En ces jolis temps de fascisme rose

Dans le dernier numéro de Causeur (sur papier, 5€90, pas cher), outre une belle interview de Christophe Guilluy à propos de son dernier livre, le Crépuscule de la France d’en haut, et de Daniel Mesguich, à qui je dois quelques fascinants souvenirs de théâtre évoqués ici-même, Elisabeth Lévy, dite « la Patronne », a rassemblé un joli dossier sur « Zemmour le Gaulois ». Un qualificatif amplement mérité par ce Juif séfarade, au moins autant que par un certain aristocrate hongrois qui au même moment faisait de l’Ernest Lavisse sans le savoir (1).

Elisabeth — dite « Gant de velours sur une main de fer » — a de l’amitié pour Eric, et elle peut avoir l’amitié vache. Et de critiquer la vision essentialiste que Zemmour a de l’islam, sous prétexte que les islamistes fondent leur fanatisme sur l’idée que le Coran est un livre incréé — il a existé de tout temps, d’ailleurs, il n’y a pas de temps pour le Prophète (sur lui « sottise et bénédiction », comme dit Voltaire), ni pour ses sectateurs, j’ai déjà expliqué à propos du Bardo que pour les plus illuminés, l’éternité c’était hier, maintenant et toujours. D’où leur tendance à détruire toute preuve qu’il y a eu un Temps qui pré-exista à l’islam — celui de Darwin et Lucy comme celui des bouddhas de Bamian. Nombre d’enfants d’immigrés sont, comme elle dit, de vrais franchouillards accrochés aux ustensiles de la civilisation avancée (i-phone, foulard islamique de chez Hermès et McDo présumés hallal). Moins communautariste qu’Elisabeth ou Finkielkraut, tu meurs. M’étonnerait qu’elle passe la journée du mercredi 12 en jeûne et prières.
Donc, Eric Z***, au milieu d’une très longue discussion sur des sujets essentiels et passionnants, lâche les deux phrases qui ont enflammé les médias : « Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous. Au sommet, il y a des théologiens qui appliquent exactement leur idéologie coranique et légitiment tous leurs actes par des sourates ou des actes du Prophète. Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient — ce dont nous ne sommes plus capables. »
Protestations effarées d’Elisabeth — et de JPB, qui admire beaucoup par exemple les milices kurdes où hommes et femmes se battent pour leur liberté contre l’Etat islamique tout en ayant les Turcs dans le dos et l’aviation d’Erdogan et des Américains au-dessus de leurs têtes, mais qui n’a aucun respect pour des salopards qui flinguent des gosses parce qu’ils sont juifs, massacrent des journalistes parce qu’ils sont journalistes, roulent en camion sur des enfants ou se mettent à deux pour égorger un vieillard.
Hurlements hystériques de la presse de gauche. Les Inrocks avaient déjà donné un exemple absolu de ce qu’est une interrogation rhétorique en faisant semblant de se demander : « Faut-il bannir Zemmour des écrans de la télé ? ». On crie haro sur le baudet, on veut l’inculper, le mettre en examen — pourquoi pas le lyncher…
J’ai assez défendu Eric ici-même, à l’époque de son limogeage d’i-télé, pour être tout à fait à l’aise : il a sorti une grosse connerie avec l’assurance qui est la sienne depuis qu’il a eu un gros succès de librairie, qu’il croit être touché par la grâce et bénéficier de l’infaillibilité papale. Eh, oh, Eric, memento mori !
On peut dire bien des choses des djihadistes — que leurs chefs sont probablement très malins, que ce sont de fins politiques, qu’ils servent la même atemporalité que le néo-libéralisme (voir ce qu’en dit Myriam Revault d’Allonnes) — mais pas qu’ils sont respectables. Ce sont des zélotes sanguinaires, et il n’y a de bon djihadiste qu’un djihadiste mort — comme disent les Kurdes.
Cela dit, une phrase isolée dans une interview de 7 pages, c’est un résumé un peu court, bien digne des sycophantes actuellement au pouvoir dans les médias. Et Elisabeth — dite « Et quand j’appuie là, ça vous fait mal ? » — a raison de défendre Zemmour. Un peu facile de se décerner un brevet de Bien sur le dos du p’tit Juif séfarade.
N’empêche qu’on voudrait l’interdire… L’accuser d’apologie du djihadisme près l’avoir auparavant soupçonné d’islamophobie galopante… Le cantonner à Béziers… ressusciter Cayenne pour lui — il y fréquenterait le fantôme de Dreyfus, ils se raconteraient des blagues…

