicine » se traduit pas « médecine basée sur les preuves ». (Qu’ a prouvé le polytechnicien ?)

  147. WTH 6 mars 2024 At 20h11
    Pub sur le site 24look-ru : mais dans quel monde vuitton ?!

    Ils disent « brend » pour marque…

    • Et oui, le Lancet peut lui aussi retomber très bas – et ce n’est pas la 1ère fois.

  148. Escroquerie intellectuelle majeure de notre temps:
    « La pratique/maîtrise des mathématiques rend intelligent/est un signe d’intelligence ».

    L’épisode 1 a été par mes soins consacré à Blaise Pascal, pas maladroit dans les disciplines scientifiques, mais se posant des questions à la con sur la grâce divine et y répondant de façon encore plus conne (le « pari »). Mort sans doute puceau : Charlotte de Roannez, amoureuse de Blaise et ne demandant qu’à conclure, a fini ses jours à Port-Royal sur les conseils du prétendu génie scientifique…Peut-on être plus con ? Quel con ! Non mais quel con !

    L’épisode 2 sera consacré – à tout seigneur tout honneur – à Isaac Newton.
    Voilà un garçon qui ne manque pas de qualités. Cambridge, à son époque, n’accueillait pas de bras cassés. Et puis disons que ses travaux sur la gravitation n’étaient pas dénués d’intérêt. Si ses recherches ont pu attirer l’attention de Madame du Chatelet au point qu’elle en assure la traduction, c’est qu’elle y avait trouvé quelque substance.
    Or, voilà notre brave Isaac qui, à un moment donné de son parcours, se met en tête d’aller chercher des poux dans la tonsure du dogme de la Sainte Trinité. Non seulement il ne se pose aucune question sur l’existence de Dieu (quel con !), mais en outre il croit malin de tailler des croupières à Jésus-Christ et au Saint-Esprit…Et au lieu de continuer dans le champ disciplinaire où il avait des dispositions, voilà Môssieur Newton qui noircit des pages et des pages dans son combat anti-trinitarien…!
    Il n’avait rien de mieux à faire, le Isaac? L’aurait pas pu creuser un peu plus son histoire de gravitation ? L’aurait pas pu, avec l’âge fléchissant son dos et l’obligeant à avancer penché, faire la relation avec la courbure de l’espace-temps ?
    Quel con ! Non mais quel con !

    • Dans les deux cas, la religion rend con. Croire dispense de douter, donc de penser.
      « Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? Voltaire a tout dit. Rien à ajouter.

  149. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Vingt-cinq décembre au matin. Ouverture des cadeaux.
    Paul est très impatient de savoir ce que contenaient les valises si lourdes qu’il a dû transporter avec difficulté dans la chambre des invitées à leur arrivée.
    Amère déception :
    Des pierres fines de Madagascar, un cendrier en bois silicifié, un énorme jeu de solitaire malgache, une carapace de tortue verte de Mayotte, mais rien, vraiment rien qui fasse rêver ou simplement sourire.
    Ses références historiques ont pu faire illusion le premier jour, mais en réalité le bagage culturel de Virginie comporte de graves lacunes.
    Douze mille km pour amener des pierres dans les Vosges, Paul ne l’avait pas imaginé.
    Béryl, tourmaline, topaze, quartz rose, améthyste, Sylvie et Stéphanie, pourtant, semblent ravies et se les disputent comme si elles partageaient un butin.
    Virginie et Monica paraissent également satisfaites de leurs tissus vosgiens.
    Antoine s’en fout.
    Paul, lui, sa carapace de tortue sur les bras, est triste .
    Jeu de solitaire, tortue, quel est le message ?
    Une simple bouteille de rhum arrangé, de Saint-Paul, pour l’intention, aurait suffit .

  150. « la puce savante » et Josip (hier, 23h15)
    … un jour prochain greffée dans votre main ?
    Car il est à craindre que la plupart de nos concitoyens et politichiens y verront quantité d’avantages, de même qu’ils l’ont fait pour le supposé vax Pfizer.

    Comme disait monsieur Sylvestre, en digne descendant de E. Bernays, il suffit de savoir « vendre », et comme le capitalisme est maintenant fermement étendu à toute la planète, hein Josip !…
    (les centres commerciaux à Moscou, et les «Birkenstock » à la mode à Beijin !).

  151. Hier, sur Tocsin – la matinale (avec super Clémence) :

    Le maestro dit encore clairement ce qui doit être dit (seul Josip ne doit pas y croire ; sans doute n’a-t-il jamais vu, par ex, des joueurs de go…).
    Grand « désordre » (« guerre civile molle ») et « laideur » deviennent « sidérants »…
    Laisser monter la « guerre civile molle » risque de se payer fort cher.
    (12 minutes)

    https://www.youtube.com/watch?v=0hsr7AD5cUs&t=463s

    • Oh la la k’est-ce l’il est chouette alors, k’est-ce k’il est bô avec son projet mao de cadrer les réseaux sociaux, 40 mn/jour pourles d’jeuns. Bah oui alors… l’est vraiment trop bô.

      Jean-Paul ou la liberté d’ekspression à géométrie variable. Et l’autre qui acquiesce lobotomisée « vous seriez dans mon gouv’, vous savez… »

      • Voilà ! Comme quoi vous suivez au doigt et à l’oeil !
        Je l’attendais votre réaction à ce passage : je l’ai eu !

        (sinon, abstenez-vous de critiquer super Clémence ; merci ! Heureusement qu’il reste encore quelques jeunes comme elle ; je serais bien incapable d’en faire autant !)

          • Nobody’s perfect, comme disait l’autre…
            C’est étonnant la vitesse à laquelle vous redevenez pitoyable : cucul, prout, kiki, caca !
            oui, Ginette ça va bien avec Gérard : c’est aussi moche !
            Et même pas le courage de revenir à « Flo » !
            (je vous rappelle que j’ai l’âge de JPB, alors bon, son « kiki »…)

        • … C’est comme, exemple le plus récent : le dernier Todd où personnellement j’ai été frappée par les formules de Todd « religion zéro » = effondrement religieux, expliquant la « défaite de l’Occident »…

      • (Vous devez vous marrer, je l’admets volontiers, devant autant de connerie, à pouvoir glisser une idéologie coercitive digne du Grand Reset. En faisant l’économie de rappeler que ces pseudos agités étaient peut-être payés par une puissance qui a pour habitude de sortir son carnet de chèque en grande couronne parisienne et qui fut reçue récemment au Château. Et Clémence, les yeux embués, l’oreille interne occupée ailleurs, n’a plus les moyens cognitifs de réagir… Mais je comprends votre kiff, je verse moi-même parfois dans ce culot d’amener à faire dire à l’autre l’impensable. Chez vous, Brighelli, ça passe crème)

        • (En plus, vous êtes toujours dans le bon timing ! Ursulla expliquait à Klaus qu’il fallait réduire la voilure des réseaux sociaux, le Château voudrait fermer le clapet de Cnews. Et vous voilà, de bon matin, rasé de près et sur une ondes dissidente offrir la corde pour qu’ils se pendent. Et l’autre conne amourachée au micro de vous remercier pour le cadeau… Je le reconnais, Brighelli, franchement pas mal)

          • Faut dire aussi que Cnews avec bientôt le boss de Front Pop’…
            ça remue-ménage dans les media, comme aux EU…

          • Et merci de ne pas appeler les salopes par leurs prénoms ! (et Ursula, un seul L) ;
            onde dissidentes ?

