J’avais proposé à Marianne d’écrire un petit quelque chose pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Flaubert. Mais le magazine compte tant de beaux génies qu’il n’a pas donné suite, préférant s’appuyer sur ses journalistes — tous experts en littérature, et sans doute bien mieux que votre serviteur. Prière de s’y reporter quand ils trouveront le temps de parler d’autre chose que des livres d’Edouard Louis and co.

Flaubert pourtant me tient au corps. Alors j’offre à Bonnet d’âne ces considérations inactuelles sur le plus grand romancier français, en espérant que les lecteurs, forcément moins spécialistes que ceux de Marianne, tous enseignants formés dans les meilleurs IUFM, feront preuve de mansuétude…

Et dès le départ, une constatation d’évidence : il est à peu près impossible de lire à voix haute les morceaux de bravoure de Madame Bovary ou de l’Education sentimentale — ce que Mario Vargas Llosa (dans l’Orgie perpétuelle, 1975 — l’une des meilleures lectures de Bovary jamais effectuée) appelle les « cratères ». Je plains les candidats aux examens et concours qui tombent, par exemple, sur la fameuse scène des comices agricoles, où le lecteur doit passer sans cesse des banalités ronflantes de l’orateur aux banalités sentimentales des deux futurs amants — tout en articulant le discours sentimental de Rodolphe d’une voix conforme à ce qu’entend Emma, qui leur superpose les déluges de sentimentalité des beaux romans auxquels elle s’est « graissé les mains » durant ses années de couvent. Je plains davantage encore ceux qui doivent expliquer la « baisade » qui « inquiétait si fort » le romancier. Qu’on en juge :

« Il l’entraîna plus loin, autour d’un petit étang, où des lentilles d’eau faisaient une verdure sur les ondes. Des nénuphars flétris se tenaient immobiles entre les joncs. Au bruit de leurs pas dans l’herbe, des grenouilles sautaient pour se cacher.
— J’ai tort, j’ai tort, disait-elle. Je suis folle de vous entendre.
— Pourquoi ?… Emma ! Emma !
— Oh ! Rodolphe !… fit lentement la jeune femme en se penchant sur son épaule.
Le drap de sa robe s’accrochait au velours de l’habit. Elle renversa son cou blanc, qui se gonflait d’un soupir ; et, défaillante, tout en pleurs, avec un long frémissement et se cachant la figure, elle s’abandonna.

Les ombres du soir descendaient ; le soleil horizontal, passant entre les branches, lui éblouissait les yeux. »

Et dans cet étourdissant saut de ligne, Rodolphe la baise aussi sauvagement que vous voudrez : le génie est dans l’ellipse. Les continuateurs qui ont cru bon d’écrire cette scène (par exemple Jacques Cellard dans Emma oh Emma) ont eu tort : entre deux mots, disait Valéry, toujours choisir le moindre.
Mais la difficulté est dans le dialogue (comment peut-on garder son sérieux sur cet échange d’une niaiserie aboutie, « Pourquoi ?… Emma ! Emma ! — Oh ! Rodolphe !… »), et dans les notations techniques qui sont dans le corps d’Emma, dans son point de vue dilaté jusqu’à la troisième personne. Sur quel ton dire « elle s’abandonna » ? Quand on sait qu’à la lecture de la Graziella de Lamartine, sommet de romantisme pleurnichard, Flaubert écrivait à Louise Colet : « Et d’abord, pour parler clair, la baise-t-il ou ne la baise-t-il pas ? Ce ne sont pas des êtres humains, mais des mannequins. Que c’est beau, ces histoires d’amour où la chose principale est tellement entourée de mystère que l’on ne sait à quoi s’en tenir, l’union sexuelle étant reléguée systématiquement dans l’ombre comme boire, manger, pisser, etc. ! Le parti pris m’agace. Voilà un gaillard qui vit continuellement avec une femme qui l’aime et qu’il aime, et jamais un désir ! Pas un nuage impur vient obscurcir ce lac bleuâtre ! Ô hypocrite ! » Et qui rappelait à la même : « Ce brave organe génital est le fond des tendresses humaines. » Ah, on comprend qu’après leur rupture, la belle Louise ait écrit un roman à clefs, Lui (insupportable lui aussi de niaiserie : Emma, c’est Louise) où elle se plaît à opposer les appétits robustes de Flaubert à la sensualité éthérée de Musset, « l’enfant » de George Sand, à qui il ne faisait pas grand mal…
Rebelote lors de la seconde « baisade » — avec Léon cette fois. « « Le climax érotique du roman est un hiatus génial, un escamotage qui parvient, justement à valoriser au maximum la matière cachée au lecteur. Je me réfère à l’interminable parcours dans les rues de Rouen du fiacre où Emma se donne à Léon pour la première fois. Il est remarquable que l’épisode érotique le plus imaginatif de la littérature française ne contienne pas une seule allusion au corps féminin ni un mot d’amour, et soit seulement une énumération de rues et de lieux, la description des tours et détours d’une vieille voiture de louage », écrit Vargas Llosa avec sagacité (1).

C’est que la vraie maîtresse de Flaubert, c’est la littérature. Ses orgasmes, il les réserve à ses travaux de plume. « Qu’est-ce que je n’ai pas envie d’écrire ? Quelle est la luxure de plume qui ne m’excite ? » Et pendant la rédaction de Salammbô : « « Enfin l’érection est arrivée, Monsieur, à force de me fouetter et de me manustirper. Espérons qu’il y aura fête », écrit-il à Ernest Feydeau en 1858.
Il est le premier (Balzac en était resté à l’implicite) à avouer que pour un écrivain, le réel n’existe que lorsqu’il est susceptible de produire du texte. Ce même Ernest Feydeau (le père de Georges) veille sur les derniers instants de son épouse mourante. Et Flaubert, pour partager ses angoisses face à cette mort prochaine, ne trouve rien d‘autre à lui écrire que ces lignes faramineuses :
« Pauvre petite femme ! C’est affreux ! Tu as vu et tu vas avoir de bons tableaux et tu pourras faire de bonnes études ! »
On se souvient que Flaubert, qui avait ses entrées, comme fils de son père, à l’hôpital de Rouen, était allé contempler quelques empoisonnements à l’arsenic afin d’écrire la fin d’Emma. Zola ne fut jamais qu’un vulgaire imitateur, quand il en fit autant pour écrire l’agonie de Coupeau, dans l’Assommoir.
L’artiste n’est pas égoïste. S’il exploite les détresses humaines, il étale les siennes avec la même impudeur suprême : « Les bourgeois ne se doutent guère que nous leur servons notre cœur. La race des gladiateurs n’est pas morte, tout artiste en est un. Il amuse le public avec ses agonies. »
Le comble, c’est Kouchouk-Hanem, la courtisane rencontrée à Alexandrie. Elle a le corps couvert de tatouages bleus — la couleur de l’encre. On comprend — et Sollers, qui a écrit deux très belles pages sur le sujet, l’a compris aussi — qu’il n’a pas consommé le corps de la prostituée, mais le texte imprimé sur son corps. Et qu’il a écrit, pour le reste de sa vie, avec l’encre bleue tirée de la peau de Kouchouk.

C’est ce qui fait de Flaubert un génie tout à fait à part dans la littérature — et combien misérables paraissent les auteurs contemporains, qui croient qu’afficher leur misérable petit tas de secrets suffit à faire une œuvre… Flaubert s’était risqué, jeune, à cette littérature des élans du cœur — dans deux œuvres, Décembre et le Journal d’un fou, qu’il a soigneusement évité d’éditer. Il était sous le choc de sa rencontre avec Elisa Schlesinger. Y manquaient le second degré, le sens de la dérision, autour desquels il bâtit l’Education sentimentale, vingt ans plus tard. Il reprend les mêmes éléments pourtant — mais quelques notations nous font comprendre que cet imbécile de Frédéric ne vit pas un coup de foudre, mais s’installe dans les lieux communs de la passion. Il restera toute sa vie à tourner autour de l’action, en vrai romantique frigorifié par le sentiment, pendant que l’Histoire lui passe sous le nez, et alors que Flaubert, lui, bâtit une œuvre après laquelle on se demande comment certains ont osé écrire. C’est ma pierre de touche aujourd’hui : le Patron aurait-il écrit ça ? Qu’en aurait-il pensé ? Lui qui a écrit le Dictionnaire des idées reçues, que penserait-il de ma prose ? Et de celle des copains — tous experts en littérature .

Maupassant, qui l’appelait « mon cher père » et qui se faisait répondre « mon cher fils » (eh oui, il y a une légère incertitude chronologique, Gustave aurait pu coucher avec Laure de Maupassant, juste avant de partir en Egypte, en 1849) a procédé à la toilette mortuaire de Flaubert. Une culotte gigantesque, dit-il, à y mettre deux hommes ordinaires, tenue par une ceinture ornée de deux glands dorés. Les apprentis freudiens en feront ce qu’ils veulent.

Jean-Paul Brighelli


(1) Un tâcheron ignoble dont je tairai l nom de peur de souiller mon clavier vient de sortir le Dernier bain de Gustave Flaubert, où il prétend que cette scène de fiacre est un viol. Grandissime khonnard ! Je te souhaite de te faire violer par Léon, par Emma, par le cocher et par ses chevaux — Flaubert ne te toucherait pas même avec un fouet — afin de te faire entrer fondamentalement dans la tête la question cruciale : « Que dit le texte ? »

697 commentaires

  1. Madame Bovary c’est une arnaque aux sentiments qui marche du tonnerre de dieu ! C’est le pauvre Charles qui paye les pots cassés …

  2. « Flaubert pourtant me tient au corps. »

    Notons bien: « au corps », pas à coeur. Une potée lorraine, une choucroute alsacienne tiennent au corps,elles aussi.

    Si l’on commence à parler de son « coeur », on tombe vite dans la sensiblerie, dans la mièvrerie, la lamartinerie… tout ce que Flaubert déteste.

    D’un homme qui possède deux glands, qui avec sa bite et ses couilles remplit une culotte double, on ne va pas dire: »il me tient à coeur ».

    Ca pourrait aller à la rigueur pour une petite bite comme Musset qui « ne faisait pas grand mal à George Sand ».

  3. « …la vraie maîtresse de Flaubert, c’est la littérature. Ses orgasmes, il les réserve à ses travaux de plume… pendant la rédaction de Salammbô : « « Enfin l’érection est arrivée, Monsieur… »

    Flaubert écrit-il avec sa bite ?

    ce serait étonnant, car « on n’écrit ni avec sa bite, ni avec son clitoris. »

  4. Flaubert c’est la politique du verbe plein – le verbe qui tient au corps ! Les midinettes de l’époque tremblaient devant ce verbe gigantesque qui ne tenait absolument pas dans une culotte normale …

  5. Gertrude Collier devenue Mistress Tenant écrira : « A dix-huit ans, il était semblable à un jeune Grec. En pleine adolescence, il étai grand et mince, souple et gracieux comme un athlète, inconscient des dons qu’il possédait physiquement et moralement, peu soucieux de l’impression qu’il produisait, et entièrement indifférent aux formes reçues … Le charme de sa société était dans son enthousiasme pour tout ce qui était noble, et le charme de son esprit dans une individualité intense : il haïssait toute hypocrisie. »

  6. Commentaire ricanant de Cyrano junior sur Emma: c’est une dinde et elle mérite ce qui lui arrive.
    Même commentaire ou presque sur « la parure » de Maupassant: mort de rire, elle a foutu sa vie en l’air pour un bijou en toc.
    Je n’ose pas lui passer Werther: il serait capable de dire « bien fait pour ce crétin! ».
    Y a plus de jeunesse…

    • Flaubert dénonçait déjà la lâcheté de la bourgeoisie française après 1870 qui défendait plutôt le mur de l’argent que les murs de la cité !

      • On mène depuis plus de quarante ans une politique de remplacement d’une population paisible et éduquée par une populace barbare venue d’Afrique et l’on feint de s’étonner !

        • Le problème est uniquement politico-religieux.
          En d’autres termes, un africain animiste, athée ou chrétien ne commet pas d’attentat au nom d’allah.

  7. juste une remarque –

    l’hebdo « Marianne » en train de filer un mauvais coton ?!…

    ce qui me fait penser – évidemment, ce n’est pas du tout à la même échelle – au NY Times, qui,
    malgré son adhésion aux pires extrémités du wokisme, continue aussi de permettre à certains d’aller très loin dans l’accomplissement de leur métier ;

    ainsi « l’histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël » (Ronen Bergman), vraiment passionnant, qui apprend énormément, a été écrit… à la suite de la suggestion à l’auteur, en 2010, par celui qui est devenu rédacteur en chef du NY Tmes magazine,

    tout comme, « la jungle des océans » (Ian Urbina), dans un autre domaine, tout aussi méconnu, un document(aire) de 1ère importance, par un reporter (comme il n’en existe plus ) …
    là aussi avec le soutien total du NY Times, et de son rédacteur en chef ;

    des grands titres qui soutiennent les travaux de journalistes d’exception, et ce, sur plusieurs années : une rareté.

  8. Les politiques français se déclarent étonnés : comment on égorge dans nos commissariats nos admirables gardiens de la paix ? Pourtant c’est marqué noir sur blanc le vivre-ensemble est apaisé comme dit le premier paisible des Français !

  9. Driout, votre verbe est génie.
    votre verGe est Bénie.

    Je formule le voeu que votre verbe soit toujours en joie
    Je formule le voeu que votre verGe soit toujours en Bois

    et que jamais nos mots ne s’avilissent.
    et que jamais nos VIts ne s’aMOllissent.

    NB à l’attention d’abcmaths:
    Vous dites: “Je formule le voeu” et non “Je forme le voeu”; je ne suis pas certain de vous suivre dans ce choix.

    Je m’appuie sur le cnrtl, qui rapporte:

    « Il convient … de sauvegarder l’opposition entre former un vœu et formuler un vœu, le premier syntagme signifiant l’attitude affective qui ne se traduit pas nécessairement sous la forme écrite et formuler un vœu qui implique une rédaction précise«  (DUPRÉ 1972).

    https://www.cnrtl.fr/definition/formuler

    Si vous voulez présenter votre voeu comme sincère, venu du coeur, pourquoi ne dites-vous pas : “Je forme” ?

    Et si tel n’est pas le cas,étant donné que votre voeu est entièrement rédigé, formulé ,nul besoin de dire que vous le formulez; nous le voyons bien.

    On dit par exemple : « J’ai formulé des voeux amicaux et chaleureux de prompt rétablissement au père de mon voisin »; précisément, dans ce cas, le libellé des voeux n’est pas donné.

      • Oui, j’ai vu.

        Qu’y a-t-il de désobligeant dans mon commentaire ? J’ai écrit « je ne suis pas sûr de vous suivre »…

        Pourquoi ai-je cité le cnrtl ? Pour étayer mon propos.

  10. Jean-Paul Brighelli 23 avril 2021 At 17h51
    Lormier, vous me cherchez…

    Maître,comment pouvez-vous penser cela de moi ?

    Je m’efforce de me pénétrer de vos enseignements, je prends note de tout ce que vous nous dites, je cherche constamment à relier les leçons nouvelles à celles anciennes…bref, en lecteur attentif et studieux, je fais tout mon possible pour approfondir votre pensée.

    Hélas! Je peux peu.

  11. cyrano58 23 avril 2021 At 19h50
    Commentaire ricanant de Cyrano junior sur Emma: c’est une dinde et elle mérite ce qui lui arrive.
    Même commentaire ou presque sur « la parure » de Maupassant: mort de rire, elle a foutu sa vie en l’air pour un bijou en toc.

    Nabokov, lecteur attentif et qui aime démolir les « grands auteurs » montre que cette histoire ne tient absolument pas debout:il était facile de voir que la parure était en toc.

    En ce qui concerne Bovary, il a étudié les itinéraires parcourus à cheval par Emma; seule une cavalière émérite et ultra-sportive eût été capable de couvrir de telles distances.

    Bref: réalisme= mon cul .

  12. « … pour un écrivain, le réel n’existe que lorsqu’il est susceptible de produire du texte.  »

    Oui…enfin le réel ne le produit pas tout seul, le texte.

  13. « cet échange d’une niaiserie aboutie, « Pourquoi ?… Emma ! Emma ! — Oh ! Rodolphe !… »

    D’une niaiserie aboutie…parce que nous savons ce qui se passe réellement, parce que nous savons que Rodolphe n’est qu’un petit dragueur minable ;nous savons aussi qu’Emma est en pleine illusion.

    J’ouvre plus largement: comment , dans un roman transcrire des « mots d’amour » ?

    Je suppose un couple « réellement » amoureux, je suppose que l’homme n’est pas en train de baratiner…

    Les surnoms dont on s’affuble, les paroles bêtifiantes qu’on échange, une fois rapportées ne paraîtront-ils pas toujours ridicules, niais ?

    « J’aime qu’on y fasse un peu l’enfant », écrit Montaigne (je cite de mémoire); alors raconter ça, dans un roman, est-ce possible ?

    • L’amour n’est pas QUE ridicule. Il est AUSSI sublime, et c’est bien pour ça qu’il est possible de le tourner en ridicule. Dans Mme Bovary, il est évident que c’est le ridicule qui l’emporte, et pourtant Nabokov (c’était hier son anniversaire à lui, ainsi que celui de Shakespeare – on ne fait rien pour eux?) soulignait que le personnage d’Emma est le seul, dans le roman, à susciter par son être même une authentique forme de poésie – l’ironie tragique étant que cette poésie est absente de tout le reste du roman. Il en va de même dans l’Education sentimentale: évidemment que Frédéric se vautre dans les clichés romantiques dénoncés par l’ironie du narrateur, mais son élan amoureux est malgré tout sincère, et l’ironie ne fonctionnerait pas aussi bien sans cela. L’autre grand romancier qui a très bien réussi à exprimer à la fois le sublime et le ridicule de l’amour, c’est évidemment Albert Cohen.

    • L’hébergement inconditionnel …. dans le cadre de l’hébergement d’urgence…
      Je me souviens que vers 2004-2006 (souvenez vous de qui était le ministre de l’intérieur à l’époque, avant qu’il ne se mette a draguer un certain électorat pour l’élection présidentielle qui allait suivre. Politiquement il était/ils étaient déjà en marche …) Un fax de la préfecture avertissait que vu le niveau de froid (il y avait une catégorisation tenant compte de la température et de la vitesse du vent … ) l’accueil inconditionnel de toute personne était possible ) en fait souhaité ) personne voulait que l’on retrouve des personnes raides mortes de froid a côté de chez lui, même un certain électorat.
      En dehors de l’hiver il n’y avait pas de directives dans ce sens …
      Bon, il s’agissait de la région parisienne qui n’est pas la France, je sais …

    • Si ce n’est déjà fait, lisez La France Interdite de Laurent Obertone. Tout y est clairement expliqué et sourcé.

      Mais ça devient difficile de dormir tranquillement après une telle lecture.

  14. Ce qu’il faut c’est déclencher une guerre – je ne vois que cela pour sortir Macron du pétrin dans lequel il s’est fourré !

    • Vous voulez sortir Macron de son pétrin ?
      Vous êtes bien bon. Mais déclencher une guerre pour ça, ce sera sans moi.
      De toute façon au dernier sondage, 61 % des Français ne comptent pas voter pour lui au 1er tour.
      Le tout est de savoir pour qui ils voteront et surtout s’ils voteront.

