Resting Girl (Louise O’Murphy) *oil on canvas *59.5 x 73.5 cm *signed b.r.: F. Boucher / 1751

François Boucher (1703-1770), l’Odalisque blonde, c.1751

Du dîner lui-même je me rappelle peu de choses. À un certain moment, nous avons parlé de taureaux et de corrida. Et cet échange :
– Vous êtes toujours aussi sûr de vous ? m’a-t-elle demandé.
– Pas de moi : de vous, ai-je répliqué.

Elle habitait à Evreux une grande maison, admirablement meublée de meubles anciens, qui sentait bon la cire d’abeille. Une maison très vide depuis la mort de son père, pleine de souvenirs de lui. Ce n’est qu’à ce moment que j’ai fait le lien avec le Jean Nocher que j’écoutais enfant à la radio, afin de savoir jusqu’où pouvait aller l’anti-intellectualisme. Il y avait un bon nombre de photos encadrées, où il serrait la main de toutes sortes de personnalités des années 1960. Et des photos de famille, Muriel et lui à tous les âges. Et des portraits, encore et encore, Harcourt, forcément. Sa mère avait fait de cette maison un mausolée, elle y était comme un fantôme, en fraude au milieu des images des morts. On interdisait à la jeune fille, dernier cadeau d’un père plus âgé que sa femme, d’y faire du bruit, d’inviter des amis, ou d’écouter autre chose que de la musique classique. Sa mère justement n’était pas là, en visite chez des parents, pour la semaine, me dit-elle.

Il y eut d’abord un flottement, cet instant un peu faux où l’on n’a pas encore échangé le premier baiser, mais où tout le reste de la séquence est déjà là, écrit dans les têtes, perceptible dans le moindre geste anodin. Je me souviens que du plat de la main, j’ai effleuré la lourde table de chêne massif, récupérée dans une ferme, le vaisselier noirci par le temps, qui se combinait heureusement avec des choses plus précieuses, d’un XVIIIème rococo. « Très beau, vraiment », ai-je dit en me retournant vers elle. Je lui ai caressé la joue du bout des doigts, et je me suis légèrement reculé.
– Enlève ta robe, s’il te plaît.
Elle me dit plus tard que mes yeux, si amicaux tout à l’heure, avaient dans la demi-pénombre un éclat fixe et dur. Et qu’elle comprenait enfin ce qui me rendait à la fois si mal à l’aise et si amollie quand je la regardais : je lui donnais l’impression de ne jamais ciller.

Sous sa robe, juste un soutien-gorge et un slip. Je suis passé derrière elle, j’ai caressé son dos comme j’avais effleuré sa joue, avec le revers de ses doigts légèrement recourbés, et j’ai dégrafé son soutien-gorge. Elle a voulu se retourner vers moi : « Non », ai-je dit — d’une voix plus froide encore que mes yeux. Puis j’ai fait glisser son slip jusqu’aux chevilles, et je l’ai allongée, sur le ventre, sur la grande table de chêne. Je me suis penché sur elle, ma bouche fleuretait sur ses épaules et son dos. J’ai glissé deux doigts entre les fesses. Elle a eu comme un haut-le-corps, en réalisant soudain à quel point elle était prête à faire l’amour, le ventre tendu de désir, déjà ouvert, trempé.

Des cataclysmes qui s’ensuivirent, je ne dirai rien — ni de son acceptation immédiate de tout ce que j’entreprenais, ni de ses orgasmes successifs, la bouche ouverte sur des cris muets comme un poisson asphyxié, les jambes tremblantes, ni de la séance qui s’ensuivit dans la chambre maternelle, attachée symboliquement avec les cordons des rideaux aux montants du lit, le regard fixé sur la photo du père mort posée sur la table de chevet pendant que j’explorais ses méandres.
Je l’ai forée jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que béance, tout en lui disant des choses tendres.
Comment le même homme peut-il être si dur et si tendre ? m’a-t-elle demandé. Je me suis rappelé Chandler — dans Playback, il me semble : « If I wasn’t hard, I wouldn’t be alive. If I couldn’t ever be gentle, I wouldn’t deserve to be alive. » Elle n’a pas compris. Alors j’ai traduit : « Si je n’étais pas dur, je ne serais plus en vie. Si je n’étais pas tendre, je ne mériterais pas d’être en vie. »

Je suis parti juste avant l’aube.

Nous avons eu une seconde séance, encore plus dure, deux jours plus tard, où je l’ai livrée à trois hommes et où j’ai photographié leurs ébats.

Très récemment, j’ai effectué quelques recherches. Muriel C***, née à Saint-Cloud en 1952, morte à Evreux le 1 janvier 1992 à l’âge de 39 ans. La rubrique nécrologique ne donne pas de plus amples détails sur la cause de sa mort.

Jean-Paul Brighelli

868 commentaires

  1. « …elle comprenait enfin ce qui me rendait à la fois si mal à l’aise et si amollie quand je la regardais… »

    Coquille ? LA rendait ?

  2. pour abcmaths:

    « Je suis passé derrière elle, j’ai caressé son dos comme j’avais effleuré sa joue, avec le revers de ses doigts légèrement recourbés, et j’ai dégrafé son soutien-gorge. »

    Vous voyez,ici, il n’y a pas de décor, pas de premier plan, de second plan, d’arrière plan;il n’y a pas une bicyclette en premier plan, une R10 où s’est vautré un type torse nu dépourvu de mamelles, et un collège en arrière-plan.

    On s’oriente naturellement par rapport à la meuf qu (comme toutes les meufs)a un devant et un derrière.

    Le Maestro est derière la meuf,dans son dos,ce qui est commode pour dégrafer le soutif;on ne sait pas où se situe le couple par rapport à la lourde table de chêne et on s’en tape.

    PS revers de ses doigts mes doigts ?

    • « pas de premier plan, de second plan, d’arrière plan »

      Objection:
      Vous faîtes fi de l’angle plan .
      Oui…

    • « …on s’en tape » ! 😄
      mais y’a des manques : soutif, blanc (comme d’hab), ou pas ?

  3. abcmaths 11 juin 2024 At 11h38
    Il va parler . Que va-t-il dire ?
    Les présentes élections sont inévitables. Le pôle de Marine a pris trop d’importance.
    Mais attention aux agences !
    Jusqu’à présent, la France avait un nom bien coté !
    Oui…

    Le pôle de Marine

    Le Rôle de ma Pine

    nom bien coté

    Con bien Noté

    • Il ne la viole pas.
      Mais livrer par le menu une page intime de sa vie sans qu’elle puisse autoriser ou non son récit en dévoilant son identité est aussi répugnant.

      « Pour venger Papa » était un titre à la mesure de votre envergure Brighelli.

  4. If I couldn’t ever be gentle, I wouldn’t deserve to be alive. » Elle n’a pas compris. Alors j’ai traduit : … Si je n’étais pas tendre, je ne mériterais pas d’être en vie. »

    omissions : « couldn’t » , « ever »

  5. Le papa du Maestro a-t-il su que son fils avai baisé la fille de Jean Nocher,qu’il écoutait régulièrement ?

  6. À chercher la provocation comme vous le faites en révélant ce nom, vous n’obtiendrez rien de constructif, rien de véritablement bon. Vous le faites dans cette période étrange où l’identité même de la femme, sa fonction, sa place intrinsèque dans la société sont réellement attaquées. Les hommes sont des femmes comme les autres ; les ventres des femmes des usines. Certains de vos lecteurs rétorqueront qu’il faut savoir dissocier l’homme de l’auteur, lieu commun tellement bidon, quintessence du parisianisme qui n’assume pas ses choix ; d’autres développeront une réaction allergique à l’évocation de votre nom mais jamais — et contrairement à ce que vous aimeriez — vous gagnerez cette reconnaissance, cette marque singulière « académiste mikado anticonformiste » et qui ferait traverser les siècles à votre nom… Celui de votre père.
    Il est dans votre usage de ne jamais vous excuser, il est donc naturel en réponse de ne pas à avoir à vous pardonner. Votre punition, la pire, n’est pas de vous mépriser, Brighelli, ou de vous haïr mais bien de vous ignorer pour mieux vous oublier.

    • Ben, il ne semble pas que vous soyez prête à « l’ignorer » ni et même encore moins à « l’oublier » !…

  7. « X, de son vrai nom »

    Non mais Brighelli ça ne va pas d’écrire des histoires pareilles et de donner le nom des gens ? On ne vous a jamais éduqué ? Ça vous plairait que je révèle au public comment j’ai soulevé votre mère ? D’une morte en plus ! Même Balkany a eu plus de courage.

    • Même le jour où vous viendrez nous annoncer l’AVC fatal de Dufion, personne ne révèlera l’identité de cette crevure meirieusesque !

  8. Il m’aime, Trouduc, yapa.

    Attention aux bus quand tu traverses la rue. Y a des précédents…

    • Dufion est aussi doué en droit que Josip en économie !

      D’une, « tiers » suppose personne, qui suppose vie (rappelons qu’en droit la personne cesse d’exister à sa mort) ; de deux, révéler une identité n’est pas la même chose que l’« usurper » ou même en « faire usage ». En fait, il n’existe pas de délit pénal de « révélation d’identité » (d’un mort ou d’un vivant). Mais un tel délit civil est envisageable pour un vivant (ou pour un mort s’il y a préjudice pour un vivant).

      • « (rappelons qu’en droit la personne cesse d’exister à sa mort)  »

        Tiens donc !.
        Non seulement elle est reconnue en droit mais son leg, ses droits relatifs, ses œuvres (qui ne seront exploitables dans le domaine public que seulement 50 ans après sa mort) le sont également… Même si le délit en question n’est envisageable pour un vivant qui estimerait subir un préjudice, tu dis encore des âneries.

        • « Non seulement elle est reconnue en droit mais son leg, ses droits relatifs, ses œuvres […] le sont également… »

          Bien sûr que non ! Demandez à n’importe quel étudiant de L1… La personne (physique) existe de sa naissance à sa mort. « Elle » n’a aucun droit :
          – auparavant (c’est ce qui fait que les médecins peuvent pratiquer un avortement sans risque, ou que Palmade ne sera pas condamné pour homicide involontaire) ;
          – ensuite (c’est ce qui justifie le principe même de sa succession : quand il n’y a plus personne pour en être titulaire, les droits patrimoniaux sont transférés ; vous pouvez bien sûr exploiter les œuvres d’un auteur après sa mort… dès lors que vous avez l’autorisation de ses ayants-droits (!) : ce n’est plus l’auteur qui a des droits – juridiquement il n’existe plus ! –, ce sont ses ayants-droits ; vous ne pouvez même prévoir de contracter après votre mort ; etc., etc.).

  9. Sur ces entrefesses…comme disait San Antonio

    « …ses épaules et son dos. J’ai glissé deux doigts entre les fesses.  »

    i) du possessif ( « ses épaules, son dos ») à l’article défini (« les fesses »); la meuf n’est pas propriétaire de ses fesses;ce n’est pas à elle de ss’occuper de ses fesses.
    ii) description assez floue:où vont les doigts ? S’agit-il d’une homardisation ? Et d’abord,quels doigts ? Dans une main, il y a cinq doigts. Il lui a laissé le doigt dans la chatte, comme dirait abcmaths ?
    iii) « entre les fesses », les doigts ont-ils palpé ou palpité ? (« entre les pns palpite,Entre les tombes »)

  10. Dugong 12 juin 2024 At 7h37
    « Je l’ai forée jusqu’à… »

    https://img.freepik.com/photos-premium/materiel-forage-puits-racine-pour-appareil-forage-agrandi-forage-puits-profonds_331695-8345.jpg

    Dugong est passionné par les grosses machines;il ne dispose que de petits outils,amoureusement collectionnés;quand il débarque chez Castorama,les vendeurs se cachent,car il en sait bien pluis que, réclame des vis dont il donne la référence Afnor…eux ne saventpas de quoi il parle.

    Pour tondre les pelouses du domaine,il rêve d’un tracteur-tondeur.

    Un type qui enfonce une canule dans le trou de balle de Pierre Driout pour y mettre du WD 40!

  11. Muriel C***, née à Saint-Cloud en 1952, morte à Evreux le 1 janvier 1992 à l’âge de 39 ans. La rubrique nécrologique ne donne pas de plus amples détails sur la cause de sa mort.
    ———————————————————————————————————-

    Quelques cadavres dans le sillage du Maestro…Après de telles séances,on peut être durablement secoué et mourir jeune.

  12. Dans La famille Anodin (plus tard « Quelle famille ») de Jean Nocher,la fille s’appelle Muriel, comme la fille de Jean Nocher. L’actrice s’est suicidée.
    Le rôle du garçon a été tenu par François Nacher,ancien élève du Conservatoire et…fils de Jean Nocher.

  13. « …la jeune fille, dernier cadeau d’un père plus âgé que sa femme… »

    En 1952,Nocher avait 44 ans.

  14. D’où vient la détestation de Jean Nocher à l’égard de Sartre ? Il était plus jeune que lui (Sartre a intégré en 1924,Nocher avait alors 14 ans.)
    Parmi les contemporains (ou semi-contemporains) de Sartre,beaucoup lui ont reproché de ne pas avoir fait de résistance et même de ne pas avoir été inquiété par les Allemands.

    https://www.ens.psl.eu/node/1223

  15. Nocher n’ignorait pas tout de la philosophie;il avait fait une « maîtrise » de philo (ça devait s’appeler autrement à l’époque)…mais il voyait bien les ficelles des profs de philo (une espèce de JF Revel, d’avant ?)

    « Jean Nocher a, pour forcer à rire, quelques bottes secrètes de son invention. Il est, entre autres choses, l’inventeur heureux d’une machine à passer le bachot sans larmes et d’une machine à faire sans difficultés les devoirs de philo. Et il tire lui-même la morale de ces machines qu’il vous présente dans son feuilleton : « Les connaissances, dit-il, empêchent l’intelligence de se développer »
    http://fansdemurielbaptiste.over-blog.com/article-28556123.html

  16. Physique amusante:
    « Toute matière… constitue un réservoir d’énergie démesurée dont les atomes n’attendent qu’une occasion pour faire explosion, comme autant de grains de dynamite. Notre nature, si calme en apparence, avec ses pierres inertes, ses prés et ses bois, est une colossale poudrière qu’un geste imprudent de mes éminents confrères de l’Université de Colombia ou du Massachusetts Institute of Technology peut d’un moment à l’autre faire sauter dans l’espace. »
    https://www.forez-info.com/encyclopedie/traverses/21480-plate-forme-70-ou-lage-atomique.html

    PS Près de 80 ans après la bombe, le Maestro visite Hiroshima.

  17. Si le texte de Brighelli peut susciter quelque malaise, c’est effectivement à cause de la révélation de l’identité du personnage féminin du récit.
    Un récit peut être de la fiction pure, ou bien de l’auto-fiction, ou bien autobiographique.
    Dans les deux premiers cas, il y a à divers degré du « mentir-vrai » – plus de « mentir » que de « vrai » – assumé et programmé par l’auteur. Dans le dernier cas, il y a toujours, consciemment ou pas, un ré-aménagement de la réalité, cette réalité qu’on revisite avec décalage temporel.
    Le texte de Brighelli semble conçu (rien d’étonnant de la part de ce filou de JPB) pour illustrer les trois catégories. Mais avec la révélation de l’identité de la jeune femme, il donne au lecteur la forte impression de basculer résolument dans la 3ème catégorie, celle du récit autobiographique. D’où sensation de malaise pour le lecteur/voyeur.
    Il y a dans ce texte, si je puis dire, la prise de pouvoir littéraire de Christine Angot au détriment de Flaubert.

    (Cette dernière phrase est évidemment de la provocation à l’état pur. Enfin…presque pur. J’ose espérer qu’elle suscitera quand même quelques sourires.)

    • Bon, bon, ça va, j’ai testé – et j’ai modifié.
      Mais j’étais tellement choqué d’apprendre qu’elle était décédée… J’arrive à un âge où je raye de plus en plus de noms sur mon carnet d’adresses.

      • Comme disait le grand Georges :
        « Au grand bal des Gars d’z Arts nous n’irons plus danser,
        Les vrais enterrements viennent de commencer.
        Nous n’irons plus danser au grand bal des Gars d’z Arts,
        Viens pépère on va se ranger des corbillards… »

    • « Il y a dans ce texte, si je puis dire, la prise de pouvoir littéraire de Christine Angot au détriment de Flaubert. »

      Efficace.
      Soyez en remercié pour Murielle. (Angot a pour elle de s’en prendre à des vivants qui ont eu la possibilité de se défendre, l’ont fait condamner)

      • Je sais que vous parlez de ceux qui restent mais le père d’Angot est mort depuis un bail.

        • Angot à une fâcheuse tendance de réécrire à sa façon la vie des personnes de son entourage dans ses romans. Elle ne sait, du reste, faire que ça. Si elle a été condamnée ce n’est pas du fait de son père, et contrairement à ce que vous pensez, mais par suite d’une plainte déposée contre elle par l’ex compagne de son compagnon.

  18. « Bon, bon, ça va, j’ai testé », qu’il affirme le maestro.
    Ne sont concernés que les lecteurs de Bd ;
    en rien comparable à un essai à la Pfizer (à chacun ses obsessions) ;
    juste un « essai », où il se la joue petit Sade.
    Souhaitons que ses « crimes », à lui, ne remonte pas jusqu’à la sixième génération…
    Car, comme on le sait, les crimes fantasmatiques de Sade en ravissent toujours certains.

    Il est vrai aussi qu’à un certain âge (un âge certain), les souvenirs peuvent devenir particulièrement prégnants, surtout quand il est question de personnes disparues à la fleur de l’âge – ou presque ;
    les rayer d’un carnet, peut-être,mais, d’une mémoire, au grand jamais.

    (Remarque : Angot ne risque pas d’être sur son « carnet » ;
    qui en voudrait d’ailleurs, de l’Angot…
    Il y en a des pour qui porter plainte permet de rappeler qu’ils existent encore ;
    aux yeux de qui d’ailleurs ? de Libé et du « vespéral » ?)

  19. Revenons aux chose sérieuse. Alerte !
    « Si le 8 juillet je me retrouve sans fonction ministérielle, je n’ai pas de point de chute ».
    Que faire de mon Burno ? La Ratp est déjà pourvue.
    et mon Tattal alors ?
    La vieille sorcière a (même dépassé) l’âge de la retraite.
    Quant aux autres on ne connaît même pas leur nom – et encore moins leur prénom.

    • (choseS sérieuseS – Entendu que Rachida et Séjourné ne sont que quantité négligeable)

      • Cocasse la surcorrection fautive du flux ! Eh non ! Analphabète ! C’est bien prêt mais avec un -s au pluriel ! Eh oui ! Crétin, vous allez continuer de payer nos retraites ! Cela dit , on se demande si vous payez quelque chose vu le peu de temps que vous passez à bosser. Si thèse, il y a, il va falloir trouver quelqu’un qui sache écrire à votre place.

        • Bien sûr que non… « Près de » (préposition) et « prêt à » (adjectif).

        • Rappel des constructions attestées:
          1. Prêt.s à…
          – Je suis prêt à discuter.
          – Nous sommes prêts à négocier.
          Prêt de…est fautif.
          2. Près de…
          – Ce médecin est incompétent. Il n’est pas près de me revoir.
          – Il a voulu lui nuire. Elle n’est pas près de lui pardonner.
          Près à…est fautif.

          Dans l’énoncé considéré : « ils ne sont pas *prêt de voir leurs pensions géantes diminuer », la présence de la préposition « de » indique que l’énonciateur voulait bien dire « près de ».
          Les deux énoncés acceptables sont donc :
          – ils ne sont pas PRES de voir leurs pensions géantes diminuer
          ou bien,
          – ils ne sont pas prêts A voir leurs pensions géantes diminuer.

          Ça, c’est de la grammaire normative.
          Car au-delà de la grammaire normative, il y a l’usage…
          « Hélas ! », diront certains.

    • Sera-ce assez pour remonter le moral du maestro ?
      (quant au boomer du sud-ouest, il s’en réjouit, évidemment !)

      • Pour combien de temps ? Dufion sera peut-être le prochain nom rayé du carnet d’adresses de Brighelli.

        • Stock et flux 12 juin 2024 At 13h34
          https://www.cairn.info/droit-des-personnes–9782340033689-page-35.htm

          « La mort marque la fin de la personnalité juridique »

          Stock et flux 12 juin 2024 At 13h35
          Je continue, espèce de demeurée ?

          Il y a personnalité juridique, entité vivante (personne ou société) soumise aux règles qui régissent la société et auxquelles la personne décédée n’est plus soumises. Oh Fiat lux, ducon !

          et les droits du défunt TROU d’UKH !!! Qu’un notaire défend au travers du testament.

          • « entité vivante (personne ou société) »

            Quel naufrage… alors qu’il suffirait pourtant d’ouvrir le premier manuel de droit civil venu (même le plus mauvais).

            « Entité vivante » n’est pas un concept juridique. Et une société est bien évidemment une personne (morale, parmi d’autres).

        • Trouve-moi le texte expliquant que les biens d’un défunt ne lui appartiennent plus avant le règlement d’une succession, Baltringue !

          • (Et en plus, il revient ce dark khonnard, avec une quinzaines de liens et toujours à côté de la plaque.)

          • ( Stock et flux : « Ah wèèè ?!!! C’est nouveau, le testament serait un acte notarié qui inscrit les volontés d’un défunt ?, ahhh wèèè ?!!! MAIS N’IMPORTEE QUOI DEMEUREE !)

            Bouffon

    • (Reviens avec tes liens moisis de première année. Ose seulement. Et je me lâche comme jamais pour te le faire comprendre…)

    • Vous réfléchissez deux secondes ? Si on parle de « continuation de la personne », c’est bien parce qu’elle n’existe plus. Il n’y a pas de besoin de continuer ce qui est.

  20. L’entêtement des cons à nier les évidences (hier en économie, aujourd’hui en droit) est fascinant.

    • « bah, s’il y a la continuité : c’est qu’ ça n’existe plus… Bah oui, d’abord »

      Dis-moi : Tu t’es surpassé, aujourd’hui ? Josip aiguise peut-être sa lame, j’dis ça…

      Mais je te reconnais le talent de me faire passer des nerfs à bloc aux larmes de rire.

  21. Pour être macroniste et venir donner des leçons d’élégance, il faut un sacré toupet !

  22. La devise de Stock et flux (grand magistrat en devenir, si si) :

     » S’il y a la continuité : c’est que ça n’existe plus « .

    Moi j’dis que c’est un concept à la Galilée, quelque chose de peu coutumier dans l’esprit du commun des mortels aristotéliciens. Waooo. Une étoile est née !

    • Continuation, pas continuité ! La continuation est justement le fait de continuer fictivement ce qui a été arrêté par ailleurs.

      Ouvrez le premier manuel de droit civil venu, bon sang.

  23. (Je t’avais dit d’arrêter mais comme je suis pliée de rire, je pense que tu as bien fait de transgresser mon conseil. Merci, bisous)

  24. Une question ; tu comptes écrire ta divise dans un devoir de TD, à un partiel ?
    Fais gaffe quand même, tes profs ne sont peut-être pas aussi brillant que toi.

  25. (Et dire qu’agacée par ses réponses, j’ai failli zapper cette pépite.
    Halleluyah ! Louée soit la faiblesse de ma curiosité)

  26. Intermède, juste pour 🤣 –

    Bientôt, « la fête du vivre autonome » chez mon Hidalga,
    avec, entre autres « surprises » :

    « Serious game sur le secourisme avec l’urgentiste fondateur de Safemedic, Gaël de Beaudrap ; atelier autour de l’énergie, stages d’auto-défense intuitive, serious game sur l’aquaponie… »

    A noter sur vot’ calepin, S&f !
    Quoi de mieux qu’un plongeon dans l’harmonie, dans un « flux » apaisant, premiers pas vers une possible construction d’un « stock » de sagesse et de sérénité…

  27. Humble requête publique @Trouduc

    Trouduc, comme vous ne le savez sans doute pas, le « Contrapunctus XIV », dernière partie de l’Art de la Fugue de J.S. Bach, monument inégalable de l’intelligence humaine et de la musique occidentale, est resté inachevé, le compositeur ayant eu l’idée déplorable et saugrenue de mourir avant de terminer sa partition.
    Vous qui êtes capable – entre autres faits d’armes remarquables – de savoir ce que Chenu voulait dire mieux que Chenu lui-même là où les simples mortels se contentent de prendre note de ce qu’il dit vraiment, vous qui mettez en avant une 7ème fonction du langage si anecdotique que Jakobson lui-même n’en parle qu’en passant, préférant évoquer et écrire à plusieurs reprises – le sot ! – « les SIX fonctions » du langage, vous qui savez tout en Droit, en Economie, en Linguistique, en Epidémiologie, en Mathématiques, en Histoire, en Histoire des Idées, en Philosophie, en Oculo-pulvérologie et en Raccoonologie, vous qui êtes l’Omniscience et l’Omnicompétence faites homme, je vous adresse humblement la requête suivante : auriez-vous l’obligeance, dans votre infinie bonté et dans votre Toute-Puissance jupitérienne, de vous insinuer dans la vision et le génie créateur de J.S. Bach comme vous l’avez fait pour Chenu et Jakobson, et ainsi reprendre la partition laissée en suspens par J.S. Bach, et terminer ce Contrapunctus XIV de cet oeuvre-testament qu’est l’Art de la Fugue ?
    Comme vous ne le savez sans doute pas, Bach a signé musicalement cette œuvre en y introduisant un sujet composé des quatre notes [si bémol/la/do/si bécarre], à savoir B+A+C+H dans le code d’écriture musicale par lettres en vigueur en Allemagne. Si vous parveniez à terminer ce Contrapunctus XIV, la logique voudrait que vous puissiez signer vous aussi musicalement T+R+O+U+D+U+C en introduisant un thème composé de ces 7 notes. (Mais vous aurez du mal, pour des raisons trop longues à expliquer ici.)