          • En conclusion, « on » vous espère un jour dans la rue, ou sur les barricades…
            mais on peut toujours rêver !

          • bah, Voilà, Ginette, t’es vraiment trop top à l’ortho, tu sers au moins kek’chose. T’es la vraie cheffe des majorettes !

          • WTH 7 mars 2024 At 13h39
            En conclusion, « on » vous espère un jour dans la rue, ou sur les barricades…
            mais on peut toujours rêver !

            Wèèè, Ginette, en martyr ! Pour la cause mais d’abord pour Brighelli. Ginette veut bien mourû pour Bribri gros kiki « j’avance masqué ». Pour lui et pour sa meuf qui bosse pour le gouv’au sinistre des sports.

            Ginette amourachée, Ginette est une conne magistrale

          • « sa meuf qui bosse pour le gouv’au sinistre des sports »

            Vous retardez, elle a été virée.

          • (Allez j’arrête là. Encore chapeau Brighelli. Mais par sûr que vous puissiez manœuvrer encore longtemps… 1) La corde était vraiment grosse ce coup-ci. 2) Il n’y pas que des meufs amourachées qui vous écoutent)

  152. C’est pas con, et c’est de coutume : Vingt lascars payés à provoqués une émeute officiellement relayée par les réseaux sociaux pour enfin réduire la voilure de la liberté d’expression.

    Je te la fais en langage neuf cube, le vouvoiement le met à présent dans ton ukh : Grosse catin ! Il va aussi falloir que tu cours vite, vieille salope.

    • « provoqués » ? « neuf cube »…
      Il est vraiment grand temps de trouver ENFIN quelqu’un qui « t »’embrochera… pour de vrai !
      Les « histoires de fesses et de cul » sur Bd ne sont décidément pas faites pour « toi » !
      (der de der, passe que les autr’ ça les emmerde).

      • Hè Ginette ! Y’a la Moule qui se prend pour Nadine de Rothschild (elle ne connait rien au demi sec servi en dessert, elle est super drôle), tu devrais aller jouer avec elle.

  153. C’est une chance pour vous de donner vos directives en FaceTime; face à moi, dans un studio, vous ne finissiez pas l’argumentaire, c’était un kick dans la mâchoire et quitte à ce que je fasse six mois de préventive. Le piano refait !

    • « Face time » ? quoi-t’est-ce ? Ce n’est pas vous qui iriez confondre avec fesse-time, hein ?!
      « finissiez l’argumentaire » ? Et Nad’ de Ratschold, quoi-t-est-ce ? Surprise : j’ai encore mon vieux nunchaku ; pouvez- pas comprendre c’est pas de vot’ time !
      ça fait plus de dégâts qu’un kick, believe me – puisque, visiblement vous êtes grande adepte du franglais !
      (je pourrais aussi venir accompagnée, mais bon, restons… fair play !)

      • (Bon. C’est Ginette, en même temps, faut pas trop lui en demander)

        @ Bribri : La seule pratique moïste valable, (dis-le à ton chef de merde qui pue la fin et qui affectionne ton idéologie, actuellement planqué en Suisse) : c’est de faire payer la balle qui aura servi à exécuter un traitre à sa famille.

        • Pfizer va vous péter à la figure. La vague arrive sur l’UE, et ton chef n’échappera pas au tsunami. Il y croit encore à son futur ? Il y croit encore avec cet autre dégénéré qu’il a pour complice, qui s’imagine faire peur avec une armée effective de 15 000 hommes, deux canons et un zavion, un carton comme stock de munitions ?
          Ce que vous avez de mieux à faire serait de préparer votre départ. La guerre n’aura pas lieu sous Touf’. Non. Il n’y aura pas de saisi des biens chez les particuliers comme ta salope de véné le souhaiterait.
          On morflera, c’est sûr… Mais sans vous et pour reconstruire. Il n’est pas impossible que l’on demande des comptes.

          • Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il faudrait la piquer, mais des gravos de cet ordre, c’est quand même rare !
            Avec ses p’tits poings, iel va tout faire basculer ! On y croit !
            ça fait ricaner la galerie (un moment, passe qu’à force, ça devient lassant, très lassant).
            Comme disait mon « loulou » (aux multiples blases) : qu’elle regagne l’asile dont on n’aurait jamais dû la laisser sortir.
            Seul, le charitable sirénien (enfin pas toujours), du haut de sa colline, lui témoigne un peu de, heu, compassion.

          • Espèce de conne, ça te parle la loi de Juin 23 sur la réquisition des biens en cas de guerre ? Tu ne vois pas l’intérêt, tellement dèb’ que tu es, d’un conflit quand cet autre demeuré de Burno expliquait, il y a peu de temps, la nécessité de se servir dans l’épargne privé.
            La Ginette à Bribri le gros kiki « Ah elle est flolle, ah wèèèè, j’dis comme ils disent… Bah wèèè alors, bah nan Bribri n’est pas mao, bah nan alors… « 

          • Arrête de te faire mousser sur les arguments de ton camp du bien. Joue la perso une fois dans ta vie, ait tes arguments. Arrête de vouloir toujours prendre la vedette sous un commentaire où ta grosse queue intervient dans le mode « coucouc ch’ui là, ohohho vous m’avez vue ? ». Tu fais pitié. Si il y a une frapadingue ici c’est toi, t’es la seule meuf à n’avoir toujours pas compris.

          • Ton Loulou à multiple pseudos ? Mais tu lui chieras dans les bottes au premier conflit ouvert qu’il aurait avec Dugong. Tu te cales dans le camp du plus fort et tu te joins à la meute (enfin, dans le camp placé au plus près de Bribri, hein) t’es un foie jaune de première, une véritable planche pourrie.
            Fais nous rire !

          • Maintenant tu peux aller te plaindre en privé à Bribri. Vas-y, connasse (Au passage, je te donne même un prétexte pour lui parler en privé, pour que tu aies son oreille à toi toute seule. Le kiffe absolu de la groupie). Tu n’es qu’une petite merde, rien de plus.

          • « conflit ouvert » entre Dugong et le « loulou aux multiples pseudos » :
            malheureusement, vous avez raté, à la fin de l’automne,
            une rencontre du feu de dieu, entre les dits Dug et Loul’,
            dans un des près dudit Dug,
            match arbitré par le maestro et IAL ;
            résultat ; match nul…
            Je vous passe les détails, mais on a bien rigolé !
            (cyrano et Josip avaient préféré se faire porter pâle)

          • (prés : accent aigu ; mais l’affaire présentait, nezenmoins, une certaine gravité !)

  154. Et, après l’intermède (mensuel, bi-mensuel, +, – ?),
    les affaires reprennent – sous vos applaudissements !

  155. « une carapace de tortue verte de Mayotte  »
    Espèce protégée ? Ou bien la carapace avait été prélevée sur une tortue morte depuis longtemps ?
    Et qu’est-ce qu’il est censé faire avec cette carapace ?

    Vraiment, quelle déception, l’ouverture des valises ! J’étais parti sur une fausse piste.

    Mais faire 24 000 km AR pour aller randonner au Saut de la Bourrique,m^me quand on est plen aux as, j’ai du mal à y croire;

    Virginie a une idée derrière la tête,c’est sûr.