  15. Gus se demande pourquoi JPB ne célèbre pas davantage les auteurs anglophones comme Nabokov et Shakespeare – alors moi je demande pourquoi pas les écrivains locuteurs d’autres langues que l’anglais ?
    En fait il y a une raison toute simple et évidente qui n’a pas dû lui traverser l’esprit : JPB est Français, enseigne ou plutôt enseignant le français et tient un blog en français donc il s’occupe des auteurs francophones !

  16. Bien entendu on pourrait faire une version anglaise de Bonnet d’âne : dunce cap ! Mais cela aurait moins de sel …

  17. Je m’avance peut-être un peu mais je crois qu’hier à Rambouillet il y a eu un complot de l’extrême-droite – la Cagoule revival sans doute ?
    Il est bon que le président paisible que nous nous sommes choisis se montre ferme et intraitable avec cette résurgence de l’hydre fasciste !

      • Thierry L je sais bien que vous en savez plus que vous ne voulez nous en dire ! Alors est-ce que le groupement factieux justement dissous par le gouvernement « Génération identitaire » était derrière tout cela ?

        • Non, l’enquête s’oriente vers une association de boutiquiers Ruellois
          Paraît que leur chef compte les trois quarts de l’histoire de France dans son pedigree

  18. Que faire d’autre qu’adopter une mine de circonstance et apporter le tribut habituel d’hommages émus à l’administration ?

    Une place « Stéphanie » serait du plus bel effet devant ce gentil commissariat de quartier chaud.

    • Pensez-vous qu’Emma aurait pu être guérie par la lecture de ce roman de Flaubert ? C’est une idée paradoxale nabokovienne !

  19. Oui, l’ellipse de la scène érotique. « L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois. / Au réveil, il était midi ».
    Tant mieux, cela nous épargne les considérations hautement médicalo-scientifiques qu’on trouve maintenant dans n’importe quel roman contemporain minable dans lequel on doit lire forcément : pénétrer, pénétration, verge and so on et qui font ressembler leurs scènes érotiques à celles d’apprentis écrivains, apprentis au début de leur stage en alternance.
    Quant au cheminement de la calèche, symbole de la progression érotique, bien repris ensuite par Proust qui l’agrémentera de l’épisode catleya, là encore, tant mieux. L’implicite est tellement plus riche que ces descriptions laborieuses et poussives de nos petits auteurs.

  20. Le procureur Pinard aurait pu s’en donner à coeur joie sinon ! Vous pensez bien que des mots comme pénétrer, verge, vaginal et autres étaient strictement prohibés et auraient été considérés comme des atteintes aux bonnes moeurs !
    La police impériale était bien faite au fond : elle empêchait les auteurs de mettre le doigt dans le bourbier des descriptions fangeuses car trop médicales !

    • Vous avez raison, Driout. Parfaitement raison.
      Zola ne s’est pas gêné mais c’est quand même 25 ou 30 ans après Madame Bovary et la censure du second empire est loin.
      Il n’empêche que Proust a aussi cultivé l’ellipse sans censure impériale.
      L’art du détour est quand même une marque de la littérature.

  21. On pourrait dire que Flaubert serait la version aboutie de Stendhal. Même plaisir de la distanciation, de l’ironie, du discours indirect libre, même regard indulgent pour certains de leurs personnages, même regard satirique sur la société.
    Le style, en revanche les sépare. L’un galope, l’autre cisèle.

  22. Le qualificatif de « fou »ou de « déséquilibré » que les médias utilisent habituellement sous le principe de précaution ne sera pas employé dans le meurtre de cette policière à Rambouillet. Le parquet anti terroriste fut immédiatement saisi. Pif paf, on ne discute pas, là c’est sûr, c’est plié. Plus surprenant encore : sans analyse toxicologique préalable ! (On marche sur la tête ?). On ne saura si l’individu n’était pas sous l’emprise d’une bouffée délirante causée par une très forte consommation de cannabis.

    « Les raisons de cette saisine sont les suivantes: Premièrement le déroulement même des faits, qui comprend des éléments de repérages*. Également, la réalisation des faits*, les modalités du crime*, la personne de la victime* mais aussi les propos tenus par l’auteur* au moment de la réalisation des faits », a expliqué, depuis Rambouillet le procureur de la République antiterroriste Jean-François Ricard.

    * Etrange similitude de faits avec ceux d’une autre affaire qui n’a pas, elle, bénéficié de l’invistigation du parquet anti terroriste…

    • Flo,

      Vous n’avez pas encore lu « Le Figaro » ? C’est la faute du confinement qui a radicalisé ce pauvre Tunisien !
      C’est en effet une excellente raison de décompresser un peu en égorgeant au petit bonheur la chance !

      • Egorger. En fait, le rituel d’égorgement en serait la composante principale, il signe l’acte terroriste de celui qui ne l’est pas, au-delà du style qu’impose le geste, qu’il soit tranché ou planté, il fait toute la différence. L’usage du couteau, d’une machette ou d’un simple cutter dans un meurtre est indispensable pour la qualification d’acte terroriste. On ne mégote plus. Soyons clairs : Avertir d’une mort éminente 24 h avant les faits, se choisir comme pseudo Fofana (Meurtrier d’I. Halimi) sur sa page FB, se rendre quatre fois par semaine dans une mosquée salafiste puis enfin, après s’être préparé en prière* et en vêtements avant de s’introduire chez la personne visée pour la passer à tabac durant une heure puis la jetter par dessus un balcon sous le cri de « allah akbar » est insuffisant. Pas de tranchant : pas de djihadiste. Ne nous trompons plus.

        Ceci étant dit Médiapart, fort de ne pas vouloir froisser, stigmatiser la communauté de la religion d’amour et de paix ayant trop souffert, se refusant à trahir des idéaux que la nouvelle procédure judiciaire imposerait, fut parfaitement inspiré pour relaté l’événement dans une sauce rédactionnelle à la mode du fait divers qui ne sera pas interprété autrement que comme étant un nouvel acte héroïque de soutient sans faille par les intéressés : « Un homme abbatu après avoir tué au couteau une fonctionnaire de police à Rambouillet ». Propre, net, restons factuels.
        https://twitter.com/Enthoven_R/status/1385616415919587333/photo/1

        *Il est indispensable de comprendre que parce qu’il est associé à l’alcool, le cannabis est haram dans l’islam. À la question : la prière et un gros spliff d’afghan juste avant ? le pénitent joint (si j’ose dire) rarement ces deux actions sur une même période. (Etant précisé que les traces de cannabis dans l’organisme restent présentes un certain temps, jusqu’à 24h…)

  23. Ernest Pinard le bien-nommé fait l’éloge de l’art normand de Flaubert ! On sent l’ivresse qui le remplit à raconter les turpitudes dans lesquelles tombe Madame Bovary presque sainte, presque trop belle dans sa jeunesse flétrie par la mort brutale !

    Au final le procureur Pinard est un grand sensible !

    https://flaubert.univ-rouen.fr/oeuvres/mb_pinard.php

  24. En fait, Pinard écrivait. Mais c’était un besogneux. Il n’y arrivait pas. Un jaloux de Flaubert. Il y aurait un roman à faire, peut-être.

    • Lâchement assassiné …
      Ah, la poésie policière ….
      Ça serait quoi alors : courageusement ?

      Bon ce n’est pas une raison pour s’en prendre à tous les Tunisiens, à tous les mâles de 36 ans …

      Je pense qu’ils ont dû viser la tête, ça rend impossible un interrogatoire pour une enquête un peu fouillée mais bon, comme l’on dit ; nécessité fait Loi

      • Lâchement assassiné …
        Ah, la poésie policière ….
        Ça serait quoi alors : courageusement ?

        De tuer une personne de face, armée comme l’est son assaillant et prévenue de son intention. Ce n’est plus du tout la même histoire surtout quand la potentielle victime a appris à tirer.
        Comme il n’y strictement rien de courageux de tirer sur quatre-vingts personnes désarmées enfermées dans une salle de concert ou sur la totalité de la rédaction d’un journal satirique également sans arme, par exemple.

      • S’ils ont été pros c’est la « bouteille » qu’ils ont visée…Y’a que dans les films américains que le gars vise la tête…

    • On devrait plus souvent voyager sur le dos des autres, ne trouvez-vous pas ? Bon vent quand même …

      • Qui vous dit que ce n’est pas un harcèlement aérien d’un monsieur oiseau trop pressé sur une malheureuse de passage ?
        Ceci dit, il est épatant de constater qu’il ait su se placer entre les ailes de son support pour avoir une complète stabilité. Un numéro de cirque.

  25. Ce qui me frappe le plus,c’est l’insuffisance caratctérisée de la prévention des actes terroristes.
    Je passe sur le cas de Blanquer, islamo-droitiste bien connu-qui a constamment protégé l’agitateur Sefrioui- et est donc largement responsable de l’assassinat de Samuel Paty.

    On a vu quelle protection la police avait assurée à Charlie Hebdo…

    Il est ahurissant de constater que les autorités ne se sont pas encore avisées que 70% des actes terroristes du genre du plus récent, à Rambouillet, se produisent un vendredi, jour sacré des musulmans !

    En plus, avril est le mois du Ramadan ; où est vigipirate, où est la vigilance accrue ?

    Ecoutez Noam Anouar, policier spécialiste de la lutte anti-terroriste, particulièrement à partir de 2mn 50.

    https://www.youtube.com/watch?v=yOi0iKv4nqQ

  26. C’est en lisant les 2 derniers papiers de JPB (Flaubert, Baudelaire ; je n’ai rien à dire, je lis et tente de m’instructionner) puis en jettant un œil sur les commentaires parfois eux aussi instructifs (avec des liens féconds) que j’ai subodore qu’il était arrivé un truc a Rambouillet
    J’ai un peu surfé (avec des pincettes) sur la presse en ligne pour savoir ( je n’allais pas allumer la télé vision pour ça)
    Comme dit Pierre Driout … une petite fonctionnaire

  27. Sanseverina 24 avril 2021 At 10h32

    “Quant au cheminement de la calèche, symbole de la progression érotique, bien repris ensuite par Proust qui l’agrémentera de l’épisode catleya, là encore, tant mieux. “

    Vous faites un rapprochement entre Flaubert et Proust.
    Moi aussi, j’ai envie d’en faire un:

    « Ce brave organe génital est le fond des tendresses humaines. » Flaubert, cité par le Maestro.

    “L’amour physique, si injustement décrié, force tellement tout être à manifester jusqu’aux
    moindres parcelles qu’il possède de bonté, d’abandon de soi, qu’elles resplendissent jusqu’aux yeux de l’entourage immédiat. “ Proust

    https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Proust_-_Du_c%C3%B4t%C3%A9_de_chez_Swann.djvu/196

  28. de l’émancipation des femmes musulmanes en terre Européenne… ( ?!)

    cf. article d’une de mes journalistes préférées au Figa (23-04-21)), Laure Mandeville,
    interviewant une Néerlandaise musulmane ;

    Shirin Musa et son « women for freedom » lutte, aux Pays-Bas,
    contre ce
    « terrorisme intime »,
    prêché dans les mosquées :

    delà de la polygamie, un blanc-seing est donné par les imams, aux mariages des enfants, aux certificats de virginité, à l’enfermement des femmes, aux violences domestiques et aux « mutilations génitales » ;

    « je me suis dit qu’on devait sortir de ce no man’s land juridique et que la ‘captivité conjugale’ devait être reconnue comme un délit pénal, dans la continuation de la notion de mariage forcée (…),
    une loi est passée ; sur la notion de ‘captivité conjugale’, nous sommes les premiers en Europe » !

    « l’Etat séculier doit nous protéger des nouvelles réalités qui ont émergé avec les migrations ».

    très dur combat !
    aux Pays-Bas, comme ici – et comme ailleurs -,
    la « tolérance » des municipalités est infinie,
    sans compter les « woke » qui n’ont pas peur de traiter Shirin… d’islamophobie et d’extrêmisme (de droite, bien sûr) ;

    intéressée par le « plan macronien » sur le « séparatisme », elle a écrit une lettre à ce dernier ; :
    les « propositions », qu’elle mentionne, transmises au Sénat, n’ont pas été retenues, au prétexte que… « l’Etat laïque n’a pas à se mêler d’affaires religieuses » !

    nous en sommes là – et nous en somme las.

    • L’état laïque n’a pas à se mêler d’affaires religieuses.
      Oui ; voir l’article 1 de la constitution et la loi de 1905

      Réciproquement les affaires religieuses ne se mêlent pas des histoires de l’Etat, de la République …

      • Vous plaisantez, là.
        Accepter l’aspect totalitaire et politique d’une religion c’est déjà renoncer à la laïcité à la française.

  29. NB C’est anedotique mais Endy est un retraité de l’éducation nationale, un ancien professeur de mathématiques, pour être précis;son autre Violon d’Ingres ? Les contrepéteries.

  30. Jean-Paul Brighelli 24 avril 2021 At 17h38
    Malheureux, vous allez faire rêver Driout !

    Pas sûr du tout; le bel Otto n’avait pas une bite hors-norme;elle était calibrée pour l’orifice de Driout, et surtout Otto savait s’en servir.

  31. Sanseverina 24 avril 2021 At 10h32
    “…Proust qui l’agrémentera de l’épisode catleya…”

    Pierre Dumayet, jadis, fit un exposé très, très fouillé sur ce “faire catleya” (ou cattleya).
    Je n’ai pas réussi à le retrouver.

    Lot de consolation:florilège d’extraits de l’émission “Lectures pour tous”;vous y entendrez Nabokov, Cocteau, Jean Rostand -qui parle de l’amour.

    https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000001157/florileges-d-extraits-de-l-emission-litteraire-lectures-pour-tous.html

  32. Lormier,

    J’avais dit verbe gigantesque ! Où êtes-vous allé piocher que Flaubert voulait me faire une querelle d’allemand avec son verbe ?

    • Faites pas attention!
      Le mot de Lormier s’avilit de plus en plus.
      Une sorte de rage lui tient lieu de verve.
      Oui…(deux)

      • Le vit de Lormier s’ammolit de plus en plus
        (vous avez l’air d’être un intime)
        Une sorte de rave lui tient lieu de verge ?

  33. Prendre possession – autrement dit faire catleya – est un obsession typiquement hétérosexuelle ! Beaucoup parmi les homosexuels n’aiment pas cette forme d’amour physique qui consiste à pénétrer l’autre …

  34. En ce qui concerne Marcel Proust il court des rumeurs d’amours étranges – on suppose qu’un homme aussi singulier ne faisait pas l’amour comme tout le monde !

  35. Mort d’un nourisson de 5 mois dont la mère, qui l’allaitait, avait reçu deux doses de vaccin Pfizer.

    Cause de la mort: THROMBOTIC THROMBOCYTOPENIC PURPURA.

    Le fait que le même événement pathologique ait causé la mort d’adultes vaccinés ne doit pas nous inciter à affirmer qu’il y a un lien causal entre la vaccination de la mère et le décès de son bébé.

    A ce stade, rien ne permet de dire que ce n’est pas une simple coïncidence.

    Le bénéfice de la vaccination Pfizer l’emporte toujours de loin sur le risque.

    Source:gouvernement américain.

    “Patient received second dose of Pfizer vaccine on March 17, 2020 while at work. March 18, 2020 her 5 month old breastfed infant developed a rash and within 24 hours was inconsolable, refusing to eat, and developed a fever. Patient brought baby to local ER where assessments were performed, blood analysis revealed elevated liver enzymes. In-fant was hospitalized but continued to decline and passed away. Diagnosis of TTP (THROMBOTIC THROMBOCYTOPENIC PURPURA) No known allergies. No new exposures aside from the mother’s vaccination the previous day.

    https://wonder.cdc.gov/controller/datarequest/D8;jsessionid=38888AC4498AC8F6BB74790A26AA

  36. Le mot de Lormier s’avilit de plus en plus.

    LeVIt de Lormier s’aMOllit de plus en plus.

    Une sorte de rage lui tient lieu de verve.

    Une sorte de raVe lui tient lieu de verGe.

    céleri-rave ?

  37. Vous n’aimez pas vous laisser pénétrer par les voies de Dieu ?

    Vous n’aimez pas vous laisser pénétrer par les Doigts de Vieux ?

  38. Pour changer de la COVID, un petit tour à Trappes, haut lieu de la République :

    Trappes n’est pourtant pas une de ces zones de non-droit dans lesquelles la police craint de se rendre. La ville, qui bénéficie depuis 2001 d’un vaste programme de rénovation urbaine pour un montant de 360 millions d’euros, tend à s’aligner sur les standards bourgeois de Saint-Quentin, une commune voisine.

    « Nous avons constaté une accalmie lors des contrôles de police au début des années 2000 », relate un policier passé par le commissariat de Trappes, qui croit y déceler l’influence grandissante des islamistes sur la ville. « Certains jeunes venaient nous voir pour prévenir que les “brigades” rôdaient dans le coin. » Les “brigades”, en référence aux adeptes du mouvement fondamentaliste tabligh, qui, tout de blanc vêtus, sillonnent la ville pour asséner leurs prescriptions religieuses aux habitants. Surtout aux plus jeunes.

    Ce n’est pas un guide pour touristes, mais presque (c’est dans Vapeurs actuelles)

  39. Quand je pense que Flaubert n’a pas connu les smileys … évidemment comment la jeunesse peut-elle le prendre au sérieux ?

  40. thierry L :
    si vous considérez que le mariage forcé, la polygamie, les certifs de virginité, les mutilations génitales sont une affaire de religion, parfait !

    dans ce cas là, que les toubibs continuent de signer les dits certifs, et que les mousmés battues et violentées ne viennent pas surtout pas pleurer : c’est une affaire de religion !

    comme le dit très bien cette Shirin, on en est ainsi arrivé à une société non seulement multiculturelle, mais aussi « MULTILEGALE », où cohabitent plusieurs droits !
    tout ça devient vraiment délirant !

    • Ça tombe sous le coup de la la Loi tout ces joyeusetés ; pas la peine de reconnaître un culte (religion) lisez le 1 er article de la Loi de 1905
      Il y a eu plein de tentatives pour qu’il en soit autrement avec des mouvements venus d’outre Atlantique durant la 1ere décennie des années 2000 Ils faisaient semblant de ne pas comprendre que l’état n’allait pas les reconnaître comme une religion puisque … L’état ne reconnaît et subventionne aucun culte … (La loi de 1905 ne parle pas de religion ; c’est pas.mal monté quand même)
      Ça recommencera encore et encore, avec d’autres, avec les même
      L’erreur a été de laisser le FN s’emparer de la question (qui a alors considérablement rétréci) pour instrumentaliser la laïcité contre l’islam alors que les attaques venaient, initialement, surtout d’ailleurs ; mais là on ne les entendaient pas (un peu culs bénis dans la famille Le Pen)

      • Je ne sais pas a qui vous répondez
        Mais bon si c’est à mon commentaire c’est que j’ai du mal à me faire comprendre
        La charia, les polices de la pensée …. si vous saviez.