    Trouduc, on sait que vous ne produisez jamais rien, que vous ne créez jamais rien, que vous vous exprimez exclusivement « en réaction à… ». Mais ici, c’est un génie absolu qui vous lance un défi à la mesure de votre omnicompétence. Laissez une trace dans l’Histoire en reprenant le flambeau que Bach a laissé choir, terminez ce Contrapunctus XIV laissé inachevé par la mort du Cantor de Saint Thomas à Leipzig – le seul, l’unique Cantor. Le commentariat de ce forum et l’humanité entière vous en seront éternellement reconnaissants. Par avance merci, ô Grand Trouduc !

    • Votre incapacité à comprendre ce que toute personne un peu versée dans l’économie comprend montre simplement… votre nullité en économie. Certainement des capacités supérieures en ce qui me concerne.

    • … votre nullité en économie qui a d’ailleurs été merveilleusement illustrée par une proportion stock-flux !

      • … nullité qui a aussi été prouvée par une magnifique défense marxiste de la loi de Say !

    • Au fait ! Vous vous êtes encore défilé ! D’où ça sort, 3,7 milliards, espèce de gros menteur ?

      • « Je cite des chiffres au hasard [bravo !] et par le plus grand des hasards encore le chiffre tombe pile sur celui qui montre une incompétence totale en économie. Le hasard est cruel… »

        • Encore un qui écrit que 3,7 milliards est un chiffre. Y koz comme à la télé…

          C’est probablement un « ordre de grandeur », au sens de trouduc.

          • Dufion, relaps de la définitionnite : « Comment se pourrait-il que de moi ceci vînt ? Le chiffre de mes ans a passé quatre-vingt. »

    • Prophète Mao mais
      30 mai 2024
      Le maître-mot de tout cela est frustration.
      Frustration inévitable: il est quasiment anorgasmique. Alors il compense par la parole : c’est s’en prendre verbalement à autrui (notamment par l’invective et l’insulte) qui le fait jouir, et il revient sans arrêt à cette pratique (sadienne?) de l’invective et de l’insulte. C’est alors le syndrome du disque vinyle rayé, de la répétition ad libitum du même message. (fin de citation)

      Visiblement Trouduc, qui a autant de finesse et d’humour qu’une armoire franc-comtoise, a goûté très modérément l’ironie de mon humble requête de 17h34, puisque le voilà reparti sans fin dans ses antiennes obsessionnelles de pervers narcissique psychopathe.
      Nous n’aurons donc jamais connaissance de sa composition achevant le Contrapunctus XIV du Cantor de Leipzig. L’immense espoir soulevé par la présomption d’omnicompétence de Trouduc vient de s’évanouir.
      Nous aurons du mal à nous en remettre.

    • Les mariages… de raison dans l’EN – en politique, c’est une autre affaire.
      Cérémonial… à la mairie du Ve, suivi de Henri IV ;
      ça va d’soi !
      Et le maestro ne perdant jamais le nord (façon de parler), en profitera (sûrement) pour signer quelques dédicaces, sans oublier ronds de jambe ; ah, l’entre-soi et l’entregent… entre gens d’un incertain beau monde.

      • Petit conseil : lisez ce qu’écrit le maestro (un peu plus avant, le 9 juin) sur le bouquin « les derniers jours de Roger Federer « …
        suite de la fin d’un monde…
        Difficile de rester insensible quand on lit « Est-ce un hasard si l’un des plus beaux morceaux du trio Keith Jarrett / Jack DeJohnette / Gary Peacock s’intitule Endless — dans un album et une tournée baptisés Changeless… »

      • Ce n’est pas du beau monde, WTH. C’est de minables petits arrivistes fonctionnaires. Ils n’auront jamais assez de fric pour faire partie du beau monde. Ça singe, le « beau » monde. Il faut en rire.

        • J’ai précisé « incertain » beau monde…
          (Il m’arrive souvent d’être au 2d degré).
          De plus, vous savez bien que JPB adôôre plastronner – on espère qu’à l’occasion, il fera un petit effort vestimentaire).
          Reconnaissons-lui, néanmoins, son grand talent en écriture…
          (critique également réussie, d’une autre personne, à propos de « Le siège de Paris, par les Vikings », sur Causeur…).

        • C’est bien un réflexe de parv’ que de s’imaginer que d’avoir beaucoup de fric serait suffisant pour faire partie du beau monde, « être reçu »…

          • Je ne nie pas que les nègres soient parfois reçus. Les crétins de gros bourges savent distiller la dose de rêve et de satisfaction temporaire chez ceux dont ils ont besoin surtout quand ils ont le profil du courtisan prêt à tout pour obtenir quelque grâce.

  28. Avec son physique de jeune premier, de quoi faire rêver !
    L’ascension administrative continue pour Cosette ! Au fait, on a calculé son indice de position sociale pour lui permettre de jouer les rectrices dans le jardin de HIV qui soit dit en passant ne casse pas quatre pattes à un canard ?
    Pourquoi diable, ne font-ils pas cela dans un bon bahut de la Seine St Denis ? Ce serait en harmonie avec leurs profondes valeurs !
    Quelle farce, ces gens-là !
    Les syndiqués de base du SNALC doivent se fendre la gueule. Cela dit, ceux que j’ai connus étaient tellement cons qu’ils doivent baver.

  29. Ancien syndiqué au snalc, j’étais certain que Jean-Paul Brighelli le mentionnerait dans son blog.
    Avec un peu de chance, il va lui refaire le coup du forage sur une table de salle de cours ( bon, c’est pas du chêne, mais ça fera l’affaire). Il a sûrement dû déjà détrousser une fraîche mariée, encore que pour la fraîcheur, celle-là !!!! Bien d’accord avec ce qui a été dit sur l’hypocrisie de ces deux-là. L’En comme moyen de faire carrière, pffff !!!!

    • Et paf ! Et non pas PAF, mais plutôt une partie du Paysage de l’Educationnisme Français.

    • J’avoue mal imaginer le plaisir que M’sieur Brighelli peut prendre à ce genre de pince-fesses.
      Toutes ses chroniques montrent pourtant à l’évidence que les postérieurs, il se contente rarement de les pincer…
      Je ne vois qu’une explication, le lieu : M’sieur Brighelli, pénétrant en ce lieu sacré où Macron fit sa khâgne, souhaite rendre hommage à notre Président. Brighelli et ses mœurs dissolues, quoi de mieux pour célébrer notre Président et sa dissolution ?

      Bon d’accord. Pas taper, pas taper !

  30. Le « beau monde » est de nos jours exclusivement celui de l’argent !

    Eh oui ! C’est ainsi. Vous êtes jugés et jaugés en fonction de votre argent et de votre patrimoine.
    N’en déplaise à ceux qui bavent d’être plein de fric et qui ne le seront jamais.

    • Il y a des gens fauchés comme le blés qui rentreront dans les milieux dans lequel d’autres très fortunés ne seront jamais reçus. Demandez donc à l’ami Zemmour, fort de son pognon et de sa notoriété, qui s’est risqué à vouloir être admis dans un club ultra chic parisien (l’interallié). Son échec fut cuisant.
      Vous pensez que votre compte en banque vous ouvrirait les portes du Jockey Club. Et pensez-vous encore qu’il vous suffirait d’habiter Neuilly et être propriétaire d’un 200 mètres carrés Bd Maurice Barres pour que votre petite dernière, habituée à dire « mince » soit admise à l’institut Sainte-Marie ?
      On’s’marre…

    • Surtout à Sainte-Marie ! Les exemples sont légion d’admission d’élèves dont les parents ont des revenus très modestes coiffant au poteau les héritières issue de lignée d’industrielles.

      • Zem’ ne fait pas partie du bon clan !
        Pas le meilleur exemple ; et les « hèritieres », comme les héritiers, « issues de lignées industrielles » … ne sont plus légion…
        Le beau monde ici, c’est d’abord et avant tout celui de la Finance…
        Le décor a changé.

        • (à présent, les « X » par ex, préfèrent le monde de la Finance à celui de « l’industrie » ;
          ça changera peut-être.)

        • Heu… Vous êtes la bienvenue pour nous parler de l’activisme hippie dans les années 70, on vous écoutera, soyez en sûre.

          • On vous écoutera autant que la Baronne (Lormier) sur les questions de la capacité d’adaptation des agrégés en milieux hard SM dans les réseaux sociaux et sans accessoires, c’est dire.

    • … »gros bourges savent distiller la dose de rêve et de satisfaction temporaire chez ceux dont ils ont besoin surtout quand ils ont le profil du courtisan prêt à tout pour obtenir quelque grâce. »

      Vous n’y allez pas de main morte !
      JPB me semble nettement plus fin – à défaut d’autres mots (je suis loin de savoir écrire comme certains ici).

      Un zeste de courtisan, mâtiné d’un zeste de renard ?
      cf son intervention à Marseille ; il vous entortille, il vous mène là où il veut ;
      certains savent vraiment y faire.

      J’ai du mal à croire qu’arrivé à un certain âge, on continue de rêver… du « beau monde » ;
      d’être à tout prix (!) reconnu.

      JPB s’amuse (aussi) à relancer la zizanie, ici ;
      ça change de certaines autres… litanies.
      Et, quoi qu’il se passe, nous restons tous ici, abonnés à nos propres… obsessions.

  31. Josip Gavrilovic 12 juin 2024 At 18h49
    J’avoue mal imaginer le plaisir que M’sieur Brighelli peut prendre à ce genre de pince-fesses.
    __________________________________________________________________________

    Etes-vous au courant pour madame Mazeron ? vous savez quand même que c’est une ex du Maestro,qu’ils sont parents d’une jeune fille,élève de seconde, bien douée pour le patinage artistique ? Vous savez que c’est une enfant que le père n’a pas reniée…qu’il s’est fait injecter uniquement pour pouvoir aller la voir à Paris ?
    Elle l’invite à son mariage…comme photographe…

    • Lormier en mode Voici-Voilà, courrier-du-coeur ;
      quelle belle histoire ; si touchante ; une petite princesse douée en pat’ art’, bientôt une fée de la glace ?

      • Elle l’invite à son mariage…comme photographe…

        Phrase maladroite (le lecteur aura rectifié de lui-même) ;elle=Madame Mazeron.

    • Excellent photographe, pas seulement spécialiste des clichés de vieilles photos .
      Oui…

  32. Jean Nocher – mes parents l’ écoutaient aussi mais plus simples que M.Brighelli père, ils estimaient ses chroniques.
    Et Saint-Granier egalement.
    Un monde disparu. Si M. Brighelli évoque ici Eros, avec une conclusion mélancolique, c’est toujours Thanatos qui gagne.

  33. Rapports sexuels et connaissance de soi:

    i) Elle a eu comme un haut-le-corps, en réalisant soudain à quel point elle était prête à faire l’amour, le ventre tendu de désir, déjà ouvert, trempé.

    Elle ne se savait pas à quel vitesse le désir pouvait la changer…(si nous acceptons l’interprétation de son partenaire;)

    ii) Elle me dit plus tard que mes yeux, si amicaux tout à l’heure, avaient dans la demi-pénombre un éclat fixe et dur.

    ii’)attachée symboliquement avec les cordons des rideaux aux montants du lit, le regard fixé sur la photo du père mort posée sur la table de chevet pendant que j’explorais ses méandres.
    Je l’ai forée jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que béance, tout en lui disant des choses tendres.
    Comment le même homme peut-il être si dur et si tendre ? m’a-t-elle demandé. Je me suis rappelé Chandler — dans Playback, il me semble : « If I wasn’t hard, I wouldn’t be alive. If I couldn’t ever be gentle, I wouldn’t deserve to be alive. »

    |Il me semble qu’il y eut aussi 15 coups de « ceinturon » (compte!)]

    La remarque de Muriel sur le dur-tendre est avalisée par le Maestro,conscient de sa dualité Jekyll/Hyde; est-ce jour-là qu’il en prit conscience ? Je ne pense pas.Mais il n’y peut rien,il faut faire avec;

  34. Stock et flux 12 juin 2024 At 18h13
    Continuation, pas continuité ! La continuation est justement le fait de continuer fictivement ce qui a été arrêté par ailleurs.

    Ouvrez le premier manuel de droit civil venu, bon sang.

    On se fout royalement de savoir s’il y a eu interruption ou pas, ne détourne pas le sujet, je te prie.
    La question est de savoir si la personne d’un défunt est reconnue en droit !
    Tu peux tortiller du popotin, pondre un baratin autour de la sémantique, la réponse (que je t’ai soumise) t’oblige normalement à te taire. Quand tu affirmes qu’un mort n’est pas reconnu en tant que personne le droit successoral t’explique le contraire.

    Es-tu bouché ?

    Question subsidiaire et puisque tu aimes ça : Une personne morale est-elle fictive ?
    (histoire d’embrouiller les quatre neurones qu’ils te restent sur le principe d’une incapacité à une reconnaissance en droit pour une personne fictive)

    • Stock et flux 12 juin 2024 At 11h23
      Dufion est aussi doué en droit que Josip en économie !

      D’une, « tiers » suppose personne, qui suppose vie (rappelons qu’en droit la personne cesse d’exister à sa mort) ;

      —-

      Alors tu peux te moquer allègrement de Papy, je te recommande tout même de mettre en pratique un chouilla d’humilité. Si il y a des âneries qui ont été écrites, elles t’appartiennent !

      • Chez trouduc, l’humilité consiste à traiter Thom de « curé » et de vouloir balayer tout ce qu’il a écrit d’un revers (de pantalon).

        Nul ne doute de sa qualité de Grand Admis au club des faussaires.

    • Heu, balance nous donc ton pedigree, Gégé, la spéc’ !
      T’as aucune idée du monde germanopratin – entre autre…
      Tu nous as filé un texte de l’Univ de Toulouse – plus haut ;
      ouais, bon ; remarque, c’est quand même mieux que l’Univ de Poitiers, où le Séjourné a fait ses classes !

      • Et par pitié, épargne-nous le « gras »… et le reste !
        T’es pas à la hauteur, j’te l’ai déjà dit !

      • Tu n’es pas prête, je te dirai seulement humblement que je n’ai pas ton niveau en partouze, tu me domines certainement largement.

          • Ah non ! Tu t’es vantée d’avoir de l’expérience dans cette pratique à un moment où JPB vantait lui-même ses exploits et se trouvait être injustement attaqué.

            Je ne fais que te donner des indices sur mon pédigré qui diffère du tiens. Assume, Cocotte…

          • Et puis s’il y a un début de dérapage, revois peut-être le ton et la hargne que tu emploies, hein, et ne t’étonne pas de la réponse.

      • « T’as aucune idée du monde germanopratin – entre autre… »

        C’est vrai, tu nous apprendrais enfin des chôôses…

    • Par ailleurs, « continuité » d’application du droit et « continuation » de la personne…

        • Mais oui, mais oui, tu es franchement prise très au sérieux ici. Saint-Germain des prés, Juju, les codes sociaux secrets de la réussites, le droit, la sémantique, tu maîtrises tout.

          • J’ai pas mal bougé, et toi ?
            Encore une fois, c’est quoi ton pédigrée ?
            Et Qui prend Qui « au sérieux ici » ?!

          • je le con-fesse : non, je te prends pas au sérieux. T ne m’impressionne pas par tes traits d’esprit, par ta plume.
            Et tes injonctions de bouffonne comme il y en a à la pelle non plus.

          • Et tes « traits d’esprit » à toi, ils sont où, hein, « bouffonne » ?
            Allez, à plus, Bécassine.

          • En fait, soyons francs : Sansèv’ fait beaucoup mieux que toi dans la qualité d’interventions.

            Je ne suis qu’un canard boîteux…

        • Je crois même que tu suscites, (mais alors finger in the noze !) , un intérêt sans commune mesure avec tes conseils de lectures.

          • « finger in the nose » !
            tu décrocheras jamais, hein Gégé ?
            Et quand aurons-nous l’honneur d’une fiche de lecture de ta part ?
            On l’attend ; et même avec impatience !

          • « On » est un khon qui n’a pas de nom. Tu n’as pas appris ça petite… à St Germain ?

          • Et quand tu auras eu un échange soutenu sur plusieurs commentaires avec un autre intervenant sur un sujet quelconque (peu importe le sujet), autrement que pour agresser ou railler ou encore faire une lèche outrancière, tu pourras seulement émettre un souhait sur mes interventions ou sur celles d’un autre intervenant.
            Parce que jusqu’à maintenant, tu n’as strictement rien prouver.

          • « rien à prouveR » : poil au neR
            ProuveR quoi ?
            Que faut-il donc prouvE ici ?
            Faut faire ses preuves ; et en quoi donc ?
            Et toi, t’as prouveR quoi, Bécassine ?
            Ton pédigrée, que diable !
            Et évite de parler de Sanseverina !
            Après tout ce que tu lui as balancé à la figure…

          • Bécassine (qui n’est pas ma cousine),
            tu n’as donc pas suivi (et retenu) la leçon de Lormier, à propos du « on » ?!

          • J’aurais dû attendre la baronne pour connaître la règle du « on »?

            Est ce que la baronne d’empire (elle monte en grade) connait celle sur le « elle » en présence de la dame que le prénom personnel désigne ?

            Tu es vraiment khonkhon…

          • Ce qui peut se passer entre Sansèv et moi ne te regarde pas.
            Compris ?
            Tu te rêves en pit bull et tu atteints péniblement le garrot d’un caniche. ‘j’donne des ordres, c’est moi ke je suis la pédégère de bdâ ».

            Tu ne fais peur à personne, je suis sincèrement désolée pour toi.

          • Tu peux en revanche sans problème endosser le job de concierge…
            Tu débarques, tu t’immisces dans un échange quand personne ne t’a sonnée pour dire en plus des conneries sur un sujet que tu ne maîtrises pas.

          • zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz…
            couche-couche panier !
            C’est un ordre, Bécassine !
            toi qui ne maîtrises strictement rien – du moins ici.

  35. Je suis pliée, cette sombre conne prend Lormier comme référence absolue des règles de savoir-vivre. Mais quelle conne ! Excellent !

    • Oui, oui, un soulagement ça passe crème…

      C’e’st ça, La pédégère de Saint Germain de la clôture de mon jardin… et qui touze accessoirement…

  36. Question urgente

    Euh les mecs, on fait comment pour savoir si nos meufs matent des ucs de gonzes sur X maintenant que les like sont devenus privés ?

    • J’appelle Elon, doit bien y avoir une option payante pour les comptes blue premium gold neuneu.

  37. Le Fogari transmet le causement présidentiel destiné à faire fluber les retraités et autres boomers :

    « le programme du RN prévoit «100 milliards d’euros de dépenses supplémentaires» (un chiffrage qui avait été réalisé lors de la présidentielle 2022 par l’Institut Montaigne). Résultat, «le crédit va devenir plus cher. Les salariés, les retraités, les épargnants vont s’appauvrir» »

    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/legislatives-emmanuel-macron-agite-le-spectre-de-la-ruine-des-epargnants-20240612

    Trouduc, tout à sa haine recuite des boomers est prêt à jouer contre son camp.

    • Tu parles ! Il refuse de baisser les pensions géantes des boomers, mesure de salut public. Josip doit être son conseiller économique…

          • Sois patient. Un jour peut-être tu pourra zieuter d’un œil aussi con que descendant, les sans dents et autres manants trimant sur un lopin ne t’appartenant même pas…

        • (La seule fois de ma vie où je suis monté du côté de la rue Saint-Denis, je n’ai pas consommé…)

      • Votre serviteur, conseiller économique ? Vaut mieux pas, les cordons de la bourse, ça n’est pas trop mon truc.
        Cela dit, rien qu’en citant à la lettre – à la lettre ! – les propos de Chenu, je pourrais faire illusion, fastoche.

        • En effet, vos proportions stock-flux pourraient convaincre quelques demeurés supplémentaires de votre compétence.

          • Il me suffirait alors de dire que mon discours économique est puisé à la meilleure source : Sébastien Chenu en personne.
            Et que c’est vérifiable.

          • Mensonge puisque :
            – Chenu n’a pas fait de proportion ;
            – il parle de 3 milliards (qui, au mieux pour vous, est la valeur marchande de l’actif sous-évaluée), vous de 3,7 milliards (qui ne peut qu’être le montant de la redevance télé).

  38. Jean-Paul Brighelli, dans sa chronique :
    « Nous avons eu une seconde séance, encore plus dure, deux jours plus tard, où je l’ai livrée à trois hommes et où j’ai photographié leurs ébats. »

    A mettre en relation avec ceci :
    Jean-Paul Brighelli
    12 juin 2024 At 17h43
    Tiens, samedi je ressors mes appareils photo pour couvrir, comme on dit, un « heureux événement »…

    En savant manipulateur de l’auto-inter-textualité et de ses jeux d’échos, Brighelli serait-il en train de nous dire qu’il va s’en passer de belles, dans les jardins du lycée Henri IV, lors de ces épousailles auxquelles il est convié ?
    On n’ose imaginer…

    • On savait ce que pouvaient être l’orgasme vaginal, l’orgasme clitoridien et l’orgasme rectal. Grâce à Brighelli nous entrevoyons l’éventualité de l’orgasme rectoral. Quel homme !

  39. Et probablement orgasme ministériel, Josip ! Avec un peu de chance, l’affreux Blanquer sera de la partouze ! Vous imaginez le frétillement ! Un ex-recteur, ex quand même, ( il a démissionné par peur d’être révoqué par Attal qui lui avait dit de défaire tout ce qu’il avait fait ) et un ex ministre avec son ex à lui. Ex-plosif ! Ex-traordinaire ! Ex-ceptionnel !
    Vous croyez qu’il va tenir, à son âge ? Trois d’un coup !

    • Sanseverina vient – inconsciemment ? – de rendre hommage à la chanteuse défunte à qui Gainsbourg avait fait l’offrande d’un texte qui donnait leurs lettres de noblesse aux rimes en -ex.

        • C’est cadeau :

          Sous aucun prétex
          te Je ne veux
          Avoir de réflexes
          Malheureux
          Il faut que tu m’ex
          pliques un peu mieux
          Comment te dire adieu

          Mon cœur de silex
          Vite prend feu
          Ton cœur de pyrex
          Résiste au feu
          Je suis bien perplexe
          Je ne veux
          Me résoudre aux adieux

          Je sais bien qu’un ex-
          amour n’a pas de chance, ou si peu
          Mais pour moi un ex
          plication vaudrait mieux

          Sous aucun prétex
          te je ne veux
          Devant toi surex
          poser mes yeux
          Derrière un kleenex
          Je saurais mieux
          Comment te dire adieu

          Tu es mis à l’index,
          nos nuits blanches, nos matins gris-bleu
          Mais pour moi une ex
          plication vaudrait mieux

          Sous aucun prétex
          te je ne veux
          Devant toi surex
          poser mes yeux
          Derrière un kleenex
          Je saurais mieux
          Comment te dire adieu

  40. Allons soyons bons. N’est-ce pas touchant une idylle qui s’est formée dans les bureaux moites de la rue de Grenelle ? Il était recteur, elle était soubrette administrative. Comment soubrette administrative ? Mais pas du tout, sa grande expérience syndicale lui avait permis de finir par collaborer étroitement avec ses ennemis d’autrefois et de rejoindre le camp adverse. Et alors ? On a bien le droit de monter en grade même si on piétine les valeurs qu’on défendait avant ! L’important, c’est de monter ! Directrice adjointe machin chose, puis directrice tout court. Dame ! Et puis le beau projet. Émouvant non ? Le resserrement des liens au fur et à mesure qu’ils attaquaient, main sans la main, les deux lycées d’excellence parisiens. Avoir la peau des saletés de bourgeois qui mettent leurs gosses à LLG et à HIV ? Quelle aventure !
    Et in fine, avoir l’indécence de se marier dans le jardin du lycée qu’on a massacré. C’est beau, c’est grand, c’est grandiose !

    • Se marier en Juin sur Paris n’est pas une mince affaire pour trouver un lieu pouvant accueillir les festivités. La difficulté ne réside pas seulement dans le prix exorbitant de la location de l’endroit mais également sa disponibilité. Il faut reconnaître que c’est bien joué, même s’ il est vrai que l’on arrive à une dose de cynisme inégalé, frisant le porno, dans cette love affair.

      • Je vois que je ne suis pas le seul à avoir relevé l’entourloupe.
        Je suis nul en Droit – comme en beaucoup d’autres domaines – mais je me demande si cette utilisation, à des fins privées, des jardins d’un lycée public, ne relève pas de l’abus de biens sociaux.
        Quelqu’un peut confirmer ou infirmer ?

          • Trouduc, on peut corriger ou contredire une affirmation que l’on juge erronée.
            Mais corriger ou contredire une interrogation….non ça c’est de l’utopie.

            Je me demande si…
            Quelqu’un peut-il…
            Sauf erreur de ma part, il s’agit bien là d’interrogations et non d’affirmations, n’est-ce pas ?
            La boursouflure de l’ego de Trouduc, qui veut corriger/contredire des questions, est sans limite.
            Quelqu’un pourrait-il lui parler d’une fable célèbre où il est question de grenouille et de bœuf ?

          • Pffff… élève Josip recalé en compréhension de texte !