  156. Dugong 7 mars 2024 At 7h59
    IAL, alias le normatif…
    _________________________________________________________________________

    Lormier ne crée pas de normes;il rappelle les normes existantes.

    Le grand leit motiv de Dugong, c’est j’menf ;la génération « moi d’abord »  » et pis j’fais ce que j’veux ».

    Bintôt il n’y aura plus de Boëldieu ni de Lormier;ne resteront que les cailleras et les Dugong et tout partira en quenouille.

  157. Jean-Paul Brighelli 7 mars 2024 At 14h10

    Vous retardez, elle a été virée.

    Retour au Rectorat , (qui n’a toujours pas de recteur) ?

  158. Une simple bouteille de rhum arrangé, de Saint-Paul, pour l’intention, aurait suffit

    suffi.

  159. Une énième sujet pour Stéphane Bern !

    Par contre quel plaisir d’être sur un site, avec autant de vie en commentaire des articles, c’est agréable ! Que de vie.

    • Eh oui Saint Augustin, que de vit que de vit. C’est ce que se répète JPB chaque matin, il en rêve. C’est pour ça qu’il en parle autant. Peut-être dans votre bonne grâce, pourriez-vous le soulager un peu ?

  160. abcmaths 7 mars 2024 At 20h17
    « attendons la suite »
    J’attends vos suggestions, je suis à court d’idées

    Monica fait boire une étrange potion à Paul,se déshabille langoureusement devant lui, l’attire dans son pieu. Paul retrouve la vigueur de sa jeunesse…et quand elle lui enfonce le majeur de sa main droite dans le trou de balle,il jouit comme jamais.

  161. Méat coule pas.

    J’ai tiré du récit d’abcmaths une conclusion hâtive,peut-être fausse.

    Les meufs ont sorti les cadeaux;elles n’ont pas montré tout ce qu’il y avait dans les valises.

    Le lecteur ne peut affirmer qu’il n’y avait pas de stimulateur prostatique à vibration dans l’une des valises.

    Par conséquent, il n’est pas du tout impossible que Monica en ait inséré un (plutôt que le majeur de sa main droite) dans le trou de balle de Paul.

    Cela dit, la stimulation manuelle est,aux dires de certains spécialistes, aussi efficace (voire plus efficace) que celle mécanique.

  162. Newton, paraît-il, est resté puceau jusqu’à sa mort.

    On en déduira ce qu’on voudra même si IAL est d’avis contraire.

    PS : IAL a-t-il quelque chose à dire sur le fait que Galilée est mort l’année où Newton est né (1642) ?

  163. Agri(in)culture (suite) –

    Où l’on apprend que les djeuns ne savent plus faire la différence entre le concombre et la courgette.
    Cette grave lacu(l)ne peut-elle avoir une incidence dans les histoires de BdÂ, contraires aux bonnes mœurs, et en particulier celles d’IAL ?

    • Faudra-t-il leur en mettre une pour qu’ils « vivent » la circondifférence ?

  164. Dugong
    8 mars 2024 At 9h59
    « Newton, paraît-il, est resté puceau jusqu’à sa mort. »

    Tout comme Blaise Pascal.
    Deux incontestables grands esprits scientifiques qui semblent avoir eu des problèmes de libido.
    De là à déduire que les aptitudes en sciences dures vont de pair avec une tendance à la demi-molle…ou bien à la franchement flaccide…

    Le Prophète Mao Mais, comme je le rappelais il y a peu, remarquait que quand les matheux ordinaires plastronnaient avec arrogance sur leurs compétences « mathématiques », on les entendait surtout dire « matez ma trique »…
    Quelle ironie amère si l’on songe à Blaise et Isaac…

      • Ma liste, je la distille au compte-goutte.
        Vous avez déjà eu Pascal et Newton.
        Pour le prochain, on perdra en notoriété historique mondiale, puisqu’il s’agira de Cedric Villani.

        PS : Votre intérêt pour ce qu’il y a de leste en moi me touche beaucoup.

    • Pour les sociololinguistres, on ne se pose pas la question : langue molle, bite molle

      • Cher ami, c’est bien là le problème des tenants des sciences dures : ils ne se posent jamais les bonnes questions.

        • Les bonnes questions sont celles pour lesquelles on a une réponse qui emporte l’adhésion de tous à un moment donné (après, on range la question dans un tiroir et on laisse les histéroriens des sciences déblatérer autour).

  165. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Deuxième tentative au Saut de la Bourrique.
    Hélas, la température est remontée, la neige est moins dure et aussi moins glissante.
    Virginie a marché à tout petits pas derrière Paul et est parvenue à ne pas perdre l’équilibre une seule fois. Six heures tout de même, pauses comprises, pour boucler les huit kilomètres mais Virginie a tenu bon.
    Paul est déçu. Son plan a échoué. Virginie n’est pas épuisée et elle a le temps de récupérer complètement pour le repas du soir. Sylvie va être furieuse.
    Antoine et son épouse sont repartis chez eux.
    Paul sera seul avec trois femmes ce soir.
    Paul a peur.

  166. Ils ne nient plus que les prétendus vaccins causent des myocardites.

    Cas d’un enfant de sept ans:le coeur,à l’autopsie, apparaît dans un état effrayant.

    NB Une astuce a été utilisée pour diminuer la statistqiue des effets néfastes du « vaccin »:étaient considérés comme non-injectés les personnes injectées depuis moins de deux semaines. J’ignore si cette astuce a été utilisée partout dans le monde. Chez ce malheureux enfant, les troubles se sont déclarés trois jours après l’injection. L’hôpital n’a rien pu faire;l’historique de l’agonie est intéressant :ça commence par des douleurs articulaires…

    https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jep.13962

      • Regardez la photo (mais pas juste avant d’aller dormir).

        Myocardites:ils ne nient plus
        Troubles menstruels:ils ne nient plus
        Cacers,rechutes cancéreuses:ils nient encore

  167. Dugong 8 mars 2024 At 9h59
    Newton, paraît-il, est resté puceau jusqu’à sa mort.
    ——————————————————————————————————-
    « paraît-il » autrement dit on n’en sait rien

    Il était peut-être homosexuel; il a peut-être eu pour amant :

    1689 – 1693: Fatio de Duillier
    there are existing letters between Fatio and Newton that do hint at a romantic relationship, even more than the social mores of the time would usually allow:

    ‘…the reasons I should not marry will probably last as long as my life’, wrote Fatio, then later, ‘I could wish sir to live all my life, or the greatest part of it, with you.’

    https://h2g2.com/edited_entry/A72024905

  168. En Angleterre le député Bridgen demande que les statistiques sur la sur-mortalité soient entèrement publiées et qu’un débat ait lieu sur le sujet au Parlement.

    Un membre du gouvernement a fait savoir que certaines statistiques ont été communiquées aux laboratoires phramaceutiques mais qu’elles ne peuvent ^tre rendues publiques car elles sont un secret commercial.

    Le gouvernement sait tout,il connaît l’ampleur de la catastrophe,il essaie désespérément de sauver ses fesses.

  169. Victime du vaccin ,décédée à l’âge de sept ans;j’ai dit que le coeur avait été complètement bousillé par l’injection en moins d’un mois;c’est la cause de la mort;mais on a trouvé des lésions dans d’autres organes y compris le cerveau.

    Normal: les nano-particules lipidiques passent partout et l’ARN mensonger a été trafiqué pour résister au système immunitaire.

  170. osip Gavrilovic 8 mars 2024 At 12h02
    il s’agira de Cedric Villani.