  41. J’ai rien compris au petit coup de patte de Jean-Paul en bas de page donné au dernier livre de Régis Jauffret en fin de billet. Pour en savoir plus sans me farcir le bouquin de RJ(dont je n’en ai jamais lu un seul), je me suis contenté d’aller écouter/voir Taddei(*) sur RT:

    https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/85916-culture-numero-204

    Franchement, je ne vois pas l’intérêt de ces (auto)biographies, même « participatives », déjà cent fois proposées sur les écrivains. Je mets « auto » et « participatives » entre parenthèses à cause de l’effarante illusion sur soi-même qu’elle semble trahir chez Jauffret -même s’il s’en défend- de réincarner Flaubert; et pour moi, la question ne se pose pas de la vérité de ces révélations, que ce soit son aventure avec Élisa Schlésinger ou sa supposée liaison homosexuelle avec Alfred le Poittevin, de leur valeur, ou si elles méritent un quelconque intérêt à peine plus digne que ce qu’on apprendrait de la personnalité d’un individu dans une émission du genre « Faites entrer l’enculé ».
    Au fond, on en apprend plus sur RJ lui-même dans ce processus littéraire, car toute pensée est l’autobiographie de son auteur. Non pas l’idée qu’elle véhicule, mais comment elle se forme, de quelle cuisine existentielle elle est le résultat, de quelle chimie elle est le précipité. Sartre nous avait déjà fait le coup, naguère, mais c’était Sartre:

    « On nous dit que Flaubert avait une « ambition grandiose », et toute la description précitée s’appuie sur cette ambition originelle. Soit. Mais cette ambition est un fait irréductible qui ne satisfait aucunement l’esprit. C’est que l’irréductibilité, ici, n’a d’autre raison qu’un refus de pousser plus loin l’analyse. (…) « Voilà, se dit-on, Flaubert était ambitieux. Il était comme ça. » Il serait vain de se demander pourquoi il était tel que de chercher à savoir pourquoi il était grand et blond : il faut bien s’arrêter quelque part, c’est la contingence même de toute existence réelle. Ce rocher est couvert de mousse, le rocher voisin ne l’est point. Gustave Flaubert avait de l’ambition littéraire et son frère Achille en était dépourvu. C’est ainsi. Ainsi désirons-nous connaître les propriétés du phosphore et tentons-nous de les réduire à la structure des molécules chimiques qui le composent. Mais pourquoi y a-t-il des molécules de ce type ? C’est ainsi, voilà tout. La psychologie de Flaubert consistera à ramener, si c’est possible, la complexité de ses conduites, de ses sentiments et de ses goûts à quelques propriétés, assez comparables à celles des corps chimiques, et au-delà desquelles ce serait une niaiserie que de vouloir remonter. Et pourtant nous sentons obscurément que Flaubert n’avait pas « reçu » son ambition. Elle est signifiante, donc elle est libre. Ni l’hérédité, ni la condition bourgeoise, ni l’éducation ne peuvent en rendre compte ; bien moins encore les considérations physiologiques sur le « tempérament nerveux » (…). Il ne saurait donc aucunement fonder une signification. En un sens l’ambition de Flaubert est un fait avec toute sa contingence (…) mais en un autre, elle se fait et notre insatisfaction nous est un garant de ce que nous pourrions saisir par-delà cette ambition quelque chose de plus, quelque chose comme une décision radicale qui, sans cesser d’être contingente, serait le véritable irréductible psychique.

    Sartre, L’Être et le Néant (Gallimard, Tel, 2003). P.605

    En tout cas cette cuisine ne sera jamais aussi excluante que la mention par Bourdieu de cette réflexion de Sartre sur Flaubert:

    « L’idéologie du penseur utopique, sans attaches ni racines, sans feu ni lieu, sans intérêts ni profits et le refus, qui en est le corrélatif, de la forme suprême de la grossièreté matérialiste, la réduction de l’unique à la classe, l’explication du supérieur par l’inférieur, l’application à l’inclassable de modèles explicatifs bons pour les classés, les rangés, les bornés, les bourgeois, les petits-bourgeois, le commun, ne prédispose guère les intellectuels, ces classeurs inclassables, à penser comme tel le sens de la position sociale et, moins encore, leur propre position et le rapport pervers au monde social qu’elle leur impose.( Il faudrait ici relire Sartre dont toute l’oeuvre et toute l’existence ont pour principe cette affirmation du point d’honneur subversif de l’intellectuel et , par exemple, les pages de l’Être et le néant sur la psychologie de Flaubert, effort pathétique pour arracher la personne, en la personne de l’intellectuel, créateur incréé, fils de ses œuvres hanté par le » projet d’être Dieu », à toute espèce de réduction au gé,néral, au genre, à la classe, pour affirmer la transcendance de l’ego contre » ce que Comte appelait le matérialisme, c’est à dire l’explication du supérieur par l’inférieur » cf-JP Sartre, L’être et le néant, Paris, Gallimard,1943, p 643-652, et spécialement p 648 ). »

    Bon, affaire classée, le terrible béarnais a encore frappé.

    Et Jean-Paul dans tout ça, au milieu de tout ce beau monde, qu’est-ce qu’il vient faire, me direz-vous ?
    Eh bien, Jean-Paul est là par pilosité confraternelle, non pas comme un cheveu sur la soupe mais parce que Flaubert était « Le plus grand des écrivains moustachus du XIXe siècle ». Combien d’écrivains moustachus reste-t-il aujourd’hui en France ? Je pose la question. Encore un signe du déclin inéluctable de la littérature française et, indissociablement, de la virilité. Même Jean-Paul s’est rasé la moustache.

    (*)J’aime Taddei pour les deux dogmes qu’il s’impose : refuser de poser des questions sur l’actualité de la veille et ne jamais interrompre son invité. Ce qui est déjà trop radical pour les médias français. Je le trouve vraiment excellent, concerné, pointu, sur les questions plus générales -ou plus précises. En fait il est très bon quand il a lu et fait parler un historien, un géographe, un peintre, un anthropologue, un chanteur. Il pose alors des questions qui donnent de l’ampleur à la réflexion de l’interviewé. Je me souviens d’une interview/portrait de Joey Starr, il le tirait très largement vers le haut en le faisant penser là où à l’évidence l’intéressé n’avais jamais pensé. Là éclate sa très aimable curiosité, celle d’une sorte d’humaniste que tous les savoirs intéressent. Un humaniste à la sauce dix-huitième, à la sauce Casanova.

    • Court (6mn) et intéressant témoignage de la dite — sur époque pas si lointaine et quand un Hervé, peu en reste pour nous avoir dégoté ces fameuses analyses Sartre/Bourdieu en caserne dorique, reste insensible à l’élément tragique et tellement révélateur de ce que fut la mécanique sociale du XIX ème révélée par Régis Jaufret et dans lequel s’est construit le logiciel Flaubert : pour qu’un enfant ne soit pas considéré comme « batard » l’état civil pouvait indiquer qu’il était né de mère inconnue quand le père, lui, ne l’était pas.

      https://www.nova.fr/news/edith-cresson-ca-tombe-bien-que-je-sois-ministre-de-lagriculture-je-vais-devoir-moccuper-des-porcs-et-donc-de-vous-135456-30-03-2021/

      • (Etant entendu qu’il est parfaitement possible qu’une Pascale feu Dobo en élément féminin au poste de — face à une FSEA démontée à la même époque, ne donnait peut-être pas un même résultat, soyons honnêtes… mais quand même)

      • Si, comme le témoigne Edith, il n’y a que les quotas pour faire admettre des femmes dans les milieux de pouvoir considérés hermétiques à leur genre : bah, finalement j’y adhère.

  42. @ Pierre Driout ; l’utilisation du terme pedigree vous concernant (enfin votre ascendance) c’est juste parce que vous avez pas mal usé du terme race concernant ceux qui marchent debout

  43. La carcasse de Flaubert vaut-elle qu’on se décarcasse ? Je pose ma question en toute innocence …

  44. Dans le temps on ne se posait pas tant de questions métaphysiques sur la création des artistes ! On disait : il a l’étincelle divine, il a le feu sacré, que sais-je ? On voulait dire par là que ce phénomène de combustion spontanée qu’on appelle la création littéraire apparaissait de même espèce qu’un phénomène naturel inexpliqué !
    Il arrivait donc aussi que certains désordres de l’auteur étaient la contrepartie évidente de cette auto-combustion !

  45. Ravis de la crèche,suite:
    Le lait des mères vaccinées contre le covid contient des anti-corps .
    Youpi ,youpi, youp la la:pas besoin de vacciner les bébés,il suffit qu’ils tètent leur mère.
    Altruistes comme sont les Américaines, il y en a qui ont eu l’idée de donner de leur lait aux autres,celles qui n’en ont pas assez…

    https://medicine.wustl.edu/news/for-breastfeeding-moms-covid-19-vaccinations-may-also-protect-babies/

    Manque de pot,un bébé de cinq mois, allaité par sa mère vaccinée, vient de mourir de TTP (thrombose et purpural thrombocytopénique).

    Ah oui, mais qui vous dit que c’est à cause du lait ? Peut-être tout simplement une coïncidence.

  46. Par les champs et par les grèves … Henry Miller encore pire que Gustave Flaubert, infesté de songeries élégiaques :

    « A Auxerre nous dînâmes au bord du fleuve, dans une modeste petite auberge. Je me souviens des reflets sur l’eau, des grands arbres qui se balançaient sur le doux ciel de France. Je me souviens d’avoir éprouvé alors une grande paix, une paix comme je n’en avais jamais connu dans mon pays natal. On aimerait conserver à jamais de pareils instants … Comme disait le patron du restaurant, ce n’était évidemment pas Paris ! Mais à certains égards, c’était bien mieux que Paris. C’était plus français, plus authentique … »

  47. Flaubert nous montre des héros alternant moments de passivité exquise et d’activité désordonnée … Emma Bovary s’abandonne à l’amour et Frédéric Moreau à l’espérance mais quand ils veulent agir ils sont comme désaccordés à leur temps !
    Ce siècle éminemment positif comme le nomme Regnault ne comprend rien aux épanchements des mélancoliques et s’en moque comme d’une guigne !
    Ce XIXe siècle est aussi une élégie funèbre !

  48. Je vous ai dit je crois que Joseph Regnault (1797-1863) a été le premier à marier les statistiques et les probabilités pour analyser les cours de bourse et leurs mouvements erratiques ; bien entendu on est là loin des mouvements du coeur tels que Flaubert ou Baudelaire les exhument – et les exhaussent dans des poèmes magnifiques ! Mais néanmoins cela forme le fond du décor … le cours de la rente est le fleuve immobile devant lequel défilent les passions humaines – trop humaines !

    • Pour reprendre les analyses bio de Sartre versus Bourdieu, Flaubert et Baudelaire sont des rentiers du siècle comme tous les bourgeois de l’époque – la rente 3% étant la pierre de touche du XIXe siècle – et c’est sur ce fond solide que toutes les pérégrinations de l’âme se déroulent.

    • La vitesse n’est pas le problème.
      Ce qui est fâcheux, ce sont vos confusions historiques .
      Ici, il semble que vous confondiez Joseph et Jules.
      L’economiste qui a proposé de représenter les variations boursières par un modèle de marche aléatoire, c’est Jules et non pas Joseph Regnault, me semble-t-il .
      L’intention est bonne mais comme d’habitude, le tout est trop confus.
      Oui…

  49. La barbe abcmaths ! Joseph Regnault est un professeur de mathématiques et un ingénieur civil – il avait les moyens intellectuels et les moyens matériels de publier ce livre sous pseudonymat.

    J’ai expliqué cinquante fois à Franck Jovanovic son erreur – j’attends toujours le moindre élément de réponse !

    Sur mes indications il est allé voir M. Grassi aux Archives de Paris que je connaissais très bien – il lui a retrouvé le testament de Jules Regnault (1834-1894) datant de l’année de sa mort – il n’indique à aucun endroit de son testament la possession d’un quelconque droit moral et droit d’auteur sur aucun livre – et pour cause Jules Regnault en 1862 était un modeste employé dans une charge d’agent de change à Paris et n’a jamais rien écrit de sa vie !
    Malgré les recherches faites à Bruxelles lieu où il a passé sa jeunesse après la mort de son père on n’a retrouvé aucun diplôme supérieur style Baccalauréat es-sciences ou études universitaires d’aucune sorte !

    J’ai passé une douzaine d’années à étudier tout cela en détails – il y a mille pages écrites par moi sur ce dossier ! Si vous en voulez copie envoyer un chèque !

    M. Jovanovic a basé sa thèse de doctorat sur une erreur de débutant dans les recherches historiques – et maintenant il est bien embêté parce qu’il ne peut plus faire machine arrière sans mettre en péril son crédit.

    • Allez aux Archives nationales de Paris abcmaths consulter comme moi le dossier Joseph Regnault – dans la série des ponts et chaussées – Jules Cambacérès ingénieur en chef des P&C et préfet fait son éloge – il dit que quand il était en charge des statistiques générales au ministère de l’intérieur sous la Monarchie de Juillet Regnault lui apporté son concours précieux grâce à ses grandes connaissances et capacités pour établir les tableaux statistiques.

      Regnault est un des rares hommes en France à cette époque à maîtriser les probabilités et les statistiques – il a été huit ans officier du Génie avant de devenir professeur de mathématiques puis ingénieur civil. A l’époque aucun cours de probabilité ni en Sorbonne ni même à Polytechnique ; Joseph Bertrand sera un des premiers à enseigner les Probas à l’X.

  50. Joseph Regnault a créé les Annales des chemins vicinaux et les Annales des conducteurs des ponts et chaussées qu’il dirige.
    Année 1862 en page 87 (cf Gallica) il publie une note sur le guide du déposant de la caisse des retraites pour la vieillesse par Ernest Beauvisage (1816-1869) chef du cabinet du directeur de la caisse des dépôts et consignation et lui-même directeur du service des retraites.
    Pourquoi en 1862 s’intéresse-t-il tant à cette question financière ? Parce qu’il vient de créer « Le denier de la veuve » pour les conducteurs des P&C et qu’il doit placer les fonds qu’on lui confie.

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6485262q/f93.image.r=beauvisage

    • D’autre part comment imaginer un seul instant qu’un jeune homme inconnu de tous apporte un manuscrit de 220 pages au plus grand éditeur scientifique de l’époque Mallet-Bachelier et que celui-ci l’accepte sur sa bonne mine ! C’est inenvisageable … en 1864 le polytechnicien Gauthier-Villars, le père de Willy, rachètera Mallet-Bachelier.

      Gabriel Lamé un de plus grands mathématiciens de son époque conjointement avec Prosper Goubeaux fondateur du lycée Chaptal a patronné un des ouvrages mathématiques de Joseph Regnault.
      Joseph Regnault est déjà édité par Paul Dupont, le plus grand imprimeur de son époque (usine de Clichy), qui a le monopole des publications administratives – il est aussi député – par Lacroix, par Mallet-Bachelier. Il a des liens avec tout le gratin des P&C, Edouard Hermann conseiller d’Etat écrit la partie administrative des Annales, il reçoit chez lui 111 rue du Faubourg Saint-Honoré dans ses salons en face de Saint-Philippe du Roule tous les gens de Province qui sont de passage à Paris !
      Et vous me dites qu’un jeune homme qui partage une chambre de bonne avec son frère Odilon dans un quartier de Lorettes – la rue Manuel – écrit à ses heures perdues un des plus puissants textes scientifiques de son époque ? Euh !

      Quand le capitaine du génie Marius Guyard (à Gravelines) veut communiquer à Paris un projet de télégraphe électrique à qui s’adresse-t-il ? A Joseph Regnault !

      https://www.google.fr/books/edition/Bulletin_de_la_Soci%C3%A9t%C3%A9_d_encouragement/i2uZDycjsN0C?hl=fr&gbpv=1&dq=capitaine+guyard+regnault&pg=PA251&printsec=frontcover

      La société d’encouragement des sciences décernera d’ailleurs une médaille à Regnault pour son rouleau-compresseur fabriqué sur ses plans par le constructeur Bouilliant à Paris.
      L’abbé Moigno le grand vulgarisateur parle de Jules Regnault – il se trompe de prénom – c’est Joseph – dans sa revue Le Cosmos.

      Soyons sérieux un instant vous voulez bien !

      Il y a d’un côté un homme de premier plan qui règne intellectuellement dans des domaines variés de l’ingénierie et de la technique et de l’autre un parfait inconnu qui aurait du génie et qui va vivre entre trente ans et ne publiera plus rien du tout – c’est cela le scénario que vous proposez ?

  51. Regnault est le Copernic et le Newton de la Bourse ! Louis Bachelier, sous l’égide d’Henri Poincaré, se basera sur le modèle de Regnault en 1900, pour innover dans le calcul des probabilités : il va introduire l’idée – géniale – des probabilités en temps continu !
    Poincaré donnait un cours de probabilités en Sorbonne – je crois bien – mais n’avait pas apporté d’idées innovantes dans ce domaine.

  52. Du coup comme on me fait perdre le fil de mon discours avec des interruptions désorganisées et stupides, je me suis éloigné à la fois de Flaubert et de Baudelaire alors que j’expliquais le sens véritable du cours historique de leur oeuvre sur le fond permanent de leur temps, l’époque la rente bourgeoise fixe – le fameux 3%.

    Vous ne pouvez absolument rien comprendre au XIXè siècle si vous faites abstraction du contexte financier !

  53. « …le fond permanent de leur temps, l’époque la rente bourgeoise fixe – le fameux 3%. »

    Il me semble que, quand vous vous en prenez à Dugong, vous le traitez parfois de rentier (qui a bien tort de croire sa rente garantie…).

    Quel est aujourd’hui, selon vous, le rapport de la rente ?

    Faut-il tout expliquer par la rente ?

    N’est-ce pas de la pensée « unaire  » ?

    PS Pourquoi Emma Bovary emprunte-t-elle à Lheureux ? Comment se fait-elle avoir par lui ?

    • C’est le fond fixe comme je dis plaisamment !

      Vous connaissez le drame de Charles Baudelaire ? Il est héritier de son père et se voit remettre à sa majorité un coquet héritage – son père avait été secrétaire du Sénat et lié aux ducs de Choiseul-Praslin – mais il fait le fils prodigue et dilapide tout en un an ! Sa mère folle de rage avec son mari le général Aupick – et je la comprends bien – lui met une tutelle judiciaire sur le dos avec maître Ancelle à Neuilly comme curateur ! Du coup toute sa vie Baudelaire restera en laisse de sa mère et passe son temps dans ses lettres à lui faire du chantage : si tu ne m’enlèves pas ma tutelle je me suicide !
      Bernique elle ne s’en laisse pas conter … pour elle la morale bourgeoise – on ne dépense pas son capital avec des poules – passe avant tout !

      Du côté de Flaubert pas de souci, son héritage il y tient ! Mais c’était sans compter sur na nièce chérie Caroline Commanville, fille de sa soeur cadette Carole Flaubert et aimée plus que tout – elle et son mari font faillite et Flaubert pour sauver l’honneur de la famille se ruine à renflouer les finances du couple inconséquent !

  54. Et les placements immobiliers au XXIème siècle, que faut-il en penser ?

    Dugong est propriétaire d’un domaine, qui comporte quelques dizaines d’hectares de forêts ;nous ne savons pas quelles sont les essences …

    Tout cela payé, in fine, avec les primes d’expatriation -lesquelles avaient initialement pour but de rendre tolérable,aux yeux des fonctionnaires blancs ,le spectacle de la misère.

    Vous en voulez à Dugong d’avoir mené astucieusement sa barque; vous, auriez-vous supporté de vivre plusieurs années parmi des Noirs ?

    • les hectares de terres, taillis, bois, les dizaines de pommiers… ce n’est pas forcément réjouissant à entretenir et gérer ;
      certains se satisfont d’entretenir leur domaine : « each to his own ».

  55. « J’ai passé une douzaine d’années à étudier tout cela en détails…

    J’aurais mis « détail » au singulier

    • Vous avez comme toujours raison Lormier ! Grand fou … heureusement que vous me surveillez car je fais des écarts de conduite moi aussi.