            « Flo, vous voulez intervenir avant que je fasse la correction ? » = Flo, venez donc au tableau nous exposer votre réponse (qu’on imagine créative !) au problème énoncé par Josip. Je ferai ensuite la correction.

          • Stock et flux
            13 juin 2024 At 12h30
            « Flo, vous voulez intervenir avant que je fasse la correction ? » = Flo, venez donc au tableau nous exposer votre réponse (qu’on imagine créative !) au problème énoncé par Josip. Je ferai ensuite la correction.

            Dont acte.
            J’avais en effet mal compris.
            Il a donc fallu ajuster nos repérages, car en situation de communication, la compréhension réussie est un cas particulier du malentendu.

        • Vous pouvez louer Versailles pour un mariage, une célébration, privatiser le Louvre le temps d’une soirée. Je ne pense pas qu’il y ait abus et je ne pense pas non plus que les futurs mariés soient stupides au point d’être pris la main dans le pot de confiture.

          • Ding ! ding ! Je ramasse les copies. Flo : 3/20.

            1) L’abus de biens sociaux est hors sujet puisqu’il réprime, comme son nom l’indique (certains ont séché le latin ?), l’abus de biens des… sociétés (commerciales) – ce que n’est pas encore devenu le lycée Henri IV (au grand dam de Brighelli).

            2) L’occupation privative du domaine public de l’État et de ses établissements est soumise à conditions. La première d’entre elles est de disposer d’une autorisation, laquelle est attribuée unilatéralement ou est adossée à un contrat (qui n’est certainement pas de location – encore une marque de l’incompétence de Lormier – puisque l’occupation du domaine public relève du juge administratif). Une autre est de ne pas troubler l’ordre public (les bombasses siliconées laissent songeur à l’heure du retour des bonnes mœurs, pardon, de l’ordre public immatériel). Une autre est encore de payer une redevance (adaptée).

            3) Les délits potentiels sont donc : la concussion (si la redevance n’a pas été payée ou si elle est anormalement basse), la prise illégale d’intérêts (si môssieur le recteur s’est occupé des affaires du laideron (ou des siennes propres) d’un peu trop près), le trafic d’influence (si môssieur le recteur a utilisé ses réseaux pour obtenir l’autorisation d’occuper le domaine public) ainsi que le recel et la complicité de toutes ces joyeusetés.

        • En fait, le cynisme outrancier se situe dans le choix du lieu, sachant que la future mariée est à l’origine d’une réforme qui attaque de plein fouet l’exception de l’enseignement de ce lycée par un nivellement par le bas, pour réajuster une disparité de classe sociale au sein de l’établissement en faisant le pari que les élèves admis, issus des quartiers, sont à même de se fondre dans le niveau enseigné. Bonne chance à l’élève issu du XX ème qui n’a jamais ouvert un ouvrage de latin de sa vie, jamais il n’arrivera à la tête d’une classe et affirmer le contraire est un odieux mensonge… Et quand au contraire, ce lycée devrait être préservé quant à la qualité de ses admissions pour être la référence absolue et nécessaire du nivellement par le haut de ce que devrait être l’enseignement sur tout le territoire.

        • La véritable injustice sociale, n’est pas dans le choix des admissions sur dossier qui serait potentiellement confié de façon autonome à un collège d’enseignants, du proviseur du lycée. Non, la véritable injustice sociale réside dans l’enseignement des langues mortes dès la sixième dispensé seulement et uniquement dans les établissements napoléoniens des quartiers chics publics parisiens et de Neuilly…

          La banlieue et les quartiers populaires attendront.

      • Sous Mélenchu, ce serait un carré de gazon au parc de la Courneuve, transformé en garage de matériel militaire niqué par l’OTAN.

        • Impossible, c’est aussi une militante d’extrême-droite. Ou ex ?
          Debout la France, qu’elle dit à son recteur quand il est ramolli.

  41. On espère que le laideron, l’affreux et le vendu connaissent les notions de « prise illégale d’intérêts » et de « concussion » !

    • Des lycées entiers, napoléoniens de préférence, sont privatisés pour des tournages, les lycéens sont parfois invités à y faire de la figuration.

  42. « Hors temps scolaire »,on peut louer le lycée Henri IV,pour, par exemple y tourner des « clips ».

    Ainsi la chanteuse Kali Uchis y a-t-elle été filmée chantant « No hay ley »;une condition:pas de nudité (et, bien que ce ne soit pas précisé)je suppose, pas de baise (ou alors hors des regards et des caméras.

    Monsieur Kerrero a-t-il eu droit à un prix d’ami ?

    https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/la-zone-mazaurette-la-chanteuse-kali-uchis-retourne-le-tres-chic-lycee-henri-iv-60834253.html

    • « y tourner des « clips « .
      Des clips de campagne électorale tant que vous y êtes !
      On mélange tout ici, rectoral et électoral,
      élection du recteur, etc.
      Oui…

  43. Rien que des jalminces qui aimeraient se faire reluire à l’ombre de piliers centenaires…

  44. Ce sont les agents de service du lycée qui feront passer les petits fours ? Vous savez les camarades syndiqués?

  45. Clips, films, défilés de mode… Ces tournages rapportent gros au lycée Henri-IV et créent parfois l’embarras
    Le lycée du Ve arrondissement parisien, en pleine évolution depuis la rentrée au niveau du recrutement de ses élèves, renfloue sa trésorerie en accueillant des productions en tous genres. Générant des revenus qui s’élèveraient à 30 000 euros par an.

    Par Céline Carez
    Le 11 octobre 2022

    Stéphanie Motta-Garcia, la proviseure du lycée Henri-IV, rappelle que ces tournages se font « hors temps scolaire » et génèrent des rentrées d’argent qui permettent « de payer du mobilier pour les élèves, de réparer la statue… »

    Surtout, elle précise que ce clip sulfureux n’est pas cautionné par l’établissement. Le contrat entre les maisons de production et Henri-IV stipule qu’« il ne doit pas y avoir de scènes de nudité, ne doit pas choquer les bonnes mœurs, ni porter atteinte à l’image au lycée ».

    https://www.leparisien.fr/paris-75/clips-films-defiles-de-mode-ces-tournages-rapportent-gros-au-lycee-henri-iv-et-creent-parfois-lembarras-11-10-2022-ZHAVNYP6BRENNJ65WG2642JQBQ.php

    NB « ne doit pas choquer les bonnes mœurs »… donc impossible que le Maestro ait été autorisé à venir photographier les époussailles de son ex avec l’ex-Recteur.

  46. J’espère que Brighelli aura écrit un discours sur la réussite d’affelnet. En “verres” évidemment.

  47. Sanseverina 12 juin 2024 At 18h17
    « …le jardin de HIV qui soit dit en passant ne casse pas quatre pattes à un canard… »
    _________________________________________________________________________

    Non mais des fois !
    Il y a au Lycée Henri IV un cloître sublime, mais un jardin ?

    Sans dec ? Henri IV, monument historique ,le plus beau lycée de France;on compare à Charles De Gaulle, à Caen ?

    Et mon khul, c’est du poulet ?

    Toute à sa rage de mordre, l’Amstaf normande déconne à plein tube!

    • Pour un lycée, le jardin est très chouette. Pour un mariage….
      Et un cloître n’est pas un jardin. Et de très beaux jardins, on pourrait vous donner quelques adresses .

    • Allons Lormier. Vous déraisonnez. Vous êtes farce, comme disait machin. Si moi je suis un amstaf parce que je critique, la trahison, l’arrivisme imbécile, l’opportunisme et l’indécence de la M. et de son rond de cuir en chef, que dire de certains ici qui injurient, insultent, souhaitent à leurs congénères une mort prochaine, sans parler des billets qu’on ne prend même plus la peine de lire tant ils baignent dans une atmosphère abjecte d’apologie de la violence, du viol, de l’inceste et de l’humiliation des femmes ?

  48. Copiner avec le recteur

    piner avec le COrrecteur

    élection du recteur

    éRection du Lecteur

    • (C’est odieux. Vous écoutez ne serait-ce que l’intro et vous l’avez en tête une journée entière contre propre volonté. Ne cliquez surtout pas !)

  49. Sanseverina (10h40) –

    Bravo ! La bande des trois (ou quatre et même un peu plus…) mousquetaires.
    il y en a des qui « collaborent étroitement » et d’autres plus ou moins.
    Chevalier(s) Eon ? petit Mao un jour, petit mao toujours ?
    Et ça jusqu’à danser(en mode « Le bal des vampires ») dans une des cours (de récré) des Grands.
    Sans compter, et quel symbole, tout près du cimetière des Grands Hommes. *

    * le « Penthéon », comme écrit Muray **, « dans le sens pentu du cours du monde et d’une descente présidentielle  » (remember S&f !)

    ** tandis que con-tinue de faire mumuse le petit-Muray, coincé sur son rocher, sauf escapade vers celui de la Vierge

  50. Le plus probable est encore qu’il n’y ait aucun délit pénal là-dessous. Mais la déontologie, putain… on se croirait sous le Second Empire ! « Monsieur le Préfet de la Seine et Mademoiselle la comtesse de La Laideronne ont l’honneur de vous faire part de leur mariage qui sera célébré en l’église Saint-Étienne-du-Mont le 15 juin à 11 heures. À l’issue de la cérémonie religieuse, une réception aura lieu à la Préfecture. » Quelle bande de tartuffes !

    • « bande de tartuffe » : non,
      pas du tout ; encore et toujours, la même rengaine.
      Par contre, passer de St-Etienne-du-Mont… au Panthéon, c’est une sacrée (!) longue marche…

  51. Entre Brighelli (vieux boomer dégarni engrossé par Blanquer), Mazeron (cadavre sur pattes, plate comme la pensée de son maître) et Kerrero (crâne d’œuf laid comme un pou)… ça risque d’être le cabinet des horreurs dans les jardins d’Henri IV. Évacuons ces gros étrons, vite !

  52. Imaginer ces trois êtres s’accoupler… et vomir. Il devrait être interdit de baiser après 30 ans – surtout pour les laiderons !

  53. « en verres » évidemment… (Sanseverina) –

    Ce serait sans doute un peu hermétique, surtout après plusieurs, pour une (bonne) partie de cette assistance (très privée).
    On ne pourrait cependant, et pas une seule seconde, imaginer le maestro se tenir Et à l’écart, Et muet ;
    il poussera donc la chansonnette, sans oublier, bien sûr, de glisser une strophe rappelant son « envers du Grand Siècle ».

      • On imagine tellement ce type s’être fait frapper à la récré… Il pue la victime un peu autiste.

  54. Stock et flux 13 juin 2024 At 12h53
    Ding ! ding ! Je ramasse les copies. Flo : 3/20.

    Auriez-vous l’amabilité de nous rappeler ce qu’est un abus de droit ?

    Si trafic d’influence il y a, et bien il s’agit d’ un abus (de droit).
    Je n’ai jamais employé l’abus de biens sociaux dans mon commentaire.

    • Le trafic d’influence n’est pas un « abus de droit » (concept d’ailleurs civiliste). Et vous avez parlé de « location » : c’est rédhibitoire pour avoir la moyenne.

      • Bien, il va falloir vous calmer, je vous le dis avec bienveillance.
        Avez-vous déjà rencontré un commissaire aux comptes dans votre vie. Une seule fois ? Moi si.

        Avez-vous déjà, une seule fois dans votre vie, présenté un business plan à un banquier, et obtenu une réponse positive ? Moi si.

        Et vous viendriez, vous mikado de votre état, m’expliquer ce qu’est un abus de bien social ?
        Allons, vous êtes dans un grotesque inouï avec vos copiés / collés à l’arrache dénichés sur google pour ignorer les réponses des problèmes que vous posez.

      • Et vous dites encore des âneries d’un calibre hors norme.
        L’abus de droit n’est en aucun cas et spécifiquement un concept civiliste.

        Abus de droit | Mars 2024 (Dalloz)
        Définition
        L’abus de droit est le fait, pour une personne, de commettre une faute par le dépassement des limites d’exercice d’un droit qui lui est conféré, soit en le détournant de sa finalité, soit dans le but de nuire à autrui.

          • Oui, Monsieur le première année. Et je suis fatiguée de répondre à vos questions connes, de m’agacer sur vos inepties, de votre prétention, de votre obsession perpétuelle à vouloir avoir la vedette.
            Vous êtes un psychopathe.

          • (aux autres qui seraient intéressés par la réponse, et qui n’aurait aucune notion d’étymologie, faites comme lui : chat GPT est votre ami. Je ne répondrai plus à cet imbécile, je me contenterai de rectifier le tir de chacune de ses imbécilités revendiquées sans rentrer dans aucune autre polémique)

          • Vous ignorez qu’un défunt a des droits (la base !) et vous revenez tenter de nous expliquer les subtilités du droit ?

            Vous n’avez vraiment pas peur…

      • Spécialiste de l’esbroufe et de la poudre aux yeux comme on en fait rarement, vous avez un certain talent d’escroc.

  55. « Spécialiste (…) de la poudre aux yeux » (…)

    Je vois que l’Oculo-Pulvérologie est une discipline en passe d’être reconnue par les plus hautes instances de ce forum.
    Portée sur les fonds baptismaux il y a peu, cette discipline ne cesse de trouver de nouveaux adeptes…et se développe à une vitesse inouïe !

    • Pardonnez-moi d’avoir un niveau mathématique qui dépasse celui d’un collégien !

      • Vous, Trouduc, qui savez tout en Droit, en Economie, en Linguistique, en Epidémiologie, en Mathématiques, en Histoire, en Histoire des Idées, en Philosophie, en Oculo-Pulvérologie et en Raccoonologie…vous parvenez de plus en plus difficilement à masquer vos impostures. Et c’est assez amusant à observer.

        (Au fait, le Contrapunctus 14 de l’Art de la Fugue laissé inachevé par la mort du Cantor de Saint Thomas à Leipzig – le seul, l’unique Cantor – , vous le terminez quand ? On commence à s’impatienter…Pire : à douter de votre omnicompétence autoproclamée)

        • On voit le délabrement intellectuel du pays à ce que posséder le niveau d’un collégien dans une discipline passe pour de l’omniscience… Vous en dites plus sur vous que sur moi !

          • Vous aurez beau être dans le déni, le mensonge ou que sais-je, les faits sont têtus. Faire le rapport redevance-télé-annuelle / dette EST un accident industriel…

          • Parce qu’il a fait une proportion ? Parce qu’il a dit 3,7 milliards ? Vous vous accrochez toujours à votre mensonge ?

          • Je ne m’accroche à rien, ô Grand Trouduc, car je n’ai nul besoin de m’accrocher à quoi que ce soit.
            Je me satisfais amplement de dire ce qui est.
            C’est à prendre ou à laisser…
            Accessoirement, dire que vous exhibez jour après jour un peu plus vos symptômes de pervers narcissique psychopathe, c’est tout simplement dire ce qui est. On peut concevoir que ça vous déplaise, mais c’est ce qui est.
            Il me semble d’ailleurs très improbable que personne ne l’ait repéré ou dit auparavant, parce que les pervers narcissiques, ça fait de sacrés dégâts dans leur entourage.
            Croyez-moi, ô Grand Trouduc, ça n’est pas à prendre à la légère…

          • ?
            Chialeries?
            Poser un diagnostic, c’est une chialerie ?
            Trouduc n’est vraiment pas doué pour les langues, français inclus.
            A moins que…
            C’est archi connu : les pervers narcissiques n’aiment pas être appelés « pervers narcissiques »…

      • A démontrer : sans Gemini (cricket) ou chat GPT (ans la soie), le niveau 4ème sera une gageure pour toi, Trouduc.

    • La poudre aux yeux, elle est plutôt chez ceux qui se gargarisent de mathématiques zadéhiennes alors qu’ils n’y pipent absolument rien…

      • Toujours vos vieilles lunes moisies et rabougries de pervers narcissique psychopathe, qui servent à vous rassurer, hein ?
        Mais réglons l’affaire une bonne fois.
        Moi, me gargariser avec Zadeh? Jamais.
        J’ai cité ses travaux sur les « fuzzy sets », tout simplement, en n’ayant jamais nié que ce soit une connaissance de deuxième main.
        Zadeh, que vous,Trouduc, appelez sans trêve Lofti, alors que son prénom est Lotfi…
        C’est à ce genre de petits détails qu’on repère les imposteurs, les indécrottables imposteurs.

        • Allons bon ! Je préfère largement un mastic récurrent à un gargarisme d’incompétence… mais c’est vous qui voyez.

          • Puissiez-vous par ce post avoir démontré votre expertise en Raccoonologie, mettant ainsi un point final salutaire à votre incessant inventaire à la mords-moi le neuneu.
            (Si vous avez du mal à saisir ce message, dites-le, je traduirai.)

  56. Le nombre de démeurés actifs sur Bd est en progression… Manque plus que Zorglub et on a le tiercé !

  57. Dugong 13 juin 2024 At 12h03
    Rien que des jalminces qui aimeraient se faire reluire à l’ombre de piliers centenaires…

    Merci pour le mot jalminces. Je ne connaissais pas. Marrant !

    • argot classique. Le de Saussure de l’argot c’est Boudart (Alphonse dans le brouillard)

      • Bon à savoir. J’ai acheté récemment un dictionnaire de l’argot mais je ne sais pas de qui il est. Et je ne remets pas la main dessus. Quel bazar ces bouquins qui traînent partout.

  58. Au fait, sur les problèmes de droit, d’abus de droit etc. , qui, à l’arrivée, de Gérard ou de Trouduc, dit vrai ?
    J’avoue que j’aimerais bien savoir…parce que les occasions de s’instruire sont rares.

    • C’est un principe qui couvre plusieurs infractions comme la définition qui suit l’explique. Dans le cas qui nous intéresse et s’il y avait infraction il s’agirait d’un abus de pouvoir :

      « – L’abus de droit est une infraction pénale qui consiste à utiliser un droit ou une liberté pour nuire à autrui ou pour obtenir un avantage injustifié.
      – Il s’agit d’une utilisation abusive d’un droit ou d’une liberté qui ne respecte pas les règles de la bonne foi, de la loyauté ou de la morale.
      – L’abus de droit peut prendre plusieurs formes, telles que l’abus de procédure, l’abus de pouvoir, l’abus de fonction, etc.
      La peine encourue pour abus de droit est généralement plus élevée que pour l’abus de confiance. abus de pouvoir, abus de faiblesse, abus de bien sociaux »

      • Je le répète, je ne pense pas une seconde qu’il y ait une infraction. Ce couple n’est pas suicidaire au point de s’exposer à des poursuites pour une entourloupe aussi grosse.
        D’autre part, le faire-part présente les jardins du lycée mais rien ne dit que la réception ne se déroule pas dans une des salle de conférence de l’établissement qui sont proposées à la location pour le grand public.
        Tempête dans un verre d’eau.

    • On confie ChatGPT à des demeurées et voilà le résultat… l’abus de droit une infraction pénale ! Il suffit pourtant de lire le premier résultat Google venu : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abus_de_droit_en_droit_civil_français

      (L’abus de droit est une notion civiliste. Il n’est jamais sanctionné, au moins sous cette qualification, par la loi pénale. Et il est de toute façon hors de propos ici, puisque personne n’a de droit établi à obtenir une autorisation d’occupation (privative) du domaine public (et encore moins un bail locatif !).

      Flo a parlé d’« abus » (tout court au départ, puis « … de droit ») simplement pour éviter d’avoir à répondre à votre question sur l’« abus de biens sociaux ». Depuis lors, elle rame…)

      • Une petite illustration pour Josip.
        Supposons que votre beau-frère décide d’ouvrir un commerce en ligne… de manuels de mathématiques. Comme vous voulez arrêter d’avoir l’air con avec ce diable de Fregoli, vous décidez de lui en acheter un. Il vous l’envoie. Las ! le niveau 4e ne vous convient pas : trop dur. Vous usez donc de votre droit de rétractation avant 14 jours reconnu par le Code de la consommation pour la vente à distance.
        Au prochain dîner de famille, votre beau-frère vous avoue que votre retour l’a bien embêté. Comme vous ne pouvez pas le piffrer (c’est certainement un pervers narcissique), vous décidez de le faire chier en lui commandant, tous les trois jours, des dizaines et des dizaines de manuels… que vous lui retournez onze jours plus tard. Vous avez du temps, vous n’avez que ça à faire, vous êtes un boomer à la retraite.
        Emmerdé, votre beau-frère décide de saisir le juge civil en arguant que, vraiment, vous avez dépassé les bornes. Si ça continue, il va voter RN. Grrrrr… Comme vous êtes un bourgeois avant d’être un militant politique, vous répondez quand même au juge que rien dans le Code de la consommation ne vous interdit d’user de votre droit de rétraction encore et encore… c’est que le début ! « D’accord, d’accord » répond le juge… qui accueille toutefois la requête de votre parent. Ben oui, comme lui aussi est un bourgeois et qu’il n’en a rien à foutre de votre querelle avec votre beauf, il sort de son chapeau la théorie de l’abus de droit. Si vous avez fait usage d’un droit (pourtant reconnu par la loi, voire par un contrat) de manière répétée et dans l’intention de nuire (par exemple), ce droit peut ne plus vous être reconnu. Pauvre de vous, Josip. Vous êtes condamné aux dépens… et à lire les trois cent cinquante manuels de mathématiques qu’il vous reste sur les bras ! Heureusement, vous n’aviez commandé que du niveau 5e…

        • Vous nous en faites une par jour en ce moment, vous vous surpasser.
          Nous sommes gâtés !

      • « Il n’est jamais sanctionné, au moins sous cette qualification, par la loi pénale. »

        Oh, ça c’est sublime !

        Êtes-vous sûr de vous ?
        Je pose la question une deuxième fois, ne vous adressez pas à wiki (ce qui démontre l’étendue de la richesse que vous auriez sous la main)
        Pensez-vous qu’un cabinet d’avocats, (que vous n’êtes et c’est je crois heureux) aurait pour habitude de raconter des carabistouilles ?

        « Responsabilité pénale
        Dans certaines situations, l’abus de droit peut également entraîner la responsabilité pénale de son auteur. Par exemple, si l’abus de droit constitue une infraction pénale, comme la diffamation ou le harcèlement, l’auteur peut être poursuivi et sanctionné pénalement. »

        • Bien sûr, ma grosse, et plutôt deux fois qu’une ! Un même acte (matériel) peut relever de l’abus de droit pour le juge civil et de l’infraction pour le juge pénal mais le juge pénal ne le sanctionnera JAMAIS sous la qualification du juge civil. Et on se demande bien pourquoi il le ferait… Il n’a pas besoin d’une théorie prétorienne et on lui fait même défense d’en avoir une (nullum crimen, nulla poena sine lege).

        • Il se contredit à présent, acculé à la falaise, à force de ramer, de ramer, de ramer, il touche les galets, se remémore les énormités balancées la veille. Il est à bout… Il se reprend se souvient de son latin. Oui, le latin, oui, bien sûr ça va le faire. Tout, tout absolument tout sera effacé

          Magnifique !

          Ce type est fou.

  59. Quand renaît super Gégé, S&f se fait niker !
    « tempête dans un verre d’eau »… d’autant que allez donc savoir ce qui sera servi dans les verres (des dura-lex ?).
    Croyez-vous que nous soyons jaloux, pas du tout, mais alors, pas du tout…

    • Allons, allons, la foldingue a simplement pianoté sur ChatGPT pour que la machine lui crache quelque chose en rapport avec l’abus et le droit pénal… Pas de bol ! Elle est tombé sur l’abus *en* droit, et non sur l’abus *de* droit. Mais comment pouvait-il en être autrement ?

        • Mouais… cette gourde de Lormier a parlé de « location » (contrat civil) alors que l’occupation du domaine public relève du juge administratif depuis… 1938 !

          • « Les défunts ne sont pas des personnes…. » ;

             » S’il y a continuation c’est que ça n’existe plus… » ;

             » l’abus de droit n’est jamais sanctionné, au moins sous cette qualification, par la loi pénale. « 

        • Interrogez plutôt Sanseverina, qui vous simplifiera le chose en trois coups de cuillère à pot…Pour elle la préposition « à » n’a pas de sesn différents dans ces deux expressions: « sac à dos » , « sac à pommes de terre »…

          Pour Lormier,les prépositions sont des putes dont il faut se méfier comme de la peste.

  60. Face à l’africanisation galopante, à l’islamisation meurtrière de notre pays, à l’agressivité sans limites de la racaille arabo-musulmane, de la France islamiste, des antifas, des racialistes, nous devrons peut-être bientôt soutenir, nous aussi, une « intervention de nos camarades d’active dans une mission de protection de nos valeurs civilisationnelles » et nos forces armées devront prendre en main le destin de la Nation pour conduire la Croisade de Libération Nationale contre l’islamo-gauchisme.

  61. Récit et mémoire…On peut affirmer que la mémoire n’a retenu que peu de choses;c’est une manière commode de chosir uniquement les détails importants.

    Du dîner lui-même je me rappelle peu de choses. À un certain moment, nous avons parlé de taureaux et de corrida. Et cet échange :
    – Vous êtes toujours aussi sûr de vous ? m’a-t-elle demandé.
    – Pas de moi : de vous, ai-je répliqué.

    The ocean seemed to rise and grope in the darkness and then heavily fall on its face.
    Of our actual getaway, I have little to report. My memory
    retains a glimpse of her obediently putting on rope-soled canvas shoes, on the lee side of a flapping tent, while I stuffed a folding butterfly net into a brown paper bag.

    ( tout de même du visuel très précis !)
    Nabokov First love.