    Lui n’est pas puceau;trois enfants issus d’un maraige;un bébé conçu avec une maîtresse (avec laquelle,apparemment,il vit.)

    Je ne rappelle plus très bien ce que vous mettiez dans votre liste: les forts en maths mais cons ? ou les forts en maths et puceaux ?

    • Forts en maths mais cons.
      La matière est en soi assez abondante pour que je me permette le luxe de tenir la puceau-ité comme un simple effet collatéral.

  171. Dugong 8 mars 2024 At 9h59
    Newton, paraît-il, est resté puceau jusqu’à sa mort.

    On en déduira ce qu’on voudra …
    —————————————————————————————————–
    et qui n’aura pas le moindre intérêt:on ne peut rien « déduire » d’intéressant d’un »paraît-il ».

  172. Le ressentiment est la marque des faibles d’esprit. Au lieu d’ouvrir un livre pour combler ses lacunes et essayer d’atteindre le niveau d’un collégien en mathématiques, l’abruti se rassure de sa nullité.

    « Untel a découvert la pénicilline certes, mais il avait un gros nez. »

    • Et le ridicule est atteint quand, pétri de certitudes, l’abruti est incapable d’imaginer que la foi peut ne pas être un accident, une incompréhensible erreur de parcours mais bien la conséquence du génie mathématique.

      « Je ne sais pas résoudre une équation du premier degré mais je m’en vais vous expliquer si les mathématiques sont compatibles avec la foi. »

      • Le positivisme naïf, ou l’autre nom du… demi-habile !

  173. On voit aussi les effets du meirieusisme en ce qu’au lieu d’être couvert de honte de sa stupidité (parce que c’est bien de cela dont il s’agit : pour ne pas atteindre le niveau brevet en mathématiques, il faut le faire exprès), l’abruti devise librement sur notre monde et les principes du capitalisme…

  174. Je rêve d’une société où on ferait un peu moins autour de soi pour propager ses petites lubies politiques et un peu plus pour combler ses lacunes dans les matières fondamentales…

    • Le Prophète Mao Mais, comme je le rappelais il y a peu, remarquait que quand les matheux ordinaires plastronnaient avec arrogance sur leurs compétences « mathématiques », on les entendait surtout dire « matez ma trique ».
      CQFD.

      Les compétences mathématiques et la connerie arrogante à front de taureau ne sont pas mutuellement exclusives.
      CQFD.

  175. ‘I could wish sir to live all my life, or the greatest part of it, with you.’

    Je pourrais,Monsieur, souhaiter vivre toute ma vie ,ou la plus grande partie de celle-ci avec vous.

    Fatio de Duillier,dans une lettre à Newton.

    Pirre Driout,à Dugong:

    Je pourrais,Monsieur, souhaiter vivre le restant de ma vie avec vous.

  176. « …femmes payées 20% de moins que les hommes alors qu’elles fournissent un travail équivalent… »

    Hum:en moyenne, à poste égal les femmes touchent en moyenne à peu près 4% de moins que les hommes;

    Les 20% de moins, c’est du global:généralement, les femmes n’accèdent pas aux mêmes emplois que les hommes.

    (Et grâce à Blanquer,elles seront beaucoup plus rares à accéder à des postes de cadres.)

  177. Fregoli : « La foi peut ne pas être un accident, une incompréhensible erreur de parcours mais bien la conséquence du génie mathématique. »
    En d’autres termes : le génie mathématique peut être l’élément déclencheur de la construction de la certitude de l’existence de Dieu.

    Je n’ai même plus à me donner la peine de prouver qu’on peut être un fort en maths et con comme une valise sans poignée. La citation ci-dessus en est l’eblouissante démonstration par l’exemple.

    Encore et toujours, je préfère Brassens, et de loin. Lui au moins ne se prenait pas au sérieux et savait s’amuser, et amuser son public, tout en étant bien plus philosophe qu’il n’y paraît:

    « Est-il en notre temps rien de plus odieux
    De plus désespérant, que de nepas croire en Dieu?

    Je voudrais avoir la foi, la foi de mon charbonnier
    Qui est heureux comme un pape et con comme un panier

    Mon voisin du dessus, un certain Blaise Pascal
    M’a gentiment donné ce conseil amical

    Mettez-vous à genoux, priez et implorez
    Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez

    Je me mis à débiter, les rotules à terre
    Tous les Ave Maria, tous les Pater Noster

    Dans les rues, les cafés, les trains, les autobus
    Tous les de profundis, tous les morpionibus

    Sur ces entrefaites-là, trouvant dans les orties
    Une soutane à ma taille, je m’en suis travesti

    Et, tonsuré de frais, ma guitare à la main
    Vers la foi salvatrice, je me mis en chemin

    Je tombai sur un boisseau de punaises de sacristie
    Me prenant pour un autre, en chœur, elles m’ont dit

    Mon père, chantez-nous donc quelque refrain sacré
    Quelque sainte chanson dont vous avez le secret

    Grattant avec ferveur les cordes sous mes doigts
    J’entonnai « le Gorille » avec « Putain de toi »

    Criant à l’imposteur, au traître, au papelard
    Elles veulent me faire subir le supplice d’Abélard

    Je vais grossir les rangs des muets du sérail
    Les belles ne viendront plus se pendre à mon poitrail

    Grâce à ma voix coupée, j’aurai la place de choix
    Au milieu des petits chanteurs à la croix de bois

    Attirée par le bruit, une dame de Charité
    Leur dit que faites-vous? Malheureuses, arrêtez

    Y a tant d’hommes aujourd’hui qui ont un penchant pervers
    À prendre obstinément Cupidon à l’envers

    Tant d’hommes dépourvus de leurs virils appâts
    A ceux qui en ont encore ne les enlevons pas

    Ces arguments massue firent une grosse impression
    On me laissa partir avec des ovations. »
    (…)

    • Rappel : « l’abruti est incapable d’imaginer que X » n’est pas équivalent à « X ». Logique niveau CE1.

      Du reste, le Brassens chansonnier n’était certainement pas athée mais agnostique. Rien à voir avec un demi-habile donc.

      • Rappel :
        Fregoli : « La foi peut ne pas être un accident, une incompréhensible erreur de parcours mais bien la conséquence du génie mathématique. »
        On attend du génie mathématique qu’il fasse la démonstration de la validité d’une hypothèse.
        Un mathématicien dont la foi (donc une hypothèse non-validée pat une démonstration) serait la conséquence de son génie, c’est inconcevable, totalement con.
        Si le génie d’un mathématicien le conduit à croire en l’existence de Dieu, qu’il la démontre.
        S’il n’est pas capable de la démontrer, il est au même niveau conceptuel que Bernadette Soubirous.

        • Rappel : personne, hormis un collégien contrarié, n’a écrit ici que « la foi peut ne pas être un accident, une incompréhensible erreur de parcours mais bien la conséquence du génie mathématique » ; quelqu’un a en revanche écrit que « L’ABRUTI EST INCAPABLE D’IMAGINER QUE la foi peut ne pas être un accident, une incompréhensible erreur de parcours mais bien la conséquence du génie mathématique » (lecture niveau CP). Ces deux affirmations ne sont pas équivalentes (logique niveau CE1).