  56. le grand reset – un peu triste de voir tous ces articles, vides de commentaires, et le tout, bien (strictement) encadré ;
    mais tant que les jeux de mots, jeux de vilains, ont encore quelques beaux jours devant eux…
    et de quoi rassurer certains ici – ça reste, bien sûr, entre Blancs – « The older you get, the better you get at it » :
    https://www.youtube.com/watch?v=hO5-PjU4d0o

  57. Moins putes que les lorettes,il y avait les grisettes;fallait bien que les étudiants baisent, n’est-ce pas ?

    Aujourd’hui, les amphis sont mixtes, on a tout sous la main… Mais au XIXième, les petites couturières et autres, c’était pour les étudiants (plus ou moins bourgeois); avez-vous des statistiques ? Y a-t-il eu des liaisons durables, des mariages ?

    Peu, je suppose.

    Comment ça se passait, psychiquement, pour les meufs, ces liaisons ? La grisette savait-elle qu’une fois le diplôme obtenu son baiseur irait chercher femme dans son milieu .

    C’était dit,non dit ?

    Je ne me rappelle plus Mimi Pinson.

    « Lorettes », parce qu’installées près de Notre dame de Lorette.

    Propension de ce genre de meufs à or-biter près d’une église.

    A Londres, c’était Saint Audrey, d’où l’adjectif « tawdry » (clinquant).

    • La rue Manuel s’appelait la rue Neuve des Martyrs à l’époque de Jules et Odilon Regnault – mais je pense qu’elles étaient martyres consentantes les grisettes et les lorettes du quartier !

  58. Toujours pas retrouvé l’enregistrement de l’émission de Pierre Dumayet où il analyse l’expression « faire Cat(t)leya »; simplement, je suis tombé sur un bref compte rendu diant que pour Dumayet, si Proust n’y a mis qu’un « t »,c’est à cause du Docteur Cottard (avec deux « t ») dont Odette a pu être la maîtresse.

    « Cattleya » prend deux « t », comme son découvreur, Cattley.

    Le premier manuscrit écrivait « catleia »; sur les épreuves, Proust remplaça le « i » fautif par un « y ».

  59. J’en reviens à ma marotte – chacun les siennes – le testament de Jules Regnault en 1894 indique qu’il veut des obsèques civiles ce qui signifie qu’il est un athée convaincu – mais comme sa mère nonagénaire encore vivante est croyante si elle veut une cérémonie religieuse ce sera à sa convenance.
    Or « Le calcul des chances et philosophie de la bourse » est l’oeuvre de quelqu’un qui croit en une volonté divine assise sur des lois immuables ! Quoiqu’on en pense soi-même on voit mal comment un croyant aussi fermement convaincu serait devenu un athée tout autant convaincu entre 1862 et 1894 sauf miracle !

    Joseph Regnault s’est marié trois fois à l’église et a fait baptiser ses sept enfants (6+1) ; le comte Marie-Paulin de Tascher (1812-1878) maître des requêtes au Conseil d’Etat, dont la soeur a épousé le maréchal Narvaez de Campos premier ministre de la reine Isabelle II et fils du pair de France Ferdinand de Tascher (1779-1858), est le parrain de sa dernière fille née en 1861 à Paris, 8ème, c’est un de ses amis les plus proches.
    Il a été enterré religieusement en l’église Saint-Ferdinand des Ternes – il habitait au moment de son décès dans sa maison rue Vernier à l’époque rue Saint-Charles – et ensuite inhumé au cimetière du Montparnasse dans le caveau de ses deux premières femmes, la deuxième étant Antoinette Aglaë Levaillant de Jolival (1798-1858) veuve en premières noces du banquier Juan Cologan (1776-1846).

    Encore fois il y a incompatibilité totale !

    https://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2004-2-page-215.htm

  60. Dugong 25 avril 2021 At 12h36
    « A ce stade, rien ne permet de dire que ce n’est pas une simple connerie »
    Quoi ? Quoi qu’est une simple connerie ?

    Le site officiel américain recensant les événements indésirables survenus après vaccination (et signalés!) fait bel et bien état du décès de ce nourrisson allaité par sa mère, vaccinée Pfizer.

    Lormier 24 avril 2021 At 21h24
    Pour retrouver ce cas sur le site du CDC ,il faut donner le numéro du signalement: 1166062-1

  61. Bien nommer les choses,c’est retrancher au malheur du monde;les trhrombocytopénies thrombotiques post-vaccinales ont maintenant un nom;il n’est plus question de sauter comme un cabri en criant: « A ce stade, à ce stade… » car ce stade est largement dépassé.

    SARS-CoV-2 Vaccine–Induced Immune Thrombotic Thrombocytopenia,en abrégé « VITT ».

    https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe2106315

    • Il faudrait toujours avoir peur des cons ! Enfin moi je dis cela en dilettante : je ne suis pas le papa des cons !

    • Erreur 1011 accès refusé : Je préfère cela.
      En confondant Jules et Jim, j’ai déjà provoqué un torrent de commentaires indignés , j’ai eu ma dose d’émotions aujourd’hui. Je quitte le bateau.
      Oui…

  62. André Grelon a écrit en 1986 – bien avant moi – un livre très bien informé « Les ingénieurs de la crise » où il cite souvent Joseph Regnault.

     » Ce syndicat est issu du « “ denier ” de la veuve » , une association créée en 1855 par Régnault, conducteur des Ponts et Chaussées, fidèle de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie (la marraine du « “ denier ” de la veuve » ) , fondateur des annales des conducteurs des ponts et chaussées. »

    Ce qui veut dire que Regnault avait des relations assez étendues pour toucher jusqu’à l’épouse de Napoléon III et lui faire marrainer son institution de mutuelle pour les veuves des agents subalternes des P&C !
    Par quelle entremise a-t-il contacté l’impératrice ? Peut-être par Paul de Tascher (1811-1878) dont la soeur Alexandrine (1822-1868) était mariée à l’Espadon de Loja (le glaive de Loja), duc de Valence dont je vous épargne les titres à rallonge – et comme l’impératrice Eugénie était espagnole …

    https://www.google.fr/books/edition/Les_Ing%C3%A9nieurs_de_la_crise/W1vbAAAAMAAJ?hl=fr&gbpv=1&bsq=le%20denier%20de%20la%20veuve%20marraine%20imp%C3%A9ratrice%20eugenie

  63. C’est rue de Tournon dans l’hôtel particulier du comte et de la comtesse de Tascher qu’il a rencontré sa troisième et dernière épouse, jeune fille qui avait servi les Tascher dans leur château de Pouvrai dans le sud de l’Orne en Normandie.

  64. La Commune (150 ans) –
    « Les mains de Jeanne-Marie » (extrait) :
    « Elles ont pâli, merveilleuses,
    Au grand soleil, d’amour chargé,
    sur le bronze des mitrailleuses
    A travers Paris insurgé !  »
    (A. Rimbaud, 1872)

  65. Pierre DRIOUT 25 avril 2021 At 19h29
    C’est rue de Tournon dans l’hôtel particulier du comte et de la comtesse de Tascher…

    A-t-il disparu ? A quel numéro était-il ou est-il encore ?

  66. Joseph Regnault habitait 2 rue du Petit-Bourbon juste à côté de l’église Saint-Sulpice sous la monarchie de Juillet ; pendant les évènements de 1848 il était lieutenant de la garde nationale et tenait le piquet rue de Tournon, cf sa déposition.
    Donc je suppose que pendant l’occupation du Luxembourg par les insurgés, il a eu l’occasion de parler avec la famille de Tascher à de nombreuses reprises !

    https://www.google.fr/books/edition/Rapport_de_la_commision_d_enqu%C3%A8te_sur_l/EgM1yl_4JiUC?hl=fr&gbpv=1&dq=regnault+professeur+de+math%C3%A9matiques+hevin&pg=PA340&printsec=frontcover

      • Oui puisque Paul de Tascher écrivait des articles dans ses annales et était le parrain de sa dernière enfant ! Sa dernière femme épousée à Paris, 6ème le 15/5/1858 Pauline Françoise Aubry – 31 ans de moins que lui ! – était originaire des environs de Pouvrai et sa famille servait au château et elle rue de Tournon chez les Tascher.

        • Sa précédente épouse était morte le 12 janvier 1858 à son domicile 111 rue du Faubourg Saint-Honoré – on peut supposer vu la rapidité du remariage qu’il était déjà l’amant de la suivante !

          • Marie Paulin de Tascher dmt 4 rue de Tournon est témoin à son remariage à Paris, 8ème le 26/2/1850 avec Antoinette Aglaé Levaillant de Jolival veuve de Jean Cologan, dmt 218 rue du Faubourg Saint-Honoré, ainsi que Vincent Bertrand, capitaine en retraite, officier de la Légion d’honneur à la suite des évènements de février et mai juin 1848 où il se trouvait aux côtés de Joseph Regnault. Cf archives de Paris état-civil reconstitué.

  67. Durit nous gave avec des rues perpendiculaires à rien, des masures inchauffables et des énièmes épouses qui feraient sourire des chefs de village africains

  68. Valneva, une histoire bien française; sera-ce le vaccin « classique »,non-létal qui nous débarrassera de Sars Covid 19 ? Qui vivra verra …

    Covid-19 : comment la France s’est fait chiper le vaccin de Valneva par les Anglais
    VALNEVA

    ERIC WATTEZ Publié le 13/04/2021

    « Tout a démarré en 1999, à l’initiative du groupe familial choletais Grimaud, l’un des leaders européens de la sélection génétique animale, notamment pour l’élevage de volailles, toujours premier actionnaire du laboratoire avec 15% des parts. Ce dernier voulait se diversifier. En collaboration avec l’Inra et le CNRS, Vivalis, comme la société s’est d’abord appelée, a réussi à isoler des cellules souches aviaires embryonnaires, afin de proposer une alternative aux œufs utilisés comme support dans la fabrication de nombreux vaccins, dont celui de la grippe. A partir de 2003, le labo licencie son procédé qui permet de cultiver une vingtaine de virus différents. »

    https://www.capital.fr/economie-politique/covid-19-comment-la-france-sest-faite-chipper-le-vaccin-de-valneva-par-les-anglais-1399881

      • i) On ne sait pas si ce vaccin va marcher ( a priori,il est moins dangereux que les « vaccins » à vecteur viral ou ARN messager)
        ii) La société Valneva ,au moment de sa fondation,s’est appuyée sur des travaux du CNRS et de l’INRA,institutions françaises publiques peu à peu rendues exsangues au nom de la « réduction de la dépense publique ».
        iii) Valneva s’est adressée au gouvernement français,qui n’a pas donné suite (bien que la BPI ait des parts dans la société.)
        iv) Pour lancer les essais cliniques,il fallait de l’argent ,que ni l’Europe,ni la France ne voulaient donner.
        v) Valneva n’est pas inconnue au Royaume Uni;elle a une usine en Ecosse.
        vi) Les Britanniques ont estimé que ce vaccin était prometteur;ils ont donc lancé une pré-commande (pour plus de 400 millions d’euros, je crois);les premières doses sortiront de l’usine écossaise.

        Résumé:voilà ce qui se passe quand on décide que la santé publique sera gérée par des entrprises privées.

  69. Sars covid 19;une histoire bien française:

    « Beaucoup de temps a été perdu » : spécialiste des coronavirus, un chercheur regrette le manque d’anticipation
    Le coronavirus, il l’étudie depuis huit ans. Bruno Canard est directeur de recherche au CNRS à l’université Aix-Marseille, il travaille sur la réplication virale et notamment le coronavirus. Il regrette le manque de moyen alloué à la recherche en dehors des phases d’épidémie. »

    Publié le 11/03/2020

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/specialiste-coronavirus-chercheur-marseille-regrette-manque-anticipation-1798390.html

  70. Sauf si on met durit dans le jardin. Peut être y serait-il enfin utile. En poussant à peine plus loin, peut-être y trouverait-il sa vocation.

  71. Je signale que la fiche wikipedia sur la famille de Tascher est entachée d’une erreur !

    En effet Ferdinand de Tascher (1779-1858) marié deux fois n’a eu qu’un seul fils du premier lit Marie Paulin dit Paul de Tascher – le Benjamin de Tascher (1805-1858) qu’on lui attribue n’est pas de lui mais d’un cousin !
    D’autres erreurs sa fille la duchesse de Valence n’est pas morte à Madrid mais à Paris, et sa mère à Paris, 9ème rue de Clichy où elle habitait après la mort de son époux. Paul de Tascher mort avenue de la Grande Armée, côté 16ème, son neveu le marquis de Tristan (quel nom !) signale le décès.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Tascher

  72. Précisions : le préfet Jules Cambacérès (1798-1863) dont je parlais plus haut n’est pas apparenté au second consul Jean-Jacques Cambacérès dont les moeurs sont fameuses ! Il était témoin au mariage de la fille aînée de Joseph Regnault le 24/7/1847 à Paris avec Antoine Léandre Gauche Dutailly. Jules Cambacérès avait épousé Stéphanie de Joly la fille de l’avocat Etienne de Joly ministre de Louis XVI !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_de_Joly#:~:text=%C3%89tienne%20Louis%20Hector%20de%20Joly,membres%20du%20Club%20des%20Feuillants.

  73. Pierre DRIOUT 26 avril 2021 At 10h50
    Marie Paulin de Tascher dmt 4 rue de Tournon est témoin à son remariage à Paris, 8ème le 26/2/1850…
    L’hôtel particulier du 4 rue de Tournon est aujourd’hui la propriété de F. Pinault;c’est dans un appartement du rez-de-chaussée que Chirac fut hébergé quelque temps. (et non au 6-Hôtel de Brancas- comme je le croyais et l’ai inddiqué erronément plus haut.)

    PS le Paris brighellique; l’Ecole des Hautes études a disposé de locaux rue de Tournon, peut-être bien au 6 …et ce serait là que le Maestro, jeune cloutard, aurait écouté les leçons du « génie de la littérature », Barthes.

    • Vous voudriez sous-entendre qu’il se serait passé des choses pas très catholiques hôtel de Brancas entre JPB et les groupies de Barthes nuitamment ?

      • Non, pas dans l’Hôtel de Brancas.
        Le Maestro avait une piaule dans le quartier; mon hypothèse a toujours été qu’il profitait de l’état d’excitation des meufs après les conférences de Barthes, pour les amener chez lui.

        Bon plan-cul:il n’était pas concurrence avec Barthes, homosexuel; au contraire;pas très difficile pour un intello de son calibre de démarrer une conversation savante sur des thèmes abordés par Barthes…

        Comment croyez-vous que Sartre (très laid) faisait pour se taper autant de meufs (et ce, bien avant d’être célèbre ?

  74. Dugong 26 avril 2021 At 9h43
    On connaît le soin très particulier que les brexiteux réservent aux services publics.

    i) La destruction des services publics au Royaume Uni a commencé avec Thatcher…et n’a pas cessé depuis; le NHS a partiellement survécu.

    ii) Cette destruction a peu à voir avec l’affaire Valneva. En théorie la politique de santé des membres de l’union européenne est de la responsabilité de chaque état; en théorie, donc, la France est,dans ce domaine, à égalité avec le Royaume Uni (mais Macron et sa clique s’abritent derrière les avis de l’Agence européenne des médicaments).

    Il n’y a eu, de la part du RU, aucune « perfidie »; son gouvernement a décidé de parier sur le vaccin Valneva, ce que la France aurait très bien pu faire.

    Nous verrons bien s’ils ont fait le bon choix: que donneront les essais cliniques ?

  75. Si cela intéresse Jean-Paul je peux lui dire que Stendhal était amoureux de la comtesse de Tascher – mais de quelle grande dame ne tombait-il pas amoureux ? La comtesse qui tenait à sa réputation le maintenait à distance … mais je suppose qu’elle était néanmoins charmée qu’il lui fit la cour !

  76. 1367. A

    A Mme JULES GAULTHIER,

    A SAINT-DENIS

    Civita-Vecchia (États romains), le 14 Mars 1836. PARDONNEZ-MOI mon silence, mon aimable amie si j’eusse voulu

    forcer le naturel, vous me seriez

    devenue corvée et devoir. Je n’ai pas écrit deux lettres depuis trois mois. Je trouve que les convenances sont une des plus tristes niaiseries, et qu’au moyen de cette invention des sots, les devoirs que le monde impose donnent plus d’ennui et de gêne que ses plaisirs ne donnent de plaisir. Vous écrivant par force, ma lettre eût ennuyé vous et moi c’est comme faire l’amour par force. Je viens d’avoir l’honneur d’écrire à Mme de Tascher, vivant au faubourg Saint-Germain peut-être Mme de Tascher sera scandalisée de ma lenteur. Trouvez, je vous prie, quelque excuse passable.

    Parlons de choses tristes. J’ai admiré

    1. n s’agit d’Amélie-Clémentine Maulgué d’Avrainville qu’avait épousée en secondes noces le 28 février 1821 le comte Jean-Samuel-Ferdinand de Tascher, pair de France. Elle mourut en 1869.

    votre conduite auprès de Madame votre mère je vous en félicite de tout mon cœur. Il est admirable de lui avoir voilé ce funeste moment. Je donnerais une année de celles que le hasard me destine pour finir ainsi. C’est. le plus grand service possible, un service en action et non en paroles. Rappelez-moi au souvenir de mon ancien collègue, M. de la Bergerie 2, à celui de M. Gaulthier, et de Mme. A propos d’anciens amis, je suis bien étonné et encore plus satisfait que M. le M. de. se souvienne encore d’un si petit personnage. Remettez à cet excellent homme le petit mot ci-joint quand vous le verrez. Je ne vous répèterai point l’admirable mort de Mme Lætitia3; j’en dis un mot à Mme Tascher. Elle n’a jamais senti, depuis 1815, ce qui avait rapport au rang. C’était une âme digne de Plutarque le contraire, c’est-à-dire, d’une princesse ordinaire. L’air de Paris ne lui avait point ôté la faculté de vouloir, qui n’existe plus à quarante lieues à la ronde de Notre-Dame. La faculté de vouloir cesse, au Midi, à Valence, Dauphiné. Autour de Paris, on est civilisé, modéré, juste, quelquefois aimable, mais 1. La mort de Mme Rougier de la Bergerie, mère de Mme Gaulthier, morte à Paris, le 14 septembre 1835. 2. Le frère de Mme Gaulthier.

    3. Mme Mère était morte le 2 février 1836,

    comme une jolie miniature est aimable. Ce qui est le plus antipathique, ce me semble, à ce qui a habité plus de dix ans Paris, c’est l’énergie dans tous les genres. Fieschi était abominable c’était un homme du bas peuple mais il avait plus de faculté de vouloir à lui seul que les cent soixante pairs qui l’ont condamné. Fieschi était l’Italien avec quatre dièses donnés par sa qualité d’insulaire. Je vous conterai, si jamais je vous vois, l’empoisonnement des quatre réformateurs archevêques, exprès envoyés assez récemment en Sardaigne, pour réformer un peu le clergé, à moi raconté par un prêtre, qui trouvait cet empoisonnement fort naturel et même fort juste. Ces messieurs furent empoisonnés à Sartène, et j’ai vu le corps du premier d’entre eux rapporté à Civita-Vecchia par un bâtiment de guerre sarde. M. le cardinal Zurla, un peu savant, très méchant, très gros, encore plus libertin, est allé à Palerme, il y a dix-huit mois, pour réformer un peu les mœurs du clergé de Sicile il était ami intime du pape, et a été bravement expédié au moyen d’une tarte.. Il est vrai qu’on a appliqué à son corps le nouveau procédé d’embaumement, qui conserve parfaitement, dit-on. Je le suis allé voir avec cette noble comtesse dont je parle à Mme la comtesse Tascher. Elle a eu le courage de le prendre par la main dans son cercueil. Le cardinal Zurla y était couché sur le dos, revêtu de ses beaux habits. Les lèvres et les yeux étaient bleus-lapis toute la figure retirée et fort triste à voir. Ma dévote amie en a été frappée pendant quinze jours. J’y ai mené ma cousine, Mme la comtesse d’Or[aison] 1, qui, arrivée à la belle église de San Gregorio, sur le mont Celius, n’a pas eu le courage d’aller voir cette horreur. La morale de ceci se réduit à ces mots Rappelez-vous que Fieschi2, c’est l’Italien. A mesure que l’on monte dans les rangs élevés, on trouve des ducs de M. qui n’ont de caractère que le pistolet à la main, et cela parce qu’il y a une formule pour les duels, et que l’on n’a pas à redouter le ridicule. En 1300, tous les Italiens étaient comme Fieschi. Le fameux Benvenuto Cellini qui est venu à Paris en 1540, pour faire la Diane, au rez-de-chaussée du Louvre (sous l’horloge, à droite), était un Fieschi. En 1530, Florence fut prise de ce moment, l’énergie fut pourchassée en Italie.