  62. Sanseverina 13 juin 2024 At 12h54

    « … un cloître n’est pas un jardin.  »

    Sur ce point nous sommes entièrement d’accord.

    Je répète:il n’y a pas, à ma connaissance*, de jardins au Lycée Henri IV;c’est pourquoi je trouve curieuse l’invitation à un « cocktail déjeunatoire » dans les « jardins du Lycée Henri IV »,à l’occasion du mariage de Monsieur Kerrero.

    *à ma connaissance; lors de ma dernière visite (qui remonte à une quarantaine d’années) il n’y avait toujours que des cours goudronnées…Peut-être ont-elles été transformées en jardins ? (végétalisées,comme dit Madame Hidalgo);

    • Carrés de pelouse au milieu du cloître. C’est visible sur internet, il suffit d’aller regarder.
      L’expression «  les jardins » est ridiculement pompeuse. Un faire-part dit beaucoup de choses. Je n’en ferai pas ici l’explication de textes. Je ne voudrais pas encore offenser votre extrême susceptibilité, Lormier, et puis j’ai des poivrons qui font la tête, faut que je m’en occupe tout en finissant les mots croisés du Monde.

  63. Vous pourrez pondre une tartine gigantesque de trente lignes, le lecteur est capable de discernement pour se rendre compte de l’escroquerie intellectuelle qui s’escamote sous vos discours ampoulé et vaguement trempé dans un vocabulaire juridique. BIDON.

    • Ce blog n’est que de l’abus, l’a bu… Nabuchodonosor, et ses jardins suspendus de Baby(a)lone – rien à voir avec celui de Henri IV.

      • Rien ne vous oblige à lire ce type de commentaires, Vous pouvez très bien dire:
        « J’évite l’abus, j’arrête »
        Oui…

  64. Dites, Flo, parce que ça m’intéresse : ChatGPT a vraiment écrit « l’abus de droit est une infraction pénale qui consiste à… » ? ou vous avez bidouillé directement ?

    • Je tiens bien trop à mes fautes, elles ont pour elles ce modeste avantage, et bien qu’elle me fassent affreusement souffrir, de prouver la véracité de l’origine de l’énoncé, ducon.

      • Alors vous lui avez posé quoi comme questions pour qu’il vous retourne une connerie pareille ?

        • je vous le répète, vous semblez dur d’oreilles : ni traitement de texte, ni de chat gpt dans aucune de mes interventions depuis leurs origines.

          Et je vous recommande au passage de ne pas vous poser en expert du droit, toute disciplines confondues, quand vous ne souffrez pas de relayer un texte glané sur wiki et pour avoir dit trois inepties de bonne envergure (je ne vous les énumère pas vous les connaissez) en l’espace de 24 h et qui devraient dans la logique des choses vous inciter à garder le silence et à ne plus jamais la ramener sur le sujet.

          • Allons bon ! Et d’où tirez-vous donc « l’abus de droit est une infraction pénale qui consiste à… » ?

          • Flo aura-t-elle plus de courage que Josip et ses 3,7 milliards ? Clystère, clystère !

          • Stock et flux 13 juin 2024 At 19h04
            Allons bon ! Et d’où tirez-vous donc « l’abus de droit est une infraction pénale qui consiste à… » ?

            Ne vous privez pas de la suite de l’extrait qui vous interroge qui est sorti de son contexte. Bien, reprenons votre interrogation avec le texte complet où sont énoncés plusieurs formes d’abus, c’est un dernier point important que vous escamotez :

            – L’abus de droit est une infraction pénale qui consiste à utiliser un droit ou une liberté pour nuire à autrui ou pour obtenir un avantage injustifié .

            À quelle infraction précise se rapporte cet abus, sous quelle dénomination sera-t-elle désignée par une juge ?
            Vous avez normalement la réponse à votre question.

            Je n’ai plus le temps de vous répondre à présent, j’ai à faire.

          • Même pas un lien, rien qu’un tout petit lien… ? Ou une référence à un ouvrage… ?

          • Non, vous devriez me répondre si vous étiez normalement constitué avec une base d’éducation comme l’a fait Josip :
            « Merci de votre réponse, j’ai enfin parfaitement compris »

          • Donc vous admettez avoir bricolé vous-même (et avec quelque aide) une définition pourtant mise entre guillemets ?

          • Je n’ai pas votre prétention à inventer des définitions, à inventer le droit, à décider si un défunt serait une personne reconnue en droit, toussa. : )

            Si vous avez des modifications à apporter sur ce que sont des abus de droit, et uniquement des abus de droit et des infractions et toutes les dénominations qui s’y rapportent, nous en donner la liste exhaustive ne vous privez pas.
            Il serait dommage de louper cette occasion qui est votre et dont nous sommes à présent coutumiers qui est de sys-té-ma-ti-que-ment nous faire bien marrer. Et pourvu que nous soyons ivres de rires de vos âneries. Faites.

          • L’exemple de Josip s’enferrant dans son mensonge des 3,7 milliards ne vous a pas suffi ? Si la définition vient d’une source « sérieuse » (lol), vous arriverez bien à nous donner un tout petit lien de rien du tout, ou même simplement une référence si la source est sous forme papier ? Mais évidemment il faudrait que vous n’eussiez pas bricolé votre paragraphe…

          • Vous êtes magique. Il me suffit de remémorer votre deuxième ineptie pour éclater de rire, bien plus drôle que ce ton employé dans le plus grand sérieux, pour nous expliquer en brut dans le texte « qu’un mort n’avait plus de droit » (énorme !), pour ensuite chipoter sur l’utilisation d’un terme commun « location » par Lormier.

          • Reprenez une seule erreur sur ce que j’avance. Ne vous gênez pas, Je reprends bien les vôtres.

            Faites, vous dis-je…

          • Et voilà… comme le Josip ! On ment et on n’est plus capable de répondre. Alors je relance : d’où vient cette définition ?

            (Et je maintiens : en droit, la personne (physique) existe de sa naissance à sa mort. Ni après, ni avant. Mais encore faut-il savoir ce qu’est juridiquement une personne…)

          • Ce n’est pas parce vous n’avez rien compris de ce qu’a dit le notaire – qui a peut-être simplifié pour votre cerveau limité – lors de la mort de votre belle-mère que le droit civil doit s’en trouver changé…

  65. Autre illustration.
    Il traîne à l’article 1587 du Code civil une disposition bien connue des juristes facétieux : « A l’égard du vin, de l’huile, et des autres choses que l’on est dans l’usage de goûter avant d’en faire l’achat, il n’y a point de vente tant que l’acheteur ne les a pas goûtées et agréées ».
    Autrement dit, Josip, vous pourriez aller dans le Leclerc le plus proche (encore qu’on vous imagine plus dans un Franprix), prendre une bouteille, payer, la déboucher, en boire une grande rasade pour la goûter et… ne pas l’agréer pour mieux la retourner au magasin. Rien ne vous interdit (en théorie) de le faire. Une fois, deux fois, hips !, trois fois… Mais la quatrième, les caissières risquent de vous envoyer promener pour décuver. Et si vous assignez le magasin, le juge civil retiendra cette foutue théorie de l’abus de droit qui vous empêche de vous bourrer la gueule à l’œil. Nan mais oh !

  66. Sanseverina 13 juin 2024 At 18h48
    Carrés de pelouse au milieu du cloître. C’est visible sur internet, il suffit d’aller regarder.

    Oui,il y a même des fleurs…On n’est pas invité à se promener sur les pelouses…

    Ce gazon,ces fleurs ne font pas du cloître un jardin. A moins que les cours goudronnées aient été « végétalisées »,il n’y a pas de « jardins » à Henri IV.

  67. Très récemment, j’ai effectué quelques recherches. Muriel C***, née à Saint-Cloud en 1952, morte à Evreux le 1 janvier 1992 à l’âge de 39 ans. La rubrique nécrologique ne donne pas de plus amples détails sur la cause de sa mort.
    ——————————————————————————————————-

    Beaucoup de mortes dans le sillage du Maestro,Lormier l’a déjà dit.
    L’hypothèse que Muriel C*** se soit suicidée n’est pas à rejeter a priori. en cas de suicide, ce n’est jamais dit sur le faire-part (ou rarissimement); comme elle était jeune, s’il s’agissait d’un accident ou d’une maladie foudroyante, ce serait probablement dit.

    Il est peu question de la fille de Jean Nocher sur Internet;elle n’a guère laissé de trace;de quoi a-t-elle vécu ?

    Quandle maestro l’a rencontrée,il semble qu’elle vivait encore chez sa mère.

  68. Du dîner lui-même je me rappelle peu de choses. À un certain moment, nous avons parlé de taureaux et de corrida.

    Est-ce important ? Et si oui en quoi ?

    La meuf a-t-elle dit qu’elle aimait ce spectacle ? Que le sadisme la branchait ? Confirmé par ses propos ce que le Maestro avait perçu grâce à son intution infaillible ?

  69. Cette notion d’abus de droit est intéressante. Je demande (naïvement, innocemment) aux spécialistes du blog s’il n’y a pas là une contradiction dans les termes. Les limites d’un droit ne sont-elles pas strictement définies au départ ?

    Et oui, j’ai un cas concret en tête : peut-on par exemple envisager qu’une femme puisse abuser du droit à l’avortement ? Et si oui, sur quels critères ?

    • La première réponse facile serait de vous dire que l’on ne peut pas abuser d’un droit dès lors que les limites définies dans son texte sont respectées dans son utilisation.
      Sur les critères éthiques fixés par la science, ou autres que médicaux, qu’elle convoquerait et qui tutoieraient finalement ceux du droit à la fin de vie, je passe mon tour.

    • « Les limites d’un droit ne sont-elles pas strictement définies au départ ? »

      La question est complexe. Son sens même et la réponse à y approter varient considérablement selon la théorie ou le modèle juridique que vous adoptez. Alors pour ne pas trancher cette question qui relève rapidement de la métaphysique, je vais me contenter de préciser l’exemple que j’ai donné plus haut.

      Le Code de la consommation (art. L221-18 à L221-28) ouvre un droit à la rétractation pour les contrats conclus à distance. Il pose de nombreuses « limites » matérielles, quant au délai (14 jours), quant à l’objet (ne marche pas avec les produits périssables, avec les produits personnalisés, avec les produits « one shot »…), quant à la procédure (formulaire spécial)… mais rien quant au nombre d’utilisations avec un même fournisseur. Donc, textuellement, rien n’interdit d’acheter tous ses livres au même libraire et de les renvoyer dans les quatorze jours une fois lus. Mais vous vous doutez bien que la société ne peut tolérer des pratiques pareilles. D’où la création puis le développement, *par les juges* (mais à des époques beaucoup moins légicentristes que la nôtre), d’une théorie de l’abus de droit. Elle n’a toujours pas été codifiée à l’heure actuelle. Est-ce à dire que les limites du droit de rétractation ne sont pas définies au départ ? Je ne sais pas : tout dépend de votre théorie ou de votre modèle juridique sous-jacent. Selon que vous croyez au droit naturel ou non, selon que vous considérez le droit comme un objet platonicien ou comme un ensemble de conventions, selon que vous entendez donner une théorie générale du droit ou un modèle prédictif des décisions de justice, etc., etc., vous n’aurez pas la même réponse (et surtout pas la même question !).

      « peut-on par exemple envisager qu’une femme puisse abuser du droit à l’avortement ? »

      En philosophie, tout est toujours permis… Mais pour le commun des juristes, la réponse est non. La théorie de l’abus de droit est une théorie *civiliste* antérieure à la construction juridique de l’individu en droits subjectifs (ou au moins à la consolidation de cette construction à partir de la Seconde Guerre mondiale). Là, on parle de droits civils (réels ou personnels) attachés à des actes ou à des faits juridiques (propriété, mariage, succession…), pas du tout de « droits fondamentaux » attachés à l’individu. On ne s’en rend pas forcément compte mais les deux emplois de « droits » sont ici de natures très différentes.

      (Ce qui ne veut pas dire qu’on ne trouve pas l’expression « abus de la liberté d’expression » ou « abus du droit de réunion » dans le discours juridique par exemple ; seulement, en ce cas, il n’est pas question de la théorie que j’ai exposée, il est question d’une théorie différente (publiciste cette fois en gros), plus récente, plus large et beaucoup plus imprécise, qui emploie seulement les mêmes mots).

      Dites-moi si je n’ai pas été suffisamment clair.

  70. Stock et flux 13 juin 2024 At 20h44
    Ce n’est pas parce vous n’avez rien compris de ce qu’a dit le notaire – qui a peut-être simplifié pour votre cerveau limité – lors de la mort de votre belle-mère que le droit civil doit s’en trouver changé…

    Je vous retourne le compliment, Monsieur-le-mort-n’est-plus-une-personne…

  71. Stock et flux 13 juin 2024 At 20h42
    Et voilà… comme le Josip ! On ment et on n’est plus capable de répondre. Alors je relance : d’où vient cette définition ?

    (Et je maintiens : en droit, la personne (physique) existe de sa naissance à sa mort. Ni après, ni avant. Mais encore faut-il savoir ce qu’est juridiquement une personne…)

    Je le sais peut être parce que j’aurais fait du droit, ducon. Peut-être pourrais-je également te parler de la bibliothèque de Pompidou (fermée le Mardi) à l’époque où elle était située au troisième étage, triple buse. Ou mieux, peut-être parce que mon compagnon serait tout simplement avocat, qui sait ? Parce qu’en réalité tu es une buse.

    Fin de l’histoire

    • Tu penses m’apprendre que lire le monde tous les jours, durant un an, te permet d’acquérir le vocabulaire juridique ? Tu penses m’apprendre les grandes lignes en constitutionnel ?

      Bouffon !

  72. Stock et flux
    13 juin 2024 At 20h42
    Et voilà… comme le Josip ! On ment et on n’est plus capable de répondre.

    Accusation grave, totalement infondée, seulement adossée à des présomptions bidon de pervers narcissique psychopathe qui ne veut pas perdre la face.
    A ce niveau-là de malhonnêteté, la seule réponse concevable c’est la mandale dans la gueule. Si un jour nos routes se croisent, si un jour tu as les couilles de ne plus te planquer derrière tes pseudos, si un jour tu te présentes à visage découvert, tu y auras droit.

    Ti prljavi mali šupčino, možeš se zajebavati, možda ćeš jednom svršiti.

    • Bien, bien. Vous jurez donc sur votre honneur, les yeux dans les yeux comme dirait l’autre, que le chiffre de 3,7 milliards, sorti de nulle part et certainement pas de l’intervention de Chenu, n’a pas été péché, d’une manière ou d’une autre, en référence à la redevance télé ? Que c’est par un hasard aussi malencontreux qu’improbable que les 3 milliards se sont transformés pile-poil en ce qu’il ne fallait pas ? Et que votre absence d’explications à ce sujet malgré mes multiples relances n’est absolument pas liée à votre honte d’avouer un accident industriel en économie puis un mensonge pour le cacher ? Vous le jurez ? Sur l’honneur de votre nom ?

      • Tes demandes de serment sur l’honneur, tu peux te les carrer dans l’oignon, pauvre trou du cul. Ça te fera peut-être jouir, pour une fois.
        Notre prochain échange, ça sera à coup de mandales dans la gueule.
        Non mais des fois !
        Clap de fin.

        • Voilà. Vous tonnez, vous braillez, vous jouez les gros bras pour donner le change… mais vous êtes incapable de jurer sur votre honneur. Ou même de fournir une explication à votre hasard aussi malencontreux qu’improbable.

          Je crois que nous savons à quoi nous en tenir. Couille molle est une menteuse.

          • Dis-moi si tu passes en PACA un de ces quatre.
            Là, tu sauras à quoi t’en tenir.

          • Bla. Bla. Bla.

            Vous reconnaissez que vous avez menti, oui ou non ? Ou vous vous en tenez encore à « messieurs les jurés, le coup est parti tout seul dans la tête de l’amant de me femme » ?

          • Dis-moi si tu passes en PACA un de ces quatre.
            Là, tu sauras à quoi t’en tenir.
            Sois un peu couillu, pour une fois.

          • Il a pas bien compris, le petit trouduc.
            Me traiter de menteur ? Plusieurs fois ? Et jamais d’excuses ?
            Question de fierté, mais ça tu dois pas connaître.
            Tu as mon mail, tu me contactes, et tu viens prendre ta mandale dans la gueule.
            Là, tu sauras à quoi t’en tenir, y aura pas de malentendu.
            T’as toujours été nul en langues : la mandale, c’est le seul langage que tu comprennes vraiment, petit trouduc.
            Je t’attends. C’est quand tu voudras.

  73. Il me fait penser au fraîchement converti à l’Islam qui en fait des caisses en démonstration parce qu’il sait mieux que personne le véritable message du prophète… Le même !

    • L’oculo-pulvérologie, c’est une chose. On peut en rire.
      Se faire accuser de mensonge, de façon récurrente, par un petit trou du cul qui n’a encore rien fait de sa vie, c’est autre chose.
      La mandale dans la gueule.

  74. Cocoon 13 juin 2024 At 20h46
    Cette notion d’abus de droit est intéressante.

    A priori, j’ai le droit de cloturer ma propriété… Mais abusé-je de mon droit si j’édifie une cloture de 16 mètres de haut,surmontée de piquets de fer pointus ? La montgolfière de mon voisin s’y est en dommagée et mon voisin n’est pas content. Que disent les juges ?

    https://www.dalloz.fr/documentation/Document?id=CASS_LIEUVIDE_1915-08-03_0002378&FromId=DZ_OASIS_001515#texte-integral

    • La capacité de l’espèce humaine à utiliser son cerveau pour tenter de faire iech son voisin est confondante.

      Et si on ne peut plus déployer un Zeppelin dans son jardin (pour mater le voisin en train (arrière) de besogner la voisine, ouvaton ?

  75. Un blog de plus en plus honteux, entre un JPB qui ose « elle vivait étouffée » et un Cocoon osant envisager « qu’une femme puisse abuser du droit à l’avortement « .

    Enfin… heureusement que les éléphants ne savent pas lire, et donc méconnaissent BdÂ, puisque le figaro vient de m’apprendre que « Les éléphants se donneraient des «noms» quand ils se parlent »…

    • Considérer l’avortement comme un moyen contraceptif remplaçant la pilule, et comme de plus en plus de femmes le pratique peut-être considéré une forme d’abus autorisé par la loi, la question de Cocoon est parfaitement légitime et ne remet en rien le droit à l’avortement.

    • Ma question est peut-être provocatrice mais elle renvoie à une situation pas du tout hypothétique qui avait donné lieu à une longue discussion avec une gynécologue ayant affirmé devant moi qu’une femme devrait avoir le droit d’avorter, mais « seulement trois fois dans sa vie ». La raison qu’elle m’a donnée était le cas d’une patiente qui revenait régulièrement chez elle pour une IVG et que cette fois-là, c’était « celle de trop! » Je ne sais plus combien de fois la patiente avait subi un avortement, mais je me rappelle que ça m’avait profondément interpellé, en particulier à cause du chiffre arbitrairement décrété par le médecin. Pourquoi trois fois ? Et pourquoi cette fois-ci était celle de trop ? Assez vite, mon interlocutrice a justement employé cette expression dont vous débattez plus haut en déclarant que la patiente abusait de ses droits. Là aussi, ça m’a donné à réfléchir puisque ça me semblait contradictoire dans les termes. De la même manière que ça m’a fait saigner les oreilles quand j’ai entendu certaines personnes dire que Charlie Hebdo abuse du droit à la liberté d’expression. Si un droit existe, on doit pouvoir l’exercer sans avoir à s’excuser de le faire. Vous voyez venir ceux qui diront qu’on abuse du droit de grève ?

      A titre personnel, je tiens à dire que je ne remets aucunement en cause le droit à l’avortement. Une femme peut bien avorter X fois si elle veut, ce n’est pas à moi de juger ni même de connaître les raisons qui la poussent à le faire. Je peux aussi comprendre la gynéco à qui ça ne fait pas plaisir de pratiquer ce genre d’intervention – et qui peut sans doute évoquer sa liberté de conscience pour la refuser – mais il me semble que la question ne se situe pas sur le même plan.

      • Dans les années 70 j’ai travaillé avec le MLAC — qui faisait des avortements clandestins quand c’était encore interdit. Je m’occupais d’informer les nanas sur la contraception, etc.
        Je me souviens d’une fille qui arrivait tous les trois mois se faire avorter — en fait parce que c’était le seul lieu où on l’écoutait. Elle se faisait mettre en cloques pour avoir un prétexte pour causer…

        • Nouvel et édifiant exemple de l’utilité de la psychanalyse. J’espère que vous lui avez suggéré l’idée.
          Cela dit, vous pourriez peut-être préciser que les cas de ce genre sont plus que marginaux. Car ils le sont.

          • Comme on pouvait s’y attendre, JPB a l’art de tomber sur « les cas » qu’on ne rencontre presque nulle part ailleurs…
            (en tout cas dont moi je n’ai pas été témoin).

        • Jean-Paul Brighelli
          14 juin 2024 At 8h16
          Dans les années 70 j’ai travaillé avec le MLAC — qui faisait des avortements clandestins quand c’était encore interdit. Je m’occupais d’informer les nanas sur la contraception, etc.

          Et dire qu’aujourd’hui vous vous trouvez dans le même camp politique qu’une Ludovine de la Rochère…Il n’y a pas des jours où ça vous fait un peu bizarre ?

          • Et dire que vous vous trouvez dans une coalition menée par des antisémites pro-Hamas… 

          • Je désire éviter l’accession au pouvoir de ces phares de la pensée que sont Marine Le Pen, Jordan Bardella, Jean-Philippe Tanguy, Steeve Briois, David Rachline, Marion Maréchal et leurs sbires.
            Ne nous dites pas que vous souhaitez l’accession au pouvoir de cette clique. Je ne vous connais pas personnellement, mais fondamentalement, je crois que c’est contraire à tout ce que vous êtes.
            Vous avez pointé une grave carence de notre République en écrivant La Fabrique du Crétin.
            Aujourd’hui, ne voyez-vous pas que les crétins nés de cette carence et sortis de cette Fabrique votent majoritairement pour cette clique ?

          • Josip, certes les nominés ne valent pas cher !
            Mais quid de l’autre côté ?
            Et les « crétins », enfin pour ceux qui votent, et ce n’est pas la majorité, parlent plutôt de « peste brune » et de « fascisme », pour la bonne raison qu’ils n’ont aucune idée de ce que recouvrent ces mots,
            pas plus qu’ils n’ont idée de ce que recouvre le « programme commun », le
            « front populaire »,
            pas plus qu’ils ne sont choqués par ce que j’appelle les « corbeaux »,
            pas plus, en un mot, qu’ils ne comprennent ce qu’est la libre circulation des biens et des services – et… des personnes, le tout super bénéf côté brouzouf –
            et en un mot la main mise par le monde de la Finance,
            quels que soient les « programmes », d’un côté comme de l’autre.

          • Une coalition de gauche, comme de droit se devra de plier aux injonctions… du Marché.
            Personne ne peut y échapper.
            (entre « l’extrême »-droite et « l’ultra »-gauche ; quelle pitié que cette incapacité de sortir des mêmes schémas…).

  76. Le Boudart est épuisé. Il ne vous reste plus qu’à nous le scanner 🙂 Damned !

  77. « Abus » –
    Certains semblent vraiment abuser ;
    ainsi Boeing, qui « signale des fixations mal serrées sur des 787 Dreamliner non livrés »…

    … « Le constructeur aéronautique américain a toutefois assuré que «la flotte en service peut continuer à opérer en toute sécurité» ».
    (lefigaro)

  78. WTH 13 juin 2024 At 22h22
    « … un JPB qui ose « elle vivait étouffée »

    Pourquoi « ose » ?

    Sa mère avait fait de cette maison un mausolée, elle y était comme un fantôme, en fraude au milieu des images des morts. On interdisait à la jeune fille, dernier cadeau d’un père plus âgé que sa femme, d’y faire du bruit, d’inviter des amis, ou d’écouter autre chose que de la musique classique.

    Une enfance et une adolescence sans joie, toute de contraintes…apparemment, elle vit encore chez sa mère, dans une maison-mausolée.

    Peut-être est-ce la raison de ses escapades baisationnelles à Paris ou encore de ces séances rudes avec le Maestro ?

    Une tentative de libération par l’excès ? Jouir jusqu’au délire ? Jusqu’à mourir comme un poisson asphyxié ?

    NB Le fils Nocher semble avoir eu une vie « normale »;acteur,il a joué dans une pièce écrite par son père.

  79. « escapades baisationnelles » ! pff…
    Quelle sale, et combien lugubre et mortifère histoire, que celle romancée par le maestro, en acte II…

    • Mais WHT, vous lisez les premiers mots, vous voyez comment ça va continuer, vous laissez tomber. De toute façon, vous avez lu un billet, vous les avez tous lus. C’est le même délire à chaque fois. Un esprit malade ressasse sans cesse les mêmes obsessions. Vous n’êtes pas obligée de vous infliger ça. Vous n’êtes ni son infirmière, ni son psy, ni son épouse ! Et faites pareil pour tous ceux qui vous enquiquinent.

