Le cercle de la déraison

À l’affiche de ce Moi, une ronde de stars : Marcel Klouellebecq, Bernard-Harry Potter et Kuki, ma perruche calopsitte !

 

LE TRAMPOLINE DE ZEMMOUR

Lundi 4 novembre

Image: capture d'écran YouTube / Cnews

Image: capture d’écran YouTube / Cnews

Les plus anciens d’entre vous s’en souviennent : le discours d’Éric Zemmour à la « Convention de la droite » avait déclenché un tir de barrage de nos plus hautes autorités politico-médiatiques contre le « délinquant de la pensée », le « provocateur à la haine » et même le « nouveau Drumont » (mutatis mutandis).

Deux mois après, l’offensive ne semble pas avoir eu les effets escomptés. Certes, Zemmour a été « écarté de l’antenne » de RTL, mais on ne l’y entendait plus que trois minutes par mois. En revanche, il n’a jamais été aussi en gloire à la télé. Lancée sur CNews en pleine polémique, la quotidienne « Face à l’info » a triplé, sur son seul nom ou presque, l’audience de la chaîne – désormais leader sur le créneau du 19/20 h devant l’ex-indéboulonnable BFMTV.

Inutile de vous dire que je me suis rué pour voir cet

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois

Miscellanées & analectes


Où il est question, entre autres, d’une île grecque, d’un défunt président et de la taille moyenne du pénis.


VOYAGE D’ÉTUDES À HYDRA

Vendredi 20 septembre

La reine Élisabeth ayant bien voulu accepter mon mot d’excuse pour le Moi dernier et en faire état, des amis se sont aimablement inquiétés de ma santé. Qu’ils en soient ici remerciés, en même temps que pleinement rassurés : je me porte comme un charme. Mon absence était due à un voyage d’études à Hydra, tout simplement.

Cette charmante petite île est la plus lointaine des îles les plus proches d’Athènes – également appelées Saroniques. Quant à sa voisine occidentale Spétsès, au vu de sa situation géographique, elle relève plutôt du golfe Argolique – cela dit sans la moindre nuance dépréciative, d’autant que l’excellent Michel Déon y avait élu domicile.

Hydra, de son côté, revendique non sans raison Leonard Cohen, qui y habita sept ans et y est souvent revenu par la suite, ce qui tend à prouver qu’il aimait.

Intronisée par le guide du Routard « Joyau des îles Saroniques », Hydra présente par rapport à ses collègues l’avantage d’être préservée – des massacres architecturaux, et même de la dictature des bagnoles. Ici, pas trace de scooters ni même de vélos, sans parler de trottinettes électriques. On ne se déplace qu’à pied ou à dos de mulet. Moi, je tombe moins souvent à pied.

D’ailleurs, marcher ça me convient. Même à Paris je m’astreins à une heure de marche et une heure de vélo par jour, sans me vanter. Ici, la natation remplace agréablement le vélo. Hydra dispose de quelques plages, mais faut pas non plus venir pour ça. Le problème, c’est surtout les galets locaux, même pas polis, mais sournoisement glissants. Chaussures aquatiques recommandées pour entrer dans l’eau et en ressortir, sous peine de souffrir à chaque pas, non sans exécuter devant tout le monde – des habitués, les salauds ! – un numéro à la Laurel et Hardy.

À part ça, une mer à 24 degrés se prête volontiers aux baignades prolongées, et c’est l’essentiel ! Car autant vous le dire maintenant, tel était précisément l’objet de mon voyage d’études : un (bref) essai de climatologie appliquée sur la température de l’eau dans les îles grecques à l’orée de l’automne.

Conclusion : l’endroit me paraît idéal pour l’arrière-saison, entre les beaux jours à Paris et l’hiver en Martinique. Enfin un plan de carrière comme j’aime !

Illustration Luc Cornillon

Illustration Luc Cornillon

CHIRAC – JALONS : DOUZE ANS D’AMOUR

Mercredi 2 octobre

Un communiqué de la Présidence du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons.

« On m’informe à l’instant qu’au sein de notre Groupe, des voix de militants et ayants droit du RaPouRi (Rassemblement Pour Rien, post-gaulliste) se seraient élevées contre le prétendu “silence” de Jalons, suite au décès de Jacques Chirac.