    1. Camille-Pauline Daru, née en 1803, avait épousé le 20 décembre 1826 François-Eustache de Fulques, comte puis marquis d’Oraison, qui fut général de Division et député.

    2. L’attentat de Fieschi contre Louis-Philippe était du 28 juillet 1835. Il avait été exécuté le 19 février 1836.

    Réellement j’écris trop mal. C’est que mon plaisir est d’écrire pour les imprimeurs. En écrivant comme vous voyez, j’arrive à vingt-cinq pages en trois ou quatre heures, après quoi je suis mort de fatigue. J’ai écrit dernièrement la Campagne de Russie, et la Cour de Napoléon 1, avec moins de talent et plus de franchise que Rousseau. Je laisse ces confessions à un ami suisse, qui les vendra dix ans après moi, en 1856. Tous les noms sont changés et, d’ailleurs, qui prendra intérêt en 56 à la mémoire de mes protecteurs en 1812, alors acteurs de la comédie ? Peut-être aucun libraire ne voudra se charger, en 1856, d’un manuscrit où j’ai évité l’emphase comme la peste.

    J’ai demandé un congé pour juin prochain. Je serais bien content qu’un tiers eût gardé quelque souvenir de nos discussions sur Shakespeare. Mais apparemment que je suis moqueur sans le savoir. Tous mes amis donneraient six francs pour qu’on me jetât sur le nez un verre d’eau sale, quand je sors avec mon bel habit 2. 1. Ces pages que Beyle avait déjà annoncées à M. Levavasseur, lettre du 21 novembre 1835, ont disparu. On ne sait si elles étaient destinées à prendre place dans l’Histoire de Napoléon ou dans la Vie d’Henri Brulard.

    2. C’est au début de la Vie d’Henri Brulard, édit. du Divan, p. 25, que Beyle prête ces sentiments a ses amis Mareste et Colomb.

    Cela ne me met nullement en colère. Je ne changerai pas pour les dix ou vingt ans qui me restent encore, quand je devrais être fait officier de la Légion d’honneur. J’ai demandé le consulat de Carthagène, mais ceci est un secret. Je voudrais voir un peuple qui agit. Ce que je désirerais, ce serait d’échanger ma place de dix mille francs pour celle de Monsieur votre beau-frère à la Cour des Comptes. Ma place ferait la félicité d’un jeune homme à vanité il pourrait avoir le sixième salon et rang à Rome, et, pour l’amabilité, le troisième ou le deuxième. Vingt princes ou grands d’Espagne afflueraient chez le consul de France à Rome mais ce diamant est ignoré à Paris et ce serait fort pesant pour moi. Ecrivez-moi et croyez à tout mon dévouement éternel.

    P.-S. Qu’est devenu le roman de Mme. ? Ne connaît-elle pas M. Ch ou quelque autre homme de lettres qui puisse la prôner ? Qu’est-ce que Mme la comtesse d’Or[aison], fille de M. le Comte Daru ? Je n’ai pu deviner son caractère. Avez-vous des nouvelles de Mme la comtesse Curial ? Qu’est-ce que Mme la comtesse B. femme de M. le comte A. B.. et successeur de cet homme d’esprit qui avait peur de tout ? Dites-moi si un chat est mort dans votre rue. Ce sont les petits détails qui me sont précieux. La société change depuis 1830, et je ne suis pas là pour voir ce changement. J’ai envie de me pendre et de tout quitter pour une chambre au cinquième étage, rue Richepanse.

    1421. A

    A Mme LA COMTESSE DE TASCHER, A PARIS

    Paris, le. Juillet 1838

    Madame,

    PERMETTEZ-MOI de vous dire que j’adore votre courage. Je l’ai appris avec un transport de plaisir dont il est peut-être indiscret de vous faire part, mais qui m’a vivement ému. Soyez convaincue, 1. Les Mémoires d’un Touriste qui venaient de paraître. 2. Beyle était rentré à Paris le 22 ou le 26 juillet

    Madame, que lorsque le malheur arrive, il n’y a qu’un moyen de lui casser la pointe, c’est de lui opposer le plus vif courage. L’âme jouit de sa force, et la regarde, au lieu de regarder le malheur, et d’en sentir amèrement tous les détails. Il y a du plaisir à avoir la seule qualité qui ne puisse pas être imitée par l’hypocrisie, en ce siècle comédien.

    Je m’en veux beaucoup de ma paresse qui, seule, m’a empêché, il y a quelques jours, d’aller chercher M. Maurice qui a eu la bonté de passer chez moi. Seriez-vous assez bonne, Madame, pour me dire quand vous recevrez ?

    Je vous prie, Madame, d’agréer, avec bonté, l’hommage du plus parfait dévouement.

    H. B.

    P.-S. Madame, si vous ne connaissez pas Vauvenargues, faites-vous lire une quarantaine de ses pensées, le soir, avant de renvoyer le monde.

  77. A Mme LA COMTESSE DE TASCHER, A SAINT-COME

    Paris, le vendredi 24 Août 1838.

    Madame la Comtesse,

    CROIREZ-VOUS que je fais encore des folies? Mme Du. 1 m’avait dit que vous étiez à la campagne, dans un château isolé, situé dans un fond, entre deux grandes montagnes, et qu’enfin le lieu était si sauvage que vous aviez peur. 1. Peut-être Mme Duflos, la plus jeuue des dlles de La Bergerie, sœur de Mme Jules Gaulthier.

    J’ai pensé qu’un livre fait par un homme de votre connaissance aurait pour vous un intérêt de curiosité, qui pourrait vous faire oublier un instant le vilain pauvre auquel vous aviez refusé la charité.

    Je n’ai pas réfléchi que la personne aimable qui vous donne un concert chaque soir n’a pas seize ans.

    La présente est donc pour vous prier, Madame, d’enfermer à clef le livre dont j’ai pris la liberté de vous faire hommage. Nous avons un temps affreux à Paris hier, pas plus de treize degrés Réaumur. Mme Gaulthier est ici, mais je n’ai pu encore la voir.

    C’est une chose étrange que les bayadères des groupes gracieux comme l’Albane. Le Théâtre des Variétés est tout étonné d’une grâce si pure, et le public grossier de l’après-midi n’a point de plaisir.

    Je lis avec intérêt l’Histoire de Louis XIII par un M. Bazin, que l’on dit ultra. Tout le monde est ravi de l’échec de Robert Macaire 1.

    1. Robert Macaire personnifiait le brigand et assassin de mélodrame dans l’Auberge des Adrets, mélodrame de Benjamin Antier, Saint-Amand et Paulyanthe joué à l’Ambigu Comique en 1823. Le type de Robert Macaire fut repris en 1834 dans une comédie en trois actes jouée sous ce titre aux Folies Dramatiques, et qui avait pour auteurs Benjamin Antier et Frédérick Lemaître.

  78. 1430. A

    A Mme LA COMTESSE DE TASCHER, A PARIS

    Paris, le 16 Mars 1839.

    Madame la Comtesse,

    DEPUIS que j’ai vu que la seconde partie de l’Abbesse de Castro vous déplaisait, je songe uniquement à inventer quelque chose d’honnête qui ne soit pas plat et illisible. Enfin, je viens d’inventer la sœur Scolastica 1, religieuse à Naples, en 1740 laquelle, étant dans l’in pace du couvent de San Felicioso, ne veut pas suivre son amant.

    J’ai trouvé hier une seconde partie pour l’Abbesse de Castro, qui sera vertueuse mais je crains horriblement de tomber dans l’illisible et le plat.

    Je solliciterai, Madame, toute la sévérité de votre jugement, dans lequel j’ai une 1. L’Abbesse de Castro avait paru dans la Revue des Deux-Mondes les 1er février et 1er mars 1839. Suora Scolastica fut commencée sans doute en mars et abandonnée en avril de cette même année. Stendhal ne devait la reprendre que quelques semaines avant sa mort.

    Publiée pour la première fois par M. Henry Debraye, cette nouvelle inachevée a été recueillie dans l’édition du Divan des Chroniques Italiennes.

    confiance infinie. Je n’ai jamais vu une belle âme non obscurcie ou rapetissée par un certain sentiment.

    Je suis avec le plus profond respect, GODOT DE MAUROY, 30.

  79. Pierre DRIOUT 26 avril 2021 At 13h14
    …mais je suppose qu’elle était néanmoins charmée qu’il lui fit la cour !

    J’aurais écrit « fît » (au subjonctif).

    Le passé simple de l’indicatif ne se justifie guère dans ce contexte (notion de durée restreinte, d’achèvement).

    C’est l’idée (plus que le fait) d’être courtisée qui « charme » la Comtesse.

    « Je suis charmée qu’un tel écrivain me fasse la cour. » , aurait-elle pu dire.

    Ne sentez-vous pas, Driout, comme le subjonctif s’impose ?

    Allons, ne tombons dans vos travers teigneux:vous aurez oublié l’accent circonflexe qui, d’ailleurs ne se matérialise pas toujours là où on le voudrait.

    • Mais oui nous sommes d’accord – j’ai mes oublis moi aussi !

      Et puis entre gens du monde ou gens d’esprit on peut beaucoup se pardonner !

  80. Puisqu’on reparle de Barthes et de Sartre, voici un article de Jean Birnbaum directeur du Monde des livres où il dit que Sartre dans les années trente soutenait le stalinisme ! Je ne me souviens pas qu’avant 1945 l’autre JP ait écrit des articles dans les journaux pour soutenir Staline ni qu’il s’occupa vraiment de politique avant-guerre !
    De littérature oui et de la philosophie allemande sans doute aucun !
    Pour quelqu’un censé diriger un magazine littéraire il a comme qui dirait des trous béants dans sa culture ! Sartre avant-guerre contrairement à Aron n’était pas un journaliste politique. Même la guerre d’Espagne le lui a pas fait écrire un seul article …

    https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/jean-birnbaum-dans-un-climat-irrespirable-faire-droit-a-la-nuance-devient-subversif_2149546.html

    • Chez Sartre l’opportunisme est une ligne de conduite – après 1945 l’URSS étant le grand vainqueur sur le continent européen il y voyait un vent porteur … il est allé aux Etats-Unis en 1945 pour « Le Figaro » où il a écrit des articles assez modérés dans le fond sur la nouvelle puissance impérialiste dominante – capitaliste.

      • Merci Driout pour cette abondance de correspondances. Pas eu le temps de tout lire, pour cause de reprise des cours et gros boulot toute la sainte journée.
        Sartre a toujours été un grand bourgeois qui jouait au révolutionnaire en rentrant dans son grand appartement parisien après une manif. Encore un qui parlait au nom du peuple sans le connaître le moins du monde. Je ne suis pas en mesure de juger ses qualités de philosophe mais en littérature, il est insupportable. « Les mots » puent l’auto-satisfaction et l’arrogance de classe.
        D’ailleurs, qui parle encore de Sartre ? Alors que Camus…

  81. Santé – physique (et mentale 1)

    le médecin chef l’a affirmé :
    « le risque de thrombose est cinquante fois plus élevé si vous traversez l’Atlantique en avion, que si vous vous faites vacciner par Astra-Zeneca » ;

    et… le jour où les robots remplaceront les envahisseurs-livreurs-pédaleurs, traverser les chemins s’avérera t’il plus dangereux, pour nous – comme pour les limaces et les hérissons ?
    le risque n’est pas toujours là où l’on croit qu’il se cache.

    « la philosophie nous apprend à douter de ce qui nous paraît évident ; la propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter » (A. Huxley cité par h16, ce jour).

  82. santé mentale (2)
    « Le visuel +boomers+ était maladroit et blessant. Nous l’avons immédiatement retiré. » ! (EELV)
    ce n’était pas la peine : les « boomers » s’en tamponnent ! et que ces pitoyables enkuleurs de mouches continuent donc de s’enfoncer ainsi dans la plus abyssale bêtise.

  83. fib et le médecin-chef

    En plus il ment effrontément:

    « Dans cette perspective, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran s’est livré à un exercice de pédagogie ce jeudi en conférence de presse gouvernementale, rappelant qu’il s’agissait d’un médicament « à l’action on ne peut plus classique en matière de vaccination, en cours depuis des décennies dans plein de maladies ».

    action classique non mais !

    C’est un « vaccin » à vecteur viral ;rien à voir avec les vaccins classiques; le vecteur viral est là pour donner une instruction à vos cellules:instruction de produire une protéiné que jamais,jamais elles n’ont produite.

    Quant aux thromboses qu’on peut avoir en avion…
    1) On peut les prévenir (bouger,porter des chaussttes de compression); ça se passe dans les jambes; les thromboses observées chez les vaccinés sont d’une nature très rare.
    2) Elles ne sont pas accompagnées d’hémorragies, de thrombocytopénies…

    De toute façon cette ordure de Véran retarde beaucoup:
    i) Il y a bon espoir de mise au point d’un anti-viral efficace, en comprimés.
    ii) Le vaccin Valneva, vaccin classique (avec virus inactivé) entre dans la phase des essais cliniques.
    Ce n’est pas une création d’apprenti-sorcier;dès le début des gens comme le professeur Caumes, peu enthousiasmés par la thérapie génique ,ont dit que ce type de vaccins avait leur préférence; à l’époque, on ne parlait que du vaccin chinois et Caumes se disait quasiment disposé à s’en faire injecter.

    Que Véran aille au Danemark essayer de vendre sa camelotte!

    Ce mec est-il cinglé ? Se voit-il en représentant de commerce ?

    Et Castex qui, sans lui avoir demandé son avis,pensait embrigader Sheila !

    Il serait temps que le corps médical proteste énergiquement contre Véran.

  84. Quand on parle risque vaccinal, il faut comparer les risques encourus avec tel ou tel vaccin.

    Par exemple ,vous courez 60 fois plus de risque d’accident grave avec un « vaccin  » anti-covid qu’avec un vaccin contre la grippe.

    • Soyons plus précis:

      Le taux de létalité supposée due au vaccin Covid-19 pour les 18-44 ans est identique au taux de mortalité due à la maladie Covid-19 pour les vaccins Pfizer et Astrazeneca, voire plus élevé (tableau 1) d’un facteur 7 pour le vaccin Moderna.
      Il existe 60 fois plus de morts suspectes après vaccination par les vaccins Pfizer et AstaZeneca qu’après vaccination par le vaccin de la grippe.
      Il existe 400 fois plus de morts suspectes après vaccination par le vaccin Moderna qu’après vaccination par le vaccin de la grippe.
      Le risque de mort soudaine est 20 à 60 fois plus élevé après vaccination contre la Covid-19 en comparaison à la vaccination contre la grippe.

      https://reinfocovid.fr/science/effets-indesirables-en-europe-sur-les-vaccins-covid-19-pfizer-moderna-et-astrazeneca/

      • Oui mais nos dirigeants et les médecins corrompus par les liens d’intérêts qui les conseillent s’en moquent:la seule chose qui importe, c’est le cours des actions de bigpharma à la bourse.
        Entre la bourse et la vie, chez LAREM on a choisi la bourse.

  85. Entendu sur France Mu un journaleux s’enthousiasmer à propos de feue Christa Ludwig : « dès qu’elle ouvrait la bouche, vous étiez happé »

    Une mangeuse d’hommes…

  86. Ni Flaubert, ni Baudelaire n’ont rencontré Stendhal – mais ont-ils pris seulement la mesure de la modernité du grand auteur – pour nous du moins ?

    • Baudelaire parle à plusieurs reprises dans sa correspondance de Chateaubriand, le grand modèle romantique, mais le romantique anti-romantique Stendhal semble passé à l’as !

      Dans sa liste – très courte – des modernes qui ne lui font pas horreur il met Chateaubriand et Stendhal dont il devait connaître trois ou quatre oeuvres – mais l’essentiel de l’oeuvre de Stendhal est largement posthume !

  87. Sais plus si abcmaths les a déjà faites, mais je les ai trouvées dans cette hilarante thèse de médecine sur les contrepèteries médicales:

    – On entre dans le nouvel âge des vaccins.
    – Le professeur est figé question vaccin : il a de beaux agents pour promouvoir le vaccin, et considère la maîtrise du vaccin comme un beau sujet.
    – Tu ne peux te passer de vaccin dans les régions où tu es.
    – Le parasite s’est figé dans le vaccin.
    – Peuchière ! C’est plutôt rare des vaccins ayant un agent !

  88. Je suis un peu déçu de ne pas avoir lu en ces lieux l’éloge des vieillards cacochymes qui signent la tribune de VA.
    Bien noter que, certains de leur décrépitude, ils confient la tâche potentielle à leurs  » camarades d’active ».

    Faut savoir déléguer … Chais pas s’ils en font autant avec leurs bonnes femmes ?

    • Par contre, je ne suis pas déçu par votre non-commentaire. Une fois de plus, vous tapez gratuitement. Connaissez-vous ces (anciens) militaires et leur forme physique pour vous permettre de les claquer avec courage, campé derrière votre écran d’ordinateur.
      Incité par votre prose, j’ai été lire la leur et j’eus préféré que vous argumentassiez sur leur critique du président et de sa politique au lieu de vous moquer de leur âge et leurs éventuelles infirmités.
      Mais peut-être êtes-vous de ceux qui, à l’image de Jack Lang, sont heureux de l’arrivée à moyen terme de la charria afin d’enfin légiférer intelligemment ? Dans ce cas, allez vivre en Arabie saoudite, en Algérie, au Yemen, etc. ou même à Trappes.

  89. Merci Driout pour cette abondance de correspondances. Pas eu le temps de tout lire, pour cause de reprise des cours et gros boulot toute la sainte journée.
    Sartre a toujours été un grand bourgeois qui jouait au révolutionnaire en rentrant dans son grand appartement parisien après une manif. Encore un qui parlait au nom du peuple sans le connaître le moins du monde. Je ne suis pas en mesure de juger ses qualités de philosophe mais en littérature, il est insupportable. « Les mots » puent l’auto-satisfaction et l’arrogance de classe.
    D’ailleurs, qui parle encore de Sartre ? Alors que Camus…

  90. Ah, en fait doublon, sorry. Il paraît que je tape trop vite. Il me crache la même formule à chaque fois the robot.

  91. « Ni Flaubert, ni Baudelaire n’ont rencontré Stendhal – mais ont-ils pris seulement la mesure de la modernité du grand auteur – pour nous du moins ? » dixit Driout qui mérite d’être dupliqué.