      • Si JPB ne s’était pas laissé aller à révéler ce nom, ce texte était très beau, d’une jolie force sur un rythme parfaitement maîtrisé. Plus beau que tous ce que vous avez pu écrire à vous deux dans votre pauvre vie.
        Vous êtes deux gourdes.
        Quand une intervenante pose une question sur l’éthique concernant un droit féminin, votre comparse réagit encore une fois bêtement. Notez que la réaction, con mais du connerie qui sied à la midinette sans cervelle, de votre nouvelle complice aura permis à Cocoon de nous éclairer sur le sujet.
        Vos interventions d’hier ont eu pour cible une femme qui s’apprête à se marier et pour laquelle votre verbe n’a pas été spécialement tendre pour nous décrire son cursus dans des termes peu glorieux. Vous ne vous en êtes pas tenue au cynisme politique de la situation par le choix du lieu pour cet évènement, vous avez déversé une bille que vous dénonceriez aujourd’hui chez les autres intervenants. Je n’aborderai pas vos choix politiques, vos réactions de matrixée du système pour qui le souverainisme est égal à extrême droite, en contradiction complète sur vos positions qui n’allaient pas dans le sens du vent sur l’ARN, au contraire, il me semble important que le lecteur sache à qui il a affaire.
        Animez donc ce blog, je m’engage à ne plus intervenir. Parce qu’en effet il y a trop de cons qui traîne en ce lieu.

      • Je rajoute une précision, ma chère : Votre indélicatesse d’hier, devrais-je dire votre grossièreté employée qui transpirait par tous les pores de vos commentaires à l’adresse de CM, justifie cet argument selon lequel ne pas être reçue n’est pas une question de fric… Ou de diplômes, vous en êtes le parfait exemple par votre manque de finesse. Parce que vous représentez idéalement cet abruti qui s’imagine que son verbe soigné, sans aucun dérapage grossier, fait de lui un être complet.

        • 😅 – Où semblerait transparaître la formidable JALOUSIE qui suinte de Gégé ?
          Si les « cons » (et connes) disparaissent de ce blog,
          que vous restera-t-il, hein Gégé ?!

          • Vous me faites penser à cette autre conne qui dans un amphi de droit civil, hurlait, haranguant les étudiants présents de se joindre à sa colère parce qu’elle était scandalisée de savoir qu’un animal était considéré comme un « meuble » (il ne l’est plus, le texte fut changé par le groupe de pression des animalistes..). Votre réaction d’hier soir est de cette farine. Vous vous faisiez forte de m’expliquer que je comprenais de travers ; je préfères mes travers aux vôtres.
            Deux gourdes.

          • Compte tenu de la profondeur de votre réflexion d’hier soir, je serais curieuse de vous imaginer sans un tuteur moral qui valide vos « pour faire genre » pour orienter vos choix, vos goûts ou vos idées… Vous nous avez démontrez le creux de votre esprit, et vous ne vous êtes pas loupée.

          • Et le psychopathe d’intervenir :  » Ce n’est pas un meuble ! C’est un bien meuble ! »
            J’te jure..

            Allez byyyye !

          • Quelle misère, hein Sanseverina, nous ne sommes que deux pauvres « gourdes », « bêtement », « con mais du (!) connerie qui sied à la midinette sans cervelle » –
            j’aimerais bien être encore une « midinette », moi qui ai l’âge de JPB !

          • C’est ça byyyye !
            les « connes », creuses d’esprit sont ravies de votre départ !
            Et n’oubliez surtout pas vos pilules… parce que là, vous frôlez encore le dérapage !
            (c’est comme un peu comme les 737, les boulots ne sont pas toujours bien serrés !)

          • je relis :  » j’aimerais bien être encore une « midinette », moi qui ai l’âge de JPB ! »
            Ça ne veut rien dire. Hormis la volonté de vous prêter à votre sport favori qui est de faire de la lèche (et quand juste au-dessus vous l’assassinez, au passage, hein… ).
            Vos sursauts d’égo vous font écrire n’importe quoi. Ne rajoutez pas de confusion à votre dose de connerie, vous êtes déjà bien servie.

          • les bouloNs ! Et, au passage, on se demande bien dans quel bouloT vous pourriez être acceptée et supportée !

          • Au lieu de vous poser des questions de midinettes sur ce que peut faire untel, sa vie, en mode presse people, interrogez-vous sur vous…
            C’est le plus urgent dans l’immédiat, c’est la seule vraie question qui vaille.

        • La « lèche » ?
          … »ce texte était très beau, d’une jolie force sur un rythme parfaitement maîtrisé. »

          « connerie » – un de vos mots favoris – mais vous revenez au vouvoiement ?!

          • J’attends votre fiche de lecture dont vous vous targuiez, encore et à demi mots, d’avoir l’expertise et quand nous avons pu mesurer, hier soir, l’étendue de vos circuits neurologiques.

            Encéphalogramme plat…

        • J’oubliais les « fuck off » Brighelli,
          moult fois répétés !…
          « Confusion » itou ?

          • Ben oui ! « confusion » et « circuits neurologiques » qui disjonctent…
            « byyyye » : c’est pour quand ?

          • WTH 13 juin 2024 At 22h22
            Un blog de plus en plus honteux, entre un JPB qui ose « elle vivait étouffée » et un Cocoon osant envisager « qu’une femme puisse abuser du droit à l’avortement « .

            Enfin… heureusement que les éléphants ne savent pas lire, et donc méconnaissent BdÂ, puisque le figaro vient de m’apprendre que « Les éléphants se donneraient des «noms» quand ils se parlent »…

            Reply
            Sanseverina 13 juin 2024 At 22h25
            Faites comme moi, WTH, ne les lisez pas !

  80. OPINION, ELECTIONS, ABSTENTION

    – Entre un homme et une femme, l’amour n’est qu’un habillage de l’instinct
    – Entre les humains et les dieux, l’amour n’est qu’un aveuglement bien plus dangereux encore
    – Entre les dirigeants politiques et ceux qui les ont élus comme représentants, l’amour c’est….
    Eux, non… Rien !

  81. A la soupe !
    Ciotti et ses potes.
    La maréchale qui rejoint Tata.
    De l’autre côté, la coalition de l’Affreux qui était pro-Hamas et qui devient anti, le temps d’un accord.
    Narcisse 1er qui a fait joujou mais qui a cassé le joujou.
    A la soupe ! A la soupe !

  82. Il en a de la chance, Brighelli ! Peut-être, bientôt, l’Affreux à Marseille. Chic !

  83. Jean-Paul Brighelli 14 juin 2024 At 8h16
    Dans les années 70 j’ai travaillé avec le MLAC — qui faisait des avortements clandestins quand c’était encore interdit.
    __________________________________________________________________________

    Dans les années 70 les avortements clandestins étaient encore interdits.

    Aujourd’hui, les « avortements clandestins » sont-ils autorisés ?

  84. WTH 14 juin 2024 At 0h11

    Quelle sale, et combien lugubre et mortifère histoire, que celle romancée par le maestro, en acte II…

    Parce que la meuf a joui comme jamais ?

    • « Nous avons eu une seconde séance, encore plus dure, deux jours plus tard, où je l’ai livrée à trois hommes et où j’ai photographié leurs ébats. »

      Ce que décrit cette phrase ne provoque en vous aucun malaise, Lormier ? Vraiment ?

  85. Jean-Paul Brighelli 14 juin 2024 At 8h16
    Dans les années 70 j’ai travaillé avec le MLAC — qui faisait des avortements clandestins

    Et WTH (un peu plus tard ?) est allée avec potes et potesses distribuer des pilules contraceptives en URSS.

    Même combat contre la vie.

    • Même combat pour la liberté des femmes de choisir et de disposer de leur corps comme bon leur semble.

      • Ah bon ? Même quand il y a obligation de se faire piquer par un vaccin qui n’est pas un vaccin ?
        « Liberté de choisir » ? Et surtout, de « disposer de leur corps comme bon leur semble » ?
        Avez-vous conscience de ce que vous écrivez là, Josip ?
        Quelle aubaine, en effet :
        J’ai le choix de vendre mon ventre,
        comme de m’habiller en « corbeau »,
        C’est ça ?

        • « Même combat pour la liberté des femmes de choisir et de disposer de leur corps comme bon leur semble. »
          Les seventies.
          Le MLAC.
          L’association « Choisir ». Gisèle Halimi.
          Vous reniez tout ça, WTH ?

          • Nous sommes loin des années 1970, et
            je ne renie rien du tout (?) !
            Il fallait en passer pas là, si j’ose dire (Mlac, etc).
            pour que cesse cette « clandestinité » !
            – celles qui avaient de quoi payer, se rendaient à Londres… –

            On ne reviendra pas en arrière – sauf si l’islam s’impose !
            J’ai déjà dit que les recours à l’avortement auraient dû diminuer : il existe, il me semble d’autres façons de faire, moins « barbares ».

            Le problème est qu’avec cette notion de « c’est mon choix », on en est arrivé – car tout est toujours récupéré par les « système » en place, auquel se rajoute l’avancée des techniques –
            arrivé donc… aux ventres à louer.

            Avec la GPA, aux EU, on « s’offre » un enfant, et s’il ne convient pas, ou plus,
            possibilité du « rehoming » ; c’est un marché qui marche pas mal.

            Sans compter, je suppose, que les foetus doivent bien être « utilisés », d’une façon ou d’une autre.

    • Histoire(s) complexe(s) Lormier !

      j’ai vu le résultat d’un avortement (sans anesthésie aucune), en URSS ; ce n’était qu’un, mais quand même.

      Maintenant, là-bas, il s’agit au contraire d’encourager la ponte…
      Voilà qui semble réjouissant (?!).
      Et ces messieurs ici ? Ces quelques « people », qui ont payé des ventres et qui pincent le nez de dégoût quand ils entendent le mot « mère » ?!

      J’ai aussi entendu les « histoires » d’une cousine de ma grand-mère, à propos d’avortements, où « on » ne savait plus quoi faire pour arrêter les saignements…
      Car pondre un chiard après l’autre, n’était peut-être pas aussi le « choix » de bien des « mères ».

  86. Jean Nocher était-il complètement khon ?

    Pas sûr; et son anti-intellectualisme radiophonique était peut-être son gagne-pain;il avait trouvé un filon, il l’exploitait.

    Sa haine de Sartre (son aîné de quelques années) ? Elle était partagée par beaucoup de résistants qui trouvaient que Sartre avait bien vécu la guerre.
    (Jankelevitch, à propos du pote à Sartre, Merleau-Ponty: « quand on est allé le trouver pour lui parler résistance,il nous a dit:vous comprenez, j’ai ma thèse à écrire ,j’ai pas le temps ».)

    Nocher ne devait pas manquer d’intelligence pratique:spécialiste du plasticage, il a dit ne pas savoir combien de maisons il avait fait sauter.

    Et puis, il aurait aimé être poète, « pour rêver en silence ».

  87. Cocoon 14 juin 2024 At 6h49
    Vous voyez venir ceux qui diront qu’on abuse du droit de grève ?
    ———————————————————————————————————-
    Ils le disent déjà; je ne sais pas si cela a été voté mais il a été proposé d’interdire les grèves (dans les transports) au début et à la fin des vacances scolaires.

  88. Josip Gavrilovic 14 juin 2024 At 10h41
    Je désire éviter l’accession au pouvoir de ces phares de la pensée que sont Marine Le Pen, Jordan Bardella…
    __________________________________________________________________________

    Lormier,quant à lui, se félicite que Virginie Joron retrouve son siège au Parlement européen.

    Pendant la plandémie elle et Michèle Rivasi (hélas décédée) ont été les deux seuls eurodéputés à défendre les droits fondamentaux de la personne humaine.

    Côté socialiste, voyez le sénateur Jomier, néo-nazi qui voulait imposer les injections à tous les Français. Et il est médecin (comme l’était Mengele) !

    • Tout à fait d’accord !
      Il est vrai que pour Josip, ce que j’appelle « l’affaire covid »,
      c’est à dire la mise en place d’un contrôle de la population, à la mode chinoise, ne semble en aucun cas, l’avoir perturbé…
      On se souvent pourtant, en effet, que les plus acharnés furent bien toute la clique de gauche, ici,
      sans oublier la position du Gluglu et consorts, à l’UE…
      L’attitude de cette « clique » reste pour moi impardonnable, d’autant qu’elle a provoqué la mort et de longues maladies pour bien des familles.

  89. escapadesbaisationnelles:

    « …je m’aperçus que ma voisine était fort agréable à regarder. Elle avait les cernes de bon aloi de la jeune Normande qui rentre chez elle après avoir passé à Paris une nuit d’extases et de déchirements.  »

    Cette jeune femme qui vit dans une maison-mausolée, qui étouffe, cherche un remède dans les copulationnements débridés.

    Evreux n’offre guère d’occasions;d’où les escapades parisiennes .

    C’est très clair.

  90. – Vous êtes toujours aussi sûr de vous ? m’a-t-elle demandé.
    – Pas de moi : de vous, ai-je répliqué.
    __________________________________________________________________________

    Bon mot.

    La meuf s’était-elle trompée ? Avait-elle perçu la fragilité derrière les rodomontades ?

    Rappelons nous: le Maestro cesse la publication de chapitres de Soleil Noir, parce qu’un petit merdeux critique sa prose.

  91. « De la même manière que ça m’a fait saigner les oreilles quand j’ai entendu certaines personnes dire que Charlie Hebdo abuse du droit à la liberté d’expression. »

    Théorie publiciste liée à la construction de l’individu en droits subjectifs (fondamentaux). Ici droit de première génération, d’où DDHC : « tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’*abus* de cette liberté dans les cas déterminés par la loi » (art. 11).

    Rien à voir (normalement) avec la théorie civiliste de l’abus de droit.

  92. Ras le pompon de ces débats sans fin ni cesse.
    Épongez l’abus et tenez le quitte.
    Oui…
    ( plusieurs)

  93. Marine Le Pen, Jordan Bardella, Jean-Philippe Tanguy, Steeve Briois, David Rachline et Marion Maréchal savent-ils faire la différence entre dette et déficit ? se disent-ils marxistes tout en défendant une loi de Say radicalisée ? Clystère, clystère !

  94. Même Macron n’est pas aussi puant et méprisant que le petit bourgeois incompétent, lâche et menteur qu’il nous est donné de voir ici.

  95. Jean-Paul Brighelli 14 juin 2024 At 8h16
    Je m’occupais d’informer les nanas sur la contraception, etc.

    … comme on dit quand on veut éviter de parler de sodomie.

  96. Josip Gavrilovic 13 juin 2024 At 23h10
    Dis-moi si tu passes en PACA un de ces quatre.
    Là, tu sauras à quoi t’en tenir.
    _________________________________________________________________________

    En PACA,mais à 700km de Marseille…c’est si vaste la PACA ?

      • Ah bon,j’ai dû confondre…vous aviez répondu au Maestro que vous iriez bien à sa séance de dédicaces mais que 700 km ça faisait loin…et la séance de dédicaces c’était à Paris et non à Marseille-sans doute.

  97. « Le  nouveau Front Populaire est constitué, avec investitures et programme. Tout le monde est à bord, pour trois semaines minimum. Les réticents, les tièdes, les vigilants, Delga, tout le monde. Même Hidalgo va devoir s’y mettre. Et peut-être même Cazeneuve, allez savoir. En quatre jours. Quatre jours magiques (…).qui auront suffi à effacer à gauche quelques mois de haine largement surjouée.

    Ayons la faiblesse de savourer quelques heures le dépit et la terreur de toute l’éditocratie en continu. « Un accouchement dans la douleur ! » analyse sur BFM Natacha Polony de Marianne, hier soir, après l’annonce de l’accord. Je ne blague pas. « Dans la douleur ! » En quatre jours ! Ecoutons-les, jeter ce dépit, cette terreur, à la face des socialistes, sur le thème inusable de l’alliance avec le diable Mélenchon, et son « antisémitisme ». Aux plus vieux, comme moi, cela ne peut pas ne pas rappeler la haine de la droite à l’égard de Mitterrand, et du programme commun avec les communistes, en 1978. Comment donc ! Avec les rouges ! L’antisémitisme s’appelait alors « chars russes à la Concorde ». Et aux vieux de 78, j’imagine que cela rappelait tout simplement 36, et la haine de Maurras contre le Juif Blum, cette « chamelle » à « poignarder dans le dos ». De génération en génération, la droite la moins imaginative du monde reste fidèle à elle-même, à l’heure de se voir arracher quelques miettes de dividendes. Le summum étant atteint par l’éternel revenant Valls, qui est allé jusqu’à qualifier d’antisémite une réaction du député de Marseille Sebastien Delogu aux provocations d’Hanouna. Tiens, pas de nouvelles de Valls ce matin. Il doit se sentir un peu seul.
    On pourrait s’arrêter sur le cas Hanouna. C’est son heure. Comme il a dû l’attendre ! Il est lâché dans la descente, ses câbles de freins cisaillés, droit dans le décor, banzai ! C’est l’heure de toutes les revanches. Contre le sortant Louis Boyard, qui avait commis l’affront de citer le Saint Nom de Bolloré sur son plateau. Contre Mélenchon. Contre les Insoumis en général.  Le patron lui a lâché la bride, il fonce. Comme cela doit être bon, de ne plus devoir feindre, finasser, jouer au bon pote universel, réserver ses vannes à son clan. Ah, cette séquence de Sarah Knafo sollicitant Bardella sur le téléphone portable de Hanouna !  « Jordan, on se connait depuis qu’on a 17 ans ! » Comme c’est LOL, le fascisme !

    @Cyrilhanouna appelle Jordan Bardella en direct dans #TPMP @knafo_sarah lui laisse un message ! pic.twitter.com/Kr4JC9J2eE
    — TPMP (@TPMP) June 13, 2024

    Merci Hanouna d’incarner le visage hideux, éternel, de la presse aux mains des oligarques, qui se moque des règles et de la décence. De nous décrire crûment la situation : Bolloré a raté son coup avec Zemmour, il tente son va-tout avec Bardella. C’est maintenant ou jamais. Pour eux, comme pour nous. »

    Ce texte n’est pas de moi.
    Mais il résume assez bien ma vision de la situation actuelle.
    Nos grands médias privés sont entièrement dévoués à la cause de la droite – au mieux – et de l’extrême-droite au pire. Les « journalistes » qui y travaillent ont écrasé à coups de botte, en défilant au pas de l’oie, la déontologie de leur métier et leur devoir d’au moins essayer d’être impartiaux.
    Actuellement, même un Alain Duhamel est choqué par ce qu’il voit du monde politique et du monde médiatique…On ne saurait mieux dire.

    • Allons, Josip, cessez vos simagrés deux secondes… Votre projet, cet état fort unique dirigeant tous les états membres européens, ce truc super sexy dont vous nous parliez il y a quelques semaines serait peut-être sur le point d’émerger. Un foutoir incessant, un soulèvement populaire contre les forces brunes aux seuil du Pouvoir, sur fond de menace avec les chars russe (encore eux), l’impossibilité faite au gouv’ de pouvoir maintenir un ordre public sombré dans le chaos, et hop ! On instaure un état d’urgence et hop ! on siffle l’aide européenne pour maintenir l’ordre et hop ! on en profite pour ratifier cette saleté de traité qui est en attente d’être signé depuis plusieurs mois… Chiche ?

    • Avez-vous noté ces images qui tournent en boucle de ce jeune arrachant le drapeau français quand un autre, dans une autre manif’, tient des deux mains le drapeau européen diffusés sur toutes les chaînes ? Vous évoquez la responsabilité des médias (dans l’alimentation d’un chaos, pour manipuler les peurs, exacerber les haines et les fractures sociales ?), je vous interroge pour savoir si vous avez vu ces deux images à la portée tellement subliminale sur le projet qui pourrait se préparer.

      • Flo/Gérard, vous spéculer sur du potentiel. Vous vous projetez dans un possible.

        Pour ma part, je décris ce que j’observe.
        Le coup de fil à Bardella donné par Sarah Knafo, la compagne de Zemmour, sur le portable de Hanouna, ça n’est pas du potentiel. C’est du réel.
        Vous spéculez, j’observe. Grosse différence.

          • Oui, bien sûr ce ne sont que des spéculations. Mais il se trouve que ce projet qui est, par pur hasard sans doute, le vôtre pourrait se matérialisé. Disons que toutes les conditions sont (enfin) réunies pour qu’il puisse se faire. Non ? Qu’en pensez-vous ?

        • Ma projection, non.
          Pour être plus précise : c’est une projection qui se fonde sur les ambitions que défend Touf’ et dont il ne s’est jamais caché.

          • J’ignore ce que Macron a en tête. D’ailleurs, en fait, personne ne sait vraiment ce qu’il a en tête. Est-ce que lui-même le sait ? Il donne de plus en plus l’impression de quelqu’un qui joue au poker les jours pairs, et à la roulette russe les jours impairs. Donc, son projet européen, s’il existe, est indéchiffrable…
            Ce que je sais de façon certaine en revanche, c’est que quand l’extrême-droite est au pouvoir, même de façon très momentanée, elle a le pouvoir de faire de sacrés dégâts. Que les grands médias privés fassent la promotion – parfois avouée, parfois souterraine – de cette extrême-droite m’inquiète au plus haut point.

          • Je m’interroge comme vous sur son état mental mais ce n’est un secret pour personne de savoir qu’il est viscéralement européen, plus européen qu’il ne se sent Français. J’ai un mal fou à l’imaginer ne pas avoir anticiper la gabegie provoquée en dissolvant l’Assemblée, dans le contexte géopolitique actuel à quelques jours des JO. Certains arguent qu’il aurait envie de refiler cette patate chaude du budget et les 900 milliards de dette supplémentaire au RN ou à n’importe quel autre parti. Je ne vois pas très bien ce que pourrait faire comme dégâts le RN dans un cadre législatif européen auquel la France est soumise. Quels pourraient-ils être?

          • … Et vous avez partout des manifs, demain… anti peste brune :
            Courez-y !
            (le smic à 1600 euros, 6e semaine de congés, retraite à 60 ans…
            ça m’en rappelle des souvenirs, souvenirs…
            Et avec ça, « choose France », ça risque d’être très très compliqué !)

          • Le locataire de l’Elysée a été mis sur orbite pour casser ce qui restait de France ;
            Réussi !
            avec une absence totale de contre- pouvoirs – j’ai tendance à me répéter –
            une rafale de 49.3, etc, etc…
            On attend la suite… du chaos !

          • Et ce qui reste fascinant,
            c’est que tous les 50 ans, ou plus, ou moins,
            peuvent se rejouer les mêmes mauvaises tragi-comédies…
            Et avec utilisation des mêmes slogans, obstinément répétés !

            Sauf que cette fois-ci, la petite Europe va mal, et que l’échiquier s’est déplacé, ailleurs…

          • « Je ne vois pas très bien ce que pourrait faire comme dégâts le RN dans un cadre législatif européen auquel la France est soumise. Quels pourraient-ils être? »

            Sébastien Chenu a annoncé qu’une des premières décisions du RN au pouvoir serait de privatiser le service public audio-visuel. Quelques candidatures de repreneurs ont déjà été évoquées, dont celle de Vincent Bolloré.
            Le pluralisme de l’information est déjà mal en point.
            Avec la privatisation de l’audiovisuel public, il n’y aurait plus de pluralisme du tout.
            Se rend-on bien compte de l’enjeu ?
            Mettre la main sur l’information, c’est toujours la première chose que font les putschistes aux premières heures de leur coup d’état. Point de coup d’état ici, mais une décision mûrement réfléchie et annoncée avec aplomb. Parce que l’objectif est le même : faire taire l’opposition.
            Ça commence toujours comme ça.

          • Récemment, le Tolstoï de la Douma (qui parle un remarquable français) a dit à propos de l’agité de l’Elysée :
            « on s’en fout ».
            Et pendant ce temps, Lavrov a fait son petit tour d’Afrique (après l’Est, c’est le tour de l’Ouest).
            Quant à l’Amérique-que,
            maintenant que même les mainstreams reconnaissent que le vieux a un pet au casque…
            on attend donc la suite…

          • « Avec la privatisation de l’audiovisuel public, il n’y aurait plus de pluralisme du tout. »

            Pourquoi donc le contribuable devrait-il payer pour être informé par des gens qu’il désavoue constamment aux élections ? Parce que ces gens sont soutenus par des bourgeois ? Mais que les bourgeois fassent leur propre chaîne privée, on verra les audiences qu’ils feront.

            Dans un régime sain, l’État n’intervient pas dans la libre concurrence des médias. Il laisse les citoyens s’informer comme ils l’entendent.

          • Couille molle la grosse menteuse vit dans un monde parallèle où l’extrême-droite dirige les médias. Elle contrôle deux chaînes…

          • Vous le faites exprès, josip ?
            où avez-vous vu du « pluralisme » sur les mainstreams,
            ces dernières années ?
            où y voyez-vous de l’opposition ?!

            Marre de répéter ce que vous vous obstinez à nier !

            Et puis, les nouvelles générations, ne regardent absolument plus la tv, pas plus qu’ils ne lisent ce qu’il reste de journaux !

            Il faudrait déjà qu’ils sachent lire,
            et qu’ils comprennent ce qui se cache derrière certains mots et expressions,
            comme je l’ai répété plus haut…

            Les ceusses qui veulent s’informer, et qui sont capables et de penser (encore),
            et de faire la part des choses,
            s’intéressent à d’autres « streams » !

          • Le déni des bourgeois a déjà poussé l’estrême-droite à 30%… Encore un effort, bientôt 40% !

            « lE RéEl s’IMpoSE à mOi »

          • L’impossibilité de la gôche (radicale) de monter la moindre chaîne en dehors du service public montre surtout que leurs idées n’intéressent personne… Ces gens sont littéralement des parasites : ils prospèrent sur le dos de tous.