          Car oui, dans son plat positivisme dogmatique et borné, l’abruti part du principe que « la foi » est contraire à « la science ». Puisqu’IL est incapable de concevoir que l’une soit, par exemple, la conséquence de l’autre, l’hypothèse est inconcevable PAR ELLE-MÊME. Si je ne peux le concevoir, « c’est inconcevable » (sic). Qu’importe que des gens qui ont obtenu leur brevet en mathématiques (et bien plus) pensent l’inverse ; moi je ne le peux, on ne le peut. Fixer ses propres limites aux limites de l’esprit humain, n’est-ce pas la définition de la sottise ? Et du dogmatisme borné (aux antipodes, donc, des autorités chansonnières par lui citées) ? Le demi-habile est toujours moins malin qu’il ne se croit. Il fait profession de doute mais est incapable de douter de ses capacités. Il étend sa médiocrité à l’humanité tout entière.

          Je ne sais rien de l’essence des mathématiques – et je ne prétends rien en savoir. Mais curieusement, allez savoir pourquoi, s’il fallait vraiment se décider en la matière, je préfèrerais faire confiance à Blaise Pascal plutôt qu’à une grosse merde incapable de passer au lycée.

        • PS 1. « Faire la démonstration de la validité [d’une *hypothèse*] » n’a AUCUN PUTAIN DE SENS. Soit le système est clos, et parler de validité est un non-sens logique. Soit le système est ouvert, et la validité d’une hypothèse (ce qui est déjà un abus de langage) ne peut être logiquement prouvée. On apprend cela, du moins instinctivement, généralement vers la seconde…

          PS 2. S’il est question de foi, il n’est par définition pas question de démonstration. On apprend cela, en cours de latin, vers la troisième…

          Ô boomer mitterrandien, qu’as-tu fait de mon école ?!

  178. Paul et Vanessa ( suite du brouillon)

    Pour le repas redouté, Paul a prévu un Pommard 1973 , Sylvie adore les vins de Bourgogne, il ne faut pas la contrarier ce soir.
    Dès le début du repas, Paul fut rassuré. Virginie, après sa réussite au Saut de la Bourrique, arriva à table épanouie comme elle ne l’avait jamais été, souriante, détendue et intarissable d’éloges envers la  » maîtresse de maison »- c’est l’expression qu’elle employait.
    Quelques verres de Pommard plus tard :
    -Ah, ce saut de l’Âne m’a fait un bien fou. Endorphine ou dopamine, je ne sais, mais quelle jouissance ! Après l’enfer de l’été tropical, ces ascensions dans les hauteurs géromoises sont une cure de jouvence, je revis, je ressuscite, merci Paul, merci Sylvie.
    Je suis prête pour une prochaine expérience dès demain, Paul !
    Une randonnée n’est pas une expérience, le dénivelé du saut de la Bourrique est de de deux cent cinquante mètres, le terme ascension est complètement inapproprié, mais quel film me raconte-t-elle ? Sylvie dans un premier temps ne dit mot mais ne peut, bien malgré elle, s’empêcher de laisser transparaître son irritation.
    Puis elle intervient pour changer de conversation car elle est à bout.

  179. i)En laissant les établissements libres de concevoir eux-mêmes la pédagogie, Nicole Belloubet sait bien qu’elle donne aux syndicats la possibilité de saboter complètement l’opération.

    Mais le Maestro se dit en même temps partisan d’une autonomie complète des établissements:des chefs qui recrutent localement, en fonction de leur projet propre.

    Hélas,Lormier,contre toute raison, se livre une fois encore à un exercice parfaitement vain:relever une contradictions dans les propos du Maestro sur l’école.

    ii) « …Gabriel Attal, après avoir estimé les besoins à 2330 postes, promettait 830 postes … »
    Omission (volontaire ?):il en supprime environ 2000.

    iii) « Nicole Belloubet est de ces pédagogues de gauche qui pensent que l’élève qui écrit « je les plantes » a la compétence du pluriel, sans avoir forcément le savoir grammatical de la différence entre un pronom et un article défini. »

    ni celui de la différence entre un nom et un verbe.

    iv) « L’objectif était de résoudre les problèmes insolubles posés par l’hétérogénéité des classes… »

    hétérogénéité qui s’explique par la suppression des filières (des sections bien différenciées.)
    Si dans votre tiroir de cuisine vous voulez séparer les couteaux des fourchttes et des cuillères,il vous faut trois cases.

    • Je tire la conséquence du fait qu’il n’y aura jamais un ministre dotyé de con seillers ayant une vue suffisamment large sur l’Ecole pour mener un e réforme cohérente à terme.
      Alors oui, je finis par me ranger dans l’ultra-libéralisme : des écoles indépendantes, recrutant comme elles l’entendent des profs que l’expérience plébiscitera ou renverra.
      Et que le meilleur gagne. J’en ai marre d eme battre contre des champs d’éoliennes. Don Quichotte un jour,n Cassandre toujours. Très bien : je vais me faire libertarien. Je suis excédé.
      Je sors fin août un essai qui s’intitulera l’Ecole sous influence — et qui reprendra les thèmes d’un autre essai intitulé Une Ecole sous influence publié en 2006.
      2006 ! Il y a presque 18 ans. Et que s’est-il passé ? Rien — sinon en pire; Je vous jure que la situation présente, avec les islamistes à la porte et les bobos votant LFI? était inscrite en toutes lettres il y a 18 ans. Résultat ? Zéro.
      Alors maintenant, je saque, j’abomine, je révoque.

      • Je vous entends Maestro…mais dans votre article du Figaro vous regrettez que les professeurs n’obéissent pas aux injonctions du ministre. (En fait les groupes de niveau ou de besoins sont impossibles à mettre en place et le Ministre l’a très bien compris.)

        • On peut s’en donner les moyens !
          Après les milliards gaspillés, via l’UE et les EU, … il faudrait rapidement songer à revenir à la raison, et à stopper le court terme et le brouzouf dilapidé tous azimuts.
          On en viendrait presque à souhaiter… l’invasion russe !

        • Pas avec ces profs-là.
          J’en ai fait moi-même, des groupes de niveau en collège, à mes débuts. IKl y avait une émulation incroyable et ça marchait très bien. Mais je virevoltais d’uin groupe à l’autre — répartis sur deux classes. Des préfabriqués où on me foutait la paix, au collège du Neubourg.

      • Je vous comprends – « rien – sinon en pire » – et vous passez d’ailleurs de « une » école à « l’école ».
        Les « éoliennes » – et consorts – commencent à être sérieusement critiquées.
        Certes il ne s’agit là « que » du secteur énergétique.
        Le reste suivra-t-il ? Il le faudra bien, sinon sera véritablement actée la « défaite de l’Occident »

  180. quelle jouissance ! …ces ascensions dans les hauteurs géromoises sont une cure de jouvence

    Ben tiens,qu’est-ce que je disais ?

  181. Liste de quelques contributeurs à la mécanique « moderne » classée par ordre d’apparition sur scène :

    Copernic, Galilée, Kepler, Descartes, Newton, Leibniz, Mac Laurin, Maupertuis, Bernouilli, Euler, D’Alembert, Lagrange, Laplace, Gauss, Poisson, Binet, Hamilton.

    Cochez les cons.

    Quelqu’un pourrait-il établir une liste de contributeurs importants à la linguistique « moderne » ?