    Flaubert n’aimait pas Stendhal. Il l’avait lu. Et pourtant, comme je le disais il y a peu, ils ont des tas de points communs.
    Balzac en revanche avait fait son éloge. Ils se sont rencontrés.
    Un petit extrait d’un article de Balzac sur Stendhal. J’aime bien la formule finale.

    « Cette Ecole, à laquelle nous devons déjà de beaux ouvrages, se recommande par l’abondance des faits, par sa sobriété d’images, par la concision, par la netteté, par la petite phrase de Voltaire, par une façon de conter qu’a eue le XVIIIe siècle, par le sentiment du comique surtout. M. Beyle et M. Mérimée, malgré leur profond sérieux, ont je ne sais quoi d’ironique et de narquois dans la manière avec laquelle ils posent les faits. Chez eux, le comique est contenu. C’est le feu dans le caillou. »

  92. Une vidéo de C. Vélot datant de Décembre 2020, docteur en biologie, maître de conférence en génétique moléculaire à l’Université Paris Sud et membre du conseil scientifique du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique). Vidéo didactile, très bien fichue, sur les différents du mode de fonctionnement des vaccins des plus anciens à ceux de la nouvelle génération (ARN messager)… et des risques qu’ils supposent. À voir.

    https://www.youtube.com/watch?v=tYwCxe9gvQY&t=2379s

  93. Pourquoi un bon élève va-t-il en L plutôt qu’en S ? Parce qu’il est nul en maths.

    Pourquoi un bon élève va-t-il en khâgne Lyon plutôt qu’en khâgne Ulm ? Parce qu’il est nul en latin.

    Pourquoi Brighelli est-il agrégé de LM plutôt que de LC ? Parce qu’il…

    • Parce que j’aimais la littérature — et que 90% des agrégés de LC sont nuls en littérature.
      De surcroît, il y a une version latine à l’agrégation de LM.
      Quant à l’attaque contre IT, c’est un peu répugnant, non ? La parole est libre ici, mais une tenue correcte est exigée, comme on dit chez Causeur.

  94. Monulpiravir,suite

    le pire n’est pas nécessairement à venir…
    « Nous continuons à faire des progrès dans le développement clinique de notre candidat antiviral, le molnupiravir. Les données issues de la partie relative au choix de la dose de ces études sont cohérentes avec le mécanisme d’action et apportent des preuves significatives du potentiel antiviral de la dose de 800 mg », a déclaré le Dr Roy Baynes, vice-président senior et responsable du développement clinique mondial, Chief Medical Officer de MSD Research Laboratories. »
    Le labo demande l’autorisation de mise sur le marché en Inde.
    Notre ministre de la santé,voyageur de commerce bossant pour Astra Zeneca, est-il au courant ?

    https://www.mypharma-editions.com/msd-et-ridgeback-biotherapeutics-font-le-point-sur-le-developpement-clinique-du-molnupiravir-pour-le-traitement-de-la-covid-19-legere-a-moderee

    NB Les noms des anti-viraux;ils se terminent par la syllable « vir » (pas étonnant).
    reste à étudier les syllabes qui précèdent : pourquoi « redemsi », « monulpira », « valaciclo »(médicament courant contre l’herpès) ?

    • extrait:

      « La Haute autorité de santé (HAS) a autorisé lundi les tests antigéniques et autotests aux moins de 15 ans. Ces derniers, qui consistent aussi en un prélèvement nasal mais moins invasif que les autres, ce qui permet de le faire soi-même, donnent un résultat en 15 à 30 minutes…
      « à la lumière de récents travaux de modélisation », l’autorité a conclu « que ces tests peuvent être un outil de dépistage chez les moins de 15 ans » et qu’ils sont « pertinents pour briser les chaînes de contamination, notamment en milieu scolaire ».

      Ah bon, il y a de la contamaination à l’école ?
      Tête de Noeud nous claironnait le contraire.

      Il faut enfoncer l’écouvillon d’au moins trois cm et le tourner dans tous les sesn; les mômes sauront-ils le faire ?

      Qui va fournir les tests ?

      Les parents peuvent-ils refuser ? (Pour les prélèvements par tiers, beaucoup de parents n’ont pas donné d’autorisation, ce qui a fait capoter l’opération.)

      L’Académie de médecine, sortant d’une longue tropeur a récemment publié un avertissement sur les prélèvements nasaux:mal faits,ils peuvent provoquer des méningites.

      Il a été un moment question de prélèvements rectaux ( au moment du variant breton); ça aurait été plutôt folklo,dans les écoles !

  95. Trente deuxième vague covid, la faute aux nombreux variants monégasques. Vatican complice.

    Lormier, bullshiteur ouaibeux, bientôt excommunié ?

  96. Cela fait un certain temps que Lormier a branché le synthé et synthéroge sur les khommentaires de Dugong relatifs au covid.

    Tous ces commentaires sont des jeux de mots,des pantalonnades, déconnades verbales.

    Pourquoi ?

    Une façon de dissimuler une peur panique ta mère ?

  97. cyrano58 26 avril 2021 At 18h51
    Oui mais nos dirigeants et les médecins corrompus par les liens d’intérêts qui les conseillent s’en moquent:la seule chose qui importe, c’est le cours des actions de bigpharma à la bourse.
    Entre la bourse et la vie, chez LAREM on a choisi la bourse.

    D’ac, mais le patient peut s’informer et ne pas se laisser faire.

    • Bouvard et Pécuchet ne jennerent pas la mélancolie. De leur temps, le thermomètre ne se brandissait pas comme un pistolet mais s’enfonçait dans le khul des « patients » en attendant l’équilibre thermique…

    • Prenez votre vtt coupleux et allez faire un tour (en jouant à la limiet des 10 km)et laissez les babiologistes dékhonner. A votre retour, un nouveau tas de khonneries aura été débité et vous donnera de quoi beurrer votre tartine.

  98. Rouen, siège de la désinformation covidienne ? Les laboratoires Flaubert, à la pointe du vaccinage de masse, détermine le taux d’Emmatocrite de la population locale. Le pharmacien, du nom de Homais, prétend que les meilleurs antiviraux sont ceux dans lesquels il y a aussi de la pomme

    https://www.sante.fr/depistage-covid-laboratoire-flaubert

    La pharmacienne, à la caisse, n’a pas le temps de bovaryser, elle.

      • En jeu de mots, le Père Igor est insurpassable…

        Après tout,il a peut-être choisi le bon chemin:qui sait si le monde n’est pas fait pour aboutir à un beau calembour ?

  99. La période Flaubertienne concomitant avec l’esprit des tables tournantes a déjà fait l’objet d’une étude par Muray dans le dix neuvième siècle à travers les âges ». Mesmérisme et positivisme triomphaient à l’époque. Aujourd’hui, il faut trouver autre chose si on veut explorer la bêtise renouvelée…

  100. Dugong 27 avril 2021 At 9h10
    Je fais gaffe à ne pas trop insulter l’avenir car la postérité me regarde peut-être…

    C’est une formule qui peut s’interpréter de diverses manières;elle va dans mon sens, crois-je.

    • en 2006

      Prose très « serrée » typiquement française.

      page 14, Cartier fait appel à la notion de groupe agissant sur un ensemble-notion qui n’existait pas du temps de Poincaré;il ne se donne pas la peine d’expliciter.

  101. Lormier 27 avril 2021 At 8h13
    …les sites que je cite, c’est aussi du bullshit ?
    Reply
    • Dugong 27 avril 2021 At 8h50
    Ils devraient s’en rendre compte…

    Ah bon par exemple le MHRA britannique ( Medicines and Healthcare products Regulatory Agency ) c’est du bullshit ?
    Et le CDC américain (Centers for Disease Control and Prevention) aussi ?

    Et mon cul c’est du poulet ?

  102. Dugong 27 avril 2021 At 8h47
    Prenez votre vtt coupleux et allez faire un tour…

    Lormier apprécie les conseils,y compris ceux qui lui viennent de ses cadets;il fait tout de m^me savoir à Dugong que:
    i) Il prend son vtt quand ça lui chante;il n’a besoin de personne.
    ii) Son vtt n’est pas plus « coupleux » que sa paire de membres inférieurs.
    iii) Avec son vtt,contrairement à certains qui se déplacent en bavaroise,il ne contribue aucunement au réchauffage climatoridien.

  103. Nos insectes écologistes, belles pastèques parfaitement représentés par le délicieux Bayou le Voyou, sont l’avenir de notre démocratie. Construisez des Camps pour Boomers, par Thanatos !

    La plaisanterie a assez duré…

  104. Un appel aux diserts covidiens :

    En survivant bêtement aux covid et à tous ses vaquesaints, vous contribuez au malheur du monde.

    • Nous dit-il, en se refusant à paticiper au bonheur de quelques petits malheureux, trop gourmands de cerises…

  105. Au sujet d’Eugénie de Montijo (1826-1920) voici ce que je lis :

    « Eugénie, comtesse de Teba, est éduquée à Paris au couvent du Sacré-Cœur, où elle reçoit la formation traditionnelle de la noblesse de l’époque. Sa mère, devenue veuve en 1839, confie l’instruction de ses deux jeunes filles, Paca et Eugénie, à Stendhal, qui leur enseigne l’histoire, essentiellement des anecdotes sur le règne de Napoléon, qu’il a connu, et à son grand ami Mérimée, qui se charge du français et qui reste d’ailleurs toute sa vie proche d’Eugénie. »

    Ce qui tend à me confirmer dans l’idée que Regnault par l’intermédiaire de la famille de Tascher a pu joindre l’impératrice Eugénie et en faire la marraine de sa mutuelle « Le denier de la veuve » ; Stendhal précepteur d’Eugénie pour l’histoire de France, Stendhal admis dans l’intimité de la comtesse de Tascher grâce à Madame Jules Gaulthier sa grande amie.

  106. Selon le CTIAP, tous les vaccins ont été mis sur le marché et utilisés activement sur des êtres humains avant que la « preuve de la qualité de la substance active et du produit fini » ne soit apportée.

    https://www.lifesitenews.com
    Un centre régional indépendant d’évaluation des médicaments, le CTIAP (Centre territorial d’Information indépendante et d’Avis pharmaceutiques), lié à l’hôpital public de Cholet, dans l’ouest de la France, a récemment publié un rapport montrant que les vaccins utilisés contre la COVID ont non seulement été soumis à des tests cliniques insuffisants, mais que la qualité des substances actives, leurs « excipients, dont certains sont nouveaux », et les procédés de fabrication sont problématiques. « Ces nouveaux excipients devraient être considérés comme de nouvelles substances actives », a déclaré l’équipe de l’hôpital de Cholet, dans une étude qui, selon elle, soulève des questions qui n’ont pas été commentées à ce jour.

    L’équipe dirigée par le Dr Catherine Frade, pharmacienne, a travaillé sur les données publiques publiées par l’EMA concernant les plans Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson), et son premier avertissement est que tous ces produits n’ont qu’une autorisation de mise sur le marché temporaire. Ils sont tous soumis à des études complémentaires allant jusqu’en 2024 et même au-delà, et celles-ci seront quasiment impossibles à réaliser en raison du mode de distribution actuel des vaccins, précise le rapport du CTIAP.

    Ces études portent même sur la stabilité et la comparabilité des lots de vaccins mis sur le marché, ainsi que sur la qualité et la sécurité des excipients – des substances formulées à côté du principe actif d’un médicament pour en faciliter ou en améliorer l’absorption.

    Selon le CTIAP, tous les vaccins ont été mis sur le marché et activement utilisés sur des êtres humains avant que la « preuve de la qualité de la substance active et du produit fini » ne soit apportée : tous les laboratoires de fabrication ont obtenu des délais futurs pour soumettre leurs études à cet égard.

    Les auteurs du rapport estiment que les « variabilités, qui touchent le cœur même du produit, pourraient même invalider tout essai clinique réalisé » dans les mois et années à venir.

    Ils vont même jusqu’à affirmer : « La prudence voudrait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre la COVID-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » soient retirés immédiatement ; et que ces AMM qui ont été accordées soient suspendues, voire annulées, de toute urgence jusqu’à nouvel ordre ».

    • Contrairement à ce que répète sans cesse Dugong ce n’est pas moi qui institue une dictature de fait en Occident !

    • Moui, enfin comme le signal l’article que vous avez l’amabilité de partager, après « Shwarzie » la Californie pourrait se doter de la sémillante Caithlyn Jenner comme « gouverneuze ».

      « De nombreux candidats ont déjà manifesté leur intérêt, comme l’homme d’affaires John Cox, qui avait été battu en 2018 par M. Newson, mais aussi Caitlyn Jenner, icône transgenre et membre du clan Kardashian. La vedette de télé-réalité, également médaillée olympique aux JO de 1976, a annoncé la semaine dernière avoir effectué les premières démarches en ce sens. »

  107. Ce qu’on appelle le « Grand Reset » est en fait une théorie administrativo-sanitaire où l’on rééduque l’esprit des peuples occidentaux – où on les socialise de force …

    Toutes les manifestations de plus en plus nombreuses qui ont lieu en ce moment sont basés sur le refus de cet ordre-là !

    • « où on les socialise de force … »

      Je pencherais plutôt pour l’inverse : on les désocialise de force.

      • Disons qu’on les compartimente ! Mais vous savez l’idée de diviser pour régner n’est pas neuve : on la trouve texte dans « Le Prince » de Machiavel, le rusé florentin.

        • Je pencherais plutôt pour « averti » ou « éclairé » plutôt que « rusé ».
          Denis Colin qui a ce beau talent d’orateur, le plus simple et le plus compliqué : celui de savoir ‘accrocher ses auditeurs, se charge de reprendre la mauvais réputation du florentin dans une conférence à laquelle un empêchement me priva d’assister et qui par bonheur fut enregistrée. Seulement une heure et quinze minutes de régal.
          Just for you, Peter…

          https://www.youtube.com/watch?v=5MkcSbdQtQ4

  108. sans lecture du matin, après-midi chagrin –
    aujourd’hui, Dugong en très forte progression ; l’infusion de fleurs de cerisier est très efficace.

  109. La vérité est une épreuve ; c’est rarement une partie de plaisir … mais la joie qu’on en retire est plus féconde pour l’âme que n’importe quel mensonge de rencontre !

    • Comme le disait plus haut Stendhal il faut être au-dessus de son malheur ! Mais si les malheurs de la cité ne vous touchent pas c’est que vous n’êtes guère digne d’elle – les malheurs privés sont une chose, le malheur public en est une autre.

  110. conscience écologique (suite des projets fous) :

    #laseinealanage : 780 kms de Seine, Paris-le Havre, par le fils de MonAnne, dit « l’aventurier »,

    fin prêt pour bientôt accompagner JL Etienne et son navire vertical « polar pod » dans sa circumnavigation antarctique ?

  111. A propos de Sartre, passons sur l’être et le néant écrit sous l’effet de je ne sais plus quelle amphétamine … je pensais au salaud (passons sur le garçon de café nous en sommes privés actuellement) ; peut-on trouver un rapport avec … il ne faut pas désespérer Billancourt … ?

    • « Avec une ventilation optimisée, des tests antigéniques et le port du masque, on peut garantir un espace sûr »

      Doit-on comprendre que n’ont assisté au concert que des gens non porteurs du virus ?

      Si oui, c’est un facteur capital.

      Vous pouvez mettre ensemble 10 000 personnes;si aucune n’est porteuse, pourquoi voudriez-vous qu’il y ait des contagions.

      A moins que vous ne croyiez à la génération spontanée.

      • Ou qu’il y a quelques failles dans la clôture. Dans tous les concerts, il y a des resquilleurs et des agents de contrôle débordés.

  112. Flo 24 avril 2021 At 17h00

    Lâchement assassiné …
    Ah, la poésie policière ….
    Ça serait quoi alors : courageusement ?Flo 24 avril 2021 At 17h00

    Lâchement assassiné …
    Ah, la poésie policière ….
    Ça serait quoi alors : courageusement ?

    Un truc dans cet état d’esprit là, mais bon c’est … pas love …. comme disent les plus jeunes (vers 30,40 ans …, pas les jeunes plus jeunes, là je ne sais pas – j’aime pas ce terme de … jeunes… c’est un peu comme une assignation)

    https://www.youtube.com/watch?v=qHnXyFiRs5Y

    • Avec cet état d’esprit là, vous abattez.4 ou 5 salopards qui jouaient a tuer des gens, en pariant pour parfaire… plutôt qu’un qui a égorgé une policière (ça ne vient pas de l’égorgement rituel propre à je ne sais quelle religiosité invoquée ; c’est plus relatif à des techniques de combat ; la carotide, entre c’est radical ; irréversible, rapide … )

      • entre autres … (On met un s ou pas ? )

        Ceci étant dit le mieux aurait été d’abattre le terroriste avant (comme comme dit par Lormier)
        Bon, ça.devient un peu compliqué de mettre en place des moyens ayant un impact sociétal pour par venir a un.monde comme ça (pour rester poli)

  113. L’industrie migratoire rapporte un max de blé à un certain nombre de gens alors un petit égorgement deci delà ce n’est qu’un inconvénient mineur à leurs yeux éblouis par un tel pactole !

    • De-ci de-là, c’est mieux.
      Avec vos variantes orthographiques, même tolérées, vous « défrancisez » la langue et par conséquent le pays.
      Bientôt il sera trop tard, vous n’aurez plus que les yeux pour pleurer et vous serez responsable du Salut France ! qui nous pend au nez.
      Oui…
      (facile mais le texte est peut-être un peu long pour Lormier)

      • Je l’ai trouvé, mais laissons Lormier chercher.

        Vous me faites cependant réaliser que je produis depuis des années une contrepèterie involontaire lorsque je salue (presque) chaque jour mon ami Frédéric, qu’évidemment j’appelle par son diminutif.

        L’hypothèse de Lormier est séduisante : le monde n’existe peut-être que pour aboutir à un gigantesque calembour.

        A moins qu’il ne PROVIENNE d’un calembour originel. De toute façon l’homme descend des grenouilles:

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Brisset

  114. Albert Camus et Renaud Camus se sont enfin rejoints : l’industrie migratoire c’est la peste invasive !

    • Quand Lormier change la chaîne de son vtt à 5 chiffres, il prévient le fmi tant la production de la dite met en jeu l’ensemble de l’industrie mondiale, notamment du cuir.

      Tout le monde aura noté que dans les vidéos citées par Lormier, les vélos ne font que monter (resp. descendre), suggérant des montages donnant l’illusion d’une continuité . Les vidéos de plantages magistraux augmentent-elles les ventes de quincailleries vélocipédiques (à 5 chiffres) ?

  115. vous serez responsable du Salut France ! qui nous pend au nez.

    vous serez responsable du PHalluS rance ! qui nous pend au nez.

  116. Des nouvelles de D. Lemaire
    Lanceur d’alerte dit-il ; il devrait faire gaffe Après des illuminés exige de vous que vous vous teniez bien (sans préciser ce qu’ils entendent par là) Vous devenez leur chose (enfin ils essaient)
    Vous devenez le hobby de certaines polices de la pensée …

    Je pense qu’il va se lancer en politique
    Bénéficiera t-il toujours de son traitement ?

    https://youtu.be/91Iv-kzd6yg

    • J’entendais il y a quelques minutes via France cul. Jean-Dominique Merchet sur le sujet. Il rappelait quand on même qu’il s’agissait surtout de retraités (généraux quand même pour la plupart) certains depuis 1987.
      Pour dire que l’armée d’active avait un peu changé depuis et que la tendance ne serait peut-être pas a s’embarquer dans projet au service de politiques puisque étant déjà au service de la nation, de la République …
      Le tout indépendamment de la prégnance de telle ou telle orientation politique plus majoritaire que d’autres (chacun vote pour qui il veut) en son sein (en gros on vote plus fn/rn dans l’armée.que dans la population globale ; rien de nouveau sous le soleil)

      • Du coup certains, via le web (et pas que) font une fixation sur la date … le putsch d’Alger …
        Un quarteron de généraux à la retraite
        puis des attentats dont le plus meurtrier jusqu’à ceux du Bataclan (Le Paris-Strasbourg)

        Ça change des histoires de virus

        • Il y aurait des factieux à capuches ? En tout cas, aucun avec deux étoiles (seul l’om a réussi à acheter une fois la finale des clubs champions).