En vérité, l’homme politique que nous aimions, le plus grand président de la Ve juste après De Gaulle, n’est pas mort jeudi dernier, mais en 2007. Et certains qui protestent aujourd’hui l’ont alors non seulement renié, mais laissé poignarder sans mot dire. À leur place, je ferais profil bas.

Douze ans déjà, et à l’époque le G.I.C. était bien seul à apporter encore un soutien actif au Président, qui ne l’était plus guère. Ainsi en mars 2007 avons-nous organisé, avec succès quoique sans effet, un meeting-croisière sur le thème “Chirac, ne nous quitte pas !”

Jalons n’a donc aucune leçon à recevoir des chiraquiens de la vingt-cinquième heure, masses enthousiastes à retardement, élites éternellement hypocrites… “Mourez, nous ferons le reste !”

Nous, Messieurs, nous étions là quand il fallait y être ! »

 

— À l’issue de cette déclaration, et sur proposition du Président à vie, le BuroPoli de Jalons a adopté à l’unanimité un amendement excluant du RaPouRi tous les déviationnistes non à jour de cotisation, ainsi qu’une motion intitulée « Chirac avait vu juste ! ».

L’amendement de l’aile giscardo-balladurienne tendant à transformer ce titre en « Chirac avait vu un peu juste » a été rejeté sur simple signe du Président de Koch, et ses auteurs suspendus (de leurs fonctions) jusqu’à nouvel ordre.

 

LES MESURES QUI S’IMPOSENT

Dimanche 13 octobre

Par le plus grand des hasards, en « surfant sur le web » comme on ne dit plus, je tombe sur une page intitulée « Comment mesurer son pénis : nos astuces les plus simples ».

Il y en a des pages et des pages mais en gros, pour vous la faire courte, la taille et la circonférence doivent se mesurer respectivement avec une règle rigide et un centimètre couturière – et le tout en érection.

Mais comment compter scrupuleusement chaque dixième de centimètre sans lâcher d’un œil l’œuvre susceptible d’entretenir votre forme – Ass Wide Shut ou Da Vinci Gode ?

Pour ma part, j’ai renoncé.

 

LA RETRAITE À 10 ANS

Mardi 22 octobre

Vous connaissez France Info Junior ? Cette pastille quotidienne de cinq minutes est un must de la chaîne. Pour l’édification des jeunes générations, elle « propose une lecture pédagogique de l’actualité ». En d’autres termes, un dialogue avec des panels de jeunes sur des sujets politiques et sociétaux (Brexit, immigration, etc.) – le tout juste assez orienté pour éviter à ces jeunes, dans l’avenir, de mauvaises pensées…

Sauf que là, ça a foiré lamentablement – c’est même pour ça que je vous raconte. L’animatrice avait pourtant fait de son mieux pour « resituer le problème dans son actualité et ses perspectives ». Il y avait aussi, comme chaque fois, un spécialiste du sujet traité, en l’occurrence un économiste de l’OCDE. M’est avis que le problème était dans le casting : est-il bien raisonnable de choisir des élèves de CM2 (10 ans en moyenne) pour parler de… retraite ? 

Bref, ce qui devait arriver arriva : un déluge de questions délicieusement extravagantes auxquelles il fallut bien répondre – au détriment des bons enseignements du professeur. Et un authentique moment de bonheur pour moi et tous les amateurs d’absurde, de nonsense et de pataphysique.

De ces interpellations magnifiques, il faudrait tout citer. Mais s’il doit n’en rester qu’une, je choisis celle du petit Josué : « Pourquoi la retraite, c’est que pour les vieux ? » Une question que je me suis posée toute ma vie…

 

Les citations de mes amis sont mes citations

« Ce n’était pas mieux avant, c’était mieux toujours. » Philippe Muray (cité par Anne Sefrioui dans Le Point du 15 août)

« Le peuple n’a guère d’esprit, et les grands n’ont point d’âme. » La Bruyère (cité par Alain Finkielkraut dans « Répliques »)

« Ce qui est étonnant, ce n’est pas qu’on ait déjà tout dit. C’est qu’on ait déjà tout dit en vain. » Jacques Bainville (ibid.)

« Il faut se croire aimé pour se croire infidèle. » Pyrrhus (cité par Racine dans Andromaque)

« Les gens de qualité savent tout sans avoir rien appris. » Molière (cité par moi en exergue de mon Manuel d’inculture générale, Flamm., 2009.)