    • PS Par soucis de non exhaustivité, j’ai limité la liste aux mâles nés avant 1879

    • (juste une petite remarque – c’est la journée des « meufs » – : Euler revient assez régulièrement dans les mots croisés – 😊)

        • (n’y connaissant rien, y compris sur les « femelles » en la matière, m’est juste revenu en mémoire le nom de Sophie Germain… – lycée Paris !)

    • Liste de quelques contributeurs à la mécanique « moderne » classée par ordre…

      Est-ce la liste qui est « classée » ? Il me semble qu’il serait plus logique que soient classés les éléments de cette liste (c’est-à-dire les « contributeurs »).

        • Placer dans un certain ordre. Le curé classait les enfants sur les bancs (Huysmans, L’Oblat,t. 1, 1903, p. 252).
          2. ADMIN., GESTION, etc. [Le compl. désigne une chose et plus spéc. des papiers, des documents] Distribuer, ranger méthodiquement selon un certain ordre, de manière à en faciliter la consultation. Classer des archives, des auteurs, des dossiers, des fiches, des manuscrits. Elle passait des heures à classer les dossiers, à leur choisir des chemises multicolores (Arland, L’Ordre,1929, p. 219):
          3. M. Chalgrin écrit beaucoup. Il a besoin de quelqu’un pour lui tenir ses fiches, faire des recherches dans les bibliothèques, lire et classer les articles intéressants, recopier les manuscrits. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 103.

          − P. anal. Classer des idées, des impressions, des souvenirs. Les mettre en ordre dans son esprit. Je m’assis sur la première marche de l’escalier pour tâcher de classer un peu mes idées (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Ma femme, 1882, p. 669).

          B.− En partic. lang. sc. et techn.
          1. [Le suj. désigne un savant naturaliste, l’obj. désigne des entités naturelles] Répartir des êtres ou des plantes en catégories selon des critères scientifiques. Classer les palmipèdes, les papillons. Les naturalistes ont appris à classer méthodiquement les individus, d’après des caractères déterminés, faciles à saisir (Condorcet, Esquisse d’un tableau hist. des progrès de l’esprit hum.,1794, p. 181):
          4. Il fera examiner la nature du sol et les productions des différents pays, et tout ce qui est relatif à la physique du globe. Il fera recueillir les curiosités naturelles, terrestres et marines; il les fera classer par ordre, et fera dresser, pour chaque espèce, un catalogue raisonné… Voyage de La Pérouse,t. 1, 1797, p. 49.

  182. Dugong 8 mars 2024 At 16h52
    Qu’est ce qui est droit chez une femme ?

    Le rectum ? Comme son nom l’indique ?

  183. J’ignore complètement ce que peut être une linguistique « moderne ».
    Je peux, pour vous être agréable, établir une liste non-exhaustive de contributeurs importants à la linguistique tout court, volontairement limitée au XXeme et XXIeme siècles :
    Saussure, Bally, Sechehaye, Guillaume, Tesniere, Jakobson, Martinet,Troubetzkoy, Hjelmslev, Harris, Sapir, Bloomfield, Benveniste, Bakhtine, Chomsky, Culioli, Bolinger, Adamczewski, Hockett, et bien d’autres encore.

    Vous pourrez cocher les « cons » dans cette liste.
    Il n’y en aura ni plus ni moins que dans votre liste. Ni plus ni moins.
    La « connerie » (sans préjuger de la définition qu’on peut en donner) est également partagée et représentée dans toutes les disciplines. Les sciences dures n’y échappent pas.
    En vertu de quelle supériorité auto-proclamée y echapperaient-elles ?

  184. Jean-Paul Brighelli 8 mars 2024 At 18h37

    Alors oui, je finis par me ranger dans l’ultra-libéralisme : des écoles indépendantes, recrutant comme elles l’entendent des profs que l’expérience plébiscitera ou renverra.

    FTG Brighelli ! Ça fait 18 ans que tu sais que les faits sont immuables, qu’ils iront en s’aggravant ! 18 ans que tu avances masqué.
    Et tu sens même obligé de détruire le bac, de participer au bordel… de tendre tes fesses* ?
    Tu sais où vous allez vous carrer votre ultra libéralisme maoïste ?
    SALOPERIE !

    *Liberté d’expression, je vous emmerde

    • Et si l’Etat continue de ne rien faire… vous proposez quoi, VOUS ?!
      On pouvait penser que sur… 18 ans, la situation évoluerait peut-être !…
      Ben non, puisque, encore une fois – et combien de fois faut-il le répéter – ce n’est pas « la France » qui tient les manettes : elle ne fait qu’obéir aux injonctions venues d’ailleurs, qui n’ont fait que se « radicaliser » ces dernières années !
      (et, en passant, une fois de plus, le Bac n’est pas la panacée ; d’autres pays, fonctionnent différemment !).
      Entre le « libéralisme » et le « maoïsme » : no alternative ?!
      Décidez-vous, une bonne fois pour toute : si vraiment JPB n’est qu’un salopard, n’hésitez-pas : « descendez » sur Marseille, et faites lui la peau !

      • Et, une fois de plus, que connaissez-vous de « l’intérieur » de l’Ecole ?!

  185. Blanquer contre les filles:

    Un meilleur équilibre dans les orientations vers les débouchés professionnels les mieux rémunérés, dont celles vers les très masculines sciences et techniques, représente donc un enjeu de justice sociale. Le retour en arrière consécutif à la réforme de 2019 sur les progrès réalisés en ce sens au lycée général durant la Ve République, nous place dans une situation sans précédent dans l’histoire contemporaine.

    Une telle organisation au lycée n’aboutit finalement qu’à préserver une élite masculine dominante dans les parcours scientifiques au détriment de son accès à tous, dont les femmes.

    Si la question du rapport des femmes aux sciences ne saurait se réduire à celle du bac, cette réforme, fondée sur un choix de « spécialités » sans garantir de socle de connaissances solides en mathématiques et en sciences, contraint leur orientation et devenir professionnel, diminuant fortement les chances d’une promotion sociale et économique.

    https://theconversation.com/comment-la-reforme-du-lycee-eloigne-les-filles-des-maths-et-des-sciences-224773

    NB
    Si Cédric Villani a soutenu cette réforme,ce n’est pas par connerie mais par saloperie.

  186. Jean-Paul Brighelli 8 mars 2024 At 18h37

    Alors oui, je finis par me ranger dans l’ultra-libéralisme : des écoles indépendantes, recrutant comme elles l’entendent des profs que l’expérience plébiscitera ou renverra.

    POUFFIASSE !

    • Ne ferait-il pas tout pour que vous y alliez de vos épithètes préférés et en plus « en gras » !

      • C’est une belle salope qui aura participé à la destruction de l’enseignement et du bac. Il commençait à être repéré… Son aveu dégueulasse ne l’excusera pas des positions prises sciemment contre le bac. UNE RACLURE.
        Et sa meuf, au taquet, à détruire les lycées d’excellence…

    • Oui, j’avais vu… ça rappelle « le Japon dans l’hémisphère sud » (la Duflotte) et la « Macédonie » (le Flanby).

  187. Penses-tu un instant que nous n’aurions pas compris que ça fait 18 ans ans que tu bosses pour l’ultra libéralisme ?

    Connard. Tu es grillé.

    • Peut-être ! Mais reconnaissons lui au moins la vertu (!) d’avoir enseigné, et bien enseigné, à quelques générations !
      Car, en vérité, je vous le dis, de la même génération que JPB, j’ai connu, plus qu’on ne pourrait l’imaginerait, des profs qui étaient loin d’avoir les qualités de véritables « passeurs », et à la fac, itou !