Il y a en ce moment en France une atmosphère curieuse de dictature discrète. Jean-Pierre Chevènement avait organisé la semaine dernière un débat sur la question scolaire à laquelle devait participer Arnaud Montebourg et votre serviteur. Tollé chez les fascistes roses, qui ont inondé Montebourg de tweets et de textos (l’apprenti-nazi parle volontiers en phrases lapidaires), le menaçant de ne pas voter pour lui lors des primaires de gauche (je n’y suis pour rien, j’éclate de rire chaque fois que j’écris ce mot : la gauche — qui est si bien à droite, comme le dit mon ami Gérard Filoche) s’il consentait à débattre avec un triste individu tel que moi. Et quinze jours auparavant, un grand éditeur parisien, contacté pour sortir un livre d’un membre du FN, a finalement renoncé, expliquant qu’il faisait des affaires avec des mairies socialistes qui surveillaient ce qu’il éditait, le menaçant sous cape de casser les contrats en cours s’il donnait la parole à un parti légal mais qui menace les positions établies des élites auto-proclamées qui nous gouvernent. Pratiquement on ne peut plus rien dire qui soit susceptible de choquer les chaisières et les rosières de la rue de Solférino et de la poignée d’imbéciles qui s’obstinent à voter pour eux. Ce n’est pas tout à fait par hasard que je me suis laissé aller à dire que le PS était désormais à droite du FN — sur l’Ecole au moins.
Je suis si éloigné de ces réflexes totalitaires qu’en 2011, j’avais plaidé auprès de Jean-Claude Gawsewitch pour qu’une militante obscure et souriante, présentée par mon ami Guillaume Bachelay, signe avec lui (allez, je ne ferai aucune hypothèse sur qui l’a réellement écrit) un micro-pamphlet intitulé Réagissez ! Répondre au FN de A à Z. Merci qui ? Ma foi, merci Philippe Watrelot, obscur scribouillard des Cahiers pédagogiques mais soutien indéfectible de la réforme du collège, nommé, raconte Sophie Coignard, à la tête d’un « machin », le CNIRÉ, Conseil National de l’Innovation pour la Réussite Educative (sic !), installé en 2013 par Vincent Peillon.
Je m’en fiche : la liberté d’expression ne se compartimente pas. Je me doute qu’on aimerait me faire taire, et que les provocateurs qui tentent de m’offenser çà et là espèrent que je leur donnerais finalement le coup de boule qu’ils méritent. Je m’en garde bien, ça leur ferait trop plaisir.
J’ai tout mon temps.

Jean-Paul Brighelli

(1) En fait, « nos ancêtres les Gaulois » est une formule inventée par Amédée Thierry (le frère d’Augustin) en 1828. C’était l’époque de l’Histoire à la sauce romantique, et ce grand vaincu de Vercingétorix, paré a posteriori de toutes les gloires d’un Napoléon outragé, convenait bien à la neurasthénie des copains de Musset. Le Tour de France de deux enfants de G. Bruno (et non d’Ernest Lavisse, quoi qu’en ait dit le puits de science de la rue de Grenelle), explique par ailleurs que la France s’est autrefois appelée la Gaule et fut peuplée de Gaulois — râleurs, divisés et mélancoliques, au témoignage de César : il doit y avoir quelque chose, dans l’air de ce pays, qui incite au mécontentement permanent, aux querelles de clocher et à l’hypocondrie élevée au niveau des beaux-arts.