    • « Il est aisé d’imaginer la catastrophe si des militaires, entraînés à tuer et à détruire, utilisaient leurs armes contre une population civile. Quand la crise économique et sociale est trop grave, la solution ne peut pas être militaire, elle doit être politique. »

      Je suis d’accord avec ce Monsieur Kuzmanovic, près de 120 ex djihadistes (combien parmi eux furent « entraînés à tuer et à détruire » ?) seront libérés d’ici 2022, en effet, ça peut-être très moche.

    • Ce qu’il nous faut c’est un Cincinnatus, certainement pas des vieilles badernes au service de l’héritière incompétente et inculte MLP.

    • Tout ça part d’un blog/site qui met en ligne une tribune le 14 avril
      Vapeurs actuelles met ça en ligne le 21 avril et hop ça fait un pataquès
      (pour les dates je ne parierais pas un oeil, mais bon c’est de cet ordre là)

  117. Macron, officiellement Chef des Armées, muet sur le sujet de cette tribune, ou devenu soudainement aphasique.
    Macron, concrètement Chef Désarmé.

  118. Dugong 28 avril 2021 At 8h10
    Quand Lormier change la chaîne de son vtt à 5 chiffres, il prévient le fmi tant la production de la dite met en jeu l’ensemble de l’industrie mondiale, notamment du cuir.

    a) pourquoi le cuir ?
    b) j’ai envoyé à Specialized une suggestion d’amélioration pour son Turbo levo:que les données du TCU soient envoyées (sur simple hochement de la tête) en « vision haute » dans les « goggles » (masque) .

    Ca va sans doute rajouter un bon 15000 $ au prix du machin;mais quelle amélioration !

  119. J’ai des rebords à mes épaulettes.

    J’ai des reMords à Baiser Paulette.

    NB Repérée, quoique non suivie de « oui… », car déjà faite.

  120. Pour ma part, je crois que c’est foutu, la France est devenue une vieille terre ouverte aux militantes.
    Oui…

  121. Dans mon bahut, ils changent encore l’organisation des groupes sans nous avoir prévenus. Mon planning d’oraux blancs est par terre et à refaire.
    Les élèves prévenus depuis longtemps des oraux blancs m’envoient des mails pour me dire qu’ils ne sont pas prêts et ne veulent pas passer à la rentrée. Et je reçois des mails de collègues disant qu’ils ont trouvé un centre de vaccination à 12O bornes de là où on vaccine avec Pfizer sans restriction aucune…
    J’ai l’impression d’être dans un monde de fous et de fainéants.
    Dire qu’il y en a qui se la coulent douce à l’ombre des cerisiers en fleurs avec une tartine de foie gras ou d’autres au milieu d’une bibliothèque de livres anciens à vendre. Pfff !
    Y’a pas de justice.

    • Dans le mien, ça continue à être open bar: demi-jauge, distanciel ou présentiel à 100%, à nous de choisir. Et franchement, ça aussi c’est n’importe quoi.

      Mais je crois que personne ne sait quoi faire. Je viens de retrouver un vieux copain qui était en Chine quand tout a commencé et qui bosse maintenant à l’ARS: il m’a dit que plus le temps passe, moins il a l’impression d’y comprendre quelque chose…

  122. Sanseverina 26 avril 2021 At 18h26
    « …dixit Driout qui mérite d’être dupliqué. »

    L’individu Driout ou seulement son dire ?

    Rappelons qu’un des problèmes que nous posent les virus est leur réplication;si on parvient à la bloquer,on a gané une bataille essentielle.

    • Ces chutes à répétition ne me font pas rire, en fait. Même leur côté Bergsonien.
      Rien ne remplacera jamais le vététiste dans un petit chemin creux qui s’acharne à pédaler dans la gadoue comme un taré et qui choit bêtement quand il lui suffisait de mettre un pied à terre. Il m’arrive d’en rire encore en y repensant. Comme pour certains jeux de mots de Dugong.

  123. Thierry,
    Bien sur Voyage au bout de l’enfer. Mais ne trouvez-vous pas que cette scène, génèse de tous les Rambo, a vieilli ? Je trouve qu’elle s’est pris un sérieux coup de vieux Je ne sais pas si c’est le khol bleu maquillant les yeux du très bon et trop beau Christopher Walken, l’improbable capacité de rébélion de deux prisonniers super rusés ayant obtenu trois balles tout en étant sous la menace des armes chargées de leur geoliers mais s’en sortant indemnes nets d’une blessure de mitraillettes ennemies tenues par des aveugles, ou serait-ce le bruiteur qui aurait un peu trop forcé sur l’effet sonore des gifles en employant un élastique trop tendu ?

    • Mais si le courage est une capacité à garder un principe de réflexion dans une situation qui normalement l’en empêche, je pose la question de savoir s’il peut-être collectif (sachant que l’hallucination ne peut l’être). C’est la question que pose également cette scène. Des deux prisonniers, le premier fait preuve d’abnégation quand le second est en complet état de faiblesse, au bord des larmes – du moins le font-ils croire – Et là, patatra, la magie du courage collectif opère, les deux hères se trouvent en symbiose, le second qui jusqu’alors était diminué, se mue soudainement dans le même esprit combattant que le premier et ce en un quart de seconde et toujours sous la menace des mitraillettes chargées. C’est bô.

      • Si, si, on peut générer des hallucinations collectives. Mais évidemment, personne ne voit exactement la même chose. J’ai une fois emmené sur la lune une dizaine de personne sous hypnose. On a retiré le drapeau américain pour le remplacer par un drapeau français.

        Bon, y’en a une qui a un peu flippé à un moment parce qu’elle voyait une créature extraterrestre planquée derrière un rocher. Mais elle avait des intentions pacifiques, alors ça allait.

        Sanseverina parlait récemment de la rhinocérite. C’est évident que les émotions collectives peuvent être manipulées de façon terriblement nuisibles, mais il y a aussi parfois des élans humanistes spontanés.

        • Merci Gus de cette précision d’importance mais. Vous le dites vous-même, leur capacité de discernement est altérée collectivement. Si une hallucination peut-être partagée par plusieurs individus sans qu’aucune intervention extérieure ait eu lieu sur leur psychée, la science à l’heure actuelle vous répondra non.
          Aussi bien qu’une intelligence, une émotion collective peut-être spontanée, j’en conviens. Enfin, à la question si un individu peut passer d’un état de sidération de peur à celui d’un état froid doté d’une complète capacité de réflexion en un quart de seconde, n’étant pas psychiatre, je serais tout de même tentée de penser que, peut-être, ce même individu souffre de bipolarité. Une sidération de peur extrême donne lieu à un traumatisme dont on ne se remet pas sur un claquement de doigt, on le sait d’autant mieux que se sont organisées des antennes aide psycholgique d’urgence mobiles susceptibles d’intervenir immédiatement auprès d’une population traumatisée.

          • En fait Christopher Walken aurait peut-être dû normalement se mettre en position PLS jusquà ce que Robert, remonté comme un coucou et armé de trois balles, en finisse avec ses tortionnaires pour ensuite tenter de convaincre Christopher de se lever par une voix douce et rassurante. Christopher qui se serait évidemment refusé à tout mouvement, crispé ou entammant une crise de nerfs…

          • Si vous me dites qu’un état d’hypnose peut traiter un traumatisme, je vous réponds que parteillement puisque son résultat n’est pas pérenne dans le temps.

    • Bon, nous en étions aux balbutiements de cet art à l’époque mais le maquillage d’un hématome unichrome (la maquilleuse n’avait que du bleu) sur un oeil intact sous une paupière dénuée de boursouflure n’aide pas non plus.

    • Oui
      C’est juste le … Il nous faut plus de balles…
      C’est à dire avoir de quoi constituer un wagon de preuves

  124. Sanseverina 28 avril 2021 At 11h09
    Lormier, ici, nous ne sommes que des êtres de paroles.

    Oui.
    Mais…
    i) Il nous est possible d’émettre des suggestions, de formuler des voeux qui concernent le monde réel.
    ii) Vous avez lconstruit votre phrase de manière à la rendre éminemment ambiguë
    Je vous cite:
    Sanseverina 26 avril 2021 At 18h26
    « Ni Flaubert, ni Baudelaire n’ont rencontré Stendhal – mais ont-ils pris seulement la mesure de la modernité du grand auteur – pour nous du moins ? » dixit Driout qui mérite d’être dupliqué.
    Quel est l’antécédent du relatif “qui” ?
    Si vous n’aviez pas voulu d’équivoque, vous auriez écrit quelque chose comme:”Driout don’t la phrase mérite d’être dupliquée/citée/reprise.

  125. « … le vététiste dans un petit chemin creux qui s’acharne à pédaler dans la gadoue comme un taré et qui choit bêtement quand il lui suffisait de mettre un pied à terre. »

    Ce que vous vous refusez à comprendre (et c’est votre droit) ,c’est que le vététiste en question tente quelque chose: s’il a la force et la technique, il passera sans mettre pied à terre (solution de dernier recours); je connais des bourbiers que je ne peux pas traverser en pédalant et où j’ai vu maintes fois passer des vététistes plus jeunes, plus musclés,plus doués.

    J’ajoute que, bien souvent, la chute est causée non par l’excès d’assurance mais par la crainte.

    Il y a environ trois mois, sur un vélo électrique que j’avais loué,je me suis vautré dans une grosse flaque boueuse simplement parce que j’avais craint de foncer en mode turbo; c’est la vitesse qui apporte l’équilibre.

    Bon, on peut dire aussi que j’ai été raisonnable, car je n’avais pu évaluer la profondeur et le relief de la flaque: si la flaque se termine par une pente quasi-verticale, cela peut bloquer votre roue avant et vous faire faire un « soleil » -ce qui est beaucoup plus grave que de se coucher doucement sur le côté,comme je fis.

    • « c’est la vitesse qui apporte l’équilibre. »

      – – –

      (N’y aurait-il pas une bavaroise pour lui conter ses mésaventures en ligne droite, par temps humide et chaud et qui a la particularité de faire remonter les huiles présentes dans le bitume en surface ou plus simplement le principe d’aquaplaning ?)

  126. Cher et bon Lormier correcteur de toutes mauvaises attitudes,

    Et personne pour vous dupliquer ? Je veux dire pour vous filmer afin que l’éternité conserve enfin quelque chose de vous et de vos exploits de vététiste accompli ?

    C’est sans ironie aucune ! Si la science de l’équilibre instable peut avancer grâce à vous et si le chaos recule un tant soit peu nous aurons beaucoup gagné question entropie comme dirait le cher Moriarty !

  127. abcmaths lui aussi cherche à diminuer l’entropie du monde ! Est-ce beau ce dévouement à la cause sacrée de l’ordre versus le désordre ?

  128. Y-a-t-il une morale physique ? Ici nous avons un pyrrhonien accompli en la personne de Dugong, il doute de tout même des lois de la thermodynamique alors vous pensez les lois de la mécanique !

    • Durit le factieux croit que l’entropie augmente partout et que la chienlit mène systématiquement au désordre.

  129. Hier je vous parlais de la morale bourgeoise du XIXe siècle en rapport avec la rente – l’ouvrage de Joseph Regnault est tout entier centré sur l’accroissement de la morale qu’il confond justement avec la réduction du désordre – c’est un point de vue de physicien et d’ingénieur qui à l’époque est extrêmement novateur !
    Regnault est tellement en avance sur son temps que personne ne pouvait mesurer l’ampleur de son génie !
    Le député Alfred Darimon (1817-1902) un des « Cinq » dont Emile Ollivier était le chef de file, a écrit à la sortie de l’ouvrage de Regnault dans « La Presse » (25/3/1863) un article élogieux – mais évidemment il ne fait qu’effleurer la problématique !

    • Quand Louis Bachelier en 1900 soutient sa thèse devant Poincaré, président du jury, il suit ligne par ligne le modèle de Regnault, n’ayant lui-même aucune connaissance financière ! Regnault ayant fait les analyses statistiques qui s’imposaient avant toute synthèse grâce aux probabilités.

  130. Bien entendu dès qu’on touche aux intérêts financiers dominants les réactions sont extrêmement violentes donc il vaut mieux s’abriter derrière un pseudonyme !

    Le premier politique qui mettra un terme à l’industrie migratoire qui représente des sommes colossales aura face à lui toute la puissance des instances financières !

    • Sans mettre un terme à l’industrie migratoire, on pourrait déjà interdire les immigrations aux fêlés.
      Qu’en pensez-vous ?
      Oui…

      • D’après Laurent Alexandre les Blancs n’ont aucun droit à aller dans un quartier de Bruxelles réservé aux Noirs – qui dit mieux ?

        PS Je rappelle que personnage en question est invité sur tous les plateaux médiatiques de France et de Navarre comme dit l’expression consacrée.

  131. Je ne suis pas certain qu’on doive lui faire de la publicité – qu’il réclame sans cesse !

    « @dr_l_alexandre
    Vous oubliez juste de dire que ce parlementaire belge d’extrême droite est un provocateur
    Il n’a pas à aller dans un quartier ou de notoriété publique les blancs n’ont plus le droit d’aller
    Tout le monde le sait a Bruxelles
    Il le fait exprès ! »

    • Et en plus le même gugusse avide de réclame va prétendre qu’il est contre la doctrine des particularismes raciaux tout en soulignant son accord complet avec la pratique des quartiers réservés digne d’un régime d’apartheid !

      La seule logique de ses injonctions contradictoires c’est que « c’est tout pour ma gueule de millionnaire apatride et rien pour les autres sous-doués du QI » !
      Et il nous explique ensuite qu’il est un transhumaniste de choc ! Tu parles … c’est vieux comme le monde ce discours !

  132. Dugong
    « Le type de musique et le niveau sonore ont-ils une influence sur le virus ? »

    M^me avec des failles dans la clôture et des resquilleurs non testés, l’absence de contamination s’explique davantage par le petit nombre de porteurs du virus (car la majorité des participants a été testée.)

    Mais quand on croit à la magie africaine et aux phénomènes sans cause, on peut bien croire à la musique virocide.

  133. Sanseverina 28 avril 2021 At 11h14
    « …qui choit bêtement quand il lui suffisait de mettre un pied à terre.  »

    Qu’entendez-vous par « mettre un pied à terre » ?

    Sur les vtt modernes et perfectionnés, une manette permet de faire baisser la selle d’un coup et donc d’amener vos pieds au sol,ce qui dans beaucoup de cas ,évite la chute.

    Ensuite,on peut faire quelques mètres sans « désenfourcher » complètement; pour repartir (si c’est possible),on fait remonter la selle (système d’air comprimé) et on appuie sur les pédale

    • Une usine à gaz dont les adeptes des plaisirs duritoïdes ont déjà très probablement détourné les fonctions…

  134. Il est toujours amusant de souligner la prétention de certains chroniqueurs de l’actualité de se présenter à la pointe de la technique et de la connaissance scientifique alors qu’ils ne sont que l’arrière-train de la modernité !

    • ON n’attendait pas une telle autocritique spontanée de la part du débris rueillois. Qu’il lui soit un peu pardonné.

  135. « abc penser » me conseille abc maths décidément c’est une manie de croire que je suis tous les indicateurs abc comme Hercule Poirot !

    • Le créateur du site :

      Idée originale et entretiens – Philippe Petit
      Philippe Petit est journaliste et philosophe. Après avoir été rédacteur en chef de la rubrique « Idées » de l’hebdomadaire Marianne et producteur des émissions « Science et conscience », « La Fabrique de l’humain » et « Les Nouveaux Chemins de la Connaissance » sur France Culture, il est aujourd’hui éditeur conseil aux éditions du Cerf. Auteur d’une trentaine de livres d’entretiens avec des intellectuels et chercheurs de tous horizons, il est aussi l’auteur de La cause de Sartre (PUF, 2000), La France qui souffre (Flammarion, 2008), et Philosophie de la prostate (Cerf, 2018).

  136. Il y a une urgence dans la situation démocratique ! Je doute qu’une revue aussi sympathique soit-elle puisse faire la différence !

  137. « Sur les vtt modernes et perfectionnés, une manette permet de faire baisser la selle d’un coup et donc d’amener vos pieds au sol,ce qui dans beaucoup de cas ,évite la chute.

    Ensuite,on peut faire quelques mètres sans « désenfourcher » complètement; pour repartir (si c’est possible),on fait remonter la selle (système d’air comprimé) et on appuie sur les pédale »

    Aïe le s !

    Autant prendre un vieux solex !
    A vrai dire, je ne vois pas l’intérêt de faire du vélo sans faire du vélo puisque vous êtes assisté de partout, si je puis dire.
    Vous allez finir en quad comme les ploucs !

      • Il cause comme quelqu’un sous pression, comme témoin direct des conséquences de la politique sanitaire. Il résistant en première ligne : ouch. Et ce qu’il dit me paraît être plus constructif que de sortir les fourches.

  138. (j’avais posté ça vers 13h ?)

    Et bien je trouve cet appel « pour un retour à l’honneur » tout à fait digne et mesuré… (en ce 150ième anniversaire de la Commune !)

    réaction inévitable : c’est l’extrême-droite, c’est un appel au putsch, etc…
    NON ; nous ne sommes plus à Alger, dans les années 1960, et… l’homme au pouvoir n’est pas un général ! pas plus que nous ne sommes en Amérique Latine, ou en Asie;

    que certains de la grande muette osent l’ouvrir, c’est dire l’état de déliquescence totale atteint par ce pays et… douloureusement ressenti par beaucoup ;

    dans un Etat, où continue de sévir une classe politique et dirigeante bien plus qu’affligeante, dans l’incapacité totale de gérer,
    plus que jamais ignoble, dans ses propos, dans ces attitudes,
    plus que jamais ouvertement méprisante, ennemie du peuple, et de la République,

    quand des individus tuent au couteau et sont reconnus « non responsables »,
    il devient évident que, sans aller jusqu’à la possibilité d’un début de guerre civile, s’ouvre à nous, une période on ne peut plus troublée et dangereuse.

    • La question n’est pas là.
      Avez vous envie de vivre dans une caserne ?
      Ma première année d’école maternelle c’est déroulée dans l’école d’une gendarmerie, plus tard ….
      Depuis les casernes … ça me déprime un peu
      Pas de quoi faire une psychanalyse (avec Castoriadis ? )

  139. On attend que rahoulte, fils des âges farouches, fasse son « appel de la Pointe Rouge à la réouverture des bars et restos ».

  140. beauxbar(d)s –
    Sonia Mabrouk, « égérie de la droitosphère… rosit des compliments de ses mâles mentors…» (torchonlibé),
    Z comme Zem se serait-il lui aussi laissé aller à des compliments zosés et des baisers volés ?

  141. J’aimerais savoir qui parmi vous a mangé Jean-Paul Brighelli ? C’était sucré ou salé ? Amer ou doux ? Digeste ou indigeste ? Révoltant ou révolté ?