  188. Gérard : tant que continuent de régner des « Dubenet » et « Dubenette », et qu’il n’existe aucun réel contre-pouvoir,
    rien ne peut véritablement changer.
    … Et pas non plus au sein de l’UE, tant que les mêmes – ci-dessus – restent au pouvoir, même si les « souverainistes » gagnent du terrain.
    Peut-être un changement du côté des EU, délaissant l’Otan et l’Europe – du genre demerdenzizich ; possible, mais pas certain.
    Et « l’effort » demandé à l’Occident, à supposer qu’il décide de se prendre en charge dans… la bonne direction, demandera… du temps, du courage, du travail.

    • Espèce de mange merde sans papa flic, mais tu n’arrivais pas au bac mon grand, pas de normal sup’ vieille salope ! Rien avec le système qui s’est mis en place et auquel tu auras contribué

  189. Tu fais bien de fermer ta gueule de rat… Il n’y a rien à répondre à tes arguments que des insultes from neuf cube.

    Tu fais le tapin à présent pour la réduction des réseaux sociaux ? Tu es vraiment une belle merde.

    • Ben… ne pas oublier que les réseaux, pour l’essentiel, sont utilisés pour échanger des photos de pétasses et de leurs minois…
      (rappel de la remarque d’un ingénieur : « ‘ quand on sait que cela sert à faire des selfies, c’est un peu désolant »).
      Avec des cerveaux plus « instructionnés », il y aurait, peut-être presque naturellement, une sorte de « régulation »…

      • Cette salope s’est rendu chez Clémence pour placer sa petite merde Davossienne. Mais bordel, ouvre les yeux !
        Ça se sait, on sait que le Qatar est derrière l’agitation des vingt mongoles, on sait aussi que les réseaux emmerdent le système et Klauss et ses sbires.
        Ça tombe pile poile. Et cette pute de distiller sur les ondes que ce serait pas mal de réduire les réseaux pour empêcher les attaques des sauvageons.
        NAN, CONNARD, CE QUI SERAIT MIEUX C’EST QUE LE QATAR NE VIENNE PAS FOUTRE SON NEZ EN BANLIEUE !
        Cette salope bosse depuis quatre ans pour massacrer le bac, faire un certif’ dans la pire veine ultra libérales. Sa meuf massacre les lycées d’excellence.
        Calcule, pour reprendre l’eksspression…

        • Le Qatar « arrose » et depuis pas mal de temps !
          Côté UE, on a un petit peu parlé des « valises » de billets, comme avant (ouaf), et puis pfft, oublié !
          Etonnant, non ?!
          Maintenant, y’a plus que des faits-divers, pour amuser la galerie, ou faire peur ;
          ça s’arrête là !

      • Dis toi bien qu’il n’aura pas une once de pitié pour toi s’il avait fallu fournir une liste de dissident. Cette vieille pute t’a déjà balancée.

        Ecoute bien Connard, ton système est mort, c’est une question de mois avant que l’OTAN décède. TU ES DEJA MORT !

  190. Un conseil, JPB : cagoule, imper, lunettes noires, etc…
    Gérard va descendre et ça va cogner dur !

    • Parce tu penses que je serais la seule à m’ en être rendu compte ? C’est un grand mongole s’il le pensait.

      1) Pas besoin de descendre
      2) Cette catin aimerait ça.

  191. Et voilà qui va encore couper le sifflet de la gent mâle !
    M’enfin bon, c’est le jour des « meufs », faut faire avec !
    20h30 : plus que quelques heures !

  192. Pas même une gifle, Raclure. Le mépris, le vrai : C’est ce qui t’attend…

  193. Jean-Paul Brighelli 8 mars 2024 At 18h37
    « Alors oui, je finis par me ranger dans l’ultra-libéralisme ».

    M’sieur Brighelli rejoint donc la cohorte des anciens maos reconvertis, Serge July, Alain Geismar, Blandine Barret-Kriegel, Olivier Rollin etc.

    Certes, Brighelli n’a pas sombré corps et âme comme un Benny Lévy, qui a troqué son petit livre rouge contre le Talmud.
    Mais à tout prendre, n’aurait-il pas été plus noble, pour un JPB, de devenir, comme l’ancien maoïste Philippe Sollers, une sorte de ludion mondain, alter ego symétrique d’un Jean d’Ormesson caquetant sur les plateaux de télévision ?

    • C’est une taupe ! Et depuis des lustres… Il a sa tronche dans les classeurs de la CIA comme Danny.

      • Kon bandit, un « chef » également sélectionné par la Presse bien-pensante de l’époque, comme par hasard ! – rien n’est nouveau sous le soleil – Gérard !

        Et tant de décennies après, alors qu’on s’en fout, et que son nom ne dit rien à personne… en dessous de soixante ans, la (possible) vérité sort du puits ?!

        Les « chefs » donc, de ce type, sont, en général, des salopes, qui se contentent d’aboyer, et/ou de poser devant les caméras, tandis que le petit peuple à leur service, les « militants », eux, se cassent le khul… comme JPB a pu le faire ?!

        Et vous, vous êtes-vous un jour vraiment fatiguée pour « soutenir une cause » ?! – à part, bien sûr, dégueuler ici votre rancoeur, ce qui ne coûte pas beaucoup d’effort !

    • Ouh qu’il est méchant le Josip, qui n’a rien vécu de cette époque… C’est toujours si facile, après…

      J »ai fait partie des très très rares qui ont dit, en ces temps très anciens, « sus à Libé et à son July », parfaitement conscients que nous étions, qu’il(s) ne tarderai(en)t pas à devenir des « ennemis » du « peuple »…
      Et nous ne nous sommes pas trompés !

      J’ai déjà raconté, sans doute avant votre « arrivée », que j’ai eu dans un de mes boulots, comme boss – enfin « adjoint » du pdg, de gauche, bien sûr, avec l’arrivé en fanfare du mytherrant –
      le Geismar, qui s’est vu obligé de nous recevoir, après une (!) journée de grève, pour nous esspliquer que oui, toussa, et toussa – si mal à l’aise qui ça en était vraiment jouissif *- une journée de salaire allait nous être retirée (j’ai gardé pendant pas mal de temps le papelard avec sa signature, puis j’ai fini par le jeter – le passé, parfois mieux vaut en faire table rase…

      La génération – comme les Kouchner et autres ô combien dangereux pantins – qui a précédé ceux que nous subissons actuellement, qui ont eux-mêmes fait des petits.

      Alors, JPB, qui a enseigné pendant de longues années, pour un « honnête » salaire de prof, et qui a permis à des gamins, et des moins jeunes de lire et de se familiariser avec la Littérature et les Arts **, et bien je dis, chapeau, quel que fut son passé, et les crachats qui lui sont maintenant envoyés…

      * une protégée du boss engagée – remplacement – pour un salaire quelque peu supérieur

      ** ex du travail de JPB – « Précis d’histoire littéraire de la
      France et des environs… ».
      Grands (et moins « grands ») textes, illustrations – tableaux, sculptures, liens avec oeuvres cinématographiques – etc…
      de quoi laisser des traces dans les mémoires !
      Voyez-vous Gérard, ça c’est de « l’instruction »… de grande qualité !