        • Mais pourquoi celle de Bolloré serait plus scandaleuse que celle de Drahi ou Bernard Arnault : ces deux derniers ayant participé au financement de la campagne présidentielle de Touf’ ?
          Vous faites un focus sur le danger de la main mise d’une idéologie sur l’audiovisuelle mais pardon, Josip, que des groupes financiers puissent financer une campagne présidentielle présentent des dangers bien supérieurs à ceux que vous dénoncez.

          • Vous n’avez pas compris… Josip est bourgeois avant d’être un homme de gauche. D’abord il s’en prend au parti pour lequel votent les prolétaires, ensuite, s’il lui reste du temps, il s’en prend à la Macronie et aux bourgeois de droite.

            L’important est de ne surtout pas sortir du déni bourgeois. Le reste…

  98. WTH 14 juin 2024 At 13h21
    (elle a même été très combative)
    ——————————————————————————————————–

    Elle a fait équipe avec Virginie Joron,du RN.

    • Arrêtez d’encenser V.J. s,v.p.
      Virginie qui prend les bols, Virginie qui fait l’équipe en place, c’est du lourd.
      Oui…
      (deux)

      • Je viens d’apprendre qu’elle a fait des études de droit à Nice.
        Spécialiste du pénal à Nice , c’est donc du très lourd.
        Oui…

        • Et en plus elle a joué en Syrie.
          Oui…
          ( C’est dans Wikipedia « En 2019, Virginie Joron effectue un voyage en Syrie qui suscite la polémique »)

  99. Revenants (1936, 1981…) – suite :
    La D. Voynet revient (à 65 ans) – au secours ! Help !

    • Entendrons-nous dans La Campagne,
      mugir ces vieillards de soldats,
      en mode l’ex (nous sommes tous des) juif allemand, qui approche des 80,
      ou celui, (84 ans), qui nous avait fait le coup du sac de riz (pour la Somalie).
      Parmi quelques autres…
      Quel passionnants pugilats, sur la scène politique !

  100. Josip Gavrilovic 14 juin 2024 At 17h30
    quelqu’un qui joue… à la roulette russe les jours impairs.

    Alors,il a eu énormément de chance.

  101. Il est grand temps que l’État rachète tous les médias privés et organise le pluralisme façon France Inter ou France Info !

  102. Si encore le fait de vivre dans un monde parallèle était compensé par une expertise dans un sujet particulier… Mais non. Couille-molle-la–menteuse est incompétente. Partout. Et quand on lui demande d’abjurer son mensonge, elle braille, elle braille, elle braille… et reste dans le déni.

    Son mépris et son incompétence ont bien plus fait pour le RN que toute l’action du grand croquemitaine Bolloré.

  103. Josip Gavrilovic
    14 juin 2024 At 8h17
    Il a pas bien compris, le petit trouduc.
    Me traiter de menteur ? Plusieurs fois ? Et jamais d’excuses ?
    Question de fierté, mais ça tu dois pas connaître.
    Tu as mon mail, tu me contactes, et tu viens prendre ta mandale dans la gueule.
    Là, tu sauras à quoi t’en tenir, y aura pas de malentendu.
    T’as toujours été nul en langues : la mandale, c’est le seul langage que tu comprennes vraiment, petit trouduc.
    Je t’attends. C’est quand tu voudras.

    Je ne plaisante pas.
    Je t’attends. C’est quand tu voudras.
    Tu as mon mail. Viens y poser tes couilles sur la table, viens me montrer ce que tu as dans le pantalon.
    Toi qui as peur de….donner ton prénom…!
    Toi qui as peur de….dire dans quel discipline tu fais une thèse (à supposer que ce soit vrai…) !
    Je t’attends.

    • Bla. Bla. Bla.

      Apprenez à faire des proportions, ça vous évitera d’avoir à jouer les gros durs (entre deux chialeries dans les jupons de Brighelli ou entre deux départs dé-fi-ni-tifs).

  104. « Si certain·es pouvaient profiter du week-end pour réfléchir aux conséquences de leurs propos tenus en plateaux – je ne vise personne, suivez mon regard vers l’ensemble des chaînes d’info en continu…

    C’est une semaine éprouvante, délirante, même, que viennent de vivre les médias français, alors que l’Assemblée nationale est dissoute, que l’extrême droite, parée de sa victoire aux européennes, est aux portes du pouvoir, que le camp présidentiel recherche désespérément un semblant de crédibilité politique, que la droite se fracture et que la gauche parvient, dans un moment à la hauteur de l’histoire, à s’unir. Et nombre des chaînes d’info ont sciemment participé à ce délire. Les médias Bolloré, bien sûr : Pascal Praud, sur CNews, n’a pas perdu une seconde avant de militer en faveur d’une « union des droites » orchestrée par Éric Ciotti et son grand patron ; Cyril Hanouna, sur C8, a organisé un vote pour dénoncer le « problème » LFI et empêcher toute union de la gauche. Le patron du Figaro s’est empressé d’annoncer que LR devait s’allier avec le RN.

    Hier soir, le délire des médias Bolloré en campagne – car ils ne se cachent plus – est allé jusqu’à la suggestion de Cyril Hanouna à Sarah Knafo, cadre Reconquête et compagne d’Éric Zemmour, d’appeler en direct Jordan Bardella afin de négocier une alliance des extrême droites. « On appelle Jordan Bardella, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ! s’exclame Hanouna tandis que son téléphone sonne. S’il y a d’autres gens qui veulent passer des coups de fil, n’hésitez pas ! » Bardella ne répond pas : Knafo, morte de rire, laisse un message. Pourquoi faire semblant d’être neutre, quand on peut orchestrer, en direct, le dialogue entre les candidats, souhaité par le patron ?

    C8 a l’habitude de fouler la décence au pied. Cette séquence interpelle, mais hors galaxie Bolloré aussi, les limites ont été franchies allègrement, cette semaine, avec le sourire, presque avec légèreté. Hier soir, tandis qu’Hanouna se faisait négociateur-en-chef d’un potentiel futur gouvernement d’extrême droite, LCI accueillait « deux France face à face » dans une « grande confrontation » censée faire se parler les pro- et les anti-RN. Un concept très risqué légitimant l’extrême droite comme acteur normalisé du débat démocratique, mais qui s’est largement répandu dans les médias français ces derniers mois. Concept qui s’est révélé catastrophique et irresponsable lorsque – il fallait s’y attendre – l’un des pro-RN, qui n’est autre que Georges Matharan, YouTubeur et ancien producteur de contenus pour le compte vidéo de Valeurs actuelles, VA+, a déclaré sans sourciller que « Ben oui ! », il vaut mieux tuer quelqu’un qui refuse d’obtempérer à un ordre policier. Une référence abjecte à la mort du jeune Nahel, tué par la police à Nanterre l’an dernier. Le présentateur David Pujadas tente un faiblard « Georges Matharan, je pense que les mots dépassent votre pensée… Là, on n’est plus dans l’opinion… » mais il ne parvient pas à cacher son sourire en coin, semblant jubiler de ce moment de télé. Et Matharan persiste et signe.

    C’est là toute la folie de tendre tranquillement le micro aux représentants de l’extrême droite : leurs mots ne dépassent jamais leurs pensées, ou alors très, très rarement. Leurs mots sont leurs pensées : clairs, précis, et terrifiants. Les laisser dérouler leur discours de haine avant de se contenter d’un pauvre « Non, enfin, on ne peut pas dire ça », c’est déjà abdiquer. C’est ce qu’a fait LCI hier. La chaîne avait déjà fait montre d’une ignorance crasse quant à la réalité de la menace fasciste le 11 juin, lorsque le présentateur Christophe Moulin s’écriait « Ah bon ?! » face à la députée LFI Sarah Legrain, qui rappelait que le Front national, ancêtre du RN, a été co-fondé par un Waffen-SS. Ah bon, l’extrême droite serait vraiment d’extrême droite ?! Mais ça alors ! Christophe Moulin, 57 ans, est diplômé de la Sorbonne, travaille comme journaliste depuis 1994 et est membre de la direction de l’information de LCI. Est-il sincère dans sa surprise, témoignant ainsi d’une lacune gigantesque en histoire politique ? Ou feint-il une naïveté irresponsable ?

    Il s’agirait peut-être, sur les plateaux des chaînes d’info françaises, de prendre la mesure du désastre en cours. Un désastre en partie causé, et, cette semaine, accéléré, par l’inculture et l’inconséquence des pitres qui y passent leurs journées. »

    C’est signé Pauline Bock, et c’est très bien vu.

    • Je vais faire plus court:
      -un facho raciste du RN est un facho
      -un facho antisémite de LFI est un facho
      Choisir l’un des deux c’est être un facho.
      Le reste c’est du pipeau pour se donner bonne conscience.

  105. prend les bols

    BranL’ les Pauls

    fait l’équipe en place

    fait les Pipes en Classe

  106. Ce n’est que du Spectacle…
    Et qui n’intéresse que peu de gens.

    La p’te Bock : Sciences Pipeau, Arrêt sur Image, toussa, toussa – et d’ailleurs aussi sur The Guardian.

    Tout un monde… et qui n’est pas le mien ;
    pas plus celui de cette droite, que celui de ses adversaires,

    lesquels ont perdu toute crédibilité,
    à la façon dont ils trompé (trahi ?) le peuple… puisqu’ils ne s’intéressent, en priorité, plus qu’au sociétal.

    Ne vous étonnez donc pas que ce dernier se soit tourné vers l’autre « extrême »…
    qui, soit doit en passant, ne semble guère avoir changé la vie quotidienne du peuple,
    en Italie, par ex,
    ou ailleurs – à moins que Sanseverina nous dise le contraire.

    Avec cette Meloni que les bien-pensants français montraient du doigt, et qui, sourit, comme d’hab, au G7…

    Et bien, Josip, la gauche a donné l’exemple : elle n’est plus rien, que des slogans ; et toujours les mêmes.

    Et la droite, cette « extrême », puisque l’autre a presque entièrement disparue (la « modérée » !), fera de même, c’est à dire pas grand chose…

    Il y a de virages qui se prennent… et les « partis politiques » n’ont franchement plus grand sens.

    • Et Gégé n’a pas tort (19h36) : Toufriquet a été mis en place par les grands argentiers, Arnault, Mckinsey…
      La « gauche » aura(it) fort à faire ; on ne voit guère comment elle pourrait s’en débarrasser.

      • Les mauvaises langues disent que c’est la femme d’Erotico qui gère son élection.
        Oui…

  107. J’observe qu’il y a pire que les élections : les discussions de tactique électorale.
    On a bien affaire ici à un fétichisme électoral.
    La société française se droitise depuis 20 ans, dans sa chair même, dans son quotidien, mais il faut que ce soit acté électoralement pour que ça panique.
    Amusant.

    • Pour pallier les effets négatifs d’une augmentation du SMIC à 1600 € nets, les lfistes envisagent de concentrer les bénéficiaires dans le désert des Agriates, retiré de la tutelle du Conservatoire du littoral pour l’occasion. Ils constitueront la force de travail destinée à construire la plus grande concentration de travailleurs en Europie. Le parc, renommé Smicie, verra son économie réorientée vers le tourisme social obligatoire ainsi que la pêche de subsistance. La population du parc sera régulée par une force armée dont le rôle essentiel sera d’empêcher une immigration de gueux tentés de bénéficier des largesses du Système.

      Les quelqu’uns payés un peu au dessus ou en dessous du smic seront intégrés progressivement au dispositif.

      • Très drôle, Dugong. Vous nous en faites un petit roman ? Une nouvelle ?
        Dans certaines régions, bien que ce soit le PS qui ait eu le plus gros pourcentage aux élections européennes, c’est quand même des fous de LFi qui seront investis en masse. Et que dire de la purge menée par l’Affreux. Quel démocrate cet homme ! Comment peut-on se mettre à la remorque d’un petit tyran pareil ?

  108. @Flogérard qui me lance de temps à autre des appels désespérés:

    Dans les dernières 24 H, quelques nouvelles de l’Ukraine :

    1- Engagement d’aide de 50 milliards de dollars du G7 – issus des avoirs gelés de la ruSSie.

    2- Accord de sécurité américain de 10 ans.

    3- Retrait de l’Arménie du CTSO.

    4 – La Bourse de Moscou arrête ses échanges.

    5 – Le sommet de la paix sur le point de commencer, en dépit des gesticulations du nabot du Kremlin et des chinois-sont-pour-la-paix-mais-seulement-à-condition-que-l’Ukraine-capitule.

    6 – Les ambassadeurs des 27 pays de l’Union européenne ont donné leur accord de principe à l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie.

    7- Même le gros Orban a promis de ne pas s’opposer aux initiatives de l’OTAN dans son soutien à l’Ukraine.

    Y’a des siècles, comme ça, où rien ne veut marcher, hein…

    Mais allez-y, venez nous expliquer à quel point tout ça est une catastrophe pour nous et pour les ukrainiens, qu’on rigole !

    • « 1- Engagement d’aide de 50 milliards de dollars du G7 – issus des avoirs gelés de la ruSSie. »

      Je ne suis pas surprise, mais pas du tout, c’est typiquement la façon de faire, vos usages, vous imaginer tout permis, « et que je passe des valises remplies de billets du Qatar » ; « et que j’te deal 30 milliards de vaccins par sms, pas vue pas prise » etc, ect…

      Il faudra songer à trouver un moyen pour rassurer les investisseurs à l’avenir, pas seulement russes mais asiatiques ou sud-américains parce que l’UE se met hors la loi. Et les tribunaux internationaux ne sont pas nécessairement dans votre camp du bien, le monde est vaste, vous savez : il n’appartient ni à Joe ni à Ursula…
      Précisons que ce ne sont pas les avoirs gelés de la Russie mais aussi les avoirs gelés de personnes privées russes… (Et ce n’est pas un abus mais un vol, lol !)

      Bref, c’est tout vous, vous n’êtes même drôles, même plus scandaleux, nous tellement sommes habitués à vos forfaitures. Vous êtes vous mêmes si sûrs de votre abus (lol) de pouvoir que ne les cachez plus, vous ne vous cachez plus.
      Attention, le retour à la réalité pourrait piquer très fort.

      • Quant à vous, Flo, vous ne vous renouvelez pas beaucoup. Même Philippilus le Prophète était plus marrant. De quelle réalité vous parlez au juste ?

        Pfff… Ne venez pas me parler de ce qui est légal ou pas, hein… Et question forfaitures, les russes n’ont strictement rien à envier à personne. Le seul accord qu’ils n’aient jamais violé, c’est le pacte Ribbentrop-Molotov, un truc déjà pas très glorieux à l’époque.

        • Alors si les Russes sont des voleurs, le monde entier est rassuré, le monde entier viendra aussi les yeux fermés planquer des petites cacahuètes dans les coffres de l’UE-land. : )

        • Allez amusons-nous à imaginer un pronostique, mon cher Mendax : Imaginons que les Chinois et les Russes ont compris cette tendance qu’ont les US à mettre le foutoir un peu partout, imaginons qu’ils aient compris la tactique américaine qui est de déstabiliser une région, un pays par le conflit. Sur quel terrain, d’après vous les Chinois et les Russes vont répondre aux US ? Par un conflit armé ou par un conflit économique ? Si la deuxième option est choisie : qui gagne ?
          Rappel : Les US produisent un ingénieur contre cinquante pour la Chine ou la Russie. Les US sont dépassés depuis lurette, ils ne sont plus number one de la tech.

          • C’est rigolo, vous répondez exactement les idioties auxquelles je m’attends, parce que contrairement à vous, je lis AUSSI les messages de l’autre camp.

            Comme disait Josip plus haut, vous spéculez beaucoup. Et c’est pas tellement le signe d’un ancrage dans ce que l’on appelle « la réalité ».

            Je vous ai déjà dit plusieurs fois que je me contrefous de l’hégémonie des USA, de sa rivalité avec la Chine, de la sénilité de Biden ou du slip de Zelenski. Tout ce que je veux, c’est que la russie poutinienne se barre du territoire ukrainien. Que la russie paie les dégâts me semblerait normal, tout comme le fait de rapatrier les enfants déportés et traduire l’homoncule étronoïde en justice. Malheureusement, je ne suis pas aussi doué que vous pour les prédictions et je ne sais pas si cela arrivera. En revanche, ce dont je suis persuadé, c’est que la russie restera longtemps un paria pour ses voisins et pour tous les pays civilisés. Sauf si les fachos arrivent au pouvoir, ce qui reste malgré tout possible à mon très grand regret.

          • Du territoire ukrainien.
            De quel territoire parlez-vous, ? D’un conglomérat composé de plusieurs peuples qui fait l’objet des appétits hongrois, polonais et russes ?
            Commençons peut-être par définir cette réalité qui vous ennuie sur ce qu’est véritablement ce territoire.

          • Si toutefois vous admettiez cette réalité, quel peuple de ce territoire défendez-vous au juste ?

          • Mais peut-être me trompè-je, peut-être confondez-vous les acquisitions de Blackrock dont la valeur est égale à une population de 600 000 soldats morts avec les peuple ukrainiens ?

      • Vous arrivez quand même à m’épater.
        Alors voilà, c’est décidé, Ursula & Joe ont décidé de poursuivre le massacre…

        « Pour l’Ukraine et parce que c’est leur projeeeet ! »

    • 7- Même le gros Orban a promis de ne pas s’opposer aux initiatives de l’OTAN dans son soutien à l’Ukraine.

      Alors si le gros a promis, vous êtes « safe », vous pouvez y aller les yeux fermés. : )

    • Vous auriez pu nous donner des nouvelles de Joe. Les dernières images de lui, hébété, bouche entre ouverte, fixant un point imaginaire le dos tourné aux les six autres, dont Touf’, alors qu’ils applaudissaient l’arrivée des parachutistes ne rassurent pas. Il a fallu que Meloni dans un réflexe maternelle vienne à sa rencontre pour lui rappeler la raison de sa présence : « M’sieur Joe, tournez-vous, oui, comme ça c’est bien… allez, on applaudi, voilà, c’est bien… »

      PS : Touf’ présentait presque les mêmes troubles, affichait une petite mine. Serait-ce contagieux ?

  109. Bruno Le Maire, fort de ses résultats époustouflants depuis qu’il occupe Bercy, a violemment attaqué le programme économique du Nouveau Front Populaire.
    Il est – curieusement (?) – moins bavard sur celui du RN. Mais d’autres parlent : écoutons donc l’expert économiste François Lenglet, le bien connu gauchiste échevelé des radios-télés :
    https://youtu.be/1RAGgdOkBcs?si=Za5ywFkyG8oyYKgH

    Bruno, pourquoi tu tousses ?

    • Pourquoi, oui pourquoi, a-t-on cette impression tenace que les plus modérés des macroniens issus de la droite républicaine – comme Bruno Le Maire – préféreraient « malgré tout » que ce soit le RN qui gagne, plutôt que la gauche ?
      Pourquoi ?
      Allez savoir…
      Ce pays est en panne de boussole, de sextant, de GPS et surtout de jugeote.
      Et dire que le 30 juin et le 7 juillet, il y en a qui ont prévu d’aller à la pêche…

    • Je pourrais en récupérer cake z’uns pour vaquer aux travaux des champs que les autochtones ne veulent plus faire. Ils seront nourris (gamelle de soupe) et logés (niches).

  110. Si c’est une garbure ? Vous pratiquez la garbure dans votre coin, ou c’est déjà trop éloigné ?

  111. reste une soupe d’hiver. L’été, une soupe claire, voire très claire, suffira…

    • Pour les impressionner, on pourra en jeter un * dans l’auge à cochons

      * un vioque, au bord de la limite d’âge, même plus foutu de coller un timbre

      • Le traitement serait plus adéquat pour les militants de LFI ou quelques écolos qui seraient parfaits comme nutriments pour ces bons cochons. Je suis sûre qu’on en sortirait un excellent culatello.

    • Fin du (fin, as usual) commentaire de Reporterre :

      « Mardi soir, à Niort, nous étions un millier de manifestants contre l’extrême-droite devant la préfecture, et il y avait autant de gens dehors en terrasse qui nous regardaient ».

      Ben oui, nigaude ! Pour les « gens » en « terrasse », ce n’est rien que du spectacle (de rue), grandeur (?) nature ;
      ça les change de leur(s) écran(s) ;
      ou peut-être aussi, ne sont-ils pas dupes de ces épouvantails qui s’agitent en tout sens !

    • Ah ! Le Julliard. Ils ne sont jamais loin, toujours prêts à ressortir pour le grand soir. On l’avait perdu de vue, celui-là.

  112. Il y a des pays où de hauts responsables, victimes d’effets indésirables de l’injection qu’ils avaient prônée (victimes ou se croyant victimes) changent leur fusil d’épaule , participent à des manifestations contre l’OMS, dénoncent la catastrophe « vaccinale ».

    Exemple: Kazuhiro Haraguchi,ancien Ministre de l’Intérieur japonais,aujourd’hui député.

    « Haraguchi … shared a deeply personal story about his own health struggles. After receiving vaccines, he developed a severe illness, specifically a rapidly progressing form of cancer. … Two out of the three supposed vaccines I received were lethal batches, » he revealed. This candid account of his battle with cancer, which included significant physical changes like hair loss, struck a chord with the audience…

    Adding to the conversation, Haraguchi disclosed that he was not the only member of Japan’s National Diet to suffer adverse effects from vaccines. He mentioned that three of his colleagues had been severely affected, with some even hospitalized. « They are falling to pieces, some hospitalized. But they don’t speak up, » he explained. This revelation underscored a broader issue: the reluctance or inability of public figures to discuss their personal health challenges openly.

    Haraguchi was particularly passionate about the attempts to silence those who question current policies and government actions. …They are trying to silence our voices, » he stated. This attempt to censor dissenting voices highlighted a critical concern about freedom of speech and expression. Haraguchi urged the audience to remain steadfast in their resolve, saying, « They are trying to block our freedom, our resistance, our power. But we will never lose. »

    In the conclusion of his speech, Haraguchi issued a rallying call for action. He urged the people to stand united in challenging the government and its questionable decisions. « Let’s overthrow this government, » he proclaimed…

    https://www.aussie17.com/p/japans-former-minister-for-internal

    • « They are falling to pieces… »
      S’il leur reste encore un brin de dignité,
      n’ont plus qu’à faire seppuku !

  113. En France, si certaines personnes haut-placées souffrent d’effets indésirables,elles ne se manifestent pas, craignant sans doute les représailles du gouvernement.

    Je pense, de toute façon, que rares sont les hauts placés qui se sont fait injecter. Il est presque certain que Macron n’a pas reçu l’injection; Delfraissy, qui racontait publiquement qu’il venait de recevoir sa sixième piqûre,ment probablement; Pour Castex, je ne sais pas:il est assez khon pour avoir accepté… Dans l’ensemble, les huiles se sont soustraites aux piqûres.

    • C’est possible, pour Castex : vu son état, le personnel de la Ratp en a (bien) profité pour opérer un rapt, ou détournement de fonds (de l’Etat), vers leurs poches – un des à-cotés non dédaignables du grand spectacle à venir des JO.

  114. Youpi, quelle merveilleuse surprise pour mes voisins, les Corréziens : Flamby candida !

    Aura-t-il droit à une soupe… à la grimace ?

    On se rappelle son « mon ennemi c’est la finance ».

    Maintenant qu’il n’a plus sa moto, il ne pourra se joindre au nouveau « Front Pop’ » qui veut « faire payer les riches » !
    à pied, à cheval, en voiture, ou même via les réseaux câblés, aucune chance,
    mais alors aucune, pour eux d’aller les traquer (braquer) tout là-bas, dans les « paradis fiscaux »,
    et même, bien plus près, dans les z’iles anglo-normandes, ou le Luxembourg (partie très prenante – de brouzouf – au sein de l’UE…).

  115. La question essentielle pour les législatives: qui, parmi le candidats est franchement opposé à l’expérimentation sur cobayes humains ?

    Cette question essentielle n’est pas posée ouvertement!

    Au Parti Socialiste, nous avons des gens qui sont de chaufds partisans de l’expérimentation sur cobayes humains; ce sont des néo-nazis; ne votons pas pour ces gens-là.

    Pour le moment je ne vois qu’à l’extrême droite des candidats qui défendent les principes établis à Nuremberg.

    On nous prépare une nouvelle plandémie,avec la grippe aviaire; seuls les députés d’extrême droite sont susceptibles de nous défendre contre les piqûres d’ARN messager

  116. Se droitise, se droitise, c’est vite dit. Les Français votent de plus en plus pour des partis classés à droite mais la ligne de ces partis évolue toujours plus vers la gauche sur le long terme. Les bourgeois se donnent des frissons et crient au fascisme avec le programme du RN sur l’immigration… qui est bien plus modéré que celui du RPR des années 90. Le type qui disait « le bruit et l’odeur » a fini par voter Hollande en 2012.

    Tout cela n’est que du théâtre, et les principaux intéressés le savent bien. Il n’y a que les militants un peu cons pour se noyer dans un tel verre d’eau.

  117. La gauche adore se fantasmer en grande persécutée avec qu’elle contrôle, avec le centre, la quasi-totalité de l’appareil d’État (haute administration, Europe, justice, médias, universités…) et du para-public (associations, ONG, presse écrite…).

  118. Josip Gavrilovic 14 juin 2024 At 14h51
    « Nous avons eu une seconde séance, encore plus dure, deux jours plus tard, où je l’ai livrée à trois hommes et où j’ai photographié leurs ébats. »

    Ce que décrit cette phrase ne provoque en vous aucun malaise, Lormier ? Vraiment ?
    _________________________________________________________________________

    De trois choses l’une:
    a) Cette histoire est totalement inventée
    b) Cette histoire est vraie;la fille de Jean Nocher s’est bien comportée comme il est raconté
    c) Pas totalement vrai, pas totalement inventé.

