Suivre Causeur :     

Les blogs Causeur : AntidoteAsile de blogBonnet d'âne

Visiter Causeur.fr →

Article

Drames de la cohabitation

Plaire, ou convaincre ? À ce jeu-là, Mitterrand avait écrabouillé Rocard. Le match Hollande-Valls s’annonce plus serré…

« On ne se hait vraiment bien qu’en famille », disait Sacha Guitry. Mais Mitterrand et Rocard étaient-ils vraiment de la même famille ? Certainement pas, répond le documentaire diffusé sur France 5 dans sa collection « Duels ». Sous un titre explicite – Mitterrand-Rocard, la haine et le mépris -Lucie Cariès nous fait revivre la guerre, ouverte ou secrète, que les deux hommes n’ont cessé de se livrer trente ans durant. (Lire la suite…)

Article

Noms d’oiseaux chez Ruquier

Christine Angot est une personnalité paradoxale : ses livres sont terriblement ennuyeux, mais quand elle passe à la télé on ne s’ennuie jamais !

Telle la sociologie selon Pierre Bourdieu, la critique littéraire face à Christine Angot est un sport de combat. On en a encore eu la preuve l’autre samedi à On n’est pas couché : venue parler de son dernier opus, La petite foule, galerie de portraits d’humains avec animaux, l’écrivaine n’a laissé terminer aucune phrase aux deux chroniqueurs de Ruquier. (Lire la suite…)

Article

Ukraine : comme en 14 !

Pour l’iconoclaste Olivier Berruyer, les valeurs démocratiques comme la défense  de la paix auraient dû dissuader l’Europe de soutenir aveuglément les putschistes  de Kiev…

Je ne suis pas un spectateur assidu de BFM Business, et pour cause : je n’entends rien à l’économie. L’autre lundi, j’ai fait une exception pour l’émission Les Experts animée par Nicolas Doze ; comme le signalait une brève de mon ami Marc Cohen sur Causeur.fr, elle était consacrée ce jour-là à la situation en Ukraine, et pas seulement sur le plan économique. (Lire la suite…)

Article

Suffragette City

Pour obtenir le droit de vote, les féministes anglaises ont bataillé cinquante ans durant, et parfois violemment. Être une lady libérée, c’était pas si facile…

A priori un documentaire sur les suffragettes anglaises, ce n’est pas spécialement ma tasse de thé. Mais quel que soit le sujet, c’est toujours un plaisir de découvrir un pan d’histoire que l’on connaissait mal, pour peu qu’il soit bien raconté. Tel est le cas du film de Michèle Dominici (2011) récemment rediffusé sur Arte. Là où on pouvait craindre une énième intraveineuse de moraline féministe, l’auteur nous livre un documentaire rigoureux, illustré par des archives rares. (Lire la suite…)

Article

Télésubjectif : Antipoutinisme primaire

La cote de popularité du « tyran » Poutine auprès de ses concitoyens suscite des jalousies chez certains chefs d’État. En France, par exemple…

Vous reprendrez bien un doigt d’antipoutinisme ? Décidément, cette noble cause semble indémodable dans nos élites politico-médiatiques ces décennies-ci. Pourtant la Tchétchénie, la Géorgie et même Sotchi c’est fini ; le martyre de Khodorkovski et des Pussy, aussi.

Mais c’est maintenant cette pauvre Ukraine, pourtant bleue et jaune comme nous, qui se voit soudain menacée de déchiquètement par l’ours post-soviétique ; sous d’obscurs prétextes géostratégiques, n’a-t-il pas déjà posé sa patte griffue sur la Crimée ? (Lire la suite…)

Article

Gallienne le conquérant

Guillaume Gallienne et ses César : triomphe mérité pour un film moderne garanti sans poncifs modernistes !