  142. Dr L. Fouché (cf video signalée par Flo) : on ne peut qu’applaudir ce toubib qui ose se déplacer et parler en public ! un public… sans masque !

    • Décision pensée et réfléchie autrement que dans la précipitation, pro-duc-tive.
      Bien,
      je parie que Messire sera obligé d’aller voter Touf’. Mais attention, au premier tour…

  143. Sanseverina 28 avril 2021 At 15h11:

    « …Vous allez finir … comme les ploucs ! »

    Tout mais pas ça !

    • Et Mme le Ministre qui dit que la liste est étudiée en détail pour sanctionner au maximum… Ils sont plus de 10000 : n’a-t-on vraiment rien à faire d’autre dans son ministère que de poursuivre des mécontents aussi nombreux, majoritairement retraités ?
      S’ils mettent la République en danger, c’est qu’elle est dans un état pitoyable, la République !

      Et ces militaires ont tellement peur que leur nombre augmente. De 18 à 27 généraux, etc.
      Ceci écrit, ils vont prendre un contrôle fiscal vite fait, un vaccin obligatoire (AZ sans doute) et un traitement au Rivotril dans les sous-sol du Ministère.

    • Ce sera drôle de voir les huissiers courir dans les ministères les loups à leurs trousses …

  144. Le vespéral publie une tribune d’un député médecin macronophile qui voudraiot plus de culture scientifique chez les zélites :

    http://dl.free.fr/jAr17VBtO

    « Réinjecter de la science dans la sphère publique n‘est pas une affaire de moyens. C’est d’abord une affaire de contenu, et une ambition à assumer. A l’école, mieux former les enseignants, les ouvrir à des pédagogies de l’expérience, leur faire confiance, les laisser libres et les aider à échanger, stimuler la curiosité de l’enfant, lui apprendre à douter, accorder plus d’heures aux sciences. »

    Comment un tel causement sera-t-il reçu par les pédagos ?

  145. Dugong 29 avril 2021 At 8h14
    Le vespéral publie une tribune d’un député médecin …qui voudraiot plus de culture scientifique chez les zélites…

    Il y a beaucoup à dire sur le texte de ce Juvin, médecin et politicien chez LR .
    Une première remarque; je cite:

    “Réinjecter de la science dans la sphère publique n‘est pas une affaire de moyens… A l’école …accorder plus d’heures aux sciences.”
    Soit
    On ne réduit pas les horaires des disciplines non scientifiques et alors il faut plus de moyens.
    CONTRADICTION
    Soit On réduit les horaires des disciplines non scientifiques pour dégager des moyens mais alors se pose la question de savoir quels horaires on réduit;et là on va s’apercevoir que depuis des années on n’a cessé de réduire.

    Réduire les horaires de langues ? Déjà tombés à deux heures hebdomadaires pour presque toute le monde; alors, on va découvrir que le petit Français ne peut communiquer avec l’étranger; et les plus avisés des profs de maths feront observer que sans une bonne connaissance de sa languematernelle, on ne peut apprendre les maths

    • Vu le nombre de radiations prochaine de gégène 2 *, vous avez une occasion unique pour devenir un khonnard galonné avec (grosse) solde et carte blanche pour dire des khonneries en toute impunité

      N’hésitez pas. Vous irez faire la fête à Munich plus tard.

      • Dès que quiconque (y compris un bidasse) critique Macron, vous montez au créneau pour le défendre: ce n’est plus du militantisme, c’est un sacerdoce.

        • S’il restait des bidasses, on pourrait les vacciner en troupeau sans que quiconque en fasse une histoire alakh.

  146. Juvin encore:
    “Le triste sort réservé à [la biotech française] Valneva est malheureusement révélateur… : l’usine se monte en Ecosse. “
    Deux erreurs:
    i) Valeneva est franco-autrichienne
    ii) L’usine écossaise existait déjà

  147. Juvin se surpasse:

    “Pourquoi la France a-t-elle raté les deux grands virages scientifiques de l’épidémie que sont les vaccins à ARN messager et le séquençage ? Peut-être parce qu’elle est dépourvue de cette qualité éminemment scientifique qu’est le doute…”

    Un comble! Le docteur Juvin prône le doute mais lui-même ne doute pas que le vaccin à ARN messager soit la meilleure réponse possible à l’épidémie.

    Soit dit en passant, le vaccin Valneva n’est pas un vaccin à ARN messager mais un vaccin classique

    • VIRAGE SCIENTIFIQUE

      Il est nécessaire !
      Afin d’y remédier, cessez de prendre vos compagnes par la main pour faire le con romantique en ville, baladant à la maupassant sur des trottoirs sales depuis si longtemps !
      Faites des enfants, la démographie est notre combat !

      Prenez vos copines par les portes d’entrée prévues à cet effet, par les burnes de Casanova !
      ….(pour les détails s’adresser à messire Lormier)….

      • Lormier, adepte de la selle rétractable, n’ose pas introduire le concept de burne(s) rétractable(s) pourtant très utile pour concevoir un vététisme total.

        • Les burnes rétractables des sumotori, c’est (hélas!) un mythe (créé par l’auteur de James Bond.)

          Il est à mon avis à peu près impossible de ne jamais se prendre des chocs dans les couilles quand on fait du vtt…on a beau anticiper.

          Les vététistes de sexe féminin ont un gros avantage…

          Bon…se prendre la selle dans le pubis,ce n’est pas très agréable non plus,même si on n’a pas de couilles, et puis y a aussi le ballottement des nibards à gérer;je me demande à quoi ressemble un plastron de sécurité pour une descendeuse.

  148. Un petit raisonnement très simple pour le Docteur Juvin.

    Qui dirige la France sinon ses dirigeants ?

    Ils manquent de culture scientifique; il faudrait donc les remplacer par des gens qui en ont, nous dit le Docteur.

    Mais alors, comment cela peut-il se faire ?
    Pourquoi les gens qui ont le pouvoir le céderaient-ils ?

    • Pour dire la vérité j’ai cru que c’était un pastiche, que c’était Yves Lecoq qui imitait le président en exercice … mais il semble que ce soit une série complète de 50 « personnalités » les plus impersonnelles au monde qui se sont donnés le « la » pour délirer encore plus que d’habitude, que de hochets on agite en ton nom, ô peuple abusé !

  149. on pourrait déjà interdire les immigrations aux fêlés.

    on pourrait déjà interdire les fellATIONS aux immigrES

    • Faudrait vacciner tous les alcoolos (notamment les adeptes de la syrah du blog qui ne veulent pas nous lâcher la grappe)

      • le syrah, non ; un gentleman dit farmer (à chacun ses étrangers)* a raison de s’opposer à de tels breuvages.
        *entendu que rares sont ceux qui continuent de maintenir en vie les images paysagères et les us folkloriques

  150. La troisième vague à peine déferlée, la quatrième est mise en place pour juin :

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/29/covid-19-la-france-n-est-pas-a-l-abri-d-une-quatrieme-vague-des-l-ete_6078442_3244.html

    « Des modélisations de l’Institut Pasteur montrent qu’une levée trop rapide des restrictions entraînerait un rebond épidémique dès juin, dont l’ampleur serait déterminée par le rythme de vaccination et la contagiosité des variants. »

    Les non vaccinés seront regroupés et largués aux kerguelen où on les testera quand on aura le temps (une intervague assez longue ?)

  151. Ca va être drôlement marrant la France de 2025 divisée en deux : le camp retranché des vaccinés et le camp non moins retranché des non-vaccinés !

    • D’après la note envoyée par le ministre de la Santé au Conseil d’Etat on ne peut pas relâcher dans la nature les vaccinés car ils sont dangereux pour la société et susceptible de produire des variants hyper-dangereux ergo on sera obligé de les pûcer pour protéger le peuple sain !

      • Le conseil d’état prend conseil auprès de durit, maintenant ?

        Le peuple sain, c’est de la merde. Le seul qui compte, c’est le peuple élu (en Israel, plus de 50% de la populace a été vaccinée).

        Les non vaccinés seront des parias (pas de pass-corona, pas de chocolat) et crèveront dans leur conapt rueillois.

        • « Le conseil d’état prend conseil auprès de durit, maintenant ? »

          Il s’agit de la requête de Monsieur Bérhéby qui ,ayant reçu ses deux doses de vaccin demandait si,désormais, il pouvait se déconfiner.

          Le Conseil d’Etat convoqua le Ministère de la santé qui, dans un mémoire expliqua que:
          i) Un vacciné peut être porteur du virus et donc contagieux
          ii) Le vaccin ne protège pas contre d’éventuels variants à venir et même il peut rendre plus vulnérable .

          S’appuyant sur ce mémoire, le Conseil d’Etat rejeta la demande de Monsieur Bérhébi

    • Durit essaie de nous vendre un jus épistémologique un peu frelaté (article du fogari). En a-t-il seulement un embryon de conscience* ?

      On connaît le paradoxe du protocole expérimental qui prétend démontrer une propriété alors que les prémisses du protocole présupposent cette propriété

      Exemple : prétendre vérifier qu’un dipôle obéit à la loi d’ohm en utilisant des multimètres construits en supposant la validité de cette même loi (et contenant de nombreux dipôles la vérifiant). Ca ne démontre pas absolument la loi d’Ohm mais ce n’est pas une démarche totalement absurde non plus.

      Durit devrait se contenter de promettre ses moisissures de l’Aube.

      * conscience sans science n’est que ruine de l’âme (voir la tribune du Vespéral dont je causais hier)

  152. « Service impeccable, irréprochable. Je recommande ce vendeur pour son honnêteté et sa diligence, des qualités rares de nos jours. »

    Je sais : ce n’est pas bien de se vanter mais ma modestie dut-elle en souffrir, il fallait que ce soit dit …

    Il s’agissait de ce livre-ci :
    « La constitution du type mathématique de l’idéalité dans la pensée Grecque – Volume 3, L’irrationalité Dans Les Mathématiques Grecques Jusqu’à Euclide » par
    Maurice Caveing aux Presses Universitaires Du Septentrion – 11/03/1998″

    • 200000 morts pour un milliard et 200 millions d’habitants – soit deux fois plus de morts qu’en France pour 20 fois plus d’habitants !

      • Population (palmarès : 2e) 1 372 943 539 habitants (2020)

        Normalement si l’Inde était au niveau des Etats-Unis ou de la France elle devrait compte au moins 2 millions de morts !

        • Ceci dit il y a un bémol : l’âge moyen en Inde est beaucoup plus bas que dans les pays occidentaux !

          • L’épidémie fait rage en Inde alors qu’il y a 9 ou 10 mois, les savants approuvés par le pouvoir disaient que l’immunité collective était atteinte.

  153. Onfray a écrit un zoli texte intitulé « Les loups sont entrés dans Paris » le lendemain de l’élection du futur candidat dugongiste au deuxième tour…

  154. A propos de la tribune (on se croirait en 2015) appellant à l’insurection le canard enchainé s’est fendu d’un ; Tentative de coup d’epahd ?

  155. Dugong 29 avril 2021 At 13h58
    « La troisième vague à peine déferlée, la quatrième est mise en place pour juin … »

    Il est très difficile de se faire une idée calire de ce que Dugong pense VRAIMENT du Sars Covid 2.
    Mon hypothèse est qu’il blagues parce qu’il a les chocottes; ne pas parler sérieusement,c’est une manière d’exorcisme…

    Mais dans la phrase que je cite,il y a autre chose:ce qu’elle suggère, c’est que le gouvernement nous manipule.

    • Durit essaie de nous vendre un jus épistémologique un peu frelaté (article du fogari). En a-t-il seulement un embryon de conscience* ?

      On connaît le paradoxe du protocole expérimental qui prétend démontrer une propriété alors que les prémisses du protocole présupposent cette propriété

      Exemple : prétendre vérifier qu’un dipôle obéit à la loi d’ohm en utilisant des multimètres construits en supposant la validité de cette même loi (et contenant de nombreux dipôles la vérifiant). Ca ne démontre pas absolument la loi d’Ohm mais ce n’est pas une démarche totalement absurde non plus.

      Durit devrait se contenter de promettre ses moisissures de l’Aube.

      * conscience sans science n’est que ruine de l’âme (voir la tribune du Vespéral dont je causais hier)

    • Je n’ai pas peur même si je présume que la manipulation est partout présente. On n’échappera pas au passeport vaccinal qui restreindra la liberté des ceusses qui ne l’auront pas . Il y aura des faux dont la détention devrait valoir une balle (payée par la famille) pour ceux qui ne pourraient se payer les services d’habiles faussaires.

  156. Ce que j’aimerais savoir – c’est une question irrésolue – c’est quand et où Jean Joseph Nicolas Regnault (1797-1863) et Jules Regnault (1834-1894) se sont rencontrés ? A Parsi certainement et vers 1861/1862 au plus tard.

    J’ai deux hypothèses :

    1 Jules et son frère aîné Odilon Regnault (1827-1871) étaient employés d’agent de change chez Maxime Wey dmt 14 place Vendôme (bureaux d’agent de change 52 rue Faubourg Poissonnière) dont le fondé de pouvoir en 1860 était Félix Beauvisage (1827-1890) frère cadet d’Ernest Beauvisage (1816-1869) directeur des retraites à la caisse de dépôts. En 1866 Félix Beauvisage rachètera la charge d’agent de change de Maxime Wey (époux d’Henriette Isabey proche parente du peintre de marine Eugène Isabey).

    2 Jules et Odilon étaient employés chez Charles Laurent (1826-1908) agent de change de la Caisse des dépôts et consignations, dmt 20 rue de Miromesnil puis 12 rue François 1er, bureaux au 9 rue du 4 septembre, fils et successeur d’Abel Laurent (1796-1879) dmt 20, rue de la Paix, maire du 8ème arrondissement qui a marié la seconde fille de Joseph Regnault en 1853 et a établi l’acte de naissance de sa dernière enfant en 1861 (et d’autres actes encore).

    Je penche pour la seconde solution ! Car comme Joseph Regnault devait déposer les fonds confiés à lui par les conducteurs des P&C de province il a dû passer par un agent de change et le plus probable c’est ce que soit celui de la caisse des dépôts.

  157. Faut il que nous soyons tombés bien bas, pour que ce soit la Grande Muette qui parle, en lieu et place de ces couillons de dirigeants politiques hexagonaux à la ramasse !

    Angoissant, détestable, et tellement juste….

    • Ce n’est pas ça le problème : eux ils ont accès aux arsenaux, aux armuries …
      Pas nous, vu qu’il n’y a plus de service militaire depuis longtemps il n’y a plus grand monde pour faire le coup de feu (avec fusils ou carabines de chasse, armes de poing ; la bonne blague)

  158. Il semble que Zemmour se comporte avec la gent féminine exactement comme Ménès, le mec qui cause foot. Les deux sont experts dans le roulage de pelles forcées. Il y a du niveau.
    Ma solution: à ce degré de ressemblance, que ces deux-là échangent leurs rôles. Ménès parlant politique et Zemmour parlant foot, ça ne serait pas pire que leurs discours respectifs actuels!

    • Dénigrement odieux !
      Ne pouvant s’expliquer que par une mauvaise pulsion de jalousie intellectuelle…

      Que c’est vilain !

  159. Dugong 30 avril 2021 At 8h24
    « …On n’échappera pas au passeport vaccinal qui restreindra la liberté des ceusses qui ne l’auront pas . »

    Vaccinal ou sanitaire ? La différence est de taille.

    Pour le moment, l’Italie par exemple demande aux étrangers qui veulent entrer de présenter un test négatif PCR ou antigénique datant de moins de 48h.

    En France, après la décision motivée du Conseil d’Etat, je vois mal comment le passeport vaccinal pourrait se justifier:il n’ouvrirait à aucun droit.

  160. Depuis que les femmes sont devenues militaires d’active, Eric Zemmour viole tous les uniformes !
    Ce Zemmour est trop assimilé …

  161. « rubrique gastro (dernière) :
    M. Polony candidat aux régionales sur une liste soutenue par Modem et Larem. »

    Ah ah ! Legasse fricasse/fricotte avec Marc Fesneau. Mmmmm !
    Le bon miam, miam ! Hummm le bon ragoût que voilà !
    Oh ! si vous saviez, Marc Fesneau !!!!
    Oh que je me marre !
    Et Dame Polony pendant ce temps-là continue sur sa lancée souverainiste ?
    Mais ce n’est pas grave, puisque le critique culinaire a dit qu’il s’éloignait du journal Marianne. Suffit d’ le dire. On appelle ça manger à tous les râteliers, n’est-ce pas ?
    Oh le beau monde !

    • Le contraire (mais lequel ?) eût été surprenant. Partir sans soutien c’est ne pas partir du tout.
      Mais là… légère nausée. Ceci dit, pourquoi Polony ne garderait-elle pas la ligne souverainiste ?
      L’avenir nous dira jusqu’où vont ses convictions.

  162. Marc Ferro est delta charlie delta il y a quelques jours
    Pas du virus machin je crois.
    Ça fait un historien (plutôt orienté archives audiovisuelles) en moins.

  163. Russie, Inde, hydroxychloroqiune etc.

    Russia sends oxygen equipment, medicines
    The Ministry of Emergency Situations of the Russian Federation sent two urgent flights by the Russian EMERCOM to deliver more than 22 tons of humanitarian aid, including 20 units of oxygen-producing equipment, 75 artificial lung ventilation devices, 150 medical monitors and 2,00,000 packages of medicine.

    Upon touchdown of the second flight late at night, Russian envoy to India, Ambassador Nikolay Kudashev, who was personally monitoring the delivery, said, “India approved emergency supplies of hydroxychloroquine to Russia as a gesture of goodwill when the pandemic unfolded last year. We appreciate and remember it. This is the only way we can defeat the coronavirus by uniting our endeavours and supporting each other in difficult times. Collective efforts and mutual respect should be the most important recipe to respond to any challenge.”

    L’ambassadeur russe sous-entend que l’envoi de 22 tonnes de matériel et de médicaments est un geste de réciprocité.

    Pourquoi le Russie avait-elle demandé de l’hydroxychloroquine à l’Inde ?

    Raoult serait-il un agent russe ?

    https://www.indiatoday.in/india/story/russia-sends-aid-for-india-putin-pm-modi-hold-talks-1796143-2021-04-29

  164. Le passeport serait sanitaire et pas uniquement vaccinal.
    Restons calmes. Ils sont dans la glu depuis le début. Ils gèrent tout cela de manière minable, nos politicards. Il faut compter sur leur bêtise. Ils seront incapables de sortir un machin qui fonctionne. Cela va être encore un truc vaseux qui prendra l’eau de partout. Tant mieux, d’ailleurs.

      • Véreux fait (bien) son boulot de vrp de bigpharma. Assisté par une cohorte de médecins gavés des dollars des liens d’intérêts.

  165. Natacha Polony est plus maligne que Jean-Paul Brighelli ; mais cela on le savait déjà … d’ailleurs JPB sait-il croiser et décroiser ses jambes élégamment ?

  166. L’acteur indien Vivek (1961-2021) fait la promotion du vaccin anti-covid, se fait vacciner en public et meurt le lendemain avant d’atteindre son soixantième anniversaire !

    Euh ! comme dirais-je … je suis né en 1963 est-ce que cela fait une différence ?

    • Pour dire la vérité je me trouverais un peu con sur les bords de mourir en tant que vacciné du jour alors qu’il est peu probable que le virus lui-même me fasse passer de vie à trépas dans un laps de temps aussi court !

    • A Bollywood, durit cherche un rôle de bûcher pour les morts de la covid. Il y a de la concurrence.