      • Je me demande s’il n’est pas à l’origine des problèmes qu’a rencontrés cette institutrice qui enseignait la méthode syllabique en ayant changé les couvertures des livres de lectures.
        J’ai gardé personnellement le souvenir de profs fabuleux, d’une prof de français en particulier, des vrais valeurs ajoutées à l’enseignement restées dans l’ombre. Des soldats de l’enseignement qui ne cherchaient pas le buzz et ont dix mille fois plus de valeur que cette vieille catin vendue à Davos.

        • Je parle ici en sus du prof – tout le monde a souvenir d’au moins un (!) bon prof, sinon c’est grave,
          de l’auteur d’un certain nombre d’ouvrages – y compris de manuels scolaires –
          auxquels vous ne vous êtes sans doute pas intéressée.
          Je vous conseille, en ces temps particuliers, de relire « Voltaire ou le Jihad – le suicide de la culture occidentale »…
          et tant qu’on y est « Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école » (JP Obin).

          Voyez-vous Gérard, le mot « buzz » c’est du langage de réseauteur, aucun sens réel en bon français.
          Vous n’avez, en vérité, aucun argument.
          Et Davos, c’est aussi du spectacle, pour les seconds couteaux.
          Les 1ers de cordée restent si possible dans l’ombre… (je vous conseille aussi vivement la lecture de « Les Rockefeller, maîtres du jeu »)

          • Arrête deux secondes de faire ta groupie ! Deux secondes !
            De quoi tu as l’air à défendre l’indéfendable ? Sérieusement.
            Gna gna, il est prof..
            Il est bidon. Aussi bidon que son concours à l’NS pour s’être vanté d’avoir eu comme copine une » fille de » dont le père leur avait fourni, à elle et à lui, quelques temps avant l’examen un bouquin indispensable à la réussite du concours. Une flûte ! Un Touf’ bis ! Un matérialiste dans la pire veine bourgeoise, sans colonne vertébrale. Et Voltaire se rêve dans son lit entouré de musiciens pour son dernier souffle, ce cracra aussi connue dans les boîte à partouze que comme négrier rêverait de tâter un khul.
            TU L’AS VU TON PROF DE MERDE ?!

          • ? Du vide ! je répète, aucun argument, et comme d’hab, l’utilisation de mots d’oiseaux !
            Z’avez quand même de la chance que le « prof de merde » vous laisse tout loisir de vous, heu, « exprimer » ici – je ne sais si c’est le mot qui convient !
            Un conseil pour vous : un petit tour dans une « boîte à partouze » ? Peut-être une solution ?!

          • Les deux ouvrages que j’ai de lui vont être brulés. Je ne veux pas voir son nom figurer parmi mes livres. Il s’est pris pour Sade, ça on le savait et ça n’engage que lui mais Voltaire sous sa plume, c’est esquinter sa mémoire.

          • … je vous laisse, pour ce soir, sur « brûler ses livres », un acte très bien vu par Davos & co, spécialité américano-canadienne, qui a sévi, ces quelques dernières années, au nom du wokisme, après l’avoir fait au nom du nazisme…

          • Tutoiement et verbe de kaillera, parce que il est une. Logique.

            Tes gesticulations à vouloir te faire super bien voir lui en touche une sans faire bouger l’autre, pauvre conne.

          • Je me demande même si tu lui tapes pas sur les nerfs. C’est un sadique ma grande, au cas où tu l’aurais oublié.

    • Blandine Kriegel avait un père remarquable.
      Un grand homme que j’ai eu l’honneur de connaître.

  194. Association philosophique ou pas, ils vont te lâcher, comme ils l’ont toujours fait. Plus rien ne te protégera.
    Et c’est tout ce que tu mérites.

  195. Gérard : deux soirs de suite, ça fait beaucoup ; c’est même bien trop !
    Le petit jeu de la « fan », « défenseur » de l’hôte de ce blog, versus « l’accusatrice » s’arrête là ;
    on ne peut pas se répéter indéfiniment ; j’ai tenté d’avancer quelques arguments, et vous aucun – vous ne faites qu’abreuver d’insultes, et ne répondez jamais aux questions posées, de même qu’aux remarques ;
    vous restez sur vos idées fixes, et ne proposez jamais rien, n’envisagez jamais quelque chose d’un brin plus constructif.
    C’est totalement vain, et même absurde.
    J’ai bien d’autres sujets de préoccupations, et ma vie me tourne pas autour de l’EN ni de JPB.
    Dorénavant, je me garderai bien de répondre à vos injures.

  196. Jean-Paul Brighelli 8 mars 2024 At 18h37

    Alors oui, je finis par me ranger dans l’ultra-libéralisme : des écoles indépendantes, recrutant comme elles l’entendent des profs que l’expérience plébiscitera ou renverra.
    … Très bien : je vais me faire libertarien. Je suis excédé.

    Bien évidemment un tel système n’est pas financé par l’argent public.

    Vouis rejoigniez Laurent Lafforgue.

  197. Après Pascal et Newton, on revient sur terre avec l’épisode 3, Cedric Villani :

    Cedric Villani, brillant mathématicien, récipiendaire de nombreuses distinctions, dont la prestigieuse médaille Fields. En bon sémiologue amateur, il soigne particulièrement sa propre distinction, en se distinguant par une tenue vestimentaire (costume 3 pièces, lavallière, araignée) qui lui tient lieu de logo publicitaire. Mathématicien certes, mais pas « pur esprit innocent » dans son utilisation et sa compréhension des ressources médiatiques. Bien joué. Dont acte : Villani n’est pas un imbécile.

    Et pourtant, Cedric Villani est un con. Le fait qu’il se soit lancé dans une carrière politique institutionnelle en est la première preuve. Le déroulement de sa carrière politique en est la seconde preuve. Voyons cela de plus près :
    1. Villani choisit de s’engager avec le parti macronien LREM. S’engager auprès de quelqu’un qui prétend être en même temps à gauche et à droite mais tout en n’étant ni à gauche ni à droite, on peut convenir que ça a de quoi interpeller, venant d’un esprit censé avoir un sens exceptionnel de la logique.
    2. En 2020, il est candidat pour les élections municipales à Paris, mais la commission d’investiture de son parti désigne Benjamin Griveaux. Lequel Benjamin Griveaux, bien que n’ayant pas de compétences particulières en mathématiques, s’adresse au public pour lui dire « matez ma trique ». (Merci au Prophète Mao mais). Griveaux est amené à renoncer. Villani réagit avec le message suivant :
    « J’adresse à Benjamin Griveaux, ainsi qu’à sa famille, mon soutien plein et entier dans cette épreuve. Je prends acte de sa décision difficile. L’attaque indigne qu’il subit est une menace grave pour notre démocratie. »
    Griveaux est la risée du pays pour avoir photographié sa queue turgescente, et Villani voit dans cet éclat de rire général » une menace grave pour notre démocratie ». No comment.
    3. Sans doute déçu que son génie ne soit pas reconnu par Macron, Villani passe ensuite à Génération Écologie. Ayant enfin compris qu’être en même temps à droite et à gauche était une absurde gageure, il finit à la NUPES. Il aura donc effectué, à l’envers, le même trajet qu’un Éric Besson (qui se souvient d’Éric Besson ?).

    Cedric Villani a obtenu à juste titre, pour ses travaux de mathématicien, la médaille Fields. Pour ses magnifiques accomplissements de clown en politique, pour les sourires moqueurs qu’il a su déclencher, il mérite à coup sûr la médaille W.C. Fields.