    Dans tous les cas, il est question d’une meuf (réelle ou imaginaire,ou partiellement imaginaire) qui trouve dans ce type de rapports sexuels certaines satisfactions. Personne ne la force,elle s’adonne à ce que certains appelleraient d’immondes cochonneries, pour oublier un moment sa triste condition de fille étouffée; par l’orgasme,elle se libère.

    Si des personnes comme ça existent, qu’y puis-je ? Et si elles ne sont que des « figments » de l’imagination féconde du Maestro,qu’y puis-je ?

    Pourquoi éprouverais-je un malaise ?

  119. Entre la vieille pute macroniste, le renouveleur de pédagogie et le bourgeois dans le déni, nous sommes servis en boomers !

  120. La ville de Luxembourg présentait pour moi un avantage considérable sur Thionville, ville lorraine voisine:on pouvait y voir des films en version originale.

    • Tu n’as aucune dignité, Dufion. Le patron donne quasiment son assentiment à ce que tu te fasses publiquement traiter de gros étron, il t’a renvoyé à ton insignifiance quand tu as été chialé dans ses jupons au lendemain d’une de mes nuits d’ivresse et pourtant tu continues d’être à ses côtés. Tu crois que parce que tu n’as pas réagi à sa petite provocation pour le mariage du laideron (encore qu’avec ton flair pédagogique…) il va te respecter ? LOL. Brighelli aime la flatterie mais il méprise les flatteurs, qu’il tient dans sa main. Va te suicider, gros étron, ça évitera que ta morue fasse un procès au Kardegic.

      • le « quasiment » est dans ton imaginaire pourri…

        Pour info, toi le bleubite sur BdA, sache que, contrairement à toi, je n’ai jamais léché le cul de notre hôte, et si je lui ai parlé de toi, c’est, sur le blog, suite à une série de dégueulis nocturnes montrant que tu n’es qu’une petite frappe ne supportant pas l’alcool. Y en a des qui espèrent que ça veut dire « chialer dans le giron ».
        Quand je suis apparu sur BdA, il y a lurette, je n’ai pas tardé à envoyer un courriel à notre hôte pour me présenter. S’il avait voulu, il aurait pu me virer illico. Il y a anonymat et anonymat!

        • Quand Brighelli dit « oui » à « un individu qui possède les caractéristiques de Dugong est-il un gros étron ? » puis se contente d’un « tt-tt » pour « Brighelli ne dit-il pas que Dugong est un gros étron », le « quasiment » est encore généreux.

          • Mais libre à toi de ne pas le voir ! Après tout, il paraît qu’il existe quelques demeurés qui ne voient pas la contradiction entre voter fièrement « pédagogie renouvelée » et militer au GRIP. D’ailleurs, que pense Brighelli de ces gens ?

  121. Dans ma circonscription, le sortant est une raclure toufriquetiste imposée à l’époque par le modem. Il se représente. Pour moi, c’est le candida de mes intérêts même si j’aurai les doigts qui sentent la merde après l’avoir urné.

    • Ben voilà ! On se pince le nez histoire de mais on finit toujours par rentrer au bercail…

        • Mais vous avez entièrement raison de voter selon vos intérêts. C’est seulement le couplet « je me pince le nez » qui est grotesque. Ça fait sale gosse qui n’a même pas la reconnaissance du ventre. La rebellitude ingrate… duchesse !

          • En politique, la reconnaissance est une faiblesse. Si je dois quelque chose, c’est à mes profs. Je n’ai jamais prétendu être un rebelle. je suis plutôt dans le tonneau des épicuriens laxistes

          • « Je n’ai jamais prétendu être un rebelle. Je suis plutôt dans le tonneau des épicuriens laxistes »

            LOL. C’est ce que tu aimerais être mais ce n’est pas du tout ce que tu es. Tu pues la petite merde qui essaie de « rester atypique sans devenir marginal ».

          • « Yeeeeah ! Je suis un rebelle, j’écoute du rock, je connais les tontons flingueurs… »

            Mais le degré de ri-di-cu-le.

          • Tout ton monde part à vau-l’eau, Dufion… Regarde, même sur BdÂ, avant tu jouissais d’une certaine réputation, t’étais un peu respecté parmi les commentateurs. Maintenant tout le monde te pisse à la gueule. Même Brighelli, putain, Bri-ghel-li qui est censé être ton grand pote, t’insulte par « oui mais tt » interposé. Et t’es tellement trop con, tellement dans le déni que tu fais semblant de ne pas le voir. Mais respecte-toi, bon sang !

          • La seule question maintenant est de savoir qui de l’AVC ou du rappel à la réalité frappera le premier. Il n’y a que la vieille pute macroniste comme toi pour t’imaginer éternel. Tu vas claquer, Dufion, tu vas claquer !

          • Et je te prie de croire que quand Brighelli nous annoncera l’AVC qui nous aura délivré de toi, j’écrirai dans le quart d’heure à ta veuve pour lui dire, entre autres choses, combien nous fêterons dignement cet événement.

          • Ton monde s’écroule, vieux fossile ! Ton seul héritage sera d’avoir promu la pédagogie renouvelée de ton maître. Nous ne nous en débarrasserons pas mais nous ferons savoir à ta veuve ce que nous pensons de toi.

  122. Dugong 15 juin 2024 At 13h43
    Ce sont les seuls qui ne chercheront pas (tout de suite) à me dépouiller…

    Vous avez raison. Votre équipe vous prépare une petite surprise de derrière les fagots sur vos biens personnels, votre bas de laine si elle se maintient au pouvoir.
    C’est simple, vous allez a-do-rer, elle est intitulée dans l’entrée du menu : « le chypriotage de la mort qui tue ».

    • (Oh, on entend déjà les  » Kaïe ! Kaïe ! Kaïe ! » et  » Kouine ! Kouine ! Kouine ! » on les avait prévenus que c’était très épicé…)

    • (je me demande même si ce ne sera pas proposé en amuse-bouche. Ils y tiennent à leur programmation militaire, y z’ont quand même mouillé la chemise pour faire passer dare-dare leur texte de loi sur la réquisitions des biens et des personnes. Bah, 900 milliards à combler ne sont trouvent pas sous le pied d’un cheval ^^ )

        • « Il y a toujours eu des lois de programmation militaire. »

          L Etat était-il au bord de la faillite avant Touf’ ?
          Quand le psychopathe mégote la méthode parce que le résultat l’enquiquine, vous normalisez le texte en esquivant le contexte actuel, et de façon grossière, son remodelage de Juillet 23 : La réquisition des biens et des personnes.

        • Vous avez toutes les infos entre les mains.
          Faites votre choix, il vous appartient mais de grâce : pas de chouineries aux cas où les effets indésirables se feraient sentir.

      • Vous en redemandez du Mozart de la finance, vous avez aimez, n’est-ce pas ?

        Vous allez en avoir grandiose, ambiance « mille e tre, la la lère… ».
        Mais attention… en seul acte !

  123. En France, un Ministre de la Santé peut,sans risque, raconter n’importe quel bobard. La plainte contre Aurélien Rousseau, qui avait déclaré que les injections d’ARN messager étaient efficaces et n’avaient aucun effet secondaire, a été classée sans suite en décembre, par la Cour de Justice de la République.

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-plainte-contre-les-propos-sur-la-vaccination-de-l-ex-ministre-de-la-sante-rousseau-classee-20231221#:~:text=La%20plainte%20d%C3%A9pos%C3%A9e%20contre%20l,de%20source%20proche%20du%20dossier.

    • Et cet Aurélien Rousseau est candidat « Front Populaire »;donc le Front Populaire accueille un partisan de l’expérimentation sur coabaye humain-interdite depuis Nuremberg.

      • Oui, et pas que : le Véran, itou, ainsi qu’E. la Borné.
        De quoi réjouir le camarade Josip ?!

  124. WTH 15 juin 2024 At 13h20
    les z’ong, comme pisse-jaune, c’est la haine !

    Simple question de phonétique:dans ONG ,le N se prononce « enne » ou « aine » (c’est pareil)

    On pourrait donc écrire oainegiste.

  125. abcmaths 15 juin 2024 At 14h35
    Oui, je connais bien Thionville mais je ne comprends pas votre commentaire.
    Jusqu’à présent, j’arrivais à suivre, mais là je suis perdu.

    Peut-être aurais-je dû préciser qu’à l’époque lointaine où j’ai habité pas loin de Thionville,il m’est arrivé de me rendre à Luxembourg simplement pour voir un film en version originale.
    Thionville ne proposait que la version française.

  126. « Je ne mange pas de ce pain là », écrit le sirénien.
    Pas plus que pour lui n’est question de dire adieu veaux, vaches, cochons, etc…
    Plus rien à boulotter… que de l’herbe ? Réduit à la portion congrue ? A rien qu’une petite mare, aux canards ?
    Et puis encore ?
    Soutien au camarade🐬et vive les vaches (de mer et des prés) !

    • … Si seulement le Grand Cric pouvait croquer (de ses dents acérés) l’abominable petit (d’ ?) homme, qu’est le S&f…

    • Enfin une photo de S&f, en chair et en nonosse (ne pas confondre avec…) qui vitupère – en ligne, tandis que Josip est dans la rue, avec ses camarades ?!

    • Pleurez, crétin de Reflux, vous ne gagnerez jamais autant de fric que ce qu’on a pu gagner et vous continuerez à payer nos retraites. Vous n’aurez jamais autant d’opportunités que ce qu’on a eu pour vous constituer un patrimoine. Et comme vous avez l’air d’être un sacré flemmard, vous serez pauvre toute votre vie, déjà rongé par l’envie d’avoir ce qu’ont les autres. Mais bossez, abruti, on verra après.
      Apparemment, vous allez passer votre vie à baver de n’avoir pas été un boomer.
      Envieux !
      Alors payez, payez, mon brave, nous on encaisse. Et on vous emmerde à cent sous de l’heure.
      PS : De plus en plus d’AVC chez les jeunes. Et alors chez les jeunes cons qui se biturent encore plus.

      • Va voter Macron et ferme ta gueule, vieille pute… Tu réussis seulement à ennuyer le blog.

        • « vous serez pauvre toute votre vie »

          Pour votre information, la boîte qui finance mes recherches m’avait proposé, en sortie d’ENS, un contrat à 73k (hors primes). C’est-à-dire plus que ce gagne une petite agrégée hors classe en fin de carrière. J’avais décliné pour prolonger la vie de biture. Alors je crois que, même sur ce point, tu pues la merde, vieille pute !

          • Un petit salaire à 4500 euros et vous avez l’impression d’être riche ? Pauvre petit bonhomme, allez.
            Vous sortez d’où pour jurer en permanence comme un charretier ? Votre père ne vous a pas appris à être courtois ?

          • 4500 nets, hors primes, en entrée de carrière, sans avoir même eu à envoyer le moindre CV… je n’étais pas mécontent. Et à défaut de me sentir riche, j’avais la satisfaction de me faire proposer plus que les vieilles putes macronistes au bout du rouleau !

        • (« vie de biture », mais pas de bite dure – pour une fois – n’est pas coutume – j’ose) –
          Pauvre S&f !

          • D’ailleurs, je n’arrive pas à choisir pour la vieille pute… Un petit crabe bien pénible dont elle ne survit pas en fin de course, ou un infarctus foudroyant ? Votre pronostic, WTH ? Flo ?

          • On se rassure comme on peut, hein ? Tu claqueras avant moi, vieux fossile, et ta veuve aura le plaisir de savoir à quel point le commentariat te tenait pour une merde atypique sans être marginale !

  127. Réfugiés volontaires ou personnes déportées ? 1 200 000 Ukrainiens « réfugiés » chez l’envahisseur, ce serait inédit, non ? Et s’ils ont été déplacés de force,c’est un crime de guerre de vaste envergure.

    Estimated number of refugees from Ukraine recorded in Europe and Asia since February 2022 as of March 2024, by selected country
    Search:
    Records:
    13
    Country As of date Number of refugees
    Russia* 6/30/23 1,212,585
    Germany 2/3/24 1,139,690
    Poland 12/15/23 956,635
    Czechia 1/31/24 381,400
    United Kingdom 2/6/24 253,160
    Spain 1/31/24 192,405
    Italy 1/19/24 168,840
    Netherlands 1/31/24 149,015
    Moldova 2/25/24 116,195
    Slovakia 3/3/24 115,875
    Ireland 1/28/24 104,315
    Austria 1/31/24 84,135
    Romania 3/3/24 78,745

    Le site Staista est-il digne de foi ?

    Company Registration Information
    Statista, Inc.
    3 World Trade Center –
    175 Greenwich Street; 36th Floor
    New York, NY 10007
    United States
    support@statista.com

    Federal Tax Identification Number: 99-0367549

    Statista Inc. is a subsidiary company of the Statista GmbH, Johannes-Brahms-Platz 1, Hamburg, Germany.

    https://www.statista.com/statistics/1312584/ukrainian-refugees-by-country/#:~:text=Over%201.2%20million%20refugees%20from,as%20of%20June%2030%2C%202023.

    • Le sUkrainiens déplacés en Russie sont tout simplement les Ukrainiens russophones qui craignent d’être exterminés par les brigades de Zelensky.

  128. Réfugiés volontaires ou personnes déportées ? 1 200 000 Ukrainiens « réfugiés » chez l’envahisseur, ce serait inédit, non ? Et s’ils ont été déplacés de force,c’est un crime de guerre de vaste envergure.

    Estimated number of refugees from Ukraine recorded in Europe and Asia since February 2022 as of March 2024, by selected country
    Search:
    Records:
    13
    Country As of date Number of refugees
    Russia* 6/30/23 1,212,585
    Germany 2/3/24 1,139,690
    Poland 12/15/23 956,635
    Czechia 1/31/24 381,400
    United Kingdom 2/6/24 253,160
    Spain 1/31/24 192,405
    Italy 1/19/24 168,840
    Netherlands 1/31/24 149,015
    Moldova 2/25/24 116,195
    Slovakia 3/3/24 115,875
    Ireland 1/28/24 104,315
    Austria 1/31/24 84,135
    Romania 3/3/24 78,745

    Le site Staista est-il digne de foi ?

    Company Registration Information
    Statista, Inc.
    3 World Trade Center –
    175 Greenwich Street; 36th Floor
    New York, NY 10007
    United States

    Federal Tax Identification Number: 99-0367549

    Statista Inc. is a subsidiary company of the Statista GmbH, Johannes-Brahms-Platz 1, Hamburg, Germany.

    https://www.statista.com/statistics/1312584/ukrainian-refugees-by-country/#:~:text=Over%201.2%20million%20refugees%20from,as%20of%20June%2030%2C%202023.

    • On ne peut plus clair… Sauf pour ceux qui s’acharnent dans le déni (en mode Mendax)

    • Vous êtes vraiment grave, Lormier. Personne ne sait combien d’Ukrainiens sont en russie aujourd’hui – et si vous voulez rapporter les stats officielles du Kremlin, vous pouvez presque tripler ce chiffre, qui en l’état, ne veut strictement rien dire, Zelensky ayant parlé, quant à lui, de deux millions de personnes DÉPORTÉES – pour lesquelles le Putride et ses sbires font l’objet d’un mandat de la CPI, la déportation des peuples étant un sport très en vogue là-bas depuis Staline. Par ailleurs, je vous rappelle (ou vous apprends) que des ukrainiens en russie, il y en a toujours eu depuis une centaine d’années au moins. Enfin, quand bien même on pourrait faire quoi que ce soit de ces chiffres, je ne vois pas en quoi ça remettrait en question l’illégalité et la condamnation par l’Occident de l’invasion russe.

      Et l’autre cruche qui vient parler de « déni ». C’est à chialer de bêtise…

          • Fais toi plaisir, Mendax, on a l’habitude ici – et encore une fois,
            les rentre-dedans otano-russkof,
            on s’en ouf,
            … sauf que ça nous coûte cher !

  129. À part sucer mon père pour 20 francs, qu’est-ce qu’on t’a proposé, vieille pute, en début de carrière ?

      • Mon père est mort quand j’avais sept ans des suites d’un accident du travail. J’ai un souvenir assez précis des quelques semaines pendant lesquelles je suis allé le voir à l’hôpital. En dehors de ces moments, pas grand chose, il était souvent absent de la maison.

        Autre chose, gros étron ?

        • Hypothèse: et s’il était mort de chagrin en voyant le résultat de son coïtus interruptus raté, petit-trouduc ?
          Je t’attends toujours, j’ai une mandale dans la gueule en réserve pour toi, bien au chaud, sauce croate.

    • Mais c’est qu’il s’énerve, AVC junior ! Il devient très très grossier !
      C’est très vilain, très très vilain. Un peu de vodka ?

        • Alors là, j’aurais bien pu dire n’importe quoi. Vous pouvez bien vous brûler le tube digestif avec ce que vous vous voulez.
          Pire, le rhum, me dit-on, pour les AVC junior.

  130. Purges à LFIente. Trouduc inquiété ?

    Trop petit a décidé la commission, il restera colleur d’affiche

  131. Si je dois quelque chose, c’est à mes profs.

    Vous voyez, ça, Reflux, quelqu’un qui ose encore écrire cela de nos jours, ça le classe dans la catégorie des personnes bien. Ce que vous ne serez jamais. Tout narcissiquement gonflé que vous êtes de vous-même.
    Sans doute sortez-vous d’un milieu où tout vous est tombé tout cuit dans le bec d’où votre arrogance immonde et déplacée.
    Les petits minables de votre espèce qui refusent de bosser mais qui veulent avoir le fric sont légion actuellement. Assumez votre fainéantise et acceptez ses conséquences.

    • Oh là là… T’as toujours pas compris, vieille pute, que Dugong est littéralement une fin de race ? Le fils de bonne famille qui tourne mal mais qui peut se le permettre parce qu’il est de bonne famille ? Alors que moi je viens de la glèbe et que je me suis hissé jusqu’à l’ENS et l’agreg malgré l’école pourrie que vous m’avez laissée ?

      J’aimerais bien le dire, hein, que je dois tout à mes profs, que je suis un fils de la République… et vas-y que je t’enfile les grosses perles du catéchisme républicain. Mais à cause de connards comme vous qui ont voté Mitterrand et fait entrer Meirieu au ministère, non, je ne peux pas le dire. Ce serait mentir. Alors ferme ta gueule, vieille pute, tu t’appropries un discours dont tu n’es pas digne.

      • Ce ramassis de « gens bien » qui se sucent les uns les autres à coup de formules surfaites et lourdingues… alors qu’ils ont défoncé toute l’école de la République !

        • J’ai passé ma carrière à défendre l’école de la République. Cela vous embête à ce point-là, Reflux ? Vous n’avez juste eu pas de chance de nous avoir comme profs !

          • Et je continue de la défendre d’où ma critique en règle d’imposteurs qui se sont servis de l’école de la république pour se faire des carrières administratives qui les amènent à casser les lycées républicains d’excellence qu’ils défendaient auparavant.

          • Longue discussion avec la proviseur d’H-IV samedi a-m.
            Affelnet, elle adore — et ça se passe très bien, me dit-elle.

          • « défendre l’école de la République »

            T’as voté Macron, Sansev…

      • Le-petit-trouduc devient un cas d’école, un exemple canonique de pervers narcissique psychopathe, à montrer et à analyser dans tous les CHU de France et de Navarre.
        Je reproduis ci-dessous un échange intéressant et toujours instructif :

        Prophete Mao mais
        30 mai 2024
        L’homme-aux-mille-pseudos (que je nommerai ici, MP, Multi-Pseudonymé) n’a jamais fait l’objet d’une psychanalyse sauvage et drôlatique, et ce pour une raison simple : MP est un livre ouvert, et l’analyse ne révélerait rien de plus que ce que les posts de MP eux-mêmes font clairement apparaître en première instance, au premier degré.
        Toutefois il m’a paru intéressant de commenter quelques phénomènes récents ou plus anciens, qui peuvent alimenter l’analyse. Voici donc :

        Les messages de MP sont toujours « en réaction » à ce qu’aura écrit tel ou tel. MP ne produit jamais rien, ne construit jamais rien. Il « réagit à… ». Il est le Censeur, la Censure. Faute de pouvoir produire, il prétend corriger – à tous les sens du terme : il conçoit ce forum comme une maison de correction. ⁷⁸
        Le maître-mot de tout cela est frustration.
        Frustration inévitable: il est quasiment anorgasmique. Alors il compense par la parole : c’est s’en prendre verbalement à autrui (notamment par l’invective et l’insulte) qui le fait jouir, et il revient sans arrêt à cette pratique (sadienne?) de l’invective et de l’insulte. C’est alors le syndrome du disque vinyle rayé, de la répétition ad libitum du même message, du performatif permanent : dire, c’est faire. Dire, c’est compenser ce qu’on ne peut pas faire, ce qu’on ne pourra sans doute jamais faire. Dire le nombre de ses conquêtes féminines ou se vanter de ses performances horizontales, ça n’est pas seulement faire preuve d’un virilisme triomphant, c’est surtout compenser la frustration qui ronge, qui ronge lentement mais sûrement, et qui génère de la souffrance psychique qui, dans le meilleur des cas, débouchera sur une psycho-analyse devenue nécessaire pour mettre fin à l’invivable, à l’asphyxie.

        « Dans le meilleur des cas », disais-je. Car il faut aussi envisager des sorties de crise par le bas. On se souvient peut-être d’un récit ancien de MP où il racontait avoir été, dans le RER B qui lui servait de corpus pour analyse géopolitique, interpellé de façon peu civile par un homme ivre à la peau très sombre. Et MP narrait sa frustration de n’avoir pas eu le courage de passer à l’affrontement physique. Frustration encore et toujours, générée par ce moment de lâcheté, et frustration qui ne peut que jouer un rôle décisif dans les choix politiques des sympathisants de l’extrême-droite (stigmatisation de l’immigration, « Chacun chez soi », qui fut d’ailleurs un des pseudos choisis par MP), comme d’innombrables études l’ont montré.
        Accompagner MP et le soulager de la souffrance psychique qui le ronge, c’est évidemment le rôle qu’aura son psychanalyste le jour où, inévitablement, MP voudra mettre fin à l’asphyxie. En attendant cette échéance, il est évident qu’aux yeux de MP, c’est JG qui a ce statut d’analyste transitoire, car JG est, parmi les intervenants de ce forum, le seul à manifester un peu d’intérêt pour ce qu’il dit. Et naturellement, inévitablement, se produit le mécanisme du transfert, où la relation à l’analyste devient obsessionnelle, où l’amour devient haine, où la haine devient amour.
        Merci de votre attention.

        Zorglub30 mai 2024 At 11h28

        Brillant et limpide, comme toujours.

        « JG est, parmi les intervenants de ce forum, le seul à manifester un peu d’intérêt pour ce qu’il dit. »

        L’absence globale de réaction à sa diarrhée verbale conforte sa frustration et le plonge dans le désarroi. En contrepoint, JG rebondit sans fin et sans lassitude et lui laisse espérer qu’enfin le Monde Entier finisse par s’intéresser à lui.
        Lorsque cet espoir sera durablement insatisfait, MP plongera peut-être dans un trouble suffisant pour qu’il s’abandonne à une catharsis libératoire ?

        Pour ceux (?) qui voudraient du bien à MP, persévérez, c’est la seule thérapie possible.
        (fin de citation).

        Laisser le-petit-trouduc mariner dans son jus et ne jamais lui répondre, seule thérapie possible, disait Zorglub.
        Il y en une autre : la mandale dans la gueule. Je lui fais cette proposition, mais il ne donne pas suite…
        Faut dire que notre grand courageux a peur de…donner son véritable prénom (tellement compromettant…) et de…dire quelle est sa discipline de recherche !
        Ça c’est du bonhomme, ça c’est du guerrier de compétition !

        • Gros étron, vieille pute et couille molle la menteuse incompétente… le trio des boomers !

          • Et autant te dire que gros-menteur-qui-joue-aux-gros-durs-entre-deux-chialeries est sans conteste le plus intellectuellement limité des trois !

        • Notre grand courageux a peur de…donner son véritable prénom (tellement compromettant…) et de…dire quelle est sa discipline de recherche !
          Ça c’est du bonhomme, ça c’est du guerrier de compétition !

          De l’invective et de l’insulte, mais rien dans le pantalon, que de la bouche. De plus en plus flagrant.

          • Alors toi, le plus con des trois, espèce de gros lâche qui essaie de s’agripper aux culs des deux autres, ferme ta gueule. Et fais-moi signe quand tu passeras à Paris, je viendrai te la casser.

          • Pour te mettre une bonne mandale dans la gueule sur Paris, donne-moi ton mail pour que je te fasse signe, petit-trouduc, comme je t’ai donné le mien si tu passes en PACA.
            Tu crois que je plaisante ? Tu te goures. Tu mérites une bonne grosse fessée sur ton petit cul de sale gosse, et si tu as les couilles de prendre rdv et de venir (seul, sans tes potes du GUD), tu l’auras.
            Je t’attends.

          • Vous vous annoncerez ici le moment venu. Cela sera bien suffisant. Car je préfère vous avertir que je ne compte pas particulièrement fréquenter à long terme un blaireau incapable de faire une proportion correcte, pas plus qu’un couillon parlant de référent chez Saussure ou un abruti croyant qu’il existe une contribution de la France « au titre de la PAC »… Je réserve mes coordonnées aux diplômés du collège.