Vendredi, 21 h. À l’instant où s’ouvre la cérémonie des César, diffusée en clair sur Canal plus, l’angoisse m’étreint. Et si se reproduisait le scénario catastrophe de l’an dernier, où le sinistre film de Michael Haneke, intitulé par antiphrase Amour, avait reçu la Palme d’or avant de rafler les cinq principaux César ?

Cette année, c’est la pénible Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche qui débarque au théâtre du Châtelet, convenablement palmée à Cannes sous les ovations d’une critique quasi unanime. Du coup, je redoute un palmarès engagé qui, une fois encore, couronnerait moins une œuvre cinématographique qu’une « avancée sociétale. » Après la prime à l’euthanasie en 2013, pourquoi pas, ce coup-ci,  un clin d’œil au lobby LGBT ?

Non que j’aie quelque chose contre l’homosexualité, même saphique ; il y a cent vingt ans déjà, Pierre Louÿs l’avait si joliment chantée… Mais notre élite artistique pourrait bien être tentée de couvrir Kechiche de statuettes rien que pour faire la nique aux « méchants » : ces hordes de parents à berceaux, forcément homophobes, qui n’en finissent pas d’occuper nos rues au nom de la filiation, de la famille et autres crispations passéistes. (Lire la suite…)

Article

Télésubjectif : Emmanuelli vend la mèche

Amateurs de déclarations tonitruantes, passez votre chemin ! Pendant quelques mois, pour cause d’échéances électorales, la gauche de la gauche sera un peu moins de gauche.

« PS : l’aile gauche sonne la charge ! » claironnait la bande-annonce. En invitant Henri Emmanuelli, l’autre vendredi, Zemmour et Naulleau comptaient bien le trouver vent debout contre la dérive sociale – démocrate de son parti et le virage économique négocié par le président depuis janvier. (Lire la suite…)

Article

La souche, c’est louche !

La gauche morale reproche à Finkielkraut d’avoir parlé de « Français de souche », mais qu’aurait-il dû dire ? « Français-non-issus-de-l’immigration » ? « Souchiens » ?

L’ « affaire » date de l’autre jeudi, sur le plateau de Des paroles et des actes (France 2). Ce soir-là l’invité de David Pujadas est Manuel Valls, et son dernier interlocuteur Alain Finkielkraut. Au terme d’un hymne enflammé à l’intégration républicaine, l’essayiste balance une phrase qui ne s’avérera « petite », c’est-à-dire énorme, que le lendemain : « (…) Il y a aussi en France une place pour les Français de souche, il ne faut pas complètement les oublier ! » (Lire la suite…)

Article

Le sage et les philosophes

Jean-Claude Guillebaud, ou comment penser juste sans même être agrégé de philo.

« Je n’ai plus peur ». Comme son titre l’indique, le dernier livre de Jean-Claude Guillebaud fait écho à l’appel du Christ repris par Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! » Autant dire que son humble témoignage détonne, face aux trois philosophes qui complètent, ce jeudi là, l’affiche de La Grande Librairie de François Busnel (France 5). (Lire la suite…)

Article

Une teigne à l’Élysée ?

On croyait que le président était socialiste et sympa ; selon sa biographe, invitée chez Zemmour et Naulleau, il n’est ni l’un ni l’autre…

L’autre vendredi chez Zemmour et Naulleau, la journaliste Cécile Amar parlait de son bouquin sur Hollande, joliment titré Jusqu’ici tout va mal. Habillé pour l’hiver, le président !

Primo, apprend-on, c’est un faux gentil. Certes, il sait jouer de sa rondeur affable en tant que de besoin : « Il a fait campagne en répétant tous les jours : « Pour être aimé il faut être aimable », et il l’était ! » Mais en réalité l’homme est « dur, colérique » et même « sans affect », comme dit Mme Trierweiller qui connaît le dossier. Et ça ne s’est pas arrangé depuis qu’il est président : « Avec l’absence de résultats et l’impopularité, il s’est cabré… À l’Élysée, certains l’appellent maintenant La Teigne. » Ambiance ! (Lire la suite…)