          • …. »qui essaie de s’agripper aux culs des deux autres »
            Heu….en matière d’empoignade avec toi, petit-trouduc, j’ai largement l’avantage de l’antériorité. Une ancienneté en béton !
            Depuis le temps que tu viens me renifler le cul, tu es bien placé pour le savoir, non ?
            Ton amour pour moi – non partagé ! – te fait dire des bêtises.
            Une bonne mandale te remettra la tête à l’endroit !
            Je t’attends.

      • « Trouduc le Glébeux ». Y se prend pour un personnage de Chouraki ?

        On comprend que l’opération d’extraction de la femme d’une de ses côtes s’est mal passée. Dieu * le vieux birbe alcoolo lui a proposé un contrat à 75 kS (kiloshekel) mais ce con a refusé. Il ramera pour bouffer et finira en prenant des coups de ya dans un bouge où il avait encore trop picolé.

        * j’ai mis une majuscule uniquement parce qu’on est en début de phrase

  132. Mendax 15 juin 2024 At 16h43
    Vous êtes vraiment grave, Lormier. Personne ne sait combien d’Ukrainiens sont en russie aujourd’hui…
    —————————————————————————————————-
    Moi, le premier,je n’en sais rien;je n’ai fait que citer Statista, entreprise américaine, filiale d’une firme allemande en demandant: déportés ou réfugiés ? et Statista est-elle digne de confiance ?

    Je présume qu’avant l’invasion, il y avait un certain nombre de Russes (avec,éventuellement des passeports ukrainiens) en Ukraine et qu’ils ont pu vouloir quitter le pays. (De même,après la chute de l’URSS,les « minorités russes » des pays baltes ne se sont pas senties très à l’aise.
    Comment puis-je être traité de « grave » alors que je n’affirme rien et me borne à vous faire part de mes interrogations?
    J’ai dit:si ces personnes ont été déplacées de force,c’est un crime de guerre de grande envergure.
    Je rappelle encore une de mes interrogations:du temps de l’URSS, il n’y avait pas d’animosité particulière entre Russes et Ukrainiens. Comment est née la haine ?

    • OK, j’avais mal lu. Je vous adresse mes excuses.

      Mais votre dernière phrase est archi-fausse : les ukrainiens étaient largement considérés comme des « khokhols » par les russes du temps de l’URSS. Et du côté ukrainien, l’Holodomor a laissé des traces ineffaçables. Quant au procès qu’on leur fait à l’égard de Stepan Bandera, demandez-vous de quoi les ukrainiens ont le plus longtemps souffert pour en arriver à célébrer ce douteux personnage. Chez nous, beaucoup de gens étaient de grands fans de Staline encore longtemps après la guerre alors que ce type était la pire des ordures. Le taulier avoue sans sourciller avoir même été maoïste ! Si quelqu’un vous promet de vous délivrer de votre oppresseur, c’est une faiblesse toute humaine de le croire. Regardez les résultats des dernières élections.

    • Léonid Brejnev principal dirigeant de l’URSS de 1964 à 1982 est ukrainien.
      Golda Meir, Nicolas Gogol sont également ukrainiens .
      Comment est née la haine ?
      Bonne question.

      • Oui ! (je l’avais signalé et vous avez raison de le répéter…) et ils ne sont pas les seuls.

    • Mafalda n’est pas un personnage de l’immense Charles Schulz mais de Quino.

      Et c’est de toute façon faire beaucoup trop d’honneur à Manon Aubry. Mafalda est sympathique, elle.

  133. Alors que moi je viens de la glèbe

    Quels a priori sur le Peuple ! On peut parfaitement venir de la glèbe et être poli ! Cela vous étonne ?
    Bizarre de vous en prendre à deux profs qui ont enseigné toute leur carrière de la manière la plus anti-meirieu qui soit et qui ont passé leur vie à essayer de sortir du lisier des petits glèbeux de votre genre puisque glèbeux vous vous présentez ?

    • Et c’est une fille d’agrégée devenue elle-même agrégée qui le dit.
      Que vous remerciez Maman est le minimum que vous puissiez faire à l’égard de votre mère.
      Merci, les profs, merci maman.

    • « Quels a priori sur le Peuple ! »

      Apprends à lire, vieille pute ! Tu fais des liens que je n’ai jamais faits. Je répondais à ce grand moment de flair sociologique : « Sans doute sortez-vous d’un milieu où tout vous est tombé tout cuit dans le bec ».

      « deux profs qui ont […] passé leur vie à essayer de sortir du lisier des petits glèbeux »

      Vous vous rassurez tous les deux avec ce genre de formules convenues. Mais la réalité matérielle est bien plus triste. La grosse merde du Périgord a fièrement voté pour la « pédagogie renouvelée » et l’« école ouverte sur le monde » en 81. Elle a permis à Meirieu d’entrer au ministère. Au mieux du mieux, elle a passé le reste de sa vie professionnelle à racheter sa connerie. Je ne suis pas catholique : je ne vois aucun mérite particulier dans le fait de sortir des petits glèbeux d’une merde qu’on a soi-même créée pour son plaisir.

    • « Sans doute sortez-vous d’un milieu où tout vous est tombé tout cuit dans le bec ».

      Peut-on considérer qu’une fille d’agrégée devenue agrégée ait pu profiter de cette position sociale que celle que vous dénoncez, sachant que le nombre d’enfants d’agrégés devenus agrégés est majoritaire ?

  134. Si c’est le cas, non. Pas fille de prof.

    A AVC junior. J’avais parfaitement compris, c’est vous qui ne savez pas lire. Mais c’est normal. Avec l’éducation que vous avez reçue, le manque cruel d’instruction et votre alcoolisme notoire, on ne peut pas trop exiger de vous.
    Gardez courage, Reflux. Et variez les injures. Vous êtes un peu monomaniaque. Mais là aussi, l’école atroce que vous avez subie etc…Mon pauvre petit.
    Je vois bien que vous n’êtes pas récupérable.
    Et puis, je vous trouve lassant à la fin. J’ai mieux à faire. Bon vent !

    • Sanseverina 15 juin 2024 At 18h24
      Si c’est le cas, non. Pas fille de prof.

      : )

      En effet, vous avez sans doute mieux à faire…

        • Un sourire pour répondre à votre mensonge grotesque. Vous semblez oublié que nous avons déjà échangé sur ce sujet, ça devient lassant…

          • Jamais parlé de ça avec vous, Gérard. Le seul qui avait émis cette hypothèse, fausse, a long time ago, c’était Brighelli. De là à dire que … Vous confirmez certains de mes soupçons. Pas très astucieux.

        • Je crois avoir pu observer que Gérard est obsédée par les agrégés, avec lesquels elle semble entretenir une relation ambivalente sur le mode amour/haine. En gros, il y a les bons agrégés qui ont eu leur diplôme en sortant du milieu prolo, et puis les mauvais agrégés, qui proviennent d’une longue dynastie d’agrégés, ou d’énarques, ou de polytechniciens, ou de je ne sais quels technocrates.

          C’est ça, Gégé ?

          Il faut savoir qu’elle m’a déjà accusé d’être agrégé – un MAUVAIS agrégé, donc, je suppose – mais elle pensait aussi que j’étais un agent de la CIA, alors que je ne suis ni l’un ni l’autre, mais bon, n’est-ce pas justement ce que prétendrait un mauvais agrégé membre de la CIA ?

          • Vous oubliez le corps de l’armée, Saint-Cyr, Enfin ! D’où sortez-vous ?
            Les agrégés ne sont pas l’alpha et l’oméga de ce pays, se faisant, je suis au regret de vous décevoir mais cette marque aristocratique revendiquée sur ce blog m’en touche une sans faire bouger l’autre.
            Permettez-moi de vous rectifier : vous n’êtes pas un mauvais agrégé, vous êtes mauvais tout court.

          • Que vous manifestiez sans m’avoir répondu plus haut, sur la question de l’Ukraine, nous confirme votre parfaite médiocrité. Vous n’êtes pas nul, pire, vous êtes médiocre, mon vieux.

            Un canard dans tête, ravi des 600 000 de soldats morts ukrainiens pour en souhaiter d’avantage, qui court les commentaires pour se persuader de sa bonne direction.
            Bonne pioche ! Sansèv’ sera une excellente boussole.

  135. Les deux macronistes du blog sont au mieux des hypocrites, au pire des demeurés. Ils « passent [leur] vie à défendre l’école de la République » mais ils votent Meirieu en 81 et peut-être bien Jospin en 97 et Najat en 2012.

    Mais vous nous prenez pour qui ? Assumez que vous êtes des grosses merdes, ça a déjà plus de sens que le petit couplet veuve et orphelin.

  136. Laisser le-petit-trouduc mariner dans son jus et ne jamais lui répondre, seule thérapie possible, disait Zorglub.

    Et il avait raison !
    Rien à en tirer. Qu’il se noie dans son rhum. Panni suoi. Chi se ne frega !

      • Heureusement qu’il reste la menace à la petite fiotte croate pour garder la face… Il a tellement perdu sa dignité ici.

      • Tu refuses de me donner une adresse mail ?
        Tu as peur ?
        Tu as déjà eu peur de donner…un prénom, tu as déjà eu peut de donner…le nom d’une discipline universitaire, et maintenant tu as peur de donner une adresse mail ? 🤣
        De quoi n’as-tu pas peur, petit-trouduc ?
        Allez, je te redonne la mienne, petit-trouduc :
        josip84@mailo.com
        Je t’attends.
        Question de fierté, mais ça tu connais pas.
        A vrai dire, je crois que je risque d’attendre longtemps…Rien dans le pantalon, que de la bouche.

        • « Tu as peur ? »

          Comment faut-il vous le dire ? Je ne converse pas en privé avec les blaireaux incapables de faire une proportion correcte, les couillons parlant de référent chez Saussure ou les abrutis croyant qu’il existe une contribution de la France « au titre de la PAC »… Obtenez votre brevet et ensuite vous aurez droit à mon mail. Pas avant.

          … ou alors seulement si vous êtes à Paris. Auquel cas vous vous manifesterez ici, petite fiotte.

          • Rien dans le pantalon, que de la bouche.
            Que de la bouche pour se trouver toutes les raisons du monde de fuir et de capituler en rase campagne devant la perspective d’une mandale dans la gueule.
            Petit-trouduc, tu fais pitié. Sèche tes larmes et va voir ta maman.

  137. Sanseverina 15 juin 2024 At 16h16

    De plus en plus d’AVC chez les jeunes.
    _________________________________________________________________________
    Avant les injections d’ARM messager,c’était très rare;ci-dessous,description d’un accident cérébral mortel chez une femme de trente ans,après injection de Moderna. Le mécanisme est de mieux en mieux compris .

    Stroke and death after Moderna
    https://www.youtube.com/watch?v=OLD3JIWqr6w

  138. Outre Sanseverina (un nom que je n’écorcherai jamais, désolée, hein S&f),
    seul Lormier reste d’une inflexible politesse.
    Et comme le maître est aux abonnés absents (puisqu’il se la joue danse des courtisans),
    la gent bonnetd’anesque se laisse aller, et plus que jamais,
    d’autant que le maître a omis de rappeler « Soyez sages ! »
    (ce qui n’a d’ailleurs jamais changé grand chose).

    La question * est : que faire de S&f, alors que les hôp psy ne savent plus où mettre leurs (im)patients ?
    J’ai une solution : le jeter à la Seine !

    * le soumettre à la question prendrait beaucoup trop de temps…

      • 😉 – De temps à autre, il dérape tout seul… N’empêche que vous y êtes aussi pour quelque chose.

  139. 1981, c’est loin… S&f !
    Qu’on ait, ou non, voté – y compris pour l’homme-qui-a-descendu-la-rue-Soufflot-depuis-le-Panthéon (!) –
    n’aurait strictement rien changé à l’affaire EN ;
    La bousiller, comme le reste, était en marche, encore à petits pas…
    En vouloir ainsi à mort au sirénien commence à vraiment
    sentir le roussi…
    Tournez la page, la meilleure des solutions ; on ne refait jamais le passé.

    • Arrive un moment où tourner le dos au passé est préférable.
      Occupez-vous donc de vous construire un présent.

  140. Couille molle se la joue gros-dur-je-vais-te-mettre-une-mandale alors que l’autre jour il est parti chialer pendant un mois après qu’il a été pris en pleine petite crise de délire publique… Heureusement qu’il lui reste la parole, sinon ça aurait été l’implosion, l’écrasement de l’être sur lui-même devant sa propre nullité !

    Passe au collège et ensuite tu viendras jouer au gros dur.

    • Il y a pire que le mauvais rôle, il y a beau rôle mal joué ! Trompe-toi toi-même pour te supporter mais n’en demande pas tant aux autres.

  141. Rien dans le pantalon, que de la bouche.
    Que de la bouche pour se trouver toutes les raisons du monde de fuir et de capituler en rase campagne devant la perspective d’une mandale dans la gueule.
    Petit-trouduc, tu fais pitié. Sèche tes larmes et va voir ta maman.

  142. Tu refuses de me donner une adresse mail ?
    Tu as peur ?
    Tu as déjà eu peur de donner…un prénom, tu as déjà eu peut de donner…le nom d’une discipline universitaire, et maintenant tu as peur de donner une adresse mail ? 🤣
    De quoi n’as-tu pas peur, petit-trouduc ?
    Allez, je te redonne la mienne, petit-trouduc :
    josip84@mailo.com
    Je t’attends.
    Question de fierté, mais ça tu connais pas.
    A vrai dire, je crois que je risque d’attendre longtemps…Rien dans le pantalon, que de la bouche.

  143. Au final, ce lieu est devenu un blog anal.
    Et ça sent la merde, ce qui n’est pas obligatoirement une nuisance dans l’intimité, plus dans un lieu public.

      • (et d’ailleurs, même cyrano a fui ;
        dommage Z. que vous ne racontiez pas plus icid de belles histoires de voyages, de même que Sanseverina (comme de lectures, et autres envolées).

    • Zorglub 15 juin 2024 At 22h01
      Au final, ce lieu est devenu un blog anal.
      Et ça sent la merde, ce qui n’est pas obligatoirement une nuisance dans l’intimité, plus dans un lieu public.

      La faute à qui en tout premier lieu ? Depuis combien de temps, on demande à Brighelli de revenir à des billets qui ont enfin un contenu intéressant ? Pariez, Zorglub, que s’il réécrivait des billets de qualité plutôt que ses torche-culs depuis que sa prose est obsessionnellement porno, le niveau remonterait. Il sème ce qu’il récolte. Mais est-il encore capable d’écrire autre chose? En tout cas, il encourage les pires insultes émanant de deux individus, enfin à supposer que ce ne soit pas deux marionnettes qu’il agite lui-même.

      • « les pires insultes émanant de deux individus »

        Bien d’accord ! Josip devrait revoir son vocabulaire.

  144. Quel intérêt de continuer à faire vivre ce blog ?
    Les rancunes, les haines, je n’en peux plus ;
    ça n’intéresse personne, d’autant que nous ne sommes même pas dans le monde « réel »!
    De quoi vous plaignez-vous ? Vous avez de quoi vivre, vous avez à peu près la santé (sauf mentale ?) ;
    pouvez-vous, une seule minute, imaginer que ce n’est pas le cas de tout le monde !
    Je commence à être plus que écoeurée – Lormier, le sirénien, abcmaths ne suffisent plus à un équilibre (précaire).
    Je ne vais donc pas tarder à tirer ma révérence.

  145. Au moins deux ans que je dis que l’homme aux mille pseudos nique ce blog à lui tout seul. Pour des raisons que j’ai maintes fois exposées.
    J’ai l’intime conviction, pour ne pas dire la certitude, que nous avons ici un authentique pervers narcissique psychopathe certifié conforme.
    L’invective et l’insulte sont la règle chez lui.
    Je crois bien que personne n’y a échappé.
    Aujourd’hui, nous avons pu lire ceci sous sa plume : « À part sucer mon père pour 20 francs, qu’est-ce qu’on t’a proposé, vieille pute, en début de carrière ? », adressé à une intervenante qui osait le contredire…No comment, la classe, l’élégance, la finesse…
    Et jamais d’excuses ! Pas le moindre mot !

    Depuis deux jours je lui réponds sur le même ton, et je ne plaisante pas. Si je le croise, je lui mets un pain dans la gueule. Bien mérité. Pour l’ensemble de son œuvre.

    • Tiens donc, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu des chialeries dans les jupons à Brighelli ! Ouin, ouin, ouin, M’sieur Brighelli, il faut exclure Fregoli, il arrête pas de se foutre de ma tronche en montrant à quel point je suis un gros blaireau incompétent…

    • « Si je le croise, je lui mets un pain dans la gueule. »

      Que de la gueule, que de la gueule ! Quand tu veux à Paris (ter).

      • Si tu veux qu’on se frite à Paris je veux ton mail, comme je t’ai donné le mien.
        Ce genre de trucs ne s’organise pas sur BdA.
        Mais ça, tu voudras jamais. T’as trop peur de trop en dire sur toi, ou quoi ?
        T’es juste un gros couard et un petit trouduc, voilà tout.
        Et si t’étais couillu, juste une fois, pour voir ?

        • Tu nous diras quand tu seras à Paris ou sur le point de l’être, là tu auras mon mail. Promis, petite fiotte.

    • @JG 22h23

      Le croate arrête de t’exciter, tu le croiseras jamais, ça se passe dans la matrice, autant dire que ça n’existe pas, tout comme les mandales virtuelles, donc arrête de remuer tes petits biceps virtuels, c’est inutile. Fais tien l’adage éternel de ma grand-mère: « ça lui passera avant que ça me reprenne » et la sérénité de ce blog sera retrouvée.
      Ensuite faudrait que tu arrêtes de remettre cent balles dans le flipper juste pour prouver que t’en as une plus grosse, plus longue, ou que t’es plus intelligent, plus bien élevé, meilleur linguiste, meilleur exégète de Culioli et autres khonneries de sociologues.
      Arrête également tes délires sur le retour d’Himmler parce que Bardella prône le programme de Chirac d’il y a 30 ans, ça fait pleureuse de gôôôôche, et un mec qui voit Bardella comme un danger pour la démocratie, cette putain, peut difficilement nous faire croire qu’il serait capable de donner la moindre mandale.
      La violence c’est un métier, ça s’apprend, mais pas sur le net…

      • Vous ne savez rien de moi, lointain lecteur.
        Vous spéculez sur ce dont je suis capable ou incapable.
        Je ne peux pas vous empêcher de spéculer.

      • « Un mec qui voit Bardella comme un danger pour la démocratie […] peut difficilement nous faire croire qu’il serait capable de donner la moindre mandale. La violence c’est un métier »

        Bien d’accord sur le fond mais vous êtes dur. Ce type a maintes fois montré qu’il était un faible, un lâche et un menteur mais si ça peut l’aider à se supporter, qui sommes-nous pour l’en dissuader ? Ça vaut mieux que l’effondrement sur soi-même.

      • Ah ! Une autre saine réaction !
        Mille mercis à vous Lointain ! Un souffle d’air…

         » …un mec qui voit Bardella comme un danger pour la démocratie, cette putain, peut difficilement nous faire croire qu’il serait capable de donner la moindre mandale. » : j’adôôre !

        Ce sidi, le sirénien ne s’empêche pas non plus de titiller – le chaos virtuel, y’en a des qui s’en délectent.

        (et attention, Gégé, ce n’est pas de la lèche – c’est juste que le Lointain va dans le bon sens.)

        • J’adore ces gens qui spéculent sur ma petite personne sans rien savoir, c’est touchant de naïveté…!
          Sur le « danger Bardella », il ne s’agit pas de ce jeune blanc-bec. Il s’agit de ce qu’a dit Sébastien Chenu sur la privatisation programmée de l’audiovisuel public.
          Les gens qui bossent dans ce secteur ne sous-estiment pas le danger, eux.
          Mais si ça vous rassure de faire comme si vous n’aviez pas entendu Chenu…qu’y puis-je ?

          • Mais on s’en ouf de la privatisation des merdia, Josip !
            « la démocratie, cette putain »…
            Pensez à élargir un peu votre horizon !

          • @JG 23h18

            Le croate t’es vraiment bouché à l’émeri pour parler poliment. Pour parler vrai et crûment t’es vraiment une caricature de raclure de cette gôôôôche stupide, donneuse de leçon, bigote, traîtresse, cette gôôôôche de toutes les trahisons, de Boudarel à Mitterrand, des pleins pouvoirs à Pétain ou de l’adulation de Pol Pot et Khomeini, cette même gôche qui s’extasiait sur l’assassin Goldmann ou les pédophiles de Lang à Duhamel, cette gôche qui s’offusque que Bardella dise vrai mais qui fera alliance avec Poutou qui veut rouvrir le gaz, où avec cette pouffe levantine qui appelle à jeter les juifs à la mer.
            Ton indignation sur ce point précis de la privatisation du service public est totalement ridicule. Depuis 30 ans RFI la voix de la république en Afrique vomit sur la France à coup de mensonges, d’approximations, donne la parole aux pires ennemis de la France, et tout ça avec vos impôts, moi je n’en paye pas. Et c’est pareil pour France Inter, Arte…
            Oui il faut privatiser le service public, le vendre aux plus offrants sans aucune clause de reprise du personnel, ça fera des économies.
            Moi qui ne suis français que par le service national aujourd’hui je me dis que finalement la politique de Benoit Mussolin « manganello e olio di ricino » avait bien du bon.

        • (Sauf que le titillement à la sirénien
          n’a pas grand chose à voir avec le titillement à la Josip :
          un qui se moque et s’en moque,
          un autre qui prend et se prend au sérieux)

          • Aujourd’hui, nous avons pu lire ceci sous la plume de Petit-Trouduc : « À part sucer mon père pour 20 francs, qu’est-ce qu’on t’a proposé, vieille pute, en début de carrière ? », adressé à une intervenante qui osait le contredire…No comment, la classe, l’élégance, la finesse…
            Vous vous accommodez de cette dégueulasserie, et de toutes les autres, WTH ?
            Ah bon.

        • WTH
          15 juin 2024 At 23h25
          Mais on s’en ouf de la privatisation des merdia, Josip !

          Ah bon.
          Vous n’avez donc rien appris de l’Histoire.
          Je comprends mieux.

          • Vous avez encore beaucoup de chemin à faire avant de comprendre un peu mieux le monde dans lequel vous vivez !

    • « pervers […] psychopathe »

      Il va falloir urgemment revoir les cours de psychiatrie (encore un domaine !)… En dehors de chez Marie Claire et Femina, perversion et psychopathie sont deux traits de personnalité différents et mutuellement exclusifs.

        • La dernière fois que tu as annoncé ton départ dé-fi-ni-tif partiel (« on ne me reprendra plus à discuter avec Fregoli, je ferai comme s’il n’existe pas »), t’as tenu deux semaines…

          • Et si tu récidives, par pitié, profite de tes deux semaines pour ouvrir le DMS (ou un manuel d’économie) !

  146. Il n’y a pas longtemps, Hervé avait décrit Bd un jour de grand vent comme une supérette où tout le monde s’enverrait des boîtes de conserve à la gueule en s’invectivant comme de vraies ménagères en furie. J’avais trouvé l’image formidable. Je m’en suis beaucoup inspiré ce jour. Elle est pour toi, Hervé !

    • Aujourd’hui, nous avons pu lire ceci sous sa plume : « À part sucer mon père pour 20 francs, qu’est-ce qu’on t’a proposé, vieille pute, en début de carrière ? », adressé à une intervenante qui osait le contredire…No comment, la classe, l’élégance, la finesse…
      Une boîte de conserve balancée à la gueule de Sanseverina, ça ?
      Curieux…Moi j’appelle ça autrement.
      Tout le monde s’en accommode, de cette dégueulasserie, et de toutes les autres?
      Ah bon.

      • Rooooh, le faux jeton ! Tout le monde est au courant du passé de Sanseverina. Ne venez pas jouer les surpris.

  147. Quand on pense que Mendax est allé jusqu’à dire « pauvre conne » à une contributrice, vraiment, tout se perd. Il devrait être exclu de Bd pour cet élan de grossièreté !

  148. Tiens, c’est marrant, je n’avais jamais envisagé de proposer à MP qu’on s’en mette une bonne en mode free fight sans témoin.

    Après tout, pourquoi pas ?

    J’ai certes bien baissé avec l’âge, mais il est des réflexes qui ne s’oublient pas s’ils ont été mis en place dans l’enfance et l’adolescence et cultivé tout au long d’une grande partie de la vie.
    Faudra que je sois rapidement décisif, je sais que ne ne peux plus tenir la distance, mais je veux croire encore à ma chance, je serai surpris que ce tocard sache réellement se battre pour de vrai.

    Si tu veux tête de noeud, je te prends même au surin.

    Certains ici, savent d’où je viens et où je suis allé …

    • Fixe moi rancard dans un square un peu tranquille de Paris, mais pas la semaine pro, j’ai des trucs à faire plus passionnants.

      Vers 23 h ça me va bien, plus tard j’ai tilleul-menthe et au dodo (sauf le samedi soir) ; plus tôt, trop de passants qui s’apitoieraient sur ton sort, ça risque de me déconcentrer.

      • Et voilà une autre petite fiotte qui se la raconte ! T’es un faible, Zorglub, t’es qu’un gros faible. Tu le montres tous les jours avec ta fausse ingénuité lourde comme ta pouf. T’aimes bien te la raconter gamin des quartiers, Dédé Bellaïche, mais t’es qu’un gros faible. Tu pues le faible. Et je te le rappellerai en septembre si tu veux. Je dois fourrer de la suissesse jusqu’à la fin de l’été.

    • Longtemps que je me l’étais pas joué viriliste.
      La dernière fois en 2019 à Nador, à